Navigation – Plan du site
Entretien

Rendre voix aux gens du passé

Entretien avec Isabelle Backouche et Sarah Gensburger. Propos recueillis par Christophe Granger et Anne Monjaret le 17 janvier 2020
Isabelle Backouche, Sarah Gensburger, Christophe Granger et Anne Monjaret
p. 197-210

Texte intégral

1Qu’entendait-on à Paris au xviiie siècle ? De quel genre de bruits, de cris, de voix s’accompagnait le cours ordinaire des vies ? Le matériau sonore ne se borne pas à constituer, pour le chercheur, un moyen de comprendre comment vivaient les femmes et les hommes qu’il étudie ; il est également un moyen de transmettre le savoir qu’il produit, un moyen de rendre voix aux gens du passé. C’est toute la richesse et la nouveauté des « Gens de la Seine », le parcours sonore dont Isabelle Backouche et Sarah Gensburger sont à l’origine. En dix-neuf bulles sonores, que nous retrouvons sur le site dédié1 et qui gagnent à être écoutées sur les lieux où elles se déroulent, il s’agit de proposer une promenade au sein de la capitale telle qu’elle se présentait au xviiie siècle en suivant la trace, alors si centrale, de la Seine.

2À travers le cas des passants du Pont-Rouge, des blanchisseuses, des tripiers, d’une petite marchande de fruit du quai de la Tournelle, d’une vendeuse de loterie du quai des Grands Augustins ou encore des baigneurs et du gardien de la pompe de la Samaritaine, c’est le vécu des habitants d’alors qui à la fois se ranime et se rend intelligible. Chaque séquence s’adosse à un travail de recherche long et patient, et prend appui sur des archives de grande richesse dont l’agencement vise en outre à souligner que l’histoire est toujours construite. Des règlements, bien sûr, des tarifs, des ordonnances de police ou l’état des personnes tombées dans la Seine, mais aussi des lettres plus intimes. Les voix des acteurs et des actrices qui lisent ces textes entremêlés s’ajoute à des sonorités évocatrices de ce quotidien perdu. Le son d’une cloche, celui du fleuve, des cris, des chants, du tapage. Le tout, mis en forme par l’écriture sonore de Michèle Cohen, permet de se figurer, par le recours aux voix et aux sons, ce que pouvait être ces existences prises dans un monde en train de disparaître.

3Et au fond, c’est tout le propos de cette entreprise. Loin du souci patrimonial qui réduit l’histoire de Paris aux vicissitudes de son bâti, il s’agit de promouvoir une démarche d’histoire sociale originale : ce qui compte, ce qui s’anime et dont nous prenons ainsi la mesure par les sons bien mieux que par l’image, c’est l’histoire des gens qui ont vécu la ville. Il y a là, nichée précisément dans des sons ordinaires, dans des bruits de rien pourtant si pleins de vie, une ambition politique d’une grande portée : l’histoire ne saurait se réduire à la parole des autorités, elle se doit de faire entendre l’existence des petites gens. Il s’ajoute, à cette expérience, qui est aussi une réflexion sur la valorisation des savoirs que produisent les chercheuses et les chercheurs, une dimension qui mérite d’être approfondie : alors que la réalité virtuelle et les images de synthèse sont la voie privilégiée pour les « spectacles » de reconstitutions historiques, qu’il s’agisse de villes ou de monuments, les sons, malgré les potentialités d’immersion et d’évocation qu’ils contiennent, sont plus largement ignorés.

4Pour toutes ces raisons, il nous a semblé important de clore ce numéro par un entretien avec Isabelle Backouche et Sarah Gensburger. Réfléchir avec celles qui ont inauguré cette mise en sons, et qui continuent de la mettre en œuvre, est un bon moyen d’inviter les chercheurs à une plus vaste sonorisation des sciences sociales.

Christophe Granger et Anne Monjaret : D’où vient l’idée de « Gens de la Seine » ? Quels étaient, pour vous, les principaux enjeux, savants, techniques et de transmission, qui ont servi de point de départ ?

Isabelle Backouche : L’émergence du projet et la naissance de « Gens de la Seine » sont plutôt une question d’opportunités. Il y a plein de raisons pour lesquelles on s’est lancé dans cette aventure, d’abord parce qu’on aime bien travailler ensemble ! Mais l’articulation entre sons et archives était une façon de diffuser nos connaissances scientifiques au-delà des revues académiques, avec toutes sortes de média, que ce soit les téléphones ou les ordinateurs. C’était aussi la volonté de couper l’herbe sous le pied des professionnels du numérique qui, en tout cas sur Paris, démultiplient les applis avec des contenus qui sont de piètre qualité, parce que ce qui compte, c’est l’agilité technique. Et puis la troisième chose qu’on essaie de mettre en valeur – et ça, c’est peut-être plus dans la fabrication, donc ça relève plutôt des ingénieurs du son et des gens du côté technique avec qui on travaille –, c’est de montrer, et là en fait on revient plutôt à la question du métier d’historien, qu’en fait l’histoire est une construction. Donc quand, dans un produit sonore, tu superposes plusieurs voix et plusieurs registres d’adresses, c’est-à-dire quelqu’un qui raconte et puis ensuite des lectures d’archives, tu montres qu’il y a, en fait, plusieurs registres dans la transmission, et que donc il n’y a rien, évidemment, de réel, contrairement, justement, à la réalité augmentée ou à la 3D qu’on te balance systématiquement chaque fois qu’on va voir un éventuel partenaire : « Ah bon, mais pourquoi vous ne faites pas d’images ? » Ou alors, une sorte de reconstitution… On n’est pas du tout dans cette volonté d’artifices ou de « faire croire », au contraire, on veut montrer les grosses ficelles et comment tout ça s’agence.

  • 2 « C’étaient des enfants. Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris », exposition à l’Hôte (...)

Sarah Gensburger : Si on revient un peu à l’historique du projet, Isabelle a fait une exposition destinée au grand public, qui s’appelait « Paris sur Seine », à l’Hôtel de Ville en 2011. Cette exposition, où elle avait beaucoup travaillé, était une exposition temporaire, donc le travail allait se perdre. Suite à ça, sur sa recommandation, j’ai été sollicitée pour réaliser l’exposition « C’étaient des enfants. Déportations et sauvetages des enfants juifs à Paris2 », en 2012. C’était une exposition grand public et gratuite, mais à la différence de « Paris sur Seine », où c’étaient des reproductions, nous, on n’a travaillé qu’avec des documents originaux, parce que la mairie sur ce sujet voulait être comme un musée, donc il y avait un enjeu d’authenticité, très spécifique à la question de la période. Or, en faisant l’exposition, il s’était posé un premier problème, c’est qu’il y avait plein de documents très personnels, notamment des lettres manuscrites qui, quand je passais du temps à les lire, me semblaient très fortes, mais je me demandais si, dans les vitrines, les gens allaient arriver à les lire. Donc j’ai proposé de les mettre en son. La mairie a fait un appel d’offres pour des lectures par des acteurs d’un certain nombre d’archives qu’on a choisies, et on a mis des petites douchettes ou des casques, selon les lieux, dans l’exposition, pour les lire. Il se trouve que j’ai fait une enquête sur les visiteurs de cette exposition, et une des choses qui ressortaient, c’étaient les sons. Enfin, ça ne laissait pas indifférent. Il y avait des gens qui n’aimaient pas ces sons, notamment il y avait un poème dans la salle après-guerre, un poème d’un enfant, un orphelin, absolument poignant, et c’est vrai que c’était plombant dans cette salle, je le comprends. Des gens avaient adoré ça parce qu’ils étaient vraiment dans l’ambiance, et d’autres avaient trouvé ça insupportable. Donc il y avait deux enjeux : cette expérience du son, et de l’autre, il y avait le fait de faire que des expositions de ce type ne se perdent pas. Un autre point commun qu’on avait, Isabelle et moi, c’est que, par des voies différentes, on travaillait sur l’espace, enfin à partir de l’entrée spatiale.

C. G. et A. M. : Pourquoi, pour mettre en œuvre cette histoire spatiale, avez-vous misé sur la narration et l’évocation sonores du passé ?

I. B. : On voulait raconter des histoires situées, et le son permet de raconter ces histoires ancrées dans le territoire, mais en laissant le territoire d’aujourd’hui vivre, pas en ayant le nez rivé sur un écran.

S. G. : Il y avait un certain temps déjà qu’on travaillait toutes les deux sur la question de croiser l’histoire urbaine et l’histoire de la Shoah étudiant l’ancrage spatial et social des Juifs dans Paris. Donc j’ai dit à Isabelle, après cette exposition : « Tu sais, en fait, on pourrait raconter l’histoire de tous les Juifs dans chaque immeuble, quand les gens marchent dans la rue ». Et Isabelle a dit : « Oui, mais tu sais, ça on peut le faire pour n’importe quelle période, sur n’importe quel sujet historique de Paris ». J’ai dit : « Ah, je ne sais pas, mais je te crois ! » On en a discuté, et on a conçu notre premier projet qui, à l’époque, s’appelait « Gens de Paris ». Il s’agissait d’utiliser le son pour raconter des histoires dans l’espace de la ville, en créant un lien entre le passé et le présent.

I. B. : C’est le projet de départ. C’est vrai qu’à chaque production qu’on a faite, il y a toujours une intrication avec nos recherches, ce n’est pas du tout deux métiers différents, ce n’est pas étanche. On a commencé par « Gens de la Seine », car cela prenait appui sur ma thèse3, et dans ce travail, l’approche spatiale est centrale. C’était un choix épistémologique. C’était revendiqué par Jean-Claude Perrot et Bernard Lepetit qui fut mon directeur de thèse et dont la manière de penser l’espace fut, et reste à mes yeux, fondamentale pour mettre en œuvre une histoire sociale réflexive4. J’insiste là-dessus, non pas pour faire venir de grands ancêtres, mais parce qu’on a l’impression de découvrir la dimension spatiale avec les SIG et les moyens techniques d’aujourd’hui. Mais du point de vue des historiens, travailler par l’entrée spatiale, est revendiqué depuis fort longtemps comme moyen de revivifier l’histoire sociale. L’entrée spatiale fait converger toutes les dimensions de la vie humaine, c’est-à-dire l’économique, le culturel, les loisirs, les amusements, le genre. Tous ces axes d’analyse, avec l’entrée spatiale, peuvent être abordés de front, mettant en valeur leurs éventuelles interactions, indépendamment du questionnaire que forge l’historien. L’approche spatiale a ainsi déterminé les déambulations, les balades, mais c’est aussi un choix heuristique assez fort. D’ailleurs, c’est pour ça que « Gens de la Seine » est venu en premier. Un jour, à la mairie de Paris qu’on avait sollicitée pour qu’elle nous soutienne, il y a quelqu’un qui a un peu plus tendu l’oreille. Je pense que c’était fin novembre, peut-être un fond de crédit à dépenser, bref, on nous a annoncé qu’on nous donnait un financement, et là on s’est dit : « Bon, qu’est-ce qu’on va faire ? » La tentation aurait pu être de commencer à développer une appli. On s’est dit : « Ce n’est pas notre boulot, on va s’enliser avec des technos. » Et donc on a dit : « OK, on va vous faire un parcours. » Et le premier parcours qui s’imposait, c’était « Gens de la Seine », parce que scientifiquement j’avais déjà tout le matériau, et qu’en plus, je le vois bien maintenant qu’on en a fait d’autres, ce matériau était déjà ancré dans l’espace. J’avais fait des cartes dans ma tête, j’avais essayé de voir où étaient les bateaux à lessive, où étaient les marchands de bois, etc. Maintenant, quand on travaille sur d’autres thèmes et qu’on va faire des bulles sonores pour l’exposition « Police des Lumières », qui se tiendra aux Archives nationales et dont Vincent Milliot et Vincent Denis sont les commissaires5, il fallait leur dire : « Il faut que ce soit dans le territoire, il faut qu’on puisse installer les bulles quelque part dans l’espace parisien. » Il y a donc une convergence entre cet outil et puis des choix de recherche.

C. G. et A. M. : Venons-en à l’aspect sonore des « Gens de la Seine » : en quoi le son constitue-t-il une ressource dans la construction et la transmission des savoirs, et comment avez-vous travaillé cette dimension dans les bulles des « Gens de la Seine » ?

S. G. : Le son crée quelque chose de très particulier. Le son, et c’est quelque chose qui est très important pour nous, permet d’avoir des voix, ce que ne permet pas l’image. L’image permet d’avoir des points de vue, mais en gros, dans une image, tu peux avoir le point de vue de celui qui est sur l’image, celui qui prend l’image et celui qui regarde l’image. Mais c’est beaucoup moins facile de les organiser en tant que tel. Ils sont un peu contraints dans l’image. Surtout si on prend une image d’archive, on la confronte avec une image d’aujourd’hui, c’est assez limité. Tandis qu’avec le son on peut construire la narration. Or un des enjeux, et c’est fondamental, c’est de raconter une histoire qui soit aussi une histoire de la recherche, c’est-à-dire de montrer comment se construit la recherche, dans le sens où la plupart du temps, quand on parle à des gens profanes, ils te disent : « Ah, donc toi, en fait, tu vas aux archives, et tu sors un carton sur l’histoire de… » Je fais : « Alors, pas du tout ! » Il n’y a pas de cartons sur l’histoire de … ! Cette chose toute simple est très précieuse. Dans « Gens de la Seine », nous avons réussi à faire en sorte que, sans même avoir une introduction en disant : « Voilà, dans chaque bulle vous allez écouter une archive brute », même quelqu’un qui ne sait pas ce qu’est une archive, il comprend qu’il y a plusieurs registres. Il y a une voix, un type de phrasé, un rythme ; il y a la langue, qui est un peu différente au xviiisiècle, et ça construit un rapport à la vérité qui est très différent de ce qu’on peut obtenir avec des choses techniques qui existent aujourd’hui, où souvent ce sont des voix électroniques, qui lisent des notices Wikipédia. On est dans le degré zéro du son. Nous, ce n’est pas du son, c’est presque de la voix, c’est de la narration que nous faisons. Le son, ce serait plutôt ce que font des gens comme Mylène Pardoen qui pratique une archéologie sonore d’ailleurs passionnante. Nous, c’est le pouvoir du son pour raconter, mais pour raconter au premier et au second degré en quelque sorte.

I. B. : Et c’est pour ça que, dans la fabrication d’une bulle, il y a une recherche d’archives au service d’une démonstration globale par petites touches. Sur « Gens de la Seine », il y a dix-neuf bulles. L’idée, ce n’était pas seulement de faire dix-neuf anecdotes sur la Seine. L’intention était que, si on écoute les dix-neuf, à chaque fois on accède à une connaissance de ce que les gens faisaient sur la Seine au xviiie siècle, mais on comprend également que le pouvoir est en train d’interdire les quais aux habitants et usagers pour faire du fleuve seulement une voie de navigation. Et ça, c’était l’argument de toute ma thèse. C’est-à-dire qu’à l’échelle de la bulle, dans la voix de celui qui parle, il n’y a pas seulement une évocation pittoresque de ce que fait le marchand, il y a aussi une mise en valeur de la menace et le fait que ce temps urbain du fleuve était fini et qu’on passait à autre chose, une voie de navigation à vocation nationale. Et la dernière bulle, c’est effectivement une sorte de synthèse de cette vie qui s’est achevée pour passer à une autre vision du fleuve dans la ville. Chaque bulle, ce sont des briques, mais les briques rassemblées tiennent un propos d’historien.

C. G. et A. M. : Justement, c’est un trait important de « Gens de la Seine » : dans quelle mesure, pour vous, ces voix permettent-elles de donner une place aux gens du passé ?

S. G. : La notion de voix est importante ici, parce qu’il y a des personnages. Le mot est important au sens double, c’est-à-dire de revendiquer une histoire sociale : c’est une histoire avec des gens. Il y a des gens dans l’histoire, ce n’est pas des bâtiments, on ne fait pas de l’histoire patrimoniale, donc le son permet d’accentuer ce choix, de le revendiquer parce qu’il donne vraiment, au sens propre, la voix à des personnes. Il ne parle pas des bâtiments, il fait parler des gens, les vainqueurs comme les vaincus. C’est une différence importante, je pense, et qui est très difficile à faire admettre. Mais vraiment à un point, vous n’avez pas idée. Avec les interlocuteurs, c’est très complexe, parce qu’ils sont d’abord attachés à des logiques patrimoniales, culturelles, etc.

  • 6 Backouche I. (2016 [2000]), La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850), Paris, Éditions de (...)
  • 7 Bernard Lepetit est décédé brutalement en mars 1996. On peut lire « Histoire des pratiques, pratiq (...)

I. B. : Oui, il y a cette logique patrimoniale, architecturale, omniprésente, alors que nous c’est un patrimoine humain, finalement, qu’on veut faire revivre, enfin c’est la société d’avant. Et du point de vue de l’histoire sociale, c’est aussi l’idée. L’histoire sociale ne va pas très bien, parce que maintenant pour toutes sortes de raison, les doctorants vont vers des sources plus facilement accessibles, notamment sur Internet. Donc qu’est-ce que tu trouves sur Internet ? Plutôt les points de vue surplombant des autorités, et puis aller éplucher des cartons d’archives pour entendre x ou y, des pétitions, tout ça, moi, c’est un pli que j’ai pris d’emblée. Dans la réédition de ma thèse, La trace du Fleuve6, à peu près au même moment, j’ai refait une préface, et là j’ai ré-enfoncé le clou sur un point dont j’avais eu l’occasion de parler, malheureusement trop peu, avec Bernard Lepetit7. À la fin de ma thèse, il m’avait dit : « Finalement vous avez fait l’histoire des vainqueurs », je lui avais dit : « Oui, mais quand même, j’ai fait l’histoire des vainqueurs en montrant toutes les résistances. » Or, là, nous ce qu’on veut, c’est justement tendre le micro à ceux qui ont résisté, parce qu’ils ont quand même résisté avant de se faire chasser, nous faisons entrer les vaincus dans l’histoire. Leurs paroles font valoir les rugosités de l’histoire pour échapper à un récit téléologique. Il y a donc aussi une histoire un peu militante dans le fait de faire parler les gens, de diversifier les points de vue sur le devenir d’un espace. L’exposition « Police des Lumières » sera sur la police, mais elle montrera qu’il n’y a pas juste des autorités qu’on entend… Il y a un archevêque, des intendants, parce que c’est ceux qu’on entend le plus facilement et qui sont les plus accessibles dans les archives. Donc là, finalement, on rend leurs voix à d’autres gens, avec d’autres points de vue. Ceux qu’on peut appeler les « indigènes », je revendique cette appellation, parce que ça montre que ce sont des gens différents de nous en les entendant et en fabriquant leur voix. Ils sont loin dans le temps, mais ils se rapprochent de nous grâce au son. Si on prend la petite marchande de loterie, je vois encore ce mémoire sublime qu’elle a fait rédiger. Elle s’adresse à Sa Majesté, tout ça. L’idée qu’une petite marchande de loterie s’adresse à Sa Majesté, il y a des gens qui ne peuvent peut-être même pas penser que c’est possible. On trouve ça dans les archives. Mais ça veut dire qu’il faut éplucher les cartons.

C. G. et A. M. : Donner la parole, suppose aussi tout un travail technique, et vous ne faites pas travailler n’importe quelle voix. Comment se fait ce choix ?

I. B. : Il y a tout un process. J’ai rédigé l’argumentaire principal pour les bulles. Ensuite, il y a des documents d’archives, et puis après on a tout à fait conscience de nos limites, et donc en général on fait travailler d’autres gens. Appelons-les des scénaristes. Ils travaillent comme des auteurs, ils font vivre les personnages, ils écrivent le script. Il faut que l’historien fasse un effort de synthèse pour qu’ensuite l’auteur puisse raconter une histoire en imaginant le feuilletage entre le récit et la lecture de documents d’archives, et ensuite l’auteur crée plusieurs voix, parce qu’en fait dans chaque bulle, il y a plusieurs voix. Pour qu’il y ait un rythme, parce qu’il ne s’agit pas que les gens s’ennuient. Il faut vraiment raconter une histoire.

  • 8 Pour « Gens de la Seine », les voix sont assurées par Christian Hecq, Alain Fromager, Olivia Bonam (...)

S. G. : Il y a plusieurs voix, et ensuite on décide qui va incarner ces voix. En fait, il y a une production. L’auteur fait des va-et-vient avec le chercheur. Ensuite, on décide du nombre de personnages, et pour ces personnages, on décide d’un certain nombre d’acteurs8. Évidemment il y a des enjeux de coûts, donc le même acteur va jouer plein de personnages dans des bulles différentes, et ensuite, il y a un réalisateur, en l’occurrence c’était Michèle Cohen, qui était auteure et réalisatrice, et une productrice exécutive qui, pour « Gens de la Seine », était Sylvie Arditi de Novaspot, la société de production de Radio Nova. Elles ont un casting. Enfin, là, je ne pense pas qu’elle a fait venir des gens, mais elle les connaissait déjà. Elle connaît les voix. Et une fois les acteurs choisis, il y a un tournage en studio.

C. G. et A. M. : Et vous, vous avez votre mot à dire ?

  • 9 « Aux Classes Laborieuses, l’invention du commerce populaire », 16 minutes : http://www.narrative. (...)

