Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série42Dossier : Mémoire et énergieLes temporalités entremêlées des ...

Dossier : Mémoire et énergie

Les temporalités entremêlées des processus de transition énergétique

Une enquête pragmatiste sur nos « contemporanéités bas carbone »
The Interwoven Temporalities of the Energy Transition processes: A Pragmatist Inquiry into our “Low Carbon Contemporaneities”
Olivier Labussière et Alain Nadaï
p. 93-106

Résumés

Cet article est consacré aux processus contemporains de transition énergétique sous contrainte climatique. Ces processus sont largement déterminés par des scénarios de futurs climat-énergie qui véhiculent une représentation simplifiée du temps. Si les scénarios s’attachent à résoudre la tension entre le long terme (émissions carbone) et le court terme (investissements), cette perspective diminue l’attention pour une diversité de temporalités intermédiaires, qui relèvent d’héritages et de dynamiques collectives plus localisées, et peuvent jouer un rôle dans l’orientation des processus de transition. Pour tenir compte des temporalités concrètes (physiques, biologiques, sociales) que ces derniers mettent en jeu, cet article propose une approche relationnelle du temps adossée à un cadre d’analyse pragmatiste. Il propose de penser nos « contemporanéités bas carbone ». Si les visions de transition mobilisent un temps homogène et vide, sans durée, les « contemporanéités bas carbone » seraient des propositions de durée à articuler. Cette approche permet de suivre les formes renouvelées de domination qui émergent au nom de la « transition » comme les formes d’émancipation qui s’inventent en marge du capitalisme industriel, aussi bien qu’au milieu de ses ruines ou encore par détournement de ses moyens.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette recherche a été soutenue par l’Agence nationale de la recherche (ANR, programme « Sociétés innovantes », convention 2011-SOIN-003-01, projet COLLENER).

Texte intégral

  • 1 Le terme « transition énergétique » fait l’objet de nombreuses critiques quant à la nature des dév (...)

1Cet article est consacré aux processus contemporains de transition énergétique sous contrainte climatique1. Ces processus sont largement déterminés par des scénarios de futurs climat-énergie techno-centrés qui véhiculent une représentation simplifiée du temps organisée autour d’horizons abstraits (2030, 2050). Ce découpage ne rend pas compte de l’effort collectif à produire pour faire de ces visions de transition des réalités sociales et écologiques partagées.

2Nous nous intéresserons à la façon dont les processus de transition vers un monde bas carbone font importer – au double sens d’inclure et d’accorder de l’importance à – des passés et des futurs, proches et lointains, en les convoquant dans des jeux de relation qui leur confèrent une actualité et un potentiel pour la transition. Cette réflexion sur les contemporanéités bas carbone s’inscrit dans le cadre de l’analyse pragmatiste et revendique une approche relationnelle du temps. Si les visions de transition mobilisent un temps homogène et vide, sans durée, les « contemporanéités bas carbone » seraient des propositions de durée à articuler, au sein desquelles le rôle des héritages (de connaissance, de savoir-faire, d’organisations sociospatiales) serait disputé. Trois études de cas serviront de base à cette réflexion.

Des abords du temps controversés dans l’étude des transitions énergétiques

3Deux ensembles de travaux problématisent différemment la dimension temporelle des processus contemporains de transition énergétique.

4Un premier ensemble s’attache à déployer les évolutions historiques des systèmes énergétiques et leurs usages sur plusieurs siècles (Smil, 1994 ; Debeir et al., 2013). Cette histoire s’organise autour du récit de transitions successives depuis l’agriculture traditionnelle, l’âge préindustriel, la révolution industrielle et la civilisation des hydrocarbures. Cette vision d’ensemble est utile pour découvrir de grands systèmes énergétiques et les facteurs non énergétiques (innovation technique, consommation de masse, pratiques sociales) qui les influencent. Néanmoins, en mettant la focale sur des tendances globales, elle tend à négliger le rôle des cultures et des lieux dans le développement des sociétés, même si des travaux plus spécifiques existent, centrés sur des trajectoires nationales (Nye, 1998, dans le cas des États-Unis ; Wrigley, 2010, dans le cas du Royaume-Uni). Ce récit d’ensemble tend à réduire ces transitions à un jeu de substitution d’une source énergétique par une autre : du bois au charbon, puis aux hydrocarbures, puis à la consommation croissante d’énergies primaires transformées en électricité. L’idée qu’il y aurait actuellement une nouvelle « transition énergétique » est contestée. Elle masque les rapports de domination qui sous-tendent la suprématie toujours vive des énergies fossiles et marginalise les occasions historiques d’expériences alternatives (Fressoz, 2013).

