Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série43Dossier : Médicament et frontièresL’opium des champions

Dossier : Médicament et frontières

L’opium des champions

Une mise en perspective des consommations des médicaments antalgiques dans le sport
Opium of the Champions. An Insight on Painkiller use in Sport
Thomas Bujon
p. 67-82

Résumés

Cet article présente dans les grandes lignes les résultats d’une enquête qui porte sur les consommations des médicaments antidouleur, ainsi que sur les différentes méthodes et les techniques utilisées pour faire face à la douleur dans les mondes du sport. Il s’agit d’identifier la manière dont est gérée, négociée et traitée la douleur par les sportifs et leur entourage pharmaco-médical au cours de leur carrière. Trois étapes seront distinguées, chacune engageant différents rapports à la douleur, différents types de médicaments et de techniques antalgiques. Dans le sport, la consommation de médicament antalgique longe habilement la frontière entre thérapeutique et performance, entre corps et esprit, et tend à trouver un second souffle avec l’avènement du Mental Training dont cet article montre qu’il peut en potentialiser les effets et les aspirations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vidéo : NIDA, Painkillers: Get Back in the Game. Use Painkillers Safely, 9 avril 2012. En ligne : (...)
  • 2 Nate Jackson, « The N.F.L.’s Absurd Marijuana Policy », The New York Times, 8 septembre 2014. En l (...)
  • 3 Daniel Agger, « Maybe my Story will Make other Athletes Take Fewer Pills », The Guardian, 2016. En (...)
  • 4 Clément Gillou, « Tramadol, codéine, paracétamol... quand les sportifs abusent des antidouleurs », (...)

1La consommation de médicaments antidouleur – des antiinflammatoires aux opioïdes – dans les milieux sportifs n’est pas encore bien documentée. Le développement de leurs usages dans le sport amateur et professionnel semble toutefois préoccupant. Aux États-Unis, en pleine crise des opioïdes, le National Institute on Drug Abuse (NIDA) a pris à bras-le-corps cette question en multipliant les campagnes de prévention auprès des jeunes athlètes1 qui, du fait de leur exposition aux douleurs et aux blessures générées par leur pratique, sont davantage susceptibles d’avoir recours aux antidouleurs, hors prescription et de manière abusive, que ceux qui ne font pas de sport (Veliz et al., 2013, 2015). C’est en particulier le cas dans des sports comme le football américain ou le hockey sur glace, par exemple, où les chocs physiques et les accidents graves sont fréquents. Dans ce contexte, des sportifs professionnels nord-américains, exposés aux blessures et à des douleurs aiguës et/ou chroniques tout au long de leurs carrières, militent pour trouver des alternatives thérapeutiques aux consommations d’opiacés ou aux injections avant ou après les rencontres2, conscients des risques d’addictions, de surdoses et d’overdoses mortelles liés à leur usage ou mésusage d’antidouleurs (Dunne et al., 2020). C’est aussi le cas en Europe où les déclarations et inquiétudes se succèdent autour du football3 ou du cyclisme4. Cette question fut tellement embarrassante dans les milieux sportifs que l’Agence mondiale antidopage (AMA) fut elle aussi appelée à réagir et à surveiller ces médicaments. Celle-ci entreprit alors de placer un certain nombre de ces substances sous surveillance dans le but d’estimer leur prévalence, et d’en interdire, éventuellement, l’usage s’il s’avérait qu’elles constituaient une « violation des règles antidopage » en vigueur. Ainsi, différents antalgiques, analgésiques narcotiques (codéine, hydrocodone, tramadol, morphine, etc.) ont été inclus depuis 2012 dans le programme de surveillance, tout en restant autorisés, leur consommation n’entraînant pas, contrairement aux consommations de substances ou techniques inscrites dans la liste des produits interdits, de sanctions disciplinaires.

2Cet intérêt de l’AMA a de quoi surprendre tant ces médicaments ne sont pas utilisés à des fins de dopage – comme peuvent l’être par exemple les stéroïdes anabolisants, les hormones de croissance, les modulateurs hormonaux, ou les diurétiques – et sortent du mandat de l’AMA chargée de lutter contre les substances ou les techniques améliorant les performances. En effet, ici, les produits surveillés sont habituellement employés dans le cadre de traitement de douleurs aiguës ou chroniques sévères – généralement cancéreuses – ou prescrits comme substituts dans le cadre de traitement de substitution aux opiacés illégaux (héroïne, cocaïne). Sont-ils utilisés à des fins de dopage comme semblent le noter certains observateurs – certains antalgiques stimulant l’état de veille, repoussant la fatigue (Progler, 2010) – ou bien sont-ils surtout utilisés à des fins thérapeutiques ?

3Les sportifs utilisent une quantité non négligeable de médicaments à des fins thérapeutiques, en l’occurrence des médicaments psychotropes (antalgiques, anxiolytiques, antidépresseurs), sans que quiconque ne s’en soucie vraiment – l’idée selon laquelle la pratique du sport protège la santé et éloigne des consommations de drogues, ce qui serait le cas pour les catégories les plus jeunes (Sabo, Velziz, 2016 ; Veliz et al. 2015), est très largement répandue –, et sans que l’on s’intéresse aux « cocktails » de médicaments prescrits et de drogues dont les effets combinés sont depuis longtemps décrits dans les milieux sportifs (Gaumont, 2005) et rapportés dans la littérature médicale (Lelong-Boulouard et al., 2015). Comme bien d’autres médicaments prescrits, les médicaments antalgiques, quelles que soient leurs classifications (voir encadré 1) peuvent aussi faire l’objet d’un usage non médical, détourné ou d’un usage abusif (Milhet et Langlois, 2017) alors même que les athlètes évoluent dans un monde ultramédicalisé et ultraréglementé (contrôle antidopage, passeport biologique, liste des substances et méthodes interdites, autorisation d’usage thérapeutique, surveillance à distance, etc.). Chaque transgression aux normes en vigueur y est d’ailleurs durement sanctionnée. Contrairement à beaucoup d’autres médicaments interdits ou drogues illégales, les sportifs sont autorisés à les consommer. Pourtant, les sportifs n’évoquent que du bout des lèvres leur consommation d’antalgiques alors qu’ils sont soumis à de rudes épreuves physiques et psychiques tout au long de leur carrière. Ce silence, ou les révélations sur cette médicamentation exprimées par les athlètes une fois prise leur retraite sportive, n’a rien de fortuit. Il est le fruit d’un long apprentissage, d’une longue socialisation à l’utilisation des médicaments antidouleur depuis leur plus jeune âge et tient probablement à la revendication d’une forme d’ascèse (Sloterdjick, 2015). Tout au long de leur carrière, il se construit un rapport particulier à la douleur et aux médicaments prescrits chargés de la prévenir, de l’éliminer, plus probablement de la « contrôler » (Lévy et Thoër, 2008).

4Ce phénomène peut se lire à partir du concept de « pharmaceuticalisation » : en effet, en étudiant le rôle central et croissant du médicament « dans la vie des individus contemporains et ce bien au-delà des finalités thérapeutiques qui lui sont traditionnellement reconnus » (Otero et Collin, 2015), de nombreux travaux ont fait du médicament un objet social et culturel dont l’action découle de sa socialisation, de ses interprétations ou même des imaginaires qui l’entourent (Coveney et al., 2019). Dans cette perspective, le médicament s’est vu chargé de significations et d’un pouvoir que les approches traditionnelles et critiques, en le réifiant, lui refusaient. Anthropologues et sociologues ont ainsi montré combien la consommation du médicament devait d’abord s’envisager comme « un événement processuel, relationnel et situé » (Hardon et Sanabria, 2017). Ils ont trouvé dans nos sociétés de concurrence une entrée privilégiée pour étudier les usages variés, aux multiples finalités, des médicaments, ou examiner leur « plasticité » (Collin, 2016), leur « fluidité » (Hardon et Sanabria, 2017) dans des « contextes normatifs de grande compétitivité » (Otero et Collin, 2015). Dans le sport, la consommation de médicaments est très souvent appréhendée sous l’angle du dopage et de la performance. Cet article voudrait montrer qu’il s’agit d’un tropisme que le concept de pharmaceuticalisation permet d’écarter en insistant sur les dimensions processuelle et multidimensionnelle du médicament (Williams et al., 2011) qui lient très étroitement thérapeutique et performance. Cet article vise à décrire les recours aux médicaments antidouleur et les techniques antalgiques non médicamenteuses déployées par les athlètes tout au long de leur carrière, à en interroger les articulations et réarticulations, et à analyser le déplacement des usages thérapeutiques aux usages dopants, des pratiques de soin aux pratiques d’amélioration, jusqu’à leur point de recouvrement.

Méthodologie

5Cet article se propose de présenter les résultats d’une recherche qualitative menée sur le développement des consommations de médicaments antidouleur par les jeunes sportifs engagés dans une pratique sportive intensive ou de haut niveau (Bujon et Mougeot, 2017). Elle portait sur la genèse et le développement des usages de médicaments antidouleur au sein de cette population. Elle repose sur 52 entretiens semi-directifs : 33 avec des sportifs engagés dans une pratique intensive du sport (âgés entre 13 à 40 ans), 6 avec leur entourage sportif (entraîneurs, parents) et 13 avec l’entourage médical (médecins du sport, psychiatres, addictologues, médecin légiste) et paramédical (psychologues, kinésithérapeutes, hypnothérapeutes). Cette recherche s’appuie sur un matériau empirique recueilli en France dans le cadre d’une recherche subventionnée par l’AMA. Cette recherche a reçu l’approbation du comité éthique du CHU de Saint-Étienne et de l’AMA.

6Les interviews se sont centrées sur les douleurs et les blessures rencontrées par les sportifs ainsi que sur leur prise en charge thérapeutique. Les récits recueillis traitent ainsi des parcours de soins et des itinéraires thérapeutiques qui rythment et conditionnent pour partie leur carrière. Le rapport à la performance a été volontairement abordé de façon secondaire dans les entretiens afin d’encourager les enquêtés à la narration de leurs expériences vécues de la douleur et des significations qu’ils leur attribuent. Nous n’avons pas fait de distinction a priori entre les sports, le niveau de pratique, l’âge, le genre, etc. On le verra, l’approche séquentielle définie par la notion de « carrière déviante » (Becker, 1985) a l’avantage de transcender ces variables pour saisir ce qu’il y a de commun entre les parcours individuels quel que soit le sport (individuel ou collectif), le niveau (amateur ou professionnel), l’âge ou le sexe concerné. À ces entretiens semi-directifs sont venus s’ajouter d’autres matériaux documentaires (articles de presse, sites Internet spécialisés dans le Mental training ou la vente de techniques ou procédés antalgiques). La technique de collecte des données s’est développée et élargie en fonction des « analyses provisoires » effectuées tout au long de l’étude (Glaser et Strauss, 2010).

Les médicaments antalgiques : les classifications
Dans le cadre de la prise en charge de la douleur cancéreuse, l’Organisation mondiale de la santé avait distingué trois niveaux de médicaments antalgiques destinés à orienter la prescription en fonction de l’intensité de la douleur ressentie par le patient. Les antalgiques de niveau 1 renvoient aux antalgiques non opiacés, anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et non morphiniques (paracétamol, aspirine, ibuprofène). Si la consommation prescrite des médicaments de palier 1 n’a pas les effets escomptés, on passe au niveau 2, puis au 3. Les antalgiques de niveau 2 renvoient aux médicaments antalgiques opioïdes faibles/codéinés (codéine, tramadol, etc.). Enfin, le niveau 3 est celui des médicaments antalgiques opioïdes forts/morphiniques à fort potentiel addictif (morphine, fentanyl, buprénorphine, etc.). Actuellement, nombreuses sont les études médicales à indiquer les risques pour la santé (toxicité, addiction, décès) liés aux mésusages de ces antalgiques qu’ils soient de niveau 1, 2 ou 3, « faibles » ou « forts » (Authier, 2019). En France, contrairement aux États-Unis, les antalgiques prescrits sont davantage des opiacés « faibles » (niveau 1 et 2). Leur consommation en population générale progresse selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM, 2019). D’autres classifications des antalgiques existent aujourd’hui, centrées non pas sur l’intensité de la douleur ressentie mais sur les mécanismes d’action neuronale des antalgiques. Aussi, ces nouvelles classifications élargissent leur champ d’action à tout type de douleurs – non cancéreuses – et ouvrent à de nouvelles molécules et applications.

Le sport intensif et le rapport à la douleur

  • 5 À une question d’une journaliste sur sa carrière minée par les blessures et marquée par les douleu (...)
  • 6 Exemplaire est le témoignage de Nate Jackson, cet ancien joueur de football américain (NFL) dans s (...)

7C’est un fait incontestable et très largement décrit dans la littérature scientifique : la pratique intensive du sport, amateur ou professionnel, expose les athlètes au risque de blessures et à des douleurs aiguës ou chroniques. Et ce, quel que soit le sport pratiqué. Ceux-ci doivent faire face à des douleurs physiques et psychiques récurrentes. Ils doivent non seulement les faire disparaître mais ils vont devoir apprendre à « vivre avec5 », s’ils souhaitent aller au bout de leur épreuve, poursuivre leur carrière sportive à un niveau professionnel ou se maintenir au plus haut niveau. Dans cet univers, le recours au médicament est à analyser au regard de l’intensification de l’effort, des blessures récurrentes ou des violences corporelles inhérentes à la pratique sportive. L’accroissement du nombre de compétitions, la quête de records dans les mondes du sport, contraint les sportifs à s’entraîner plus longtemps, plus intensément et plus durement. Les problèmes de santé, générés par des blessures répétées ou la persistance de certaines douleurs, font partie intégrante de la carrière sportive : « on a toutes eu des blessures graves à un moment ou à un autre, c’est un peu obligatoire », pour reprendre l’expression de cette ex-joueuse de l’équipe de France de hand-ball. Leur prévention et leur gestion deviennent pour les sportifs et leur entourage des points de passage obligés dans une carrière sportive. À tel point que l’on a choisi d’inverser notre manière de penser le sport toujours considéré comme orienté vers la réussite ou la performance. Certes, cet élément est central mais l’on a fait le choix de regarder les carrières sous un autre angle : celui de la gestion et du contrôle de la douleur6. Il a été fait l’hypothèse que c’est dans le rapport à la douleur et non dans le rapport à la performance que pourrait se comprendre le recours aux médicaments psychotropes, y compris les stimulants. D’où l’hypothèse que l’on défendra ici : la prise médicamenteuse dans le sport est moins conditionnée par la performance que par la gestion des douleurs et des blessures récurrentes tout au long de la carrière sportive. C’est à ce titre que nous avons envisagé la carrière sportive comme une « carrière déviante » (Becker, 1985).

8Généralement, dans la sociologie de la déviance, la notion de carrière permet d’identifier une succession d’étapes ordonnées conduisant des individus (ou des groupes sociaux) à développer et à rationaliser des comportements que la société légitime juge comme déviants, immoraux, ou dangereux. En sociologie du sport, elle permet aussi de rendre compte de la manière dont des individus apprennent à consommer les produits à l’abri des regards, à éviter les contrôles, à déjouer le système de surveillance qui pourrait les étiqueter comme déviants, comme « dopés » (Brissonneau et al., 2008). Ils sont alors traités comme des outsiders développant une sous-culture marginale, éloignés des normes ordinaires (Otero et Collin, 2015). La notion de carrière déviante nous est utile pour décrire les différents usages de médicaments antidouleur dans les milieux sportifs sans immédiatement les raccrocher aux pratiques de dopage et sans pour autant les désenclaver du rapport à la performance. Elle nous permet de comprendre comment cette consommation est liée à un processus social d’apprentissage de la douleur dans le sport. En effet, pour certains sportifs, la douleur peut être d’emblée pathologique, incapacitante. Pour d’autres, il s’agira d’en explorer les potentialités visant à sortir le sportif des perceptions limitées qu’il pouvait avoir de son corps. La douleur fait alors l’objet d’une transaction, d’une gestion « négociée » entre les sportifs, l’entraîneur, les parents et les médecins. Ce commerce se présente différemment selon les étapes de la carrière, laquelle se décline en trois étapes. À chaque étape, la perception de la douleur, sa signification et son expression, vont être redéfinies tout comme les relations que les sportifs entretiennent avec leur entourage, en particulier pharmaco-médical, et aux médicaments.

(Faire) taire la douleur

9La première étape correspond à l’entrée dans la carrière de haut niveau : dès l’enfance et l’adolescence, les sportifs qui accèdent à des filières de haut niveau – et dont le mode de vie est centré vers la performance et le dépassement de soi (horaires scolaires aménagés, plusieurs heures d’entraînement par semaine, un mode de vie discipliné organisé autour de la compétition, etc.) – sont conduits à redéfinir leur rapport à la douleur en fonction de la réaction sociale qu’elle suscite.

10La douleur est généralement décrite de manière favorable par l’encadrement sportif et par la plupart des sportifs de haut niveau. Elle est perçue comme une marque de l’effort, du dépassement de soi et de ses limites. Le fait de considérer la douleur comme « positive », comme un critère de performance et de dépassement de soi est central. Comme le notent un certain nombre d’observateurs, la douleur dans le sport, comme la souffrance qu’elle induit, est souvent légitimée, valorisée, voire « glorifiée » (Young, 2007). Elle doit être transfigurée dans l’effort.

11Pour les sportifs interrogés, l’expression d’une douleur incapacitante fait bien souvent l’objet d’un jugement moral défavorable de la part du groupe sportif (des autres sportifs mais aussi de l’entraîneur). Dire ou (faire) taire la douleur apparaît comme un des éléments déterminants de cette première étape de l’apprentissage de la douleur (on « doit souffrir en silence », « c’est dans la tête », « ne pas s’écouter »). La désapprobation du groupe face à l’expression (non glorifiée) de la douleur est d’ailleurs, dans les premiers temps, souvent vécue comme une « sanction ». Elle est interprétée par le groupe de pairs et les entraîneurs comme une faiblesse de volonté, comme une faute morale. La douleur doit être transcendée, la plainte exprimée publiquement risque de provoquer sarcasmes, mépris et rejet du groupe. Au cours de cette première étape, la réprobation morale de la douleur dans le sport est très forte : les jeunes sportifs apprennent à nier, à ne pas faire état de la douleur physique ou morale, « à ne rien laisser paraître ». Ils apprennent à la minimiser ou à la dissimuler par une gestion profane de la douleur. Dans ce cadre, la prise en charge est d’abord familiale. Elle prend la forme d’automédication de médicaments homéopathiques, d’anti-inflammatoires non stéroïdiens ou d’opiacés faibles. Ces médicaments sont pris occasionnellement, à titre curatif et parfois préventif avant l’entraînement ou la vieille d’une compétition.

12Lorsque la douleur devient trop forte et persistante, ce sont les parents (parfois les entraîneurs) qui orientent le jeune sportif. Le médecin généraliste (éventuellement médecin du sport) est sollicité pour faire disparaître la douleur, pour soigner une blessure, etc. Celui-ci tentera d’en éliminer les symptômes en proposant l’arrêt temporaire ou définitif de l’activité sportive. Pour les jeunes athlètes qui n’ont pas d’objectifs définis ou d’ambition professionnelle, cet arrêt est accepté car vécu de façon salutaire (on prend conscience que l’on donne trop de place au sport, on se rend compte que l’on passe à côté de plein de choses, etc.). Mais pour les athlètes désireux de progresser dans la carrière sportive, cette proposition est très mal vécue. Le repos, l’inactivité, constitue une violence faite aux règles des mondes du sport intensif : dans le sport, il s’agit d’être constamment en mouvement, tout entier tourner vers l’objectif fixé. Comme le note cet ancien cycliste professionnel : « l’arrêt est vécu comme une punition. Le comportement de base est d’essayer par tous les moyens de réduire ce temps d’immobilisation pour arriver à compenser, à ne pas perdre de temps. […] Ce n’est jamais vécu comme un signal d’alerte. On ne cherche même pas la cause. »

13Progressivement, force est de constater combien la pratique intensive du sport est perçue, représentée, voire vécue socialement – à la fois par les athlètes comme par leur entourage – comme une « addiction » et bien souvent traitée comme telle par les médecins du sport. Le sport intensif partage d’ailleurs avec l’addiction des traits similaires (Escriva, 2001) : besoin irrépressible (d’activité physique), caractérisé par la répétition des efforts et la ritualisation des gestes produisant du plaisir, difficulté à se sevrer (s’arrêter), symptômes de manque (irascibilité, douleurs, etc.) et des douleurs qui finissent d’ailleurs, bien souvent, par disparaître dans l’effort physique mais par réapparaître aussitôt à l’arrêt.

14Cette première étape de la carrière sportive est donc marquée par la transgression d’une norme. La norme dominante de santé largement répandue et relayée par le discours médical et qui consiste à accepter de transformer certains éléments de sa vie quotidienne pour protéger sa santé et prévenir certains risques (Peretti Watel et Moatti, 2009). Cette transgression revient à percevoir la protection de la santé et de son intégrité physique et psychique comme secondaire par rapport au maintien de l’engagement dans la carrière sportive, aux exigences de la compétition, jugé central par différents acteurs (parents, entraîneur, sportifs). L’apprentissage de la douleur consiste alors en un renversement des liens de causalité entre douleur et pratique sportive. Si le sport fait souffrir, le sport n’est pas pour autant à remettre en cause.

Apprendre à jouer avec la douleur

15La seconde étape de la carrière s’inscrit dans le prolongement de la première étape mais diffère dans les solutions trouvées afin de poursuivre l’activité sportive. Le maintien de l’engagement dans la carrière de haut niveau suppose désormais de s’y plonger, sans réserve, « sans s’apitoyer sur son sort ». Le jeune sportif et son entourage (notamment familial) commencent à entrevoir que l’athlète doit « vivre avec » et « en dépit » de la douleur. Il doit « l’accepter », « l’intégrer », n’en faire qu’un « problème technique », dirait Illich.

16Jusqu’à présent les réponses et les traitements thérapeutiques apportés à la douleur – jugée passagère et suffisamment familière pour être traitée par l’automédication – n’ont pas eu les effets escomptés. Les médicaments antalgiques pris dans la pharmacie familiale ont pu masquer provisoirement les symptômes mais, avec la permanence de la douleur ou l’aggravation de certains symptômes devenus réguliers – « vous avez complètement intégré le fait que la douleur allait apparaître, qu’elle allait faire très mal, qu’elle allait être assez violente et que cela fait partie du jeu », expose ce cycliste –, le risque est dorénavant de compromettre l’engagement dans une carrière sportive de haut niveau, de ralentir la progression, de lui porter un « coup d’arrêt ». Il devient nécessaire d’enclencher un processus diagnostique et d’avoir un suivi médical régulier pour gérer et anticiper les risques auxquels les sportifs s’exposent.

17L’entraîneur va alors prendre le relais de la famille dans le rôle d’adressage vers le monde médical. Le jeune sportif qui est dans les filières d’accès au haut niveau (ou qui possède le statut de sportif de haut niveau) passe périodiquement une série d’examens cliniques et de bilans complémentaires : analyse urinaire, prise de sang, électrocardiogramme, échocardiographie, tests d’efforts, examens spécialisés (orthopédie, etc.). Parfois il commence à recevoir des conseils sur son mode de vie (sommeil, alimentation, etc.). Cette surveillance médicale réalisée dans les plateaux hospitaliers publics ou dans des centres privés de médecine du sport se développe à mesure que les programmes d’entraînement s’intensifient, se répètent et se durcissent. La médecine du sport va alors jouer un rôle notable dans la détection des pathologies, dans le dépistage de certaines maladies ou de blessures qui supposeront des traitements médicamenteux. Le jeune sportif s’insère progressivement dans un système de surveillance médicale : il consulte régulièrement des médecins du sport ou des spécialistes de la traumatologie sportive qui prennent le relais des parents et des médecins généralistes. L’accès à ce type de soins hyperspécialisés peut s’apparenter à un processus d’intégration au haut niveau, un signe distinctif d’appartenance – « chez nous, c’est les [ligaments] croisés ! ».

18Les pratiques de ces professionnels du soin reposent sur des points d’appui normatifs et moraux tendant à adapter l’éthique médicale – fondée sur une pratique sportive modérée et mesurée, soucieuse de l’équilibre psychique et social du jeune sportif (Queval, 2004) – aux règles des mondes du sport. L’arrêt préconisé par les médecins de famille ou le repos prescrit sur de longues périodes ne figurent plus parmi les options possibles. Il s’agit au contraire d’accélérer le retour sur les terrains en ayant recours à des pratiques de soin prenant en compte les aspirations des sportifs et/ou de leur entourage. À cet égard, si l’on considère souvent la médecine du sport comme une médecine qui participe au perfectionnement et à l’optimisation des performances, elle peut aussi être perçue comme une médecine palliative : elle ne répare pas des dysfonctionnements, elle ne guérit pas, mais elle soulage la souffrance, les douleurs ; elle maintient l’activité physique à bas bruit. En fait, elle cherche davantage à réduire les risques qu’à guérir. Dans cette seconde étape, la mesure s’accompagne d’une prise en charge personnalisée et adaptée aux résultats de la surveillance médicale. Les kinésithérapeutes (et les ostéopathes) vont devenir des partenaires avec qui l’athlète effectue un travail de remise en mouvement. Ceux-ci vont occuper progressivement une place centrale auprès des sportifs.

19Le passage entre les mondes du sport (de haut niveau) et les mondes de la médecine (du sport) ne constituent plus une rupture. La frontière entre ces deux mondes est poreuse et facilite la circulation à la fois des produits et des pratiques thérapeutiques entre les mondes. Performance et thérapeutique finissent par se recouvrir et l’on ne parvient plus à les distinguer, comme dans les propos de ce basketteur :

Une fois, sur ces deux entorses, j’en ai pris, j’ai joué tout défoncé d’ailleurs […]. Ma mère m’avait donné des médicaments assez puissants quand même, des sortes d’antidouleurs je ne sais plus leur nom. Ma mère est infirmière donc elle sait ce qu’il faut. J’ai fait un des meilleurs matches d’ailleurs. Je jouais à moitié en boitant, en plus j’ai joué super longtemps. Je l’ai fait quelquefois de prendre des médicaments comme ça quand tu es obligé de jouer, c’est ma mère qui me donne ces médicaments, elle sait très bien les mélanges qu’il ne faut pas faire, elle me dit ça, tu manges en même temps, ce n’était jamais des trucs de fou, je pense. Moi ma mère c’est ma pharmacienne, c’est mon docteur. […] elle savait ce qu’elle me donnait, car c’étaient des médicaments sous la prescription du médecin.

Mentaliser la douleur, doper le cerveau

20La troisième étape est marquée par la recherche désespérée de techniques antalgiques. Alors que la douleur était vectrice de création, source de plaisir, un paramètre à prendre en compte, elle est désormais devenue régulière, voire chronique, et tend à être vécue non plus comme normale mais comme pathologique. La gestion de la douleur devient pour le sportif une obsession intime occupant une grande partie de son activité, de son temps et de son énergie. La redéfinition de la douleur est néanmoins toujours recherchée dans les mondes de la médecine. Une large palette de stratégies « utilisées pour rendre signifiante ou insignifiante la douleur » (Young, 2007) est proposée aux sportifs engagés dans cette troisième étape : cela va des traitements médicamenteux aux outils et techniques développés par des entreprises spécialisées (électrostimulation, boisson de récupération, injection de PRP, mésothérapie, cryothérapie, ostéopathie, kiné, etc.). Cette quête est aussi marquée par le recours à des spécialistes non seulement du corps (kinésithérapie, ostéopathie) mais du soin psychique ou de la santé mentale : les psychologues sportifs, les préparateurs mentaux, les manuels ou les guides pratiques, les techniques de méditation, les applications numériques de Mental Training, etc. sont mobilisés pour transfigurer la douleur. Les athlètes cherchent à quitter le corps, à lui dire « adieu » dirait David Lebreton, à s’en dissocier, pour investir ce qu’ils appellent le « mental » situé dans une partie du corps qui est en fait le « tout » : le cerveau. Il devient alors, par la toute-puissance que ces techniques lui octroient, l’unité hégémonique de l’action. Le psychisme ou le « mental » est alors un espace à mettre en mouvement, à manipuler selon les mêmes modalités que le corps. Cette étape conduit à ne plus envisager de composer avec la douleur en mettant le corps en mouvement – comme au cours de la première et la seconde étapes – mais plutôt à intensifier cette mise en mouvement quitte à faire taire la douleur par l’action sur le psychisme lui-même. Il s’agit alors d’opérer sur sa conception ou ses représentations de la douleur, de réguler les émotions qu’elles génèrent. En les contrôlant, on retrouve alors un moyen de les effacer, de s’en distraire.

  • 7 Technique qui peut être utilisée en bloc opératoire ou pour faire accepter aux patients les traite (...)
  • 8 Goffman E. (1991 [1974]), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit, p. 83.

21Par exemple, l’hypnose éricksonienne ou l’hypnoanalgésie7 font l’objet d’un « détournement8 » dans le sport de haut niveau. On met alors l’accent sur la capacité qu’a le sportif par la méditation ou les séances d’hypnose – et « sans anamnèse poussée » – à faire « des voyages extracorporels » pour aller chercher « dans un flux d’énergie, des ressources, avant de revenir dans notre corps », nous explique cette praticienne, et ainsi redécouvrir un certain nombre de capacités inexploitées. Même si le corps s’arrête de fonctionner, le mental continue quant à lui de bouger par différentes techniques hypnotiques de visualisation : « au repos, donc à l’arrêt, on peut continuer à avoir le circuit neuronal du geste », le « cerveau va continuer à courir ». Comme le précise ce neuropsychologue, « l’état hypnotique, ce n’est pas la passivité » et encore moins une mise en sommeil, terme banni par les sportifs : avec l’hypnose, dit-il, « les activités neurologiques sont extrêmement intenses » et « le cerveau est loin d’être au repos ». Cette technique, en activant le cortex cingulaire antérieur, permet d’accéder aux parties du cerveau qui « codent la douleur » mais aussi aux émotions, aux capacités cognitives. Le sportif ayant recours à l’hypnose n’est pas passif. Par l’autohypnose, il reprend le contrôle, il « travaille sur son comportement, ses automatismes, ses habitudes », toutes décrites comme « négatives ».

22Parmi les différentes méthodes et techniques dont disposent les sportifs de haut niveau pour contrôler leur douleur et continuer malgré tout de performer, le Mental Training for Athletes émerge comme une activité de type managériale basée sur les promesses de l’imagerie cérébrale et des neurosciences cognitives : anticipation, visualisation, affirmation positive, concentration, prise de décision et choix, sont les mots d’ordre du champion, appelé à se fabriquer cet unbeatable mind. Il existe un nombre non négligeable de sites internet, d’applications numériques, de vidéos de coachs qui font la promotion de ces techniques destinées à rendre insensibles les douleurs, à affronter toutes sortes d’épreuves. C’est un mixte de pratiques encore difficile à définir et à circonscrire – un peu comme la prière chez Marcel Mauss. Le Mental Training mêle des exercices de programmation neurolinguistique, médecines alternatives et exercices spirituels (méditation, autohypnose, kinésiologie, auriculothérapie, les « cinq blessures de l’âme », magnétisme, etc.) : en les combinant, le sportif finit alors par se convaincre du « pouvoir de l’esprit sur le corps ».

23Alors que ces techniques mentalistes (Mental Training, coaching, hypnose, etc.) se multiplient et s’offrent comme des techniques alternatives au dopage médicamenteux (« enhancement performance without drugs »), force est pourtant de constater que ces pratiques non médicamenteuses (« naturelles, sûres et efficaces ») dans les milieux sportifs, peuvent contribuer paradoxalement, par une forme de perlaboration et de détournement, à lever les résistances et à « potentialiser » la prise de médicaments et donc ses effets. L’hypnose peut être utilisée par l’entourage du sportif dans le but de « potentialiser la prise en charge médicamenteuse » : « il s’agit de faire équipe avec le médicament et non pas de le subir : cibler la partie du corps où il doit agir », nous dit cette praticienne. Et si le mental s’affirme désormais comme le « lieu de l’action » (Goffman, 1991), il est aussi un territoire susceptible d’être contrôlé et amélioré par des médicaments psychotropes, antidépresseurs ou cognitive enhancing drugs destinés à améliorer sa concentration, sa vigilance (Coverney et al., 2019 ; Smith et al., 2020). Par ailleurs, si le cerveau a le pouvoir de secréter ses propres substances opiacées « endogènes » (dopamine, endorphine, sérotonine, etc.), de moduler la douleur tout en produisant du plaisir, si le cerveau peut produire « naturellement » ses propres drogues, l’opiacé exogène (le médicament) peut en déplacer le seuil naturel, en modifier le système. Comment ne pas constater le déplacement et le renouvellement d’un débat qui avait agité à la fin des années 1990 le milieu de la lutte antidopage autour de la production d’EPO endogène/exogène, mais cette fois-ci au niveau des opiacés endogènes/exogènes produits par le cerveau ? Le médicament antalgique, intégré dans ces pratiques mentalistes, questionne à nouveaux frais cette frontière entre le naturel et l’artificiel. Par conséquent, ces techniques mentalistes, même si elles se définissent comme telles, ne s’opposent pas forcément aux médicaments ; bien au contraire, elles leur offrent un nouveau cadre d’analyse, un nouvel espace normatif propre à notre « modernité individualiste » (Ehrenberg, 2018).

24Les médicaments antidouleur sont utilisés en sous-main par les athlètes contraints de fonctionner avec la douleur, de l’accepter par leur seule détermination morale. À chaque étape de leur carrière apparaissent de nouveaux médicaments, de nouveaux acteurs, de nouvelles relations, de nouvelles techniques, de nouveaux sites, de nouvelles idéologies pour éradiquer ou apprendre à vivre, à jouer, avec la douleur. Dans le sport, ils apprennent tout au long de leur carrière à se l’approprier, à la taire ou à vivre avec, à l’inverse de ce qui se passe dans nos sociétés où la médicalisation de la douleur est plutôt vécue comme un progrès, contrairement à d’autres formes de médicalisation très fortement critiquées (Conrad et Muñoz, 2010). Loin d’être périphériques, les antidouleurs font partie de leur pharmacopée dont les autorités et l’opinion publique se préoccupent peu, obnubilées par les pratiques de dopage. Ils constituent pourtant un véritable marché qui s’entrecroise avec celui des produits dopants ou avec celui des drogues (opioïdes de synthèse). Dans le sport, les médicaments ne sont pas les seuls moyens utilisés pour éradiquer ou contrôler la douleur. Ils font partie d’un ensemble beaucoup plus vaste de produits, de méthodes et de techniques thérapeutiques mobilisant une pluralité d’acteurs spécialisés dans la manipulation du corps et dans la manipulation de l’esprit. Ces méthodes présentées comme des alternatives au médicament n’en font pas, pour autant, disparaître la consommation. Au contraire, elles peuvent, elles aussi, contribuer à la « pharmaceuticalisation de la performance » (Lopes et al., 2015) et, à leur tour, participer à l’effacement des frontières, amorcé par le médicament, entre le naturel et l’artificiel, l’endogène et l’exogène, le thérapeutique et la performance.

Haut de page

Bibliographie

ANSM (2019), État des lieux de la consommation des antalgiques opioïdes et leurs usages problématiques, rapport, 52 p.

Authier N. (2019), « Crise des opioïdes : comment l’Agence du médicament compte éviter l’emballement en France », The Conversation, 21 février 2019. En ligne : theconversation.com/crise-des-opio-des-comment-lagence-du-medicament-compte-eviter-lemballement-en-france-111719

Becker H. S. (1985 [1963]), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métaillié.

Brissonneau C., Aubel O., Ohl F. (2008), L'épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel, Paris, Presses universitaires de France.

Bujon T., Mougeot F. (2017), Le sport dans la douleur. De l'automédication au Mental Training, Fontaine, Presses universitaires de Grenoble.

Collin J. (2016), « On Social Plasticity: the Transformative Power of Pharmaceuticals on Health, Nature and Identity », Sociology of Health and Illness, 38/1, p. 73-89. DOI : 10.1111%2F1467-9566.12342

Conrad P., Muñoz V. L. (2010), « The Medicalization of Chronic Pain », Tidsskrift for Forskning i Sygdom og Samfund, 13, p. 13-24. DOI : 10.7146/tfss.v7i13.4147

Coveney C., Williams S. J., Gabe J. (2019), « Enhancement Imaginaries: Exploring Public Understandings of Pharmaceutical Cognitive Enhancing Drugs », Drugs: Education, Prevention and Policy, 26/4, p. 319-328. DOI : 10.1080/09687637.2019.1593318

Dunne E. M., Striley C. W., Mannes Z., Asken B., Whitehead N., Cottler L. (2020), « Reasons for Prescription Opioid Use While Playing in the National Football League as Risk Factors for Current Use and Misuse Among Former Players », Clinical Journal of Sport Medicine, 30/6, p. 544-549.

Ehrenberg A. (2018), La mécanique des passions. Cerveau, comportement, société, Paris, Odile Jacob.

Escriva J. P. (2001), « Sport intensif et dopages : entre normes et déviances. », Sociétés contemporaines, 4, p. 129-147.

Gaumont P. (2005), Prisonnier du dopage, Paris, Grasset.

Glaser B., Strauss A. (2010 [1967]), La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative, Paris, Armand Colin.

Goffman E. (1991 [1974]), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Hardon A., Sanabria E. (2017), « Fluid Drugs: Revisiting the Anthropology of Pharmaceuticals », Annual Review of Anthropology, 46, p. 117-132. DOI : 10.1146/annurev-anthro-102116-041539

Lelong-Boulouard V., Bourgine J., Cesbron A., Coquerel A., Loilier M, Le Boisselier R., Debruyne D. (2015), « Fatal Poisoning with Cocaine and Tramadol in a Former Professional Cyclist », Toxicologie Analytique et Clinique, 27/2, p. 46-47. DOI : 10.1016/j.toxac.2015.03.068

Lévy J., Thoër C. (2008), « Usages des médicaments à des fins non médicales chez les adolescents et les jeunes adultes : perspectives empiriques », Drogues, santé et société, 7/ 1, p. 153-189. DOI : 10.7202/019622ar

Lopes N., Clamote T., Raposo H., Pegado E., Rodrigues C. (2015), « Medications, Youth Therapeutic Cultures and Performance Consumptions: a Sociological Approach », Health, 19/4, p. 430-448. DOI : 10.1177%2F1363459314554317

Milhet M., Langlois E. (2017), « Faire face aux épreuves de la vie juvénile : l’usage détourné de médicaments psychotropes chez les jeunes », Déviance et société, 41/4, p. 511-540. DOI : 10.3917/ds.414.0511

Otero M., Collin J. (2015), « Insiders, smart drugs et pharmaceuticalisation : éléments pour une typologie de la nouvelle déviance conformiste », Cahiers de recherche sociologique, 59-60, p. 157-178. DOI : 10.7202/1036791ar

Peretti-Watel P., Moatti JP (2009), Le principe de prévention. Le culte de la santé et ses dérives, Paris, Seuil.

Progler Y. (2010), « Drug Addiction in Gaza and the Illicit Trafficking of Tramadol », Journal of Research in Medical Sciences, 15/3, p. 185-188. En ligne : researchgate.net/publication/51082693_Drug_addiction_in_Gaza_and_the_illicit_trafficking_of_Tramadol

Queval I. (2004), « Axes de réflexion pour une lecture philosophique du dépassement de soi dans le sport de haut niveau », Movement & Sport Sciences, 2, p. 45-82. DOI : 10.3917/sm.052.0045

Sabo D., Veliz P. (2016), « Surveying youth sports in America », dans Messner D., Musto M., (dir.), Child’s Play: Sport in Kids’ Worlds, New brunswick (NJ), Rutgers University Press, p. 23-42.

Sloterdjick P. (2015), Tu dois changer ta vie, Paris, Fayard.

Smith A., Stavros C., Westberg K. (2020), « Cognitive Enhancing Drugs in Sport: Current and Future Concerns », Substance Use & Misuse, 55/12, p. 2064-2075. DOI : 10.1080/10826084.2020.1775652

Veliz P et al. (2013), « Playing Through Pain: Sports Participation and Nonmedical Use of Opioid Medications Among Adolescents », American Journal of Public Health, 103/5, p. 28-30.

Veliz P. et al. (2015), « Competitive Sport Involvement and Substance Use Among Adolescents: A Nationwide Study », Substance Use & Misuse, 50/2, p. 156-165. DOI : 10.3109/10826084.2014.962049

Williams S. J., Martin P., Gabe J. (2011), « The Pharmaceuticalisation of Society? A Framework for Analysis », Sociology of Health & Illness, 33/5, p. 710-725. DOI : 10.1111/j.1467-9566.2011.01320.x

Young K., Héas S. (2007), « Sociologie de la douleur et des blessures corporelles », Corps, 1/2, p. 13-17. DOI : 10.3917/corp.002.0013

Haut de page

Notes

1 Vidéo : NIDA, Painkillers: Get Back in the Game. Use Painkillers Safely, 9 avril 2012. En ligne : https://teens.drugabuse.gov/node/45

2 Nate Jackson, « The N.F.L.’s Absurd Marijuana Policy », The New York Times, 8 septembre 2014. En ligne : nytimes.com/2014/09/09/opinion/the-nfls-absurd-marijuana-policy.html

3 Daniel Agger, « Maybe my Story will Make other Athletes Take Fewer Pills », The Guardian, 2016. En ligne : theguardian.com/football/blog/2016/jul/20/daniel-agger-liverpool-story-athletes-pills

4 Clément Gillou, « Tramadol, codéine, paracétamol... quand les sportifs abusent des antidouleurs », Le monde, 1er mars 2019. En ligne : lemonde.fr/sport/article/2019/03/01/antidouleurs-dans-le-sport-le-grand-detournement_5429748_3242.html

5 À une question d’une journaliste sur sa carrière minée par les blessures et marquée par les douleurs chroniques, le tennisman Rafael Nadal lui répond qu’il gère la douleur au quotidien, « la plupart du temps, grâce aux anti-inflammatoires ! Non, sérieusement, c’est une chose avec laquelle il faut apprendre à vivre. C’est dur, mais en même temps cela fait partie de notre quotidien », « Rafael Nadal : je joue avec la douleur », Le monde, 31 novembre 2017.

6 Exemplaire est le témoignage de Nate Jackson, cet ancien joueur de football américain (NFL) dans sa tribune au NYT : « I medicated with marijuana for most of my career as a tight end from 2003 through 2008. And I needed the medication. I broke my tibia, dislocated my shoulder, separated both shoulders, tore my groin off the bone once and my hamstring off the bone twice, broke fingers and ribs, tore my medial collateral ligament, suffered brain trauma, etc. Most players have similar medical charts. And every one of them needs the medicine. Standard pain management in the N.F.L. is pain pills and pregame injections », Nate Jackson, « The N.F.L.’s Absurd Marijuana Policy », art. cité.

7 Technique qui peut être utilisée en bloc opératoire ou pour faire accepter aux patients les traitements et les effets chimiothérapeutiques lors de cancer notamment.

8 Goffman E. (1991 [1974]), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit, p. 83.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Bujon, « L’opium des champions », Socio-anthropologie, 43 | 2021, 67-82.

Référence électronique

Thomas Bujon, « L’opium des champions », Socio-anthropologie [En ligne], 43 | 2021, mis en ligne le 17 juin 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/8294 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.8294

Haut de page

Auteur

Thomas Bujon

Thomas Bujon est maître de conférences en sociologie à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne et membre du laboratoire Triangle (UMR 5206). Ses recherches portent sur les politiques de lutte contre les drogues et sur les phénomènes émergents dans le champ des addictions.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Socio-Anthropologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search