I. B. : On avait vraiment confiance. C’était la première expérience. On y est allé un après-midi pour regarder. J’ai assisté au tournage, et j’y pensais, là, c’est une parenthèse, mais je suis allée la dernière fois à la Comédie-Française et j’entends une voix, je me dis : « mais… » Comme quoi, la voix… C’était Christian Hecq qui fait des voix dans « Gens de la Seine ». Je ne le voyais pas, mais je me disais : « Mais cette voix, mais… » Tu vois, et en fait il devait y avoir « Gens de la Seine » derrière qui résonnait un peu. L’effet de la voix est important. On ne connaît pas les acteurs, on ne connaît pas leur voix, mais en général on est plutôt contente des choix qui sont faits. Quand j’ai assisté au tournage, c’était fascinant. Christian Hecq est un pro. Michèle Cohen lui disait : « Non, tu le fais plus… gai », par exemple, ou « plus souriant ». Et il était capable de faire dix fois une demi-phrase avec une tonalité différente. Et à chaque fois, tu entendais quelque chose de différent. Par contre, moi, pour la mise en son et en récit du siège actuel de la société Leboncoin qui occupe une des premiers grands magasins parisiens dont nous avons raconté l’histoire pour les salariés du site de vente en ligne9, ils m’ont fait jouer, ils m’ont dit : « oOui, finalement, ce serait bien que tu racontes »… le calvaire ! C’est très dur de dire les choses en ayant l’air simple, naturel, de ne pas faire un cours. Enfin, ça a été compliqué, mais c’était rigolo. Donc c’est pour ça qu’à chaque étape du process, il y a des professionnels qui maîtrisent leur segment. C’est un peu ça notre exigence. Et aussi, que chaque sujet peut avoir son type d’univers sonore à lui. Par exemple pour « Gens de la Seine », c’est des bulles, pour d’autres c’est le format podcast plus classique.

S. G. : Depuis, on a donc fait un projet pour la société Leboncoin. Ils habitent un bâtiment assez remarquable à Paris, 85-87 rue du Faubourg-Poissonnière, qui a été construit en 1900 pour un grand magasin, Aux Classes Laborieuses, et qui, ensuite, en 1936, a été racheté par Wolf Lévitan qui a ouvert un grand magasin de meubles. En général, les générations anciennes se souviennent du nom de Lévitan, et du jingle parfois, qui est d’ailleurs dans les sons utilisés, parce que, pour ce projet, on a un partenariat avec l’Ina, donc on a utilisé des archives de l’Ina. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le magasin Lévitan est aryanisé, car Wolf Lévitan est juif. Le bâtiment devient un camp de travail, annexe du camp principal de Drancy. Et aujourd’hui, c’est le siège de la société Leboncoin. Quand on a travaillé sur ce projet, il s’agissait de raconter à la fois le grand magasin Aux Classes Laborieuses et la période de la guerre. Ce sont deux histoires, deux types de source, etc., qui n’ont rien à voir. Pour la première partie, nous avons choisi les bulles qui ont un format thématique, un peu sur le mode de « Gens de la Seine ». Il y a six moments, mais ces six bulles ont été présentées en un seul podcast, comme liées entre elles. Et cette fois-ci, en effet, on entend Isabelle, ce qui est bien aussi. Le fait d’entendre la voix de l’historien participe à montrer qu’une histoire n’existe pas, qu’elle est construite, qu’elle part de documents, et qu’il faut quelqu’un pour les interpréter et leur donner sens. Ce peut être un professionnel, un historien, mais ce peut être aussi quelqu’un dont ce n’est pas le métier, ça ne veut pas dire que son savoir, son expérience ne vaut rien, et qu’il ne peut rien faire des documents, mais en tout cas il y a quelqu’un. Ce sont des questions d’arbitrage, bien sûr, mais je trouve qu’il est intéressant d’entendre la voix de l’historien. Et puis l’autre partie du projet est, cette fois, un podcast de vingt minutes, qui est plus une histoire en soi. Les types de sources sont complètement différents, par exemple pour la période Grand Magasin, c’est plutôt des catalogues, des documents d’archives, des documents comptables, des correspondances que nous avons mobilisés. Sur la partie Grand Magasin, on a fait une vraie recherche, il n’y a rien. Il n’y a aucune bibliographie. Donc, quand on écoute les douze ou quatorze minutes, on apprend des choses qui ne sont écrites nulle part. D’ailleurs, il devrait y avoir des revues scientifiques de son. On devrait pouvoir faire valider la scientificité de nos bulles, par un comité d’écoute.

I. B. : Même sur « Gens de la Seine », que je connaissais quand même beaucoup, pour arriver à produire les bulles, ça m’a poussé dans mes retranchements sur des petits points de détails plus intimes. Michèle Cohen me demandait des jurons du xviiie siècle ou encore, pour l’Hôtel-Dieu, des noms de maladie croustillants avec des sonorités particulières. Ça t’oblige à éviter l’anachronisme et à être très rigoureux.

C. G. et A. M. : L’horizon que vous travaillez n’est donc pas seulement celui du discours. Quelle place, justement, le souci de faire une place aux ambiances sonores, aux « petits sons de l’intime » et même aux sonorités d’un quartier à une époque, a-t-il dans le projet des « Gens de la Seine ? »

  • 10 Pardoen M. (2017), « Archéologie du paysage sonore. Reconstruire le son du passé », Revue de la BN (...)
  • 11 La reconstitution d’événements historiques, le plus souvent des batailles, par des amateurs.
  • 12 Société de production parisienne spécialisée dans les expériences sonores en 3D, fondée en 2008 pa (...)
  • 13 En ligne : https://www.abbayeauxdames.org/voyage/.

I. B. : L’idéal, ce serait d’aller aussi sur ce terrain. Ce serait qu’on puisse peut-être plus travailler avec des gens qui travaillent sur l’intime, un peu comme ce que fait Mylène Pardoen sur l’espace public10, ou même sur le bruit que font les étoffes. On pourrait tout imaginer. Malheureusement, en général, on n’a pas un temps démesuré pour produire, parce qu’il y a des contraintes. Mais justement, ces questions sonores touchent un peu à toute la réflexion sur l’histoire comme narration. Quelle distance peut-on prendre par rapport aux documents tels quels, jusqu’où va l’interprétation et le reenactement11 ? Donc on est quand même obligé de faire certains choix. Mais ils sont tous, toujours, fondés sur des matériaux d’archive. Se pose aussi la question de la qualité sonore. Jusque-là, on a eu beaucoup de chances, on a rencontré des gens formidables. On travaille aujourd’hui avec Narrative12, qui avait déjà fait des expériences sonores en utilisant le son binaural, le son immersif en trois dimensions. Et c’est fascinant, parce qu’on est dans le son. J’ai fait le parcours qu’elles ont imaginé pour l’Abbaye aux Dames à Saintes13 : tu avances, et tout d’un coup tu as l’impression que quelqu’un te parle à droite, et puis, mais même des fois, j’ai eu peur, on te parle à gauche. Elles appellent ça le voyage sonore immersif. Elles avaient développé ça avant qu’on les rencontre. C’est beaucoup moins basé sur la science, c’est plus de l’expérience, mais justement, elles ont écouté « Gens de la Seine », elles nous ont écrit, c’est comme ça qu’on les a rencontrées, et elles nous ont dit : « Est-ce que vous voulez qu’on fasse des choses ensemble ? » Ce n’est pas pour rien que leur société de production s’appelle Narrative. Et elles nous ont vraiment accompagnées dans nos autres projets. Et c’est vrai qu’il y a cette question de l’immersion dans le son 3D sans que ce soit non plus techniciste ou le petit gadget.

  • 14 École nationale supérieure des métiers de l’image et du son.

S. G. : Il y a des fois où c’est pertinent, d’autres où ça ne l’est pas. Il faut bien comprendre (d’ailleurs d’après elles, c’est la première fois que ça a été fait), et j’en ai fait l’expérience - que c’est très dur de faire du son immersif dans la rue. Parmi les autres projets qu’on a fait, on a fait les « Parisiens racontent la Shoah ». Pour l’instant, ce sont deux épisodes de quinze, vingt minutes qui font revivre des rues de Paris pendant la Shoah, dans une perspective d’histoire sociale, d’archives de la persécution, mais aussi d’archives de la vie quotidienne à Paris, qui sont aux Archives de Paris, dans des fonds qui, normalement, ne parlent pas de la Shoah – les inventaires ne mentionnent même pas le mot « juif » –, mais où beaucoup de choses peuvent être apprises. Les productrices de Narrative, puis l’ingénieur du son qui s’appelle Léa Chevrier, qui est spécialiste du son binaural et ancienne élève de la Fémis14, filière son, m’ont expliqué que faire un documentaire sonore dans la rue en son 3D est très difficile.

C. G. et A. M. : Pour quelles raisons ?

I. B. : C’est juste horrible, parce qu’en fait, on enregistre tout dans la rue. Par exemple, je dis : « Voilà, on va rentrer dans cet immeuble », ça va solliciter des archives, etc., et en même temps il y a un scooter qui passe à côté. Donc c’est bien d’avoir les sons de la rue, mais il ne faut pas les avoir pile pendant que je parle. Tout est décuplé avec le son binaural. Quand j’ai fait ma première phrase d’introduction pour « Les Classes Laborieuses », on était dans le hall (d’ailleurs, je l’ai refaite en studio après, je ne sais pas laquelle ils ont gardée) ; j’avais le micro (en fait il a une forme de tête parce que ça enregistre à 360°, donc la tête micro capte le son dans chaque oreille), juste devant moi, et je disais : « Bonjour, je m’appelle Isabelle Backouche. » À la fin, il y en a un qui me tenait par les épaules et un autre qui me tenait les mains pour que j’arrête de bouger parce que quand tu parles, tu bouges et ça fait des parasites. Et donc à la fin ils m’avaient scotchée ! [Rire]

S. G. : En fait un podcast documentaire in situ ça n’a jamais été fait, mais après avoir passé une journée, de 9 h 00 à minuit, rue Marie-et-Louise, qui est une des rues qu’on a fait revivre, je comprends pourquoi : il faut refaire sans arrêt. Et ça rejoint le fait que je ne suis pas une actrice. Donc ce n’est pas facile de redire plus ou moins la même chose, sans avoir l’air de se répéter, et en ayant tout le temps l’air spontané ! C’est là que tu rends compte que le fait de faire intervenir des comédiens, ça décuple la portée de ce que tu veux raconter. Il y a une incarnation. C’est ce qui manque parfois en histoire. Par écrit, je pense qu’on a beaucoup plus de mal. Enfin moi, personnellement. Il y a des historiens qui s’y prêtent, mais on a plus de mal à franchir ce pas vers la fiction, en quelque sorte, alors que par le son c’est pas pareil, je trouve qu’il y a plus de liberté. Ce n’est pas seulement sorti de notre imagination, il y a quelqu’un qui l’incarne, qui est là, il y a une présence physique qui se réapproprie le personnage, et donc d’un point de vue éthique, politique, c’est autre chose.