5Un deuxième ensemble de travaux aborde les processus de transition à l’aune de la conduite du changement technique. Un ensemble de concepts (phases, sentier de dépendance, lock-in) est forgé pour expliquer, le plus souvent, pourquoi le déploiement de ces processus est si lent. Par exemple, Hugues (1983) a distingué plusieurs « phases » (invention, transfert technologique, croissance du système, expansion, différenciation spatiale) qui témoignent des décennies qu’il a fallu pour équiper les villes en éclairage public. Les travaux du Multi-level perspective (MLP) (Geels and Schot, 2007) ont instauré le principe d’un pilotage selon trois niveaux en interaction : la « niche », le « régime » et le « paysage ». La question au cœur de cette approche est de déterminer le temps nécessaire au passage d’un système technique à un autre (Sovacool, 2016). La conception évolutionniste et managériale de l’innovation dont ces travaux sont porteurs, la standardisation des échelles de décision ainsi que le peu d’attention prêtée aux enjeux de pouvoir et au rôle de l’espace ont suscité de nombreuses critiques (Shove et Walker, 2007).

6En s’intéressant aux processus actuels dits de transition énergétique sous contrainte climatique, cet article rejoint les critiques exprimées à l’égard d’une histoire linéaire et séquentielle des transitions énergétiques, qui prête finalement peu attention à la circulation des héritages entre ces histoires.

Que sont nos « contemporanéités bas carbone » ?

  • 2 Dupuy J.-P. (2002), Pour un catastrophisme éclairé, Paris, Seuil, p. 213.

7Penser le contemporain, au sens de ce qui constitue notre expérience du présent en relation avec le passé et le futur, appelle à revenir vers l’œuvre de François Hartog (2003). Notre « contemporain », selon l’auteur, n’est plus guidé par le passé (la « sagesse » des anciens) ou par le futur (des utopies mobilisatrices). La thèse du « présentisme » est celle d’une contemporanéité aliénante, marquée par une « double dette » permanente à l’égard du passé (ex. la mémoire de l’esclavage) et du futur (ex. le changement climatique). Le constat partagé d’une crise du contemporain a conduit d’autres auteurs à proposer de refonder notre rapport au futur, par une posture de « vigilance permanente2 » qui permettrait de prévenir la survenue d’un avenir dont on ne veut pas.

8La maille temporelle dont ces auteurs tracent les contours (prédominance des futurs lointains, tyrannie de l’immédiateté) est bien perceptible au sein des processus actuels de transition climat-énergie (scénarios de long terme, urgence à agir). Elle induit un raisonnement selon les catégories de long terme et de court terme qui empêchent de penser la complexité des temporalités engagées dans les processus de transition. Ainsi, le mode économiquement raisonnable pour opérationnaliser les scénarios de long terme serait de procéder par investissements massifs, économies d’échelle et atteinte rapide d’objectifs quantifiés à court terme. Si raisonner par « saut technologique » permet de souder le long au court terme, cela éclipse une diversité de temporalités intermédiaires, qui relèvent de formes d’historicité et de dynamiques collectives plus localisées, tout une part sociale et politique qui joue un rôle dans le déploiement des nouvelles technologies de l’énergie.

9Les travaux de l’anthropologue Jane Guyer (2007, 2017) sont ici précieux. Dans une réflexion proche de celle de Hartog sur l’expérience fragmentée du présent, elle insiste sur la disparition de la nearness (le passé et le futur proches). Selon son analyse, la nearness aurait été comprimée et associée à des fonctions économiques sophistiquées la rendant moins susceptible d’être investie par des usages ordinaires. Dans de nombreux cas, cette sophistication du capitalisme confère à l’expérience du présent des formes qui tendent à accroître les responsabilités et les gains individuels au détriment de l’émergence d’autres formes de synergies et de partages collectifs (ex. Fontaine et Labussière, 2018). Cependant, les « contemporanéités bas carbone » ne sont pas toutes explicables de cette façon. Elles suscitent également des constructions collectives qui tirent parti de visions de croissance (ex. instruments économiques d’État) adossées à des scénarios de long terme pour répondre à des enjeux davantage localisés. Cette diversité de dynamiques plaide pour une analyse qui rompt avec la seule focale « présentiste », au profit de constructions davantage multitemporelles (passés lointains et proches, futurs lointains et proches).

10Pour avancer dans cette direction, cet article propose de mobiliser la théorie de l’expérience de John Dewey. Celle-ci attire l’attention sur la capacité de l’homme à tirer parti des relations avec son environnement pour produire des conséquences attendues. Dans ce processus, à mesure que l’expérience se déploie, c’est la situation elle-même et tout le jeu de relations qui la sous-tend qui sont déplacés et transformés. L’expérience se fait non seulement par des « interactions » avec des choses résultant de situations stabilisées et durables, mais aussi par des « transactions » avec des éléments qui sont activement réinterrogés, sélectionnés et spécifiés en vue de leur insertion dans une situation changeante (Dewey et Bentley, 1949). Cette activité transactionnelle consiste à se saisir différemment des choses qui sont là, à les requalifier, pour leur conférer un nouveau statut et un nouveau rôle au sein d’une situation. Par le biais de « transactions », les choses entrent en action, et l’action acquiert une dimension collective au travers des entités dont elle s’entoure et dont elle se rend contemporaine.

  • 3 Dewey J. (1906), « Reality as Experience », The Journal of Philosophy, Psychology and Scientific M (...)

11Cette pensée pragmatiste de l’expérience invite à ne pas parler de la transition comme un substantif, mais comme un processus de recherche de continuité dans l’expérience. Le monde est en « transformation-qualitative-vers » (qualitative-transformation-towards)3 – en train de « transitionner », pourrions-nous dire. Le temps n’est pas une chose abstraite, mais une chose qui compte pour expérimenter de nouvelles mises en actes du monde de l’expérience. Il y a ici un lien fort entre les idées de temps et de matérialité. Si la durée d’un processus est conditionnée à la façon de faire coexister un ensemble d’entités hétérogènes, il faut aussi tenir compte des multiples temporalités (physiques, biologiques, sociales) dans lesquelles ces entités sont prises. La « durée » au sens d’une existence en recherche de continuité appelle un assemblage endurant, qui parvient à se maintenir malgré un certain nombre d’épreuves. Cette façon d’empiriciser le temps, de l’associer étroitement à des données physiques, biologiques et sociales, fait aussi de la durée un processus dont la croissance peut être contrariée, voire interrompue. Ceci invite à aborder les « contemporanéités bas carbone » comme une zone incertaine et plastique, où les effets de nos actions se produisent. De ce point de vue, la contemporanéité serait une proposition de durée à articuler.

Explorer les temporalités entremêlées des processus de transition énergétique

12Cet article fait l’hypothèse que les « contemporanéités bas carbone » seraient l’enjeu de rivalités importantes entre des processus collectifs susceptibles d’articuler différemment des temporalités (physiques, biologiques, sociales) en une durée conséquente pour satisfaire des fins particulières. Dans ce qui suit, nous prenons appui sur trois études de cas qui ont fait l’objet de travaux antérieurs. Il en résulte des tableaux relationnels souvent complexes qui entremêlent passé, présent et futur, et qui permettent de dépasser une lecture dichotomique entre court et long termes.

L’émergence de « fuel bridge » vers une économie bas carbone (Lorraine, France)

13Le fort développement des gaz non conventionnels, aux États-Unis puis en Europe, au début des années 2000, a bousculé les scénarios de transition, ouvrant ceux-ci à la possibilité d’une étape intermédiaire de décarbonisation, par substitution du charbon par le gaz (IEA, 2012). Le gaz est à la fois moins carboné que le charbon, mais il fait aussi partie des visions de transition au titre du stockage des surplus électriques renouvelables. Cette étape intermédiaire permet à tout un secteur industriel de se prévaloir d’une contribution à la lutte contre le changement climatique au travers de la construction de « fuel bridges », controversés (Delborne et al., 2020), vers une économie bas carbone.

14L’expérience lancée par une compagnie junior australienne, Kimberley Oil (KO), à la recherche de gaz de houille en Lorraine, s’inscrit dans ce contexte (Labussière, 2017). En 2000, les mines de charbon en Lorraine ferment après un siècle et demi d’exploitation. Ceci ouvre le territoire à l’arrivée de nouveaux projets industriels. En 2004, KO obtient un permis d’exploration d’hydrocarbure. En 2006, elle recrute d’anciens ingénieurs des Houillères du bassin de Lorraine (HBL) pour pallier son déficit d’expertise géologique. L’un des ingénieurs est missionné pour récupérer des archives minières. Grâce à ce vaste ensemble de connaissances (ex. plans des mines, coupes stratigraphiques, teneurs en gaz de six cents forages), KO réduit l’incertitude liée à la localisation de premiers forages et accroît la confiance de ses investisseurs. Cette captation de connaissances et de savoir-faire passés pour stabiliser un futur proche se heurte à une tout autre réalité. Dans un passé proche, après la fermeture des mines, le sous-sol s’est progressivement rechargé en eau. Le principe de forage retenu par KO s’affronte à ces charbons humides, et ne produit en 2015 qu’une solution inséparée de gaz et d’eau.

15À partir de 2011, la France devient un contexte peu rassurant pour les investisseurs en raison d’une loi interdisant le recours à la fracturation hydraulique. L’expérience en cours n’est pas limitée par cette disposition, mais elle prend le parti d’un ancrage national pour se prévaloir du soutien de l’État et des collectivités. L’entreprise devient La Française de l’énergie (FDE). Elle bénéficie des aides d’un contrat de plan État-région Lorraine et d’un projet européen (REGALOR) mis en place avec l’université de Lorraine. Ces collaborations public-privé contribuent à repositionner l’expérience en phase avec des visions nationales et régionales de transition bas carbone par les clean technologies. Un des puits de forage devient un site pilote au niveau européen (hydrogène, capture et séquestration du carbone, géothermie). Forte de ces collaborations, la FDE fait son entrée en bourse et se projette vers l’exploitation d’un champ gazier de plusieurs dizaines de puits. Les synergies public-privé sur lesquelles repose cette exploration ne favorisent pas le débat démocratique autour de ces nouveaux usages du sous-sol : alors qu’un nombre grandissant d’associations, de comités de gestion de l’eau et d’habitants s’inquiète de la multiplication des forages et de leurs conséquences, les incertitudes liées à un principe d’exploration encore non stabilisé restent confinées à une arène experte pour des raisons d’innovation.

16Ces temporalités entremêlées tracent les contours d’une « contemporanéité bas carbone » ambiguë en ce qu’elle prolonge l’exploitation d’hydrocarbures autant qu’elle prétend y mettre un terme. Elle tire parti de mécanismes publics de soutien à l’innovation dans une stratégie d’ancrage territorial qui s’avère opportuniste en ce qu’elle ne rend pas les « publics » « contemporains » de ses développements ni davantage capables d’en négocier les orientations. Dans les faits, si la mémoire des houillères est mobilisée pour justifier une supposée continuité d’activité extractive, ses héritages (connaissances, savoir-faire) sont mis à profit à des fins stratégiques pour sécuriser de premiers forages et investissements financiers.

La renaturation des mines et l’émergence de nouveaux paysages de l’énergie (Lusace, Allemagne)

17Le développement de l’éolien terrestre a suscité un vaste débat sur l’émergence de paysages bas carbone (Nadaï et Horst, 2010). Les espaces postindustriels, parfois déstructurés par plusieurs décennies d’économie extractive, sont devenus des sites privilégiés par des développeurs privés, car jugés peu contraignants sur un plan environnemental. C’est le cas de ce second terrain d’étude situé en Lusace, à mi-chemin entre Berlin et Dresde, dans d’anciennes mines de lignite à ciel ouvert (Deshaies, 2015).

  • 4 La Lausitzer und Mitteldeutsche Bergbau Verwaltungsgesellschaft mbH.

18La Lusace est connue pour l’exploitation extensive de lignite qui a façonné le paysage du xixe à la fin du xxe siècle. Au moment de la réunification (1989-1990), l’Allemagne révise ses priorités en matière d’approvisionnement énergétique, ce qui conduit à la fermeture brutale des mines et à une crise économique importante. Après la réunification, elle n’engage pas de stratégie immédiate de réhabilitation de ces zones. L’arrêt de l’exhaure libère la nappe phréatique qui remonte jusqu’à former des lacs au sein des anciennes mines. À la fin des années 1990, une société d’État (LMBV4) fait appel à l’International Bauausstellung Ilse-Park (IBA) – un laboratoire de conception architecturale et paysagère chargé d’attirer des investisseurs. Sur la municipalité de Klettwitz/Schipkau, au centre de cette zone, les grands espaces disponibles attirent des développeurs éoliens privés. Les sols détritiques et instables ne sont pas favorables aux éoliennes, mais une ingénierie spécifique est développée pour assurer leur ancrage et conférer à ces sols une nouvelle endurance.

19De 2000 à 2010, le schéma paysager Fürst-Pückler-Land est déployé par l’IBA. Il vise à ouvrir neuf sites expérimentaux destinés à tester des principes de renaturation (IBA, 2010). Le développement des énergies renouvelables s’inscrit dans cette stratégie de reconversion économique et environnementale. Le directeur de l’IBA, Rulf Kuhn, envisage une voie médiane entre la reconversion complète, qui aurait effacé le passé, et le fait de laisser le paysage à l’état sauvage (Mead, 2005). Island 2, l’un des quatre sites expérimentaux près de Klettwitz/Schipkau (à Lauchhammer-Klettwitz), illustre cette stratégie. La fosse de la mine de Bergheider est mise en eau de 2001 à 2014. De nouvelles forêts et cultures sont plantées aux alentours, ce qui permet la venue d’une nouvelle biodiversité, dont plusieurs milliers d’oiseaux migrateurs. En marge de ce site, un parc éolien de 100 MW est implanté entre 1999 et 2006. Entre 2012 et 2015, lorsque les éoliennes sont remplacées par de plus puissantes, la protection de cette nouvelle nature devient une question publique. Deux éoliennes sont retirées du projet afin que les oiseaux disposent d’un couloir migratoire vers le Bergheider See. Les nouvelles éoliennes, plus grandes, sont éloignées des villages pour limiter les covisibilités. Leur localisation tient aussi compte de la flore en renouvellement.

20Ce cas montre comment des parcs éoliens, au départ déployés de façon opportuniste et quantitative, viennent à être discutés et politisés à mesure qu’une seconde nature progresse sur ces sites dégradés. Au sein de cette « contemporanéité bas carbone » s’opèrent des négociations qui consistent à traduire des visions de long terme (des investissements éoliens) en une articulation nouvelle de temporalités jugée localement plus conséquente. Ce moment de refondation territoriale et paysagère n’efface pas les traces du passé – les anciennes mines et leurs infrastructures sont associées à des parcours touristiques –, mais il fait aussi place à des résolutions inattendues fondées sur ce qui vient.

Le développement des parcs éoliens citoyens (Frise-du-Nord, Allemagne)

21L’option de développement de l’éolien par des citoyens figure peu dans les visions de long terme (e.g. scénarios de transition), comme si les expériences de communauté étaient par nature de petite échelle et peu contributrices aux objectifs de transition. Le cas suivant porte sur l’essor considérable de l’éolien citoyen en Frise-du-Nord, à la frontière avec le Danemark (Chezel et Labussière, 2017). En 2016, la Frise comptait 162 000 habitants et 800 éoliennes (environ 1 800 MW), dont 77 % appartiennent à des habitants.

  • 5 Le terme « citoyen » désigne ici une forme de gouvernance collective de projets éoliens par une as (...)

22À la fin des années 1980, des agriculteurs et des entreprises de Frise traversent la frontière danoise pour s’approprier la technologie du petit éolien. Le chantier naval de Husum (HSW), une entreprise dont l’activité est en déclin, se lance dans la fabrication de petites éoliennes, puis fait construire une première ligne d’éoliennes dans le polder de Friedrich-Wilhelm-Lübke-Koog (FWLK) en 1989. Cette expérience inspire trois projets portés par des agriculteurs. Le maire demande à ce que soit construit un parc éolien commun dans le polder. Cet espace doit sa pérennité à une gestion collective des terres – par assèchement, construction et entretien de digues. Cet héritage de gouvernance collective met le projet sur la voie d’un investissement citoyen5. En 1992, 22 éoliennes sont construites le long de la digue, en cohérence avec le projet HSW. Des expériences similaires ont lieu dans deux communautés proches (Bredstedt-Land en 1991, Bohmstedt en 1993), puis dans de nombreux endroits de Frise.

23À partir de 1991, l’adoption au niveau fédéral du tarif d’achat de l’électricité éolienne vise à soutenir la croissance du secteur éolien sur le long terme. Il constitue un relais de financement qui participe à l’essor du modèle citoyen en Allemagne. À la fin des années 1990, le fort développement éolien est contesté pour des questions de paysage. Fort de son expérience pionnière, l’arrondissement de Frise devient un terrain d’expérimentation pour le niveau fédéral par l’élaboration d’une planification éolienne concertée entre l’administration, les municipalités et les parcs éoliens citoyens. Cela permet d’insérer le développement éolien dans un processus qui intègre les enjeux paysagers et, au-delà ceux de justice environnementale en relation avec les municipalités tenues en dehors de ces développements mais impactés par eux (Chezel et Nadaï, 2019).

24En 2009, les responsables de parcs éoliens citoyens créent une assemblée régionale, l’ARGE NETZ (220 parcs, 9 000 partenaires). Celle-ci crée un fonds financier pour mutualiser les investissements dans le renforcement du réseau électrique et soutenir le développement éolien. Elle crée aussi une société, la Breitbandnetzgesellschaft, dont l’objectif est d’équiper la Frise-du-Nord, un territoire périphérique, en fibre optique pour gérer les parcs éoliens à distance et apporter y compris aux villages sans éoliennes des facilités de développement économique. En 2014, l’ARGE NETZ ouvre un bureau à Berlin pour accroître le lobbying en faveur des projets coopératifs et informer les scénarios de long terme.

25Ce cas insiste sur le processus de croissance par étapes et récupération d’états antérieurs (les héritages de gestion collective des polders, les apprentissages autour du petit éolien) qui a permis au modèle citoyen de cheminer vers l’installation de plusieurs milliers de grandes éoliennes. Cette « contemporanéité » est fragile, elle appelle à reformuler les valeurs éthiques (partage des gains et des impacts) liées à ces développements. Si cet essor a profité des visions de croissance associées au tarif d’achat en 1991, l’arrêt de ce dernier en 2016 au profit d’un système par appels d’offres ouvre un futur incertain pour l’éolien allemand en général, et pour cette « contemporanéité bas carbone » que représente le modèle citoyen de Frise en particulier.

Quelles alternatives contemporaines face au « temps des solutions » ?

26Lors de la conférence scientifique qui a précédé la Conférence de Paris sur le climat (CdP-COP21), la question de la transition sous contrainte climatique fut formalisée de façon éloquente : le changement climatique anthropique est désormais bien établi, nous entrons dans le « temps des solutions ». Cela signifie que les « solutions technologiques » sont connues – beaucoup sont communes à différents scénarios – et qu’elles doivent être imposées de toute urgence, même si leur mise en œuvre néglige le jeu démocratique. Ces mots illustrent bien le danger qui consiste à réduire les processus actuels de « transition » climat-énergie à une tension temporelle entre le court terme (l’urgence à agir) et le long terme (le pilotage par les scénarios).

27À raison, Fressoz (2013) affirme que l’expérience actuelle n’est pas celle d’une « transition » : elle ne ralentit pas notre consommation effrénée d’énergie et nous maintient tributaire d’une économie capitaliste. Partant de cet argument, il plaide pour une autre histoire des énergies, non plus centrée sur les épopées du capitalisme, mais capable de se porter au-devant d’expériences alternatives méconnues, en particulier celles de décroissance. Si nous rejoignons cette critique et l’ouverture de cet agenda, il nous semble qu’opposer croissance et décroissance reste une différence insuffisante à elle seule pour évaluer la portée des processus en cours, dits de « transition ». D’une part, et pour le dire prosaïquement, bon nombre d’expériences alternatives n’attendent pas la fin du capitalisme pour se déployer ou bien encore tentent d’organiser autrement les liens marchands pour prospérer, par exemple dans un esprit d’économie sociale et solidaire. D’autre part, et c’est l’argument de cet article, il s’agit de comprendre la dimension temporelle de ces processus de « transition », au-delà du temps vide et homogène des scénarios. Il s’agit de prendre pied dans la fabrique collective de la durée pour comprendre comment peuvent s’organiser des rapports socioéconomiques vivants avec la terre.

28Cet article propose de penser nos « contemporanéités bas carbone » à l’aune d’une approche multitemporelle (passés proches et lointains, futurs proches et lointains). La façon de rendre contemporain à une expérience en cours (de « transition ») des éléments du passé comme du futur nous éclaire sur ce, celles et ceux qui peuvent prendre part à cette reconduction dans l’expérience et en bénéficier. Ce propos met l’accent sur la fabrique de la « contemporanéité » comme une proposition de durée à articuler. Cette approche permet de suivre les formes renouvelées de domination qui émergent au nom de la « transition » comme les formes d’émancipation qui s’inventent en marge du capitalisme industriel, aussi bien qu’au milieu de ses ruines ou encore par détournement de ses moyens. Trois observations ressortent de cette étude.

29Tout d’abord, si les politiques actuelles de transition s’articulent à des objectifs de long terme (scénarios technologiques, visions de croissance économique), la mise en œuvre de ces objectifs dépend de la capacité des acteurs industriels à stabiliser dans un futur proche des environnements (réglementaires, économiques, politiques) permettant de sécuriser le déploiement de leurs investissements. Loin d’opposer le court et le long terme, ce constat appelle à mieux les articuler en suivant les processus qu’emprunte la mise en économie des objectifs de transition (e.g. émergence des cadres réglementaires, développement des projets technologiques…) et la manière dont s’y enchevêtrent des temporalités multiples (Nadaï, 2020).

30Par ailleurs, du fait de leur fréquente association à des visions de croissance (objectifs quantifiés, instruments économiques, mobilisation d’acteurs de marché), ces expériences ont un caractère souvent précaire. Elles reposent sur des constructions collectives qui appellent à être révisées et renégociées régulièrement. Toutes les expériences ne le permettent pas. Quelquefois, ces constructions collectives peuvent susciter des aventures émancipatrices, comme l’illustre le cas de la Frise : un instrument économique calibré pour soutenir une filière industrielle a pu bénéficier à l’essor d’un modèle citoyen. Il a en revanche fallu pour cela que ce modèle soit périodiquement rediscuté pour assurer sa territorialisation (le partage des gains économiques et la prise en charge des enjeux de justice environnementale).

  • 6 Tsing A. L. (2017), Le champignon de la fin du monde, Paris, La Découverte, p. 75.

31Un troisième enseignement est que les « contemporanéités bas carbone » peuvent jouer de « rythmes enchevêtrés » pour ouvrir « une alternative temporelle bien vivante au scénario d’un temps unifié du progrès6 ». En Lusace, la capacité à faire importer le sol, l’eau, les forêts, les animaux migrateurs, et à rendre ces temporalités coprésentes à celles de développements technologiques ouvre des possibilités de devenirs conjoints de transition entre l’éolien et cette seconde nature. Comme le souligne Tsing, ces enchevêtrements ne doivent pas être tenus pour des modèles de développement. Ils sont précaires, vulnérables à ces présences multispécifiques, et se logent dans les mailles d’un capitalisme qui sait aussi s’y articuler pour en capter la valeur sans s’embarrasser de leur devenir. À l’inverse, le cas Lorrain n’offre aucun reste auquel se rendre coprésent et à partir duquel négocier les usages du sous-sol en devenir.

Conclusion

32Contrairement à l’idée que seuls les futurs lointains (visions et scénarios) et les attitudes d’anticipation guideraient les processus actuels de « transition » énergétique, cet article s’intéresse aux « contemporanéités bas carbone » selon une approche multitemporelle. Celle-ci interroge la façon dont nous sommes rendus contemporains au travers des processus actuels de transition de passés et de futurs, proches et lointains.

33L’article montre que ces enchevêtrements de temporalités sont politiques ; les opérations consistant à sélectionner, renommer, réassembler des entités (physique, biologique, sociale) de différentes époques (passées, présentes, futures) permettent à celles-ci de prendre part, ou non, à l’expérience en cours. Dans cette fabrique collective de la durée vers un monde bas carbone, la question mémorielle est sous tension. Les connaissances et savoir-faire hérités peuvent être réduits à des actifs industriels détachés du milieu social et politique qui a présidé à leur production. Les organisations sociospatiales héritées peuvent aussi être le lieu de processus inattendus de repolitisation. Elles peuvent enfin soutenir des processus d’appropriation collective d’instruments économiques pour servir des causes locales.

34Partant, si les processus de « transition » sont largement adossés à des visions de croissance (ex. instruments économiques d’État, investissements privés), discutables dans leur économie d’ensemble (ex. consommation de matière et d’énergie), les collectifs qui s’emparent de celles-ci et en orientent les formes de territorialisation ne sont pas déterminés par les scénarios de long terme qui les soutiennent. En ce sens, les initiatives alternatives de transition ne se situent pas seulement en dehors du capitalisme. Elles opèrent aussi par contestation et réorientation de ses moyens dans des durées construites (récupération d’états antérieurs, apprentissages collectifs) en cohérence avec des héritages et des formes d’historicités locaux.

Haut de page

Bibliographie

Chezel É., Labussière O. (2017), « Energy Landscape as a Polity. Wind Power Practices in Northern Friesland (Germany) », Landscape Research, p. 1-14. DOI : 10.1080/01426397.2017.1336516

Chezel É., Nadaï A. (2019), « Energy made in Northern Friesland: FAIR ENOUgh? », Local Environment, 24/11, p. 997-1014. DOI : 10.1080/13549839.2018.1531837

Debeir J.-Cl., Deléage J.-P., Hémery D. (2013), Une histoire de l’énergie, Paris, Flammarion.

Delborne J., Hasala D., Wigner A., Kinchy A. (2020), « Dueling Metaphors, Fueling Futures: “Bridge Fuel” Visions of Coal and Natural Gas in the United States », Energy Research and Social Sciences, 61. DOI : 10.1016/j.erss.2019.101350

Deshaies M. (2015), « Processus et enjeux du développement éolien sur la commune de Klettwitz/Shipkau », Collener working paper, LOTERR, Université de Lorraine, Nancy.

Dewey J. (1906), « Reality as Experience », The Journal of Philosophy, Psychology and Scientific Methods, 3/10, p. 253-257. DOI : 10.2307/2011250

Dewey J., Bentley A. (1949), Knowing and the Known, Boston, Beacon Press.

Dupuy J.-P. (2002), Pour un catastrophisme éclairé, Paris, Seuil.

Fontaine A., Labussière O. (2018), « Community-Based Solar Projects: Sun-Sharing Politics and Collective Resource Construction Trials », Local Environment, DOI : 10.1080/13549839.2018.1531838

Fressoz J.-B. (2013), « Pour une histoire désorientée de l’énergie », Entropia, 15. En ligne : hal.archives-ouvertes.fr/hal-00956441

Geels F., Schot J. (2007), « Typology of Sociotechnical Transition Pathways », Research Policy, 36, p. 399-417. DOI : 10.1016/j.respol.2007.01.003

Guyer J. (2007), « Prophecy and the Near Future: Thoughts on Macroeconomic, Evangelical, and Punctuated Time », American Ethnologist, 34/3, p. 409-421. DOI : 10.1525/ae.2007.34.3.409

Guyer J. (2017), « Anthropology and the Near-Future Concept », dans R. Poli, Handbook of Anticipation, New York, Springer International Publishing, p. 1-17.

Hartog F. (2003), Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil.

Hugues Th. (1983), Networks of power. Electrification in Western Society, 1880-1930, Baltimore, John Hopkins.

IBA (2010), Bergbau Folge Landschaft. (Post-Mining-Landscape), Berlin, Jovis. En ligne : iba-see2010.de/en/verstehen/projekte/neuninseln.html

IEA (2012), Golden Rules for a Golden Age of Gas. World Energy Outlook, Special Report on Unconventional Gas. En ligne : iea.org/reports/golden-rules-for-a-golden-age-of-gas

Labussière O. (2017), « Concentrer une ressource diffuse. Enjeux sociotechniques et politiques de l’exploration du gaz de charbon dans le bassin houiller de Lorraine », dans Y. Gunzburger (dir.), Le projet d’exploitation du gaz de charbon en Lorraine et son intégration dans le territoire, Paris, CNRS Éditions, p. 55-76.

