Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Entrer en sociologie.

Entrer en sociologie.

Profils et débuts de parcours des néo-bachelier·e·s admis·es en licence sur APB
Entering sociology. Newly-graduated students admitted in sociology : characteristics and educational trajectories.
Mathieu Rossignol-Brunet

Résumés

L’article s’intéresse à l’orientation en licence de sociologie et au début de trajectoires d’études des néo-bachelier·e·s admis·es à y étudier, en s’appuyant notamment sur l’exploitation des données issues de la plateforme Admission Post Bac pour l’année 2016. Ce faisant, il propose une réflexion sur la place de la licence de sociologie dans l’espace de l’enseignement supérieur.

Réactualisant des résultats entrevus qualitativement aux débuts des années 2000, ce travail souligne un recrutement moins favorisé sur le plan de l’origine sociale et du profil scolaire des néo-bachelier·e·s admis·es dans la discipline, mais aussi une orientation davantage « contrariée », qui correspond moins fréquemment aux aspirations premières des étudiant·e·s.

L’analyse des trajectoires d’études, plurielles, permet ensuite de mieux saisir le rôle d’espace de régulation qu’est en partie amenée à jouer la licence de sociologie, en permettant à une partie des étudiant·e·s de s’orienter une ou plusieurs années après dans la filière qu’ils ou elles aspiraient à rejoindre, tout en bénéficiant dans un premier temps d’une formation utile en sociologie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Et ce malgré des taux d’insertion à l’issue d’un master de SHS relativement proches de ceux observé (...)

1La sociologie est l’une des disciplines les plus durement touchées par les critiques dans les discours publics. Cela s’explique notamment par le profil des étudiant·e·s, bien souvent moins bien doté·e·s que d’autres sur le plan scolaire (Borras et al., 2012), de l’absence de débouché type pour cette discipline (Chenu, 2002), ou encore d’un taux d’emploi à la sortie parmi les plus bas (Piriou, 2001)1. La critique à laquelle on s’intéresse concerne le profil des étudiant·e·s inscrit·e·s en sociologie, bien souvent soupçonné·e·s, par les pouvoirs publics mais aussi certains universitaires (Vatin, Vernet, 2009) de s’être inscrit·e·s « par défaut », une notion vague qui tient finalement peu compte des aspirations des étudiant·e·s et vise surtout à souligner que faute de résultats suffisants, la sociologie était l’une des seules options restantes.

2Différents travaux ont pourtant montré le rôle spécifique que sont susceptibles de jouer des études de sociologie. Dès 2001, Mauger et Soulié mettent ainsi en évidence la fonction de hall d’attente pour certains élèves souhaitant initialement s’inscrire en formation paramédicale ou travailler dans le social (Mauger, Soulié, 2001). La sociologie est alors une formation de premier cycle qui attire les nouveaux publics, les « enfants de la démocratisation scolaire » (Beaud, 2002), du fait des savoirs « utiles » qu’elle semble enseigner. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’elle fut créée en 1958 dans le but d’offrir une insertion professionnelle rapide à celles et ceux qui l’étudient (Chenu 2002). Plutôt qu’orientation « par défaut », elle s’apparente par conséquent à une « discipline refuge » (Boyer, Coridian, 2002), certes dominée dans l’espace des disciplines universitaires (Convert, 2010 ; Renisio, 2015), tant en termes d’origine sociale que de niveau scolaire. Par ailleurs, à travers une étude localisée dans l’académie poitevine sur le devenir après la première année de licence, Bodin et Millet montrent que certaines licences, comme celle de sociologie, sont pour certain·e·s étudiant·e·s un moyen de se préparer à un concours sans quitter le système d’enseignement supérieur. Elles jouent ainsi un rôle de sas de l’enseignement supérieur, qui n’est pas permis dans les filières pratiquant la sélection (Bodin et Millet 2011). Dans son travail de thèse, Millet distinguait d’ailleurs six profils d’étudiant·e·s en sociologie, correspondant 1. aux réorienté·e·s, 2. à celles et ceux en reprises d’études, 3. aux recalé·e·s des formations sélectives supérieur, 4. à celles et ceux préparant un concours, 5. à celles et ceux arrivé·e·s là par hasard, et 6. aux passionné·e·s par la sociologie, « bien minoritaires » (Millet, 2000, p. 54). Ces recherches viennent ainsi nuancer des discours plus tranchés opposant une orientation « souhaitée », plus fréquemment assimilée aux filières électives, à une orientation « par défaut », souvent relative à l’université.

  • 2 La plateforme a depuis été remplacée par ParcourSup suite à la loi ORE de 2018. Pour plus d’informa (...)

3Cet article propose de prolonger ces travaux en analysant les candidatures et trajectoires des étudiant·e·s admis·es en première année de licence de sociologie à l’issue de la procédure Admission Post Bac (APB) 20162. En combinant les vœux formulés aux résultats d’affectation sur APB et les trajectoires d’études dans l’enseignement supérieur, on peut observer le processus d’orientation dans le supérieur non sous le seul angle d’analyse que constitue la plateforme institutionnelle APB, mais de manière longitudinale, tout en évitant l’écueil des discours rétrospectifs et de l’illusion biographique (Bourdieu, 1986). Le recours à des données nationales permet en outre de compléter les résultats plus qualitatifs évoqués précédemment.

4Il s’agira par conséquent de montrer qu’une part importante des éventuels changements de formation observés à l’issue de la première année sont des orientations « retardées », confirmant le nécessaire rôle de hall d’attente jouée par certaines disciplines universitaires de premier cycle, parmi lesquelles la sociologie. En outre, on mettra en évidence le fait que les trajectoires observées, qu’il s’agisse des réorientations, des maintiens dans la discipline ou encore des sorties, ne sont pas indépendantes des profils à la fois sociaux et scolaires des néo-étudiant·e·s. L’objectif est donc ici triple : contribuer à une meilleure connaissance du public néo-bachelier admis en licence de sociologie au niveau national; situer la sociologie dans l’espace des formations de premier cycle, à travers cette population nouvellement admise dans le supérieur mais aussi les associations de candidatures faites sur APB ; enfin, mieux comprendre les trajectoires d’études en tenant compte des aspirations d’orientation initialement formulées.

5Pour cela, on s’intéressera dans un premier temps à l’admission en licence de sociologie. Tout en détaillant le profil des néo-étudiant·e·s de cette discipline, on montrera dans quelle mesure leur orientation peut être ou non qualifiée de « contrariée » et, le cas échéant, les associations de filières qui sont faites et qui permettent ainsi de mieux appréhender les attentes quant à la licence de sociologie (1). Le second temps de ce travail détaille les parcours des étudiant·e·s admis·es en licence de sociologie au regard de leurs aspirations d’orientation initiales. On observe alors une hétérogénéité de trajectoires, fonction des caractéristiques sociales et scolaires des étudiant·e·s, mais également de leurs aspirations premières (2).

  • 3 C’est désormais le cas sur ParcourSup pour les formations paramédicales.

Données

Ce travail quantitatif s’appuie sur plusieurs sources de données. La première est la base APB Stat’2016, obtenue par convention avec la sous-direction des systèmes d’information et des études statistiques (SIES) du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI). Cette base nationale exhaustive renseigne sur l’ensemble des vœux formulés par les candidat·e·s souhaitant s’inscrire dans l’enseignement supérieur, ainsi que sur la proposition d’admission acceptée. Les vœux formulés par les candidat·e·s sont hiérarchisés, un ordre qui constitue une manière d’approcher au mieux les préférences des lycéen·ne·s. Certes, des limites de cet indicateur ont été soulignées (Lemêtre, Orange, 2017) ; il reste toutefois pertinent pour appréhender l’orientation des bachelier·e·s, et permet notamment d’éviter le biais de mémoire des étudiant·e·s interrogé·e·s en entretien.

La population d’étude est constituée des 3 710 néo-bachelier·e·s ayant accepté une proposition d’admission en licence de sociologie sur APB en 2016. Seules les licences codées dans APB comme relevant exclusivement de la sociologie ont été retenues : une licence pluridisciplinaire avec de la sociologie n’appartient donc pas au champ d’études, sauf si elle a été codée comme telle. Les réorienté·e·s admis·es en sociologie ne sont par ailleurs pas pris en compte dans l’analyse, dans la mesure où elles et ils sont déjà familier·e·s de l’enseignement supérieur et constituent de fait une population spécifique (Millet, 2000).

Les autres sources de données sont les bases SISE et Post-bac pour les années 2016-2017 à 2018-2019. Ces bases indiquent les formations du supérieur dans lesquelles sont inscrit·e·s les étudiant·e·s année par année. Appariées avec la base APB, elles permettent de suivre les trajectoires d’études sur trois années universitaires. Précisons ici que certaines formations, notamment les formations du privé et paramédicales, ne recrutent pas leurs étudiant·e·s par APB en 20163, et que d’autres échappent au travail de recensement des étudiant·e·s mené par le SIES. Ainsi, les étudiant·e·s que l’on ne retrouve pas et qui sont considéré·e·s comme sortant·e·s de l’enseignement supérieur constituent une catégorie plus hétérogène que ne le laisse penser cette appellation, puisque certain·e·s peuvent encore être étudiant·e·s. Il s’agit d’un angle mort de l’analyse.

1. L’orientation en premier cycle de sociologie, illustration de la massification scolaire

1.1 Une filière d’étude davantage investie par les moins doté·e·s sur le plan social et scolaire

6Les politiques du milieu des années 1980 visant l’objectif de 80 % d’une classe d’âge au bac (Beaud, 2002) ont contribué à la « seconde massification scolaire » de l’université française : pour une part non négligeable des lycéens, entamer des études supérieures est désormais envisageable. Toutefois, l’arrivée massive de nouvelles populations étudiantes issues des séries non générales s’est fait de manière inégale selon les types de formations – universités majoritairement non sélectives d’un côté, filières sélectives de l’autre- et les disciplines (Beaud, Millet, 2018).

Tableau 1. Caractéristiques sociales des admis·es en L1 sociologie en 2016

Tableau 1. Caractéristiques sociales des admis·es en L1 sociologie en 2016

Source : APB Stat 2016.

Champ : Ensemble des néo-bachelier·e·s admis·es dans une formation sur APB en 2016

Lecture : 75% des néo-bachelier·e·s ayant accepté une proposition d’admission en licence de sociologie en 2016 sont des femmes.

  • 4 Les disciplines concernées sont : « Géographie et aménagement », « Histoire », « Histoire de l'art (...)
  • 5 L’origine sociale est appréhendée au moyen d’une cote sociale qui tient compte de la nomenclature d (...)

7L’analyse du profil des néo-bachelier·e·s admis·es en sociologie comparativement aux admis·es des autres licences de sciences humaines et sociales4 (SHS) et au reste des néo-bachelier·e·s confirme en partie ces observations (tableau 1). On retrouve davantage d'étudiant·e·s d’origine sociale plus modeste qui s’inscrivent en sociologie. Ainsi, celles et ceux d’origine sociale très favorisée représentent 8 % des admis·es contre 12 % dans les autres SHS et 14 % parmi les autres néo-bachelier·e·s, tandis que les très défavorisé·e·s constituent 18 % des admis·es en sociologie, contre 14 % dans les autres formations5. Les femmes sont également surreprésentées parmi les admis·es en licence de sociologie (75 %), aussi bien comparativement aux admis·es en SHS (69 %) qu’aux autres néo-bachelier·e·s (52 %). Les néo-bachelier·e·s qui s’apprêtent à rejoindre une licence en sociologie sont par conséquent plus souvent issu·e·s des populations dominées dans l’espace social, à savoir les femmes et les étudiant·e·s d’origine sociale plus modeste.

Tableau 2. Caractéristiques scolaires des admis·es en L1 sociologie en 2016

Tableau 2. Caractéristiques scolaires des admis·es en L1 sociologie en 2016

Source : APB Stat 2016.

Champ : Ensemble des néo-bachelier·e·s admis·es dans une formation sur APB en 2016

Lecture : 42% des néo-bachelier·e·s ayant accepté une proposition d’admission en licence de sociologie en 2016 sont titulaires d’un bac ES. Parmi eux·elles, 4% ont eu la mention très bien.

  • 6 L’enseignement des SES est cependant obligatoire pour tou·te·s en 2nde.

8Ces admis·es sont également davantage issu·e·s de l’ancienne série économique et sociale (ES) : 42 % sont titulaires d’un tel bac, contre 33 % des admis·es en SHS et 18 % des autres néo-bachelier·e·s. Ce résultat est logique dans la mesure où la sociologie n’est enseignée qu’au sein de cette série dans le secondaire6 : la familiarisation avec la discipline dès le secondaire n’est ainsi pas neutre au moment de l’orientation vers le supérieur. Inversement, on retrouve nettement moins de bachelier·e·s scientifiques en sociologie (9 %) que dans les autres SHS (15 %) et parmi les autres néo-bachelier·e·s (39 %). Le processus de démocratisation ségrégative ayant fait de la filière scientifique celle d’excellence au sein de l’enseignement secondaire (Merle, 2000), on en conclut alors que les bachelier·e·s les plus doté·e·s sur le plan scolaire s’orientent moins fréquemment en licence de sociologie.

9Cela est confirmé par l’introduction du niveau scolaire dans l’analyse : quelle que soit la série d’origine, celles et ceux titulaires d’une mention Très bien ou Bien sont sous-représenté·e·s, tandis que les admis·es sans mention sont proportionnellement plus nombreux·ses.

  • 7 Les bachelier·e·s technologiques de la série Sciences et technologies de la santé et du social (ST2 (...)

10Enfin, si la sociologie accueille davantage de bachelier·e·s technologiques7 (21 %) et professionnel·le·s (12 %) que les autres SHS (respectivement 16 % et 9 %), une population parfois jugée peu préparée aux attendus de l’université, ces proportions sont similaires à celles observées hors SHS (22 % et 12 %)

11Les étudiant·e·s nouvellement admis·es en sociologie sont par conséquent un peu moins doté·e·s sur le plan social et scolaire que le reste de la population bachelière, mais aussi comparativement aux autres disciplines de SHS. Il·elle·s ont toutefois été plus fréquemment familiarisé·e·s avec des problématiques sociales dès le lycée, venant déjà quelque peu nuancer l’idée d’une orientation « par défaut ».

1.2 Une orientation qui répond moins aux aspirations premières, notamment pour les plus fragiles scolairement

12L’étude des candidatures formulées et leur classement sur APB permet d’observer dans quelle mesure l’admission en sociologie correspond ou non à une orientation « contrariée ». On utilise dans cet article l’expression d’orientation contrariée pour caractériser les étudiant·e·s recalé·e·s d’une ou plusieurs formations, par conséquent non admis·es sur leur vœu 1. Pour autant, être recalé·e d’une formation ne signifie pas que l’orientation se fait « par défaut », qui sous-entend que la formation ne correspond pas aux attentes de l’étudiant·e. La mesure précise des aspirations s’avère complexe, et la satisfaction quant à l’admission dans le supérieur ne saurait être opposée de manière dichotomique entre une orientation qui serait voulue (le vœu 1) et une autre non voulue (les vœux plus lointains) : nombre d’étudiant·e·s peuvent hésiter entre plusieurs filières, et le fait de candidater souligne déjà que l’élève trouve un intérêt à cette formation. Le vœu 1 masque également une pluralité de situations que des travaux plus qualitatifs peuvent appréhender : les admis·es sur vœu 1 regroupent ainsi, pour reprendre la typologie de Millet (2020), tout autant les passionné·e·s que des étudiant·e·s arrivé·e·s par hasard et celles et ceux préparant un concours. Dès lors, l’indicateur du vœu 1 doit être complété des autres vœux, et non pris isolément.

  • 8 Ces contraintes sont multiples et ne sauraient se résumer à celles présentées dans le présent artic (...)

13Rappelons également que les choix solaires se font nécessairement sous contraintes (Blanchard, Cayouette-Remblière, 2011), et que l’ordre des vœux ne dépend pas des seules préférences disciplinaires. Les travaux d’Orange sur les étudiant·e·s en Sections de techniciens supérieur (STS) montrent comment les bachelier·e·s professionnel·le·s sont incité·e·s à d’abord postuler en STS plutôt qu’à l’université (Orange, 2011), mais aussi comment les contraintes géographiques peuvent peser pour les élèves des territoires avec une offre de formation plus restreinte (Lemêtre, Orange, 2016)8.

  • 9 On observe ici l’aspiration à étudier dans une discipline davantage que dans un établissement, bien (...)

14L’étude des vœux permet de montrer que 52 % des admis·es avaient demandé une licence de sociologie en vœu 1, et 67 % parmi l’un de leurs trois premiers vœux9. Il s’agit là d’une proportion relativement basse puisqu’à titre de comparaison, 71 % des admis·es en licence et 73 % de l’ensemble des néo-bachelier·e·s le sont sur la filière de leur vœu 1. En outre, 20 % des admis·es en sociologie l’ont été au cours de la procédure complémentaire, c’est-à-dire durant la seconde phase de demandes où les candidat·e·s ne peuvent postuler que dans les formations avec des places vacantes. Cette proportion s’élève à 11 % parmi l’ensemble des formations de SHS, près de deux fois moins que pour la seule sociologie. Ces résultats font de la sociologie une formation de licence où l’orientation apparaît davantage contrariée que dans d’autres disciplines : bien que constituant l’aspiration d’orientation première pour plus de la moitié des futur·e·s étudiant·e·s., une proportion non négligeable d’entre eux·elles n’avaient pas postulé prioritairement en sociologie.

15La dimension contrariée de cette orientation concerne d’abord les plus fragiles scolairement, à savoir celle et ceux non titulaires d’un baccalauréat général et l’ayant obtenu sans mention (cf. annexe 2). Ainsi, si 61 % et 63 % des bachelier·e·s ES et L admis·es en sociologie avaient formulé un vœu 1 dans cette filière, 36 % des bachelier·e·s technologiques et 32 % des bachelier·e·s professionnel·le·s sont dans ce cas. Or, dans la mesure où l’on retrouve davantage d’élèves d’origine sociale plus modeste dans les séries non générales, notamment en série professionnelle (Maillard, Moreau, 2019), les élèves d’origine sociale très favorisée sont davantage admis·es sur ce qui constitue leur premier vœu que celles et ceux d’origine sociale très défavorisée (59 % contre 41 %).

1.3 Une filière refuge pour les recalé·e·s des licences et formations sanitaires et sociales sélectives

16Si la sociologie n’apparaît pas comme l’aspiration première pour 48 % des admis·es, l’étude du premier vœu de ces orienté·e·s contrarié·e·s vient nuancer l’idée d’une admission dans une formation déconnectée des attentes des néo-bachelier·e·s.

  • 10 Les affinités disciplinaires entre certaines formations, qui peuvent être illustrées par les choix (...)

17Plus d’un tiers (35 %) avaient formulé un vœu 1 en licence, 21 % en Institut universitaire technologique (IUT), 33 % en STS, 2 % en classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) et 10 % dans une autre formation. On compte par conséquent relativement peu de recalé·e·s des filières sélectives longues, et une part non négligeable de recalé·e·s des formations sélectives courtes, notamment de STS. Il semble toutefois plus intéressant de descendre à un niveau de détail plus fin pour mieux appréhender cette orientation contrariée10.

18Parmi celles et ceux avec un vœu 1 dans une autre licence, 25 % avaient fait de la psychologie ce premier vœu, 18 % les sciences de l’éducation, 14 % les sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), 6 % les sciences sanitaires et sociales. On retrouve donc deux autres disciplines de sciences sociales, fréquemment en « tension » du fait d’un nombre de places disponibles inférieur à la demande, suivies d’une autre discipline avec peu d’équivalent et également en tension, et d’une licence recoupant des thématiques de santé et de sciences sociales. En d’autres termes, les orienté·e·s contrarié·e·s en sociologie qui aspiraient à rejoindre l’université avaient choisi des filières manquant de places et abordant souvent des thématiques proches de celles que l’on peut étudier en sociologie.

19Lorsque les étudiant·e·s aspiraient à rejoindre une formation en IUT, 47 % avaient demandé en premier vœu la mention « Carrières sociales », dont 23 % avec l’option « Éducation spécialisée » et 14 % « Animation sociale et socio-culturelle ». Pour celles et ceux ayant formulé un vœu 1 en STS, 27 % aspiraient rejoindre les sections en « Économie sociale familiale », 15 % en « Services et prestations des secteurs sanitaires et sociales ». Parmi ces formations sélectives ne pouvant accepter l’ensemble des postulant·e·s, les plus demandées par celles et ceux finalement admis·es en sociologie sont alors celles en lien avec des problématiques sociales, sanitaires et/ou éducatives. Ces thématiques sont une fois encore abordées en sociologie. Si l’angle est certes différent par rapport aux STS ou IUT, elles permettent à l’étudiant·e de ne pas se couper totalement de ses centres d’intérêt. On retrouve enfin un constat similaire parmi les recalé·e·s des « autres formations », agrégat statistique flou recoupant des formations très diverses (Bodin, Orange, 2016), dans la mesure où 32 % des concerné·e·s avaient formulé un vœu 1 dans une formation de préparation au concours d’entrée des écoles d’éducateur de jeunes enfants, d’éducateur spécialisé, d’orthophonie, de soins infirmiers ou paramédicaux. La sociologie semble à nouveau envisagée comme substitut à des formations sélectives combinant des problématiques sociales et de santé.

20L’orientation en premier cycle de sociologie illustre par conséquent à bien à des égards les résultats de la seconde massification scolaire : une diversification des publics, symbolisée par une proportion non négligeable de bachelier·e·s non généraux·les ; la permanence, toutefois, du caractère tubulaire de la transition entre secondaire et supérieur, symbolisée par la forte proportion de néo-bachelier·e·s de la série ES ; l’étendue progressive de la démocratisation ségrégative au supérieur ensuite, avec l’inscription en sociologie des moins bien doté·e·s scolairement de chacune des séries ; enfin, et surtout, le nécessaire rôle de sas joué par l’Université (Bodin, Orange, 2013), et ici la sociologie, en étant une filière « refuge » pour les recalé·e·s du supérieur.

21Toutefois, cette « solution de repli » pour les recalé·e·s du supérieur (Millet, 2000, p. 57) est rarement déconnectée de leurs attentes. Elle constitue d’abord le résultat d’une demande faite sur APB : c’est bien la sociologie plutôt qu’une autre formation qui a été demandée. Ensuite, l’inscription en licence de sociologie apparaît comme un moyen détourné d’étudier ce qu’ils ou elles n’ont pas été admis·es à étudier, bien souvent du fait d’un niveau scolaire jugé insuffisant : ces étudiant·e·s viennent alors chercher dans la sociologie des savoirs que l’on peut juger utiles et partiellement en lien avec ceux des filières initialement souhaitées. L’orientation est certes contrariée, mais reste choisie.

2. Une hétérogénéité de trajectoires, une pluralité de réorientations

22L’étude des admissions en licence de sociologie a mis en évidence une pluralité des populations déjà observée qualitativement par Millet (2000), tant sur le passé scolaire que sur les aspirations : celles et ceux qui semblent se destiner à des études en sociologie cohabitent avec des recalé·e·s de diverses formations. La seconde partie de ce travail vise alors à observer les débuts de trajectoires de ces étudiant·e·s dans l’enseignement supérieur, en lien avec ces aspirations initialement formulées.

2.1 Des trajectoires d’études plurielles…

23Pour cela, on réalise une analyse de séquences sur leurs trois premières années d’études, suivie d’une classification ascendante hiérarchique (CAH) permettant de regrouper les trajectoires les plus semblables (cf. encadré méthodologique).

  • 11 L’algorithme de Ward a été utilisé.

Encadré méthodologique

L’analyse de séquences est une méthode statistique employée dans le cadre de l’exploitation de données longitudinales : il s’agit d’observer des ressemblances entre certaines séquences afin de dégager des séquences types.

La première étape consiste à définir les différents états possibles à chacune des dates d’observation, ici les trois premières années universitaires. La distance pour passer d’une séquence à l’autre est ensuite calculée pour chacun des binômes de séquences à l’aide de l’optimal matching. Les choix méthodologiques ne sont pas neutres, dans la mesure où il est nécessaire d’introduire ce que l’on nomme des coûts de substitution et des coûts d’insertion/suppression qui peuvent varier : la méthode n’est donc pas singulière mais plurielle (Lesnard, Saint Pol, 2006). Le cas le plus commun, utilisé ici, consiste à fixer les coûts de substitution à 2, et ceux d’insertion/suppression à 1, de telle sorte qu’une substitution d’un état soit équivalente à la suppression d’un état et l’ajout d’un autre. Enfin, une fois la matrice des distances entre chacune des séquences calculée, la CAH11 est utilisée pour regrouper les séquences en fonction de leur proximité et ainsi permettre d’effectuer une typologie.

  • 12 Pour alléger le texte, on parle par la suite d’enseignement supérieur : il faut cependant entendre (...)

24Sept états ont été retenus, afin notamment d’observer les éventuelles réorientations : L1, L2 ou L3 en sociologie ; autre licence ; STS ; autre formation ; sortie de l’enseignement supérieur. Il faut toutefois noter trois limites inhérentes à ce dernier état. La première a trait à la date des remontées des inscriptions, fixée au 15 janvier. De fait, des étudiant·e·s ayant entamé leur année mais n’ayant pas poursuivi peuvent ne pas être comptabilisé·e·s, et par conséquent être considéré·e·s comme sortant·e·s dès 2016. Certain·e·s étudiant·e·s se sont en outre déjà réorienté·e·s. La seconde, évoquée en amont, concerne les formations non recensées. On l’a dit, un nombre non négligeable d’admis·es en sociologie aspire à rejoindre une formation dans le domaine de la santé. Or, de nombreuses formations de ce domaine, privées pour la plupart, ne font pas remonter leurs effectifs et/ou ne recrutent pas par APB : les admis·es en sociologie ont donc pu être accepté·e·s dans ces formations, en parallèle de leur admission sur APB, et privilégier cette autre formation. Notons enfin quelques difficultés dans le suivi des étudiant·e·s via leur identifiant qui viennent faire grossir la proportion de « sortant·e·s » de l’enseignement supérieur connu et recensé du ministère12.

25Neuf trajectoires typiques sont distinguées (cf. tapis des séquences en annexe). Les caractéristiques socio-scolaires des étudiant·e·s de chacune de ces trajectoires sont détaillées dans le tableau 3 ci-dessous (à l’image d’un travail de Frouillou, Moulin, 2019).

Tableau 3. Trajectoires d’études et caractéristiques socio-scolaires des étudiant·e·s parmi les admis·es en L1 sociologie en 2016

Tableau 3. Trajectoires d’études et caractéristiques socio-scolaires des étudiant·e·s parmi les admis·es en L1 sociologie en 2016

Sources : APB Stat 2016, SISE 2016 à 2018, PostBac 2016 à 2018, SIES-MESRI

Champ : 3 710 néo bachelier·e·s admis·es en licence de sociologie sur APB en 2016

Lecture : Le premier groupe est celui des étudiant·e·s qui sont inscrit·e·s en L1 en 2016/2017 puis sortent de l'enseignement supérieur. Ils·elles représentent 22% des admis·es en licence de sociologie sur APB. On trouve parmi eux·elles 74% de femmes.

26Deux groupes principaux apparaissent, sensiblement équivalents en termes d’effectifs (22 %) : il s’agit du groupe 1 des étudiant·e·s qui sortent de l’enseignement supérieur après la première année en licence de sociologie, et de celles et ceux du groupe 6 connaissant une trajectoire que l’on pourrait qualifier de linéaire dans la discipline. Le troisième groupe le plus important est celui des « sorties précoces » (16 %, groupe 5). Les trajectoires de réorientation dans une autre licence concernent un·e étudiant·e sur dix (10 %, groupe 2), celles en STS 5 % des admis·es (groupe 7) et celles dans une autre formation 4 % (groupe 9). Enfin, 14 % des admis·es sortent de l’enseignement supérieur après un redoublement (8 %, groupe 8) ou une réorientation en licence (6 %, groupe 4), tandis que 7 % sont toujours inscrit·e·s en sociologie 3 ans plus tard, mais en L1 ou L2 (groupe 3).

27À l’image des autres formations de SHS (Lemaire, 2007), le nombre de sortant·e·s au début des études est relativement élevé : 16 % dès la première année, 41 % lors de la seconde année. Les inscrit·e·s dans une autre formation en seconde année représentent toutefois 24 % des admis·es sur APB, celles et ceux toujours en sociologie 35 %. Ces résultats confirment d’une part que les trajectoires d’études linéaires ne constituent pas la norme à l’université (Paivandi, 2018), d’autre part que les départs de licence ne correspondent pas tous à des situations d’échecs : les réinscriptions dans le supérieur sont ainsi nombreuses (Bodin, Millet, 2011), d’autant qu’à certaines sorties correspondent sans doute des réinscriptions dans des formations privées non recensées.

2.2 … fonction des profils scolaires des étudiant·e·s et de leurs aspirations initiales

28Les femmes sont notamment surreprésentées dans les trajectoires de maintien en sociologie (groupes 3 et 6), tandis que les hommes se réorientent davantage en licence (groupes 2 et 4). Les étudiant·e·s les plus favorisé·e·s socialement sont quant à eux·elles un peu plus présent·e·s parmi les trajectoires linéaires dans la discipline (en partie du fait de leur meilleur niveau scolaire), mais aussi de réorientation dans une « autre formation » (groupe 9), incluant entre autres les écoles où l’entrée se fait sur concours, ainsi que les CPGE et les IUT. Inversement, les admis·es d’origine sociale plus modeste sont proportionnellement plus nombreux·ses parmi les trajectoires de sortie de l’enseignement supérieur en seconde ou troisième année (groupes 1, 4 et 8), mais aussi et surtout parmi les étudiant·e·s qui se réorientent finalement en STS (groupe 7), dont le recrutement est moins élitiste qu’en IUT (Orange, 2018).

  • 13 Les résultats observés sont comparables en ce qui concerne la hiérarchie des mentions.
  • 14 Les résultats sont confirmés dans des modèles de régressions logistiques, voir annexe 4.

29Ces différences sont principalement la conséquence d’une orientation et de résultats différenciés dans le secondaire, en lien avec le processus de démocratisation ségrégative précédemment évoqué et qui établit une hiérarchie entre séries du baccalauréat. Ainsi, les bachelier·e·s ES sont plus nombreux·ses dans les trajectoires de maintien en sociologie (ils·elles représentent 61 % des étudiant·e·s inscrit·e·s en L3 de sociologie contre 42 % des admis·es en sociologie), et dans celles de réorientation vers une autre formation, leur baccalauréat étant souvent plus valorisé lors de la sélection à l’entrée d’une formation qu’un baccalauréat non général ou littéraire. Les bachelier·e·s professionnel·le·s connaissent pour leur part plus fréquemment des trajectoires de sortie. Enfin, tandis que les bachelier·e·s littéraires et scientifiques sont surreprésenté·e·s dans les trajectoires de réorientation vers une autre licence (groupe 2), celles et ceux technologiques le sont dans les trajectoires de sortie, mais également de manière importante dans celles de réorientation en STS (groupe 7). En d’autres termes, la série d’obtention du baccalauréat ne permet pas les mêmes réorientations à l’issue d’une première année d’études en licence de sociologie. La capacité des étudiant·e·s à se réorienter est étroitement corrélée avec leur capital scolaire : les possibilités dans les choix de réorientation sont alors davantage formelles que réelles (Ménard, 2018b), et à travers ces inégalités scolaires13 se retranscrivent des inégalités sociales14.‬‬‬‬

30Enfin, l’appariement des bases APB et SISE permet d’analyser ces trajectoires en tenant compte des aspirations formulées lors de l’entrée dans le supérieur. Ainsi, celles et ceux ayant formulé un premier vœu d’orientation en sociologie sont surreprésenté·e·s parmi les étudiant·e·s qui restent étudier en sociologie (groupes 3 et 6), celles et ceux avec un premier vœu dans une autre licence parmi les étudiant·e·s qui se réorientent dans une autre licence (groupe 2). Les étudiant·e·s avec un vœu 1 en IUT sont quant à eux·elles plus nombreux·ses dans les trajectoires de réorientation vers une STS ou une autre formation (groupes 7 et 9), celles et ceux avec un premier vœu en STS dans les trajectoires de réorientation vers une STS mais aussi de sorties (groupes 1, 4, 7 ,8). Si une partie des trajectoires différenciées est imputable aux caractéristiques scolaires des candidat·e·s, les départs de la sociologie pour une autre formation ne semblent toutefois pas indépendants des aspirations premières des étudiant·e·s, qui sont par conséquent loin de systématiquement subir leur orientation contrariée. Ce sont ces changements de formation sur lesquels on va s’attarder dans le dernier temps de ce travail.

2.3 Des réorientations équivoques : orientation « retardée » et transformation des aspirations

31Parmi les orienté·e·s contrarié·e·s, 39 % se réorientent au cours de leurs trois premières années d’études. Ces réorientations n’ont toutefois pas la même signification selon l’année au cours de laquelle elles adviennent. Si des bases de données purement administratives ne permettent d’affirmer avec certitude le sens donné au changement de formation par l’étudiant·e, on peut néanmoins penser qu’une réorientation tardive s’apparente plus souvent à un désintérêt pour la filière d’études et/ou un éventuel échec aux examens. Inversement, une réorientation dès la première année semble correspondre à un changement pour une formation davantage souhaitée par l’étudiant·e mais où il·elle n’avait pas été admis·e à étudier, en utilisant possiblement les passerelles institutionnelles à sa disposition. Il n’étonnera ainsi personne ayant déjà donné des cours en L1 de sociologie de voir que certain·e·s étudiant·e·s attendent le second semestre pour se réorienter en psychologie, une formation qui a pu être demandée en terminale. Il en va de même pour d’autres formations en tension comme le droit ou STAPS, et ce dans toutes les universités.

32Pour cela, on observe l’année de la réorientation et le rang d’apparition dans la hiérarchie des vœux APB de la formation rejointe par l’étudiant·e (tableau 4). Parmi les concerné·e·s, 38 % le font alors dans une formation mieux classée sur APB que ne l’était la licence de sociologie, 9 % dans une formation moins bien classée ou demandée en procédure complémentaire, tandis que 54 % ont rejoint une formation non demandée sur la plateforme.

Tableau 4. Année et sens de la réorientation des orienté·e·s contrarié·e·s

Tableau 4. Année et sens de la réorientation des orienté·e·s contrarié·e·s

Sources : APB Stat 2016, SISE 2016 à 2018, PostBac 2016 à 2018, SIES-MESRI

Champ : 689 étudiant·e·s admis·es en L1 sociologie sur APB en 2016 avec un vœu 1 différent et s’étant réorienté·e·s.

Lecture : Parmi les étudiant·e·s admis·es en L1 sociologie avec un vœu 1 différent et s’étant réorienté·e·s, 54% ont rejoint une formation non demandée sur APB en 2016.

33Trois conclusions peuvent être tirées du tableau 4. Premièrement, lorsque la réorientation se fait dans une formation demandée sur APB, celle-ci se fait vers le « haut » plutôt que vers le « bas » : les étudiant·e·s qui se réorientent le font principalement dans une formation à laquelle ils·elles aspiraient a priori davantage rejoindre que la licence de sociologie. Ce résultat confirme une fois encore le rôle d’espace de régulation qu’est amenée à jouer à la licence de sociologie (Bodin, Millet, 2011) dans le processus d’orientation appréhendé ici sur un temps long : pour une partie non négligeable des étudiant·e·s ayant connu une orientation contrariée, l’orientation n’est en réalité que « retardée » puisqu’ils·elles parviennent in fine à rejoindre une formation demandée en priorité sur APB. Ce sont par ailleurs les licences de STAPS et de psychologie qui sont les plus concernées par ces réorientations depuis la licence de sociologie, soulignant que cette barrière subie à l’entrée n’est parfois qu’une question de places et pas nécessairement de niveau. Venir étudier en sociologie permet alors à ces néo-bachelier·e·s de ne pas sortir du jeu scolaire tout en acquérant des savoirs et des compétences pour partie utiles dans la poursuite de leurs cursus, et valorisables pour des candidatures futures.

34Deuxièmement, plus les années d’études passent et moins l’étudiant·e a tendance à rejoindre une formation mieux classée sur APB, puisque 52 % des réorientations faites dès la première année d’études le sont vers des formations mieux classées, contre 26 % de celles lors de la troisième année d’études. Inversement, deux tiers (67 %) des réorientations en troisième année d’études s’opèrent vers une formation non demandée sur APB, contre 38 % en première année. Cela confirme l’hypothèse du sens différent donné à la réorientation pour l’étudiant·e : les réorientations précoces sont ainsi davantage le fruit d’une orientation contrariée, tandis que celles plus tardives résultent davantage de difficultés dans la formation et/ou de désaffection pour celle-ci. À l’image des différents redoublements dans le secondaire (Cayouette-Remblière, Saint-Pol, 2013), ces résultats invitent à ne pas considérer les réorientations des étudiant·e·s de comme univoques.

  • 15 Rappelons néanmoins que certaines formations ne recrutent pas par APB.

35Troisièmement, si les changements de formation se font souvent vers le « haut », les premières années d’études participent également à redéfinir les aspirations des étudiant·e·s, puisqu’au total, 54 % des orienté·e·s contrarié·e·s rejoignent une formation non demandée sur APB15. Les aspirations prises comme référence (les vœux APB) sont en effet situées dans le temps, celui de la scolarisation dans le secondaire, et sont amenées à évoluer. Par sa familiarisation avec l’enseignement supérieur, ou encore l’apprentissage du métier d’étudiant (Coulon, 2005), le·a néo-bachelier·e désormais étudiant·e a une vision plus précise – toutefois rarement parfaite – de que signifie étudier, de ce à quoi correspond telle formation, et notamment la licence. Les discussions avec les autres étudiant·e·s, les dispositifs d’aide et d’information, sont également autant de canaux permettant d’acquérir de l’information. Le vœu 1 constitue dès lors un bon indicateur des aspirations des étudiant·e·s au moment de leur entrée dans le supérieur, mais sa pertinence s’étiole à mesure que l’enseignement supérieur leur est moins étranger.

  • 16 Les résultats énoncés ont également été vérifiés au travers de régressions afin de raisonner à cara (...)

36Ces résultats sont corroborés lorsque l’on croise le type de réorientation avec l’origine sociale des étudiant·e·s16. Pour 56 % des étudiant·e·s d’origine sociale très favorisée, les changements de formation se font vers une formation mieux classée, pour 38 % dans une formation non demandée sur APB. Parmi les étudiant·e·s d’origine sociale très défavorisée, ces pourcentages sont respectivement de 30 % et 58 %. Ce sont ainsi ces dernier·e·s, moins familier·e·s du système d’enseignement supérieur (Van Zanten, 2010 ; Draelants, 2014) et ayant par ailleurs moins souvent d’idée arrêtée de formation ou de métier à la fin du lycée (Truong, 2013), qui profitent de cette première année pour trouver une formation qui leur convient possiblement plus. Les plus favorisé·e·s sur le plan social, bien plus à l’aise avec l’espace des formations du supérieur, sont quant à eux·elles plus fréquemment en situation d’attente vers une formation espérée. Les réorientations s’apparentent alors davantage à des orientations « retardées » pour les second·e·s, des orientations mieux informées pour les premier·e·s.

Conclusion

  • 17 Les résultats quantitatifs de Millet concernent les sciences humaines et non la seule sociologie.

37Les résultats présentés dans de cet article viennent compléter ceux observés de manière qualitative vingt ans plus tôt par Millet sur les étudiant·e·s qui s’inscrivent en licence de sociologie17. Ils permettent tout d’abord de situer la sociologie et son public dans l’espace des formations de première année. Ainsi, les néo-bachelier·e·s admis·es en licence de sociologie sont, comparativement aux autres formations de SHS, plus fréquemment des femmes, d’origine sociale un peu plus modeste, davantage issu·e·s des séries non générales du secondaire et disposant en moyenne d’un moins bon niveau scolaire. Ce constat se retrouve à l’échelle de la population néo-bachelière admise dans le supérieur, à l’exception de la surreprésentation des bachelier·e·s non généraux·les. À l’image de la filière AES (Filhon, 2010), la sociologie accueille une partie des nouveaux publics issus de la massification scolaire.

38En partie du fait de leur moindre niveau scolaire, ces admis·es en sociologie connaissent alors plus fréquemment une orientation qualifiée de contrariée, en étant recalé·e·s de licences en tension – dont la psychologie – ou de formations sanitaires et sociales sélectives. Sans nécessairement être un premier choix, l’orientation en sociologie n’est cependant pas déconnectée de leurs attentes, puisque des affinités disciplinaires entre la formation a priori davantage souhaitée et la sociologie sont perceptibles, confirmant les observations de Mauger et Soulié (2001) deux décennies plus tard. La sociologie remplit alors un rôle de sas de l’enseignement supérieur pour les recalé·e·s des formations sélectives et/ou en tension (Bodin, Millet, 2011 ; Bodin, Orange, 2013) : elle est une filière refuge où une partie des étudiant·e·s entame des études disciplinairement proches de celles espérées tout en leur permettant d’acquérir des savoir et compétences valorisables pour d’éventuelles candidatures futures. Certes, les trajectoires d’études ne sont pas indépendantes du profil scolaire des étudiant·e·s, et diffèrent par conséquent selon leur origine sociale : les sorties de l’enseignement supérieur ne sont pas négligeables, et concernent principalement les plus fragiles des admis·es. Néanmoins, une partie des étudiant·e·s parvient à rejoindre une formation de laquelle ils·elles ont été recalé·e·s au moment des premières candidatures.

39Ce travail invite par conséquent à une utilisation modérée de l’expression d’orientation « par défaut » lorsque l’on observe les admissions à l’entrée dans le supérieur. La prise en compte de la pluralité des vœux formulés – et pas simplement par grands types de formations, ce qui masque une hétérogénéité d’aspirations quant aux études – et leur mise en correspondance permet en effet de ne pas simplifier l’analyse cette transition entre le secondaire et le supérieur à une dichotomie entre orientation souhaitée et subie. Contrainte par un manque de places et parfois un niveau jugé insuffisant par les commissions de recrutement, l’orientation en licence de sociologie ne présente pas un moins un intérêt pour les admis·es, que ces dernier·e·s restent ou non étudier dans la filière, puisqu’ils·elles peuvent par la suite valoriser leur(s) année(s) d’études.

40En outre, le prolongement de l’analyse aux débuts de trajectoires d’études souligne l’avantage que présente l’étude du processus d’orientation dans l’enseignement supérieur sur un temps plus long que ne l’est celui des candidatures et admissions sur une plateforme institutionnelle. Dans la mesure où une part non négligeable des changements de formation constituent en fait une orientation « retardée », toutes les réorientations ne peuvent être assimilées à un échec, un paradigme qui restreint d’ailleurs l’Université à sa seule fonction de diplomation alors que cette institution remplit de multiples missions (Beaud et Millet, 2021). Cette vision simplificatrice consiste de plus à considérer que les aspirations des étudiant·e·s sont figées et ne peuvent évoluer, privant ainsi ces dernier·e·s d’un droit à l’erreur dans le choix de leur formation en pointant du doigt les concerné·e·s, et ce alors que les représentations de l’espace des formations de l’enseignement supérieur sont le résultat d’une socialisation et d’un parcours au sein de l’institution scolaire socialement différenciés.

Haut de page

Bibliographie

Beaud Stéphane (2002), 80% au bac et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte.

Beaud Stéphane & Mathias Millet (2018), « La réforme Macron de l’université », La vie des idées, url : https://laviedesidees.fr/La-reforme-Macron-de-l-universite.html

Beaud Stéphane & Mathias Millet (2021), L’université pour quoi faire ?, Paris, Presses Universitaires de France.

Blanchard Marianne & Joanie Cayouette-Remblière (2011), « Penser les choix scolaires », Revue française de pédagogie. Recherches en éducation, n°175, p. 5‑14.

Bodin Romuald & Mathias Millet (2011), « L’université, un espace de régulation. L’«abandon» dans les 1ers cycles à l’aune de la socialisation universitaire », Sociologie, 2, n°3, p. 225‑242.

Bodin Romuald & Sophie Orange (2013), L’université n’est pas en crise: les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues, Bellecombe-en-Bauges, Edition du Croquant.

Bodin Romuald & Sophie Orange (2016), « Les mécomptes du supérieur-«Autres» écoles,«autres» établissements et «autres» formations », Bulletin of Sociological Methodology/Bulletin de Méthodologie Sociologique, 130, n°1, p. 40‑55.

Borras Isabelle, Dominique Epiphane, Philippe Lemistre, & Gaël Ryk (2012), Étudier en licence: parcours et insertion, CEREQ, Marseille.

Bourdieu Pierre (1986), « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62, n°1, p. 69‑72.

Boyer Régine & Charles Coridian (2002), « Transmission des savoirs disciplinaires dans l’enseignement universitaire », Sociétés contemporaines, n°4, p. 41‑61.

Cayouette-Remblière Joanie & Thibaut de Saint-Pol (2013), « Le sinueux chemin vers le baccalauréat: entre redoublement, réorientation et décrochage scolaire », Économie et statistique, 459, n°1, p. 59‑88.

Chenu Alain (2002), « Une institution sans intention. La sociologie en France depuis l’après-guerre », Actes de la recherche en sciences sociales, 1, n°141‑142, p. 46‑61.

Convert Bernard (2010), « Espace de l’enseignement supérieur et stratégies étudiantes », Actes de la recherche en sciences sociales, n°183, p. 14‑31.

Coulon Alain (2005), Le métier d’étudiant: l’entrée dans la vie universitaire, Paris, Économica : Anthropos.

Draelants Hugues (2014), « Des héritiers aux initiés? Note sur les nouvelles modalités de la reproduction sociale par l’école », Social Science Information, 53, n°3, p. 403‑432.

Filhon Alexandra (2010), « La première année en filière administration économique et sociale: motivations, abandons et attentes des étudiants », Formation emploi. Revue française de sciences sociales, n°111, p. 19‑33.

Frouillou Leïla (2015), Les mécanismes d’une ségrégation universitaire francilienne: carte universitaire et sens du placement étudiant, Thèse de doctorat, Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris.

Frouillou Leïla, Clément Pin, & Agnès Van Zanten (2019), « Le rôle des instruments dans la sélection des bacheliers dans l’enseignement supérieur. La nouvelle gouvernance des affectations par les algorithmes », Sociologie, 10, n°2, p. 209‑215.

Frouillou Leïla & Léonard Moulin (2019), « Les trajectoires socialement et spatialement différenciées des étudiants franciliens », Formation emploi. Revue française de sciences sociales, n°145, p. 7‑28.

Lemêtre Claire & Sophie Orange (2016), « Les ambitions scolaires et sociales des lycéens ruraux », Savoir/Agir, n°3, p. 63‑69.

Lemêtre Claire & Sophie Orange (2017), « Les bacheliers professionnels face à Admission Post-Bac (APB):«logique commune» versus «logique formelle» de l’orientation », Revue française de pédagogie, n°1, p. 49‑60.

Lesnard Laurent & Thibaut de Saint Pol (2006), « Introduction aux méthodes d’appariement optimal (Optimal Matching Analysis) », Bulletin de méthodologie sociologique. Bulletin of sociological methodology, n°90, p. 5‑25.

Maillard Fabienne & Gilles Moreau (2019), Le bac pro: un baccalauréat comme les autres?, Toulouse, Octarès Éditions.

Mauger Gérard & Charles Soulié (2001), « Le recrutement des étudiants en lettres et sciences humaines et leurs objets de recherche », Regards sociologiques, n°22, p. 23‑40.

Ménard Boris (2018a), « Le taux d’insertion des diplômés de master est stable, les conditions d’emploi s’améliorent », Note flash du SIES.

Ménard Boris (2018b), « Le décrochage dans l’enseignement supérieur à l’aune de l’approche par les capabilités », Formation Emploi. Revue française de sciences sociales, 2, n°142, p. 119‑141.

Merle Pierre (2000), « Le concept de démocratisation de l’institution scolaire: une typologie et sa mise à l’épreuve », Population, 55, p. 15‑50.

Merle Pierre (2013), « La Catégorie socio-professionnelle des parents dans les fiches administratives des élèves. Quelles limites? Quels usages? », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, n°8.

Millet Mathias (2000), Les étudiants de médecine et de sociologie à l’étude: matrices disciplinaires, nature des savoirs, et pratiques intellectuelles: une analyse sociologique comparée des logiques sociales et cognitives du travail étudiant, Thèse de doctorat, Université Lyon 2, Lyon.

Orange Sophie (2011), L’autre supérieur. Aspirations et sens des limites des étudiants de BTS, Thèse de doctorat, Université de Poitiers, Poitiers.

Orange Sophie (2018), « Des ambitions raisonnables et raisonnées : accéder à l’enseignement supérieur par les IUT et les STS », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n°6, p. 113-132.

Paivandi Saeed (2018), « Performance universitaire, apprentissage et temporalité des étudiants », Revue française de pédagogie. Recherches en éducation, n°202, p. 99‑116.

Piriou Odile (2001), Pour une sociologie des sociologues: formation, identité, profession, Lyon, ENS Éditions.

Renisio Yann (2015), « L’origine sociale des disciplines », Actes de la recherche en sciences sociales, n°210, p. 10‑27.

Truong Fabien (2013), « La discipline du choix. De l’orientation scolaire après le bac en Seine-Saint-Denis », Tracés. Revue de Sciences humaines, n°25, p. 45‑64.

Van Zanten Agnès (2010), « Choix de l’école et inégalités scolaires », Agora débats/jeunesses, n°3, p. 35‑47.

Vatin François & Antoine Vernet (2009), « La crise de l’université française: une perspective historique et socio-démographique », Revue du MAUSS, n°1, p. 47‑68.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Cote sociale en fonction de la PCS des deux représentants légaux

Annexe 1. Cote sociale en fonction de la PCS des deux représentants légaux

Les catégories « favorisée A », « favorisée B », « moyenne » et « défavorisée » renvoient à la nomenclature utilisée par la DEPP dans ses analyses. Il s’agit d’un regroupement de PCS, bien souvent utilisé pour le seul parent 1. Malgré la pertinence de cette nomenclature (Merle, 2013), on a ici voulu tenir compte de la PCS de chacun des deux parents.

Catégorie favorisée A : professions libérales, cadres de la fonction publique, professeurs et assimilés, professions de l’information, des arts et du spectacle, cadres administratifs et commerciaux d’entreprise, ingénieurs, cadres techniques d’entreprise, instituteurs et assimilés, chefs d’entreprise de dix salariés ou plus.

Catégorie favorisée B : professions intermédiaires de la santé et du travail social, clergé, professions intermédiaires administratives de la fonction publique, professions intermédiaires administratives du commerce ou des entreprises, techniciens, contremaîtres, agents de maîtrise, retraités cadres et professions intermédiaires.

Catégorie moyenne : agriculteurs exploitants, artisans, commerçants et assimilés, employés civils, agents de service de la fonction publique, policiers et militaires, employés administratifs d’entreprise, employés de commerce, personnels de service direct aux particuliers, retraités agriculteurs exploitants, retraités artisans, commerçants ou chefs d’entreprise.

Catégorie défavorisée : ouvriers qualifiés, ouvriers non qualifiés, ouvriers agricoles, retraité employés ou ouvriers, chômeurs n’ayant jamais travaillé, personnes sans activité professionnelle.

Annexe 2. Régressions logistiques portant sur le fait d’être admis·es sur un vœu qui ne correspond pas au vœu 1 parmi les admis·es en L1 sociologie

Annexe 2. Régressions logistiques portant sur le fait d’être admis·es sur un vœu qui ne correspond pas au vœu 1 parmi les admis·es en L1 sociologie

Source : APB Stat 2016.

Champ : 3 708 néo bachelier·e·s admis·es en licence de sociologie sur APB en 2016 (les deux personnes sans information sur le type de bac ont été enlevées)

Lecture : A autres caractéristiques prises en compte constantes, les bachelier.e.s professionnel·le·s admis.es en licence de sociologie ont 3,16 fois plus de chances que les bachelier.e.s ES d'avoir été admis.es sur un vœu qui ne correspond pas à leur vœu 1. Seuil de significativité : * : 5%; ** : 1%; *** : 0,1%

Annexe 3. Tapis des séquences des trajectoires d’études des néo-bachelier·e·s admis·es en L1 sociologie

Annexe 3. Tapis des séquences des trajectoires d’études des néo-bachelier·e·s admis·es en L1 sociologie

Sources : APB Stat 2016, SISE 2016 à 2018, PostBac 2016 à 2018, SIES-MESRI

Champ : 3 710 néo bachelier·e·s admis·es en licence de sociologie sur APB en 2016.

Lecture : Chaque ligne représente une trajectoire individuelle, avec les différents états successifs. Plus un groupe est conséquent sur la figure et plus il concerne d’étudiant·e·s. Les étudiant·e·s du groupe 1 sont inscrit·e·s en L1 de sociologie en 2016, puis ne sont plus recensé·e·s dans les bases ministérielles en 2017 et 2018, et donc considéré·e·s comme sortant·e·s.

Annexe 4. Régressions logistiques sur l’appartenance aux trajectoires d’études des étudiant·e·s admis·es en L1 sociologie

Annexe 4. Régressions logistiques sur l’appartenance aux trajectoires d’études des étudiant·e·s admis·es en L1 sociologie

Sources : APB Stat 2016, SISE 2016 à 2018, PostBac 2016 à 2018, SIES-MESRI

Champ : 3 708 néo bachelier·e·s admis·es en licence de sociologie sur APB en 2016 (les deux personnes sans information sur le type de bac ont été enlevées)

Lecture : A autres caractéristiques prises en compte constantes, les bachelier.e.s professionnel.le.s ont 3,20 fois plus de chances que les bachelier.e.s ES d'avoir une trajectoire de sortie post-licence 1 plutôt qu'une autre trajectoire. Seuil de significativité : * : 5%; ** : 1%; *** : 0,1%

Haut de page

Notes

1 Et ce malgré des taux d’insertion à l’issue d’un master de SHS relativement proches de ceux observés en moyenne à l’université (Ménard, 2018a).

2 La plateforme a depuis été remplacée par ParcourSup suite à la loi ORE de 2018. Pour plus d’informations sur les différences entre ces deux procédures, voir Frouillou et al. (2019).

3 C’est désormais le cas sur ParcourSup pour les formations paramédicales.

4 Les disciplines concernées sont : « Géographie et aménagement », « Histoire », « Histoire de l'art et archéologie », « Humanités diverses » (qui regroupe Humanités, Sciences et humanités, Théologie), « Information et communication », « Philosophie », « Psychologie », « Sciences de l'éducation », « Sciences de l'Homme, Anthropologie, Ethnologie », « Sciences sociales ».

5 L’origine sociale est appréhendée au moyen d’une cote sociale qui tient compte de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) à deux chiffres des deux représentant légaux, ayant permis de reproduire la nomenclature utilisée par la direction évaluation et prospective du Ministère (DEPP).Voir tableau en annexe.

6 L’enseignement des SES est cependant obligatoire pour tou·te·s en 2nde.

7 Les bachelier·e·s technologiques de la série Sciences et technologies de la santé et du social (ST2S) sont surreprésenté·e·s (47 % contre 12 % de l’ensemble des terminales technologiques).

8 Ces contraintes sont multiples et ne sauraient se résumer à celles présentées dans le présent article.

9 On observe ici l’aspiration à étudier dans une discipline davantage que dans un établissement, bien que distinguer l’établissement d’admission puisse s’avérer pertinent (Frouillou, 2015). Aussi, une admission en sociologie sur un vœu plus lointain couplée à un vœu 1 en sociologie est ici comptée comme vœu 1. Cela ne concerne que 42 étudiant·e·s.

10 Les affinités disciplinaires entre certaines formations, qui peuvent être illustrées par les choix d’options ou de disciplines mineures, laisse penser qu’un·e étudiant·e non admis·e en psychologie mais admis·e en sociologie sera moins « déçu·e » qu’un·e recalé·e de chimie. Cela n’est toutefois pas systématiquement le cas.

11 L’algorithme de Ward a été utilisé.

12 Pour alléger le texte, on parle par la suite d’enseignement supérieur : il faut cependant entendre « enseignement supérieur comptabilisé dans les remontées ».

13 Les résultats observés sont comparables en ce qui concerne la hiérarchie des mentions.

14 Les résultats sont confirmés dans des modèles de régressions logistiques, voir annexe 4.

15 Rappelons néanmoins que certaines formations ne recrutent pas par APB.

16 Les résultats énoncés ont également été vérifiés au travers de régressions afin de raisonner à caractéristiques prises en compte constantes.

17 Les résultats quantitatifs de Millet concernent les sciences humaines et non la seule sociologie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Caractéristiques sociales des admis·es en L1 sociologie en 2016
Légende Source : APB Stat 2016.
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/4870/img-1.png
Fichier image/png, 55k
Titre Tableau 2. Caractéristiques scolaires des admis·es en L1 sociologie en 2016
Légende Source : APB Stat 2016.
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/4870/img-2.png
Fichier image/png, 76k
Titre Tableau 3. Trajectoires d’études et caractéristiques socio-scolaires des étudiant·e·s parmi les admis·es en L1 sociologie en 2016
Légende Sources : APB Stat 2016, SISE 2016 à 2018, PostBac 2016 à 2018, SIES-MESRI
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/4870/img-3.png
Fichier image/png, 117k
Titre Tableau 4. Année et sens de la réorientation des orienté·e·s contrarié·e·s
Légende Sources : APB Stat 2016, SISE 2016 à 2018, PostBac 2016 à 2018, SIES-MESRI
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/4870/img-4.png
Fichier image/png, 24k
Titre Annexe 1. Cote sociale en fonction de la PCS des deux représentants légaux
Légende Les catégories « favorisée A », « favorisée B », « moyenne » et « défavorisée » renvoient à la nomenclature utilisée par la DEPP dans ses analyses. Il s’agit d’un regroupement de PCS, bien souvent utilisé pour le seul parent 1. Malgré la pertinence de cette nomenclature (Merle, 2013), on a ici voulu tenir compte de la PCS de chacun des deux parents.
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/4870/img-5.png
Fichier image/png, 52k
Titre Annexe 2. Régressions logistiques portant sur le fait d’être admis·es sur un vœu qui ne correspond pas au vœu 1 parmi les admis·es en L1 sociologie
Crédits Source : APB Stat 2016.
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/4870/img-6.png
Fichier image/png, 87k
Titre Annexe 3. Tapis des séquences des trajectoires d’études des néo-bachelier·e·s admis·es en L1 sociologie
Légende Sources : APB Stat 2016, SISE 2016 à 2018, PostBac 2016 à 2018, SIES-MESRI
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/4870/img-7.png
Fichier image/png, 48k
Titre Annexe 4. Régressions logistiques sur l’appartenance aux trajectoires d’études des étudiant·e·s admis·es en L1 sociologie
Légende Sources : APB Stat 2016, SISE 2016 à 2018, PostBac 2016 à 2018, SIES-MESRI
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/4870/img-8.png
Fichier image/png, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Rossignol-Brunet, « Entrer en sociologie. »Socio-logos [En ligne], 15 | 2021, mis en ligne le 17 juin 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/4870 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-logos.4870

Haut de page

Auteur

Mathieu Rossignol-Brunet

Doctorant, Université Toulouse Jean Jaurès (CERTOP). Mail: m.rossignolb[at]gmail.com

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search