Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Former les grands corps technique...

Former les grands corps techniques de l’État à la sociologie.

Le cas des Inspecteurs de Santé Publique Vétérinaire
Introduce technical senior civil servants to sociology. The case of Veterinary Public Health Inspection agents
Sébastien Gardon, Amandine Gautier et Gwenola Le Naour

Résumé

Depuis 10 ans, nous formons les inspecteurs de santé publique vétérinaire (ISPV) à la sociologie, et en particulier à la sociologie de l’action publique, dans le cadre d’un master 2, fruit d’un partenariat entre l’École Nationale des Services Vétérinaires (ENSV) et Sciences Po Lyon. L’enjeu est de former les gestionnaires et décideurs des politiques de santé publique vétérinaire à la sociologie de l’action publique, des institutions et des organisations. Cet article vise, à partir de cette expérience d’enseignement de la sociologie et de ses méthodes dans une école d’application, à questionner la place de la sociologie, et plus largement des sciences humaines et sociales, dans la formation de ces grands corps techniques de l’État. Il propose une analyse de la construction de cette formation, puis une observation de la formation en train de se faire, à travers les outputs produits, et enfin une réflexion sur les usages de cette formation à la sociologie par les sortants dans leurs pratiques professionnelles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir le détail des sigles dans l’Encadré n°1.

1Depuis 2011, l’ensemble des nouveaux inspecteurs de santé publique vétérinaire (ISPV)1 suit un master 2 de science politique intitulé « Politiques de l’Alimentation et Gestion des Risques Sanitaires » (Parcours PAGERS), dont l’objectif est de les former à la sociologie de l’action publique. 220 élèves inspecteurs ont été formés à la sociologie depuis lors, au travers d’une année d’enseignement comprenant un stage de fin d’étude (3,5 mois). Cette année de formation dédiée aux ISPV à l’École Nationale des Services Vétérinaires (ENSV) — école interne de VetAgro Sup — à Marcy l’Étoile est désormais rythmée, en plus de l’acquisition de savoirs sectoriels et techniques, par les exercices sociologiques demandés, en particulier une étude collective sur un sujet commandité par un acteur institutionnel (ministère de l’Agriculture, Office français de la biodiversité, etc.) ou privé (interprofessions de l’agro-alimentaire, associations, etc.) ainsi qu’un mémoire de stage ou de recherche en sociologie de l’action publique venant valider le Master 2.

  • 2 Pour « déprécarisation » qui concerne les vétérinaires qui ont été recrutés comme ISPV via un conco (...)

2Les ISPV sont de formation vétérinaire à 95 %, le reste du corps étant constitué d’agronomes. Ils sont cadres supérieurs de la fonction publique (A+), exerçant essentiellement au sein du ministère de l’Agriculture. Ces dernières années, le corps s’ouvre de façon marginale à des profils de vétérinaires issus du secteur privé (laboratoires pharmaceutiques, notamment). En outre, près du tiers des effectifs des promotions est constitué des « déprèc2 » ». Ce sont ces vétérinaires qui travaillaient jusque-là pour le compte du ministère en charge de l’administration de l’agriculture comme vétérinaires contractuels, le plus souvent dans les abattoirs pour y assurer la sécurité sanitaire des produits carnés, à la tête d’une équipe de techniciens et de contrôleurs présents sur la chaine d’abattage pour contrôler la conformité des viandes (Bonnaud et Coppalle, 2008 ; Gautier, 2017). À l’issue de leur année de formation à l’ENSV, la quasi-totalité des ISPV rejoint le ministère de l’Agriculture, en directions déconcentrées : au siège de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP) ou en abattoir (depuis quelques années, les plus jeunes ISPV occupent pour moitié leur premier poste en abattoir) ou en direction centrale (la Direction générale de l’alimentation), quelques-uns se destinent à l’international (Institutions européennes, Organisation mondiale de la santé animale [OIE], Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture [FAO], ambassades). Désormais, quelques ISPV rejoignent en cours de carrière le ministère de l’Écologie, des agences ou des fondations telles que la Fondation de la recherche pour la biodiversité.

Encadré 1 : Tableau des sigles

AFB : Agence Française pour la Biodiversité

ANSES : Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

CEAV : Certificat d’Études Approfondies Vétérinaires

CGAAER : Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux

CIRAD : Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement

DDCSPP : Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations

DGAI : Direction générale de l’alimentation

DRAAF : Direction Régionale de l’Alimentation, l’Agriculture et la Forêt

DREAL : Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

ENA : École Nationale d’Administration

ENSV-FVI : École Nationale des Services Vétérinaires — France Vétérinaire International

FAO : Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture

FCPR : Formation Complémentaire par la Recherche

GEPP : Groupe d’Étude de Politiques Publiques

INRAE : Institut National de Recherche pour la Recherche pour l’Agriculture, l’alimentation et l’Environnement

IPEF : Ingénieur des Ponts, des Eaux et des Forêts

ISPV : Inspecteurs de Santé Publique Vétérinaire

MAP : ministère de l’Agriculture et de la Pêche

MISP : Médecin Inspecteur de Santé Publique

OIE : Organisation mondiale de la santé animale

ONCFS : Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

PHISP : Pharmacien Inspecteur de Santé publique

SHS : Sciences Humaines et Sociales

SPF : Santé Publique France

3Pourquoi former ce grand corps technique de l’État à la sociologie et à ses outils et savoirs comme d’autres grands corps techniques (Gervais, 2007a) ? Comment la formation s’est-elle négociée ? De quelle réception a-t-elle bénéficié par les apprenants et par l’administration de l’Agriculture ? Comment aujourd’hui s’inscrit-elle dans le paysage de l’Agriculture, comment évaluer cette formation à la sociologie chez les inspecteurs de santé publique vétérinaire ? Et bien sûr, en filigrane, qu’est-ce que cela implique d’enseigner la sociologie à des vétérinaires, actuels ou futurs fonctionnaires ?

  • 3 Rapport d’activité syndical, 2002.

4Compte tenu de la diversité des profils des apprenants, la formation à l’ENSV constitue un enjeu central pour doter les ISPV d’un socle de connaissances, de références et de pratiques communes, notamment avec le Certificat d’Études Vétérinaires Approfondies en Santé, mais aussi depuis 2009 avec Sciences Po Lyon puis l’Institut d’Administration des Entreprises (Université Lyon 3), dans la logique de la revendication par les grands corps techniques d’État de savoirs managériaux et généralistes. La rédaction du nouveau décret d’organisation du corps des inspecteurs de santé publique vétérinaire (ISPV) en février 2002 avait été l’occasion de revendications — pour le corps et ses représentants : chef de corps, syndicat, agents occupant des postes clés (sous-directeurs en centrale) — de missions relevant de l’encadrement supérieur, sur le modèle des Ingénieurs des Ponts, des Eaux et des Forêts (IPEF) : « Aujourd’hui sortis de leur singularité et de leur pré carré technique, les ISPV doivent désormais assumer sans complexe leur récent coming-out managérial pour être pleinement associés aux plus hauts niveaux décisionnels des pouvoirs publics »3.

  • 4 Fourès F., De l’urgentisation des routines à la routinisation des urgences, Vieilles maladies, nouv (...)
  • 5 Ollivier B., Quand les vétérinaires et les animaux font l’Europe – L’action publique européenne en (...)

5Cette évolution s’inscrit dans un contexte de transformation des modes d’action publique et de leurs effets sur le périmètre des missions du ministère de l’Agriculture : européanisation des politiques de sécurité sanitaire des aliments et de santé animale, mise en place de normes, redéfinition des frontières entre les sphères publique et privée, territorialisation (Alam, 2009 ; Bonnaud et Fortané, 2016). Prenant en compte ces mutations, tout comme les incertitudes qui planent autour du corps des ISPV (menace de fusion avec les IPEF, positionnement face à d’autres cadres du ministère de l’Agriculture, redéfinition des missions), la formation en science politique peut ainsi se lire comme une tentative de fournir au groupe à la fois un ensemble de principes et de réflexions communes et cette « hauteur de vue » nécessaire à l’exercice des postes stratégiques en administration centrale notamment. D’ailleurs, la formation en science politique au sein du corps des ISPV a précédé légèrement le master PAGERS, comme en témoignent les thèses dites de Formation Complémentaire par la Recherche (FCPR) réalisées par Franck Fourès4 et Boris Ollivier5, tous deux ISPV qui ont été se former à SciencesPo Paris (CSO, INRA) dans le cadre d’un master de science politique. Ces deux thèses portent sur des thématiques centrales pour les IPSV : la gestion des crises (la rage et les méningites ici) et les politiques de santé animale dans un cadre européen.

6La mise en place du Master PAGERS témoigne aussi de l’investissement de la part des professionnels de la formation qui entendent faire de la formation initiale une plateforme incontournable du ministère de l’Agriculture, un acteur au cœur de la Direction générale de l’alimentation (DGAl) — l’ENSV comme école d’application du ministère de l’Agriculture reçoit ses commandes de la DGAl). Ceci sera renforcé par le format des travaux réalisés au sein du master sur la base des commandes qui donnent une place importante aux commanditaires que sont principalement les bureaux de la DGAl. Pour l’ENSV, l’objectif était alors de montrer puis de conforter l’intérêt d’une approche sociologique pour comprendre les missions les plus stratégiques du ministère. De même, la mise en place de cette formation avait aussi pour fonction de rendre plus attractifs le travail et les carrières au sein de l’administration, à un moment où la tentation pour partir ou rester dans le secteur privé aurait pu être importante et où il fallait recruter à nouveau certains profils moins techniques.

7Le corps des ISPV a aussi ses spécificités : il est moins fragilisé ces dernières années (en termes de baisse des effectifs) que d’autres corps, les étudiants sont rémunérés dès l’obtention du concours et donc durant leur année de formation. Ses membres ne sont pas en prise avec le doute quant à la pérennité du corps qui revendique avant tout des compétences scientifiques et techniques.

Encadré 2 : Le corps des Inspecteurs de Santé Publique Vétérinaire

De création récente (décret du 22 février 2002), le corps des inspecteurs de la santé publique vétérinaire (ISPV) assure des fonctions précédemment dévolues aux vétérinaires inspecteurs (Fritsch, 2009) : « Outre sa naissance relativement tardive, le corps des ISPV présente une double singularité. La première est d’avoir essentiellement une mission de santé publique, tout en relevant du ministère de l’Agriculture et de la Pêche. S’il peut donc être vu comme l’un des “corps techniques de l’État en santé publique”, sa spécificité vétérinaire lui donne une place à part dans ce champ. La seconde particularité, que les ISPV partagent d’ailleurs avec les MISP et les PHISP, mais qui les différencie d’autres corps du MAP, tient au fait qu’ils constituent un corps de fonctionnaires paradoxalement formé à partir d’une profession libérale » (Fritsch, 2009, p. 424).

La structuration du corps des ISPV relève du processus de mise en administration de la santé publique. Les politiques de santé publique vétérinaire renvoient à un champ d’intervention publique, historiquement régalien, autour des politiques alimentaires et de la gestion des maladies animales (c’est-à-dire les politiques de santé animale et de sécurité sanitaire des aliments), en lien étroit avec les enjeux de santé humaine et les dimensions économiques ou environnementales. Ce secteur s’est construit spécifiquement en France autour de l’action du ministère de l’Agriculture (Conseil Général Vétérinaire, 2006) et d’une partie de ses agents (essentiellement les inspecteurs de santé publique vétérinaire et les ingénieurs de l’agriculture et l’environnement), à partir de relations complexes, mais évolutives avec les ministères de la Santé, de l’Environnement, les différentes agences sanitaires nationales ou européennes et les organisations internationales (Ollivier, 2013). Ces deux dernières décennies, les politiques dont les ISPV ont la charge ont connu de profonds bouleversements, suite à plusieurs crises sanitaires d’envergure internationale (Bonnaud et Fortané, 2016), à des réformes administratives et à la reconfiguration des relations entre autorités publiques et opérateurs professionnels (Bonnaud et Coppalle, 2009).

  • 6 Les élèves et stagiaires qui viennent en formation un ou deux ans à l’ENSV sont majoritairement des (...)
  • 7 Le format des mémoires collectifs et individuels varie de 50 à 150 pages.
  • 8 Par exemple, 47 GEPP (Groupe d’Études de Politiques Publiques) ont été réalisés entre 2008 et 2021 (...)

8Cet article s’appuie sur nos expériences d’enseignements et d’encadrements de travaux de recherche à l’École Nationale des Services Vétérinaires durant près de dix années. Pendant cette période, nous avons formé près de 300 élèves et stagiaires ISPV6, encadré de nombreux travaux collectifs (4 à 6 en moyenne par an), des mémoires de stage individuels (une dizaine par an)7 et assisté à de nombreux jurys de soutenances (une cinquantaine par an)88. Respectivement docteur en science politique, inspecteur de santé publique vétérinaire et responsable des formations SHS à l’ENSV-FVI VetAgro Sup (1), maitresse de conférences-HDR à Sciences Po Lyon (2) et docteure en science politique et responsable du Pôle SHS-One Health à l’ENSV-FVI VetAgro Sup, nous proposons une analyse de la réforme de la formation des ISPV intégrant un socle important en sciences sociales et politiques et de laquelle nous sommes entièrement parties prenantes.

1. Une formation négociée entre académisme et corps de l’État

9Dans un premier temps, il s’agit de revenir sur la genèse de la formation, les raisons qui ont présidé à sa création, les négociations autour des unités d’enseignement avec les membres de l’École Nationale des Services Vétérinaires qui ont demandé la création de cette formation. Nous aborderons également les pratiques d’enseignements et les difficultés à enseigner la sociologie à des étudiants majoritairement vétérinaires, et tous issus des sciences du vivant.

  • 9 L’Institut d’Études Politiques de Lyon et l’ENSV étaient en relation depuis 2003 pour l’organisatio (...)
  • 10 Préface d’Olivier Faugère à Gardon Sébastien, Gautier Amandine et Le Naour Gwenola, La santé global (...)

10C’est durant les derniers mois de l’année 2008 que Gwenola, alors maitresse de conférences à Sciences Po Lyon est contactée par Gilles Pollet, directeur et responsable du M2 Analyse des politiques publiques, pour participer à une réunion avec Olivier Faugère, le directeur, et François Dumas, le directeur des études de l’ENSV9 tous deux vétérinaires et ISPV. Très vite, l’idée d’un parcours de sociologie de l’action publique qui viendrait compléter la formation des ISPV se dessine. Le master d’analyse des politiques publiques offre déjà la possibilité à des ingénieurs des travaux publics de l’État (ENTPE) pour leur dernière année d’école d’ingénieurs de suivre le master Analyse des politiques publiques. Au sein de l’ENTPE, des collègues géographes, politistes et sociologues enseignent depuis déjà de nombreuses années des cours de sciences sociales notamment dans les filières urbanisme et environnement. Les élèves ingénieurs des travaux publics de l’État arrivent donc en master 2 avec un bagage en sciences humaines et sociales (Capelli, 2009) comme les ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts qui suivent eux aussi un master d’action publique (Gervais, 2007a), ce qui confirme un parti pris déjà ancien de formation des cadres du ministère de l’Équipement au management et à l’analyse des politiques publiques. Le pari du directeur de l’ENSV est un peu différent : il s’agit d’introduire dans le cursus une forte dose de sociologie de l’action publique afin de faire des ISPV des cadres de l’administration opérationnels notamment face à des crises sanitaires. Olivier Faugère revient sur cette intuition dans la préface qu’il a écrite pour notre manuel de politiques publiques : « Fort de mon expérience professionnelle à l’international et en services centraux d’administration, j’étais intimement convaincu que l’exercice des métiers de la santé publique vétérinaire exige une capacité de questionnement sur l’organisation technique, les situations de travail et les relations de pouvoir. Les managers de la santé publique vétérinaire doivent maitriser les jeux d’acteurs aux intérêts toujours plus diversifiés et souvent contradictoires, couplés aux incertitudes grandissantes »10.

  • 11 C’est Renaud Payre, alors maître de conférences à l’Université 2 et qui participait activement aux (...)

11À ce moment-là, Gwenola n’a qu’une connaissance livresque de ce corps grâce aux travaux de Laure Bonnaud et Jérôme Coppale (Bonnaud et Coppalle, 2008), et n’a qu’une idée floue des attendus du ministère de l’Agriculture en termes de formation de ses cadres. Recrutée à Sciences Po Lyon en septembre 2006, elle participe au montage de cette formation, puis devient responsable du futur parcours de M2 intitulé Politiques de l’Alimentation et Gestion des Risques Sanitaires (PAGERS)11 et en 2009, les ISPV bénéficient pour la première fois d’un enseignement en sciences sociales et politiques. La première année de montage a été très prenante avec de nombreuses réunions avec le directeur, Olivier Faugère, et le directeur des études, François Dumas, et il a fallu faire comprendre ce qu’était la sociologie politique et ce qu’elle allait apporter à des ISPV. Ils avaient quelques idées en tête et quelques expériences de cours de sciences humaines et sociales déjà mis en place comme le média training. Pour autant, ils avaient finalement peu de connaissances sur ce qu’était la sociologie de l’action publique, ce qui a nécessité et nécessite encore beaucoup de temps pour expliquer en quoi la sociologie consiste, ce qu’il est possible de faire et ce qui ne l’est pas (comme donner des réponses managériales ou réformistes grâce aux travaux des stagiaires). D’emblée, l’objectif premier assumé de la formation de sociologie était de doter les étudiant·es d’une capacité de critique et de réflexivité et que pour arriver à cet objectif, il fallait des méthodes et des lectures. Au-delà de la sociologie, on peut faire l’hypothèse que l’étiquette « Sciences Po » était recherchée en tant que grande école à la fois assez prestigieuse, mais finalement accessible dans le panorama des institutions d’enseignement supérieur présentes sur Lyon.

12La maquette a été finalement peu discutée et Gwenola et Renaud Payre (qui entretemps est devenu responsable du Master d’analyse des politiques publiques à Sciences Po Lyon) ont eu pratiquement carte blanche. Parmi les cours indispensables suivis par l’ensemble de la promotion : un cours de méthodes et un cours d’analyses des politiques publiques, des enseignements thématiques organisés durant des sessions d’une semaine sur la santé publique, l’environnement, l’alimentation, les risques sanitaires, les organisations internationales, l’évaluation des politiques publiques et un mémoire analytique portant sur le stage long réalisé d’avril à fin aout. Pour ces différents cours, nous nous sommes appuyés sur notre réseau élargi et, à mesure des années, avec des intervenants/encadrants spécialistes de sociologie des risques et de l’alimentation (Institut National de Recherche pour la Recherche pour l’Agriculture, l’alimentation et l’Environnement [INRAE], Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement [CIRAD], Universités, ou anciens docteurs passés par une Formation Complémentaire Par la Recherche [FCPR], ces derniers en poste apportant notamment à partir de leur regard d’ISPV sur la sociologie et leur conversion aux sciences sociales, l’intérêt de faire des SHS pour les ISPV). Cette carte blanche n’a pas empêché de nombreux malentendus et a exigé beaucoup de pédagogie pour expliquer ce que nous souhaitions faire de cette formation. Si pour Olivier Faugère, il allait de soi qu’une formation en sociologie de l’action publique de niveau master 2 serait une plus-value (Bonnaud, 2020), il n’avait pas une idée précise de ce qu’était la sociologie, de son intérêt et de son potentiel critique. Dans tous les cas, la confusion ou l’amalgame entre sociologie (en tant que discipline majeure mobilisée dans les cours) et science politique (en tant qu’étiquette « Sciences Po ») était bien présente. Pour nous, enseignants-chercheurs en sociologie politique, il s’agissait de les former en transigeant le moins possible sur les exigences académiques et sans altérer la qualité du diplôme de master 2 de sociologie politique. Les ISPV sont d’un très bon niveau d’études (vétérinaires, docteurs, agronomes), mais n’ont jamais pratiqué la sociologie et n’ont que rarement ouvert un livre dans cette discipline. À l’inverse des cursus ingénieurs, les études vétérinaires offrent peu d’ouverture sur des disciplines différentes des savoirs académiques ou pratiques en clinique ou biologie comme la culture générale, les sciences humaines et sociales, la communication, le management ou même les langues. Certains vétérinaires ont des certitudes sur ce qui serait scientifique et ce qui ne le serait pas. Tous, en passant le concours d’inspecteur de santé publique vétérinaire, ont une certaine idée de « l’État », du « service public » et du travail administratif.

13C’est autour d’un exercice qui existait déjà au sein de la formation des ISPV que les discussions ont commencé et que des compromis se sont formés. Cet exercice a été intitulé : Groupe d’études des politiques publiques (GEPP) et se nomme toujours ainsi. Les élèves et stagiaires ISPV reçoivent une lettre de commande autour d’un problème qui se pose à l’administration (particulièrement la DGAL) et doivent rendre un document d’analyse fondé sur une enquête. Par groupe de 5 à 8, ils réalisent ainsi un travail de recherche sur une période allant de novembre à mars, à partir d’interviews (10 à 50) avec des interlocuteurs choisis en fonction de leur problématique et de leur sujet. Ce travail donne lieu à l’élaboration d’une note de cadrage, d’une grille d’entretien, puis d’une enquête sociologique mobilisant la plupart du temps la méthode des entretiens semi-directifs et l’analyse documentaire, et — enfin — à une restitution publique organisée fin mars devant les commanditaires ainsi que la remise d’un rapport écrit (de 60 à 150 pages). Le travail fait l’objet de nombreux échanges avec leur encadrant et leur commanditaire. À la différence de ce qui est pratiqué dans certaines facultés de sociologie (Nicourd, 2019), les commanditaires ne sont pas ici formés à la sociologie et n’en ont qu’une représentation très sommaire. De plus, le travail fait l’objet d’un financement. Formulé par des commanditaires qui ont de réelles attentes de formulations de recommandations et de recettes à appliquer, l’exercice pose d’emblée des problèmes déontologiques : comment retraduire une question de l’administration en question de recherche ? Comment ne pas nuire à ses enquêtés ? Par exemple, une commande émanant de la (Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) de Provence-Alpes-Côte d’Azur portait sur le fonctionnement logistique de l’aide alimentaire en PACA et visait une rationalisation de l’offre dans un contexte de réduction des budgets européens alloués aux associations d’aide alimentaire. L’enjeu consiste à reformuler la demande, à la transformer en question de recherche et à faire comprendre aux commanditaires qu’une analyse fouillée pourra lui apporter des éléments de compréhension qui lui permettront de s’ajuster. Il s’agit aussi de faire comprendre aux étudiants que la reformulation de la commande en question de recherche est une plus-value pour tous les participants et que la satisfaction de la demande du commanditaire n’est pas l’objectif premier du travail demandé. La recherche sur l’offre alimentaire a ainsi permis au commanditaire de repérer les acteurs et actrices impliqués et leurs difficultés.

14Au fond, l’exercice renvoie au rôle de la recherche en sociologie de l’action publique et à ses frontières situées entre recherches et expertises. Dans les GEPP, Olivier Faugère, directeur de l’ENSV, tenait à ce qu’une partie du propos soit écrite sous forme de recommandations transposables par les commanditaires et donc immédiatement utiles pour réformer un dispositif d’action publique. Cette partie recommandations a très vite été un sujet de conflits et l’objet d’interprétations discordantes. Elle a posé très rapidement l’enjeu de l’autonomie des enseignants vis-à-vis des attentes exprimées par l’ENSV. Encadrants comme étudiants ont éprouvé un malaise concernant cette partie qui nous transformait en conseillers et consultants. Les étudiant.es ressentaient une gêne notamment sur leur légitimité. De quel droit, en somme, allaient-ils jusqu’à donner des conseils à des personnes qui avaient plus d’expérience professionnelle et d’expertise qu’eux ? Du côté des encadrants, la partie recommandations faisait moins sens que la partie analytique et il apparaissait plus pertinent que les recommandations soient écrites par les commanditaires sur la base des analyses livrées. Ce dilemme n’a jamais réellement été tranché et dans les mémoires de fin d’année également, cette partie « recommandations » est considérée importante sans être pour autant indispensable. Un peu plus tard, Olivier Faugère a ainsi imposé aux stagiaires ISPV la rédaction d’une note d’aide à la décision (non notée) en plus de leur mémoire pour qu’ils ne se cantonnent pas dans une posture d’analyste.

15Les enseignements ayant lieu dans le cadre du master PAGERS épousent les domaines d’application et les sphères d’activité du ministère de l’Agriculture : risques (sanitaires), politiques publiques (de l’alimentation ou de l’environnement), etc. Le cours de sociologie de l’action publique a été pensé pour les ISPV et a donc été conçu comme un cours de mise à niveau et d’approfondissement sur des thèmes du ministère de l’Agriculture comme la gestion de la crise de la vache folle, la mise à l’agenda du problème des pesticides, etc. L’idée première d’un tel cours est de démontrer que l’État n’est pas un bloc monolithique, mais qu’en son sein des conflits peuvent survenir, que les demandes sociales n’ont pas toutes la même capacité d’accès à l’espace politique, etc. Les premières promotions étaient essentiellement composées d’étudiants qui sortaient d’un cursus vétérinaire, mais qui n’avaient encore aucune idée de ce qu’était l’administration qu’ils conçoivent comme exemplaire et guidée par l’intérêt général. Par exemple, lorsque l’on aborde du point de vue sociologique la gestion de risques sanitaires, les élèves et stagiaires considèrent souvent que la réponse déployée par les autorités sanitaires était l’unique réponse possible. Plusieurs séances ont donc suscité des discussions parfois vives sur les thèses portées par les sociologues. Citons celle sur la reproduction des élites de Pierre Bourdieu. Cette thèse suscite souvent l’indignation au motif que certains ISPV considèrent qu’ils ne sont pas des héritiers et que leurs cas singuliers discréditent la thèse de la reproduction. La vision des grandes écoles, reproduisant les inégalités sous couvert d’intérêt général, est également perçue comme offensante. Le débat porte alors sur les données qui permettent aux sociologues de démontrer leurs hypothèses et sur leur robustesse. Si les thèses de Pierre Bourdieu reposent sur des données statistiques difficiles à remettre en cause, de telles discussions permettent de rappeler que les résultats et interprétations peuvent être discutés, remis en cause par la suite, comme cela est souvent le cas en sciences du vivant. Lorsque les résultats reposent sur des données qualitatives, c’est la question de la représentativité et de la subjectivité des chercheurs qui est alors posée. Les ISPV sont nombreux à revendiquer une méthode scientifique au travers du couple « diagnostic/traitement » qui serait propre à la profession vétérinaire. Cette assimilation entre science vétérinaire et santé publique rend complexes l’assimilation et l’adhésion aux méthodes qualitatives en sciences sociales.

16Si elles ne sont pas toutes partagées, ces réactions sont surtout relayées dans les premières séances par certains « meneurs » et ceux qui revendiquent le plus la différence entre « science dure » et « science molle » et une certaine hiérarchie scientifique qui les rassure. Les thèses sur les inégalités et de la reproduction des élites par le système scolaire présentées classiquement dans la sociologie française (dans les travaux de Bourdieu notamment) les bousculent étant donné qu’ils font partie de l’élite (étant issus des grandes écoles vétérinaires ou agronomiques) ou qu’ils s’estiment être l’exception au système. Lorsque l’on aborde avec eux en cours la perméabilité de l’État aux intérêts privés, la non-indépendance de l’administration ou les particularités de l’intérêt général « à la française », ils sont également perturbés en tant que fonctionnaires ou futurs fonctionnaires. Dans tous cas de figure, les séances donnent lieu à de nombreux échanges et explications sur le statut du savoir sociologique en regard de leur expérience personnelle. On leur explique souvent que les théories sociologiques sont transmises avec des mots parfois équivoques et un vocabulaire particulier alors que leurs connaissances scientifiques sont médiatisées par des formules et des concepts spécifiques et inaccessibles au quidam.

  • 12 Documentaire Voyage dans les ghettos du Gotha réalisé par Jean-Christophe Rosé.
  • 13 Inès Léraud et Pierre Van Hove, Algues vertes, l'histoire interdite, Paris, Delcourt, 2019 ; Matthi (...)

17Nombreux ont été les étudiants à opposer une certaine résistance à la sociologie et à ses méthodes de recherches. Les jugeant peu objectives ou non représentatives, il a fallu prouver que la sociologie est une science, qu’elle relève de méthodes rigoureuses (échantillonnage, collecte de sources, référencement, administration de la preuve, etc.) et qu’elle permet une meilleure compréhension de situations complexes. Différentes stratégies (conférences et séminaires sur des thématiques peu connues d’eux comme les politiques internationales, présence parmi eux sur d’autres cours et sur site, proximité, travail sur des thématiques centrales du corps : gestion des risques, sécurité sanitaire des aliments, analyse des organisations) nous ont permis de nous faire accepter, puis de gagner en légitimité auprès des élèves et stagiaires tout en faisant valider par leurs pairs l’intérêt des approches de sciences sociales. Pendant nos cours, nous avons eu recours à d’autres supports (séquence vidéo autour de l’entretien avec les Pinçon-Charlot12 ; série comme Baron Noir ; Bande dessinée Algues vertes et Désintégration13, etc.) pour questionner la question du pouvoir ou le positionnement de l’enquêteur et faire passer certains messages de manière plus ludique. Il a fallu également affronter le scepticisme voire la défiance d’une partie du personnel de l’école ou de son entourage, garant de la valence vétérinaire des ISPV, et construire des arrangements pour pérenniser le parcours en sciences sociales proposé (contours des jurys, rendus des mémoires, exercices proposés) afin d’enrôler les principaux dépositaires de la marque ISPV (chef de corps, bureaux des services centraux, syndicats). Si cette défiance était peut-être un peu difficile au départ, elle a surtout été prise pour un challenge et s’est transformée en posture un peu cynique ou critique, voire amusée, par eux vis-à-vis des SHS. Au final, elle a plutôt été bien acceptée et assumée par nous, car nous savions qu’ils devenaient en quelque sorte de plus en plus « convertis ». La plupart des enseignants apprécient d’ailleurs de venir enseigner à l’ENSV face à ce public plus mûr et finalement très curieux vis-à-vis de ces nouvelles matières qu’il découvre et les change de leurs connaissances et routines plus techniques qu’ils continuent de considérer comme une plus-value à leur bagage scientifique. Et puis la déviance s’est estompée au fur et à mesure que certains réticents se sont transformés en convertis. La plupart de ceux qui ont eu des postes à responsabilités rapidement étant finalement ceux qui avaient le plus réussi dans ce master, ce qui a légitimé encore plus ce parcours de science politique.

2. Les enquêtes sociologiques : une démarche pédagogique révélatrice d’enjeux professionnels et institutionnels

18Nous avons ainsi tenté de convaincre, voire de convertir, des promotions variant de 12 à 40 étudiants par année à la sociologie, en particulier grâce à l’exercice des enquêtes de terrain en réponse à des commandes et à celui du mémoire de stage. Ces méthodes permettent à la formation en sciences sociales et politiques d’épouser clairement les domaines d’activités du ministère de l’Agriculture : analyse des réformes de l’administration et ses conséquences, de gestion de crises sanitaires, de l’organisation sanitaire, ou des enjeux professionnels et des rapports entre État et vétérinaires (Bonnaud et Fortané, 2018), etc.

19Dans le cadre du master PAGERS, les étudiants (ISPV stagiaires et élèves, auxquels s’ajoutent quelques étudiants ayant une formation en science politique ou en sciences sociales) sont le plus souvent amenés à enquêter dans les espaces qui leur sont familiers, avec le souci de mettre au jour le fonctionnement d’organisations, de qualifier le travail réel, de comprendre l’attachement à certaines tâches, de comprendre la construction de problèmes publics ou les conditions de leur non-émergence. Ils vivent ces exercices comme une rupture vis-à-vis de leur formation et de leurs expériences antérieures, alors même que cette année de formation dédiée les dote d’une identité commune d’inspecteur de santé publique vétérinaire (Fritsch, 2009). De là naissent différentes difficultés aux étapes clés de l’enquête : la présentation de soi, l’apprentissage des méthodes qualitatives et la restitution des travaux d’enquête.

  • 14 Chaque année 2 à 3 mémoires sont classés confidentiels et ne peuvent être diffusés.

20Pour les ISPV, le terrain de l’enquête sociologique est aussi celui de l’exercice professionnel. Cela a plusieurs conséquences qui nous donne un rôle particulier comme enseignants : il faut accompagner les stagiaires à tenter de se défaire de la casquette de contrôleur quand il s’agit de produire une analyse sur la protection animale en abattoir par exemple ; il faut aussi veiller à ne pas mettre les stagiaires dans une position intenable vis-à-vis des commanditaires qui sont souvent leur institution ou leurs pairs. La question récurrente de la liberté de ce qu’on peut écrire14 ou dire témoigne alors autant de cet apprentissage de l’autonomie — de l’étudiant comme du futur inspecteur par rapport au commanditaire (Brunier et Pilmis, 2020) — que du manque de maitrise des cadres théoriques en sciences sociales par les stagiaires qui, au cours de cette année de formation relativement chargée, lisent souvent très peu de sciences sociales, car c’est un exercice difficile pour la majorité d’entre eux. En effet, ils n’ont pas l’habitude de lire des livres ou des articles si longs, par rapport à la littérature scientifique qu’ils fréquentent. Ils sont aussi obligés de lire et relire certains passages, n’étant pas familiers du vocabulaire ou des concepts de sciences sociales. Dans les premiers mois, l’apprentissage reste difficile et le manuel d’introduction que nous avons écrit est vraiment apprécié pour rendre plus digeste l’analyse des politiques publiques (Gardon, Gautier et Le Naour, 2020).

21Dans l’exercice de nos missions d’enseignants et d’encadrants, plusieurs difficultés ou contradictions apparaissent et semblent parfois indépassables. Il faut notamment faire avec et s’accommoder de la visée prescriptive sous-jacente dans les attentes des étudiants comme des commanditaires. Il faut dépasser les prénotions : « c’est la faute des consommateurs, des éleveurs », « dans l’opinion », ou les catégories monolithiques comme l’État, les collectivités locales, le privé, les élus. Ces prénotions sont notamment liées à l’héritage institutionnel (culture administrative, fonctionnement procédural, hiérarchies) et au positionnement vétérinaire (libéral) construit pendant leur parcours et leur formation. Il faut tenir compte des relations interindividuelles faisant fi des données liées aux structures, aux marchés. Le monde social renvoie souvent à des résistances et les étudiants ont parfois une lecture plutôt psychologique où le facteur humain est le principal frein à la bonne mise en œuvre du travail du vétérinaire et de son expertise : les détenteurs d’animaux domestiques sont ainsi souvent pensés comme représentant un obstacle dans la relation entre le vétérinaire et l’animal. Les sujets sur l’acceptabilité sont toujours sous-jacents et il faut négocier pour les éviter et construire une autre forme de questionnements.

22L’encadrement des GEPP et des mémoires demande de la part des encadrants un investissement temporel important très éloigné des vacations délivrées (3 heures pour un mémoire, 5 heures pour un GEPP). Les ISPV ont une grande capacité de travail, mais sont également très exigeants vis-à-vis de leurs encadrants. Il s’agit donc pour Sébastien et Amandine, en charge de tous les travaux de recherche en sciences sociales, d’identifier des encadrants qui acceptent d’encadrer soit parce qu’ils ont un intérêt marqué pour les thématiques traitées et peuvent avoir accès ainsi à des terrains précieux, soit parce qu’ils sont en recherche de poste et intéressés par le travail d’encadrement demandé.

  • 15 Ce qui est commun aux étudiants de l’ENS (Bourguignon et Maurice, 2019).

23Les ISPV rencontrent ces encadrants au cours de la formation en amphi. L’utilisation de nos propres matériaux de recherche facilite en effet notre travail de conviction aux plans théorique et empirique : l’usage des médicaments vétérinaires par Nicolas Fortané, les politiques de santé animale au niveau européen par Boris Ollivier, la gestion de crise par Franck Fourès, l’analyse des négociations déroulées au Codex Alimentarius par Louise Dangy, des procédures de contrôle et d’inspection par Laure Bonnaud, le regard sur un questionnaire produit et passé au sein du Ministère sur les troubles musculosquelettiques en abattoir pour réfléchir à la manière dont Amandine a construit un questionnaire à partir de la démarche sociologique, etc. Rarement, les réactions sont véhémentes à l’endroit des sociologues qui présentent leurs travaux et sont alors accusés « d’enfoncer des portes ouvertes »15 ; d’autres fois, ce que décrit le sociologue ne peut pas exister sur le terrain (ce qui atteste, une fois encore, d’une croyance institutionnelle forte chez de nombreux étudiants) ; le plus souvent, les ISPV opposent un peu naïvement la méthode et les résultats présentés à une culture scientifique dont ils se revendiquent (« nous, en science… », « nous comme scientifiques… ») ; la plupart du temps, ils ont un souci constant des « biais » de leur enquête.

24Au fur et à mesure des enseignements, il faut également faire accepter une science plus diverse, complexe et non monolithique en insistant sur le fait qu’il n’y a pas une approche scientifique de pensée qui serait « classée » par auteur. Il est aussi parfois difficile de donner de la place au terrain et de s’inscrire dans une démarche un peu plus inductive, tout en acceptant le bricolage sur les données, ce que révèle le recours assez systématique au concept d’instrument d’action publique qui séduit assez facilement les étudiants et traduit leur appétence pour des « recettes » à appliquer. Cela renvoie à des réflexes et habitudes professionnels, à une assimilation à l’institution qu’il faut désapprendre. En témoigne aussi, par exemple, la difficulté à considérer les discours indigènes, à sortir des référentiels communs aux vétérinaires ou professionnels. Même s’ils surjouent par réflexe l’opposition sciences dures/sciences sociales, lorsque l’on aborde les approches de sociologie des sciences qui restent assez périphériques à leur parcours, ils adhèrent plus volontiers à l’idée de construction sociale de la science.

  • 16 Cf. François Gerster et Yves Geffroy, Parcours et carrières des ISPV, Rapport pour le compte du Che (...)

25Ainsi le maintien d’un enseignement en sociologie dans cette école d’application n’est jamais gagné. À rebours d’un accueil à l’extérieur de plus en plus favorable, des critiques internes sont toujours présentes. De nouvelles disciplines et savoirs tentent leur entrée, comme l’économie pour un dialogue avec les sciences humaines et sociales plus large, ou que la direction nous impose voire que la stratégie du corps16 met en avant comme les sciences cognitives, à travers certains enseignements de tendance béhavioristes, ou à visée psychologique, managériale ou juridique et qui peuvent apparaitre comme des retours en arrière et séduire beaucoup plus facilement les étudiants. La réflexivité sociologique peut alors apparaitre en compétition avec le management, la psychologie du travail et les sciences cognitives et comportementales, ce qui nous pousse encore plus à consolider les frontières de l’enseignement et des méthodes de travail. Lorsque nous mettons en place une nouvelle formation continue avec des partenaires extérieurs, il s’agit aussi de justifier l’apport spécifique de la sociologie et de ne pas renforcer la confusion dans l’esprit des commanditaires par rapport à ces disciplines.

26Le refus par certains d’envisager les sciences sociales comme une science témoigne des rapports de pouvoir persistants entre les disciplines, a fortiori au sein de l’année de formation, d’autant plus qu’au sein de l’ENSV, la formation en sciences politiques a d’abord été pensée séparément de la formation technique et indispensable, le CEAV. La formation en sciences sociales et politiques n’est pas complètement perçue comme un exercice de réflexivité des agents de l’État sur l’efficacité de leur propre administration, le « souci de soi de l’État » (Bezes, 2002), mais comme un enseignement théorique supplémentaire, contrairement à la formation dispensée à l’ENSV en management qui fait abstraction du corpus théorique et qui se présente largement comme des ficelles de métier, sans dimension critique et réflexive, ce qui en fait une formation appliquée aux postes (la formation en management est d’ailleurs placée dans un ensemble de semaines composant le module « prise de poste »). Les enseignants du Master PAGERS ne revendiquent pas d’ailleurs les mérites du management qui fournissent des outils de communication ou de gestion de projets comme dans plusieurs autres formations. En découle une difficulté récurrente pour certains ISPV qui pensent la sociologie comme une seule question de gouvernance : « dans mon sujet, il n’y a rien de sociologique ».

3. Une variété de commandes d’études en sciences sociales et un appétit grandissant de la part des commanditaires

27Au fil des années, les sujets techniques intégrant un questionnement de sciences sociales se sont multipliés avec des commanditaires toujours plus nombreux. Si le ministère de tutelle, et encore plus la DGAl, apparaissent comme le cadre de référence et d’action de la formation pour l’école, une ouverture vers d’autres commandes s’est faite récemment. L’activité de recherche en sciences sociales s’est notamment développée ces dernières années avec la multiplication des études conduites et le recrutement d’un postdoctorat dans le cadre d’une convention d’études et de recherches avec l’AFB. L’ENSV peut donc être parfois perçue comme un cabinet de conseil du ministère de tutelle et de la DGAl en particulier, mais avec des enseignants extérieurs, sociologues et politistes, qui garantissent une exigence critique. Les commandes d’enquêtes sont à cet égard des révélateurs des attentes institutionnelles et professionnelles vis-à-vis de la sociologie. Les études réalisées témoignent en effet des demandes des services en charge de la conception et de la mise en œuvre des politiques de santé publique vétérinaire et des évolutions des sujets traités au fil des années. Elles concernent des problématiques historiques (les crises sanitaires, l’organisation territoriale des politiques vétérinaires et sanitaires, la profession vétérinaire, la protection animale, la gestion de la faune sauvage, les interactions entre la faune sauvage et la faune domestique) et des questions actuelles et sensibles auxquelles sont aujourd’hui confrontés les services de l’administration de l’agriculture (la nouvelle gestion publique, les relations hommes-animaux, la multiplication des crises sanitaires, les défis environnementaux et la biodiversité, l’approche One Health).

28Ces études de cas constituent autant d’observatoires et alimentent nos réflexions sur l’action publique en matière de santé, articulant des approches par le travail, en particulier dans le secteur public (Milly, 2012), les organisations et les institutions. Elles enrichissent la sociologie de l’action publique en renouvelant la compréhension des crises sanitaires et du monde de la santé publique agronomique et vétérinaire (Bonnaud et Fortané, 2020), en s’intéressant de plus près à son (ses) histoire(s), ses fondements, ses acteurs et ses transformations (Gardon, Gautier et Le Naour, 2020). Depuis quelques années, notre objectif est de renforcer et d’afficher de plus en plus une continuité entre les divers travaux individuels et collectifs, à la fois pour affiner les questions et développer une recherche au plus long cours construite sur plusieurs années et pour éviter de recommencer à chaque fois à partir de rien. Cette poursuite de ces travaux en lien avec les commanditaires nous assoie également davantage dans la perspective du développement d’actions de recherche à l’ENSV. Par exemple, les travaux réalisés ces dernières années sur la question du maillage vétérinaire qui nous sont commandités par la profession vétérinaire, les collectivités locales ou le ministère sont révélateurs des enjeux de défense de la profession. Le maillage est certes lié à des enjeux territoriaux et à la structuration de l’élevage, mais il renvoie surtout un cadrage vétérinaire de la question.

29Les structures qui commandent des études sont maintenant fidèles, toujours plus nombreuses. De leurs côtés, les étudiants ont tendance à être plus ouverts aux sciences humaines et sociales, soit qu’ils viennent d’une école d’agronomie où ils ont déjà eu des cours de sciences sociales, soit qu’ils en éprouvent le manque (élèves d’une école vétérinaire), tout en conservant leurs questionnements — essentiels — sur la fiabilité et l’utilité des données produites. Les commanditaires apprécient les « photographies » de terrain, les mots justes et les descriptions réalistes qu’ils pressentent parfois sans disposer de la méthodologie et de la posture nécessaires. Il arrive également qu’ils soient surpris par les retours proposés dans les restitutions quand celles-ci mettent en avant un point de vue, un facteur de blocage, un acteur ou une échelle d’action publique non envisagés comme centraux pour eux. Par exemple, dans les travaux sur le pilotage de la sécurité sanitaire des aliments, les commanditaires n’anticipent pas à quel point les instruments de gestion mis en place au niveau central sont contournés de leur visée initiale par les acteurs de terrain. Pour accepter les descriptions fournies, les gestionnaires sont obligés de se poser davantage des questions au lieu de fournir des réponses. Ils doivent envisager l’ensemble des rationalités à l’œuvre. Ils doivent quitter une posture qu’ils ressentent souvent comme de plus en plus forte et qui les conduit à se faire les porte-paroles et les défenseurs des actions et des discours mises en œuvre par les institutions auxquels ils appartiennent. Dans l’exercice de leurs missions, ce positionnement les conduit tendanciellement à prendre de la distance, voire à refuser les tensions et les conflits entre des valeurs, des groupes, des politiques publiques.

30Nos propres travaux témoignent des effets des commandes d’un certain nombre de structures (bureaux des ministères de l’Agriculture, de l’Environnement ou de la Santé ; services déconcentrés de l’État ; agences : SPF, AFB, ONCFS, ANSES ; Institutions de recherche, associations ou sociétés savantes : INRAE, UMR, VetAgro Sup, SVPF ; collectivités locales ; Fondations, etc.) sur les enjeux de recherche qui ont émergé. Dix années plus tard, nous défendons une approche articulant sociologie de l’action publique, de la santé animale, analyse de l’activité et sociologie des groupes professionnels (Gardon, Gautier et Le Naour, 2020) et nous sommes positionnés pour une approche critique et ancrée sur le terrain du mot d’ordre One Health (Gautier et al., 2020). L’ENSV est ainsi un lieu d’observation privilégié pour les sociologues que nous sommes, depuis lequel nous avons pu nouer des relations de confiance avec des commanditaires variés. Nous avons ainsi ouvert de nombreux terrains d’enquête au travers des stages de fin d’études des étudiants et des travaux collectifs de recherche. Ces travaux prouvent l’intérêt pour l’enseignement, comme pour la recherche d’une approche centrée sur une sociologie politique de l’action publique et mobilisant ses méthodes. D’ailleurs, plusieurs collègues politistes et sociologues nous commandent à présent directement des travaux sur une question d’emblée sociologique à partir de leur budget de recherche. Cette tendance peut conduire à une modification sensible des objectifs de l’exercice, passant de mémoire de stage à des mémoires de recherche. À l’inverse d’autres commanditaires nouveaux, comme l’OIE, recherchent une étude pensée au départ comme très normative, ce qui peut générer quelques retours en arrière dans l’explication de l’exercice.

31Cette expérience d’enseignement et de recherche a abouti à l’écriture récente d’un manuel : La santé globale aux prismes de l’analyse des politiques publiques (Gardon, Gautier et Le Naour, 2020). Ce manuel constitue à la fois un outil pour les promotions entrantes, mais aussi une vitrine de ces années de pratiques de la sociologie dans une école d’application. Aujourd’hui, les principales instances du corps des ISPV (direction de l’école, chef de corps, syndicat, voire l’ordre des vétérinaires) sont convaincues de l’intérêt de la formation aux sciences sociales pour les ISPV. Cette orientation est clairement assumée dans les différents documents de présentation de la stratégie du corps. D’autres projets de formation (modules en anglais à destination des collaborateurs de l’Organisation mondiale de la santé animale, Diplômes d’établissement, formations One Health intégrant les sciences sociales, Master international de santé publique vétérinaire avec une composante socioéconomique, etc.) sont en développement.

4. Carrières et modes d’appropriation de l’enseignement sociologique

  • 17 Depuis une quinzaine d’années, cinq ISPV ont fait une thèse de sciences humaines et sociales (voir (...)

32Que sont devenus les anciens étudiants du M2 PAGERS ? Quels sont les effets de l’enseignement de la sociologie sur leurs carrières ? Quels usages font-ils dans leurs pratiques professionnelles de la sociologie ? Certains ont poursuivi par des projets de thèse de sociologie/science politique17 ; beaucoup d’entre eux, que nous recroisons dans le cadre de leur formation continue à l’ENSV, comme commanditaires à leur tour nous confient avoir été changés par cette formation en sciences sociales et politiques. Ils continuent de pratiquer les sciences sociales par leur réflexivité acquise, par des lectures, des formations sur l’évaluation ou l’analyse des politiques publiques, des séminaires. D’autres qui occupent des postes stratégiques sont aujourd’hui nos meilleurs ambassadeurs et constituent pour nous des relais pour accueillir des stages ou des études de politiques publiques dans leur service. Ils ont éprouvé la démarche de recherche en sciences sociales et savent ce que cette pratique peut apporter à leur service ou à leurs collaborateurs. Certains enfin nous ont même commandé des formations courtes en sciences sociales pour faire bénéficier leur entourage professionnel proche (services déconcentrés interministériels) d’un nouveau regard sur leurs pratiques professionnelles. La réflexivité sociologique des ISPV est revendiquée aussi pour plus d’efficacité dans l’exercice de leur fonction. Par ailleurs, les ISPV sont nombreux à revendiquer le master, sur leurs profils professionnels types LinkedIn. Le choix fait par l’ENSV d’offrir un M2 de science politique aux élèves et stagiaires ISPV devait aussi justement leur permettre de gagner en compétence — et en affichage — face à la concurrence d’autres profils sur les postes à l’international ou dans les services centraux.

  • 18 Bailloud A., Bonhême L., Chaussepied M., Laborieux J., Troyano-Groux A. et Salah S., Les métiers de (...)

33Il faut néanmoins relativiser l’importance des résultats obtenus dans le cadre du master PAGERS pour l’affectation des postes. S’il était un passage quasi obligatoire lors de sa mise en place, le master n’est plus forcément nécessaire pour la titularisation des ISPV. À l’inverse, le renforcement du niveau exigé pour le valider montre que l’ENSV et le corps des ISPV prennent cette formation davantage au sérieux et renforce notre position d’enseignant revendiquant un certain niveau d’excellence. Les arguments mobilisés comme « la hauteur de vue », « la capacité d’analyse et de compréhension de situations complexes » reviennent souvent dans le contexte de la valorisation de fonction d’encadrement dans les avancements de carrières au sein du corps. Ce qui est valorisé est avant tout la connaissance du « terrain » et l’importance des observations sur les pratiques « métiers », que nous revendiquons dans nos enseignements sociologiques ; les premières années au sein du corps visent à doter les jeunes inspecteurs d’un profil éventuellement technique en rapport proximal avec les possibles inspectés et le tissu économique. Ces dernières années, les jeunes recrues du corps connaissent une carrière évolutive, en commençant par des postes d’inspecteurs vétérinaires en abattoir : ils y apprennent le « terrain », développent des compétences de management d’équipes dans des environnements réputés difficiles, sans forcément être sur des missions stratégiques18. Il faut d’abord, « faire ses preuves en abattoir » ou en services déconcentrés pour aller ensuite sur d’autres postes. Cette logique est également respectée lors des deux années de formation des jeunes élèves ISPV : d’abord un stage en services déconcentrés ou en abattoirs puis deuxième année un stage en administration centrale ou à l’étranger. Ainsi, en sortie d’école les jeunes hauts fonctionnaires sont plutôt sommés de s’adapter à des conditions de travail difficiles à travers des relations conflictuelles avec l’abatteur, ou en allant dans les territoires les plus reculés. L’abattoir est ainsi perçu par beaucoup comme très formateur pour la suite de la carrière, tout en souhaitant que le passage en son sein dure le moins possible (Gautier, 2017). L’enseignement de sociologie permet alors de mieux préparer cette étape ou d’y revenir de manière plus réflexive pour ceux qui l’ont déjà passée.

  • 19 Hamelin E., Hicham D., Ladreyt H., Lauriau F., Rabault A., Revollal B. Tadiello C. et Vivien A. Enq (...)
  • 20 Lors des auditions pour les recrutements de ces futurs sous-préfets, si le manque de connaissance d (...)

34L’enseignement en science politique s’avère être un outil stratégique pour les carrières à moyen terme pour des ISPV qui ont pleinement adhéré à la formation et qui après un premier poste plutôt classique, ont eu des carrières avec de rapides progressions ou qui sont partis dans d’autres secteurs comme l’environnement ou sur des postes stratégiques ou à dimension internationale19. Prenons ici l’exemple d’un ISPV, qui, après un début de carrière à l’ONCFS, est parti en détachement au à la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie pour l’Île-de-France, puis a travaillé dans les services centraux du ministère de l’Environnement, a rejoint ensuite le cabinet de Ségolène Royal et enfin est devenu Directeur Régional de l’Environnement, l’Aménagement et le Logement (DREAL) adjoint dans une grande région. D’après nos nombreux échanges, cet ISPV a profité à l’ENSV de sa formation en science politique afin d’accélérer sa carrière et qui ne suivait pas avec grand intérêt les modules de formation plus techniques type CEAV. Un autre ancien stagiaire nous a confié il y a quelque temps qu’il avait été recruté chef de bureau en centrale du fait de son profil et sa hauteur de vue acquise au cours du master PAGERS. D’autres stagiaires ont cherché également à renforcer cette valence en exprimant le souhait de passer d’autres concours (fonctionnaire européen, ENA), en cherchant des postes administratifs ou dans d’autres secteurs, ou en s’inscrivant dans un autre Master de politiques publiques internationales. Enfin plus récemment, plusieurs de nos anciens élèves viennent d’être recrutés comme sous-préfet à la relance dans le cadre des mesures mises en place pour le Plan de relance20.

  • 21 Cf. Rapport Thiriez, Missions haute fonction publique. Propositions, remis au Premier ministre le 3 (...)
  • 22 Courrier du 23 mars 2020 d’Olivier Dussopt au chef de corps des ISPV.

35Ces évolutions dépassent très clairement les enjeux portés par le corps des ISPV ou le ministère de l’Agriculture et l’enseignement délivré dans le cadre du master PAGERS est inséparable d’une posture résolument critique de la formation donnée non pas par des ISPV, mais par des sociologues et politistes académiques. Les lieux de formation fabriquent et façonnent l’image et l’identité légitimes du corps (Gervais, 2007b), ce qui dépasse très largement une commande qui pourrait être celle du cabinet du ministère de l’Agriculture. Depuis 2020 à l’ENSV, la mise en place d’un nouvel examen consistant en un grand oral devant un jury « prestigieux » (chef et personnalité du corps et des services centraux) peut également être perçue comme un processus de légitimité pour faire partie de la cour des grandes écoles. Dans un contexte de réforme de la haute fonction publique21, des propositions visant à plus de transversalités dans les cursus proposés par les grandes écoles formant les hauts fonctionnaires et plus de passerelles entre corps dans les postes et dans les missions proposés sont en train d’être mis en place, comme un nouveau module distanciel de formation proposé comme tronc commun sur la thématique des rapports à la science à différents élèves hauts fonctionnaires dans le cadre du nouvel Institut du Service Public qui doit remplacer l’École Nationale d’Administration. L’ENSV, qui avait au départ été « oubliée » a finalement pu être intégrée dans ce dispositif grâce à un gros travail de lobbying22. Cette intégration est d’autant plus légitimée par la présence en son sein d’un cursus et d’enseignants en sciences sociales et l’amène ainsi à dialoguer, au même niveau, avec d’autres grandes écoles, comme l’École des mines de Paris ou l’École des Hautes Études en Santé Publique, qui ont eu depuis longtemps des sociologues en interne et en nombre, sur l’apport des sciences sociales pour aider les gestionnaires et les décideurs à agir en période de crises et d’incertitudes. Cette tendance récente s’illustre à merveille dans le changement opéré depuis quelques mois dans la présentation de nos fonctions par la direction de l’ENSV. Si jusqu’à présent, l’ENSV assumait complètement le fait de n’avoir aucun enseignant à demeure, elle affiche volontiers dans ces nouveaux échanges avec les grandes écoles ou dans un cadre international, le fait d’avoir elle aussi des enseignants-chercheurs sociologues.

Conclusion

36Les réflexions conduites par l’ENSV depuis une quinzaine d’années sur la dimension stratégique et politique de la formation ont permis d’associer au cœur de l’expertise de ISPV — la santé publique vétérinaire — les sciences sociales et politiques. La réforme de la formation s’est faite cahincaha, en associant les directeurs, les responsables de formation et les chefs de corps, mais n’a pas fait l’objet de grand débat au sein du corps de ISPV, le directeur et le chef de corps ayant plus ou moins la main sur le contenu de la formation et ses orientations. Ainsi les représentants du corps des ISPV ont toujours témoigné d’un fort attachement au secteur public, à l’instar de son chef de corps au moment de la mise en place de la formation en science politique — Loïc Gouëllo a lui-même réalisé l’ensemble de sa carrière au sein du ministère de l’Agriculture, tout comme son successeur, Jean-Luc Angot.

  • 23 Même si cela participe aussi à la reconnaissance d’une différenciation entres les ISPV promis à une (...)

37Dans le contexte d’ouverture du corps (tout comme au sein des grands corps de l’État) marqué par la recherche de profils toujours plus variés, la formation en sciences sociales (avec l’appui de Sciences Po Lyon) et en management (en partie avec l’IAE de l’Université Lyon 3) a eu une fonction unificatrice (Quéré, 2020) en plus de la formation plus technique qui correspond au CEAV23. Après quelques difficultés et oppositions, les sciences humaines et sociales étant perçues notamment au début comme des réflexions philosophicothéoriques manquant d’ancrage sur le terrain, la formation PAGERS a été progressivement acceptée par les principales instances du corps (syndicats, DGAl, etc.) et a renforcé la stratégie de l’ENSV dans sa stratégie de hisser les ISPV au même rang que les grands corps techniques de l’État ou reconnue comme telle.

38Aux logiques corporatistes se mêlent des enjeux de carrière dans les postes liés à la formation (assez déconsidérés au sein du ministère), qui font des partenariats avec Sciences Po un outil pour jouer un rôle stratégique au sein du corps. Ce partenariat avec Sciences Po a eu pour fonction de relégitimer le travail et les carrières au sein de l’État, à un moment où la tentation pour partir dans le secteur privé aurait pu être importante et où il fallait attirer à nouveau certains profils dans l’administration. Ainsi l’enseignement en sociologie et science politique a fait le jeu, dans une certaine mesure, des logiques de légitimation du corps des ISPV, à travers lesquelles se construit un classement informel sur des critères de hauteur de vue, auquel participe le parcours PAGERS. La source de légitimité pour les ISPV et pour l’action publique s’appuie avant tout sur les connaissances techniques, en restant un corps terrain (Bonnaud et Coppalle, 2009). Cette spécificité des ISPV — le fait d’être des gestionnaires de crises et des contrôleurs (Brunier et Pilmis, 2020) —, si elle n’est pas assurée et assumée par tous, profite à l’ensemble du corps. Il existe ainsi des tensions entre le développement de la formation qui pousse en théorie les nouveaux ISPV à positionnement stratégique/politique et l’enjeu de garder une image de vétérinaire terrain, en prise directe avec l’industrie agroalimentaire, tout en offrant la bonne « hauteur de vue » (Fritsch, 2010). De notre point de vue, il y a donc une vraie place pour faire et développer les sciences sociales et politiques dans cet environnement de travail et de formation.

39À travers nos observations et ces retours sur notre métier d’enseignant en sociologie dans une école d’application, cet article offre un nouveau regard sur la place et la valeur de la formation en sociologie dans l’enseignement supérieur. À rebours des analyses communes sur la place de la sociologie à l’université, notre terrain d’enquête permet justement de montrer comment l’association entre sociologie d’un côté et chômage et dévaluation de l’autre est extrêmement discutable. En effet, nous avons pu ici analyser un cas où l’adjonction d’un cursus de sociologie participe au contraire de la revalorisation d’une formation. Cela est d’autant plus marquant que nous évoluons dans une école qui a à priori plus de prestige que l’université « de base », auprès d’un public déjà titré et avec des débouchés professionnels évidents.

Haut de page

Bibliographie

Alam Thomas, « La vache folle et les vétérinaires. Récit d’une victoire inattendue et paradoxale sur le terrain de la sécurité sanitaire des aliments », Revue d’Études en Agriculture et Environnement, N° 90, Vol. 4, 2009, pp.373-398.

Bezes Philippe, « Aux origines des politiques de réforme administrative sous la Vème République : La construction du souci de soi de l’État », Revue française d’administration publique, N° 102, 2002, pp. 307-325.

Bonnaud Laure et Jérôme Coppalle Jérôme, « La production de la sécurité sanitaire au quotidien : l’inspection des services vétérinaires en abattoir », Sociologie du travail, N° 50, Vol. 1, 2008, pp. 15-30.

Bonnaud Laure et Coppalle, Jérôme, « Les inspecteurs vétérinaires face aux normes privées. Revue d’Études en Agriculture et Environnement », Revue d’Études en Agriculture et Environnement, N° 90, Vol. 4, 2009, pp.399-422.

Bonnaud Laure et Fortané Nicolas, « L’État sanitaire de la profession vétérinaire. Action publique et régulation de l’activité professionnelle », Sociologie, 2018, n° 3, Vol. 9, pp. 253-268.

Bonnaud Laure et Fortané Nicolas, « État des lieux. Au-delà des crises de santé animale Pour une sociologie de l’action publique vétérinaire », Gouvernement et action publique, 2016, N° 3, Vol. 5, pp. 131-140.

Bonnaud Laure and Fortané Nicolas, « Being a vet: the veterinary profession in social science research », Review of Agricultural, Food and Environmental Studies, 2020.

Bourguignon Abigail et Maurice Abigail, « Enseigner la sociologie hors les livres. Retour réflexif sur un cours de méthodes qualitatives dans une grande école », Socio-logos, N° 14, 2019.

Brunier Sylvain et Pilmis Olivier (dir.), La règle et le rapporteur, Une sociologie de l’inspection, Paris, Presses de l’école des mines, 2020.

Capelli Fabien, La socialisation de l’élite scolaire : une monographie du parcours d’apprentissage des jeunes d’une grande école d’ingénieurs française, Thèse de sociologie, Université de Grenoble 2, 2009.

Fourès Franck, De l’urgentisation des routines à la routinisation des urgences : Vielles maladies, nouvelles crises, simples alertes, Thèse de sociologie, Institut d’Études Politiques de Paris, 2011.

Fritsch Philippe, « Un corps évolutif : les inspecteurs de la santé publique vétérinaire », Revue d’Études en Agriculture et Environnement, N° 90, Vol. 4, 2009, pp. 423-448.

Bonnaud Laure, « Entretien avec Sébastien Gardon », Sociologie pratiques, N° 41, vol. 2, 2020, pp. 17-23.

Gardon Sébastien, Gautier Amandine et Le Naour Gwenola, La santé globale au prisme de l’analyse des politiques publiques, Versailles, Quae, 2020.

Gautier Amandine, Déprés Christophe, Gardon Sébastien et Pinasseau Marie, La santé en quête de biodiversité. De nouvelles justifications pour protéger la nature, Paris, L’Harmattan, 2020.

Gautier Amandine, Douleurs en chaine : une approche multi-niveau de la santé au travail des agents de l’État en abattoir, Thèse de science politique, Université Lyon 2, 2017.

Gervais Julie, La réforme des cadres de l’action publique ou la fabrique d’un « nouveau » corps des Ponts et Chaussées, Impératifs managériaux, logiques administratives et stratégies corporatistes (fin du XXe siècle), Thèse de science politique, Université Lyon 2, 2007.

Gervais Julie, « Former des hauts fonctionnaires techniques comme des managers de l’action publique, L’“identité managériale”, le corps des Ponts et Chaussées et son rapport à l’État », Politix, 2007, Nº 79, Vol. 3, pp. 101-123.

Justet Luc, L’inspection du travail. Une expérience du droit, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Milly Bruno, Le travail dans le secteur public, entre institutions, organisations et professions, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

Nicourd Sandrine, « L’enquête collective de recherche comme démarche pédagogique », Socio-logos, N° 14, 2019.

Olivier Boris, Quand les vétérinaires et les animaux font l’Europe : l’action publique européenne en santé animale, une institutionnalisation fragmentée, Thèse de science politique, Institut d’Études Politiques de Paris, 2013.

Quéré Olivier, L’atelier de l’État. Des cadres intermédiaires en formation, Rennes Presses Universitaires de Rennes, 2020.

Haut de page

Notes

1 Voir le détail des sigles dans l’Encadré n°1.

2 Pour « déprécarisation » qui concerne les vétérinaires qui ont été recrutés comme ISPV via un concours spécial mis en place de 2013 à 2019 et réservé à des contractuels qui ont travaillé dans l’administration au moins dix ans.

3 Rapport d’activité syndical, 2002.

4 Fourès F., De l’urgentisation des routines à la routinisation des urgences, Vieilles maladies, nouvelles crises, simples alertes, Thèse de doctorat de sociologie, IEP de Paris, 2011.

5 Ollivier B., Quand les vétérinaires et les animaux font l’Europe – L’action publique européenne en santé animale, une institutionnalisation fragmentée, Thèse de doctorat de science politique, IEP Paris, 2013.

6 Les élèves et stagiaires qui viennent en formation un ou deux ans à l’ENSV sont majoritairement des femmes (comme la plupart des élèves issus des écoles vétérinaires), avec des profils variés allant des élèves en fin de cursus vétérinaires ou agronomiques (autour de 23-26 ans), à de personnes ayant travaillé dans le privé ou à des contractuels (vétérinaire ou agronomes) de l’administration (territoriale ou cen-trale). Si la grande majorité des ISPV stagiaire ont entre 30 et 40 ans, certains ont près de 60 ans quand ils reviennent sur les bancs de l’école. Ils sont sur un statut de stagiaires fonctionnaires (donc rémunérés y compris les élèves) en formation statutaire obligatoire (formation continue payée par le ministère de l’Agriculture) mais sur un régime de formation initiale pour valider leurs diplômes (en partenariat avec l’Université).

7 Le format des mémoires collectifs et individuels varie de 50 à 150 pages.

8 Par exemple, 47 GEPP (Groupe d’Études de Politiques Publiques) ont été réalisés entre 2008 et 2021 sur des thématiques variées comme la protection et bien-être animal ; la médiation animale, l’expérimentation animale, l’approvisionnement et restauration collective ; la gouvernance sanitaire ; la gestion des maladies équines en Camargue ; la maladie de Lyme ; les crises sanitaires et la faune sauvage ; la gestion sanitaire de la faune sauvage ; la santé au travail ; la gestion de l’eau ; l’antibiorésistance ; le plan écophyto ; la formation et les métiers de la santé publique vétérinaire ; le mandat sanitaire et les visites sanitaires ; l’aide alimentaire ; l’alimentation des étudiants ; les jardins collectifs ; les réformes administratives ; la lutte contre le campagnol terrestre ; l’animal en ville ; la contractualisation entre éleveurs et vétérinaires ; le maillage vétérinaire ; la surveillance de la tuberculose ; le contrôle des élevages ; la pollution des ri-vières ; les relations entre santé et biodiversité ; le pilotage de la sécurité sanitaire des aliments ; la gestion de la Peste Porcine Africaine ; la biosécurité en élevage ; le suivi de la mise en place des normes de l’OIE…

9 L’Institut d’Études Politiques de Lyon et l’ENSV étaient en relation depuis 2003 pour l’organisation de cours et de conférences à destination des élèves et stagiaires de l’ENSV. Ce partenariat prenait la forme d’une convention entre établissements reconduite chaque année, cf. courriel du 14 mai 2003 adressé par Thérèse Durand (Université Lyon 2) à Jérôme Coppalle (ENSV), archives interne de l’IEP.

10 Préface d’Olivier Faugère à Gardon Sébastien, Gautier Amandine et Le Naour Gwenola, La santé globale au prisme de l’analyse des politiques publiques, Marcy-l’Etoile, ENVS-VetAgro Sup, 2019, p. 3.

11 C’est Renaud Payre, alors maître de conférences à l’Université 2 et qui participait activement aux échanges sur ce nouveau parcours en tant que co-responsable du Master d’Analyse des politiques pu-bliques à l’IEP, qui a proposé cet intitulé qui n’a suscité aucune discussion. Gwenola voulait « gestion des risques » et Olivier voulait « alimentation », mais il n’y a pas eu de conflit.

12 Documentaire Voyage dans les ghettos du Gotha réalisé par Jean-Christophe Rosé.

13 Inès Léraud et Pierre Van Hove, Algues vertes, l'histoire interdite, Paris, Delcourt, 2019 ; Matthieu Angotti, Robin Recht, Désintégration - Journal d'un conseiller à Matignon, Paris, Delcourt, 2017.

14 Chaque année 2 à 3 mémoires sont classés confidentiels et ne peuvent être diffusés.

15 Ce qui est commun aux étudiants de l’ENS (Bourguignon et Maurice, 2019).

16 Cf. François Gerster et Yves Geffroy, Parcours et carrières des ISPV, Rapport pour le compte du Chef de Corps des ISPV, Juin 2018.

17 Depuis une quinzaine d’années, cinq ISPV ont fait une thèse de sciences humaines et sociales (voir plus haut) ; une demande de thèse FCPR en sciences sociales a été refusée. Plusieurs autres thèses FCPR ont été mises en place dans d’autres disciplines, notamment en épidémiologie, mais avec presque systématique-ment un volet sociologique et un comité de thèse intégrant un sociologue ou politiste (Bonnaud, 2020). Le corps des ISPV a finalement assez peu de docteurs d’université (une vingtaine sur 900 agents) par rapport aux corps des Mines ou les IPEF, l’objectif étant selon le président de la commission d’attribution des FCPR d’avoir 15% du corps avec un PhD.

18 Bailloud A., Bonhême L., Chaussepied M., Laborieux J., Troyano-Groux A. et Salah S., Les métiers de la santé publique vétérinaire en question, Le cas de la socialisation professionnelles de inspecteurs de santé publique vétérinaire, Rapport de GEPP, ENSV VetAgro Sup, SciencesPo Lyon, Mars 2015.

19 Hamelin E., Hicham D., Ladreyt H., Lauriau F., Rabault A., Revollal B. Tadiello C. et Vivien A. Enquête sur les carrières des ISPV : Recueil des propos de 101 ISPV sur les parcours et compétences, Rapport pour le compte du CGAAER, ENSV, Février 2018.

20 Lors des auditions pour les recrutements de ces futurs sous-préfets, si le manque de connaissance des rouages administratifs territoriaux leur a été reproché, les profils des IPSV (jusque-là assez peu connus du point de vue du ministère de l’Intérieur) ont été appréciés notamment pour leur pragmatisme et leurs con-naissances terrains, cf. courriel du chef de corps des ISPV.

21 Cf. Rapport Thiriez, Missions haute fonction publique. Propositions, remis au Premier ministre le 30 janvier 2020.

22 Courrier du 23 mars 2020 d’Olivier Dussopt au chef de corps des ISPV.

23 Même si cela participe aussi à la reconnaissance d’une différenciation entres les ISPV promis à une trajec-toire ascendante de carrière et ceux contraints de rester sur des postes plus techniques. Ainsi le master PAGERS peut conduire à la mise en place de deux segments dans le groupe des ISPV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Gardon, Amandine Gautier et Gwenola Le Naour, « Former les grands corps techniques de l’État à la sociologie. »Socio-logos [En ligne], 15 | 2021, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/4974 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-logos.4974

Haut de page

Auteurs

Sébastien Gardon

Maître de conférences, VetAgro Sup (Territoires). Mail: sebastien.gardon[at]vetagro-sup.fr
 

Amandine Gautier

Postdoctorante, VetAgro Sup/INRAE (Triangle, Territoires). Mail: amandine.gautier[at]sciencespo-lyon.fr

Gwenola Le Naour

Maîtresse de conférences, Sciences Po Lyon (Triangle). Mail: gwenola.le.naour[at]sciencespo-lyon.fr

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search