Navigation – Plan du site

La sociologie comme science cognitive

Julien Larregue

Texte intégral

1Appel à article pour un futur numéro de la revue Socio-logos (AFS) à paraître en 2021.

2Direction du numéro : Julien Larregue, ISP, CNRS & École Normale Supérieure Paris-Saclay.

1. Texte appel à article

3Cela fait maintenant plusieurs années que des sociologues débattent de l’intérêt des sciences cognitives pour la compréhension des phénomènes sociaux. Ces échanges répondent typiquement à une alternative binaire : on se prononce en faveur (Bronner et Géhin 2017; Kaufmann et Cordonier 2011) ou bien en défaveur (Giry 2019; Ogien 2011) d’un rapprochement entre sciences sociales et sciences cognitives, en ignorant généralement la diversité qui se cache sous cette étiquette englobante (psychologie expérimentale, neuroscience sociale, neurobiologie, philosophie de l’esprit, etc.).

4Cette opposition dichotomique pourrait laisser croire que l’on se trouve face à un désaccord fondamental sur la nature et l’objet de la discipline sociologique. Mais que l’on ne s’y trompe pas : au-delà de divergences conceptuelles et théoriques sans doute réelles (quoique parfois exagérées), ces auteurs sont néanmoins d’accord sur ce qui fonde leur désaccord : la sociologie ne serait pas une science cognitive. Car dans le cas contraire, on ne pourrait discuter de « l’apport ignoré des sciences cognitives » (Cordonier 2018), ni se demander si les sciences cognitives peuvent et doivent venir « au secours de la sociologie » (Giry 2019, p. 248).

5L’objet de ce numéro est de prendre le contrepied de ces débats en refusant l’alternative qu’ils charrient et qui ne fait que ratifier l’état actuel des rapports de force entre disciplines. Car si la sociologie est effectivement dominée au sein du champ des sciences cognitives, elle n’en est pas moins une science cognitive (sans qu’elle ne se réduise à cette dimension) dans la mesure où elle éclaire les processus d’acquisition et de transmission des connaissances, parmi d’autres phénomènes mentaux (langage, émotion, mémoire, etc.), et ce depuis les longs développements que Durkheim et Mauss ont consacrés aux systèmes de classification (2017 [1903]) jusqu’à la sociologie des rêves (Lahire 2018), en passant par la sociologie de l’odorat (Cerulo 2018) et la sociologie culturelle (Lamont et al. 2017).

6Or, ce n’est qu’à la condition de refuser les vraies-fausses oppositions que des questionnements proprement scientifiques émergeront. Les articles rassemblés dans ce numéro, nourris empiriquement, pourront notamment adresser certaines des problématiques suivantes (sans toutefois s’y restreindre) :

7• Quelle place pour la sociologie au sein du « régime de pensée bio-psycho-sociologique » (Joly 2018, p. 171) contemporain ?

8• Quels apports de la sociologie à la compréhension des processus mentaux ?

9• Quelles articulations possibles entre la sociologie et d’autres sciences de la cognition ?

10• Comment expliquer la sous-représentation des sociologues au sein du champ des sciences cognitives ?

11• Quelles influences des inégalités (symboliques, économiques, etc.) entre disciplines sur les modalités de la recherche interdisciplinaire dans le champ des sciences cognitives (Callard et Fitzgerald 2016) ?

2. Calendrier

12Les propositions d’article, d’une longueur maximale de 2000 mots (bibliographie comprise), devront parvenir au coordinateur du numéro avant le 31 janvier 2020 : julien.larregue@ens-cachan.fr. Elles détailleront le matériau mobilisé et les principaux arguments déployés dans l’article.

13En cas d’acceptation de la proposition, l’article final devra être envoyé le 31 août 2020 au plus tard. Sa longueur pourra être variable et dépendra de la nature de la contribution. Elle oscillera cependant entre 50 000 et 90 000 signes. L’article sera soumis au comité de lecture de la revue ainsi qu’à une évaluation extérieure.

14Le numéro paraîtra en 2021.

Haut de page

Bibliographie

Bronner Gérald et Géhin Étienne, 2017, Le danger sociologique, Paris, Presses Universitaires de France.

Callard Felicity et Fitzgerald Des, 2016, Rethinking Interdisciplinarity across the Social Sciences and Neurosciences, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Cerulo Karen A., 2018, « Scents and Sensibility: Olfaction, Sense-Making, and Meaning Attribution », American Sociological Review, 2018, vol. 83, no 2, p. 361‑389.

Cordonier Laurent, 2018, La nature du social. L’apport ignoré des sciences cognitives, Paris, Presses Universitaires de France.

Durkheim Émile et Mauss Marcel, 2017, De quelques formes primitives de classification, Paris, Presses Universitaires de France.

Giry Johan, 2019, « Autour de quelques impensés du sens commun sociologique », Revue française de sociologie, 2019, vol. 60, no 2, p. 239‑256.

Joly Marc, 2018, Pour Bourdieu, Paris, Éditions CNRS.

Kaufmann Laurence et Cordonier Laurent, 2011, « Vers un naturalisme social. À la croisée des sciences sociales et des sciences cognitives », SociologieS, 2011.

Lahire Bernard, 2018, L’interprétation sociologique des rêves, Paris, La Découverte.

Lamont Michèle, Adler Laura, Park Bo Yun et Xiang Xin, 2017, « Bridging cultural sociology and cognitive psychology in three contemporary research programmes », Nature Human Behaviour, 2017, vol. 1, no 12, p. 866‑872.

Ogien Albert, 2011, « Les sciences cognitives ne sont pas des sciences humaines. Une réponse à « Vers un naturalisme social » de Laurence Kaufman et Laurent Cordonier », SociologieS, 2011.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Larregue, « La sociologie comme science cognitive », Socio-logos [En ligne], mis en ligne le 16 octobre 2019, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/4748

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals