Navigation – Plan du site
Dossier : Bruits et chuchotements

Bruits et chuchotements

À l’écoute des formes sonores de l’intimité
Noises and Whispers of Intimacy: Listening to Unobtrusive Sounds
Christophe Granger et Anne Monjaret
p. 9-22

Texte intégral

  • 1 Julien Duvivier, La belle équipe, 1936.

La belotte et l’amour, c’est des choses qui se font en silence, ou le plaisir fout le camp1 !
.

Prélude

  • 2  Nous pensons en particulier aux livreurs, aux éboueurs, aux agents d’entretien, aux hôtesses de ca (...)
  • 3  Sur cette opération, voir les précisions données par Riwan Marhic, « Paris installe plus de capteu (...)

1L’épreuve du confinement lié au Covid-19, épreuve qui a accusé les inégalités sociales en ne concernant pas celles et ceux qui ont dû continuer à travailler2, nous a saisi au moment où nous bouclions ce numéro. En bouleversant le cadre ordinaire de nos vies, elle a aussi eu pour effet de donner une acuité particulière à la question des bruits et des chuchotements dans l’organisation sociale de nos existences. Le 26 mars, au cours d’une « sortie courte », destinée en l’occurrence « aux besoins des animaux de compagnie », l’un des deux auteurs de cette introduction est tombé, quelque part sur les quais de Seine, dans le 13e arrondissement de Paris, aux abords du pont de Tolbiac, sur les restes de petites affiches apposées quelques mois plus tôt, et qui prévenaient les passants et les usagers des lieux que des dispositifs anti-nuisance sonores, les « méduses », petits bouquets de tiges fixés sur les lampadaires, avaient été installés par la municipalité, comme en d’autres endroits festifs de la capitale, pour identifier la nature des bruits et en préciser les sources3. De jour, et en pleine « distanciation sociale », l’absence de toute activité, la rareté des passants, qui se résumaient à une poignée de coureurs qui avaient grand soin de passer à bonne distance les uns des autres en contenant leur souffle, le faible flux de voitures sur le quai tout proche qui d’ordinaire occasionnent un brouhaha continu que nous finissons par ne plus percevoir, déterminaient ce jour-là, et probablement les autres également, un silence général qui rendait l’opération à la fois incongrue et à peu près incompréhensible.

  • 4   Fanny Mietlicky, présidente de Bruitparif, cité par Mathieu Vidard, « Le silence, l’un des effets (...)
  • 5  Jérôme Sueur, « Dans le silence du virus : quels effets sur les êtres vivants », The Conversation, (...)

2Avec 66 à 80 % de bruit en moins, et notamment la disparition des émissions sonores les plus importantes, celles que constituent les sirènes, les chantiers, le trafic routier et aérien, mais aussi les bars ou les restaurants4, c’est tout le paysage acoustique et, avec lui, les modalités de l’écoute ordinaire qui se recomposent. L’absence de sons, qui est en réalité redistribution des manifestations sonores, a attiré au même moment l’attention des éco-acousticiens. Dans un court texte paru sur le site The Conversation, l’un d’eux, Jérôme Sueur, met ainsi en avant la façon dont l’amenuisement des sources de bruit ordinaires a pour effet, inattendu et d’autant plus saisissant qu’il s’accompagne d’une écoute plus disponible, de replacer le chant des oiseaux au centre de la vie sociale. « Il suffit d’ouvrir ses fenêtres pour s’apercevoir que le silence est revenu et que s’entend la nature5. » Mais cet effet sensible s’inscrit en réalité dans un bouleversement d’autant plus contrasté qu’il prend racine dans des rapports sociaux au bruit qui n’ont rien d’uniforme.

  • 6  Anonyme, « Coronavirus : les cloches des églises ont brisé le silence, ce mercredi soir », Ouest-F (...)
  • 7 Ces rites en rappellent d’autres dont le sens diffère cependant. Nous pensons par exemple aux char (...)

3Les manifestations sonores de solidarité, celles qui chaque soir à 20 heures précise, consistent à « faire du bruit » à sa fenêtre pour dire son soutien aux soignants, ou celles qui, à la demande de la Conférence des évêques de France, a conduit à faire sonner les cloches des églises, un peu partout, pendant dix minutes, à 19 h 30, le 25 mars (jour de l’Annonciation) pour « manifester la fraternité et l’espoir commun6 », ont la forme de rites assez traditionnels. Des rites pour se faire entendre collectivement7. Mais le confinement a aussi imposé, dans des espaces domestiques brusquement devenus l’horizon premier des existences, des conduites sonores et des relations aux bruits en partie inédites. Ou plus exactement, en posant le problème de la coexistence nécessaire de pratiques génératrices de sons qui, d’ordinaire, ont leurs propres zones légitimes, il a fait apparaître de manière criante l’importance des conduites sonores dans l’orchestration de la vie sociale.

  • 8 « Mes enfants viennent parfois dessiner à côté de moi, en chuchotant, explique Thomas. Quand ça re (...)
  • 9  Esther Buitekant, « Télétravail et école à la maison : 8 conseils pour bien gérer », Le Journal de (...)

4La présence des enfants et des parents dans les mêmes pièces, la concurrence de la télévision et du télétravail dans des espaces réduits à une pièce ou deux, les réunions par visioconférence d’un conjoint qui empiètent sur le travail de l’autre, la conciliation difficile des jeux auxquels s’adonnent les enfants (courir, danser, imiter le bruit d’un animal, jouer à la marelle ou dessiner) et des activités que nous avons coutume d’exercer dans le silence8, autrement dit, toute cette cohabitation qui est l’occasion d’un rappel convenu à la hiérarchie des positions (« Il faut rappeler à l’enfant que lorsque papa ou maman travaille on ne fait pas de bruit9 ») fait naître au lieu même de l’intimité familiale un brouillage qui, en creux, dit combien les sons, en participant à la spécialisation de temps et d’espaces dévolus à certaines activités (dormir, lire, prier, etc.), interviennent dans le façonnement social du monde domestique. Et de la même manière, en devenant pour beaucoup le « principal problème » du confinement, le bruit des voisins, ou plus exactement ce que, en détournant un peu Goffman (1973), nous pouvons appeler les offenses au territoire sonore, souligne la place décisive qui revient aux conduites sonores de proximité dans la coordination ordinaire des rapports sociaux.

  • 10  Cité par Laure Cometti, « Coronavirus : Karaoke, “pas d’éléphant”, ébats… À cause du confinement, (...)

5« Les deux premiers jours, avec un casque sur les oreilles de 9 h à 18 h, ça a permis de relativiser un peu », mais après quatre jours, explique Loïc, 28 ans, en télétravail chez lui, « j’ai le sentiment d’être désormais otage des bruits de pas d’éléphant, des chaises qui grincent sur le carrelage et leurs karaokés dissonants10 ». Pour d’autres, ce sont les travaux des voisins, l’aspirateur passé trois fois par jour et « une playlist à fond, avec les mêmes chansons en boucle » (Nejma, 24 ans), et d’autres encore les « ébats bruyants » que le temps libre rend plus fréquents : « Ils ont fait ça quatre fois en une matinée, ça me rend ouf » (Brice). Avec d’autant plus de vivacité que les immeubles ont une mauvaise isolation phonique et que les habitants, assignés à demeure, découvrent une vie de voisinage qu’ils ignoraient en étant au travail du matin au soir, l’activité de « ceux du palier » qui mettent la musique à fond, de ceux de l’étage du dessus qui se disputent ou s’insultent, a fait apparaître le rôle central du bruit dans le travail de coordination des formes de vie collectives – au point que certains en sont venus à mettre un mot chez leurs voisins pour les appeler « simplement à la solidarité et à ne pas faire de bruit excessif, pour ceux en télétravail ».

  • 11  Chamboredon J.-C. et Lemaire, M. (1970) « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensem (...)

6Nous savons de longue date, au moins depuis le début des années 1970, que les conduites et les perceptions sonores sont moins affaire de conditions matérielles (comme l’insonorisation des appartements) que de signification sociale : « le bruit [pouvaient conclure Chamboredon et Lemaire au terme de leur enquête sur le peuplement des grands ensembles] rappelle, jusque dans l’intimité, combien sont étrangers des voisins qui vivent selon d’autres horaires et d’autres mœurs11. » Mais ce que le confinement fait apparaître avec force, c’est autre chose : il dit combien le sonore, jusque dans l’intimité, est un opérateur du social, combien, travaillé par des socialisations et des conditions sociales différenciées, il est le point de réalisation de jeux sociaux d’autant plus efficaces qu’ils se donnent pour une simple affaire de sensibilité personnelle (Granger, 2014a).

Se saisir du sonore

  • 12 Un texte dont nous restituons un long extrait dans la rubrique « Écho » de ce numéro consacré aux (...)

7C’est sous cet angle, celui d’une approche sociale des bruits de l’intime, que nous avons choisi de travailler dans le présent numéro. Le principe de départ était celui d’un double déplacement des regards. Vouloir contribuer à l’étude des pratiques et des environnements sonores revient en effet d’abord à se situer dans un lieu des savoirs qui, s’il est depuis plusieurs années au centre d’un intense renouvellement scientifique à la fois au sein des sciences de la vie et des sciences sociales, n’en conserve pas moins un statut souvent marginal. Depuis les travaux pionniers de Murray Schafer (1979) sur le « paysage sonore », de Lévi-Strauss (1964) et d’Edward Palmer Thompson (1972)12 sur les charivaris, d’Alain Corbin (1994) sur le recours aux cloches dans les campagnes du xixe siècle ou encore, dans un autre registre, de Daniel Fabre (1986) sur le chant des oiseaux dans les récits d’apprentissage, il s’est peu à peu constitué, spécialement dans les années 2000, un domaine académique tout entier consacré aux sound studies.

8L’ouvrage, déjà un peu ancien, que Jonathan Sterne (2015) a consacré à l’avènement de la « modernité sonore » constitue en quelque sorte la pierre angulaire de ces approches. En étudiant, dans une veine très foucaldienne, à la fois l’histoire des sciences de l’audition, celle des techniques de reproduction des sons et des modalités de leur écoute, mais aussi celle du mouvement qui, depuis le xixe siècle, a conduit nombre d’ethnographes à vouloir fixer la « voix des cultures à l’agonie », Sterne a en effet posé les jalons, parfois discutables, d’une science du sonore, ou comme il le dit de la « dimension acoustique de l’expérience », conçue non comme un épiphénomène, mais comme un « objet à part entière » dans l’ordre des savoirs (Sterne, 2012). Sans attendre toutefois cet effort d’autonomisation savante, la plupart des sciences sociales s’efforcent et se sont efforcées, avec des outils analytiques souvent distincts, de « sonoriser » leurs objets (Samuel, 2010), autrement dit de faire entrer les conduites sonores, les bruits, le silence ou encore les usages de la musique dans le répertoire de leurs questionnaires.

9De longue date, autour de l’équipe grenobloise du Cresson fondé en 1979, les « bruits de la ville » (Pecqueux, 2012), qui avaient déjà constitué un « sujet » au début du siècle pour Georg Simmel (1981), intéressé par exemple par la disparition du bruit des sabots dans les rues, ont fait l’objet d’études conduites par des architectes (Balaÿ, 2003), des sociologues et des géographes. Et depuis lors, dans un souci qui s’enracine diversement au sein des disciplines constituées, une floraison d’études est venue nourrir un savoir disparate sur l’expérience sonore des grottes paléolithiques (Reznikoff, Dauvois, 1988) ou sur l’acoustique des salles de concert (Thompson, 2002) comme sur l’apparition de l’écoute silencieuse lors des concerts classiques (Johnson, 1995). De même, sur un mode ethnographique, c’est la nature des expériences acoustiques ordinaires (Cheyronnaud, 2009) qui a été appréhendée, comme peut l’être la présence de musiciens dans le métro (Wees, 2019). La dimension sonore de la rue appartient à ces nouveaux objets de recherche, comme cela a pu être analysé à partir de la figure littéraire de la midinette (Monjaret, Niccolai, 2015). Celle des grèves ouvrières n’a pas non plus laissé indifférent les chercheurs (Gérôme, 1999 ; Quièvre, 2019). Travailler sur les conflits locaux entre riverains et fêtards dans l’usage de segment de quartiers (Walker, 2018) est une autre manière d’analyser les bruits de la rue. Ce type d’approche peut aider à élaborer des « cartes du bruit », pensées comme mode de gouvernement des problèmes publics (Zittoun, 2007). Les équipements de diffusion sonore ne sont pas oubliés. Les travaux sur la radio dans la France des années 1930 (Scales, 2016) ou dans l’Allemagne nazie (Birdsall, 2012) montrent combien les expériences auditives possèdent une dimension politique à ne pas négliger.

10Ici réside l’autre aspect du déplacement que propose ce numéro. Au sein de ce nouvel espace de connaissances, qui peu à peu donne à l’étude du sonore la densité de celles consacrées aux cultures visuelles (Baxandall, 1985), il nous a paru nécessaire de nous concentrer sur les bruits de l’intimité, ou plus exactement sur les « sonorités de l’ordinaire » en tant qu’elles sont constitutives des relations sociales quotidiennes.

Sonorités ordinaires et construction sonore du social

11Encore faut-il s’entendre sur la nature du déplacement qu’il s’agit ici d’opérer. Prendre pour objet les usages du silence dans la vie familiale ou les modalités du recueillement au chevet du mort, vouloir étudier la logique sociale des « messe-basse » sur les lieux de travail ou analyser la forme changeante des cris ou des gémissements au cours l’acte sexuel, ce n’est pas se donner pour sujet un genre de manifestations sonores qui aurait pour particularité de relever des échanges à bas-bruit. Il faut bien admettre que, de même que nous ne produisons pas un savoir scientifique bien solide, comme le disait Wittgenstein, en prétendant « classer les nuages d’après leur forme », de même nous n’apprenons pas grand-chose de la dimension sonore des conduites sociales si, par avance, nous classons ces dernières en fonction de leurs propriétés sonores les plus formelles.

12Nous avons donc pris le parti d’inverser les choses : il ne s’agit pas de décrire une gamme particulière de sons, les silences, les chuchotements, les froissements, les gloussements ou les babillages, pour ce qu’ils seraient constitutifs de ce que, faute de mieux, nous pourrions appeler l’ordinaire des bruits humains, mais il s’agit au contraire de comprendre comment et dans quelle mesure ces manifestations sonores, soumises à des cadrages et à des apprentissages sociaux parfois considérables, sont constitutives de situations sociales qui se réalisent à travers elles. Nous ne nous mettons pas à « parler bas » dans une chambre à coucher parce que nous activons un répertoire de sons de moindre intensité, ni même parce que c’est ce qu’il en est de la définition sociale de ce que sont les échanges dans une chambre à coucher, mais parce que, en l’état d’une socialisation particulière qui nous a accoutumés à cette situation d’ordre privé, nous adoptons par habitude des conduites sonores feutrées ou plus intimes qui sont la réalisation des situations d’ordre privé.

13Dans ce sens, celui donc de la construction sonore du quotidien, il devient possible de questionner aussi bien la longue disqualification sociale des bruits du corps (roter, péter, siffler, etc.), dont Norbert Elias a trop peu dit sans doute ce qu’elle pouvait devoir à la maîtrise sonore des distinctions sociales (Elias, 1969), que l’organisation sociale du chuchotement qui accompagne la rumeur ou la médisance ; aussi bien la formation du goût qui porte à se montrer attentif au bruissement d’un tissu ou au son particulier du pas sur la moquette ou sur le parquet en chêne massif qu’à la construction de la mémoire des sonorités de l’ordinaire, celles de l’enfance ou de la jeunesse par exemple, qui, comme dans les ateliers de réminiscence de certaines maisons de retraite, peut aider à lutter contre la démence chez les personnes âgés à travers la redécouverte de sons ou de chansons du passé (Goldberg, 2003). De sorte que toutes ces configurations sonores, souvent à peine aperçues dans les conduites sociales dont elles sont pourtant la condition, peuvent devenir, dès lors que nous les étudions pour elles-mêmes, un moyen efficace d’accéder aux manières de faire société. En effet, qu’il s’agisse du fait d’être importuné par les grincements de dent de son interlocuteur ou de se sentir concerné par les hurlements du voisin, toutes ces conduites sonores, porteuses d’apprentissages collectifs, reposent sur la production, le partage et la maîtrise pratique de règles qui s’ignorent en tant que règles. Nous ne gémissons pas parce que nous éprouvons du plaisir, mais parce que c’est ce qui se fait en pareille circonstance ; et en retour ces usages sonores du quotidien contribuent au façonnement du monde qui à la fois les rend légitimes et les investit de sens.

14Pour mener à bien le travail d’intellection que réclame ce questionnement, il faut alors considérer les conduites et les perceptions sonores sous plusieurs dimensions. Nous pouvons en dégager trois :

15(1). Si nous admettons que toutes nos manifestations sonores, les bruits, les chuchotements, les façons de crier, de rire, de se taire, le fredonnement ou le murmure, le fait de moduler sa voix au gré des situations d’interlocution et encore mille actions aussi secondaires, en apparence, que le fait de faire claquer ses chaussures quand on se déplace ou de tout faire, au contraire, pour n’émettre aucun bruit, en portant par exemple des chaussons, sont, non pas des faits de nature, mais le produit d’un apprentissage, alors la socialisation des conduites et des perceptions sonores constitue ici un important terrain de l’analyse. Nous savons, par exemple, depuis les travaux d’Irwin (1958) et de Bernstein (1975), que la fréquence et la nature des sons émis dans la prime enfance sont fonction du statut professionnel de la famille. Nous savons également que, en matière de rapport au corps ou de perception du monde social (Lignier, Pagis, 2017), l’adoption des conduites de bruit et les relations au monde sonore procèdent d’une socialisation scolaire et familiale, mais aussi professionnelle ou conjugale, qui, en les construisant comme des différences biologiques, en fait un lieu des différences de classe et de sexe.

16Les filles se doivent d’intégrer des conduites discrètes, d’avoir le souci de ne pas se faire remarquer, de parler doucement ou encore d’apprécier le caractère « douillet » et silencieux des intérieurs domestiques (Cosnier, 2001). Les contes renvoient à la spécificité de cette éducation féminine pour mieux en transmettre les codes (Monjaret, 2005). Les magazines féminins des années 1960 ne demandaient-ils pas aux épouses « modernes » de veiller à construire autour de l’époux, le soir et le week-end, une atmosphère sonore paisible et apaisante par une police des bruits domestiques qui s’étendait aux jeux des enfants et au devoir de « manger en silence » (Granger, 2014b) ? Quant aux garçons, il leur est intimé de s’affirmer ou d’en imposer en parlant fort et haut, en chahutant et en faisant du bruit. Ces assignations agissent ensemble comme une configuration sonore des rapports de domination, de ségrégation et de complémentarité entre les sexes (Goffman, 2002).

17(2). L’organisation sociale du monde sonore et, d’une façon plus spécifique ici, l’organisation sonore du monde social, constituent, reliée à la précédente, une importante dimension de questionnement. Qu’il existe une sorte de signature sonore des univers où l’on vit, où l’on travaille, où l’on s’amuse, une sorte d’ambiance qui rencontre et façonne à la fois nos dispositions à nous montrer sensibles et même à trouver des vertus à telle ou telle sorte de sons, n’a rien de secondaire. Il faut prendre pour objet les opérations, les techniques et les savoirs qui interviennent dans la mise en ordre des expériences acoustiques ordinaires, comme les entreprises d’insonorisation, la règlementation publique des conduites sonores et les mobilisations sociales qui les accompagnent (Bijsterveld, 2008), ou encore le design sonore si influent dans le monde du management et des supermarchés (Volcler, 2017) ou dans celui des voitures électriques (Misdariis, 2017). Mais ce ne sont pas là les expédients d’un souci pour les « ambiances sonores ». Étudier l’ordre ordinaire des sons permet de comprendre mieux le travail de différenciation des lieux et des formes d’activités sociales : le silence qui convient, par exemple, à la salle d’attente du médecin, à la bibliothèque, à l’église ou à la salle de classe renseigne ainsi sur le cadrage sonore des conduites sociales. Et il en va de même de l’insonorisation de l’intérieur bourgeois du xixe siècle qui, avec ses sons réglés, a servi à construire la définition sociale de la vie privée (Corbin, 1986).

18(3). La classification du monde social à partir des sonorités ordinaires, autrement dit l’habitude qui consiste à se classer et à classer les choses, les pratiques ou les êtres en fonction de leurs propriétés sonores, constitue le dernier axe du questionnement proposé. Il faut, de ce point de vue, songer bien sûr à la construction sociale des perceptions sensibles du monde sonore : le goût pour les musiques « métal », le fétichisme des « petits bruits » dont témoigne le succès de la « culture ASMR » (Gallagher, 2018), le frisson éprouvé au froissement d’une robe ou encore l’intolérance au moindre son de mastication ou de respiration, sont, comme tous les goûts, un principe esthétique de classement du monde. Les sonorités qui nous « parlent », celles qui nous sont désagréables ou intolérables, celles dont nous cherchons à nous entourer lorsque nous écrivons un texte ou lorsque nous faisons l’amour, et qui procèdent d’une socialisation primaire et secondaire parfois très sophistiquée, sont des catégories de perception et d’appréciation que nous mettons en œuvre quand il s’agit de donner du sens aux activités sociales auxquelles nous prenons part.

19Mais il faut songer également aux formes éthiques de classification qui, à l’exemple de la disqualification morale de ceux qui parlent fort ou qui ne savent pas faire silence, interviennent, de façon bien réelle, dans l’organisation pratique du monde social. Dire que les immigrés se distinguent par le bruit qu’ils font (Chirac, 1991), ou que les « jeunes », parce qu’ils méprisent les règles, ou encore les « pauvres », parce qu’ils sont moins éduqués, comme on le disait dans les années 1960, ce n’est pas seulement faire des sons quotidiens un principe de classement social : c’est aussi, en se réservant les bons usages, faire d’eux un mode de domination qui se donne alors pour un fait de civilisation (Granger, 2014).

20Ces trois dimensions, sans être exclusives, traversent les textes de ce numéro consacré aux « bruits et chuchotements ».

De quelques leçons de « cas » de terrain

21Nous allons à présent nous pencher sur les cas de terrain tirés de l’ensemble des contributions pour mieux cerner la manière dont les auteurs ont traité le sujet qui nous intéresse. Mais avant précisons que ce numéro a pour propriété première d’excéder les découpes disciplinaires usuelles. Les onze articles qui le composent, accompagnés notamment d’un entretien, relèvent aussi bien de l’histoire, de la sociologie et de l’ethnologie que du droit ou de la science politique. La variété des approches et des ancrages intellectuels permet de saisir la quotidienneté sonore dans sa pluralité de sens autant qu’à travers des logiques sociales communes. Ces textes nous dévoilent, chacun à leur façon, les espaces des bruits de l’intime, leurs maux et leur mise en sourdine, du xixe siècle à nos jours, de la France à la Chine, en passant également par la Belgique. Les scènes décrites se passent dans des intérieurs domestiques (Manuel Charpy, Sophie Panziera, Victoria Vanneau), des centres socio-médicaux (Ariane d’Hoop, Gabriel Uribelarrea), des espaces professionnels (Fabien Clouette, Grégory Giraudo-Baujeu) ou d’incarcération (Anna Le Pennec). Tous ces lieux ont pour caractéristiques de confiner voire d’enfermer. Même lorsqu’il est question d’un espace extérieur, comme la rue, le fait de l’envisager la nuit souligne la création d’un halo nocturne qui semble emprisonner et amplifier chaque timbre, chaque éclat, etc. (Clément Fabre). Selon les périodes de la journée, les bruits peuvent prendre plus ou moins d’ampleur.

22Ce sont les frontières spatio-temporelles de cette intimité sonore qui sont interrogées par les auteurs. Si les manifestations de ces bruits ordinaires dérangent, bien qu’ils se déroulent le plus souvent dans des lieux fermés, c’est que les frontières internes comme externes ont perdu leur étanchéité sonore.

23Ces dérangements sont davantage le fait, dans les textes réunis ici, d’un environnement humain. Il est peu question de nuisances sonores animales. Parler de ces bruits quotidiens de l’intime revient donc à parler des relations humaines, autrement dit de celles d’hommes entre eux, de femmes entre elles, de couples, d’hommes et de femmes ensemble, mais surtout revient à parler de la construction relationnelle avec l’« autre ». Au xixe siècle, les pratiques des Chinois révulsent les voyageurs occidentaux, comportements significatifs de la construction d'une domination raciale (Clément Fabre). Cet « autre » est aussi ce voisin qui ronfle (Sophie Panziera), cet époux qui bat sa femme (Victoria Vanneau), ce co-résident qui écoute la radio trop fort (Gabriel Uribelarrea), etc. Les bruits des autres viennent perturber une « quiétude » ordinaire jusqu’à en devenir insupportable. Ces bruits peuvent parfois être sourds et insidieux, mais leurs effets n’en sont pas moins ravageurs, comme ces messes-basses à l’encontre de collègues d’origine étrangère qui ne sont autre que la traduction d’une expression raciste envers l’« autre » (Grégory Giraudo-Baujeu). Les bruits signifient les distances culturelles et sociales. Face à toutes ces nuisances sonores, les réactions peuvent se faire vives, allant du simple agacement au dépôt de plainte.

24Les bruits font écho au silence. Ils sont d’autant plus perceptibles que le silence habituel est rompu, distinguant chaque moment. Le vacarme des machines contraste avec le mutisme des travailleurs dont les résistances peuvent apparaître « chuchotantes » (Fabien Clouette). Quand le silence est imposé, la situation est différente ; les cris ou encore les chants deviennent expression de la souffrance et acte de résistance (Anna Le Pennec), la transgression des règles appelant la sanction.

25Les conduites sonores renvoient à la fois aux adhésions aux normes et à leurs contournements. Leur gestion relève des principes de hiérarchie et de domination. Les domestiques sont appelés par leur maitre ou maitresse à l’aide de sonnettes, de cordons, de tubes acoustiques (Manuel Charpy). Leur gestion relève plus largement de principes d’ordre social et moral auquel il faut se conformer. Les ronfleurs s’attachent à un « auto-contrôle » de leur corps (Sophie Panziera). Quand la discipline personnelle se fait insuffisante, elle est prise en charge par le collectif. Ces représentants de l’ordre institutionnel « prêtent l’oreille » (Ariane d’Hoop) pour mieux réguler les écarts individuels (Gabriel Uribelarrea), comme cela se pratique dans les centres sociaux et médicaux. Le contrôle est aussi policier, les affaires pouvant se régler devant la justice, comme c’est le cas des violences conjugales (Victoria Vanneau).

26Toutes ces atmosphères font l’objet de captations sonores, au point qu’il existe des métiers de la radio ou du cinéma qui en ont fait leur spécialité. Dans certaines émissions de radio, les bruits ordinaires appartiennent au fond sonore (Cécile Morin). Alors qu’au moment du tournage d’un film, c’est la neutralisation des sons parasites qui est recherchée, c’est la chasse aux dissonances qui prévaut (Gwenaële Rot). Dans les deux cas, il s’agit d’une construction sonore, une narration auditive, comme le sont les balades sonores « Gens de la Seine13 ». En effet, pour ces dernières, l’ambition a été de restituer l’ambiance ordinaire des bords de Seine à Paris au xviiie siècle grâce à un dispositif audio qui permet à tout un chacun de se plonger dans un Paris résonnant (Isabelle Backouche et Sarah Gensburger).

27Tous les exemples développés dans ce numéro consacré aux bruits et aux chuchotements ouvrent un nouveau chantier. Ce dossier a été conçu comme un mode d’élucidation de la production sonore des sociétés et du sens qui en est donné par les acteurs. Il pose ainsi les jalons pour une approche des sonorités ordinaires de l’intimité.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme (2020), « Coronavirus : les cloches des églises ont brisé le silence, ce mercredi soir », Ouest-France, 25 mars. En ligne : https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-les-cloches-des-eglises-ont-brise-le-silence-ce-mercredi-soir-6791754, consulté le 22/04/2020.

Balaÿ O. (2003), L’espace sonore de la ville au xixe siècle, Lyon, À la croisée.

Baxandall M. (1985[1972]), L’œil du Quattrocento. L’usage de la peinture dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Gallimard.

Bernstein B. (1975), « Développement linguistique et classe social : une théorie sociologique de l’apprentissage », dans Id. Langage et classes sociales. Codes socio-linguistiques et contrôle social, Paris, Minuit.

Bijsterveld K. (2008), Mechanical Sound: Technology, Culture, and the Public Problems of Noise in the Twentieth Century, Cambridge, MIT Press.

Birdsall C. (2012), Nazi Soundscapes: Sound, Technology and Urban Space in Germany, 1933-1945, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Buitekant E. (2020), « Télétravail et école à la maison : 8 conseils pour bien gérer », Le Journal des femmes, 16 mars. En ligne : https://www.journaldesfemmes.fr/maman/2625855-teletravail-et-ecole-a-la-maison-conseils/, consulté le 22/04/2020.

Chamboredon J.-C., Lemaire M. (1970), « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, 11, p. 3-33. DOI : 10.2307/3320131.

Cheyronnaud J. (2009), « Rebuts de sons. “Bruit” comme terme de critique perceptive », ethnographiques.org « Ethnographier les phénomènes sonores ». En ligne : www.ethnographiques.org/2009/Cheyronnaud, consulté le 22/04/2020.

Chirac J. (1991), Discours d’Orléans, dîner-débat du RPR, 19 juin 1991 : « Chirac et l’immigration : “Le bruit et l’odeur », A2, Le Journal de 13 heures. En ligne : www.ina.fr/video/CAB91027484/chirac-et-l-immigration-le-bruit-et-l-odeur-video.html.

Cosnier C. (2001), Le silence des filles. De l’aiguille à la plume, Paris, Fayard.

Cometti L. (2020), « Coronavirus : Karaoke, “pas d’éléphant”, ébats… À cause du confinement, ils ne supportent (déjà) plus leurs voisins », 20 Minutes, 21 mars. En ligne : https://www.20minutes.fr/societe/2743991-20200321-coronavirus-karaoke-elephant-ebats-cause-confinement-supportent-deja-plus-voisins, consulté le 22/04/2020.

Corbin A. (1987), « Coulisses », dans Ariès P., Duby G. (dir.), Histoire de la vie privée, 4, De la révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, p. 383-562.

Corbin A. (1994), Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xixe siècle, Paris, Albin Michel.

Elias N. (1973 [1939]), La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy.

Fabre D. (1986), « La voie des oiseaux. Sur quelques récits d’apprentissage », L’Homme, 99, p. 7-40. DOI : 10.3406/hom.1986.368712.

Gallagher R. (2018), « Générer l’euphorie en ligne : l’esthétique de la culture ASMR », Audimat, 9, p. 85-113. En ligne : https://www.cairn.info/revue-audimat-2018-1-page-85.htm, consulté le 22/04/2020.

Gérôme N. (1999), « Chronique sonore de l’occupation musicale d’un territoire : deux mois de grève aux usines Dassault de la région bordelaise (décembre 1966- février 1967) », Ethnologie française, 1, p. 49-56. En ligne : https://www.jstor.org/stable/40990100.

Goffman E. (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, 2, Les relations en public, Paris, Minuit.

Goffman E. (2002 [1977]), L’arrangement entre les sexes, Paris, La Dispute.

Goldberg A. (2003), « Souvenirs d’un atelier », Gérontologie et Société, 106, p. 147-168. DOI : 10.3917/gs.106.0147.

Granger C. (2014a), « Retour sur la méthode », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 123, p. 173-191. DOI : 10.3917/vin.123.0173.

Granger C. (2014b), « Le coq et le klaxon, ou la France à la découverte du bruit (1945-1975) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 123, p. 85-100. DOI : 10.3917/vin.123.0085.

Irwin O. C. (1958), « Infant Speech : The Effects of Family Occupational Status and of Age on the Use of Sound Types », Journal of Speech and Hearing Disorders, 13, p. 224-226. DOI : 10.1044/jshd.1303.224.

Johnson J. H. (1995), Listening in Paris: A Cultural History, Berkeley, University of California Press.

Lévi-Strauss C. (1964), Mythologiques, 1, Le cru et le cuit, Paris, Plon.

Lignier W., Pagis J. (2017), L’enfance de l’ordre. Comment les enfants perçoivent le monde social, Paris, Seuil.

Marhic R. (2018), « Paris installe plus de capteurs anti-nuisances pour repérer les sources de bruit dans les quartiers festifs », Trax, 9 mars. En ligne : https://www.traxmag.com/paris-installe-plus-de-capteurs-anti-nuisances-pour-reperer-les-sources-de-bruit-dans-les-quartiers-festifs/, consulté le 22/04/2020.

Misdariis N. (2017), « Recherche-projet en design sonore : le cas emblématique du véhicule électrique », Sciences du design, 5, p. 115-130. DOI : 10.3917/sdd.005.0115.

Monjaret A. (2005), « De l’épingle à l’aiguille. L’éducation des jeunes filles au fil des contes », L’Homme, 173, p. 119-148. En ligne : https://www.cairn.info/revue-l-homme-2005-1-page-119.htm, consulté le 22/04/2020.

Monjaret A, Niccolai M. (2015), « Elle trotte, danse et chante, la midinette ! Univers sonore des couturières parisiennes dans les chansons (xixe-xxe siècles »), L’Homme, 215-216, p. 47-80. En ligne : https://www.cairn.info/revue-l-homme-2015-3-page-47.htm, consulté le 22/04/2020.

Pecqueux A. (2012), « Le son des choses, les bruits de la ville », Communications, 90, p. 5-16. DOI : 10.3917/commu.090.0005.

Plumauzille C. (2020), « Aux travailleurs invisibles, l’humanité reconnaissante », Libération, 25 mars. En ligne : https://www.liberation.fr/debats/2020/03/25/aux-travailleurs-invisibles-l-humanite-reconnaissante_1783055, consulté le 22/04/2020.

Quièvre A. (2019), « Les espaces politiques du paysage sonore. Écouter les grèves minières au 19e siècle », dans Mehl V. et Péaud L. (dir.), Paysages sensoriels. Approches pluridisciplinaires, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 87-97.

Reznikoff I., Dauvois M. (1988), « La dimension sonore des grottes ornées », Bulletin de la Société préhistorique française, 85, p. 238-246. DOI : 10.3406/bspf.1988.9349.

Samuels D. W., Meintjes L., Ochoa A. M., Porcello T. (2010), « Soundscapes: toward a sounded anthropology », Annual Review of Anthropology, 39, p. 329-345.

Scales R. P. (2016), Radio and the Politics of Sound in Interwar France, 1921-1939, Cambridge, Cambridge University Press.

Shafer M. R. (1979 [1977]), Le paysage sonore, Paris, Lattès.

Simmel G. (1981[1912]), « Essai sur une sociologie des sens », repris dans Sociologie et Épistémologie, Paris, PUF.

Sterne J. (2012), The Sound Studies Reader, Londres, Routledge.

Sterne J. (2015 [2003]), Une histoire de la modernité sonore, Paris, La Découverte.

Sueur J. (2020), « Dans le silence du virus : quels effets sur les êtres vivants », The Conversation, 24 mars. En ligne : https://theconversation.com/dans-le-silence-du-virus-quels-effets-sur-les-etres-vivants-134073, consulté le 22/04/2020.

Thompson E. (2002), The Soundscape of Modernity: Architectural Acoustics and the Culture of Listening in America, 1900-1933, Cambridge, MIT Press.

Thompson E. P. (1972), « “Rough Music” : le charivari anglais », Annales ESC, 27, p. 285-312.

Volcler J. (2017), « Le monde enchanté du design sonore. Entre création artistique et ingénierie sociale », Revue du crieur, 8, p. 106-115.

Walker E. (2018), Quand la ville ne dort pas : s’approprier l’espace-temps hypercentral nocturne par et autour de l’usage récréatif. Les exemples de Caen et Rennes. (Pour une approche aussi sonore des rapports sociaux de proximité), thèse de doctorat en géographie, université de Caen Normandie. En ligne : https://hal.univ-rennes2.fr/tel-02280750v1.

Wees N. (2019), « Expérience acoustique et pratiques musicales de musiciens de métro », Anthropologie et sociétés, 43, p. 95-116. DOI : 10.7202/1060872ar.

Zaizoune S. (2020), « Ordinateur, biberon et coloriages : la galère des parents qui télétravaillent avec leurs enfants », Madame Figaro, 13 mars. En ligne : https://madame.lefigaro.fr/business/pendant-les-greves-la-galere-des-parents-qui-teletravaillent-en-gardant-leurs-enfants-121219-178689, consulté le 22/04/2020.

Zittoun P. (2007), « La carte parisienne du bruit : la fabrique d’un nouvel énoncé de politique publique », Politix, 78, p. 157-178. DOI : 10.3917/pox.078.0157.

Haut de page

Notes

1 Julien Duvivier, La belle équipe, 1936.

2  Nous pensons en particulier aux livreurs, aux éboueurs, aux agents d’entretien, aux hôtesses de caisse, aux manutentionnaires de la grande distribution ou aux routiers : Clyde Plumauzille, « Aux travailleurs invisibles, l’humanité reconnaissante », Libération, 25 mars 2020.

3  Sur cette opération, voir les précisions données par Riwan Marhic, « Paris installe plus de capteurs anti-nuisances pour repérer les sources de bruit dans les quartiers festifs », Trax, 9 mars 2018.

4   Fanny Mietlicky, présidente de Bruitparif, cité par Mathieu Vidard, « Le silence, l’un des effets inattendus du coronavirus », France Inter, 25 mars 2020. En ligne : https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-25-mars-2020, consulté le 22/04/2020.

5  Jérôme Sueur, « Dans le silence du virus : quels effets sur les êtres vivants », The Conversation, 24 mars 2020.

6  Anonyme, « Coronavirus : les cloches des églises ont brisé le silence, ce mercredi soir », Ouest-France, 25 mars 2020.

7 Ces rites en rappellent d’autres dont le sens diffère cependant. Nous pensons par exemple aux charivaris, manifestations collectives bruyantes qui, aux rythmes des crécelles, des casseroles, viennent souligner un mécontentement ou sanctionner un écart moral.

8 « Mes enfants viennent parfois dessiner à côté de moi, en chuchotant, explique Thomas. Quand ça remue trop, je leur rappelle qu’ils ne doivent pas crier. Ils connaissent les règles du jeu », cité par Sofiane Zaizoune, « Ordinateur, biberon et coloriages : la galère des parents qui télétravaillent avec leurs enfants », Madame Figaro, 13 mars 2020.

9  Esther Buitekant, « Télétravail et école à la maison : 8 conseils pour bien gérer », Le Journal des femmes, 16 mars 2020.

10  Cité par Laure Cometti, « Coronavirus : Karaoke, “pas d’éléphant”, ébats… À cause du confinement, ils ne supportent (déjà) plus leurs voisins », 20 Minutes, 21 mars 2020. Les citations qui suivent sont elles aussi tirées de cet article.

11  Chamboredon J.-C. et Lemaire, M. (1970) « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, 11, p. 3-33.

12 Un texte dont nous restituons un long extrait dans la rubrique « Écho » de ce numéro consacré aux « Bruits et chuchotements ».

13 En ligne : http://gensdelaseine.com/fr/ecouter/, consulté le 22/04/2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Granger et Anne Monjaret, « Bruits et chuchotements », Socio-anthropologie, 41 | -1, 9-22.

Référence électronique

Christophe Granger et Anne Monjaret, « Bruits et chuchotements », Socio-anthropologie [En ligne], 41 | 2020, mis en ligne le 25 juin 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/6552 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.6552

Haut de page

Auteurs

Christophe Granger

Christophe Granger est maître de conférences en sciences sociales à l’université Paris-Saclay, membre du laboratoire Complexité, innovations, activités motrices et sportives (CIAMS) et fait partie de la rédaction des revues 20&21. Revue d’histoire et Zilsel. Science, technique, société. Il est spécialiste de sociologie historique, des usages sociaux du corps, des pratiques sociales de perception et d’épistémologie des sciences sociales. Il est l’auteur de La saison des apparences. Naissance des corps d’été (Anamosa, 2017) et de La destruction de l’université française (La Fabrique, 2015).

Articles du même auteur

  • Entretien avec Isabelle Backouche et Sarah Gensburger. Propos recueillis par Christophe Granger et Anne Monjaret le 17 janvier 2020
    Paru dans Socio-anthropologie, 41 | 2020

Anne Monjaret

Anne Monjaret, ethnologue, est directrice de recherche CNRS à l’Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (IIAC – EHESS, CNRS). Elle est présidente de la Société d’ethnologie française (SEF) et directrice de publication de la revue Ethnologie française depuis 2012. Elle a été rédactrice en chef de cette même revue de 2003 à 2006 et est rentrée dans son comité de direction en avril 2017. Elle enseigne à l’EHESS et à l’université Paris 13. Ses travaux portent notamment sur les cultures, mémoires et patrimoines professionnels, féminins et urbains. Elle s’intéresse également aux questions méthodologiques. Dernièrement, elle a dirigé l’ouvrage collectif Carrières (Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019), et publié La Pin-up à l’atelier. Ethnographie d’un rapport de genre (Créaphis, 2020).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals