Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série43Dossier : Médicament et frontières« Prendre un bêta » pour monter s...

Dossier : Médicament et frontières

« Prendre un bêta » pour monter sur scène

Discours, pratiques et idéaux de performance en musique classique
Taking Betablockers to go on Stage: Discourse, Practices and Performance Ideals in Classical Music
Cassandre Ville
p. 53-66

Résumés

Cet article présente une analyse du recours aux bêtabloquants en vue de gérer le stress de la performance au sein de la communauté musicienne. Cette analyse repose sur une enquête ethnographique d’une durée de quatre mois, réalisée dans une faculté de musique classique québécoise en 2016. Mobilisant le cadre théorique proposé par le concept de « pharmaceuticalisation » (Collin, 2016), l’article décrit la manière par laquelle les bêtabloquants sont perçus dans le milieu à la fois comme faisant l’objet d’un tabou et d’un rejet affirmé par les musicien·ne·s et comme un remède attirant et potentiellement bénéfique pour les interprètes. Il y est avancé que les bêtabloquants, qu’ils soient ou non consommés, participent à l’élaboration des normes de performances, renforcent l’injonction à l’excellence et soulèvent des enjeux identitaires chez les musicien·ne·s.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le milieu de la musique classique, la consommation de bêtabloquants, médicaments prescrits en cardiologie, par des musicien·ne·s afin de diminuer leur stress lors de performances musicales est un fait connu mais peu documenté. L’usage de ces médicaments en dehors du cadre médical et à des fins dites de performance soulève de nombreux questionnements au sein de la communauté artistique relativement à l’efficacité de la substance, son influence sur la qualité de la musique, sa légitimité ainsi qu’à son impact sur la santé des musicien·ne·s.

  • 1 Je présente une analyse anthropologique du concept de « stress » et de ce qu’il révèle dans le mil (...)

2La gestion du stress est une composante importante en interprétation de musique classique. Les méthodes préconisées à cet effet semblent se situer à la frontière entre le soin et la performance. Généralement présenté comme un potentiel facteur de risque pour la santé, le stress constitue aussi une autre problématique pour les interprètes : il peut être un obstacle à leur réussite. Au Québec, on assiste depuis plusieurs années à un accroissement des discours, ateliers et conférences sur le stress chez les musicien·ne·s. Depuis 2012, plusieurs universités montréalaises se sont dotées de cours sur le sujet, soulignant leur volonté de lever le voile sur cette problématique et de porter davantage leur attention sur cet aspect délaissé pourtant incontournable de l’interprétation musicale. La présente recherche se concentre sur l’usage vernaculaire du terme de « stress » pour désigner l’inconfort et les difficultés qui surviennent juste avant ou durant une performance musicale. Ces difficultés peuvent être d’ordre physique, psychologique ou émotionnel (Kenny, 2006) mais ont en commun d’être regroupées et pensées ensemble sous le terme de « stress1 ». Les bêtabloquants sont utilisés en vue d’atténuer ou de supprimer ces réactions (Kenny, 2005).

3Cet article a pour objectif de cerner la place qu’occupent les bêtabloquants dans la gestion du stress, dans le contexte des performances (concerts, concours, récitals, etc.) en musique classique et ainsi de contribuer à une meilleure compréhension des élargissements des usages des médicaments. Sur la base d’une enquête ethnographique réalisée au Québec en 2016 dans une faculté de musique universitaire, je décris la manière dont les bêtabloquants sont perçus dans le milieu à la fois comme faisant l’objet d’un rejet affirmé par les musicien·ne·s et d’un remède attirant, d’un outil partiellement légitime qui permet de rester dans le milieu malgré les obstacles présents pour certain·e·s. L’article explore les enjeux identitaires soulevés par les bêtabloquants, des enjeux relatifs à l’excellence et aux compétences requises des interprètes. La notion d’insider s’avère fructueuse pour penser ces usages des bêtabloquants qui reposent sur une tension permanente entre inclusion et exclusion sociale (Otero et Collin, 2015).

4L’insertion de médicaments dans ce milieu artistique qui ne relève, a priori, en rien du champ médical s’inscrit dans un élargissement plus général des usages des substances médicales, un phénomène que les sciences sociales ont constaté dans la dernière décennie (Otero et Collin, 2015). De l’automédication aux pratiques dopantes en passant par les détournements et les mésusages, les individus s’approprient de plus en plus ces objets, les sortant du cadre médical qui en régule typiquement l’usage, contrôle les doses et établit les propriétés et les effets. Sans être désigné de façon explicite comme du dopage, le recours à des médicaments dans le but de rehausser les performances, qu’il soit d’ordre physique, cognitif ou même social, fait l’objet de vifs débats dans la sphère médiatique et en bioéthique (Kass, 2003 ; Cakic, 2009 ; Greely et al., 2008). Ces usages défient les utilisations habituelles du médicament et redéfinissent ses contours en lui conférant de nouvelles vertus, de nouvelles significations et en l’inscrivant dans de nouveaux réseaux et de nouveaux milieux. Face à cette colonisation du quotidien et cette sortie, partielle ou totale, du cadre médical, les médicaments, définis comme des objets complexes qui sont à la fois matériels, sociaux, culturels, historiques et politiques (Van der Geest et al., 1996) ne peuvent dès lors plus être pensés et observés comme de simples objets inertes et passifs mais plutôt comme des agents (Fraser et al., 2009). Ces agents ont la capacité d’agir sur les corps mais aussi de façonner les espoirs et les attentes des consommateur·trice·s potentiel·le·s ou avéré·e·s, par le fait même de leur disponibilité.

  • 2 Williams S. J., Martin P., Gabe J., (2011) « The Pharmaceuticalisation of Society? A Framework for (...)

5Le concept de pharmaceuticalisation permet de rendre compte de ces nouvelles réalités, plaçant le médicament au centre de l’attention. Depuis une vingtaine d’années, le concept suscite beaucoup d’intérêt au sein des sciences sociales (Williams et al., 2011 ; Desclaux et Egrot, 2015 ; Collin et David, 2016). Williams et ses collègues proposent de définir la pharmaceuticalisation comme « la traduction ou la transformation des conditions, capacités et aptitudes humaines en opportunités d’intervention pharmaceutique2 ». Le concept dirige ainsi le regard vers les représentations de ce que signifie être en bonne santé, réussir, être performant ou encore être « soi-même », tandis que la réalisation de ces objectifs est constamment façonnée par les plus récentes innovations de l’industrie pharmaceutique et l’appropriation de celles-ci par les individus. Autrement dit, le médicament se trouve à jouer un rôle de révélateur ainsi que de producteur d’un cadre pour penser les conditions humaines en traçant la frontière entre le normal et le pathologique, l’artificiel et le naturel, l’inclusion et l’exclusion (Collin, 2016). Correspondant respectivement à ces trois déplacements entre pôles de différents types, Collin y décrit trois processus qui constituent la pharmaceuticalisation, à savoir la médicalisation, la molécularisation et la biosocialisation, et dont le médicament constitue un vecteur.

  • 3 Tout comme l’étude de 1987, il s’agit d’un sondage en ligne réalisé auprès des musiciens de l’Inte (...)
  • 4 Voir par exemple « Faut en parler : société de performance », Télé-Québec, interview de Richard Ro (...)

6De nombreuses études permettent d’expliciter la montée et la diversification des usages de diverses substances : la consommation de Viagra pour améliorer la sexualité (Katz et Marshall, 2004) ; la prise de Modafinil en vue de réguler le sommeil (Williams et al., 2008) ; l’ingestion d’hormones de croissance pour améliorer la santé (Conrad et Potter, 2004) et d’améliorateurs cognitifs dans le milieu universitaire (Robitaille et Collin, 2016). À cette liste s’ajoute le recours aux bêtabloquants dans le milieu de la musique classique, souvent cité par les universitaires comme un exemple d’utilisation courante de substances à des fins d’amélioration (Desclaux et Lévy, 2003 ; Otero et Collin, 2015) mais très peu étudié en comparaison avec d’autres usages. Peu de données sont disponibles en ce qui concerne la consommation de substances en musique classique. Une vaste étude menée en 1987 aux États-Unis rapporte que 27 % des 2 212 musicien·ne·s d’orchestres symphoniques interrogé·e·s ont déjà consommé des médicaments afin de gérer le stress ou l’anxiété, incluant les bêtabloquants dans la liste des substances, au côté d’anxiolytiques et d’antidépresseurs (Fishbein et al., 1988). Plus récemment, une enquête réalisée au sein du même réseau de musicien·ne·s en 2015 rapporte que 70 % des 447 musicien·ne·s interrogé·e·s ont déjà consommé des bêtabloquants3. Le phénomène est régulièrement relayé dans les médias, publiant des témoignages, anonymes ou non, d’interprètes qui en consomment, associant du même coup le phénomène aux pratiques dopantes ou à la consommation de drogues récréatives4.

  • 5 Monographie de produit, Indéral-LA (chlorhydrate de propanolol), p. 3, © Pfizer Canada Inc. En lig (...)
  • 6 Bien que, depuis les années 1980, plusieurs recherches montrent les effets positifs du propanolol (...)

7Cette allusion récurrente au dopage et à la drogue tient au fait que leur utilisation s’inscrit en dehors du cadre médical, le stress n’étant pas, de prime abord, conçu comme une maladie nécessitant un traitement. Elle tient également au fait qu’il s’agit d’un usage hors indication (« off-label »). Développés au début des années 1970, les bêtabloquants sont une classe de médicaments sous prescription principalement indiqués pour deux types de pathologies, « l’hypertension et la prophylaxie de l’angine de poitrine5 ». La sorte la plus utilisée parmi les interprètes de musique classique est le propranolol, commercialisé au Canada sous le nom d’Inderal© et Inderal-LA© par Pfizer Canada Inc. Il existe de nombreuses contre-indications à la prise de ce médicament. Bien que le traitement du stress ne fasse pas partie des « fonctions officielles » des bêtabloquants6, leurs effets dans le cadre de la performance musicale ont été étudiés dans les années 1980 et 1990 et plusieurs recherches avancent que ces médicaments permettent de réduire les tremblements, la sudation ou encore de ralentir le rythme cardiaque, des problèmes associés au stress dont de nombreux·ses interprètes souffrent (Patston et Loughlan, 2014).

8Ces considérations physiologiques et pharmacologiques sont essentielles en ce qu’elles rappellent le contexte d’utilisation normal (au sens de normatif) des bêtabloquants et permettent de cerner le potentiel de transformation qui réside en la molécule. L’objectif de cet article est cependant d’interroger les effets tels que vécus, souhaités ou rejetés par les artistes ainsi que de questionner les logiques de consommation ou de non-consommation. En ce sens, le présent article pose un regard sur les représentations, les discours et les pratiques entourant le recours aux bêtabloquants et leurs relations au stress de performance. Les données présentées sont issues d’une enquête ethnographique réalisée dans la faculté de musique d’une université montréalaise, combinant observations participantes et entretiens semi-dirigés. Ma présence quotidienne à la faculté a permis l’observation d’auditions, d’une dizaine de concerts et de récitals, d’une douzaine de répétitions d’orchestre mais également de moments de pause, plus informels. J’ai également suivi plusieurs cours au sein de la faculté qui portaient sur la préparation à la performance et sur la gestion de soi sur scène, sur le jeu scénique en chant ou encore sur la gestion d’une carrière d’interprète. Vingt entretiens semi-directifs d’une durée moyenne de une heure trente ont été réalisés avec seize étudiant·e·s et quatre membres de la faculté, à savoir un chef d’orchestre, un professeur, une personne de l’administration et un technicien. La grille d’entretien était constituée de dix questions ouvertes qui portaient sur le parcours musical, la préparation aux performances, les sensations et émotions vécues avant et pendant une prestation, les différentes techniques pour gérer le stress ou encore l’état idéal pour jouer.

Tabou et hostilité face aux bêtabloquants : les craintes suscitées par la supplémentation chimique

9« Ah oui, les bêta, les trucs comme ça… ouais c’est tabou » (rires), me lance Édouard alors que nous venons à peine de nous rencontrer et que je lui explique que je viens étudier les différentes techniques de gestion du stress et notamment le recours à des substances. L’enquête de terrain révèle que ce tabou est prépondérant parmi les étudiant·e·s et les professeur·e·s (sauf exceptions) qui s’en distancient publiquement et rejettent voire dénoncent leur usage. La difficulté d’aborder le sujet de front, sans gêne, persiste jusqu’à la fin de mon enquête de terrain, sauf dans de rares cas de « confessions ». Autrement dit, les bêtabloquants, on les mentionne, on en rit, mais on n’en discute pas réellement. On en parle certes peu mais tout de même suffisamment pour que leur simple mention en réprime l’usage. La consommation de bêtabloquants serait donc un sujet tabou non pas dans le sens linguistique qui impliquerait qu’on ne puisse pas en dire le nom, mais plutôt dans un sens performatif : si on en parle, on ne doit d’aucune façon s’y identifier ni même laisser le moindre espace qui pourrait suggérer qu’on y soit personnellement associé·e.

  • 7 Otero, M. et Collin, J. (2015), « Insiders, smart drugs et pharmaceuticalisation : éléments pour u (...)

10Comme le résume bien un étudiant en piano, « les gens iront pas se taper les bretelles en disant “bah moi je prends ça avant un récital”… non… je pense que c’est avec eux-mêmes que ça se passe ». La consommation de médicaments est une affaire privée, personnelle et, de fait, secrète. À l’instar des étudiant·e·s qui utilisent des smart drugs, on peut présumer qu’il existe donc une certaine forme de « réticence à différents degrés à se définir, ou encore à s’exposer, comme des usagers de smart drugs devant les non-usagers, les non-initiés, dont on ne connaît ni les pratiques ni le positionnement face aux smart drugs7 ». Dès lors, en l’absence de discussions et de possibles certitudes, plusieurs étudiant·e·s et professeur·e·s témoignent de leurs inquiétudes et de leurs craintes en ce qui concerne les « effets réels » ainsi que les risques liés à leur consommation de bêtabloquants. Bien que le médicament jouisse d’un certain prestige et d’une certaine sécurité liée à son statut en médecine conventionnelle, le sortir du cadre de son utilisation médicale le rend à leurs yeux potentiellement dangereux. En l’absence de normes claires d’usage en ce qui concerne la dose recommandée, les potentiels risques et effets secondaires ainsi que les contre-indications, plusieurs personnes affirment qu’il s’agit d’une pratique qui peut être davantage nuisible que bénéfique. Une membre de la direction me partage ses inquiétudes face au phénomène :

Tant mieux si je me trompe, tant mieux s’il n’y a pas trop de jeunes qui en prennent… [elle chuchote] parce que ça demeure quand même à quelque part une dépendance. Peut-être qu’il y en a qui en prennent dans certains cas pis qui sont capables de gérer ça, mais dans d’autres…

11De même, un pianiste raconte qu’une étudiante lui a déjà fait par de ses inquiétudes par rapport au potentiel d’addiction au médicament. Il explique qu’« elle avait peur de devenir accro, pis que ce soit une drogue, pis qu’elle soit obligée de se shooter comme dans la rue ». Pour lui, beaucoup de gens font l’amalgame avec « les drogues récréatives ». La peur de la dépendance est souvent évoquée pour référer à la fois à la dépendance à un objet extérieur dont on pourrait dès lors venir à manquer (dépendance matérielle) et à la dépendance physique à la substance (addiction) qui nuirait à la santé du consommateur ou de la consommatrice. Dans le premier cas, c’est un idéal d’autonomie de l’artiste qui se dessine et se voit menacé. Dans le second cas, les craintes suscitées par la consommation de substances illicites ressurgissent et sont incarnées par les stéréotypes des toxicomanes, des dopé·e·s ou encore des drogué·e·s ainsi importés dans le milieu de la musique.

12Au-delà des diverses craintes associées à la consommation de bêtabloquants, le recours aux médicaments est perçu comme étant incompatible avec la profession de musicien·ne et en avoir besoin remet en question la légitimité d’évoluer dans le milieu. Un étudiant en clarinette raconte :

Si tu adores la musique pis que t’as besoin de ça pour performer, à quel point est-ce que c’est ça que tu veux faire ? À quel point ? Si je décide de devenir chirurgien pis qu’avant chaque opération, « Oh j’ai la nausée là, je vomis là, je tremble », est-ce que je suis vraiment à la bonne place ? T’sais, ça demande un certain contrôle de l’esprit pis si t’as besoin d’une béquille… c’est comme quelqu’un qui voudrait travailler de nuit mais qu’aurait besoin de trois cafés à chaque soir, c’est pas sain, d’après moi.

13Le médicament se retrouve être le marqueur d’une inadéquation entre les capacités de l’interprète et ses ambitions, voire son identité. Cela engendre la peur d’être exclu·e du milieu. Le recours aux bêtabloquants reste malgré tout une option connue et, de fait, potentielle.

Un recours acceptable sous conditions

  • 8 Ibid., p. 173.

14« Mais, s’agit-il d’une pratique illégitime, jusqu’à quel point et selon qui8 ? » La question mérite d’être posée car si les bêtabloquants semblent rejetés, ils n’en restent pas moins consommés et partiellement acceptés dans le milieu. Plusieurs témoignages et « coming-out » de consommateur·trice·s recueillis au cours de l’enquête permettent de repérer deux justifications principales qui contrebalancent le tabou lié au médicament. La première concerne les circonstances qui rendent tolérable voire légitime le recours aux bêtabloquants. La seconde souligne l’importance d’un usage « temporaire », « raisonnable » et « complémentaire » et met de l’avant les valeurs de mérite et d’authenticité qui traversent cette manière de circonscrire la consommation.

Sauver sa carrière, rester dans la course

15Parmi les différents témoignages recueillis, celui d’une étudiante altiste aux cycles supérieurs est particulièrement éloquent. Avouant sa consommation passée à son amie (elle n’en consomme plus et se distancie désormais de cette pratique), elle se justifie comme suit : « Ça enlève juste les tremblements, c’est pas un miracle, c’est pas une solution… [silence] C’était ça, ou je ne montais pas sur scène. » En insistant sur le fait qu’il s’agissait d’un cas extrême, elle fait entendre qu’elle ne considère pas l’usage comme anodin et relevant d’un désir d’amélioration. Il s’agit plutôt d’une pratique exceptionnelle, réservée aux concours et examens, qui a pour objectif de préserver sa place dans le milieu. D’autre part, elle souligne que les effets sont limités (« pas un miracle »), insistant ainsi sur le fait qu’ils ne dispensent pas d’un travail intense et minutieux en amont de la performance (elle consultait régulièrement un coach de vie durant cette période). À la lumière de cette logique, l’usage circonscrit du médicament permet à l’artiste de conserver, du moins en partie, le mérite de son succès.

16Parlant de son fils musicien pour qui elle a obtenu une prescription de propranolol auprès d’un médecin, une professeure exprime son opinion à ses élèves : « Mais ça a eu l’effet de dé-cristalliser le lien entre scène et stress. Faut juste pas passer à côté de faire le vrai travail, mais il faut choisir les situations. Moi j’ai arrêté la musique à cause du stress. » Selon elle, le médicament est parfois essentiel. Il peut « sauver » des carrières et il serait dommage de ne pas l’utiliser de manière constructive. Elle poursuit :

Moi, je connais des gens qui auraient dû prendre des bêtabloquants. Ils ont raté des auditions importantes à cause de leur stress alors qu’ils avaient vraiment le niveau ! Ils auraient pu l’avoir la place, c’est dommage ! […] Il y a des gens qui décident de prendre des bêtabloquants seulement pour des occasions très spéciales, quand l’enjeu est grand par exemple. Ça, c’est une décision rationnelle, car je pense que dans ces cas-ci c’est raisonné. On sait qu’on en a besoin pour cet événement-là, précisément.

17Certain·e·s étudiant·e·s, en sortant de la salle, ont manifesté leur désaccord, reprochant à leur professeure d’être un peu trop « loose », trop tolérante. Si son discours contraste effectivement avec les conceptions générales sur les bêtabloquants, ne serait-ce qu’en en considérant l’usage comme une option potentielle, il n’est en revanche pas exempt de normes et de valeurs. Tout comme l’altiste citée plus haut, elle en circonscrit l’usage à un cadre particulier : celui d’une pratique de « sauvetage », d’un usage temporaire et réfléchi qui éloigne toute potentielle dépendance.

  • 9 Ibid., p. 169.

18Le stress est ainsi perçu avant tout comme un obstacle à la performance et, de fait, à la réussite personnelle des musicien·ne·s. La santé est en effet absente des discours sur le sujet, laissant la scène aux injonctions à la performance. Comme le précisent les sociologues Otero et Collin, les adeptes des smart drugs « y ont recours “pour rester dans la course”, voire pour “se démarquer par le haut”, parce qu’ils pensent ne pas avoir le choix et parce qu’ils ne veulent/peuvent pas lutter contre un système qui demande toujours plus en termes de performance9 ». Cette logique s’applique parfaitement aux bêtabloquants dans le contexte de la performance musicale : si le moyen est partiellement déviant (considérant la réticence exprimée comme un réflexe par les artistes), l’objectif est, lui, purement conformiste, tant et autant qu’il reste encadré et que l’usager reste en contrôle. Plusieurs critères sont alors mis de l’avant par les consommateur·trice·s de bêtabloquants, pour faire de leur usage occasionnel, « raisonné » et accompagné d’un « vrai travail sur soi » une pratique cohérente avec leurs valeurs.

Médicament, travail et mérite : l’excellence renégociée

[Les bêtabloquants,] ça réduit la fréquence cardiaque et évite les tremblements, c’est bien. Mais ça empêche pas ta tête de fonctionner ! Le stress est mental aussi alors il faut un travail psychologique à côté. Les bêtabloquants, ça enlève l’aspect physique. Si tu ne fais pas de travail mental, tu vas perdre confiance parce que les bêta ne réduisent pas la voix intérieure, les doutes, les black-out… [Morgane, étudiante à la maîtrise, secteur cordes.]

19En l’absence de savoirs clairs en la matière, l’action des bêtabloquants sur le stress et sur les corps des interprètes fait l’objet de différentes hypothèses au sein de la faculté. L’enquête révèle que ceux et celles qui tendent à en tolérer l’usage considèrent l’action des bêtabloquants comme étant limitée à la physiologie. Les réactions physiques du stress seraient momentanément supprimées mais les manifestations psychologiques et émotionnelles resteraient à la charge des interprètes, ce que l’altiste citée ci-dessus résume sous l’expression « travail mental ». De cette façon, les consommateur·trice·s conservent le mérite de leur bonne gestion de soi sur scène.

20S’il doit s’accompagner d’un travail « mental » digne d’une véritable démarche de développement personnel et de transformation de soi, c’est parce que le stress est présenté comme un potentiel à exploiter au mieux. Ainsi, les bêtabloquants peuvent éviter un échec certain, mais ils empêchent du même coup de bénéficier des effets positifs du stress qui aident à se surpasser, comme me l’explique Émilie : « C’est ça le problème des bêtabloquants d’ailleurs, le bêtabloquant va t’éviter de, ‘fin, garder un certain contrôle sur toi et du coup ça t’empêche d’aller plus loin […] ça t’empêche de tout rater, mais ça t’empêche de mieux réussir aussi. » En outre, plusieurs personnes réticentes aux bêtabloquants considèrent que la suppression du stress va de pair avec une élimination totale des émotions, menant à une déshumanisation de la pièce jouée. Une violoniste doute de leur efficacité et en critique les effets : « T’es coupée de tes sensations, enfin j’imagine, tu dois moins bien jouer, tu manques quelque chose. » Pour un clarinettiste, l’excellence de l’interprétation repose davantage sur la transmission d’émotions authentiques que sur l’irréprochabilité de l’exécution instrumentale :

Mais t’sais, pour moi, je sais pas, il y a quelque chose que tu transmets puis il y a quelque chose que le stress apporte à la performance […]. Puis il y a l’aspect émotif je pense qui est très présent avec ce type de médicaments là […] de ce que j’entendais : de un, il y a dépendance puis de deux, la déconnexion, donc entre jeu et émotion, donc c’est quoi ? Tu vas jouer sur scène avec une technique impeccable, sans stress ? […] Mon prof il dit souvent : « J’préfère mille fois mieux un violoneux là, qu’on appelle, qui jouerait avec son cœur qu’un violoniste hyper technique mais qu’a aucune sensibilité musicale » [Thomas, étudiant au baccalauréat, secteur vents.]

21La gestion du stress constitue finalement une compétence à part entière que les interprètes doivent acquérir et qui passe par un travail minutieux de sélection des effets positifs tout en évitant les symptômes négatifs.

22Les limites des effets bénéfiques des bêtabloquants ne reposent pas (uniquement) sur leurs propriétés pharmacologiques et sur leurs effets physiologiques mais s’inscrivent irrémédiablement dans une manière bien précise de définir les critères de l’excellence en musique classique, dévoilant des dynamiques identitaires et morales (qu’est-ce qu’être un ou une bon·ne musicien·ne) ancrées dans des discours sur la profession et l’art musical, de manière plus générale. Qu’ils soient acceptés, partiellement tolérés ou viscéralement rejetés, les bêtabloquants mettent à l’épreuve les identités des musicien·ne·s et entraînent une négociation des idéaux de performance et des critères d’appartenance à la profession. La consommation de médicaments se révèle à double tranchant : d’une part, elle met en péril leur identité d’artiste autonome, méritant·e et authentique ; d’autre part, elle leur permet de rester dans la course en attendant de trouver une solution plus durable et plus légitime.

Entre bonne déviance et hyperconformisme : les enjeux identitaires soulevés par le médicament

23La présente recherche montre que les médicaments jouissent d’une légitimité partielle en musique classique. Dans certaines situations, leur usage peut être justifié, dépendamment de l’enjeu, de la manière de faire, de la façon de consommer et des trajectoires individuelles qui lui donnent, ou non, un sens compatible avec l’identité de musicien·ne. Personne ne condamne fermement les consommateur·trice·s (potentiel·le·s ou avéré·e·s) à quitter le milieu. Les bêtabloquants, au-delà de poser la question de leur propre usage, entraînent le déplacement des frontières morales qui entourent la gestion du stress et la performance au sein du milieu de la musique.

24Ainsi, l’exclusion ne semble pas totale, contrairement aux cas de dopage où les athlètes sont déchu·e·s de leur titre et interdit·e·s de compétition. Il s’agirait plutôt d’un cas de figure s’apparentant au type de l’insider tel que développé par Otero et Collin (2015). En contraste avec l’outsider, l’insider est avant tout un·e conformiste qui cherche à s’intégrer dans un milieu, à conserver sa place ou à gravir les échelons. En revanche, par ses capacités d’innovation, de création et de discrétion, il ou elle use de moyens illégitimes ou partiellement légitimes pour se maintenir dans le milieu. L’insider se situe donc constamment à cheval entre l’hyperconformisme et la bonne déviance. Son recours aux substances témoigne en ce sens d’un désir d’adaptation et non d’une problématique de santé. Pour les sociologues, cette figure de l’insider suggère qu’user de moyens illégitimes pour réussir constitue une faute culturelle moins grave que de renoncer à ses ambitions, du moins dans certains milieux (Otero et Collin, 2015).

25Les débats et les questionnements autour du recours aux bêtabloquants montrent bien qu’il n’est pas seulement question de performance mais de la construction de son identité de musicien·ne ainsi que de l’élaboration et de l’établissement d’une morale encadrant la profession. Le médicament, vecteur de biosocialisation (Collin, 2016), représente un outil, potentiel ou effectif, d’amélioration de soi qui permet l’émergence de nouvelles identités par son recours (par exemple, la consommation de cannabis, voir Dalh, 2015) ou par son rejet et celui du diagnostic, souvent stigmatisant, associé (par exemple le cas de la timidité, voir Scott, 2006). Plus subtilement, c’est également par le partage d’opinions, communes ou divergentes, sur les médicaments (et les personnes qui en consomment) que les individus définissent des idéaux, partagent leurs valeurs, initient des relations, véhiculent une morale et des règles de conduite, et bâtissent leur identité.

26Lorsque le médicament pénètre la sphère du travail, les normes de performance s’en retrouvent inévitablement revisitées, bien souvent à la hausse. L’usage de médicaments est en effet au cœur de débats similaires à celui des bêtabloquants chez les musicien·ne·s dans de nombreux milieux professionnels. Les pratiques d’amélioration (enhancement) sont questionnées et la médicalisation de certains troubles et syndromes aux frontières incertaines est parfois pointée du doigt (dépression, troubles de l’attention, troubles anxieux, phobie sociale, etc.). Les pratiques dites « dopantes » au travail englobent dès lors l’usage d’antidépresseurs ou d’anxiolytiques pour « tenir le coup » tout comme la consommation d’alcool ou de cannabis pour « décompresser » après une journée de travail éprouvante (Gay et al., 2008). En transformant les corps, le médicament ouvre des possibles qui modulent indéniablement les attentes envers les capacités des individus.

27Le pouvoir réel, mais aussi fantasmé, du médicament de changer les corps au plus profond et le rayonnement de ses effets aux niveaux social et culturel en font un objet extrêmement puissant, producteur de nouvelles réalités biologiques, de nouvelles exigences et de nouvelles identités professionnelles. En outre, le médicament comme objet de recherche anthropologique constitue un nœud de tensions et un lieu de rencontre, dont l’étude, par l’analyse des représentations, des discours et des pratiques des différents partis impliqués, permet de révéler les dynamiques identitaires en jeu.

Haut de page

Bibliographie

Cakic V. (2009), « Smart Drugs for Cognitive Enhancement: Ethical and Pragmatic Considerations in the Era of Cosmetic Neurology », Journal of Medical Ethics, 35/10, p. 611-615. DOI : 10.1136/jme.2009.030882

Collin J. (2016), « On Social Plasticity: the Transformative Power of Pharmaceuticals on Health, Nature and Identity », Sociology of Health and Illness, 38/1, p. 73-89. DOI : 10.1111%2F1467-9566.12342

Collin J., David P.-M. (dir.) (2016), Vers une pharmaceuticalisation de la société ? Le médicament comme objet social, Québec, Presses de l’université du Québec.

Conrad P., Potter D. (2004), « Human Growth Hormone and the Temptations of Biomedical Enhancement », Sociology of Health & Illness, 26/2, p. 184-215. DOI : 10.1111/j.1467-9566.2004.00386.x

Dahl S. L. (2015), « Remaining a User While Cutting Down: the Relationship Between Cannabis Use and Identity », Drugs: Education, Prevention and Policy, 22/3, p. 175-184. DOI 10.3109/09687637.2014.920765

Desclaux A., Egrot M. (2015), « Le médicament diffusé au Sud. Contextes, formes culturelles et effets sociaux observés depuis les marges », dans Anthropologie du médicament du Sud. La pharmaceuticalisation à ses marges, Paris, L’Harmattan, p. 9-44.

Desclaux A., Lévy J.-J. (2003), « Présentation : cultures et médicaments. Ancien objet ou nouveau courant en anthropologie médicale ? », Anthropologie et sociétés, 27/2, p. 5-21. DOI : 10.7202/007443ar

Fraser S., Valentine K., Roberts C. (2009), « Living Drugs », Science as Culture, 18/2, p. 123-131. DOI : 10.1080/09505430902885441

Gay V., Houdoyer É., Rouzaud G. (2008), « Conduites dopantes en milieu professionnel : étude sur un échantillon de travailleurs parisiens », Thérapies, 63/6, p. 453-462. DOI : 10.2515/therapie/2008066

Greely H., Sahakian B., Harris J. et al. (2008), « Towards Responsible Use of Cognitive-Enhancing Drugs by the Healthy », Nature, 456/7223, p. 702-705. DOI : 10.1038/456702a

Kass L. R. (2003) « Ageless Bodies, Happy Souls », The New Atlantis, 1/1, p. 9-28. En ligne : thenewatlantis.com/publications/ageless-bodies-happy-souls

Katz S., Marshall B. L. (2004), « Is the Functional “Normal”? Aging, Sexuality and the Bio-marking of Successful Living », History of the Human Sciences, 17/1, p. 53-75. DOI : 10.1177%2F0952695104043584

Kenny D. T. (2005), « A Systematic Review of Treatments for Music Performance Anxiety », Anxiety, Stress, and Coping, 18/3, p. 183-208. DOI : 10.1080/10615800500167258

Kenny D. T. (2006), « Music Performance Anxiety : Origins, Phenomenology, Assessment and Treatment », Context, p. 51–64.

Otero M., Collin J. (2015), « Insiders, smart drugs et pharmaceuticalisation : éléments pour une typologie de la nouvelle déviance conformiste », Cahiers de recherche sociologique, 59-60, p. 157-178. DOI : 10.7202/1036791ar

Patston T., Loughlan T. (2014), « Playing with Performance: the Use and Abuse of Beta-Blockers in the Performing Arts », Victorian Journal of Music Education, 1, p. 3-10. En ligne : files.eric.ed.gov/fulltext/EJ1115420.pdf

Robitaille C., Collin J. (2016), « Prescription Psychostimulant Use Among Young Adults: a Narrative Review of Qualitative Studies », Substance Use & Misuse, 51/3, p. 357-369. DOI : 10.3109/10826084.2015.1110170

Scharbach H. (2018), « Syndrome de stress post-traumatique et B-Bloquants », Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique, 176/5, p. 523-525. DOI : 10.1016/j.amp.2018.03.007

Scott S. (2006), « The Medicalisation of Shyness: from Social Misfits to Social Fitness », Sociology of Health & Illness, 28/2, p. 133-153. DOI : 10.1111/j.1467-9566.2006.00485.x

Van der Geest S., Whyte S. R., Hardon A. (1996), « The Anthropology of Pharmaceuticals : A Biographical Approach », Annual Review of Anthropology, 25/1, p. 153-178.

Ville, C. (2020), « Faire du stress son métier. L’anxiété de performance chez les interprètes de musique classique », Tracés, 38, p. 63-82. DOI : 10.4000/traces.11272

Williams S. J., Martin P., Gabe J. (2011), « The Pharmaceuticalisation of Society? A Ramework for Analysis », Sociology of Health & Illness, 33/5, p. 710-725. DOI : 10.1111/j.1467-9566.2011.01320.x

Williams S. J., Seale C., Boden S. et al. (2008), « Waking up to Sleepiness: Modafinil, the Media and the Pharmaceuticalisation of Everyday/Night Life », Sociology of Health & Illness, 30/6, p. 839-855. DOI : 10.1111/j.1467-9566.2008.01084.x

Haut de page

Notes

1 Je présente une analyse anthropologique du concept de « stress » et de ce qu’il révèle dans le milieu de la musique classique dans un article de la revue Tracés et intitulé « Faire du stress son métier... » (Ville 2020).

2 Williams S. J., Martin P., Gabe J., (2011) « The Pharmaceuticalisation of Society? A Framework for Analysis », Sociology of Health & Illness, 33-5, p. 711, Notre traduction. Citation originale : « The translation or transformation of human conditions, capabilities and capacities into opportunities for pharmaceutical intervention. »

3 Tout comme l’étude de 1987, il s’agit d’un sondage en ligne réalisé auprès des musiciens de l’International Conference of Symphony and Opera Musicians (Icsom). En ligne: icsom.org/senzasordino/2017/06/the-2015-musicians-health-survey-results/ (consulté le 29 janvier 2021).

4 Voir par exemple « Faut en parler : société de performance », Télé-Québec, interview de Richard Robert, diapositive numéro 18. En ligne : fautenparler.telequebec.tv/emissions/societe-performance/utilisation-betabloquants (consulté le 10 octobre 2016) ; Vice du jour, VICE Québec, édition du 7 janvier 2016. En ligne : fr.daily.vice.com/videos/6-janvier-musique-classique-et-dopage-avatars-xxx-tat-islamix, consulté le 11 janvier 2016.

5 Monographie de produit, Indéral-LA (chlorhydrate de propanolol), p. 3, © Pfizer Canada Inc. En ligne : https://produits-sante.canada.ca/dpd-bdpp/info.do?lang=fr&code=17780 (consulté le juillet 2017).

6 Bien que, depuis les années 1980, plusieurs recherches montrent les effets positifs du propanolol pour traiter le stress post-traumatique, généralement en combinaison à une thérapie psychologique, il ne s’agit pas des effets reconnus (Scharbach, 2018).

7 Otero, M. et Collin, J. (2015), « Insiders, smart drugs et pharmaceuticalisation : éléments pour une typologie de la nouvelle déviance conformiste », Cahiers de recherche sociologique, 59-60, p. 166.

8 Ibid., p. 173.

9 Ibid., p. 169.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cassandre Ville, « « Prendre un bêta » pour monter sur scène », Socio-anthropologie, 43 | 2021, 53-66.

Référence électronique

Cassandre Ville, « « Prendre un bêta » pour monter sur scène », Socio-anthropologie [En ligne], 43 | 2021, mis en ligne le 17 juin 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/8235 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.8235

Haut de page

Auteur

Cassandre Ville

Cassandre Ville est titulaire d’une maîtrise en anthropologie de l’université de Montréal. Ses travaux portent sur le concept de stress de la performance dans le milieu de la musique classique. Elle s’intéresse particulièrement aux différentes techniques de gestion de soi et notamment aux normes qui encadrent le recours aux médicaments. Elle est actuellement agente de recherche à la faculté de pharmacie de l’université de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search