Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série43Dossier : Médicament et frontièresMédicament et frontières : adapta...

Dossier : Médicament et frontières

Médicament et frontières : adaptation, ambivalence, plasticité

Johanne Collin
p. 9-22

Texte intégral

1Le médicament occupe une place significative dans les sociétés contemporaines, au-delà des finalités thérapeutiques qui lui sont traditionnellement reconnues. D’une part, parce que le concept même de thérapeutique s’est considérablement élargi au cours du dernier siècle pour inclure, très en amont, la prévention – voire la préparation à l’apparition de la maladie – et, en aval, l’extension des limites corporelles – comme en témoigne l’engouement pour la médecine régénérative. D’autre part, parce que les usages qui en sont faits, au-delà et en dehors de l’influence de la médecine, sont de plus en plus nombreux dans toutes les sphères de la vie sociale. Comment saisir, dès lors, l’injonction sociétale à utiliser les médicaments hors du contrôle médical classique ? Et comment interpréter le pouvoir immense du médicament sur nos vies ?

2Objet d’étude trop souvent réduit à sa dimension instrumentale, technique, présumée neutre ; objet inerte, bien de consommation, « créature » de la toute-puissante industrie pharmaceutique, le médicament peine, en fait, à occuper une place autre que transitoire ou secondaire dans le regard des sciences sociales. Et pourtant, le médicament fait et fait faire. Il fait à travers les effets physiologiques indéniables qu’il a sur les corps. Il fait aussi à travers le potentiel qu’il recèle de transformer notre rapport au monde, nos comportements, nos représentations du corps, de la santé, de la vie en soi. De plus, il fait faire à travers l’immense potentiel qu’il recèle à agir sur la plasticité du social en contribuant à brouiller les frontières entre normal et pathologique, certes, mais également entre naturel et artificiel et entre inclusion et exclusion sociale (Collin, 2016).

3C’est autour de l’agentivité du médicament et de sa capacité à agir sur les frontières du social que s’articule ce numéro thématique. Appréhender le médicament sous l’angle de son agentivité signifie donc bien davantage que de ne scruter que ses usages. Cela implique aussi de saisir comment la matérialité des corps en conjonction avec celle du médicament sont agis et agissent en retour sur le politique, le social, le culturel.

L’agentivité du médicament

4Plusieurs auteurs ont proposé qu’existent, étroitement imbriquées, une « vie sociale » du médicament dans, et en dehors, du corps (Whyte, Van der Geest, Hardon, 2002). Susan Fraser, Kylie Valentine et Celia Roberts (2009) montrent ainsi qu’en façonnant de diverses manières le quotidien des individus, le médicament devient en soi un acteur politique et social. Un cas de figure éclairant est également celui analysé par Asha Perrson (2004) qui, à partir d’entretiens auprès d’individus atteints du VIH, a montré comment la trithérapie, bien qu’ayant pour effet de rendre indétectable la charge virale de ces malades, tendait à transposer, à l’extérieur du corps, le stigmate associé à la maladie en provoquant une lipodystrophie très typique des personnes atteintes de la maladie. Le très beau texte de Sjaak Van der Geest et Susan Reynolds Whyte (1989), dont des extraits sont reproduits dans ce numéro, nous convie également à élargir et à approfondir le regard que nous portons sur le médicament et sur la puissance des dimensions métaphoriques et métonymiques qui le caractérisent.

5Les auteurs avancent ainsi que la matérialité du médicament, son caractère concret, ses représentations circonscrites et accessibles à tous (la pilule ou la gélule) mettent en évidence la fonction métonymique qui le distingue des autres technologies médicales. Le médicament comme objet incorpore en effet en lui-même les savoirs scientifiques et l’expertise technique qui ont mené à sa création. Contrairement à la chirurgie par exemple, qui ne saurait être mobilisée efficacement sans le concours du chirurgien, le médicament, quant à lui, ne requiert pas l’expertise du professionnel ou du scientifique pour être ingéré et agir sur le corps et sur la maladie. L’un de ses « charmes » est donc d’avoir ce potentiel « libérateur » en permettant au malade de s’extraire de la relation thérapeutique et de se mettre à distance du pouvoir médical. C’est d’ailleurs, à un autre niveau, ce que constate Sylvie Fainzang dans plusieurs de ses écrits qui scrutent la relation entre médecin et patient (voir l’entretien dans ce numéro).

6Ainsi la matérialité et l’accessibilité du médicament rendent possible la réappropriation de ses usages et de ses effets par les profanes. Cette démocratisation (involontaire) d’une technologie issue d’un savoir scientifique de haut niveau confère au médicament un énorme potentiel de transformation des dynamiques sociales, au gré de cette réappropriation à des fins qui débordent largement le champ du médical.

7Les auteurs du texte de la rubrique « Écho » de ce numéro avancent également que le médicament, concret, portatif, facilement transmissible, constitue un bien dont la valeur d’échange – indéniable – varie en fonction de la symbolique qu’on lui confère. On peut cependant prolonger cette réflexion en avançant qu’une deuxième caractéristique du médicament concerne ses multiples finalités. Un même médicament peut être utilisé à plusieurs fins (pour soigner, réparer, normaliser ou améliorer les potentialités) en regard des contextes d’usage. Ainsi, un médicament destiné à contrôler le TDAH (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité) peut être utilisé à des fins d’amélioration de la performance cognitive et de la concentration (Otero et Collin, 2015). C’est également le cas des bêtabloquants, utilisés par des musiciens pour contrôler le trac, comme le montre Cassandre Ville (dans ce numéro). Les finalités multiples qui caractérisent le médicament contribuent ainsi à décloisonner l’espace social dans lequel il circule et rendent fluide le passage de la sphère médicale à l’ensemble des autres mondes sociaux ; à autonomiser, en somme, le médicament et à potentialiser sa prégnance sur les dynamiques sociales.

8Une troisième dimension constitutive du médicament est étroitement liée à la norme et à l’identité. Le médicament agit sur la configuration spatiale et temporelle de l’existence des individus. Et ce, parce que contrairement aux autres traitements comme la chirurgie, l’effet du médicament est, le plus souvent, réversible. La plupart des traitements pharmacologiques ont pour effet de contrôler les maladies ou les états plutôt que de les guérir ou les éradiquer. Leur effet n’est dès lors pas permanent et cesse lorsqu’on les arrête. Dans cette perspective, le médicament introduit une plasticité des identités, au sens propre comme au sens figuré, liée à la réversibilité de ses effets, comme en témoigne par exemple le recours à l’hormonothérapie dans les transformations transgenres. Cette plasticité trouve écho dans la fluidité des rapports sociaux identitaires collectifs et des prises de position politiques qui s’organisent autour de ses effets potentiels et des enjeux qu’il soulève, comme nous le verrons plus avant, en termes d’inclusion ou d’exclusion sociale.

9Ces attributs qui distinguent le médicament d’autres technologies médicales lui confèrent un potentiel d’autonomisation assez unique par rapport à l’institution médicale qui s’exprime et se déploie à travers un processus de pharmaceuticalisation qu’il importe de définir.

Pharmaceuticalisation et déplacement des frontières

10Après avoir, pendant plusieurs décennies, réfléchi l’accroissement des recours aux médicaments sous l’angle de la médicalisation (Conrad, 2007) puis de la biomédicalisation (Clarke et al., 2010), les sciences sociales se tournent désormais de plus en plus fréquemment vers le concept de pharmaceuticalisation pour cerner l’extension et l’expansion des usages du médicament (Abraham, 2010 ; Williams et al., 2011 ; Desclaux et Egrot, 2015 ; Collin et David, 2016). Dans ce numéro, nous proposons d’envisager la pharmaceuticalisation sous l’angle du déplacement des frontières. L’accentuation de la place qu’occupe le médicament dans l’espace social proviendrait ainsi de l’interaction ou de la convergence entre trois processus majeurs de transformations sociales (médicalisation, molécularisation et biosocialisation) qui activent tour à tour ou simultanément un mécanisme similaire : celui du déplacement ou du brouillage des frontières entre deux pôles antinomiques au sein desquels le médicament jouerait un rôle primordial de passeur, de pivot, voire d’interface (Collin, 2016).

11Dans le cas de la médicalisation, comme l’ont montré de nombreuses études, le médicament est l’un des dispositifs majeurs qui permet, facilite ou précipite le déplacement de la frontière entre santé et maladie ; c’est-à-dire entre ce qui, dans une société donnée et à un moment donné de son histoire, est considéré comme normal et ce qui est considéré comme pathologique.

12Toutefois, le médicament contribue également à brouiller la frontière entre inclusion et exclusion sociale à travers le processus de biosocialisation. Il incarne un objet autour duquel s’organisent de nouvelles formes de socialités, que celles-ci se constituent en faveur ou en opposition au médicament ; que les expériences et motifs d’usage soient conformes à la normativité contemporaine (usages médicaux) ou déviants par rapport à celle-ci. Ces nouvelles formes de socialité reposent sur des communautés virtuelles fortes et éventuellement des sous-cultures porteuses de nouvelles normes sociales (Hardon, 2013). On pense ici notamment au mouvement d’antivaccination, mais également aux forums d’échanges sur les usages « détournés » de médicaments psychotropes et autres substances pour accroître les performances (Smith et Graham, 2019 ; Robitaille, 2018). Dès lors, le déplacement de la frontière entre inclusion et exclusion sociale via le médicament implique également une tension permanente entre déviance et conformité aux normes sociales.

13Finalement, le processus de molécularisation invite à réfléchir les manières par lesquelles le médicament opère des changements ontologiques en brouillant la frontière entre le vivant et le non-vivant, le naturel et l’artificiel. En effet, avec l’émergence de la biologie moléculaire au milieu du xxe siècle, l’étude du vivant est passée d’une perspective cellulaire à une perspective moléculaire (Rose, 2007). La molécularisation s’accompagne ainsi nécessairement d’un ensemble de mutations biotechnologiques, politiques, économiques, culturelles, sociales et identitaires. En contribuant à déplacer la frontière entre le naturel et l’artificiel et à repousser les limites du vivant, le médicament devient ainsi le moteur d’une hybridation non seulement culturelle (comme le montrent de nombreux travaux anthropologiques depuis la fin des années 1980), mais aussi matérielle et biologique.

14Pour aborder le thème de Médicament et frontières, trois angles de réflexion ont été privilégiés :

  1. l’ambivalence envers le médicament et la redéfinition de la frontière du soin ;
  2. de l’adaptation à la nouvelle conformité : les usages « détournés » des médicaments ;
  3. les frontières du médicament.

L’ambivalence envers le médicament et la redéfinition de la frontière du soin

15L’ambivalence est de plus en plus présente au sein des pratiques contemporaines de recours aux médicaments. Souvent objet de consommation, voire de (sur)consommation (psychotropes, médicaments de confort), le médicament peut également devenir objet de refus ou d’hésitations, comme c’est le cas pour la vaccination. Cette ambivalence permet de cerner les finalités pour lesquelles des individus acceptent ou refusent le médicament et, ce faisant, adhèrent ou résistent aux logiques préventives mises en avant dans le discours médical et de santé publique. Toutefois, cette ambivalence n’est pas le seul apanage des consommateurs. Les soignants y sont également confrontés. Le médicament devient ainsi un acteur à part entière dans la relation entre soignant et soigné lorsqu’il contribue à redéfinir la frontière entre inclusion et exclusion sociale, lorsqu’il se substitue, par ses effets chimiques, symboliques et métonymiques, à des dispositifs d’inclusion sociale défaillants et qu’il fait écran à des ressources insuffisantes.

  • 1 Simmel, G. (1999), Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, p. 607.
  • 2 Fassin D. (2009), « Les économies morales revisitées », Annales. Histoire, sciences sociales, 6, p (...)

16En abordant la question de « La délivrance de médicaments aux exilés dans les PASS du nord de la France », Chloé Tisserand et Jacques Rodriguez proposent d’entrée de jeu d’aborder le thème de la frontière selon ce qu’en dit Georg Simmel : « La frontière n’est pas un fait spatial avec des conséquences sociologiques, mais un fait sociologique qui prend une forme spatiale1. » C’est une double frontière que scrutent ainsi les auteurs. Il y a d’abord la frontière géopolitique (franco-britannique), sur le littoral du nord de la France, où s’entassent notamment les migrants auxquels sont fournis des soins gratuits à travers les PASS (permanences d’accès aux soins de santé). Il y a également ce que les auteurs appellent la frontière du soin, que les médicaments contribuent à redéfinir. En effet, confrontés à un manque de ressources médicales criant et témoins des conditions de vie « indignes et insupportables » des exilés, les soignants des PASS sont pris en tension entre les injonctions d’une pratique médicale scientifique et rigoureuse et le désir d’apporter une réponse médicamenteuse à la détresse de leurs patients. Avec très peu de moyens pour évaluer correctement l’état clinique de ces derniers, et devant une demande forte pour des antalgiques et autres médicaments psychotropes permettant aux exilés de s’évader temporairement de ces « conditions inhumaines », les soignants hésitent. L’ambivalence ressentie par les soignants les incite à traiter l’« inhospitalité » que vivent ces « exclus » comme un problème médical plutôt que social, faisant de la compassion, selon les termes mêmes des auteurs, « un registre essentiel dans l’“économie morale” de l’immigration2 ».

17Dans un tout autre contexte de soins, c’est également l’ambivalence des soignants face à la prescription de certains médicaments qui contribue à redessiner la frontière du soin. Dans un article portant sur la prescription de psychostimulants aux enfants d’âge scolaire ayant reçu un diagnostic de TDAH, Marie-Christine Brault et Guillaume Beaulieu mettent en exergue le questionnement des soignants (médecins et psychologues) quant aux contours flous de ce trouble psychiatrique (s’agit-il réellement d’un trouble psychiatrique ? ou d’un type de comportements relevant de l’environnement social de l’enfant ?) et quant à l’efficacité des tests et autres outils à disposition pour établir le diagnostic. Face à cette incertitude, les pressions de la demande sociale – provenant de l’école ou des parents – tendent à infléchir le jugement clinique et conduisent à un agir menant à la prescription de psychostimulant. La décision du recours s’éloigne alors du médicament-traitement pour devenir plutôt médicament-concession et médicament-compassion, redessinant ainsi les frontières du soin.

18L’ambivalence des soignants face à la délivrance ou à la prescription du médicament dans les deux cas de figure illustrés ici tend à réactualiser la « règle de la décision médicale » (Scheff, 1963) issue de l’un des premiers ouvrages classiques américains sur l’incertitude médicale. La règle implicite qui dicte la conduite du médecin, selon Thomas Scheff, est celle d’agir plutôt que de ne rien faire. Ce qu’il identifie comme étant l’« erreur de type 1 » est celle qui aurait les répercussions les plus graves, c’est-à-dire de ne pas diagnostiquer une maladie chez un individu plutôt que de traiter un patient qui n’est pas malade. Dans la mouvance accélérée d’une médecine préventive qui, de plus en plus, étire la portée de son regard en amont de la maladie, en scrutant les signes précurseurs et en ciblant les facteurs de risque, la « règle de la décision médicale » conduit à un recours toujours plus extensif au médicament, quelle que soit son efficacité avérée. C’est d’ailleurs la difficulté à établir de manière certaine un diagnostic – comme dans le cas du TDAH – qui amplifie la « libre » circulation de psychostimulants, d’antalgiques ou encore d’anxiolytiques dans certains milieux pour améliorer les performances, thème central de l’axe 2. À l’instar du phénomène de fuitage (leakage) analysé par Anne M. Lovell et Sandrine Aubisson (2008), la fluidité avec laquelle ces médicaments prescrits à des fins thérapeutiques basculent (ou se coulent) dans l’univers des usages « détournés » s’inscrit dans ce déplacement de la frontière entre santé et maladie certes, mais également entre inclusion et exclusion sociale.

De l’adaptation à la nouvelle conformité : les usages « détournés » des médicaments

19L’usage « détourné » de médicaments d’ordonnance et autres substances psychotropes à des fins d’amélioration de la mémoire, de la concentration, de la créativité ou, plus globalement, de la performance – désignés par les termes smart drugs – a donné lieu à de nombreuses études au cours des dernières années, notamment dans le monde anglo-saxon (Cakic, 2009 ; Greely, 2008). Toutefois, c’est essentiellement sous l’angle de la tricherie face aux normes médicales et institutionnelles, ou encore, sous l’angle des toxicomanies que ce phénomène a été abordé jusqu’à présent (Maier et Schaub, 2015 ; Franke et Soyka, 2015).

20Permettant d’opérer une heureuse rupture d’avec ces interprétations normatives, la sociologie et l’anthropologie recèlent le potentiel de nous amener vers de nouvelles interrogations. Ainsi, le recours à des médicaments pour mieux accomplir une performance au travail ou dans les études fait-il de ces consommateurs des déviants ? Ou ne témoigne-t-il pas plutôt de surobéissance face aux normes dominantes de productivité, d’autonomie et de réussite (Otero et Collin, 2015) ? Si transgresser les règles officielles et explicites des institutions établies permet de poursuivre plus efficacement les objectifs attendus par celles-ci, cette forme d’adaptation à des contraintes toujours plus pesantes ne conduit-elle pas à dessiner les contours d’une nouvelle conformité ? Et qu’en est-il de l’usage « détourné » de médicaments par les travailleurs exposés à des troubles musculo-squelettiques (travailleurs manuels, musiciens, danseurs, etc.) ou encore à d’autres types d’exigences (physiques, mentales ou psychologiques) en hausse constante dans la réalisation de leur travail ?

21L’analyse des usages « détournés » du médicament permet de dégager certains traits sociologiques susceptibles de contribuer, dans la foulée des ouvrages classiques sur la déviance (Durkheim, Merton, Becker), à une typologie de la nouvelle déviance (Otero et Collin, 2015). Dans les sociétés libérales contemporaines, les individus sont pris en tension entre deux injonctions a priori contradictoires : l’une de conformité à la norme sociale et l’autre de singularisation (Collin et David, 2016). Répondant à l’une et à l’autre, l’autonomie, la performance, le dépassement sont sans cesse relayés par des dispositifs de socialisation qui amènent les individus à se percevoir comme seuls responsables de leur capacité d’adaptation aux environnements sociaux dans lesquels ils évoluent et seuls coupables de leurs échecs (Otero, 2012 ; Martuccelli, 2010). Dans ce contexte, le fait de trouver des moyens alternatifs adéquats pour éviter de potentiels échecs tend de plus en plus à devenir une exigence sociale incontournable au quotidien. Finalement, recourir à des moyens « détournés » pour réussir constituerait une faute culturelle moins accablante que celle de capituler face à ses propres ambitions. Dans cette optique, l’usage des smart drugs annonce peut-être une reconfiguration de l’univers des déviances qui distinguerait les bonnes déviances des mauvaises.

22Pour éclairer ces usages complexes, il faut toutefois aller au-delà du seul constat d’une pression à la performance induite par les injonctions néolibérales d’hyperproductivité (Aubert, 2007 ; Gaulejac, 2005), pour explorer, à partir de cas concrets, les formes d’adaptation aux exigences ordinaires qui conduisent l’intégration du « support médicament » à redéfinir les contours de la normativité contemporaine. Trois contributions permettent de pousser la réflexion pour explorer les dessous, les méandres et les revers de la performance en lien avec le médicament.

23Un premier article intitulé « “Prendre un bêta” pour monter sur scène. Discours, pratiques et idéaux de performance en musique classique » nous fait pénétrer dans l’univers normatif des musiciens classiques et du recours – ou non – à des bêtabloquants pour contrôler le stress de performance (que l’on désigne par le « trac » dans un langage plus familier). Ralentir les battements du cœur, arrêter les tremblements, contrer l’assèchement de la bouche ou empêcher la moiteur des mains lorsque les musiciens se produisent sur scène sont alors les effets recherchés par l’ingestion de ces médicaments normalement destinés aux patients atteints de cardiopathies. À travers cette ethnographie réalisée auprès d’étudiants en musique, Cassandre Ville montre bien comment le médicament cristallise les positions face à cet usage « détourné », conduisant d’emblée à la mise en exergue d’idéaux de réussite, de règles de conduite et de moralisation de la performance.

24L’agentivité du médicament se manifeste ici d’autant plus clairement que l’évocation de son recours soulève des enjeux identitaires intenses. Prendre ou ne pas prendre un « bêta » pour réussir comme musicien engage la discussion et la réflexion sur le poids du talent, de la persévérance et du travail physique et mental pour réussir dans la carrière. Si le médicament permet de contrôler un stress jugé trop intense, doit-on y recourir pour « libérer » le talent du musicien ? Si ce dernier ne parvient pas sans cette aide chimique à surmonter son stress, est-ce parce qu’il ne possède pas les attributs pour réussir comme musicien ? À travers les échanges et discussions concernant le médicament se profile un véritable code moral, selon l’autrice, concernant ce qu’il est acceptable de faire ou non au regard de l’usage de ces substances. Finalement, le recours au médicament serait ainsi perçu comme une arme à double tranchant permettant certes de « rester dans la course », mais menaçant du même souffle l’identité « d’artiste autonome, méritant et authentique » du musicien.

25Rester dans la course constitue également le plus grand défi des athlètes qui, tous, à des degrés divers, doivent composer inévitablement au cours de leur carrière avec la douleur. Dans « L’opium des champions », Thomas Bujon nous montre ainsi l’envers du décor. Plutôt que d’aborder la performance dans le sport sous l’angle très classique du dopage, c’est sur un autre type de dépassement qu’il se penche. Le rapport à la douleur est partie intégrante de la pratique du sport de haut niveau ainsi que de l’univers médicalisé et réglementé qui l’encadre. Le concept de carrière au sens de la sociologie de la déviance structure ainsi l’analyse pénétrante que fait l’auteur des déplacements de frontières qui s’opèrent « des usages thérapeutiques aux usages dopants », des « pratiques de soins aux pratiques d’amélioration » à travers le recours aux antalgiques (médicaments antidouleurs). À chaque étape de la carrière des athlètes, une déclinaison différente des recours aux antalgiques structure un processus d’apprentissage de la douleur et de socialisation à l’usage des médicaments, faisant osciller la frontière entre rapport à la performance et dopage. Si l’entrée dans la carrière se caractérise par un encadrement médical de plus en plus serré au fil de l’apparition des premières blessures, l’étape terminale est celle où la douleur, devenue chronique, obsessive et intime, constitue désormais l’objet ultime du dépassement de soi. Sont alors mobilisées de nombreuses techniques faisant intervenir le « mental », à travers le recours à des experts (coachs, psychologues sportifs, préparateurs mentaux, etc.) dans le but, non pas de se substituer aux médicaments, mais plutôt d’optimiser leurs effets.

26Tout comme le stress de performance chez les musiciens, la douleur chez les athlètes se doit d’être surmontée sous peine de faire face à un jugement négatif et d’être passible d’exclusion. Ici encore, le médicament dicte les règles de conduite et les balises morales de la performance. Il fait émerger les normes et valeurs propres à chaque milieu et constitue potentiellement un marqueur identitaire fort pouvant mener à la remise en question de la légitimité d’un individu à appartenir ou à évoluer dans ce milieu, mobilisant cette frontière dense entre inclusion et exclusion sociale.

27En abordant les tentatives de suicide par intoxication chez les adolescents, Philippe Le Moigne et Margot Morgiève nous invitent à explorer l’autre versant de la performance, celui de l’échec et de l’exclusion. Les auteurs avancent d’entrée de jeu que les « exigences morales » qui guident les adolescents recourant au médicament pour se suicider sont assez similaires à celles des usagers de smart drugs. Ils sont animés par les mêmes aspirations à répondre aux injonctions de performance, de productivité, d’autonomie et de singularisation propres aux sociétés occidentales contemporaines. Tous partagent les mêmes idéaux d’intégration, de réussite et de perfection et recourent aux médicaments comme solution face à l’anxiété de performance qui en découle. Simplement, dans le cas des jeunes ayant tenté de se suicider, leur trajectoire « en montre plus directement les revers sinon l’impossibilité ». À partir de l’analyse minutieuse et circonstanciée de plusieurs cas, les auteurs viennent également défaire l’a priori véhiculé autour du suicide comme simple échec de la performance. Ainsi, ces tentatives pourraient également représenter des « démonstrations de force », la « mise en danger de soi » revêtant une forme de faire-valoir et constituant une « façon de renégocier son image et sa relation aux autres ».

Les frontières du médicament

28Penser les spécificités matérielles de l’objet médicament, qu’il soit ingéré, injecté ou appliqué sur le corps, ainsi que les caractéristiques (matérialité, temporalité, finalités multiples) qui le distinguent (ou non) des autres technologies était l’un des objectifs de cet axe. Il visait à explorer et à réfléchir les formes d’hybridation entre médicament et biotechnologies (par exemple, le rôle des cellules souches dans le développement du médicament), entre vivant et non-vivant, social et technique, et les enjeux politiques, économiques, sociaux et culturels qui les sous-tendent (Lafontaine, 2014). Nous voulions aussi réfléchir aux frontières de l’objet médicament, c’est-à-dire à ses contours en nous penchant sur l’élargissement de sa définition en amont (frontière entre aliment et médicament, entre médicament et drogue, etc.), après avoir exploré, dans les deux axes précédents, l’élargissement de ses finalités en aval. Si la frontière entre médicament et drogue a déjà été bien balisée (Ehrenberg, 1998), c’est plutôt le brouillage de la frontière entre l’aliment et le médicament qui a été explorée dans ce numéro, ainsi que le rôle qu’y jouent la régulation, les politiques de mise en marché et les discours promotionnels.

29Le texte de Félix Denis intitulé « Smart drugs et nootropiques. Sociologie de la promesse d’optimisation cognitive au quotidien » opère une heureuse transition entre les axes 2 et 3. L’auteur s’y penche sur le parcours scientifique, médiatique et commercial du modafinil. Ce médicament, destiné à traiter la narcolepsie, recèle le potentiel de supprimer le besoin de dormir chez des individus sains, leur permettant de fonctionner de manière productive sans vivre les effets normalement associés à un manque de sommeil (Coveney et al., 2011). Il s’agit, de ce fait, de l’un des médicaments-phare de l’arsenal des smart drugs, qui parfois débouche sur des pratiques plus extrêmes de brain hacking – particulièrement en vogue dans les milieux des finances et de l’informatique – visant à optimiser au maximum les fonctions cérébrales, à l’aide notamment de la consommation de nootropiques (médicaments, compléments alimentaires et concoctions maison parfois à base de substances illicites). Le phénomène est d’autant plus intéressant qu’il reconduit, avec plus de force encore, l’hypothèse d’une nouvelle conformité. En effet, les usagers de nootropiques sont conformistes puisque, loin de dévier des préceptes de la santé publique (alimentation saine, exercice physique, etc.), ils y adhèrent pleinement ; mais cela tout en y adjoignant l’exploration des effets, sur leurs fonctions cérébrales, du microdosage très précis de différentes substances, appelé stacking. Ce bricolage autour des dosages et des substances est destiné à leur permettre d’optimiser leur potentiel et leur productivité en repoussant leurs limites corporelles pour mieux se distinguer à travers leur quête d’optimalité.

30Le phénomène des nootropiques interpelle certes la frontière entre conformité et singularité, mais également celle qui distingue le naturel de l’artificiel. En se penchant sur le discours promotionnel des nootropiques et la promesse d’optimisation qui le porte, l’auteur analyse le « travail de naturalisation » qui s’y opère. Il montre ainsi que cette promesse « réside dans un assemblage argumentatif qui la rend plastique », en ce qu’elle interpelle autant les adeptes de médecines douces et « naturelles » qu’un public « avide de nouvelles technologies et de dépassement de soi », proche des ambitions transhumanistes.

31Au-delà des discours promotionnels, l’analyse de la régulation des frontières (marchandes, réglementaires, épistémiques) entre les médicaments et les aliments constitue également un chantier nécessaire. C’est celui auquel Solenne Carof et Étienne Nouguez s’attaquent en se focalisant sur les alicaments, produits hybrides dont la délimitation des contours pose défi, puisque médicaments, compléments alimentaires et aliments ne relèvent pas des mêmes univers de production, des mêmes circuits de distribution et ne sont pas issus des mêmes dispositifs d’évaluation scientifique. En interrogeant les articulations entre ces univers de plus en plus convergents, les auteurs mettent au jour le travail de régulation et de codification ayant pour objectif de distinguer le soin du maintien de la santé, de faire l’arbitrage entre risques et bénéfices sanitaires et de concilier évaluation scientifique et promesses du marketing. La montée en popularité de produits aux vertus à la fois nutritives et thérapeutiques témoigne d’une certaine molécularisation de l’alimentation, en ce que ces alicaments sont promus sur la base d’allégations portant sur la présence ou l’ajout de molécules ayant des vertus thérapeutiques. À travers cet effet de mode et au-delà de lui, la popularité des alicaments lève également le voile sur « de nouveaux modes de consommation » et de socialisation où convergent les finalités thérapeutiques et alimentaires. Toutefois, plutôt que de conclure à une médicalisation de l’alimentation, les auteurs y voient une sanitarisation visant non pas tant à « étendre l’empire des médicaments sur les corps individuels qu’à organiser une santé publique qui gouverne les régimes alimentaires de populations entières ».

  • 3 Akrich, M. (1996), « Le médicament comme objet technique », Revue internationale de psychopatholog (...)

32Finalement, pour clore ce dossier Daniela Cerqui et Margaux Bressan nous ramènent à un questionnement essentiel et ancien. Elles abordent le médicament comme un « objet carrefour » dont il faut requestionner à nouveaux frais l’articulation entre le social et la technique. En revisitant les classiques sur cette question, les autrices font le constat que cette réflexion s’est assez peu portée sur l’objet médicament en lui-même alors qu’il constitue l’archétype de la conjonction ou de l’imbrication du social et de la technique. Selon elles, la focalisation sur les usages conduit à faire l’impasse sur ce qui se situe en amont, c’est-à-dire ce qui sous-tend la conception même du médicament. En fait, la technique devrait être envisagée comme incorporant à la fois les usages et la conception du médicament, « entre solutions techniques et problèmes sociaux3 ». Le médicament serait donc à concevoir comme un objet technique, non pas neutre, mais bien porteur d’une subjectivité chargée de sens, et façonné par le projet de société qui l’a fait naître. Or ce projet de société est bien celui fondé sur une « politique de la vie en soi » (Rose, 2007) rendue possible avec l’avènement de la biologie moléculaire et autorisant, à travers le processus de molécularisation, la manipulation des frontières du vivant en vue du dépassement des limites humaines. Et c’est bien ce projet de société qui se décline de mille façons à travers ce que le médicament fait et fait faire.

Haut de page

Bibliographie

Abraham J. (2010), « Pharmaceuticalization of Society in Context: Theoretical, Empirical and Health Dimensions », Sociology, 44/4, p. 603-622. DOI : 10.1177%2F0038038510369368

Akrich M. (1996), « Le médicament comme objet technique », Revue internationale de psychopathologie, 21, p. 135-158. En ligne : halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00081737/document

Aubert N. (2007), Le coût de l’excellence, Paris, Seuil.

Cakic V. (2009), « Smart Drugs for Cognitive Enhancement: Ethical and Pragmatic Considerations in the Era of Cosmetic Neurology », Journal of Medical Ethics, 35/10, p. 611-615. DOI : 10.1136/jme.2009.030882

Clarke A. et al. (2010), Biomedicalization: Technoscience, Health, and Illness in the U.S., Durham, Duke University Press.

Collin J. (2016), « On Social Plasticity: the Transformative Power of Pharmaceuticals on Health, Nature and Identity », Sociology of Health and Illness, 38/1, p. 73-89. DOI : 10.1111%2F1467-9566.12342

Collin J., David, P. M. (2016), Vers une pharmaceuticalisation de la société ? Le médicament comme objet social, Québec, Presses de l’université du Québec.

Conrad, P. (2007), The Medicalization of Society: On the Transformation of Human Conditions into Treatable Disorders, Baltimore, The John Hopkins University Press.

Coveney C., Gabe J., Williams S. (2011), « The Sociology of Cognitive Enhancement: Medicalisation and Beyond », Health Sociology Review, 20/4, p. 381-393. DOI : 10.5172/hesr.2011.20.4.381

Desclaux A., Egrot M. (2015), Anthropologie du médicament au Sud. La pharmaceuticalisation à ses marges, Paris, L’Harmattan.

Ehrenberg A. (dir.), (1998), Drogues et médicaments psychotropes. Le trouble des frontières, Paris, Esprit.

Fassin D. (2009), « Les économies morales revisitées », Annales. Histoire, sciences sociales, 6, p. 1237-1266. En ligne : cairn.info/revue-annales-2009-6-page-1237.htm.

Fassin D., Eideliman J.-S. (dir.) (2012), Économies morales contemporaines, Paris, La Découverte.

Franke A. G., Soyka M. (2015), « Pharmakologisches Neuroenhancement aus Sicht der Suchtmedizin », Fortschritte Der Neurologie Psychiatrie, 83/2, p. 83-90. DOI : 10.1055/s-0034-1398935

Fraser S., Valentine K., Roberts C. (2009), « Living Drugs », Science as Culture, 18/2, p. 123-131. DOI : https://doi.org/10.1080/09505430902885441

Gaulejac V. de (2005), La société malade de sa gestion, Paris, Seuil.

Greely H., Sahakian B., Harris J. et al. (2008), « Towards Responsible Use of Cognitive-Enhancing Drugs by the Healthy », Nature, 456/7223, p. 702-705. DOI : 10.1038/456702a

Hardon A, Idrus N. I., Hymans T. D. (2013), « Chemical Sexualities: The Use of Pharmaceutical and Cosmetic Products by Youth in South Sulawesi, Indonesia », Reproductive Health Matters, 21/41, p. 214-224. DOI : 10.1016/S0968-8080(13)41709-3

Lafontaine C. (2014), Le corps-marché. La marchandisation de la vie humaine à l’ère de la bioéconomie, Paris, Seuil.

Lovell A. M., Aubisson, S. (2008), « “Fuitage pharmaceutique”, usages détournés et reconfigurations d’un médicament de substitution aux opiacés », Drogues, santé et société, 7/1, p. 297-355. DOI : 10.7202/019625ar

Maier L. J., Schaub, M. P. (2015), « The Use of Prescription Drugs and Drugs of Abuse for Neuroenhancement in Europe », European Psychologist, 20/3, p. 155-166. DOI : 10.1027/1016-9040/a000228

Martuccelli D. (2010), La société singulariste, Paris, Armand Colin.

Otero M. (2012), Lombre portée. L’individualité à lépreuve de la dépression, Montréal, Boréal.

Otero M., Collin J. (2015), « Insiders, smart drugs et pharmaceuticalisation : éléments pour une typologie de la nouvelle déviance conformiste », Cahiers de recherche sociologique, 59-60, p. 157-178. DOI : 10.7202/1036791ar

Persson A. (2004), « Incorporating Pharmakon: HIV, Medicine, and Body Shape Change », Body & Society, 10/4, p. 45-67. DOI : 10.1177%2F1357034X04047855

Robitaille C. (2018), « “This drug turned me into a robot”: an Actor-Network Analysis of a Web-Based Ethnographic Study of Psychostimulant Use », Can J Public Health, 109, p. 653-661. DOI : 10.17269/s41997-018-0149-z

Rose N. (2007), The Politics of Life itself: Biomedicine, Power, and Subjectivity in the Twenty-First Century, Princeton, Princeton University Press.

Scheff T. J. (1963), « Decision Rules, Types of Error, and Their Consequences in Medical Diagnosis », Systems Research and Behavioral Science, 8, p. 97-107. DOI : 10.1002/bs.3830080202

Simmel G. (1999), Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF.

Smith N., Graham T. (2019), « Mapping the Anti-Vaccination Movement on Facebook », Information, Communication & Society, 22/9, p. 1310-1327. DOI : 10.1080/1369118X.2017.1418406

Van der Geest S., Whyte S. R. (1989), « The Charm of Medicines: Metaphors and Metonyms », Medical Anthropology Quarterly 3/4, p. 345-367. DOI : 10.1525/maq.1989.3.4.02a00030

Whyte S. R., Van der Geest S., Hardon A. (2002), The Social Life of Medicines, Cambridge, Cambridge University Press.

Williams S. J., Martin P., Gabe J. (2011), « The Pharmaceuticalisation of Society? A Framework for Analysis », Sociology of Health & Illness, 33/5, p. 710-725. DOI : 10.1111/j.1467-9566.2011.01320.x

Haut de page

Notes

1 Simmel, G. (1999), Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, p. 607.

2 Fassin D. (2009), « Les économies morales revisitées », Annales. Histoire, sciences sociales, 6, p. 1237-1266. En ligne : cairn.info/revue-annales-2009-6-page-1237.htm. Fassin D., Eideliman J.-S. (dir.) (2012), Économies morales contemporaines, Paris, La Découverte.

3 Akrich, M. (1996), « Le médicament comme objet technique », Revue internationale de psychopathologie, 21, p. 135.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johanne Collin, « Médicament et frontières : adaptation, ambivalence, plasticité », Socio-anthropologie, 43 | 2021, 9-22.

Référence électronique

Johanne Collin, « Médicament et frontières : adaptation, ambivalence, plasticité », Socio-anthropologie [En ligne], 43 | 2021, mis en ligne le 17 juin 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/8070 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.8070

Haut de page

Auteur

Johanne Collin

Johanne Collin est sociologue et historienne, professeure titulaire à l’université de Montréal. Elle est directrice du Groupe de recherche sur le Médicament comme objet social (le Méos). Elle est l’auteure de plusieurs articles et ouvrages dont, avec Nouvelle ordonnance. Quatre siècles d’histoire de la pharmacie au Québec (Presses de l’université de Montréal, 2020) ; en codirection avec Pierre-Marie David, Vers une pharmaceuticalisation de la société ? Le médicament comme objet social (Presses de l’université du Quebec, 2016) ; en codirection avec Marcelo Otero et Laurence Monnais Le médicament au cœur de la socialité contemporaine (Presses de l’université du Quebec, 2007). Ses recherches portent sur les pratiques cliniques et les raisonnements thérapeutiques reliés au médicament ainsi que sur la pharmaceuticalisation des sociétés occidentales. Parmi ses projets de recherche en cours : « De l’innovation à la nouvelle conformité : les usages complexes des smart drugs. »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search