Navigation – Plan du site

Déchiffrer les inégalités dans le recrutement par concours des enseignant.e.s-chercheur.e.s (MCF) en sociologie en France

Artemisa Flores Espínola

Résumés

Les nouvelles règles qui entourent l’administration de l’Université, notamment depuis la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), ont des conséquences importantes sur les travailleurs.euses de l'enseignement supérieur et de la recherche (titulaires de catégorie A, B ou C et non titulaires). La raréfaction des postes statutaires multiplie les dysfonctionnements matériels et humains et dégrade très fortement les conditions d’accueil d’étudiant.e.s pourtant de plus en plus nombreux/nombreuses. Dans cette note de recherche, nous nous concentrons sur l’évolution des conditions de travail des enseignants-chercheurs, en particulier des personnels non titulaires, dans un contexte de fonctionnement dégradé. Il s’agit principalement de produire de l’information statistique sur l’étape de la qualification puis des recrutements par concours des maître.sse de conférences (MCF) en section 19 afin de saisir les éventuelles logiques des recrutements ainsi que les stratégies et profils des candidat.es recruté.e.s. À cet effet, nous nous appuyons sur les informations disponibles via les wiki-auditions de l’ASES, de thèses.fr, des bilans sociaux et divers rapports et notes du ministère (MENESR), ainsi que de divers établissements publics à caractère scientifique et technologique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les chiffres du ministère ne tiennent pas compte des doctorant.e.s sans financement, ni des vacatai (...)
  • 2 L’écrasante majorité des postes concerne la sociologie, aussi retiendrons-nous dans cette note de r (...)

1Le monde académique a connu d’importantes transformations, en particulier à l’université avec la montée de l’« esprit gestionnaire » ou managérial, illustré par la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (dite loi LRU ou loi Pécresse) de 2007, qui accorde un pouvoir de plus en plus fort aux présidents d’université au détriment des logiques scientifiques (Le Gall et Soulié, 2007 ; Charles et Soulié, 2008). On assiste au démantèlement de l’université française, désormais soumise aux intérêts de l’économie de marché (Granger, 2015), avec notamment pour conséquence une raréfaction des postes statutaires, ce qui multiplie les dysfonctionnements matériels et humains et dégrade très fortement les conditions d’accueil d’étudiant.e.s pourtant de plus en plus nombreux/nombreuses. La réduction des débouchés professionnels au sein de l’institution rend également la situation de plus en plus intenable pour ceux qui veulent y enseigner ; nombre de docteur.e.s se voient ainsi interdire de fait tout accès à un travail stable et bien rémunéré à l’Université et dans les Instituts de recherche qu’elle héberge. Cette situation a des conséquences dramatiques non seulement pour eux, mais aussi pour les titulaires en poste (enseignant.e.s chercheur.e.s et personnel administratif), dont les conditions de travail se dégradent également. Pouvoir appréhender la précarisation du travail académique dans toute son ampleur suppose un meilleur accès à l’information1. Plus largement, il convient de s’opposer plus fermement à cette précarité rampante qui sape les fondements de l’enseignement supérieur et la recherche publique (PÉCRES, 2015). Dans cette perspective, la présente note de recherche vise à apporter un éclairage statistique sur le recrutement par concours des maître.sse de conférences (MCF) en section 19 (sociologie et démographie2), en se donnant pour objectif de saisir les éventuelles logiques des recrutements ainsi que les stratégies et profils des candidat.e.s. Le propos se concentre sur les étapes de qualification et de recrutements des MCF qui peuvent être documentées (à partir des informations disponibles via le wiki-auditions de l’ASES, de thèses.fr, des bilans sociaux du Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MENESR) 2014 et 2016 et des bilans sociaux des divers établissements publics à caractère scientifique et technologique – EPST).

Données et méthodes

Les sources utilisées pour la réalisation de cette note de recherche sont celles correspondant aux données parues dans le wiki auditions de l’Association des sociologues enseignant.e.s du supérieur (ASES) et des bulletins de l’ASES (1998-1999), couvrant les recrutements aux concours de maître-e-sse de conférences des trois dernières années 2015, 2016 et 2017.

Il faut toutefois souligner que ces informations ne sont pas complètes. Il manque en effet, pour chaque campagne, des données relatives au nombre de dossiers, aux membres des comités de sélection, aux noms des candidat.e.s auditionné.e.s et aux classements. Pour l’année 2015, les informations ont été collectées pour 28 des 34 postes mis au concours (nous avons également retiré de l’échantillon un poste supprimé durant le concours ainsi qu’un poste destiné finalement à la mutation). En 2016, ont pu être récupérées les informations correspondant à 33 des 44 postes mis au concours (nous n’avons pas tenu compte des 4 postes destinés finalement à la mutation) et pour 2017 nous avons obtenu les renseignements pour 26 des 30 postes mis au concours (nous n’avons écarté qu’un poste finalement destiné à la mutation).

Nous utilisons également les statistiques générales publiées par le ministère, en particulier les bilans sociaux et les informations des rapports d’activité annuels diffusés par les responsables de la section 19 du Conseil National des Universités (CNU).

2Dans un premier temps, il s’agit de dresser un état des lieux concernant la situation du personnel enseignant dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) : effectifs, caractéristiques démographiques. Dans un second temps, il s’agira d’analyser les données relatives aux auditions et recrutements, publiées sur le wiki auditions de l’ASES pour les années 2015, 2016 et 2017. Pour caractériser les propriétés sociales des candidat.e.s auditionné.e.s, nous avons retenu les critères suivants : le sexe, l’âge (de la qualification), l’année et le lieu de soutenance de la thèse, le lieu de recrutement des docteur.e.s, le nombre d’auditions ainsi que les noms des directeurs et directrices de thèse.