Mead A. (2005), « One Option Was to Do Nothing – To Leave the Landscape to Its Own Devices as a Wilderness », Architects Journal, 27.

Nadaï A. (2020), « Mettre le vent en tension », dans Chiapello È., Missemer A. et Pottier A. (dir.), Faire l’économie de l’environnement, Paris, Presses des Mines, p. 141-159.

Nadaï A., Van der Horst D. (2010), « Introduction: Landscapes of Energies », Landscape Research, 35/2, p. 143-155. DOI : 10.1080/01426390903557543

Nye D. (1998), Consuming Power. A Social History of American Energies, Cambridge, MIT Press.

Shove E., Walker G. (2007), « CAUTION! Transitions Ahead: Politics, Practice and Sustainable Transition Management », Environment and Planning A, 39, p. 763-770. DOI : 10.1068%2Fa39310

Smil V. (1994), Energy in World History, Boulder, Westview Press.

Sovacool B. (2016), « How Long Will It take? Conceptualizing the Temporal Dynamics of Energy Transitions », Energy Research & Social Science, 13, p. 202-215. DOI : 10.1016/j.erss.2015.12.020

Tsing A. L. (2017), Le champignon de la fin du monde, Paris, La Découverte.

Wrigley T. (2010), Energy and the English Industrial Revolution, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Le terme « transition énergétique » fait l’objet de nombreuses critiques quant à la nature des développements contemporains auxquels il renvoie (section 1). Il tend à homogénéiser des trajectoires en réalité multiples et à taire les rapports de force que leur mise en œuvre suscite. Dans cet article, les auteurs traitent cette difficulté en s’intéressant aux « processus » de transition énergétique. Ils partent du principe que les « processus » contemporains vers un monde bas carbone sont incertains quant à leur capacité à redistribuer les pouvoirs, les richesses et les impacts sur l’environnement. Plus qu’un enjeu de bonne opérationnalisation des trajectoires définies par des scénarios, les auteurs proposent une approche pragmatiste selon laquelle les fins et les moyens des politiques de transition énergétique se redéfinissent en cours de déploiement.

2 Dupuy J.-P. (2002), Pour un catastrophisme éclairé, Paris, Seuil, p. 213.

3 Dewey J. (1906), « Reality as Experience », The Journal of Philosophy, Psychology and Scientific Methods, 3/10, p. 254.

4 La Lausitzer und Mitteldeutsche Bergbau Verwaltungsgesellschaft mbH.

5 Le terme « citoyen » désigne ici une forme de gouvernance collective de projets éoliens par une assemblée d’habitants, réunis sous le statut de GmbH. Ce statut d’entreprise leur permet de co-investir (participations individuelles, hypothèque de terres agricoles) avec des investisseurs privés (banques) tout en restant maître de la conception du projet, de sa gouvernance, voire de sa maintenance.

6 Tsing A. L. (2017), Le champignon de la fin du monde, Paris, La Découverte, p. 75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Labussière et Alain Nadaï, « Les temporalités entremêlées des processus de transition énergétique », Socio-anthropologie, 42 | 2020, 93-106.

Référence électronique

Olivier Labussière et Alain Nadaï, « Les temporalités entremêlées des processus de transition énergétique », Socio-anthropologie [En ligne], 42 | 2020, mis en ligne le 07 décembre 2020, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/7466 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.7466

Haut de page

Auteurs

Olivier Labussière

Olivier Labussière est géographe, chercheur au CNRS, rattaché au laboratoire Pacte à Grenoble. Il est membre du directoire de Pacte et responsable de l’équipe « Environnement ». Ses travaux portent sur les relations entre espaces, énergies et sociétés en contexte de transition climat-énergie. L’analyse du déploiement de nouvelles technologies de l’énergie (à terre, en mer, dans les sous-sols), des politiques qui les sous-tendent et des luttes qu’elles suscitent offre une entrée privilégiée pour suivre la façon dont se redéfinissent les limites de l’écoumène compris comme l’espace géographique habité. Ces nouvelles frontières sont des lieux où par hypothèse se vivent, se discutent et se redéfinissent les politiques environnementales contemporaines. Il a publié avec Alain Nadaï, Energy Transition: A Sociotechnical Inquiry (Palgrave Macmillan, 2018).

Alain Nadaï

Alain Nadaï est sociologue, directeur de recherche au Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (CIRED). Ses recherches ont porté sur les controverses environnementales (taxation carbone énergie, écolabels de produits), ainsi que sur les politiques de l’environnement, de l’énergie et du paysage. Elles se concentrent aujourd’hui sur les enjeux sociaux, institutionnels et territoriaux de la transition énergétique, dont ceux associé à la construction de futurs bas-carbone.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search