Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Dossier - Sociologie et cognitionLa sociologie comme science cogni...

Dossier - Sociologie et cognition

La sociologie comme science cognitive

Sociology as a cognitive science
Julien Larregue

Texte intégral

1Présenter la sociologie comme une science cognitive peut légitimement surprendre. Dans un sens restreint, les sciences cognitives renvoient au champ de recherche qui s’est institutionnalisé au cours des années 1970 autour d’une revue, Cognitive Science, publiée pour la première fois en 1976, et d’une organisation universitaire, la Cognitive Science Society, établie en 1979 (pour une analyse comparée des sciences cognitives en France et aux États-Unis, voir Chamak 1999). Il est fréquent de faire remonter les idées qui ont donné lieu à ce programme de recherche aux années 1950, « lorsque des penseurs comme Noam Chomsky, George Miller, Marvin Minsky, Allan Newell et Herbert Simon ont commencé à développer de nouvelles idées sur la façon dont l’esprit humain et les programmes informatiques pouvaient être capables de fonctions intelligentes telles que la résolution de problèmes, le langage et l’apprentissage » (Thagard 2012, p. 3).

2Un constat s’impose : aucun sociologue ne figure parmi les fondateurs désignés. Il reste bien entendu possible que la discipline sociologique fasse malgré tout partie intégrante de l’horizon scientifique (méthodologique, conceptuel, théorique) du champ des sciences cognitives. Il est néanmoins permis d’en douter. À en croire l’entrée Cognitive Science de l’influente Stanford Encyclopedia of Philosophy, les sciences cognitives désignent fondamentalement la somme des six disciplines suivantes, unies par leur intérêt commun pour les phénomènes cognitifs : « psychologie, intelligence artificielle, linguistique, neuroscience, anthropologie et philosophie » (Thagard 2020). L’évolution historique du sous-titre de la revue Cognitive Science est à cet égard intéressante en ce qu’elle traduit l’élargissement progressif du giron disciplinaire du champ des sciences cognitives, sans que la sociologie n’en fasse cependant jamais partie (Schunn, Crowley et Okada 1998). Lors de la création de la revue, seules l’intelligence artificielle, la psychologie et l’étude du langage sont mentionnées. En 1988, c’est au tour des neurosciences et de la philosophie de faire leur entrée sur le fronton des sciences cognitives, avant d’être rejointes à la fin des années 1990 par l’anthropologie et les sciences de l’éducation. Signe que la fragmentation du champ s’est encore accrue depuis une vingtaine d’années, le sous-titre de la revue Cognitive Science indique désormais sobrement « Une revue multidisciplinaire ».

3L’absence répétée de la sociologie a de quoi interroger si l’on se réfère à la définition substantielle des sciences cognitives proposée dans les écrits de ses principaux représentants, celle qui nous est par exemple fournie dans un volumineux ouvrage collectif qui se veut « une introduction approfondie aux sciences cognitives » (Collins, Andler et Tallon-Baudry 2018, p. 9). Comment ne pas voir, en effet, que les recherches de Durkheim et Mauss sur les systèmes de classification (2017 [1903]), ou que les travaux de Halbwachs sur la mémoire collective (1997 [1950]), de même que ceux que Norbert Elias a consacrés à l’évolution conjointe des structures sociales et psychiques (2003a [1969] ; 2003b [1969]), constituent précisément des tentatives d’analyser scientifiquement des phénomènes aussi divers que « l’attention, la mémoire, le raisonnement, la prise de décision, la compréhension – bref, tout ce qui pourrait constituer la pensée » (Collins, Andler et Tallon-Baudry 2018, p. 9) ? Il semble donc qu’il faille, comme nous y invitent les contributeurs et contributrices de ce numéro (Karen A. Cerulo, Gaëlle Chartier, David Descamps, Agathe Foudi, Marc Joly, Frédéric Lebaron, Mathias Millet, Nicolas Sembel), se départir du miroir déformant que nous tendent certains représentants des sciences cognitives.

4L’objet de ce numéro n’est pas tant de plaider la cause d’une « sociologie cognitive », dont les acceptions sont d’ailleurs diverses (Cicourel 1973 ; Zerubavel 1998 ; Bronner 2007 ; Clément et Kaufmann (eds.) 2011 ; Lizardo 2021), que de partir du postulat amplement corroboré que la sociologie est une science cognitive (Lahire et Rosental (eds.) 2008), sans qu’elle ne se réduise pour autant à cette seule dimension. En effectuant ce simple pas de côté à l’égard des catégories du sens commun scientifique, il devient possible de s’extirper de l’alternative binaire – et arbitraire – qui oppose les sciences humaines et sociales aux sciences dites cognitives. Dans sa contribution, Mathias Millet renvoie ainsi dos à dos promoteurs et opposants à un rapprochement de la sociologie et des sciences cognitives, soulignant que les uns et les autres, sous leurs désaccords de façade, se rejoignent sur l’essentiel : « la question cognitive semble hors de la territorialité sociologique ». Sans quoi il ne serait pas possible d’introduire les sociologues à « l’apport ignoré des sciences cognitives » (Cordonier 2018) ou, à l’inverse, de décréter que « les sciences cognitives ne sont pas des sciences humaines » (Ogien 2011).

5Tout l’objet de ce numéro est précisément de questionner cette illusion bien fondée, selon l’expression durkheimienne. Comme le résume en effet Millet dans sa contribution, « Les processus cognitifs ne sont pas au-dessus ou à côté des rapports sociaux et historiques, ils sont en leur sein, et il n’est pour ainsi dire pas de pratique qui ne s’articule sur les savoirs et les conceptions par lesquelles les individus définissent le sens de leur monde ». Ce n’est sans doute pas un hasard si les chercheurs qui ont fait progresser les sciences de l’humain (Elias, Piaget, Bourdieu, etc.) ont témoigné d’assez peu de déférence à l’égard des étiquettes théoriques, ce qui se traduisit notamment dans leurs travaux par le non-respect des frontières disciplinaires instituées, tout autant que par un dépassement des schèmes de pensée dualistes (Joly 2020). Ce qui ne les a pas empêchés, chacun à leur façon, d’œuvrer au développement de savoirs spécialisés, en lien avec des chantiers empiriques clairs.

6Il faut cependant réunir les conditions sociales pour que de telles transgressions, prudentes et éclairées, soient non seulement possibles, mais un tant soit peu fructueuses. Toute excursion au sein d’un territoire inconnu nécessite un effort cartographique initial. Il semble à ce titre crucial de pouvoir se repérer adéquatement au sein du champ des sciences cognitives qui, comme tous les espaces sociaux, est hétérogène et traversé par des lignes de différenciation plus ou moins nettes et reconnues, lesquelles sont d’ailleurs susceptibles d’adopter des formes différentes d’un pays à l’autre (Chamak 1999). La tendance à traiter des « sciences cognitives » comme s’il s’agissait d’un bloc monolithique, qui peut se justifier alors que certains repères scientifiques font encore défaut, doit laisser place à une lecture plus nuancée et attentive aux logiques de division internes à ce champ.

7Savoir, par exemple, que les travaux de la psychologue Annette Karmiloff-Smith se sont en partie construits contre le nativisme du philosophe Jerry Fodor et sa théorie de la modularité de l’esprit (1983) – ce qui se comprend lorsqu’on sait qu’elle fut l’élève de Piaget –, revient à orienter la sociologie, comme le montre Gaëlle Chartier dans sa contribution, vers des alliés scientifiques et des portes d’entrée pertinentes au sein du dédale des sciences cognitives. De même qu’être capable de distinguer convenablement les différents sous-espaces disciplinaires qui travaillent sur les mécanismes psychobiologiques engagés dans les comportements humains permet d’éviter bien des approximations, telle celle consistant à interpréter les recherches sur la méthode des twin studies (Larregue 2018) comme une critique des « conditions de collaboration entre sciences sociales et neurosciences » (Giry 2019, p. 250) alors qu’il s’agit en réalité d’une méthode de génétique comportementale qui a peu à voir avec le cerveau en tant que tel (et donc avec les neuroscientifiques).

8Des sociologues, principalement états-uniens, ont déjà commencé à débroussailler ce chemin semé d’embûches. Non sans peine, d’ailleurs : Michèle Lamont (2020, p. 94) se dit « plus pessimiste aujourd’hui » qu’elle ne le fût un temps (voir par exemple Lamont et al. 2017) concernant la capacité des sociologues « à influencer l’agenda scientifique et intellectuel des sciences cognitives ». Il est vrai que les travaux d’un Gabriel Abend (2011 ; 2017 ; 2018), qui ont mis en avant les limites conceptuelles qui grèvent certains travaux neuroscientifiques, peuvent laisser penser que le combat est perdu d’avance. Ce constat, du reste, n’est pas vraiment nouveau. Au Royaume-Uni, le sociologue Des Fitzgerald et la géographe Felicity Callard (2016) faisaient déjà part, il y a quelques années, des diverses difficultés rencontrées lors de leurs collaborations avec des neuroscientifiques, et ce malgré toute la bonne volonté des parties impliquées. De même, Gaëlle Chartier souligne à raison dans sa contribution que la conception des phénomènes sociaux adoptée dans certains protocoles expérimentaux de psychologie et de neurosciences peut parfois sembler « réductrice » parce qu’hermétique à ce qui fait la variation sociale (notamment), et qu’il s’agit là d’un « enjeu en soi de la possibilité des échanges disciplinaires ». Cela étant, les sciences cognitives ne se résument pas aux neurosciences, et les neurosciences elles-mêmes ne se réduisent pas aux technologies d’imagerie cérébrale.

9Surtout, peut-être qu’une telle démarche est effectivement vouée à l’échec si on lui fixe pour objectif principal d’influer, en l’espace de quelques années, sur les pratiques de chercheurs dont l’habitus scientifique est à divers titres bien différents de celui des chercheurs en sciences sociales. Sans doute que le projet cicourélien de « faire reculer les limites classiques de la sociologie, qui a toujours eu beaucoup de réticence à s’engager dans une réflexion sur l’articulation entre processus sociaux et processus mentaux » (Bourdieu et Winkin 2002, p. 17), constituerait un horizon à la fois plus réaliste, mais aussi plus porteur scientifiquement. Cela reviendrait à reproduire, sous une forme nouvelle, « le geste de Durkheim et de Mauss » qui, « analogique et totalisant », a consisté à « s’approprie[r] “sociologiquement” les sciences médicales, naturelles et la physiologie toutes redéfinies par lui, pour totaliser tous les savoirs et tous les objets qu’il mobilise vers la quête d’une sociologie générale “concrète” », comme le démontre Nicolas Sembel dans sa contribution.

10Ce détour par les origines de la discipline sociologique n’a pas pour vocation de fournir un chèque en blanc épistémologique à toute tentative de faire aboutir un programme scientifique totalisant ou, pourrions-nous dire aujourd’hui, interdisciplinaire. Il s’agit plutôt d’attirer l’attention, comme le fait Nicolas Sembel dans son article, sur le rôle fondateur qu’a pu jouer chez Durkheim et Mauss, et donc pour la progression structurée de la discipline sociologique, « la construction progressive, aussi éclectique que sélective, d’un regard scientifique transdisciplinaire critique ». Tous deux titulaires d’un « baccalauréat scientifique restreint » qui est à l’époque destiné aux étudiants en médecine, Durkheim et Mauss inscrivent très tôt la psychologie et la médecine (et notamment la neurologie) dans leur horizon pratique.

11C’est ce regard transdisciplinaire et critique que les sociologues états-uniens de la culture ont adopté depuis plus de vingt ans à l’égard des problématiques cognitives (DiMaggio 1997 ; Cerulo (ed.) 2002 ; Brekhus 2015 ; Lamont et al. 2017 ; Lizardo 2017 ; Cerulo, Leschziner et Shepherd 2021). Une illustration récente et particulièrement stimulante de cette tradition scientifique toujours vivace – comme en témoigne la publication récente d’un numéro spécial dans la revue Sociological Forum (Cerulo et Leschziner (eds.) 2021) – nous est fournie par l’article que Karen A. Cerulo (2018) a publié dans les pages de l’American Sociological Review à propos de la perception et de l’interprétation des odeurs. Sa traduction offre au lectorat francophone une étude empirique particulièrement fine des processus mentaux engagés dans la production de sens olfactif. Se fondant sur les réactions physiques et verbales d’une douzaine de groupes de discussion à la suite du test de parfums destinés aux femmes, Cerulo analyse l’entrelacement de la culture déclarative et non déclarative, habituellement tenues pour distinctes. Il s’agit, autrement dit, de « documenter la manière dont les individus alternent entre ce qu’ils “savent”, mais ne peuvent pas expliquer, et ce qu’ils “savent qu’ils savent” et peuvent expliquer ».

12Ce travail a le mérite d’attirer l’attention sur un problème qui parcourt l’ensemble des contributions de ce numéro, celui de la temporalité de la praxis. L’opposition du temps court et du temps long, de l’action-réflexe et de l’action-réflexive, a pu parfois conduire à une dichotomisation du continuum cognitif qui est semble-t-il à l’œuvre dans un ensemble de pratiques humaines. Ainsi, en approchant comme le fait Gaëlle Chartier « les émotions comme des dispositifs re-descriptifs », il devient possible d’admettre que « les émotions sont vite reconnues » précisément parce qu’elles « charri[ent] une histoire longue des rapports entre groupes sociaux ». On pourrait en dire tout autant s’agissant des lapsus d’adresse : David Descamps et Agathe Foudi concluent leur article en insistant sur le fait que « les structures mentales des individus sont formées et informées au cours de leur trajectoire biographique par les structures du monde social, que les structures mentales s’activent en lien avec les situations spécifiques qu’ils rencontrent, et que les structures sociales peuvent donc exercer des effets puissants sur les propos qu’ils tiennent ». Tout n’est évidemment pas dit une fois que l’on a dressé ce constat. Ce phénomène de sédimentation cognitive soulève en effet la question des processus d’assimilation de ces connaissances. C’est là le « défi lancé par Piaget aux sociologues : avec quel modèle du développement des sujets humains en tant qu’ils peuvent assimiler le réel et construire la connaissance travaillez-vous ? » (contribution de Marc Joly et Frédéric Lebaron).

13Marc Joly et Frédéric Lebaron suggèrent que « [le] langage pourrait servir de cas-test ». « La langue, écrivent-ils, permet d’agir et de reconfigurer la représentation du monde environnant, en le peuplant d’objets symboliques de plus en plus précis et nombreux ». Faisant échos à cette proposition, David Descamps et Agathe Foudi démontrent à l’appui de données empiriques solides que les lapsus d’adresse commis par des agents du champ politique français, et donc les productions langagières, ne sauraient être pleinement compris à partir de l’approche chomskyenne qui domine toute une partie du champ des sciences cognitives (comme en témoignent, en France, les travaux d’un Stanislas Dehaene ou d’un Olivier Houdé, tous deux orientés vers la recherche de structures biologiques formées très tôt dans l’enfance).

14Sans doute qu’il y a là une occasion pour la sociologie de contribuer significativement à la compréhension des phénomènes cognitifs. Car outre que la langue parlée exerce des effets de cadrage sur l’expression des pensées individuelles (Elias 2015 [1991]), allant même jusqu’à influer sur la faculté de compter (Everett 2017), la langue écrite peut quant à elle être abordée comme un « siège extra-individuel de la cognition », selon l’expression de Mathias Millet. Pour le comprendre, il suffit de souligner avec ce dernier que les « injonctions liées à la structuration matérielle des textes fonctionnent […] comme des cadres enserrant les pratiques dans un ensemble de possibilités lectorales, et jouent le rôle, pour le lecteur, d’amplificateur cognitif ». Pour être parfaitement juste, ce geste ne demande qu’à être retourné contre les productions scientifiques elles-mêmes, dans un mouvement réflexif à même de nous aider à mieux cerner les conditions sociales de compréhension des phénomènes cognitifs. C’est que la sociologie, en tant que science historique de la connaissance scientifique (Heilbron 2017 ; Joly et Larregue 2020), est également appelée à éclairer les sciences cognitives elles-mêmes.

Haut de page

Bibliographie

Abend Gabriel (2018), « The Love of Neuroscience: A Sociological Account », Sociological Theory, 36, no 1, p. 88116.

Abend Gabriel (2017), « What are neural correlates neural correlates of? », BioSocieties, 12, no 3, p. 415438.

Abend Gabriel (2011), « Thick Concepts and the Moral Brain », European Journal of Sociology / Archives Européennes de Sociologie, 52, no 1, p. 143‑172.

Bourdieu Pierre et Winkin Yves (2002), « Préface » dans Aaron V. Cicourel (ed.), Le raisonnement médical. Une approche socio-cognitive, Paris, Seuil, p. 919.

Brekhus Wayne H. (2015), Culture and Cognition: Patterns in the Social Construction of Reality, Cambridge, Polity Press.

Bronner Gérald (2007), L’empire de l’erreur. Éléments de sociologie cognitive, Paris, Presses Universitaires de France.

Callard Felicity et Fitzgerald Des (2016), Rethinking Interdisciplinarity across the Social Sciences and Neurosciences, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Cerulo Karen A. (2018), « Scents and Sensibility: Olfaction, Sense-Making, and Meaning Attribution », American Sociological Review, 83, no 2, p. 361389.

Cerulo Karen A. (ed.) (2002), Culture in mind: Toward a sociology of culture and cognition, New York, Routledge.

Cerulo Karen A. et Leschziner Vanina (eds.) (2021), « Culture and Cognition: New Approaches and New Applications », Sociological Forum, 36, no S1, p. 11651482.

Cerulo Karen A., Leschziner Vanina et Shepherd Hana (2021), « Rethinking Culture and Cognition », Annual Review of Sociology, 47, p. 6385.

Chamak Brigitte (1999), « The Emergence of Cognitive Science in France: A Comparison with the USA », Social Studies of Science, 29, no 5, p. 643684.

Cicourel Aaron V. (1973), Cognitive Sociology, Harmondsworth, Penguin Education.

Clément Fabrice et Kaufmann Laurence (eds.) (2011), La sociologie cognitive, Paris, Maison des Sciences de l’Homme.

Collins Therèse, Andler Daniel et Tallon-Baudry Catherine (2018), « Avant-propos » dans Therèse Collins, Daniel Andler et Catherine Tallon-Baudry (eds.), La cognition. Du neurone à la société, Paris, Gallimard, p. 9‑14.

Cordonier Laurent (2018), La nature du social. L’apport ignoré des sciences cognitives, Paris, Presses Universitaires de France.

DiMaggio Paul (1997), « Culture and cognition », Annual Review of Sociology, 23, no 1, p. 263287.

Durkheim Emile et Mauss Marcel, (2017 [1903]), De quelques formes primitives de classification, Paris, Presses Universitaires de France.

Elias Norbert (2015 [1991]), Théorie des symboles, Paris, Le Seuil.

Elias Norbert (2003a [1969]), La dynamique de l’occident, Paris, Pocket.

Elias Norbert (2003b [1969]), La civilisation des mœurs, Paris, Pocket.

Everett Caleb (2017), Numbers and the Making of Us: Counting and the Course of Human Cultures, Cambridge, Harvard University Press.

Fodor Jerry A. (1983), The Modularity of Mind, Cambridge, MIT Press.

Giry Johan (2019), « Autour de quelques impensés du sens commun sociologique », Revue française de sociologie, 60, no 2, p. 239‑256.

Halbwachs Maurice (1997 [1950]), La mémoire collective, Paris, Albin Michel.

Heilbron Johan (2017,) « Pour une sociologie historique et réflexive des sciences humaines et sociales », Revue d’histoire des sciences humaines, no 30, p. 277‑288.

Joly Marc (2020), Après la philosophie. Histoire et épistémologie de la sociologie européenne, Paris, CNRS Éditions.

Joly Marc et Larregue Julien (2020), « L’apport ignoré de la sociologie historique et réflexive des sciences. À propos de Laurent Cordonier, La nature du social. L’apport ignoré des sciences cognitives, Paris, Presses universitaires de France, 2018 », Zilsel. Science, technique, société, no 7, p. 442‑467.

Lahire Bernard et Rosental Claude (eds.) (2008), La cognition au prisme des sciences sociales, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Lamont Michèle (2020), « Les nouvelles frontières de la cultural sociology » dans Bruno Cousin et Michèle Lamont (eds.), La morale des sociologues, Paris, Presses Universitaires de France, laviedesidées.fr, p. 89‑100.

Lamont Michèle, Adler Laura, Park Bo Yun et Xiang Xin (2017), « Bridging cultural sociology and cognitive psychology in three contemporary research programmes », Nature Human Behaviour, 1, no 12, p. 866872.

Larregue Julien (2018), « “C’est génétique” : ce que les twin studies font dire aux sciences sociales », Sociologie, 9, no 3, p. 285‑304.

Lizardo Omar (2021), « La sociologie cognitive aux États-Unis : un entretien avec Omar Lizardo », Genèses, 125, no 4, p. 95‑111.

Lizardo Omar (2017), « Improving Cultural Analysis: Considering Personal Culture in its Declarative and Nondeclarative Modes », American Sociological Review, 82, no 1, p. 88115.

Ogien Albert (2011), « Les sciences cognitives ne sont pas des sciences humaines. Une réponse à “Vers un naturalisme social” de Laurence Kaufman et Laurent Cordonier », SociologieS, 2011.

Schunn Christian D., Crowley Kevin et Okada Takeshi (1998), « The Growth of Multidisciplinarity in the Cognitive Science Society », Cognitive Science, 22, no 1, p. 107130.

Thagard Paul (2020), « Cognitive Science » dans Edward N. Zalta (ed.), The Stanford Encyclopedia of Philosophy.

Thagard Paul (2012), The Cognitive Science of Science: Explanation, Discovery, and Conceptual Change, Cambridge, MIT Press.

Zerubavel Eviatar (1998), Social Mindscapes: An Invitation to Cognitive Sociology, Cambridge, Harvard University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Larregue, « La sociologie comme science cognitive »Socio-logos [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 22 mars 2022, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/5229 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-logos.5229

Haut de page

Auteur

Julien Larregue

Département de sociologie
Université Laval
julien.larregue[at]ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search