C. G. et A. M. : Beaucoup de réalisations qui se veulent historiques recourent à présent à la réalité virtuelle. Privilégier le son et les voix, comme vous l’avez fait, qu’est-ce que ça apporte de différent en matière de transmission d’un savoir sur le passé ?

I. B. : Pour nous, le son présentait aussi d’autres avantages, sur des plans très différents. « Gens de la Seine » a rencontré les faveurs de la municipalité de Paris, parce qu’il y avait le projet de piétonisation des berges de la Seine. Après, disons qu’ils ne se sont pas emparés du projet, pour des raisons que nous n’avons pas encore comprises, mais par contre quand Anne Hidalgo a fini par inaugurer les berges piétonnisées, elle avait accepté le projet de Timescope. On en a rencontré un de ses créateurs, au 104, c’est une startup. Ils avaient mis une borne place de la Bastille. La ville leur donnait 1 000 euros par mois, je crois, pour qu’ils l’installent. En fait, c’était une borne, un dispositif assez lourd, tu mets tes yeux, soi-disant tu bouges, et là tu voyais une image. Et donc, quand Hidalgo a inauguré les voies sur berges, c’est ce qui a été fait, alors que nous avions déjà créé « Gens de la Seine », que ça existait, et qu’il n’y avait aucune affiche, aucun panneau. Il y avait cette borne, et avec à côté « la mairie de Paris vous offre… ». Cette borne satisfaisait davantage le désir d’ostentation de la ville au service des Parisiens que nos sons. Quand tu mettais tes yeux, tu voyais comme des images de réalité virtuelle, de jeux vidéos ; tu voyais un bateau, un homme qui décharge. En plus, le commentaire était totalement faux parce qu’ils disaient qu’ils déchargeaient les marchandises pour les vendre dans les marchés alors que justement la spécificité, c’était que les marchandises se vendaient dans les bateaux.

La richesse, avec le son, est au contraire bien réelle. Presque neurosociologique. Le son a une vertu, il est beaucoup plus propice à l’imagination. Donc il laisse beaucoup plus ouvert l’interprétation, surtout si on peut en plus voir la ville d’aujourd’hui en même temps. Paradoxalement, il peut être beaucoup plus approprié que l’image. C’est aussi quelque chose qui nous semblait intéressant.

Et puis la navette entre le passé et le présent, l’avantage du son, c’est que si tu te balades, tu mets tes oreillettes, et donc tu es au bord de la Seine, tu vois le Paris d’aujourd’hui et tu entends les voix d’avant. Donc là, tu arrives à solliciter deux sens, alors qu’avec d’autres expériences, notamment quand c’est l’image, tu passes ta vie avec les yeux collés sur ton truc. Ça, c’est un autre prestataire qui s’appelle Histovery qui propose des HistoPad, c’est-à-dire des iPad dans des lieux patrimoniaux, ça existe au château de Chambord et ça existe à la Conciergerie. D’abord, tu paies ton billet d’entrée avec une supplément de 8 euros ou 6 euros pour avoir ton HistoPad, alors que nos balades sonores sont gratuites. Et une fois que tu as ton HistoPad, tu suis les étapes, il y a des bornes qui t’envoient des images, et tu redécouvres les lieux tels qu’ils étaient décorés et meublés au xive ou au xvie siècle. Mais là, encore une fois, c’est plat. Il n’y a pas les différentes dimensions dont on parlait tout à l’heure ; c’est comme si ça existait quelque part, ils y seraient allés et auraient remonté le temps pour savoir que c’était comme ça.

C. G. et A. M. : Le son rend l’histoire plus « vivante » d’une certaine manière. Du coup, toute cette démarche sonore qui est la vôtre, qu’est-ce que ça change dans votre travail d’historienne ?

I. B. : Quand je suis allée, une fois que tout était fini, dans le studio, on était assises sur le canapé et on a entendu les dix-neuf bulles. Je dois dire que j’étais estomaquée. J’avais l’impression d’entendre tous ces gens, que j’avais vus dans les archives, me parler. Pour moi, le dossier d’archive il est intéressant que s’il n’y a pas que le préfet de la Seine qui parle, mais qu’à l’intérieur, il y a la lettre d’un pauvre gars qui écrit. C’est déjà une exigence, parce que ça met en perspective ce que l’un dit par rapport à ce que l’autre dit, il y avait déjà ce jeu des points de vue. Donc, l’expérience ne peut faire que renforcer cette appétence que j’ai toujours eu en tant qu’historienne.

S. G. : Après, il faut savoir que c’est énormément de travail. Toi, tu avais fait ta thèse, mais même ça t’a pris beaucoup de temps de rechercher. Par exemple, pour la rue Marie-et-Louise, je pense que je pourrais écrire une thèse sur la rue Marie-et-Louise maintenant, parce que pour ce pauvre petit bout sonore de quinze minutes, j’ai trouvé et cherché un nombre d’archives qui est gigantesque et que l’auditeur peut découvrir sur la webapp ; il peut lire certains documents que nous avons utilisés. En quelque sorte, nous administrons la preuve grâce à ces archives, consultables plutôt quand on écoute la balade en mode sédentaire, chez soi, avec un ordinateur. Ensuite, on fait des choix éditoriaux, donc on doit en laisser de côté des choses pour que cela ait un sens, pour que ce soit vivant, que ce soit pertinent. Dans ce sens-là, il y a un va-et-vient qui montre que bien sûr il y a deux temps différents en recherche : celui de la recherche fondamentale et celui de la valorisation. Mais ils ne sont pas dissociés et ils peuvent même s’enrichir, dès lors que la valorisation est portée par les chercheurs eux-mêmes. Ce qu’on voudrait que nos institutions fassent, c’est donner des moyens aux chercheurs, pas forcément financiers, mais structurels et institutionnels pour qu’on soit à l’origine des projets de valorisation, et qu’ensuite on puisse trouver des partenaires pour les financer, mais qu’on soit porteur et pas qu’on arrive au bout de la chaîne. Être conseiller scientifique, moi, je n’ai pas envie, ça ne m’intéresse pas, parce que le projet est déjà ficelé, et tu arrives. Ça ne va pas nous faire grandir, et moi, ce que j’aime dans mon travail c’est la curiosité et la découverte permanentes.

I. B. : Bon, je ne l’ai pas dit, mais j’ai enseigné dix ans dans le secondaire. Moi, j’adore enseigner, j’adore transmettre. C’est aussi ce qui explique que j’aime bien être en interaction et en interface jusqu’au bout avec ceux qui sont censés le faire, mais il faut vraiment des talents différents pour arriver au produit final. Cette aventure nous a fait croiser des gens merveilleux, dans d’autres univers professionnels, des rencontres que nous n’aurions jamais faites et qui nous ouvrent des fenêtres au-delà du milieu académique. Cela nous semble aussi important de sortir de la soi-disant tour d’ivoire dans laquelle les chercheurs sont réputés être enfermés. Des excursions civiques, en plus de celles que nous adorons faire dans les archives !

Haut de page

Notes

1 https://passe-ici.fr. Le site rassemble désormais l’ensemble de ces créations. À l’origine, « Gens de la Seine » a été mis à disposition sur gensdelaseine.com qui reste actif, plus aisé pour un usage sédentaire.

2 « C’étaient des enfants. Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris », exposition à l’Hôtel de Ville, Paris, 1er juillet-15 octobre 2012. Voir aussi Gensburger S. (dir) (2012), C’étaient des enfants. Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris, Paris, Skira/Flammarion.

3 Backouche I. (1995), La Seine et Paris, 1750-1850 : pratiques, aménagements, représentations, thèse d’histoire sous la direction de B. Lepetit, EHESS.

4 Lepetit B. (dir.) (1995), Les Formes de l'expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel.

5 En ligne : http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/la-police-des-lumieres.

6 Backouche I. (2016 [2000]), La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850), Paris, Éditions de l’EHESS.

7 Bernard Lepetit est décédé brutalement en mars 1996. On peut lire « Histoire des pratiques, pratique de l'histoire », dans Lepetit B. (dir.) (1995), Les Formes de l'expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, p. 9-22.

8 Pour « Gens de la Seine », les voix sont assurées par Christian Hecq, Alain Fromager, Olivia Bonamy pour la version française, Nicolas Mead, Catherine Hosmalin et Roger Rocca pour la version anglaise.

9 « Aux Classes Laborieuses, l’invention du commerce populaire », 16 minutes : http://www.narrative.info/portfolio/les-recits-immersifs-dun-siege-social-mouvemente/

10 Pardoen M. (2017), « Archéologie du paysage sonore. Reconstruire le son du passé », Revue de la BNF, 55, p. 30-39. DOI : 10.3917/rbnf.055.0030.

11 La reconstitution d’événements historiques, le plus souvent des batailles, par des amateurs.

12 Société de production parisienne spécialisée dans les expériences sonores en 3D, fondée en 2008 par Laurence Bagot et Cécile Cros-Couder : http://www.narrative.info/portfolio/ experiences-sonores-3d/.

13 En ligne : https://www.abbayeauxdames.org/voyage/.

14 École nationale supérieure des métiers de l’image et du son.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Backouche, Sarah Gensburger, Christophe Granger et Anne Monjaret, « Rendre voix aux gens du passé », Socio-anthropologie, 41 | -1, 197-210.

Référence électronique

Isabelle Backouche, Sarah Gensburger, Christophe Granger et Anne Monjaret, « Rendre voix aux gens du passé », Socio-anthropologie [En ligne], 41 | 2020, mis en ligne le 25 juin 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/7097 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.7097

Haut de page

Auteurs

Isabelle Backouche

Isabelle Backouche, historienne et directrice d’études à l’EHESS (CRH), est spécialiste d’histoire urbaine. Elle travaille actuellement sur la Zone de Paris et la spoliation des Juifs à Paris (enquête collective). Elle a publié Paris transformé. Le Marais 1900-1980 : de l’îlot insalubre au secteur sauvegardé (Créaphis, 2016). Avec Sarah Gensburger, elle a publié « Entendre l’histoire pour comprendre son élaboration : des bulles sonores à la webapp “passe-ici.fr” » (Le Mouvement Social, 2019/4, p. 117-132).

Sarah Gensburger

Sarah Gensburger, chercheuse en sciences sociales au CNRS (ISP), spécialiste de la mémoire et des politiques publiques du passé. Elle est notamment l'auteur de Mémoire vive. Chroniques d’un quartier. Bataclan 2015-2016 (Anamosa, 2017). Avec Isabelle Backouche, elle a publié « Entendre l’histoire pour comprendre son élaboration : des bulles sonores à la webapp “passe-ici.fr” » (Le Mouvement Social, 2019/4, p. 117-132).

Christophe Granger

Articles du même auteur

Anne Monjaret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals