Navigation – Plan du site

Concours CNRS : les CV contre les projets de recherche ?

Claire Lemercier

Résumés

Ce texte revient sur les déclassements opérés par le jury d’admission du CNRS et sur la réponse de la direction du CNRS à la mobilisation qui les a suivis. Il souligne que cette décision aggrave la situation particulière de la sociologie – l’une des disciplines pour lesquelles le taux de pression au recrutement est actuellement le plus élevé. Plus généralement, elle remet en question une spécificité dont le CNRS pouvait s’enorgueillir : recruter sur la base d’un potentiel de recherche originale à long terme, plutôt que de privilégier CV parfaits et projets dans l’air du temps.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte a été publié une première fois sur le site internet Academia.hypotheses.org (Informations sur l’emploi des enseignant.e.s-chercheur.e.s en sciences humaines et sociales), le 25 juillet 2017. Nous remercions Christelle Rabier, responsable du site, de nous en autoriser la republication avec de légères modifications.

Texte intégral

1Academia a proposé dès le 16 juin 2017 une liste des déclassements opérés par le jury d’admission du CNRS dans cinq sections relevant des sciences humaines et sociales (SHS). Par la suite, la mobilisation en sociologie, discipline la plus touchée (perte d’un poste de chargé.e de recherche de 2e classe [CR2] pour la section 36, poste qui a été récupéré par une section non SHS, et déclassement de l’ensemble des sociologues classé.e.s par cette section), s’est accentuée. Un long texte d’analyse centré sur les conflits internes à cette discipline, mais mettant aussi en cause plus globalement un « management autoritaire de la recherche en sciences sociales », est paru le 3 juillet, s’ajoutant à la pétition signée par plus de 3 000 personnes.

  • 1 J’écris ce billet en utilisant des informations données dans des réunions (non confidentielles) aux (...)

2La direction du CNRS a accepté de se voir remettre cette pétition et de discuter avec les collègues qui l’ont lancée ; mais parallèlement, elle a publié une « mise au point ». Ce texte réaffirme le droit des jurys d’admission de bouleverser les classements et conteste qu’il y ait cette année un problème majeur, au nom du fait que « les modifications de classement se limitent au total à un peu plus de 2 % de l’ensemble des concours » (sur l’ensemble du CNRS, incluant les sciences humaines et sociales et les autres disciplines). La direction réaffirme « l’importance de la sociologie parmi les disciplines du CNRS », du fait que 63 sociologues ont été recruté.e.s (par différentes sections) depuis 2011. Cette mise au point appelle une courte réponse à propos de la sociologie. Mais l’objectif de ce billet est avant tout de souligner que le problème est loin de se limiter à la section 36, et n’a pas été clos au moment où la liste des recruté.e.s 2017 a été définitivement fixée – sans modification, malgré les mobilisations. Si le rôle du jury d’admission et son mode de fonctionnement ne sont pas clarifiés, c’est l’ensemble du travail des candidat.e.s, des sections – et, par le biais des conseils aux candidat.e.s, de nombre d’entre nous chercheur.se.s et enseignant.e.s-chercheur.se.s permanent.e.s – qui sera bouleversé. Au-delà, c’est la spécificité du CNRS qui risque d’être remise en cause1.

Pourquoi la situation est grave en sociologie…

3Deux mots de plus sur la sociologie tout d’abord : il est vrai que le CNRS a recruté des sociologues ces dernières années, et encore en 2017, notamment en section 40. Le contraire serait tout de même problématique pour un organisme qui entend couvrir l’ensemble des disciplines (même si ce n’est pas très vrai dans le domaine des sciences humaines : la section 35, qui a connu en 2017 un taux de pression aussi haut que celui de la section 36, est supposée recruter aussi bien des spécialistes de lettres que de philosophie, musicologie, histoire de l’art, etc. et ne dispose pour cela que de quelques postes par an).

4En revanche, il faut rappeler un élément trop peu connu : ce que le CNRS appelle « taux de pression » aux concours CR2, c’est-à-dire le nombre de candidat.e.s par lauréat.e.s. Alors que ces dernières années, il est en moyenne de 25 environ, il était en SHS de 40 environ en 2016 et plus de 50 en 2017. Une seule section hors SHS (la section 2) atteignait ce taux de pression de 50, la moyenne des SHS ; tandis qu’en SHS, seules linguistique et économie se situent sous la moyenne du CNRS. Surtout, le taux de pression était déjà en 2016, avant l’année des déclassements, de 80 en section 36 et de 60 en section 40, les deux sections qui recrutent des sociologues. En 2017, il a dépassé la barre symbolique des 100 en sections 35 et 36 et est resté à 75 en section 40. Comme les sections 36 et 40 recrutent aussi des juristes et des politistes, respectivement, il y a fort à parier que le chiffre est encore bien plus élevé pour les sociologues seul.e.s. Bref, la file d’attente s’allonge dans cette discipline bien plus démesurément qu’ailleurs. Et aucun indice ne permet de penser que les dossiers y seraient moins bons – même si Patrice Bourdelais l’a plusieurs fois publiquement affirmé, pour justifier le fait de ne pas tenir compte de ce « taux de pression » pour distribuer les postes entre sections. Choisir de ne pas pourvoir un poste de CR2 en section 36, et déclasser les 4 sociologues classé.e.s par cette section, c’est donc encore plus problématique que si cela arrivait dans une autre discipline (et cela, indépendamment de toute analyse sur les conflits entre écoles, ou la défiance de certains dirigeants en France envers la sociologie).

  • 2 D’autres disciplines ou sous-disciplines la partagent toutefois, par exemple l’histoire de l’art en (...)
  • 3 Je suis rattachée à un laboratoire de la section 40 (même si je suis historienne) et je travaille m (...)

5Par ailleurs, même si les sociologues sont dans cette situation relativement atypique de pouvoir se présenter dans deux sections2, il n’est pas vrai que des recrutements en section 40 (du reste rares, comme on l’a vu) puissent compenser des non-recrutements en section 36. Indépendamment même des différences d’écoles, de méthodes, etc. privilégiées par chaque section, celles-ci doivent respecter des « mots-clés » thématiques présentés sur le site du CNRS :si certains projets de recherche peuvent avoir des chances des deux côtés, ce n’est pas le cas de la plupart. Par exemple, la sociologie de l’éducation ou celle de la déviance relèvent clairement de la section 36, la sociologie politique de la section 40. Il se trouve cette année, comme plusieurs collègues l’ont remarqué, que le déclassement des quatre sociologues choisi.e.s par le jury d’admissibilité de la section 36 concerne quatre personnes enquêtant sur les classes populaires. Au contraire, les sociologues recruté.e.s en section 40 ou en CID 53 ont, du fait des mots-clés thématiques, plutôt tendance à travailler sur les responsables politiques, les professions libérales, les scientifiques, etc3.

… mais pas seulement

6Cela étant, la situation dramatique en section 36 ne doit pas cacher l’étendue du problème. Celui-ci ne se résume pas à une défiance envers la sociologie, ou certaines de ses approches, de la part de deux ou quelques personnes membres de la direction de l’Institut au premier semestre 2017. Surtout, ce n’est pas un problème ponctuel, l’objet d’une indignation de quelques semaines : la décision du jury ouvre une période d’incertitude qui risque d’être très difficile pour l’ensemble de la communauté SHS.

7Tout d’abord, les déclassements signifient que plusieurs jeunes chercheur.se.s se retrouveront sans poste à la rentrée, et il est important de les remettre au centre de la discussion, comme l’a fait le collectif des travailleur.se.s précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche. C’est le cas des deux sociologues classés premiers ex aequo par la section 36, mais aussi des collègues classés premiers en CR2 par la section 35 et en CR1 (chargé.e de recherche de 1re classe) par la section 39. Le fait de relancer des personnes dans le circuit des recrutements, après les en avoir virtuellement extraites pendant plusieurs mois, est particulièrement cruel dans un contexte de précarité prolongée. Je rappelle que l’âge moyen de recrutement en SHS se situe autour de 34-35 ans en CR2 en SHS, et 38-39 ans en CR1. Évidemment, on sait en théorie qu’il ne faut pas ouvrir le champagne à l’annonce du classement en mars, car il y a ensuite un jury d’admission en juin. Mais en pratique, ce classement interdit d’être auditionné.e dans les universités lors de la campagne de printemps ; et quand on a raté cette campagne, la suivante est un an après. Il interdit aussi de postuler à un contrat postdoctoral : surtout lorsque l’on est classé.e premier.e, les recruteur.trice.s ne vont pas tabler sur un déclassement, ils et elles se centrent sur les candidat.e.s clairement sans poste. Si les jurys d’admission CNRS devaient à l’avenir continuer à bouleverser les classements, il faudrait au minimum les organiser beaucoup plus tôt, afin que l’incertitude ne pèse pas sur un grand nombre d’autres recrutements.

8Surtout, on ne sait pas comment ces candidat.e.s finalement non recruté.e.s, et tou.te.s les autres, et les sections elles-mêmes, sont supposé.e.s préparer le concours de 2018.

9Que conclure du nouveau rôle donné au jury d’admission ? Si on lit la mise au point de la direction du CNRS, on a l’impression que le jury d’admissibilité (la section) est réduit au rôle de présélection d’une liste d’excellent.e.s candidat.e.s, le jury d’admission choisissant ensuite les lauréat.e.s parmi eux et elles. Cela pourrait sembler raisonnable sur le papier. Mais vu la composition et surtout les conditions de travail respectives de ces instances, le résultat ne pourrait être que dramatique. Du reste, ce n’est pas ce qui s’est passé jusqu’ici. Ces dernières années, les jurys d’admission se contentaient d’opérer chaque année un ou deux changements par Institut (donc un ou deux en SHS, contre sept cette année), en général en inversant la dernière personne d’une liste principale et la première d’une liste complémentaire (et non pas, comme cette année, en déclassant les premier.e.s). Cela peut se comprendre. Personne ne prétend que les jurys d’admissibilité sont infaillibles. Surtout, ce qui peut arriver, c’est que l’effet agrégé de leurs discussions sur des individus produise un ensemble fâcheux : par exemple, ne classer sur la liste principale que des hommes, ou presque seulement des représentant.e.s d’une même sous-discipline ou thématique, ou une majorité de personnes choisissant l’affectation dans un même gros laboratoire. Dans ces cas, on peut comprendre une inversion de classement à la marge – même si c’est très douloureux pour les personnes concernées, et cela pose pour le moins le problème du calendrier. En effet, il ne s’agit pas alors de remettre en cause ces personnes, mais l’effet agrégé des classements. Et il ne s’agit pas pour le jury d’admission de « faire remonter » une candidature particulière qui lui tiendrait à cœur, mais simplement de réintroduire de la diversité dans un classement trop uniforme de tel ou tel point de vue, en faisant confiance au jury d’admissibilité qui a choisi dans ce but la première personne sur la liste complémentaire.

10C’est tout l’inverse qui s’est passé en 2017. Le jury d’admission a, pour certaines sections, éliminé toute diversité : recrutement réduit aux juristes en CR2 en section 36, alors que trois postes étaient prévus et que les juristes représentent un petit tiers de la section ; réduction, en conséquence, de la diversité des thèmes et approches des sociologues sur l’ensemble des sections ; classement d’hommes uniquement en DR2 et CR1 en section 39.

11Surtout, le jury d’admission a manifestement privilégié une logique de CV et le jugement de rapporteur.e.s individuel.le.s, plutôt qu’une logique de projet et une délibération collective. En effet, même si, craignant des recours, les membres du jury d’admission ont très peu communiqué sur les raisons de leurs choix, les quelques justifications données publiquement convergent avec ce que l’on peut déduire de la simple observation des listes et des procédures du jury d’admission. Ce qui a compté, ce sont les CV : certains indices précis d’internationalisation pour les CR (obtention de bourses Marie Curie ou de financements de l’European Research Council [ERC], publications dans certaines revues anglophones) ; pour les DR2, l’obtention effective de l’habilitation à diriger des recherches avant le concours et, pour le poste ouvert en externe en section 32, le fait d’être en poste à l’étranger. Patrice Bourdelais, directeur de l’Institut des SHS jusqu’à début juillet, a revendiqué, devant le Conseil scientifique de l’Institut des SHS, ces indices sur les CV comme la seule, et excellente, et nécessaire, manière de mettre en équivalence toutes les disciplines. Ce jury est en effet confronté à la difficulté de décider sur des classements aussi bien en linguistique qu’en géographie, en histoire qu’en économie, alors même que toutes les disciplines ne sont pas représentées en son sein. Pour P. Bourdelais, manifestement, la solution n’est pas tant de respecter les critères propres à chacune que de trouver le moyen de mesurer toutes à la même aune. Il a même espéré que la bibliométrie puisse davantage, à l’avenir, être utilisée dans ce but (en affirmant qu’elle avait cours dans toutes les disciplines hors SHS, ce qui est faux, surtout pour les recrutements de début de carrière).

12Le problème, c’est que le concours CNRS n’est pas censé se jouer principalement sur la base des CV. Les candidat.e.s produisent des projets de plusieurs dizaines de pages, qui les occupent pendant des semaines, font l’objet de nombreuses relectures par des collègues. Et ces projets ne peuvent servir à rien d’autre, car le format est très différent d’un projet de postdoctorat ou de financement ERC : il s’agit en théorie de tracer un programme large et ouvert, pas de fournir un emploi du temps et une liste de livrables pour quelques années. Les sections désignent plusieurs rapporteur.e.s qui lisent les CV, mais surtout les projets ; les auditions sont également centrées sur ces projets (et cela fait des années que je serine aux candidat.e.s que « l’important, c’est le projet », comme bien d’autres collègues, sans jamais avoir été jusqu’ici contredite).

13Le jury d’admission, lui, n’est guère en position de prendre en compte les projets. Il semble qu’une seule personne, le ou la rapporteure, ait vocation à les lire. De plus, cette personne ne relève pas forcément de la discipline du ou de la candidate. On voit mal comment un jury d’admission pluri-disciplinaire, qui doit statuer sur plus de 200 dossiers en une demi-journée, pourrait sérieusement discuter des projets. Patrice Bourdelais a affirmé que les discussions avaient pu être substantielles, car elles étaient concentrées sur les cas « qui posaient problème ». Cela n’explique pas comment ces supposés problèmes avaient été détectés. Dans une situation de comparaison entre disciplines aux épistémologies très différentes, il n’y a que deux solutions : accepter l’expertise de chaque discipline, les façons de juger différentes entre elles, comme dans le cas étudié par Michèle Lamont (2009), ou bien s’en remettre à des indicateurs simplets qui désavantageront systématiquement certaines disciplines. En ne modifiant habituellement qu’à la marge les décisions des sections, le jury d’admission maintenait la première pratique ; en 2017, il a dérivé vers la seconde. Manifestement, dans d’autres instituts du CNRS (hors SHS), des représentant.e.s de toutes les sections sont convié.e.s au jury d’admission pour justifier directement leurs choix, du point de vue de personnes ayant participé aux délibérations : ce serait, a minima, une bonne pratique à importer en SHS (demandée par la motion de la C3N).

14Il faudrait surtout que le jury d’admission cesse de considérer qu’il y a des CV qui doivent absolument être recrutés. Une chose est de vouloir corriger à la marge l’impression donnée par le classement original des sections. Celui-ci peut évidemment toujours être critiqué ; mais le jugement collectif de pairs (aux deux tiers élu.e.s, au tiers nommé.e.s) représentant l’ensemble d’une discipline, passant de longues semaines à lire les projets et discuter avec les candidat.e.s à leur sujet, puis des journées à délibérer collectivement, restera toujours, de mon point de vue, le pire des systèmes à l’exception de tous les autres. On peut évidemment l’améliorer – comme tout le monde, j’ai mes idées sur la légitimité de la présence de telle ou telle personne en section ou la pertinence de telle ou telle procédure. Mais je ne vois pas ce qui pourrait le remplacer. Ou plutôt je le vois trop bien : le fait de considérer que tel ou tel indice sur un CV vaut recrutement. C’est à dire non seulement qu’il faudrait déclasser les personnes qui ne présentent pas ces indices ; mais aussi qu’il faudrait à toute force classer ceux et celles qui les présentent, au prix de déclassements.

15Manifestement, ces temps-ci, c’est l’obtention d’un financement ERC qui joue le rôle le plus important en la matière. Certes, celui-ci est aussi attribué par des pairs ; mais pas dans le même but. En particulier, le fait que les lauréat.e.s ERC soient supposé.e.s systématiquement diriger une équipe de précaires ne correspond pas aux formes habituelles de la recherche collective en SHS. Considérer que les jurys ERC sont dans le principe parfaits, meilleurs juges que tout jury CNRS possible me paraît très dangereux.

16Le recrutement CNRS a avant tout besoin de diversité et d’originalité. Sur le papier, c’est ce que ce l’organisme promeut : efforts pour représenter toutes les disciplines et en leur sein toutes les approches, pour recruter des femmes, des étranger.e.s, des personnes d’origines diverses à tous les points de vue, des projets à la frontière des disciplines, etc. La direction du CNRS et les instances du comité national passent beaucoup de temps à discuter de tous ces points. Même si j’ai bien conscience que leur pratique est loin d’être parfaite, il est remarquable que la grande majorité des élu.e.s, des nommé.e.s et des membres de la direction s’accordent sur ces principes. L’ERC, dans les disciplines de SHS que je connais en tout cas, a au contraire souvent tendance à promouvoir une « science normale » qui suppose le passage par certaines institutions et la publication dans certaines revues précises. Il est certainement intéressant de recruter au CNRS des lauréat.e.s ERC, et plus généralement des personnes ayant publié dans les revues mainstream ; mais il n’y a aucune raison de ne recruter que ce type de personnes, de se battre pour elles avec les universités dominantes des autres pays et d’occulter tous les autres profils. Le CNRS est supposé recruter relativement tôt après la thèse sur des postes permanents, mais sans garantie de gros financements de fonctionnement. Son rôle devrait aussi être de distinguer les projets qui ont besoin de temps du fait des contraintes de terrain, d’apprentissage de langues, de mise en place de dialogues interdisciplinaires, bref les projets plus exploratoires – pas ceux qui ont un plan bien huilé pour faire travailler un groupe de précaires sur cinq ans, en mode « division des tâches ». Même si je sais que les sections ne sont pas toujours parfaites, je pense qu’elles accordent une importance à ces critères de diversité, d’originalité, et de slow science. De toute façon, elles sont bien plus en position de le faire qu’un jury d’admission.

17Le combat du concours 2017 est maintenant perdu ; il n’a pas, à ma connaissance, donné lieu à des recours en justice. Mais il nous appartient, si nous sommes un minimum solidaires des sections et surtout des candidat.e.s, de maintenir notre vigilance sur les procédures de recrutement. C’est d’autant plus important que la création d’une seule classe de chargé.e.s de recherche (remplaçant les CR2 et CR1), souhaitable à bien des égards, pourrait avoir l’effet pervers d’augmenter encore l’âge au recrutement et « l’effet CV », si les sections ou le jury d’admission ne font pas l’effort nécessaire pour mettre en équivalence des candidatures proches ou déjà éloignées de la soutenance de thèse, pour s’intéresser au potentiel des candidat.e.s et pas uniquement aux parcours passés les plus rectilignes. Pour l’heure, les quelques informations dont on dispose sur le recrutement de 2018 sont relativement rassurantes : un nombre de postes qui ne baisse pas, une mention des classes populaires parmi les thèmes à privilégier en section 36 (mais qui revient à faire peser sur les candidat.e.s de 2018 le poids des déclassements de 2017…), un jury d’admission dont la composition, pas encore officielle, paraît bien viser à représenter toutes les disciplines. Si les pires craintes sont ainsi écartées, la direction du CNRS a confirmé qu’elle ne souhaite pas tenir compte du nombre de candidat.e.s pour la répartition des postes entre sections (en SHS et en général) : la file d’attente en sociologie ne pourra donc que continuer à s’allonger dans les prochaines années. Surtout, on ne sait pas du tout comment le jury d’admission travaillera, ni selon quels principes. Les non-ERC, non-Marie Curie, non-mainstream, devant cette incertitude, ont comme d’habitude passé l’automne à penser à leurs projets de recherche. Espérons que leur combat n’ait pas été perdu d’avance.

Haut de page

Bibliographie

Lamont Michèle, 2009. How Professors Think. Inside the Curious World of Academic Judgment, Harvard University Press.

Haut de page

Notes

1 J’écris ce billet en utilisant des informations données dans des réunions (non confidentielles) auxquelles j’ai assisté comme membre élue du Conseil scientifique du CNRS. Les opinions qui y sont exprimées, même si elles rejoignent la position du Conseil scientifique de l’Institut des SHS et celle de la C3N, sont personnelles ; elles n’engagent que moi.

2 D’autres disciplines ou sous-disciplines la partagent toutefois, par exemple l’histoire de l’art entre sections 33 et 35. Si vous êtes curieux.ses sur le cas de la sociologie, voir l’annexe 2 du texte de nos collègues de section 36.

3 Je suis rattachée à un laboratoire de la section 40 (même si je suis historienne) et je travaille majoritairement sur les élites : je ne vise donc pas à déconsidérer ce thème, mais à souligner que d’autres ont aussi le droit d’exister.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Lemercier, « Concours CNRS : les CV contre les projets de recherche ? », Socio-logos [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 22 mars 2018, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/3231

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals