Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Cartes postalesAu cœur de la Silicon Valley

Cartes postales

Au cœur de la Silicon Valley

Angèle Christin

Texte intégral

1Au cours des quinze dernières années, les compagnies technologiques et les plateformes numériques sont devenues omniprésentes, reconfigurant des industries entières. Des transports à la communication politique, en passant par le commerce en ligne, l’artisanat, ou le travail de soin, un nombre grandissant d’activités professionnelles et sociales prennent désormais place via des sites en ligne fondés sur des algorithmes et sur l’accumulation et la commercialisation des données personnelles des usagers.

2 Ce nouveau régime économique et technologique, souvent désigné sous le terme de « capitalisme de plateforme » (Srnicek, 2017) ou « capitalisme de surveillance » (Zuboff, 2019), trouve son origine dans une zone bien précise des États-Unis : la Silicon Valley, au Sud de San Francisco, en Californie. La grande majorité des géants du numérique y sont nés et y ont installé leurs bureaux : Google (et sa filière YouTube) à Mountain View, Facebook (désormais Meta, ainsi que sa filière Instagram) à Menlo Park, Apple à Cupertino, Twitter à San Francisco, Netflix à Los Gatos, Palantir à Palo Alto… Tous ces « campus » – comme les appellent les compagnies technologiques – se trouvent à moins de 50 minutes de distance les uns des autres, entre les montagnes de Santa Cruz et la Baie de San Francisco, dans une banlieue ensoleillée traversée par l’autoroute 101 et ponctuée de palmiers, d’orangers, et d’eucalyptus.

3 Au milieu de cet écosystème trône Stanford University, dont les liens avec les compagnies du numérique sont nombreux, anciens, et profonds, comme l’a bien montré Annalee Saxenian dans ses travaux sur les débuts de la Silicon Valley (Saxenian, 1994). Ces connexions sont visibles dans la géographie même du campus. Ainsi, on peut voir le prototype de Google créé par Sergey Brin et Larry Page pour leur projet de fin d’études lorsqu’ils étaient étudiants dans l’un des bâtiments de l’école d’ingénieurs de Stanford. De même, les noms des généreux donateurs qui financent les bâtiments de l’université sont souvent liés au monde de la technologie. Par exemple, le Gates Building (financé par Bill Gates, fondateur de Microsoft) est celui du département d’informatique. La grande majorité des étudiants de premier cycle de Stanford vont travailler dans les compagnies technologiques lorsqu’ils obtiennent leur diplôme ; les professeurs d’informatique et d’ingénierie font également des va-et-vient entre industrie et université, en fonction de leurs projets ; et les responsables des compagnies technologiques sont fréquemment invités sur le campus pour des présentations, colloques et séminaires, renforçant les liens entre industrie et monde universitaire.

4 Ces conditions de proximité devraient faire de Stanford un site idéal pour étudier les technologies numériques. La zone constitue en effet à n’en pas douter un bain de culture foisonnant pour les chercheurs s’intéressant aux conditions de production des technologies digitales. La plupart de mes voisins travaillent ainsi pour les géants du numérique – Apple, Google, Facebook, et autres. Au café de mon quartier, j’entends au quotidien des entrepreneurs vendre le pitch de leur start-up à des venture capitalists prêts à les financer. De nombreux doctorants de mon département choisissent des postes de recherche à Facebook, Google, Twitter, ou Microsoft, plutôt que des carrières universitaires. Dans le cours de méthodes ethnographiques que je donne à Stanford, les étudiants mènent leur enquête de terrain sur les espaces de co-working qui ont proliféré pour accommoder les développeurs de la région ; les bootcamps qui assurent former des informaticiens de très haut niveau en moins de six mois ; ou le quotidien des travailleurs précaires qui travaillent pour Uber, Lyft, ou TaskRabbit, permettant le mode de vie confortable et sans accrocs des cadres et de l’élite informatique de la Silicon Valley.

5 Et pourtant, en dépit de ces liens multiples, mener des enquêtes sociologiques sur les conditions de production du numérique n’a jamais été aussi compliqué. Loin des attitudes enthousiastes et souvent utopiques qui ont caractérisé les débuts d’internet, comme le montre mon collègue Fred Turner dans ses travaux sur la contre-culture californienne (Turner 2006), une couverture médiatique et politique a commencé dès 2016 à pointer les nombreux problèmes des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Apple, Microsoft). Du scandale de Cambridge Analytica au rôle des réseaux sociaux dans l’élection de Donald Trump et l’assaut sur le Capitole du 6 janvier 2020, sans compter les atteintes au respect de la vie privée, les formes du racisme algorithmique, ou encore la précarisation générale du travail, les reportages critiques et les enquêtes du Congrès visant à déterminer les responsabilités des grandes compagnies technologiques se sont multipliés.

6Face à ces critiques légitimes, la plupart des compagnies technologiques ont choisi de fermer leurs portes et de museler leurs employés. Au cours des cinq dernières années, les collaborations entre plateformes et universitaires se sont réduites à peau de chagrin. Les rares efforts dans cette direction (comme le projet quantitatif « Social Science One », cherchant à donner accès à des équipes de chercheurs aux données de Facebook1) se sont soldés par des échecs retentissants. Les compagnies technologiques ont préféré s’appuyer sur des chercheurs qu’elles emploient elles-mêmes et dont elles contrôlent la production via des recensions internes rappelant des formes de censure. Ces contrôles internes peuvent mener à des licenciements fracassants lorsque les supérieurs sont en désaccord avec l’angle critique adopté par les chercheurs, comme dans le cas de Timnit Gebru, chercheuse dans l’équipe « Ethical AI » à Google, licenciée du jour au lendemain, apparemment pour un article de recherche sur les risques politiques et environnementaux des large language models qu’elle souhaitait soumettre à une conférence2.

7Les compagnies technologiques utilisent également un autre moyen pour contrôler le discours de leurs travailleurs : les clauses de confidentialité (non-disclosure agreements, ou NDAs), que doivent signer non seulement tous les employé·es mais également tous les visiteurs, intervenants, et travailleur·es contractuel·les qui interagissent avec ces compagnies. Les clauses de confidentialité interdisent – sous peine de poursuites légales – toute mention d’objets, d’idées, de matériel, et de personnes appartenant aux compagnies. La plupart des clauses de confidentialité interdisent même de mentionner l’existence d’une clause de confidentialité ! Étant donné les ressources légales presque infinies des GAFAM, ces clauses sont une épée de Damoclès pour leurs employés qui risquent des procès très coûteux s’ils les violent. Plus les employé·es sont précaires – en particulier les jeunes, les femmes, les personnes de couleur, et les immigrés – plus la peur des NDAs est présente.

8La fermeture des portes des GAFAM et la multiplication de ces clauses de confidentialité agressives posent un problème presque insoluble pour les sociologues et ethnographes qui étudient les plateformes numériques. Faire des enquêtes et des observations in situ est devenu exceptionnel ; mener des entretiens enregistrés avec des employés de ces entreprises est tout aussi rare. Pour les chercheurs quantitatifs, la situation n’est guère meilleure. Les plateformes ferment les outils (CrowdTangle dans le cas de Facebook) qui permettaient d’accéder à certaines données3 ; elles suspendent les comptes des chercheurs menant des audits quantitatifs (comme dans le cas des chercheurs du NYU Ad Observatory, à nouveau avec Facebook)4 ; elles interdisent explicitement l’utilisation des plateformes à des fins de recherche dans leurs termes d’utilisation, mettant les chercheurs en danger de poursuites légales. Pour les universitaires travaillant sur les plateformes numériques et les algorithmes qu’elles utilisent, cette situation est frustrante. Cela ne veut cependant pas dire qu’il faille abandonner la recherche sur ces sujets – loin de là.

9Alors que les déclarations grandiloquentes sur la fin de la démocratie à l’heure des réseaux sociaux ou la fin du travail avec l’intelligence artificielle se multiplient, souvent avec peu de bases empiriques, les enquêtes de terrain et approches mêlant méthodes qualitatives et quantitatives sont en effet plus nécessaires que jamais. Mais il est tout autant nécessaire d’adapter la boîte à outils. Dans un article publié dans Theory and Society intitulé « L’ethnographe et l’algorithme » (Christin, 2020), je suggère plusieurs tactiques pour l’étude du numérique. Par exemple, il est possible observer les effets des algorithmes sur les travailleurs et les usagers qui les utilisent : en se centrant sur les utilisateurs et travailleurs hors GAFAM, on se heurte à moins de difficultés en termes de NDAs. Une autre option est de poursuivre des terrains hors de la Silicon Valley, dans des pays et régions où les questions d’accès sont moins problématiques. Une troisième possibilité consiste à travailler en collaboration avec des acteurs de la société civile qui ont d’autres moyens à leur disposition afin d’obtenir des informations sur les géants du numérique : journalistes d’investigation, think tanks, activistes, lanceur·se·s d’alerte, organisations internationales, etc.

10Rien ne transparaît de cette géopolitique conflictuelle de la recherche sur le numérique lorsque l’on observe les pelouses verdoyantes du campus de Stanford, ses citronniers en fleurs, et les étudiants qui déambulent en short et débardeur d’un bâtiment à l’autre, avec des sacs à dos estampillés Google ou Facebook. C’est pourtant souvent là que se développent les plateformes et algorithmes qui affectent le reste de la planète, créant de nouvelles inégalités et injustices dans leur sillage. Dans ce contexte, continuer à mener des enquêtes de terrain sur le numérique et les partager avec les étudiants – dont un grand nombre ira travailler pour les GAFAM, pour le meilleur ou pour le pire – s’avère essentiel.

Haut de page

Bibliographie

CHRISTIN Angèle (2020), « The ethnographer and the algorithm: beyond the black box », Theory

& Society, vol. 49, p. 897-918.

SAXENIAN, AnnaLee (1994), Regional Advantage: Culture and Competition in Silicon Valley and Route 128, Cambridge (MA), Harvard University Press.

SRNICEK, Nick (2017). Platform capitalism, Hoboken (NJ), John Wiley & Sons.

TURNER, Fred (2006), From Counterculture to Cyberculture: Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism, Chicago (ILL), University of Chicago Press.

ZUBOFF Shoshana (2019), The Age of Surveillance Capitalism. The First for a Human Future at the New Frontier of Power, New York (NY), Public Affairs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angèle Christin, « Au cœur de la Silicon Valley »Socio-logos [En ligne], 17 | 2022, mis en ligne le 06 avril 2022, consulté le 27 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/5880 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-logos.5880

Haut de page

Auteur

Angèle Christin

Assistant professor (Stanford University)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search