Skip to navigation – Site map

HomeNew series43ImageMéduse et médicament, les belles ...

Image

Méduse et médicament, les belles ambivalences

Martin Beaulieu
p. 175-177

Full text

« Océania, très proche cousine de Turritopsis nutricula ». Reproduit avec l’aimable permission de Christian Sardet/Chroniques du plancton.

« Océania, très proche cousine de Turritopsis nutricula ». Reproduit avec l’aimable permission de Christian Sardet/Chroniques du plancton.

1Quelque part, dans un océan, voilà quelques méduses qui contractent leur ombrelle pour se mouvoir quand bien même leur trajectoire ultime demeure à la merci des courants marins. Tributaires de cet état sont leurs rencontres, fortuites, heureuses ou non. À un moment donné, l’obstacle se pointe, et alors se déploie leur fascinante capacité d’adaptation. Clytia hemisphaerica, face à une adversité poussée à son comble, découpée, déchiquetée, en deux, en huit, se régénère. En quelques heures, ces lambeaux de méduses se fabriquent à nouveau des organes, et continuent à vivre, décuplés en de plus petites méduses (Sinigaglia et al., 2020), comme un fantasme d’ubiquité.

2Turritopsis nutricula, la « méduse immortelle », en réponse à la détresse, retourne à un état quasi premier : de méduse mature, elle redevient polype (Piraino et al., 1996). Au moyen d’un prodigieux processus de réversibilité biologique, elle brouille les frontières du vivant, elle nous interpelle face à l’expansion, à l’élargissement des frontières de la vie, de la survie (Rose, 2007), étant tantôt méduse tantôt polype, au gré des épreuves. Le temps de laisser passer le temps, l’ennemi, la tempête, elle répond, s’adapte aux injonctions environnementales, sociales. Comme cet individu, quelque part, lequel, dans un geste de survie, fait un usage « détourné » du médicament afin de répondre à des exigences de performance sociale. Chacun à leur manière, la méduse et l’humain, par ces mécanismes de défense, s’adaptent, mais aussi défient les frontières de la normalité.

3La modularité hors pair de la méduse la fait proliférer. Elle sait bénéficier des transformations de son environnement : réchauffement des océans, surpêche, augmentation des stocks de zooplanctons disponibles, elle peut alors allègrement se sustenter (Parsons et Lalli, 2002 ; Richardson et al., 2009). Il semble qu’elle nous offre là la preuve tangible de la difficulté humaine de vivre des réalités (in)soutenables, des pratiques sociales pérennes. Le recours au médicament témoigne de l’incapacité de l’humain à tempérer les impératifs sociaux qu’il s’impose en déplaçant les frontières, en les naturalisant en une nouvelle conformité. Comme la méduse, mauvaise nageuse, se déplace au gré des courants marins et des bouleversements environnementaux, l’humain se déplace au gré du flot des injonctions sociales, grâce au médicament (Otero et Collin, 2016).

4La méduse, comme figure symbolique interrogeant les frontières, porte en elle à la fois le consommateur de médicament et le médicament. De par sa configuration physique, la fluidité de ses contours, la plasticité de ses limites corporelles, elle incarne métaphoriquement cette mouvance des frontières qui nous interpelle face au médicament. Sa capacité d’adaptation pourrait être celle de l’humain qui, à l’aide du médicament, s’ajuste à la transformation de son environnement, aux injonctions qu’il s’est imposées, qu’il a naturalisées. Le médicament, comme la méduse, permet de redéfinir les contours de la vie, de sa finalité, d’interroger la simple échelle évolutive, de progression d’un statut d’embryon à un statut de maturité, de pleine capacité, d’un plein potentiel, à un statut de déclin et de perte progressive de capacités cognitives, physiques, biologiques, et de mort (Rose, 2007).

5C’est le naturaliste suédois Carl Linné, au xviiie siècle, qui nomme ces animaux marins « méduse », réunissant mythologie grecque et zoologie. Il y voit une ressemblance entre leurs tentacules venimeux et les serpents couvrant la tête de Méduse. Cette Méduse mythologique, la seule des trois sœurs Gorgonne à ne pas être immortelle, a le pouvoir de changer en pierre celui ou celle qui croise son regard. Ainsi, Méduse revêt dans son usage iconographique, de manière discontinue au fil des siècles, un caractère apotropaïque car elle protège, dit-on, du mauvais œil. On la voit dès lors représentée sur des portes, boucliers, mosaïques, etc. (Clair, 1989 ; Goy, 2016). Comme le médicament, Méduse représentée prévient, protège, conjure d’un mauvais sort comme l’usage « détourné » du médicament hypothétiquement protège d’un échec appréhendé, d’un manque de précision et d’acuité professionnelle, intellectuelle, facilite l’entrée dans une normalité souhaitée, déplacée, artificielle.

6La méduse, l’animal marin, la Méduse, figure mythologique, comme le médicament sont porteurs d’une ambivalence. À la fois merveille de l’adaptation, révélatrice des transformations environnementales, venimeuse ; à la fois protectrice et destructrice, pharmakon, elle représente une belle allégorie du médicament, remède et poison, repoussant les frontières de la socialité et de la nature humaine.

Top of page

Bibliography

Clair J. (1989), Méduse. Contribution à une anthropologie des arts du visuel, Paris, Gallimard.

Goy J. (2016) « L’année des méduses », L’histoire, 424, p. 24-25. En ligne : lhistoire.fr/lannée-des-méduses

Otero M., Collin J. (2016), « Insiders, Smart drugs et pharmaceuticalisation : éléments pour une typologie de la nouvelle déviance conformiste », Cahiers de recherche sociologique, 59-60, p. 157-178. DOI : 10.7202/1036791ar

Parsons et Lalli (2002), « Jellyfish Population Explosions: Revisiting a Hypothesis of Possible Causes », La mer, 40, p. 111-121.

Piraino et al. (1996), « Reversing the Life Cycle: Medusae Transforming into Polyps and Cell Transdifferentiation in Turritopsis Nutricula (Cnidaria, Hydrozoa) », Biological Bulletin, 190, p. 302-312. DOI : 10.2307/1543022

Richardson et al. (2009), « The Jellyfish Joyride: Causes, Consequences and Management Responses to a More GELATINOUS future », Trends in Ecology and Evolution, 24, p. 312-322. DOI : sisal.unam.mx/labeco/LAB_ECOLOGIA/Ecologia_de_Poblaciones_y_Comunidades_files/sdarticle%2528205%2529.pdf

Rose N. (2007), The Politics of Life Itself: Biomedicine, Power, and Subjectivity in the Twenty-First Century, Princeton, Princeton University Press.

Sinigaglia et al. (2020), « Pattern Regulation in a Regenerating Jellyfish », eLife, 7 septembre. DOI : 10.7554/eLife.54868

Top of page

List of illustrations

Title « Océania, très proche cousine de Turritopsis nutricula ». Reproduit avec l’aimable permission de Christian Sardet/Chroniques du plancton.
URL http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/docannexe/image/8519/img-1.jpg
File image/jpeg, 558k
Top of page

References

Bibliographical reference

Martin Beaulieu, « Méduse et médicament, les belles ambivalences », Socio-anthropologie, 43 | 2021, 175-177.

Electronic reference

Martin Beaulieu, « Méduse et médicament, les belles ambivalences », Socio-anthropologie [Online], 43 | 2021, Online since 17 June 2021, connection on 20 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/8519 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.8519

Top of page

About the author

Martin Beaulieu

Photographe et socio-historien, Martin Beaulieu s’intéresse à la représentation visuelle de la santé. Il termine présentement une thèse doctorale sur l’histoire du cinéma thérapeutique pour le traitement des désordres mentaux en Amérique du Nord à la faculté de communication de l’université du Québec à Montréal.

Top of page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search