1. Rappel : la situation dégradée de l’enseignement supérieur et de la recherche en France

3Selon le bilan social du ministère pour 2015 et 2016, l’ensemble des établissements compte officiellement 71 000 agents contractuels tandis qu’au terme des bilans sociaux des différents EPST (CNRS, INSERM, INRA et IRD), les non titulaires (chercheur.e.s et BIATSS) y représentaient en 2013 environ 20% des effectifs en équivalent temps plein (ETP) :

  • CNRS : 7 831 agents contractuels, soit 24 % des agents en ETP ;

  • INSERM : 3 278, soit 39 % des agents en ETP;

  • INRA : 1 839, soit 19 % des agents en ETP;

  • IRD : 602, soit 27 % des agents en ETP.

  • 3 Voir l’enquête sur le bilan de l’autonomie financière des Universités (Adnot, 2015), réalisée à la (...)
  • 4 Hazéra N. et Thirion J (2017). « Les enseignants non permanents affectés dans l’enseignement supéri (...)

4Pourtant ces données sont bien en deçà de la réalité puisqu’elles ne tiennent compte ni des doctorant.e.s sans financement, ni des vacataires. A ce jour, il n’existe pas de recensement exhaustif des vacataires d’enseignement, même si en 2014 le MENESR estimait leur nombre à 130 0003. Selon l’enquête sur les enseignants non permanents, réalisée auprès des établissements d’enseignement supérieur, seuls trois quarts de ces établissements ont communiqué des données sur les enseignant.e.s vacataires y exerçant. Dans ces établissements, qui représentent 73 % du total des effectifs enseignant.e.s titulaires, le nombre de vacataires est de 110 088 en 20164. Une partie importante de cet effectif relève des Lettres et sciences humaines (27 %), cependant il faut tenir compte du fait que 31 % des affectations disciplinaires n’ont pas été renseignées par les établissements lors la remontée de données. Nous ne disposons pas de données sur le nombre d’heures effectuées par vacations, mais selon le MENESR le pourcentage de vacataires assurant au moins 96 heures par an est de 12 %. Il est important de rappeler que les agents vacataires ne reçoivent aucune prime en fin de contrat et ne connaissent pas d’avancement de carrière.

  • 5 Bien que les bilans sociaux du MENESR affichent une réduction du nombre d’agents non titulaires ces (...)
  • 6 Rapport annuel de l’ANR, 2009.

5Les conditions de travail dans l’ESR se sont fortement dégradées au cours des quinze dernières années5 (Granger, 2015), en raison notamment des coupes budgétaires, de la systématisation de la recherche par appel d'offre et de la diminution du nombre de postes (PÉCRES, 2011). Et c’est dans ce contexte que l’emploi précaire se développe. On recourt en effet aux vacations d'enseignement et contrats courts pour des tâches administratives comme de recherche (l’ANR a consacré, en 2009, 56,2% de son budget, soit plus de 300 M€ au financement de 6578 CDD6) pour pallier le manque de postes fixes dans tous les métiers de l'ESR (Le Lay, 2012).

  • 7 Nous ne reviendrons pas ici sur les questions soulevées dans le rapport du Sénat concernant la situ (...)
  • 8 Enquête sur le bilan de l’autonomie financière des Universités (2015), réalisée à la demande de la (...)

6Pour le dire autrement, il y a un manque criant de postes de titulaires, tandis que la situation de ces derniers, en termes de charge de travail, se dégrade. Le rapport de la sénatrice D. Gillot déposé en 2013 évoquait un risque de paupérisation des maîtres-es de conférences7. Il faut savoir que leur rémunération moyenne, à âge égal, est désormais inférieure à celle des PRAGs, se situant au niveau de celle des agents de catégorie B des autres ministères.8 Comme le relève la sénatrice, cela provoque une fuite des cerveaux, surtout dans les pays limitrophes (Belgique, Luxembourg, Suisse) ou aux États-Unis et au Canada (au Québec en particulier).

2. L’étape de la qualification : rapports sociaux de sexe, d’âge et domination francilienne

7En France, comme partout dans le monde, l’intégration progressive des femmes au système éducatif traduit une révolution silencieuse toujours à l’œuvre (Baudelot et Establet, 2006). Depuis 1960, les filles ont des résultats scolaires en constante progression par rapport à ceux des garçons : elles sont moins souvent qu’eux en retard scolaire, quel que soit le milieu social d’origine, et réussissent mieux à l’école primaire et au collège (en 2013, 81 % des filles de troisième contre 76 % de garçons maîtrisent les fondamentaux en mathématiques et ont développé une culture scientifique et technologique). Elles sont aussi plus nombreuses que les garçons au lycée depuis 1971 et obtiennent des résultats légèrement supérieurs au baccalauréat (83 % des filles et 73 % des garçons en 2013 ont obtenu leur baccalauréat)9. Aujourd’hui, toutes filières confondues, les femmes sont majoritaires parmi les étudiant.e.s au niveau Licence, et plus encore au niveau Master. Mais au niveau du doctorat, les hommes restent légèrement majoritaires (MENESR, 2013 ; She figures, 2015). Si l’égalité des chances devient plus manifeste aux quatre étages de l’édifice scolaire, il reste de nombreux obstacles à surmonter dans la carrière universitaire, et ce à tous les niveaux, que ce soit en termes d’admission aux concours de MCF, du passage d’habilitation à diriger des recherches, d’accès au grade de professeur des universités ou au poste de président.e.s d’universités (Chenu et Martin, 2016). Cette persistance des inégalités s’observe d’autant plus chez les enseignant.e.s-chercheur.e.s que l’on monte dans les hiérarchies académiques et/ou politiques, y compris dans les sciences humaines et sociales, pourtant hautement féminisées.

8La procédure nationale de qualification, réintroduite en 1998, permet de mieux connaître les candidat.e.s docteur.e.s à la qualification et d’observer leur progression en nombre. On peut ainsi relever qu’en section 19, le taux de qualification des femmes est depuis 2005 (exception faite des années 2008 et 2017) supérieur à celui des hommes (Rapports annuels d’activité CNU de la section 19 de 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017).

9On peut également observer la variation du taux de qualification en fonction du lieu de soutenance de thèse. Parmi les candidat.e.s ayant soutenu leur thèse en France, 39,2 % l’ont soutenu dans une université hors Ile-de-France, 38,9 % dans une université d’Ile-de-France, 18,6 % dans un établissement non universitaire d’Ile-de-France (CNAM, EHESS, IEP, ENS, EPHE…) et 3,3 % dans un établissement non universitaire hors Ile-de-France (IEP, ENS). Parmi ces candidats, le meilleur taux de qualification (60 %) s’observe pour celles et ceux qui ont soutenu leur thèse dans un établissement non universitaire. Les autres candidat.e.s, qui ont soutenu leur thèse à l’université, ont un taux de qualification de 51,9 % en Ile-de-France et de 48,7 % hors Ile-de-France.

  • 10 Il faut souligner que si sur les dix dernières années, le taux de qualification des docteur.e.s en (...)

10L’âge moyen des candidat.e.s (37,2 ans) est plus élevé que celui des qualifié.e.s (34,8 ans pour les femmes et 35 ans pour les hommes en 2017), ce qui tend à corroborer le fait que dans l’ensemble « plus les candidat.e.s sont jeunes et mieux ils/elles sont qualifié.e.s »10. Les femmes ont ainsi légèrement plus de chance que les hommes d’être qualifiées en raison à la fois de leur sexe et de leur plus jeune âge (Martin, 2016). Il convient cependant de ne pas en tirer de conclusions hâtives, vu le faible volume des effectifs concernés qui peuvent occasionner des fluctuations erratiques.

1161 % de candidat.e.s à la qualification en 2015 ont été financés pendant leur thèse. Cette même année, le taux de qualification des docteur.e.s financés est de 62,4 %, et parmi eux le taux de qualification des candidat.e.s ayant été allocataires de recherche ou bénéficiaires d’un contrat doctoral est de 71 % - soit 20 points de plus que pour les candidat.e.s financés qui n’ont pas été allocataires (51,3 %). Selon l’enquête génération 1998 du Céreq (Le Lay, 2012), les thèses effectuées en lettres et dans les sciences humaines et sociales sont caractérisées par des taux d’abandon plus élevés (autour de 60 % contre 10 et 30 % dans les disciplines dites « scientifiques »). Elles sont également plus longues et moins financées par allocation. On pourrait émettre l’hypothèse que parmi les candidat.e.s à la qualification, les docteur.e.s financés sont sur-représenté.e.s.

3. La précarisation des candidats au métier de MCF en sociologie : taux de pression sur les recrutements

12Nous pouvons constater que le nombre annuel de nouveaux qualifié.e.s en section 19 a progressivement augmenté depuis 2002, tandis que le nombre de postes ouverts au concours a diminué ou au mieux est resté stable – on enregistre une nette diminution en 2017. Ce point est problématique, car ce nombre ne permet pas de compenser les départs en retraite, et encore moins de faire face au nombre de plus en plus important d’étudiant.e.s dans les universités (cf. graphique 1).

Graphique Effectifs des qualifié.e.s aux corps de MCF et le nombre de postes au concours en section 19 par année 1998-2017

Graphique  Effectifs des qualifié.e.s aux corps de MCF et le nombre de postes au concours en section 19 par année 1998-2017

Champ : Docteur.e.s qualifié.e.s en France et le nombre de postes mis au concours dans la campagne général de recrutements et au fil de l’eau en section 19. Source : Lettre de l’ASES, wiki auditions de l’ASES et Rapports d’activité CNU 2016 et 2017 de la section 19.

13Nous avons en moyenne 200 nouveaux qualifié.e.s par an pour 38 postes, sachant que les qualifié.e.s peuvent se présenter à quatre campagnes de recrutement. 2017 a été l’une des années les plus difficiles pour les candidat.e.s aux concours de MCF en sociologie et démographie : le ratio était alors de 230 qualifié.e.s pour 28 postes mis au concours, auxquels s’ajoutent les docteur.e.s des années précédentes. Si en 2001, il y avait eu 28 postes ouverts au concours, il n’y avait alors « que » 131 docteur.e.s qualifié.e.s.

14Comme nous l’avons souligné, accéder au grade de maître de conférences représente pour la majorité des docteur.e.s une véritable gageure. De toute évidence, une génération de sociologues est en train d’être sacrifiée à cause des logiques institutionnelles et politiques de nos gouvernements successifs (faisant preuve sur ce point d’une cohérence et d’une régularité qui mériteraient en soi d’être analysées). Ces candidat.e.s sont ainsi amené.e.s à devoir persévérer dans leur investissement scientifique en espérant obtenir un poste, ce qui les expose, à moins d’abandonner la carrière académique publique, à une précarité croissante. Il faut signaler que le terme de précaires est loin de recouvrir des situations homogènes. Il y a celles et ceux (une minorité) qui « attendent » un poste de titulaire en ayant un contrat postdoctoral dans un établissement de prestige de l’ESR et celles et ceux qui donnent des cours en tant que vacataires et doivent travailler à mi-temps ailleurs (le plus souvent en dehors de l’ESR) afin de remplir les conditions de ce type de contrat (avoir un employeur principal). Ainsi, les « boulots alimentaires » se multiplient et le travail gratuit devient la norme chez beaucoup d’entre eux. Or, obtenir un poste exige une grande disponibilité et implique de chercher du travail à temps complet (trouver un financement, un post-doctorat, préparer la campagne de recrutement, le concours CNRS, etc.), tout en publiant et en continuant de participer, sous peine d’isolement et de marginalisation, à la vie sociale du laboratoire, comme à des collectifs divers (associations professionnelles, collectifs de docteurs, collectifs de précaires, etc.) – sous forme de travail gratuit. De plus, les docteur.e.s issu.e.s des classes populaires ne peuvent faire appel à la solidarité familiale dans les périodes difficiles, ce qui signifie que seule une partie de la population diplômée peut réellement se permettre « d’attendre » un poste.

4.Déchiffrer les inégalités dans le recrutement au grade de MCF 

4.1. Un recrutement de plus en plus tardif

15La précarisation de l’enseignement supérieur et de la recherche a provoqué une série de changements dans les carrières scientifiques, comme le fait que les recrutements interviennent de plus en plus tardivement après la soutenance de thèse, ce constat valant dans toutes les sections du CNU (graphique 2). Les données sur la durée écoulée entre la thèse et l’obtention du concours en France montrent que le pourcentage de MCF recrutés l’année suivant l’obtention du doctorat est passé de 42,24 % en 2002 à 30,04 % en 2012 et celui des recrutés au moins 7 ans après la soutenance de doctorat est passé de 5 % en 2006 à 11,16 % en 2012 (graphique 2). On voit là une hausse du nombre d’années d’attente, ce qui pose notamment la question du rattachement des docteur.e.s « sans postes » aux laboratoires de recherche.

Graphique Un recrutement de plus en plus tardif pour les corps de MCF dans toutes les sections du CNU (2002-2012)

Graphique  Un recrutement de plus en plus tardif pour les corps de MCF dans toutes les sections du CNU (2002-2012)

Champ : Effectifs de docteur.e.s dans toutes les sections du CNU en France. Source : Rapport du bureau de la Commission permanente du Conseil National des Universités, « Le rôle du CNU dans les recrutements des enseignants-chercheurs », 2015.

16En section 19, on relève toutefois pour les trois dernières années de recrutement une préférence pour les candidat.e.s ayant soutenu plutôt peu de temps avant le concours. Parmi les collègues recrutés, la part de ceux ayant attendu au maximum quatre ans avant d’obtenir un poste est en effet passée de près de 53 % en 2015 à 60 % en 2016 et à plus de 75 % en 2017. Cette évolution ici observée pour la seule section 19 est à prendre avec prudence. De plus, elle ne signifie bien évidemment pas que l’ensemble des candidat.e.s attendent de moins en moins avant d’avoir un poste. Ce constat ne s’applique en effet qu’à celles et ceux qui en obtiennent effectivement un.

Tableau Recrutements des MCF en fonction de la durée écoulée depuis la thèse en section 19 (2015, 2016 et 2017)

2015

2016

2017

Années après thèse

Nombre de recruté.e.s

%

Années après thèse

Nombre de recruté.e.s

%

Années après thèse

Nombre de recruté.e.s

%

1

4

14,3

1

4

12,1

1

7

26,9

2

6

21,4

2

7

21,2

2

6

23,0

3

1

3,6

3

7

21,2

3

5

19,2

4

4

14,3

4

2

6,1

4

2

7,7

5

5

17,8

5

6

18,2

5

2

7,7

6

4

14,3

6

1

3,0

6

2

7,7

7

1

3,6

7

4

12,1

7

-

-

8

2

7,1

8

1

3,0

8

-

-

9

1

3,6

9

-

-

9

-

-

-

-

-

-

-

-

10

1

3,9

-

-

-

-

-

-

15

1

3,9

-

-

-

17

1

3,0

-

-

-

Total

28

100

33

100

26

100

Champ : Docteur.e.s de la section 19 classé.e.s premier.e.s dans la campagne de recrutement synchronisée et au fil de l’eau de 2015, 2016 et 2017. Source : Données recueillies à partir du wiki-auditions MCF de l’ASES et sur le site thèses.fr pour les années 2015, 2016 et 2017.

17Les mutations de la discipline peuvent amener les doctorant.e.s à suivre des stratégies diverses afin de décrocher un poste, à l’issue de leur doctorat. La codirection de thèses pourrait en être une. Nous observons en effet qu’en 2015, 18 % des recruté.e.s se trouvaient en codirection de thèse, proportion en augmentation en 2016 (21,6 %), tandis que la moitié des recrutements en 2017 ont été effectués sur des profils issus de codirection de thèse. Une codirection de thèse peut en effet apporter de précieux avantages durant la thèse comme après celle-ci : deux professeurs pour encadrer le/la doctorant.e, le soutien financier et la socialisation de deux laboratoires de recherche, le réseau social des deux co-directeurs.

4.2. Rapports sociaux de sexe des candidat.e.s recruté.e.s

  • 11 Il est difficile de considérer cette tendance comme un changement réel, parce que les fluctuations (...)

18Les femmes sont de plus en plus nombreuses dans la discipline mais leur participation ne paraît pas aussi stable qu’on pourrait le penser. Le corps des enseignant.e.s-chercheur.e.s en sociologie et démographie a une histoire longue et a connu certaines transformations démographiques importantes. Dans les années 80, un tiers des recruté.e.s parmi les enseignant.e.s-chercheur.e.s en sociologie et démographie étaient des femmes, et c’est en 1998 que pour la première fois, elles ont été aussi nombreuses que les hommes à être recrutées. Depuis, leur part reste assez stable, sauf en 2017 où elles ont représenté à peine 35 % des recruté.e.s11. En 2015, parmi les candidat.e.s classé.e.s premièr.e.s, on observait 50 % de femmes contre 53 % en 2014. En 2016, cette proportion est montée à 69 %.

19De nombreuses études identifient les obstacles et barrières structurels qui empêchent l’accès des femmes à l’enseignement supérieur et la recherche. Il s’agit de mécanismes autonomes de ségrégation territoriale, hiérarchique et contractuelle (Rossiter, 1982 ; Abir-Am et Outram, 1989) aboutissant à des « formes subtiles de discrimination » tout au long du parcours scientifique (Katila et Meriläinen, 1999). Ces mécanismes sont anciens et profondément efficaces ; individuels, sociaux, culturels, économiques et structurels, ils permettent la reproduction de certains profils féminins – des universitaires blanches, de classe supérieure, filles de scientifique ou mariées avec un scientifique (Harding, 1986 ; Rossiter, 1982 ; Flores-Espinola, 2016).

20Pour autant, les femmes auraient plus de chances que les hommes d’accéder au corps des MCF en section 19 (Martin, 2016), alors qu’elles resteraient toujours lourdement entravées dans leur carrière dans le corps des Professeurs d’Université.

4.3. La domination francilienne des recrutements : les plus importants producteurs de thésards

21Un autre aspect à souligner concernant le profil des candidat.e.s recruté.e.s dans le corps des MCF tient au fait que plus de la moitié d’entre eux ont fait leur thèse dans une université située à Paris ou en région parisienne (55 %). Par ailleurs, on observe que les universités parisiennes recrutent majoritairement des candidat.e.s ayant soutenu leur thèse en Ile-de-France. On remarque également que presque la moitié de postes de province ont été pourvus par des docteur.e.s ayant soutenu leur thèse en Ile-de- France.

Tableau Nombre d’effectifs selon le lieu de soutenance et le lieu de recrutement comme MCF en 2015

Lieu de recrutement

Paris et région parisienne

Province

Total

Lieu de soutenance

Paris et région parisienne

4

11

15

Province

1

12

13

Total

5

23

28

Source : Compilations personnelles à partir du wiki auditions 2015 de l’ASES et du site thèses.fr.

22Les données recueillies pour constituer le tableau 2 montrent également que trois recrutements sont intervenus dans le même établissement où les candidat.e.s ont soutenu leur thèse. Un seul poste sur cinq mis au concours dans la campagne de 2015 à Paris et dans la région parisienne a été pourvu par un collègue de province (ayant soutenu à l’Université située à Amiens). La moitié des postes en province ont été pourvus par des docteur.e.s ayant soutenu leur thèse en province. Sept établissements parisiens ont été les pourvoyeurs de quinze anciens thésards recrutés à Paris et en région parisienne : l’EHESS (7 sur 28), les universités Paris 10 (2), Paris 5 (2), Paris 9, Paris 11, l’IEP et l’EPHE. En province les principaux établissements producteurs de candidat.e.s recruté.e.s sont les universités d’Amiens (3), Aix-Marseille, Angers, Bordeaux, Brest, Clermont-Ferrand 2, Lyon 2, Grenoble, Rennes 2, Toulouse 3 et Tours.

23Notons également que presque un tiers des recrutements a eu lieu dans des établissements autres que les universités (EHESS, IEP…).

Tableau . Nombre d’effectifs selon le lieu de soutenance et le lieu de recrutement comme MCF en 2016

Lieu de recrutement

Paris et région parisienne

Province

Total

Lieu de soutenance

Paris et région parisienne

9

9

18

Province

4

11

15

Total

13

20

33

Source : Compilations personnelles à partir du wiki auditions 2016 de l’ASES et du site thèses.fr.

24Plus de la moitié des postes mis au concours dans la campagne de MCF de 2016 ont été pourvus par des docteur.e.s ayant soutenu leur thèse à Paris et en région parisienne. Notons également le nombre important de postes proposés par des établissements d’Ile-de-France (13 sur 33).

25Les principaux établissements producteurs de candidat.e.s recruté.e.s comme MCF en section 19 à Paris et en région parisienne sont : l’université Paris 5 (3), l’EHESS (3), les universités Paris 10 (2), Paris 2 (2), Paris 3 (2) et l’IEP (2). En province, les recruté.e.s proviennent principalement des universités parisiennes et franciliennes (9 établissements différents) et des universités de Rennes (3), Brest (2), Grenoble Pierre Mendès (2), Lorraine (2) et Tours(2). Les postes proposés dans les universités de province se répartissent entre seize établissements : Amiens (2), Angers, Besançon (2), Grenoble Alpes (2), Guyane, Lille (2), Aix Marseille-ESPE, Bordeaux, Brest, Caen, Lorraine, Lyon 2, Nice, Perpignan, Poitiers et Toulouse 2.

Tableau Nombre d’effectifs selon le lieu de soutenance et le lieu de recrutement comme MCF en 2017

Lieu de recrutement

Paris et région parisienne

Province

Total

Lieu de soutenance

Paris et région parisienne

4

11

15

Province

0

11

11

Total

4

20

26

Source : Compilations personnelles à partir du wiki auditions 2017 de l’ASES et du site thèses.fr.

26En 2017 (tableau 4), on observe que le profil des candidat.e.s recrutés dans notre discipline est le suivant : il s’agit majoritairement d’un homme (65,4 %), ayant soutenu sa thèse dans un établissement parisien ou de la région parisienne (58 %) et probablement en codirection de thèse (50 %). Les principaux établissements producteurs de candidat.e.s recruté.e.s sont : l’EHESS (4), les universités Paris Dauphine (4), Bordeaux (2), Lille (2), Paris 10 (2) et Toulouse (2). Les principaux établissements qui ont mis au concours des postes sont : les universités de Bordeaux (3), Nantes (3), Brest (2), Lorraine (2) et Nanterre (2).

Tableau Effectifs des recrutés selon les lieux de soutenance et de recrutement comme MCF en 2015, 2016 et 2017

Lieu de recrutement

Paris et région parisienne

Provence

Total

Lieu de soutenance

Paris et région parisienne

17

21

48

Province

5

34

39

Total

22

54

87

Source : Compilations personnelles à partir de wiki auditions de l’ASES et du site thèses.fr.

  • 12 Cf. Intervention d’Iris Loffeier aux Etats-Généraux de la sociologie lors du congrès de l’AFS en 20 (...)

2755 % de recruté.e.s des trois dernières campagnes ont soutenu leur thèse dans un établissement parisien ou francilien, et principalement à l’EHESS, l’IEP et l’EHEP, les universités Paris 10 et Dauphine et 45 % dans des établissements de province (Amiens, Rennes, Brest, Grenoble, Bordeaux, Lille, Toulouse et Tours). Il avait été établi qu’en 2014 plus de 15 % des candidat.e.s auditionné.e.s provenaient de l’ENS, environ 15 % de l’EHESS et presque 30 % d’universités parisiennes12. Les postes mis au concours sont majoritairement proposés par des universités de province (62 %).

4.4. Multi-auditionnés sans postes

28La majorité des candidat.e.s se présentant aux concours n'ont été auditionné.e.s qu'une seule fois pour un poste de MCF en section 19. Cependant à chaque campagne, on observe que 20 % des candidat.e.s est auditionné deux fois et même parfois trois, quatre, cinq, ou six fois. Pour l’année 2015, 187 convocations à des auditions ont été effectuées concernant 139 candidat.e.s. L’année suivante, le nombre de postes a considérablement augmenté, aussi le nombre d’auditions a-t-il augmenté également. Malgré un faible nombre de postes mis au concours en 2017, un nombre important d’auditions a été effectué (144 convocations).

  • 13 La première candidate a soutenu sa thèse à l’EHESS en 2013 et le deuxième à Nice en 2010.

29Les résultats (tableau 6) montrent que deux candidat.e.s ont été auditonné.e.s 6 fois durant la campagne sans obtenir de poste en 201513. Nous voyons que six candidat.e.s ont fait trois auditions, trois parmi eux ont été classé.e.s premier.e.s et les trois autres n’ont pas obtenu de poste durant la campagne 2015. La plus grande quantité de postes publiés en 2016, par rapport aux deux autres années, peut contribuer à expliquer un nombre plus important de candidat.e.s ayant deux auditions (45), 13 candidat.e.s ayant trois auditions, 3 candidat.e.s avec quatre auditions et un seul candidat avec cinq auditions. Dans ces deux derniers cas, seul un candidat a obtenu un poste de MCF en sociologie.

Tableau Nombre d’ d'auditions en section 19 (2015, 2016 et 2017)

Auditions 2015

Auditions 2016

Auditons 2017

N

%

N

%

N

%

1 audition

107

77,0

1 audition

116

65,9

1 audition

111

77,1

2 auditions

24

17,3 

2 auditions

45

25,6

2 auditions

27

18,7

3 auditions

6

4,3 

3 auditions

11

6,2

3 auditions

5

3,5

4 auditions

-

4 auditions

3

1,7

4 auditions

1

0,7

5 auditions

-

5 auditions

1

0,6

5 auditions

-

6 auditions

2

1,4 

6 auditions

-

6 auditions

-

Total

139 (187)

100 

176 (256)

100

144 (184)

100

Source : Compilations personnelles à partir du wiki auditions de l’ASES.

30Les campagnes de recrutements sont différentes et le nombre de postes mis au concours peut varier considérablement. Cependant nous constatons que même dans les campagnes avec un très faible nombre de postes, certains candidat.e.s sont auditionnés plusieurs fois (« multi-auditionnés »). Nous observons que 27 personnes ont été auditionnées deux fois en 2017, tandis que 5 candidat.e.s l’ont été trois fois et 1 candidat a fait 4 auditions. Un plus grand nombre d’auditions ne signifie pas nécessairement l’obtention d’un poste.

Conclusion

31Selon les données de ces trois campagnes de recrutement, nous constatons que la part des femmes recrutées en 2015 reste stable (52 %), en 2016 ce chiffre est passé à 69 %, mais la tendance s’inverse en 2017 avec 35 % de femmes recrutées, part la plus faible des trente dernières années seulement comparable aujourd’hui à la part de femmes recrutées dans le corps des professeur.e.s.

32L’analyse des résultats nous montre les logiques de reproduction sociale du monde académique en sociologie. Nous avons constaté que les rapports sociaux de sexe, d’âge et de classe (saisi par le lieu de soutenance de thèse) jouent un rôle dans l’étape de la qualification. Nous voyons que « plus les candidat.e.s sont jeunes et mieux ils/elles sont qualifié.e.s » (Rapport annuel d’activité CNU section 19 de 2017). Depuis quelques années, les femmes ont plus de chances d’être qualifiées que les hommes, sauf en 2008 et 2017. Il est difficile de mesurer pour l’instant s’il s’agit d’une tendance générale. Les rapports sociaux de classe s’illustrent par le fait que les meilleurs taux de qualification s’observent chez les candidat.e.s ayant été financés durant la thèse puis ayant soutenu dans d’autres établissements que des universités, en particulier situés en Ile-de-France (EHESS, ENS, CNAM, IEP, EPHE…). Par ailleurs, les données continuent à montrer que les recrutements dans les universités d’Ile-de-France semblent « réservés » aux docteurs issus d’établissements parisiens tandis que la moitié des postes des universités de province sont également pourvus par des docteur.e.s ayant soutenu une thèse à Paris et en région parisienne. Sans surprise, ces docteur.e.s proviennent plus largement des établissements « prestigieux », situés en dehors de l’Université, comme l’EHESS, l’IEP, l’ENS et l’EPHE. Tout continue donc à se passer comme s’il valait mieux éviter l’université pour pouvoir occuper un poste à l’université, au risque d’accroître les écarts socio-cognitifs entre les nouvelles cohortes étudiantes et les enseignant.e.s-chercheur.e.s. Il faut continuer les analyses sur les recrutements afin de voir si ces tendances persistent dans le contexte où les profils « d’excellence » sont favorisés par les instances évaluatrices, et lors par les comités de recrutement, au risque que les autres activités, notamment pédagogiques, passent au dernier plan, alors qu’elles constituent une part importante, si ce n’est fondamentale, du métier.

33Le profil de candidat.e.s aux concours de MCF de ces trois dernières années tend à confirmer la connaissance que nous avons par ailleurs du milieu : la pénurie de postes alors que les aspirant.e.s au métier restent nombreux/nombreuses, combinée à la politique « d’excellence » signifie un accroissement des contrats courts, d’enseignement comme de recherche pour d’éternel.le.s candidat.e.s tâchant de multiplier les expériences de travail académique, en vue de consolider leur CV pour être recruté.e, mais dans des conditions de travail dégradées… Aussi les tensions entre candidat.e.s s’exacerbent, les « ancien.ne.s docteur.e.s » ayant passé sept ou huit années depuis leur soutenance, tout en travaillant, voient de plus jeunes candidat.e.s, avec une expérience moindre, classés premiers. La précarité se traduit par des conditions de vie et de travail de plus en plus insupportables pour les non titulaires et de plus en plus dégradées pour les titulaires et agents des corps administratifs. Cette situation est d’autant plus inacceptable que cet effet ciseau (prendre en charge un nombre croissant d’étudiant.e.s avec de moins en moins de moyens) à la source de cette précarité était parfaitement prévisible.

34L’évaluation n’est pas neutre : que mesure-t-on finalement quand on évalue les dossiers pour la qualification ou pour le concours de MCF ?

Haut de page

Bibliographie

Abir-Am Pnina, Outram Dorinda (1989). Uneasy Career and intimate Lives. Women in Science, 1789-1979, New Brunswick: Rutgers University Press.

ADNOT Philippe (2015), Le bilan de l'autonomie financière des universités

(Rapport d'information fait au nom de la commission des finances du Sénat), Cours des comptes, url : https://www.senat.fr/rap/r14-715/r14-7151.pdf.

Baudelot Christian, Establet Roger (1992). Allez les filles !, Paris, Éditions du Seuil.

Bilan social du Ministère de l’Enseignement Supérieur et la Recherche 2015-2016.

Bilans sociaux 2013 des différents EPST (CNRS, INSERM, INRA et IRD).

Charle Christophe, Soulié Charles (2008). Les ravages de la « modernisation » universitaire en Europe, Paris, Syllepse.

Chenu Alain, Martin Olivier (2016), « Le plafond de verre chez les enseignants-chercheurs en sociologie et démographie », Travail, genre et sociétés, vol. 2, nº 36, p. 135-156.

Flores-Espínola Artemisa (2016), « Pourquoi la sociologie n’a pas (encore) fait sa révolution féministe ? », Bulletin de l’ASES, Association de sociologues enseignant.e.s du supérieur, Genre et sociologie à l’université, pp. 33-45.

Granger Christhophe (2015). La destruction de l’université française, Paris, La fabrique éditions.

Harding Sandra (1986). The science question in Feminism. Cornell University Press.

HAZÉRA Nathalie et THIRION Julien (2017), « Les enseignants non permanents affectés dans l'enseignement supérieur — Bilan de l’année 2015 ‐ 2016 », MESRI, Note de la DGRH, n° 4.

Henry Odile, Sinigaglia Jérémy (2014), « De l’autonomie à la mise sous tutelle ? Contraintes budgétaires et stratégies gestionnaires des universités », Savoir Agir n°29, p. 15-24.

Katila Saija, Meriläinen Susan (1999), “A serious researcher or just another nice girl? Doing gender in a male dominated scientific community”, Gender, Work, Organization, vol. 6, nº3, p. 163-173.

Le Gall Brice, Soulié Charles (2007), Annuaire des sociologues enseignant.e.s du supérieur de l’ASES.

Le Lay Stéphane (2012), « Peut-on souffrir au travail dans la recherche scientifique publique ? », Mouvements 2012/3, nº71, p. 93-111.

Martin Olivier (2016), « Femmes et hommes devant les étapes de la carrière d’enseignant.e-chercheur.e : deux corps, deux sexes ? », Bulletin de l’ASES, Association de sociologues enseignant.e.s du supérieur, Genre et sociologie à l’université, pp. 45-62.

MENESR-DEPP (2017). Filles et garçons sur le chemin de l’égalité de l’école à l’enseignement supérieur, http://cache.media.education.gouv.fr/file/2017/23/5/depp-filles-et-garcons-2017_727235.pdf

MENESR-DEPP (2013). Egalité entre les femmes et les hommes. Chiffres clés de la parité dans l’enseignement supérieur et la recherche, voir : https://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Charte_egalite_femmes_hommes/90/6/Chiffres_parite_couv_vdef_239906.pdf

MENESR-DGRH, Fiches démographiques des sections 2014/2015 et 2015/2016.

MENESR-DGRH (2014). Campagne de recrutement et d’affectation des professeurs des universités et des maîtres de conférences, Service de personnel de l’enseignement supérieur et de la recherche.

PÉCRES (2011), Recherche précarisée, recherche atomisée, Production et transmissions des savoirs à l’heure de la précarisation, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Rapport annuel de l’ANR, 2009.

Rapports d’activité de la section 19 CNU, années 2014, 2015 et 2016.

Rapport She figures (2015), Commission européenne, voir : https://ec.europa.eu/research/swafs/pdf/pub_gender_equality/she_figures_2015-final.pdf

Rossiter Margaret (1982). Women’s Scientists in America: Before Affirmative Action 1940-1972, Baltimore: John Hopkins University Press.

Haut de page

Notes

1 Les chiffres du ministère ne tiennent pas compte des doctorant.e.s sans financement, ni des vacataires. Il faudrait connaître leur nombre mais également le nombre d’heures d’enseignement qu’ils assurent. Néanmoins, le MENESR commence à recenser ces personnels dans l’enquête annuelle sur les enseignants non permanents, réalisée auprès des établissements d’enseignement supérieur.

2 L’écrasante majorité des postes concerne la sociologie, aussi retiendrons-nous dans cette note de recherche plutôt cette seule discipline, même si les données utilisées concernent la section 19.

3 Voir l’enquête sur le bilan de l’autonomie financière des Universités (Adnot, 2015), réalisée à la demande de la commission des finances du Sénat par la Cour des comptes  : https://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/commission/finances/Enquete_Universites.pdf

4 Hazéra N. et Thirion J (2017). « Les enseignants non permanents affectés dans l’enseignement supérieur – Bilan de l’année 2015-2016 », MENESR Note de la DGRH nº 4 – Juin 2017. Les données de 2017 seront disponibles en ligne à la fin du 1er semestre 2018.

5 Bien que les bilans sociaux du MENESR affichent une réduction du nombre d’agents non titulaires ces dernières années, ce qui est surprenant. Il conviendrait de s’assurer que cette baisse traduit un recul réel et non pas apparent de la précarité et en particulier qu’elle n’est pas liée à la hausse du nombre d’heures assurées en vacation.

6 Rapport annuel de l’ANR, 2009.

7 Nous ne reviendrons pas ici sur les questions soulevées dans le rapport du Sénat concernant la situation financière des universités suite à la loi LRU. Nous renvoyons pour cela au premier chapitre de celui-ci : « Une situation financière globalement satisfaisante à l’issue du passage à l’autonomie » et à l’article « De l’autonomie à la mise sous tutelle ? Contraintes budgétaires et stratégies gestionnaires des universités » d’Odile Henry et Jérémy Sinigaglia (2014).

8 Enquête sur le bilan de l’autonomie financière des Universités (2015), réalisée à la demande de la commission des finances du Sénat par la Cour des comptes. Commission des finances. Voir : https://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/commission/finances/Enquete_Universites.pdf

9 MENESR-DEPP, Filles et garçons 2017. Voir : http://cache.media.education.gouv.fr/file/2017/23/5/depp-filles-et-garcons-2017_727235.pdf

10 Il faut souligner que si sur les dix dernières années, le taux de qualification des docteur.e.s en sciences politiques variait autour de 50 %, en 2016 il atteint presque celui des sociologues (72,8 %) avec 72,3 % de qualifié.e.s, soit une augmentation de plus de 25 %. Cf. Rapport d’activité CNU 19 session 2016, p. 27.

11 Il est difficile de considérer cette tendance comme un changement réel, parce que les fluctuations annuelles sont délicates à interpréter. Cependant, si la tendance du faible nombre des femmes recrutées en 2017 se confirme dans les années à venir, cela peut remettre en question l’idée d’une « montée des femmes » comme un mouvement irréversible.

12 Cf. Intervention d’Iris Loffeier aux Etats-Généraux de la sociologie lors du congrès de l’AFS en 2015.

13 La première candidate a soutenu sa thèse à l’EHESS en 2013 et le deuxième à Nice en 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique Effectifs des qualifié.e.s aux corps de MCF et le nombre de postes au concours en section 19 par année 1998-2017
Crédits Champ : Docteur.e.s qualifié.e.s en France et le nombre de postes mis au concours dans la campagne général de recrutements et au fil de l’eau en section 19. Source : Lettre de l’ASES, wiki auditions de l’ASES et Rapports d’activité CNU 2016 et 2017 de la section 19.
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/3196/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Graphique Un recrutement de plus en plus tardif pour les corps de MCF dans toutes les sections du CNU (2002-2012)
Crédits Champ : Effectifs de docteur.e.s dans toutes les sections du CNU en France. Source : Rapport du bureau de la Commission permanente du Conseil National des Universités, « Le rôle du CNU dans les recrutements des enseignants-chercheurs », 2015.
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/3196/img-2.png
Fichier image/png, 255k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Artemisa Flores Espínola, « Déchiffrer les inégalités dans le recrutement par concours des enseignant.e.s-chercheur.e.s (MCF) en sociologie en France », Socio-logos [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 27 mars 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/3196

Haut de page

Auteur

Artemisa Flores Espínola

Chercheure postdoctoral au CRESPPA-CSU, membre du C.A. de l’ASES

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals