Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Mettre la sociologie en cases

Mettre la sociologie en cases

Retours sur l’expérience de la collection Sociorama
Making sociologically-grounded fictions. A review of the Sociorama collection experience
Jérôme Berthaut, Jennifer Bidet et Mathias Thura

Résumés

Membres du comité scientifique d’une collection de bandes dessinées sociologiques, nous proposons ici de rendre compte de notre expérience de transposition de travaux sociologiques en fictions dessinées. L’explicitation des conditions de création de la collection Sociorama chez Casterman et de production des adaptations nous amène à analyser les effets produits par le choix de ligne éditoriale sur le discours sociologique. Ce retour sur expérience souligne à quel point le processus d’adaptation a questionné les modes d’écritures académiques de la sociologie. Notre analyse souligne les réussites de la collection, mais aussi les obstacles et les limites de la mise en fictions dessinées de la sociologie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La citation est un clin d’œil au blog de Denis Colombi qui propose une lecture « grand public » de (...)

« La sociologie ne mériterait peut-être pas une heure de peine si elle avait pour fin seulement de découvrir les ficelles qui font mouvoir les individus qu’elle observe, (…) si elle ne se donnait pour tâche de restituer à ces hommes le sens de leurs actes. » (Bourdieu 1962 : 102)1

« La collection “Sociorama” signe la rencontre entre bande dessinée et sociologie. [...] Le résultat : des fictions ancrées dans les réalités du terrain. Toute ressemblance ne sera pas pure coïncidence. » (Sociorama, Présentation de la collection dans les albums)

  • 2 Cet article est une version traduite de l’article en anglais : Jérôme Berthaut, Jennifer Bidet et M (...)
  • 3 En septembre 2019, la collection totalisait environ 36700 ventes d’albums, dans une fourchette alla (...)

1Depuis la fondation de la sociologie comme discipline scientifique à la fin du XIXe siècle, les sociologues n’ont eu de cesse de réfléchir à la manière dont cette science devait prendre sa place dans le débat public2. Dépasser le pur intérêt spéculatif (Durkheim, 1893), penser le rapport du savant au politique (Weber, 1919) ou restituer aux agents sociaux les régularités qui structurent leurs actions (Bourdieu, 1962) sont autant de manières de poser comme indispensable pour les sociologues une réflexion sur la diffusion des résultats de leurs recherches et de répondre à la demande sociale de sociologie (Castel, 2000). C’est avec cette ambition que la collection Sociorama a été créée : adapter des ouvrages de sociologie sous la forme de récits fictionnels en associant des sociologues avec des auteurs et autrices de bande dessinée (BD). Entre 2016 et 2020, la collection a publié douze albums qui ont touché un lectorat à première vue plus large que les ouvrages de sociologie dont ils proposaient l’adaptation3.

  • 4 Nous ne nous engagerons pas dans une discussion systématique des similitudes et des différences de (...)

2Arrivés au terme de cette expérience éditoriale, nous souhaitons proposer un retour sur le contenu de la collection et sur le processus ayant guidé la création des différents albums, afin de prendre part aux réflexions sur l’usage de la BD en sciences sociales de l’intérieur. Il s’agit d’abord pour nous d’expliciter certains choix opérés lors de la conception de la collection, les obstacles et difficultés rencontrés dans l’entreprise d’adaptation, ainsi que leurs répercussions dans la trame des albums et leur contenu. Ce retour sur expérience permet ensuite d’ouvrir la discussion sur les manières possibles d’adapter le discours sociologique à des supports non académiques, parmi lesquels l’écriture graphique semble constituer aujourd’hui une voie séduisante et féconde. En cela, l’article permet de partager quelques-uns des enseignements que nous tirons de notre participation aux différentes adaptations de la collection. Les cas évoqués au fil de notre propos invitent à la réflexion sur l’écriture sociologique4. Enfin, en livrant des éléments supplémentaires sur la fabrique des albums et leur réception par différents publics, nous espérons apporter des ressources supplémentaires pour un usage raisonné de la collection à des fins pédagogiques – en circonscrivant de façon plus explicite la place et le périmètre du discours sociologique contenu dans chacun des albums –, ainsi que contribuer aux réflexions engagées sur l’usage de la BD comme support pédagogique et comme moyen de diffusion des savoirs de sciences sociales vers le grand public et les publics scolaires (Rouvière, 2012 ; Guillaud et Mengneau, 2019 ; Barberis et Grüning, 2021).

3Dans cet article, nous souhaitons porter un regard réflexif sur la collection à laquelle nous avons activement contribué, soit comme cofondateur (Mathias Thura) soit comme membre du comité scientifique de la collection chargé d’accompagner le processus d’adaptation des enquêtes en BD (pour tous les auteur·rices de l’article), soit comme auteur·rice d’enquêtes sociologiques adaptées en BD (pour Jérôme Berthaut et Jennifer Bidet, avant leur entrée dans le comité scientifique). Les analyses et points de discussions proposés dans ce texte sont le fruit d’une expérience très empirique au sein de la collection. Aucun de nous n’est spécialiste de sociologie de la littérature ou de la BD et nous n’avons pas mené d’enquête sociologique ad hoc sur la réception de la BD scientifique en général, ou des albums Sociorama en particulier. Cet article se nourrit de nos souvenirs des discussions au sein du comité scientifique, des traces écrites du travail effectué sur les synopsis et storyboards des albums publiés dans la collection, des échanges que nous avons eu en tant que sociologues avec les auteur·rices de BD qui ont adapté nos enquêtes, et des allers-retours avec les codirectrices de la collection tout au long du processus d’adaptation. Les discussions formelles (lors de présentations dans des librairies par exemple) ou informelles avec les sociologues adapté·es et les auteur·rices de BD impliqué·es dans la collection ont également contribué à notre réflexion, tout comme les réactions du public dans les librairies ou dans le cadre scolaire (lors de présentation que certain·es d’entre nous ont pu faire). Nous ne prétendons pas ici embrasser tous les points de vue sur cette expérience – nous laissons notamment de côté le point de vue des auteur·rices de BD sur la particularité de cette expérience de collaboration par rapport à leur formation et leurs autres pratiques professionnelles.

4La première partie présente la genèse de la collection, son contexte de création, sa ligne éditoriale et la division du travail d’adaptation entre les sociologues adapté·es, les auteur·rices de BD et le comité scientifique de la collection. Nous présenterons le choix structurant de proposer des fictions sociologiques en BD. Dans la deuxième partie, nous examinerons dans quelle mesure l’adaptation en fiction dessinée implique la transgression de certaines règles usuelles de l’écriture sociologique. Passer d’une analyse thématique à une narration chronologique autour d’un ou de quelques personnages principaux, remobiliser des matériaux d’enquête peu exploités pour enrichir la représentation graphique de la réalité sociale mise en scène, insérer les éléments de contextualisation sociologiques dans des procédés graphiques inventifs sont autant de transformations des modes de restitution d’enquêtes sociologiques. Enfin, la troisième partie reviendra sur les frictions et décalages entre les exigences de l’adaptation en fiction et les normes de l’analyse et de l’écriture sociologiques. Car le parti-pris de la fiction n’est pas sans présenter de limites : la disparition de la réflexion méthodologique sur l’enquête, mais aussi l’effacement du cadre théorique des analyses sociologiques sont susceptibles de brouiller la portée sociologique du contenu des albums de la collection.

1. Genèse de la collection et organisation du travail d’adaptation

5La collection Sociorama avait pour ambition d’occuper une position originale dans le champ de la BD, en particulier celle revendiquant plus ou moins explicitement une vocation sociologique. Par la définition d’une ligne éditoriale singulière, les auteur·rices de BD et les sociologues impliqué·es dans la création de la collection ont cherché à imaginer un objet culturel spécifique : la mise en dessin de fictions inspirées d’enquêtes sociologiques et conçues sous le contrôle d’un comité scientifique constitué de sociologues. Là où les auteur·rices de BD ont apporté leurs talents créatifs et narratifs, les sociologues ont partagé leur connaissance de l’actualité de la recherche en sociologie.

1.1. Le contexte de création et la formulation de la ligne éditoriale de Sociorama

  • 5 Jennifer Bidet et Jérôme Berthaut rejoindront le comité scientifique en 2018, après l’adaptation de (...)
  • 6 Rencontre qui s’est faite dans le cadre du séminaire « Sociologie et bande dessinée » organisé au s (...)

6La collection Sociorama est le fruit de la rencontre, en 2013, de quatre jeunes sociologues formé·es à l’ethnographie, intéressé·es par la BD (Marianne Blanchard, Yasmine Bouagga, Julien Gros et Mathias Thura5), avec une autrice de BD expérimentée ayant plusieurs albums à son actif et sensible aux démarches documentaires dans son propre travail (Lisa Mandel)6. Sociologues et autrice de BD ont mis en commun leurs ressources respectives (légitimité artistique et connaissance du monde de l’édition BD, légitimité et compétences scientifiques, connaissance d’ouvrages et d’enquêtes récentes, réseau de chercheur·es et de dessinateur·rices) pour proposer le projet de la collection Sociorama à un grand éditeur de BD comme Casterman, maison d’édition avec laquelle Lisa Mandel était déjà en relation.

  • 7 Le projet de la collection Sociorama s’inscrit également dans une période de renouvellement des équ (...)
  • 8 La collection fera deux entorses à cette ligne éditoriale, dans le cadre de deux hors-séries. Dans (...)
  • 9 L’histoire semble effectivement avoir précédé les autres disciplines sur ce point, ses liens avec l (...)

7Le contexte éditorial était favorable à un tel projet. La décennie 2010 a vu l’éclosion en France de plusieurs collections associant la BD aux sciences, dans le sillage de la vague des romans graphiques et de la diversification des albums et revues associant reportage, journalisme et BD documentaires : création de la revue XXI en 2008, parution de la série de Tu mourras moins bête de Marion Montaigne et de La planète des sages de Jul en 2011, parution du best-seller Economix en 2012, adaptation des travaux des sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot par Marion Montaigne en 2013 avec Riche, pourquoi pas toi ?, création de la Revue Dessinée la même année, création de la collection La petite bédéthèque des savoirs en 2016. Ce fort développement des BD d’investigation journalistique et de vulgarisation scientifique nous (l’équipe fondatrice de la collection) a incité à chercher à nous démarquer de ce qui existait déjà. Nous nous accordions sur le fait que nous ne voulions pas faire des manuels illustrés, servis par un dessin d’accompagnement ou par une trame narrative prétexte à des explications théoriques. Nous ne cherchions pas non plus à montrer la recherche en train de se faire, en mettant en scène la/le sociologue ou l’anthropologue sur son terrain ou dans son laboratoire de recherche. Nous n’avions pas non plus la même démarche que des auteur·rices de BD qui enquêtent et immortalisent en dessin les étapes de leur investigation (à l’instar de Joe Sacco ou d’Étienne Davodeau). À la recherche d’un format alternatif, et après une série d’échanges avec l’éditeur Vincent Petit chez Casterman – la maison d’édition ayant alors intérêt à se positionner sur ce marché spécifique de la BD documentaire7 – la ligne éditoriale de la collection fut conjointement esquissée. Du côté de Casterman, Vincent Petit tenait à deux aspects : respecter un parti pris fictionnel en évitant de mettre en scène les sociologues sur leurs terrains8, et choisir d’adapter des enquêtes s’étant déroulées en France, afin d’éviter les travers de l’exotisme littéraire. Yasmine Bouagga se souvient que ce dernier lui avait indiqué ne pas vouloir faire « Bécassine en Afghanistan ». Du nôtre, ces deux demandes nous semblaient raisonnables et acceptables, nous permettant de puiser dans un répertoire d’enquêtes déjà conséquent. Retrouvant par là une démarche déjà éprouvée par le courant de la BD de récits historiques9, le fait que les albums puissent se lire « comme une histoire », pour plonger le lecteur dans un univers social, lui faire découvrir cet univers de l’intérieur, par immersion, en évitant le plus possible un ton didactique ou professoral, nous semblait constituer une expérimentation stimulante à conduire. Le récit devait à lui seul permettre de retranscrire une réalité, objectivée et analysée dans des travaux de sociologie déjà publiés sous forme d’ouvrages ou d’articles au format académique. Les personnages et les situations rencontrées dans les albums sont bien des objets de fictions, et non des situations ou des personnes réelles ayant été effectivement observées. Ce sont des inventions, mais directement inspirées et contrôlées par les connaissances établies par l’enquête de terrain, à la manière du roman naturaliste (Giraud, 2013).

  • 10 Si l’option fut initialement envisagée – Lisa Mandel manifestant un fort intérêt pour cette démarch (...)

8Ce parti pris fictionnel (des fictions dessinées fondées sociologiquement, c’est-à-dire inspirées de recherches sociologiques) soulève une série de questions très différentes des enjeux posés par l’utilisation du dessin durant l’enquête de terrain elle-même. Il ne s’agit pas d’utiliser la BD comme un moyen d’illustrer les conditions de l’enquête, et encore moins comme un mode d’investigation, de restitution des résultats, ou d’administration de la preuve, comme cela a pu déjà être expérimenté par l’anthropologie principalement (MacDougall, 2004 ; Ingold, 2011 ; Nocerino, 2016 ; Morton, 2018 ; Tondeur, 2018 ; Kuttner, Weaver-Hightower et Sousanis, 2020). Dans Sociorama, le dessin n’intervient qu’a posteriori : les artistes n’ont pas accompagné les sociologues sur le terrain, ceux-ci ne sont d’ailleurs plus engagés dans leur enquête au moment de l’adaptation en BD10. Les dessins dans Sociorama ne viennent pas mettre en image des observations de terrain, et ne cherchent pas à illustrer de manière didactique les principaux résultats d’une enquête donnée. Pour les sociologues dont les travaux font l’objet d’un album de la collection, le passage à la fiction et au dessin est une revisite de leur enquête. Pour autant, le processus créatif n’y est pas une adaptation libre, et lointaine, des travaux sociologiques : il est étroitement encadré par une équipe de sociologues.

1.2. Des adaptations encadrées

9Très rapidement, une division des tâches est établie pour encadrer le travail d’adaptation. La direction de collection est répartie entre Lisa Mandel, autrice de BD, et Yasmine Bouagga, sociologue. La première s’occupe des aspects artistiques (sélection et proposition des auteur.rices BD, conseils et accompagnement de ces derniers durant les étapes de création), et la seconde coordonne les activités du comité scientifique composé de quatre sociologues. Ce comité est chargé de repérer des enquêtes qu’il estime intéressantes et adaptables, de les soumettre aux dessinateur·rices, et d’accompagner le processus d’adaptation par des relectures et commentaires formulés à différentes étapes du travail. Peu habituelle dans l’édition BD, l’intervention d’une instance collégiale d’évaluation et de contrôle est au contraire un dispositif central de la publication scientifique. L’intervention d’un comité scientifique dans la collection Sociorama est donc une importation dans le champ éditorial de la BD d’une routine professionnelle des sociologues qui ont initié la collection.

  • 11 Indices du caractère inhabituel de cette instance pour le monde de l’édition BD : l’oubli de la men (...)

10Les auteur·rices de BD sollicité·es par Lisa Mandel choisissent un ouvrage parmi ceux proposés par le comité scientifique, et le lisent avant de se lancer dans l’adaptation. Après avoir accepté le principe d’une adaptation graphique de son enquête, la/le sociologue n’a donc pas le choix de son binôme. Le processus créatif est toutefois contrôlé par plusieurs filtres, définis dans une charte soumise à l’auteur·rice de BD et au/à la sociologue auteur·rice de l’enquête au début du processus d’adaptation. L’intervention d’un comité scientifique dans le processus créatif n’étant pas chose courante dans le monde de la BD, la charte vise à définir clairement le rôle de chaque partie prenante dans la production d’un album, entre l’auteur·rice BD, la/le sociologue adapté·e, les co-directrices de collection, le comité scientifique, et l’éditeur de Casterman qui suit la collection11. Elle permet d’expliciter et de présenter les visées de la collection, les étapes de travail et la distribution des différents rôles dans le processus, afin de se prémunir des malentendus – sans pouvoir complètement les éviter – et d’avoir un document commun auquel se référer en cas de dissensions.

11Commence ensuite un dialogue entre l’auteur·rice et la/le sociologue ayant réalisé l’enquête pour établir la trame narrative, les personnages et les rebondissements sous la forme d’un premier scénario (ou synopsis). Dans les premiers albums parus en 2016, les sociologues auteur·rices de l’enquête ont laissé le plus souvent une large autonomie aux auteur·rices de BD. Mais au fil des adaptations, la coopération a pu être plus poussée, allant jusqu’à la co-scénarisation, ce qui a amené à modifier la signature des quatre derniers albums et des rééditions des premiers : d’albums signés en couverture uniquement par les auteur.ices BD (suivis de la mention « d’après une enquête de… » pour rendre visible la/le sociologue auteur.rice de la recherche), la collection a ensuite publié des albums co-signés avec la formulation « un récit sociologique en BD de … et … » en mettant l’auteur·rice BD en premier auteur·rice.

Illustration 1

Illustration 1

La «  signature  » en couverture des albums a évolué, pour donner davantage à voir la coopération nouée entre les auteur.rices BD et sociologues, et l’ancrage dans la discipline. Si l’auteur.rice BD apparaît comme l’auteur·rice principal jusqu’au 8e album (sans compter les hors-séries), à partir du 9e (et dans les rééditions des premiers), les deux noms sont mis sur le même plan, et il est question de «  récit sociologique  ». Couvertures de Sous la blouse (paru en avril 2017, à gauche) et La Petite mosquée dans la cité (juin 2018, à droite).

© CASTERMAN/Mousse & Zolesio/Consigny & Jouanneau

12Au-delà de leurs écrits académiques, les sociologues ont rendu accessible aux auteur·rices BD des données de terrain complémentaires pour faciliter la réincarnation par le dessin. Les incursions directes de l’auteur·rice BD sur le terrain ont été plus rares. Dans le cas de l’adaptation de La Banlieue du 20 heures, Jérôme Berthaut a pu appuyer une demande de stage d’observations d’Helkarava à France Télévisions, ou le convier à un déplacement à Clichy-sous-Bois. Ces opportunités d’accès aux matériaux ont sans doute permis, à la marge, des formes d’appropriation du terrain par les auteur·rice BD, susceptibles de rééquilibrer l’asymétrie initiale entre savants maîtrisant l’objet de l’étude transposé en BD, et artistes assujettis aux validations des sociologues. Ces expériences partagées (échanges à propos du terrain, co-scénarisation) ont pu contribuer à décloisonner les rôles au sein des binômes, et à favoriser ainsi ponctuellement l’élaboration de prises de position communes, distinctes des recommandations des pairs sociologues réunis au sein du comité éditorial, ou de la référente BD désignée par Casterman (Lisa Mandel).

13Une fois le scénario validé, l’auteur·rice de BD passe au storyboard ou « découpage », version dessinée du scénario : c’est une première esquisse de la BD finale. Cela lui permet de tester la progression de la trame narrative et de commencer à incarner ses personnages. Ce storyboard est relu et commenté par le comité scientifique de la collection, qui vérifie la fidélité de l’adaptation : est-ce que le propos général de l’enquête est bien restitué ? Est-ce que l’originalité du point de vue revendiqué dans l’ouvrage sociologique est bien rendue ? Est-ce que les principaux résultats transparaissent ? Les personnages sont-ils vraisemblables sociologiquement ? La co-directrice BD, Lisa Mandel, quant à elle se concentre sur la narration : les personnages sont-ils attachants ? L’histoire est-elle captivante ? Peut-on ajouter un peu d’humour dans telle ou telle scène, pour mieux faire ressortir le propos ? Fidélité au propos sociologique et soucis narratifs ont pu se heurter, quand la recherche de rebondissements narratifs contredisait la volonté de montrer le caractère ordinaire de certains phénomènes. Par exemple, dans l’écriture du scénario de La petite mosquée dans la cité, Solenne Jouanneau souhaitait mettre en avant le fonctionnement routinier d’une mosquée de cité, pour contrer une représentation souvent sensationnaliste de ces lieux de culte en France. Deux régimes narratifs peuvent alors se confronter : l’un prioritairement orienté vers l’avancée du récit et par l’impératif de tenir le lectorat en haleine, l’autre vers la démonstration par l’exposition de cas successifs permettant de décliner des régularités et des nuances entre différents protagonistes et situations. Fréquemment, la frontière entre sociologie et créativité dessinée se révélait poreuse : les sociologues du comité scientifique émettaient des remarques sur ce qu’ils pensaient du rythme de la narration ou de certains gags, et Lisa Mandel proposait d’aborder plus frontalement certaines questions de société ou d’accentuer certains résultats des travaux adaptés. Après plusieurs navettes et une fois le storyboard validé, l’auteur·rice BD réalise une version finalisée qui est relue et amendée par l’équipe pour quelques dernières corrections mineures avant envoi à l’imprimeur.

14La fabrication d’un album s’étale à peu près sur une année. Pour Vacances au bled, la première version du synopsis fut discutée en février 2017 entre l’auteur de BD, la sociologue autrice de l’enquête et les deux co-directrices de collection. Des échanges nourris aboutirent à la validation de la cinquième version du synopsis en mai 2017 [illustration 2]. Ce synopsis fut transformé en storyboard pour la fin août. À cette étape, le comité scientifique ajouta sa propre lecture à celle de la sociologue autrice et des co-directrices. Une deuxième version du storyboard fut ensuite discutée fin novembre, les premières pages définitives envoyées en janvier 2018, et la BD terminée fin avril – pour une sortie le 7 juin 2018.

Illustration 2

Illustration 2

La réalisation de la BD se fait en trois étapes : le synopsis (haut), le storyboard (à gauche) et la version finale (à droite). Chaque document proposé par l’auteur de BD est relu, commenté et amendé par la sociologue adaptée, les sociologues du comité scientifique et les co-directrices de la collection. Documents de travail pour la réalisation de la BD Vacances au bled (2020).

© CASTERMAN/Bidet & Singeon

  • 12 Sur le modèle de l’évaluation scientifique anonyme, aucun contact direct n’existait entre les membr (...)
  • 13 Pour un album Sociorama, les auteur·rices de BD touchent 9000 euros (en avance de droits d’auteurs) (...)

15Dans ces nombreux allers-retours, deux mondes professionnels aux logiques de fonctionnement et aux temporalités distinctes se rencontrent. D’un côté, le monde de la sociologie académique, rompu à l’évaluation entre pairs, à l’écriture de plusieurs versions successives d’un même texte, habitué au temps long de l’enquête de terrain et de l’écriture scientifique, adossé au financement public de la recherche et au salariat (stable ou précaire, et indemnités chômage associées), et aux règles de la rationalité scientifique. De l’autre, le monde de la BD, valorisant davantage le processus créatif et l’originalité individuelle, et soumis aux contraintes de l’activité indépendante financée par projets successifs payés en droits d’auteurs ou par des activités parallèles (« jobs ») assurant des revenus de survie. Une rencontre qui n’est pas sans engendrer des incompréhensions et des quiproquos quant aux attentes, au rôle et aux marges de manœuvre de chacun, engendrant parfois de l’agacement et de la frustration de part et d’autre. Les réticences et résistances des auteur·rices BD n’ont pas toujours bien été comprises et interprétées par le comité scientifique, qui a dû apprendre à mettre en forme ses critiques et à limiter les demandes de modifications aux plus importantes, en les accompagnant de suggestions de solution, afin de ne pas donner l’impression de déposséder ni les auteur·rices sociologues ni les auteur·rices BD (voir exemples plus bas). Le comité scientifique a pu être perçu, par les auteur·rices BD, comme un groupe de relecteurs inconnus12 qui interfère directement dans le processus créatif, émet de nombreuses critiques, et demande parfois des réaménagements conséquents entre deux versions d’un même storyboard, ce qui retarde d’autant l’avancée des dessinateur·rices dans leur travail, perturbant la répartition de leur temps entre les projets qu’elles et ils mènent simultanément pour s’assurer de revenus suffisants13.

1.3. Quelles enquêtes adapter ?

  • 14 Les membres du premier comité scientifique ont été formés au sein du département de sciences social (...)

16L’ambition de créer des fictions sociologiquement informées a des répercussions sur le type d’enquêtes sociologiques qui a finalement été choisi pour être adapté. Un premier critère de sélection découle de la ligne éditoriale initialement arrêtée avec Casterman : des enquêtes se déroulant sur des terrains en France et déjà rédigées sous forme de livre ou au moins de manuscrit de thèse soutenue. Le deuxième niveau de sélection renvoie à l’habitus académique et scientifique des membres du comité scientifique. Formés à une ethnographie héritière de l’ethnologie française et des apports de l’école de Chicago, reposant sur un cadre d’analyse d’inspiration principalement bourdieusienne14, les membres du comité ont ciblé des travaux partageant une même conception de l’enquête de terrain, et ont souvent puisé des idées d’adaptation dans le catalogue de maisons d’édition valorisant ce même type d’enquête (La Découverte, Agone). Les sociologues à l’origine des enquêtes sélectionnées proviennent d’un horizon institutionnel et scientifique relativement restreint, et appartiennent à des réseaux académiques relativement proches. S’ils et elles sont en général de « jeunes chercheurs », pas toujours titulaires d’un poste dans l’enseignement supérieur et la recherche au moment de l’adaptation en BD, ils et elles bénéficient d’une intégration institutionnelle plus grande que la moyenne des jeunes chercheurs en sociologie et profitent ainsi d’effets d’interconnaissances professionnelles [cf. tableau 1].

17Le choix d’enquêtes aux descriptions ethnographiques riches ne repose pas seulement sur des affinités scientifiques. La transformation en histoires inventées mais vraisemblables rendait aussi nécessaire, aux yeux des membres du comité, de disposer d’un matériau très incarné. Les enquêtes ethnographiques, réalisées par immersion dans un monde social particulier, sont plus à même de fournir des données de départ pour inventer des personnages, des décors, des situations. Se joue ici aussi une volonté de mieux contrôler le processus créatif en le bornant par des matériaux riches, laissant donc moins de place à l’invention : les dessinateur·rices ont pu plus directement s’inspirer de personnes existantes pour la création de leurs personnages, avec un moindre degré de reconstruction et d’imagination de leurs caractéristiques et de leurs conditions de vie. Les membres du comité étaient collectivement convaincus que la transformation d’une enquête statistique en fiction aurait supposé un travail plus important de traduction des résultats sociologiques et de reconstruction des personnages. Une enquête par entretiens auprès de personnes interrogées qui ne se sont pas côtoyées dans leurs actions quotidiennes nous semblait aussi poser plus de difficultés à l’adaptation. Il apparut donc plus facile (et prudent) de partir de données croisant déjà observations des pratiques et entretiens pour inventer de façon plus contrôlée des personnages et des histoires. La volonté de rendre accessible aux lectrices et lecteurs de la collection des mondes sociaux contemporains impliquait aussi de choisir des enquêtes récentes plutôt que des enquêtes canoniques ayant marqué l’histoire de la discipline.

18Un autre critère de sélection est d’ordre politique. L’ambition était aussi de traiter des thèmes pouvant résonner avec l’actualité et de contribuer aux débats sur des sujets politiques et sociaux. Certains sujets suffisamment ancrés dans l’actualité politique semblaient mériter d’être mis au catalogue. Pour l’éditeur, l’enjeu était aussi d’avoir des sujets « accrocheurs », « vendeurs » ou « amusants », mais les directrices de la collection et les membres du comité scientifique ont toujours préservé l’angle d’analyse proposé par les sociologues. Face aux polémiques récurrentes sur la « théorie du genre » redoublées par le vote de la loi, en 2013, sur le « mariage pour tou·te·s », plusieurs albums traitent de la construction sociale des différences et des inégalités sexuées. Des inégalités salariales et de carrières entre actrices et acteurs porno (La fabrique pornographique), personnel aérien (Turbulences) ou chirurgiennes et chirurgiens (Sous la blouse), aux représentations différenciées sur la masculinité et la féminité dans les relations de séduction (Séducteurs de rue) ou conjugales (Au tribunal des couples) : autant de situations qui mettent en scène les enjeux des rapports sociaux de sexe. La question du racisme et de l’immigration, elle aussi omniprésente dans le débat public, est abordée dans plusieurs albums, à la fois sous l’angle de la construction des stéréotypes racistes dans le milieu professionnel (Chantier interdit au public) ou par la télévision (La banlieue du 20h) mais aussi du point de vue de l’expérience de l’assignation raciale et des formes d’agentivité des personnes racisées face à ces assignations (La petite mosquée dans la cité, Vacances au bled). Aux rapports sociaux de sexe et de race s’articulent toujours des rapports de classe. Une grande partie des albums adoptent un angle de sociologie du travail, rendant visibles les relations hiérarchiques dans des univers professionnels très différents, que ce soit dans la grande distribution (Encaisser), dans le milieu du football professionnel (L’amour du maillot) ou dans les coulisses de la fabrication d’une série télévisée à grand succès (Plus belle la série).

19La combinaison de ces trois critères (travaux soutenus/publiés/en cours de publication, sociologie ethnographique, et écho à des enjeux politiques contemporains) a largement contribué à circonscrire les travaux publiés au catalogue de Sociorama. Malgré la mise en place de cadres (charte, procédures de sélection des travaux, de création des binômes et de suivi de la création) et la stabilisation de la division du travail entre les différentes parties prenantes (l’éditeur, la direction de la collection, le comité scientifique et les auteur·rices sociologues et BD), chaque album est le fruit d’un travail artisanal et a sa part de singularité. Chacun d’entre eux fait partiellement entorse aux principes génériques énoncés ci-dessus. Différents questionnements ont émergé au fur et à mesure de leur production, au gré des échanges entre les différentes parties prenantes, chacun·e explorant les effets de l’adaptation. Au fil des albums, les personnes ayant participé à la collection – dont les membres du comité scientifique – ont progressivement pris conscience et découvert les effets de ce que le travail d’adaptation pouvait induire sur l’écriture et le discours sociologique.

2. De l’écriture sociologique à la BD : imaginer un nouveau mode de représentation des faits sociaux

  • 15 Pierre Nocerino (2016) produit une réflexion analogue sur les formes de l’écriture sociologique en (...)

20L’adaptation en BD passe par des transformations importantes des formes d’écriture usuelles de la sociologie. Elle révèle aussi des impensés dans les formes habituelles de description et de démonstration des sociologues. Le glissement effectué entre les résultats scientifiques (formulés dans des normes académiques) et leur adaptation sous forme de fiction dessinée a permis d’enrichir l’écriture sociologique, mais l’a aussi soumise à de nouvelles contraintes15.

2.1. De l’écriture analytique au scénario centré sur les personnages

21L’adaptation en fiction a d’abord rendu nécessaire de transformer le contenu analytique des publications scientifiques en une intrigue centrée autour de quelques personnages. Dans le champ scientifique, les chercheurs exposent leurs résultats en adoptant le plus souvent un découpage thématique (en chapitres ou parties) qui répond aux hypothèses formulées en amont, et distingue les principaux aspects et apports de leur enquête. Leurs travaux articulent une variété d’approches et de matériaux, qui commande à l’architecture générale de leur propos (introduction spécifiant le sujet, les enjeux et la problématique ; apports de la littérature existante ; sociogenèse d’une institution ou de pratiques étudiées ; retour réflexif sur la conduite du terrain ; exposition des matériaux suivie de l’analyse).

22Les auteur·rices de BD de la collection Sociorama doivent relever le défi de restituer les conclusions de l’étude, à travers une histoire cohérente et relativement longue (164 pages de format type manga). Leurs propositions de synopsis et de storyboard s’appuient sur des conventions scénaristiques élémentaires : le récit suit un fil chronologique et met en scène un ou deux personnages principaux, entourés d’un petit nombre de personnages secondaires. L’exposé des expériences vécues et des réflexions personnelles des protagonistes doit permettre aux lecteurs de la BD de saisir les logiques sociales mises à jour par l’enquête. Ce prisme a pour effet de réinscrire les analyses sociologiques dans un récit qui s’inspire du quotidien des enquêté·es. Une conséquence majeure de la mise en fiction est la réorganisation de l’intrigue, qui se fond dans un découpage du temps chronologique et vraisemblable, règle d’écriture très éloignée de l’analyse scientifique, bien que différentes saynètes puissent traiter successivement d’aspects thématiques distincts au sein d’un même album. Les séquences des storyboards qui délaissent pendant quelques pages les personnages principaux ou rompent avec le fil chronologique peuvent apparaître comme des digressions qui nuisent à la compréhension de l’histoire.

23En conséquence, la transposition en fiction a souvent rendu difficile (parce que trop didactique) la présentation détaillée de la genèse ou de la structuration macrosociale du monde social représenté. Même le principe narratif du « flashback » a été évité, à l’exception du récit de la création de la chaîne de supermarchés dans Encaisser. La création d’un scénario centré sur la temporalité des personnages a pour effet d’éluder l’historicité des configurations et de la composition des groupes sociaux incarnés dans l’intrigue, ainsi que les logiques explicatives des trajectoires des protagonistes sur le long terme. Ce sont généralement les dialogues, notamment entre novices et anciens, qui permettent de distiller de nombreuses informations et de transposer certaines analyses en mettant en scène la dimension réflexive des enquêté·es. Mais cette solution est à manier avec précaution du fait de sa lourdeur scénaristique et pour ne pas donner à voir des scènes improbables, en inventant des dialogues qui facilitent la compréhension des enjeux par le lecteur, mais qui n’ont jamais cours dans la réalité observée et qui donnent l’impression de placer artificiellement les explications du sociologue dans la bouche des personnages.

24Dans la plupart des albums, des séquences de l’histoire adoptent une temporalité du quotidien, pour relater la journée type d’une caissière, ou d’un ouvrier du BTP, depuis son embauche le matin en agence d’intérim, jusqu’au départ du chantier le soir. Le déroulé des pages traduit également le vécu des semaines, des mois voire des années qui s’écoulent, pour permettre au scénario d’exposer par exemple les mobilités ascendantes ou descendantes de personnages au sein d’une organisation (les formes de promotions des journalistes dans une rédaction de télévision, ou le déclassement progressif d’un joueur en fin de carrière dans une équipe de football professionnel). Les processus sociologiques irriguent ainsi la trame du récit mais le recours à la fiction implique de les présenter à hauteur de personnages.

25L’écueil à éviter, pour les sociologues de la collection, réside dès lors dans la tentation de puiser de manière opportuniste dans le matériau de l’enquête, les anecdotes et épisodes les plus drôles ou les plus surprenants, pour nourrir le récit et la présentation de personnages hauts en couleur, au détriment de situations et de caractéristiques plus pertinentes sur le plan sociologique. Dans l’adaptation, la banalité du monde social, avec ses routines et ses répétitions, entre en tension avec les attentes en termes de rebondissement narratif dans une fiction. Une des principales difficultés de l’adaptation consiste en effet dans la transposition de l’énigme sociologique (la problématique) qui doit révéler un fait social, en un enjeu pertinent sur le plan narratif. Sans que cela ait été concerté, les auteur·rices de la collection Sociorama ont souvent opté pour un même ressort scénaristique : le récit du parcours initiatique d’un·e novice pénétrant un nouvel univers ou se confrontant à une expérience sociale à ses yeux inédite. Ces « petits nouveaux » découvrent – et avec eux, le lecteur – les coulisses de scènes sociales, la division spatiale des activités, une organisation du travail, des routines… Leurs discussions avec les personnages d’insiders sont l’occasion de restituer le sens donné aux actions et de formuler les représentations indigènes des différentes catégories d’enquêté·es. Les conseils et les rappels à l’ordre des chefs ou des « ancien·nes » sanctionnent les écarts commis par ces débutant·es et rendent visibles les normes, les valeurs et les bonnes pratiques ayant cours dans cet univers inconnu. L’intrigue narrative expose alors un processus de socialisation, souvent professionnelle. Plusieurs albums s’appuient sur un effet de « dépaysement », parfois même au sens propre, comme dans Vacances au bled qui retrace l’expérience du voyage en Algérie d’une jeune femme née en France, qui (re)découvre le pays natal de ses parents.

26Plus rarement, le ressort scénaristique qui permet d’expliciter les routines sociales est un événement extraordinaire qui désorganise la conduite des comportements et l’ordonnancement des activités sociales : la position de l’imam au sein du groupe de fidèles et dans l’espace public local est à la fois rendue visible, et menacée, après l’annonce de la fermeture de la salle de prière et du projet de construction d’une mosquée qui réactualise des luttes internes et externes (La petite mosquée dans la cité) ; le départ en retraite d’une juge aux affaires familiales et son remplacement par un jeune magistrat révèlent, à travers les différences d’appréciation des dossiers de divorce, comment la justice contribue à reproduire un ordre social inégal (Au tribunal des couples).

2.2. Nourrir la représentation de mondes sociaux avec des données inexploitées

27Régler la focale du récit sur le quotidien amène à mettre en scène les protagonistes sur les différentes scènes sociales qu’ils traversent (familiale, professionnelle, amicale) et plus largement lors de situations et d’interactions de la vie courante (se lever le matin, se déplacer, faire ses courses, s’occuper des enfants, etc.), pas toujours observées et encore moins traitées dans leur globalité dans les travaux sociologiques. La préoccupation des auteur·rices de BD de présenter des personnages complets du point de vue narratif a incité les sociologues à remobiliser des matériaux qui restent habituellement exclus de leur exposé, parce que la construction des objets de recherche et les logiques de spécialisation thématiques poussent les chercheurs à écarter une grande partie des données qui s’éloignent de leur problématique principale. La mise en dessin du quotidien des personnages favorise le décloisonnement des objets de recherche et la réinscription des activités et des relations sociales observées dans une perspective de sociologie générale et d’étude des rapports sociaux et des styles de vie.

28Les monographies sur l’univers professionnel peuvent éluder par exemple les éléments relevant du « hors travail » (vie matrimoniale et familiale, sociabilités et style de vie) pourtant utiles pour donner chair aux personnages. Le manque d’acuité des chercheurs pour certaines expériences sociales vécues par leurs enquêté·es, ou les contraintes d’accès à ces données sur le terrain, n’ont pas toujours permis d’apporter les réponses attendues par les auteur·rices BD, au point de devoir inventer des pans de la vie des personnages, mais de manière vraisemblable du point de vue des sociologues. Cette reconstruction sociologiquement vraisemblable de moments de l’existence de personnages inventés constitue une vraie limite de ces adaptations. Cela justifie d’autant plus le choix de sélectionner en priorité des enquêtes ethnographiques mobilisant des données suffisamment riches pour ne pas avoir à réinventer une proportion trop importante de la réalité sociale des personnages.

29L’illustration graphique donne aussi à voir l’agencement des lieux ou encore les détails physiques des protagonistes, autant d’indicateurs pour expliciter finement, par exemple, l’appartenance à une classe sociale, à l’instar de Plus belle la série où les styles de vie des scénaristes des séries télévisées de grande diffusion apparaissent en décalage avec leurs publics populaires présumés. Afin de valider le geste du dessinateur, le regard sociologique doit se poser non seulement sur la représentation d’espaces et d’activités plus nombreux que ceux évoqués dans les comptes rendus académiques, mais il se trouve aussi à scruter et confirmer les traits attribués aux personnages. Or ceux-ci constituent des propriétés sociales qui se trouvent ainsi ramenées au tout premier plan [illustration 3]. Le dessin renforce d’autant plus l’attention portée à l’ethos corporel, au détail des nuances dans les tenues vestimentaires, et à l’expression des émotions, que ces dimensions sont plus difficiles à retranscrire sous la forme d’un texte d’analyse sociologique. La frustration d’un imam en formation renvoyé à sa position de second par l’imam principal qui reprend la direction de la prière à la mosquée, est campée de manière probante en deux cases et quelques coups de crayon – quand elle nécessite plusieurs pages de description ethnographique visant à illustrer les principes de légitimité dans l’imamat en France, comme l’a relevé l’autrice de l’enquête, Solenne Jouanneau, dans une présentation publique en librairie.

Illustration 3

Illustration 3

Trois exemples de reconstruction des styles de vie des protagonistes des albums : la routine quotidienne et la décoration intérieure d’un jeune agent de sécurité célibataire (en haut à gauche, La fabrique pornographique, 2016, p. 8), le salon d’une jeune scénariste qui matérialise l’importance de son capital culturel (en haut à droite, Plus belle la série, 2017, p. 38), et la mise en regard des repas de Noël de deux familles de footballeurs professionnels qui souligne les différences internes de style de vie au sein d’un même groupe professionnel (en bas, L’amour du maillot, 2020, p. 80-81).

© CASTERMAN/Mandel & Trachman/Harel, Landes & Mille/Georges & Rasera.

2.3. Les innovations graphiques au service de la contextualisation

30En collaboration avec Lisa Mandel, les auteur·rices de BD se sont efforcé·es d’imaginer des solutions graphiques pertinentes pour le récit et pour restituer des éléments d’analyse indispensables aux yeux des sociologues.

31Procédé classique, les bulles disposées au-dessus des personnages permettent d’illustrer leurs arrière-pensées et par là les conventions et les formes d’autocensure qui pèsent sur les sujets sociaux dans certaines interactions, par exemple au sein de la famille ou au travail. Les rêves de certains personnages ont permis de figurer par le dessin des réalités sociales éloignées de leur quotidien, permettant de relier l’intrigue à des éléments relevant de la structure macrosociale. Les cauchemars du cadre en ressources humaines d’une chaîne de supermarchés, dans Encaisser  !, sont par exemple hantés par des monstres incarnant les actionnaires propriétaires qui orientent les conditions de travail et les destinées des salariés, sans jamais les rencontrer [illustration 4]. Ce ressort narratif donne à voir comment des rapports de domination s’exercent à distance, bien au-delà des interactions que les observations des sociologues peuvent consigner mais que les auteur·rices de BD peuvent elles/eux dessiner.

Illustration 4

Illustration 4

L’imagination graphique permet de montrer comment la domination peut être exercée à distance : les rêves d’un cadre en ressources humaines d’un supermarché sont hantés par les actionnaires propriétaires de la chaîne de supermarché (Encaisser  !, 2016, p. 66-67).

© CASTERMAN/Benquet & Simon.

32La transposition graphique apporte de nouvelles ressources démonstratives telles que la composition des cases et leur juxtaposition dans les pages, la variété des cadrages (gros plans ou panoramiques), la possibilité de créer des effets de redondance par le dessin et de guider l’attention des lecteurs vers des points particuliers. Le dessin permet de donner à voir et à ressentir le quotidien répétitif des audiences au tribunal et des entraînements d’une équipe de football, les cadences de travail à la caisse des supermarchés, la frénésie d’une rédaction juste avant le journal télévisé, les vies parallèles de différentes catégories du personnel aérien [Illustration 5 en haut]. Ce support autorise des analogies ou des évocations métaphoriques par le dessin qui ne seraient pas envisageables dans l’écriture en sciences sociales, comme la représentation d’un chef de chantier du BTP en colère, grimé sous les traits d’un éléphant pouvant signifier son ascendant sur les ouvriers [illustration 5 en bas].

Illustration 5

Illustration 5

La transposition graphique fournit de nouvelles ressources illustratives à l’argumentation scientifique : effet de répétition pour mettre en scène les routines quotidiennes (en haut, Turbulences, 2016, p. 15-16) ou les relations de pouvoir entre un contremaître et ses ouvriers (en bas, Chantier interdit au public, 2016, p. 76-77).

© CASTERMAN/Lambert & Virot/Braud & Jounin.

33Cependant, les formes de restitutions académiques ne se limitent pas au texte principal. Les schémas, graphiques ou tableaux sont autant de modes de présentation de données (notamment statistiques) qui servent la compréhension des résultats. Les auteur·rices de BD ont souvent opté pour l’insertion ponctuelle de cases explicatives reprenant le principe de l’encadré sociologique, en veillant à ne pas casser le fil narratif [illustration 6 à droite]. Dans La Banlieue du 20 heures, chaque personnage important pour le récit (et la restitution de l’enquête) prend la pose à sa première apparition, à la manière d’un plan fixe dans un générique de série [illustration 6 à gauche]. Dans cette case, l’auteur BD dresse une fiche signalétique alternant des anecdotes humoristiques de son invention, et les propriétés sociales des personnages jugées utiles par les sociologues pour les positionner les uns par rapport aux autres et pour distiller des informations non évoquées dans leurs interactions.

Illustration 6

Illustration 6

Les auteur·rices de BD ont souvent inséré des informations sociologiques sur les personnages dans des encadrés qui font penser à ceux utilisés par les sociologues dans leurs publications académiques (à gauche, La Banlieue du 20 heures, 2016, p. 6), ou des annotations et flèches directement insérées dans le dessin (à droite, L’amour du maillot, 2020, p. 10-11).

© CASTERMAN/Berthaut & Helkarava/Georges & Rasera.

34L’insertion de schémas de présentation détaillée des statuts, des postes, des réglementations s’est avérée souvent nécessaire pour signifier le poids des relations, des contraintes et des luttes dans lesquelles les protagonistes sont pris. Mais la liberté qu’offre l’adaptation en BD autorise plus encore des incises explicatives légères, sous la forme d’annotations et de flèches directement dans le dessin. À de rares exceptions, la difficulté à transposer ces éléments de contexte complexes et trop gourmands en surface à illustrer, a conduit les auteur·rices de BD et le comité scientifique à opter pour des passages rédigés, à l’instar du texte précisant le fonctionnement du championnat national de foot dans L’amour du maillot, illustré de quelques dessins [illustration 7]. C’est le cas aussi dans Séducteurs de rue où une série de pages est organisée comme un glossaire. Même si Sociorama cherche à effacer au maximum les traces de l’écriture académique, ces solutions graphiques restent les témoins du cadre sociologique qui se cache derrière les histoires racontées.

Illustration 7

Illustration 7

La difficulté d’insérer des éléments de contextes parfois substantiels dans le cours de la narration a amené les auteur·rices de BD à produire ponctuellement des passages écrits plus didactiques. Par exemple pour résumer les étapes d’une carrière médicale (à gauche, Sous la blouse, 2017, p. 5), ou la structure organisationnelle d’une mosquée (à droite, La petite mosquée dans la cité, 2018, p. 23).

© CASTERMAN/Mousse& Zolesio/Consigny & Jouanneau.

3. Fictionnalisation et déformation du discours sociologique

35Les inventions graphiques enrichissent la représentation des mondes et des processus sociaux étudiés par les sociologues. Mais dessiner des fictions sociologiquement fondées a également produit des déformations importantes du discours sociologique et a pu mener à des malentendus dans la réception des albums. Transformer des enquêtes sociologiques en fiction en imaginant des personnages qui se veulent réalistes conduit d’abord à se poser la question de la réduction de la réalité sociale à des stéréotypes ou à des clichés. Le parti pris de faire disparaître le travail de terrain et l’architecture conceptuelle de la recherche, pour laisser le lecteur s’immerger dans l’histoire, fait aussi courir le risque de minimiser la portée sociologique de l’enquête originale.

3.1. Créer des personnages : de l’idéaltype au stéréotype

36Un écueil important du passage du texte sociologique à la fiction dessinée réside dans l’invention des personnages de la fiction. Auteur·rices de BD et sociologues ont cherché à créer des personnages qui permettaient d’incarner le mieux possible un monde social. Mais le récit narratif suppose de limiter leur nombre, et donc de réduire la complexité des trajectoires et positions qu’on rencontre dans une enquête sociologique.

37À certains égards, la BD autorise la production de personnages équivalents aux idéaux-types des sociologues. En sociologie, ces constructions consistent à grossir certains traits de la réalité sociale, à différencier des comportements ou des catégories de personnes sur un nombre restreint de critères, sans prétendre englober toute la complexité du réel. De leur côté, de nombreux·euses auteur·rices de BD ne cherchent pas nécessairement à être réalistes, ni dans les traits physiques des personnages, ni dans leurs caractères. Dans la collection Sociorama par exemple, des auteur·rices de BD ont cherché à esquisser un personnage autour d’un trait physique reconnaissable (comme le contremaître aux grandes oreilles, dans Chantier interdit au public), ou d’une caractéristique sociale précise et signifiante dans la situation sociale qu’on décide de représenter (le cadre d’un supermarché représenté par sa mallette et son costume, dans Encaisser  !). Si le propos du sociologue est de montrer comment la hiérarchie au travail s’articule aux positions dans les rapports sociaux de race, il sera utile de marquer ce personnage du point de vue de ces rapports sociaux (par son patronyme, ou sa couleur de peau par exemple).

38Mais un idéaltype n’existe jamais sous sa forme épurée dans la réalité, c’est une construction intellectuelle, une abstraction qui sert l’analyse. Le transformer en personnage pose bien des problèmes de traduction. L’effet de réel produit par la narrativisation est susceptible de transformer un idéaltype en archétype : le personnage du contremaître peut être alors perçu comme représentant les contremaîtres en général. Là où la sociologie procède par tendance ou par probabilité (les femmes sont majoritaires dans la profession d’hôtesse de l’air), la fiction dessinée exige la réduction du nombre de personnages (« il faut un personnage principal d’hôtesse de l’air ») et donc la transformation de tendances probabilistes en une incarnation forcément réductrice. L’enjeu réside alors dans la manière de réussir à caractériser les personnages afin qu’ils correspondent à des caractéristiques sociales probables sans tomber dans le stéréotype.

39Faut-il créer un personnage qui soit typique d’une population ? Et que signifie typique : incarnant les caractéristiques statistiquement majoritaires ? Quelle est la représentativité de ce personnage ? Quelle est la part du réel qu’il prétend incarner ? Ainsi, les femmes sont minoritaires parmi les pilotes de ligne, donc il semble attendu que le personnage principal de pilote soit un homme. Mais quid de toutes les autres caractéristiques qui définissent le personnage. Dans son apparence physique d’abord : quelle couleur de peau ? Quel style vestimentaire ou capillaire ? Quelle corpulence ? Mais aussi dans ses attributs : se déplace-t-il en moto ? En voiture ? En métro ? Est-il marié avec enfant ou célibataire ? La question se pose aussi dans l’écriture sociologique : quand on évoque un enquêté, on peut donner son âge, son sexe, son niveau de diplôme, sa profession, son statut conjugal et familial, ses origines sociales, le type de logement qu’il habite, etc. Mais la/le sociologue sélectionne les caractéristiques qui vont lui être directement utiles dans l’analyse : elle/il ne peut pas et ne doit pas décrire la personne dans toutes ses coordonnées sociales. Dans la BD aussi, il faut faire le tri entre les caractéristiques visibles qui semblent importantes et signifiantes, et lâcher sur les à-côtés non centraux dans l’analyse. Dans l’échange entre sociologues et auteur·rices de BD, ce tri n’est pas toujours évident.

40La tension entre vraisemblance sociologique et reproduction de stéréotypes se retrouve dans la représentation des corps des personnages et dans les partis pris artistiques des dessinateur·rices. On sait, en sociologie, que la forme des corps, notre habillement, les attitudes corporelles ne sont pas des données aléatoires détachées des caractéristiques sociales des individus. Mais jusqu’où aller dans la fidélité réaliste du dessin alors que cet enjeu remet en cause la liberté créative et le style des auteur·rices de BD ? En découvrant le storyboard de Vacances au bled, Jennifer Bidet a réagi à la manière dont Singeon avait représenté un personnage secondaire, la mère d’un des personnages centraux de l’album. Cette femme apparaissait avec un corps semblable aux autres personnages féminins de la BD : jeune et svelte. La sociologue avait en tête l’image de la mère du jeune enquêté qui avait inspiré le personnage de Selim, plus âgée et moins élancée. En échangeant avec Singeon, celui-ci admit qu’il s’agissait d’une sorte d’impensé de sa part, lié à sa formation aux Beaux-Arts : on y apprend à représenter une gamme contrastée de corps mais sans la rapporter à des propriétés sociales [illustration 8]. Ce sont ici deux cultures professionnelles, deux types de regards qui se confrontent. D’un côté la recherche d’un style artistique personnel, qui s’affranchit du réalisme sociologique mais qui est aussi délimité par les impensés de la formation artistique et des canons esthétiques qui y ont cours. De l’autre, l’attachement à la mise en lumière des formes de différenciation et d’inégalités sociales dans les représentations graphiques, attentive à l’ethnocentrisme et à la relativité des critères de jugement esthétique. Comment trancher ? Singeon a accueilli la remarque comme légitime, et a modifié son trait dans la version finale. Mais après coup, la question reste en suspens : quelle est la légitimité d’une telle intervention en tant que sociologue ? Qu’est-ce que la modification apporte au récit et au propos sociologique du livre ? D’un côté, il y a un enjeu sociologique mais aussi politique, féministe, à ne pas réduire les personnages féminins à un seul mode de représentation, sous un modèle unique de corps. En même temps, cette intervention risque de réduire aussi la représentation des mères immigrées algériennes autour d’un seul modèle de féminité.

Illustration 8

Illustration 8

À quel point faut-il viser une représentation réaliste du monde social étudié, ou laisser libre cours à la créativité des artistes ? Et comment être réaliste sans tomber dans le stéréotype ? La réincarnation des personnages par le dessin amène à s’interroger sur la manière de représenter les corps des personnages socialement situés dans l’espace social (comparaison entre le premier storyboard et la version finale, Vacances au bled, 2020, p. 50).

© CASTERMAN/Bidet & Singeon.

41Cette tension entre invention et réalisme se retrouve aussi dans les choix narratifs. Dans Sous la blouse, portant sur la place des femmes dans la profession médicale, l’auteur de BD Marion Mousse a rencontré des résistances chez les sociologues de la collection à propos de l’évocation de la vie affective d’un des personnages de femme médecin. Il proposait que l’amant d’un soir de ce personnage soit plombier, précisément pour prendre de la distance avec ce qu’il considérait comme le cliché de l’homogamie, et s’amuser des parallèles entre le métier de chirurgien et de plombier. Les sociologues ont jugé le choix de la profession du partenaire sexuel peu probable et ont gommé cette caractéristique. Si, sur le coup, notre réaction collective semble aller de soi sociologiquement, avec le recul elle interroge. Dans quelle mesure la profession d’un amant de passage d’un personnage est-elle importante ? Dans quelle mesure ne durcit-on pas ici les tendances probabilistes à l’homogamie qui – comme toute tendance probabiliste – rencontre des exceptions ? Dans quelle mesure est-ce préjudiciable de glisser des détails statistiquement moins vraisemblables dans la narration ? Certes, mettre en scène l’homogamie dans les couples de médecins permet d’aborder la question de la reproduction sociale et de faire des parallèles entre les inégalités professionnelles et domestiques. Mais ce n’était pas l’enjeu dans cette scène : l’amant de passage était seulement un prétexte pour faire expliciter par le personnage principal les tensions qu’elle vivait dans la sphère professionnelle.

42La même tension apparaît dans la représentation des décors : là encore, faut-il chercher la fidélité ou laisser de la place à l’univers des auteur·rices de BD ? Dans La banlieue du 20h, tout l’enjeu pour le sociologue est d’insister sur la fabrication d’une image dépréciative des quartiers populaires par les médias. La BD comme l’enquête originale portent sur le travail des journalistes, et pas sur la réalité des rapports sociaux au sein de ces quartiers. Mais pour représenter le travail des journalistes dans ces espaces, il faut dessiner ces quartiers. Son univers d’artiste amène Helkarava, l’auteur BD, à souvent dessiner les espaces urbains comme des lieux sales et angoissants, sans revendiquer le réalisme de cette représentation. Pour Jérôme Berthaut, le sociologue auteur de l’enquête, cette représentation graphique court le risque de renforcer les représentations généralisantes et dévalorisantes sur la « banlieue », des représentations que son travail tend précisément à déconstruire. Le pacte de lecture entre fiction et réalisme sociologique étant ambigu dans la collection, l’inquiétude du sociologue dans l’adaptation de son travail en est alors redoublée.

  • 16 Dans (Beaud, 2018), Stéphane Beaud étudie une famille d’origine algérienne qu’il présente comme « o (...)
  • 17 Dans (Weber, 2005), Florence Weber s’appuie sur des « cas limites » pour comprendre le fonctionneme (...)

43Pour une partie des BD, les personnages inventés s’inspirent fortement de quelques enquêté×es réel×les. Ils renvoient à une écriture sociologique procédant par analyse de cas, plutôt que par construction d’idéaltype. Dans l’écriture sociologique, l’analyse approfondie de cas réels suffisamment contrastés entre eux permet de rendre compte des différenciations internes à une population. L’écriture sociologique par cas opère également des choix et ne prétend pas décrire l’infinie diversité du réel. Mais ces choix sont plus généralement justifiés et réinscrits dans un univers des possibles plus vaste : tel cas est mis en avant car il est représentatif d’un phénomène en général, parce qu’il est emblématique d’une population16. Parfois, au contraire, le sociologue choisit d’analyser en détail les cas les plus sociologiquement improbables, parce qu’ils sont aussi révélateurs des mécanismes de production du social17. Et à chaque fois, le sociologue s’emploie à situer ces cas dans une structure plus large.

44Les personnages des albums Sociorama reprennent des caractéristiques d’enquêté×es réel×es, mais en fusionnant plusieurs personnes rencontrées par les sociologues dans leur enquête. Quand la recherche originale montre l’hétérogénéité des parcours qui amènent à devenir scénariste dans un feuilleton, la BD va représenter une scénariste concentrant sur elle les informations importantes à faire passer sur les scénaristes en général – au risque de la transformer en la scénariste, c’est-à-dire en une sorte d’archétype, de scénariste typique. Et dans les choix qui président à l’élaboration de ce personnage, le risque est réel de glisser vers le stéréotype : depuis le choix d’un cas qui concentre des caractéristiques d’une population à un personnage censé incarner toute une population en forçant le trait.

3.2. Invisibiliser le terrain et le cadre conceptuel

45Le parti pris de la fiction dans la collection a conduit à évincer la figure du sociologue pour permettre au lecteur d’être plongé directement dans le monde social décrit, et éviter un propos didactique. Pourtant, la réflexivité est un impératif au cœur de la démarche sociologique : le retour sur les conditions d’enquête et l’analyse des relations nouées sur le terrain sont des passages obligés et codifiés de l’écriture sociologique. Faire disparaître le sociologue invisibilise les conditions de recueil des données et efface le cadre conceptuel sous-jacent à la description et à l’analyse du monde social représenté.

  • 18 À l’image des films documentaires de Frederick Wiseman.
  • 19 Sur le lien entre photographie et vérité en sociologie, voir (Becker, 2007)
  • 20 Au contraire, dans Riche pourquoi pas moi (Dargaud), l’autrice de BD Marion Montaigne met en scène (...)

46Le pari de la collection est de donner à voir la réalité du monde social, sans médiation explicative. Si des dispositifs pour réinscrire les situations et interactions dessinées dans des structures sociales plus larges ont pu être trouvés par les auteur·rices, ces précisions relèvent davantage d’éléments de contextualisation (historique, statistique) que d’une analyse sociologique proprement dite. Il n’y a pas de définition de concepts, ou d’énonciation de théories explicatives dans les albums. Le dispositif ressemble à certains égards au cinéma direct18 qui donne à voir sans commentaire, et laisse le spectateur produire lui-même son jugement et son analyse. Comme dans le cinéma documentaire, les BD Sociorama opèrent de nombreux arbitrages dans la sélection des enquêtes sociologiques, le choix du sujet, l’angle d’approche, le montage des plans19, les manières de créer des personnages de fiction et d’inventer les situations dans lesquelles ils sont plongés. Mais dans les deux cas, il n’y a pas de discours articulé ou d’analyse directe proposés par les auteur·rices à leur public. Nulle définition du concept de genre ou de racisme structurel dans les BD : les inégalités de genre sont incarnées par les personnages dans l’industrie du cinéma pornographique ou les hiérarchies hospitalières ; les assignations raciales sont rendues visibles dans l’organisation du travail des chantiers ou les conditions de fabrication de l’information sur les quartiers populaires. Le processus de socialisation, par exemple au type particulier de masculinité promu par les coaches en séduction, est montré mais n’est pas explicitement nommé comme tel. La mobilisation des caissières d’un supermarché n’est pas réinscrite dans la sociologie des mobilisations, pour rendre compte de son caractère improbable. La/le sociologue ne commente pas les scènes des BD et les fragments de réalité sociale qu’elles donnent à voir, pour en donner son analyse, armée des concepts et théories de sa discipline, et le lecteur est livré à lui-même pour décrypter le sous-texte sociologique des albums20.

47Les deux hors-séries de Sociorama sont des contre-exemples éclairants des partis pris de la collection. Dans Les nouvelles de la Jungle, Lisa Mandel restitue les hasards des rencontres de Yasmine Bouagga avec une bénévole ou un réfugié en suivant la sociologue dans son enquête sur les camps de réfugiés de Calais. Ceux-ci n’apparaissent pas comme la bénévole type, ou le migrant type, mais bien comme des interlocuteurs qui font partie d’un ensemble plus large, interrogés par la sociologue à la suite d’un enchaînement de rencontres et de démarches. Dans Prézizidentielles, les pages intitulées « Les éclairages de la docteure Pagis » permettent à la sociologue Julie Pagis de délivrer son interprétation sociologique des scènes d’enfants commentant l’actualité politique dessinées par Lisa Mandel. Dans ces deux hors-séries, la division du travail entre auteur·rice de BD et sociologue, entre fiction et science, est plus nette : la place de la sociologie dans le propos est plus clairement délimitée, car explicite. Invitée à donner sa lecture du monde social et présentée elle-même de manière humoristique, la sociologue se sent moins responsable de la forme prise par la représentation du monde social choisie par l’autrice de BD. Au contraire, dans les autres albums de la collection Sociorama, la/le sociologue ne diffuse pas son propos par des interventions en tant que personnage parlant. Par réaction, elle/il peut chercher à intervenir dans l’ensemble de ce qui est représenté, limitant le degré de créativité des auteur·rices de BD. Parce que les albums sont présentés comme une adaptation de son enquête, c’est la BD toute entière sur laquelle elle/il peut souhaiter exercer son contrôle. C’est même l’ensemble des sociologues impliqués dans le processus qui cherchent à intervenir sur le discours sociologique des albums et sur ce qu’elles/ils perçoivent comme des incohérences sociologiques, car tou·tes ont le souci de préserver l’image de leur discipline. Parce que l’adaptation en fictions dessinées repose sur l’invention de personnages qui implique une reconstruction de la réalité, une question revient de manière récurrente dans les échanges entre sociologue, auteur·rice BD et membres du comité scientifique : cette scène aurait-elle pu avoir lieu ainsi sur mon terrain ?

48Pour répondre à ce désir de vraisemblance, la tentation est grande de chercher à introduire des détails signifiants dans chaque case de la BD. Mais jusqu’où pousser le réalisme dans une BD du format de Sociorama ? La recherche du réalisme absolu peut amener à produire des illusions de réel qui restent largement implicites. La/le sociologue auteur·rice de l’enquête et co-auteur·rice de la BD peut pointer dans chaque planche des références réalistes, comme autant de clins d’œil à son enquête : tel décor, tel dialogue renvoient à des éléments réellement observés sur son terrain, et contribuent pour elle/lui au réalisme de la représentation. Mais le lecteur peut-il saisir ces effets de réel ? Et en quoi cela le guide-t-il vers la compréhension d’un propos sociologique ?

49Le risque de stéréotypification peut amener à des malentendus dans la réception des albums, comme en témoigne ce commentaire de deux jeunes lectrices, collecté à propos de Chantier interdit au public dans le cadre d’un enseignement de sciences économiques et sociales dans un lycée de Bordeaux :

« Voilà une BD, qui encore une fois, généralise l’immigration par la présentation d’un quotidien de seulement deux hommes. [...] Chantier interdit au public caricature les immigrés non seulement par la vie qu’il leur attribue mais aussi par la manière dont ils sont représentés : hommes noirs, grands yeux blancs et grandes dents blanches. »

50Les lectrices dénoncent une représentation raciste des travailleurs noirs là où l’album cherche surtout à pointer la place structurelle du racisme dans le monde du bâtiment, qui se traduit par une surreprésentation des ouvriers noirs dans les postes subalternes. Les deux personnages identifiés comme noirs n’ont pas vocation à condenser la diversité des histoires migratoires et des expériences du racisme que l’on rencontre dans la réalité, mais ils ont d’abord pour but de mettre en lumière les mécanismes de la discrimination raciste dans le secteur du bâtiment.

51Alors que le lecteur sait que l’histoire a été inventée, comment fera-t-il ensuite le tri entre le réalisme sociologique et la fantaisie créative de l’auteur·rice de BD ? Lors d’une présentation de sa BD dans un lycée d’Île-de-France, une élève demandera à plusieurs reprises à Jennifer Bidet : « les personnages de la BD, ils existent ou ils existent pas ? », ne se satisfaisant pas de la réponse de la sociologue sur les compromis trouvés entre fiction et réalisme. Son insistance montre que toute sa lecture de l’album a été dominée par cet enjeu (réel ou fiction ?) laissant de côté le reste du propos porté par la BD.

52Dans un autre contexte, Mathias Thura a assisté début 2021 à plusieurs présentations des albums de la collection par des étudiants de sociologie en première année de licence à l’Université de Strasbourg. Réalisés dans le cadre de travaux dirigés de lectures de textes encadrés par Jean-Daniel Boyer, ces exposés parvenaient à restituer le contenu sociologique des planches de BD étudiées. L’articulation entre fiction et propos sociologique ne semble ici pas avoir dérangé les lectrices et lecteurs. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce qui semble être une réception plus conforme aux objectifs définis par les sociologues ayant participé à la collection : le contexte universitaire d’un cours de sociologie, la formation disciplinaire reçue durant leur premier semestre de licence (suffisante pour commencer à identifier des notions ou enjeux sociologiques présents en filigrane) et l’étude de textes relatifs aux thématiques abordées dans les albums étudiés (en sociologie économique et sociologie du travail). Contrairement aux lycéen·nes cité·es plus haut, les étudiant·es ont réussi à faire le lien entre des scènes des albums étudiés et des notions sociologiques mais aussi avec leurs propres expériences d’emploi salarié. Certain·es d’entre elles/eux étaient caissièr·es dans un supermarché pour financer leurs études, et pouvaient témoigner des conditions de travail décrites dans Encaisser  !. Toutefois, une étudiante a clairement admis que les consignes données par leur enseignant l’ont beaucoup aidée à voir et comprendre la portée sociologique des BD Sociorama. L’accompagnement par un enseignant semble ici nécessaire pour faire réapparaitre ce que la transformation en BD a effacé.

  • 21 Le site Lectures a par exemple publié des recensions sur 5 des 12 albums de la collection.

53Des chercheur·es ont aussi contribué à la réception critique de la collection dans des recensions scientifiques publiées dans le champ académique21. Si nos collègues saluent la volonté de diffuser les travaux sociologiques par une voie originale, elles et ils notent le manque de références sociologiques explicites dans les albums. Certains auraient souhaité disposer d’une bibliographie complémentaire à la fin de l’album, pour guider le lecteur ou la lectrice souhaitant approfondir sa connaissance des sujets abordés (Diter, 2016). D’autres regrettent que les lecteurs×rices aient à reconstituer eux-mêmes le discours sociologique disséminé, parfois presque caché, dans les BD de la collection (Perret, 2016). La critique a pu aller plus loin : l’effacement du cadre théorique accompagné du ton globalement humoristique d’une partie des albums conduirait à faire disparaître, ou du moins à affaiblir, le discours critique présent dans l’enquête sociologique originale (Roux, 2016 ; Millepied, 2016).

Conclusion

54En prenant le parti de raconter des histoires sociologiquement informées, la collection Sociorama a cherché à faire entrer un lectorat plus large que le public habituel des publications sociologiques dans des univers sociaux diversifiés. Le travail d’adaptation a cependant perturbé et questionné les automatismes de l’écriture sociologique académique. Raconter des histoires suppose de restituer la matérialité du rapport au temps des agents sociaux, et donc de décloisonner les spécialités thématiques et les sphères de la vie sociale, par exemple entre le travail et le hors travail. Mais décrire le social par le bas, par la manière dont il s’invite dans chaque existence individuelle et dans les interactions de face à face ne signifie pas qu’il faut faire disparaître les structures sociales qui les ordonnent, et les auteur·rices de BD ont mobilisé leur savoir-faire graphique pour intégrer dans le récit des éléments de contextualisation sociologique.

55Si elle avait pour intérêt d’immerger le lecteur dans les mondes sociaux décrits, la fiction dessinée telle qu’elle a été mise en œuvre dans la collection a aussi ses travers. Inventer des personnages concentrant tout un ensemble de caractéristiques sociologiquement signifiantes fait courir le risque de produire des stéréotypes, des représentations finalement attendues et caricaturales des univers sociaux décrits. Par ailleurs, faire disparaître la/le sociologue comme enquêteur·trice, c’est aussi la/le faire disparaître comme locuteur·trice d’un discours analytique sur le monde décrit. Dans le cinéma documentaire direct, l’absence de voix off est compensée par le pacte documentaire implicite selon lequel tout ce qui est filmé s’est effectivement passé devant la caméra. Dans une fiction, même si elle se présente comme « un récit sociologique en BD », le pacte de lecture est davantage brouillé : si tout est inventé, que faut-il croire ? Que faut-il comprendre ? Comment lire ces histoires ?

  • 22 Dont témoignent les nombreuses invitations des auteur·rices des BD Sociorama dans des lycées ou des (...)

56De ces réflexions naît le constat que ces albums de BD n’ont pas pleinement rempli leur double objectif de diffusion scientifique et de réussite éditoriale. En 2019, les chiffres de vente des albums amènent Casterman à renoncer à la collection et au processus de production basé sur l’encadrement par un comité scientifique. Les albums ont cependant reçu un bon accueil dans le cadre scolaire ou universitaire22, ce qui témoigne de l’intérêt de ce support pour diversifier les voies d’entrée dans la connaissance sociologique (Guillaud et Mengneau, 2019). Dans ces contextes, la réception des albums n’est toutefois pas totalement autonome. La découverte de ces BD est guidée par des dispositifs pédagogiques permettant aux lecteurs de prendre la mesure du propos sociologique qui y est présenté. Ce succès témoigne ainsi de la nécessité d’un accompagnement dans la lecture pour pointer la dimension proprement sociologique du discours tenu, souvent en filigrane, par les albums. Pour les sociologues impliqués dans la collection, c’est un enseignement important même si ces adaptations en BD n’ont jamais été pensées comme une fin en soi : elles n’ont jamais eu vocation à remplacer une écriture plus académique mais simplement à éveiller suffisamment de curiosité chez les lecteur·rices pour qu’ils aillent, un jour, peut-être, lire de «  vrais  » livres de sociologie…

Haut de page

Bibliographie

BARBERIS Eduardo et GRÜNING Barbara (2021), « Doing Social Sciences Via Comics and Graphic Novels. An introduction », Sociologica, 15(1), p. 125-142.

BEAUD Stéphane (2018), La France des Belhoumi. Portraits de famille 1977-2017, Paris, la Découverte.

BECKER Howard (2007), « Les photographies disent-elles la vérité  ? », Ethnologie française, 37(1), p. 33‑42.

BOURDIEU Pierre (1962), « Célibat et condition paysanne », Études rurales, 5/6, p. 102‑135.

BOURDIEU Pierre (1976), « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2-3, p. 88-104.

CASTEL Robert (2000), « La sociologie et la réponse à la “demande sociale” », Sociologie du Travail, 42(2), p. 281‑287.

DITER Kevin (2016), « Baptiste Virot, Anne Lambert, Turbulences », Lectures, Les comptes rendus.

DURKHEIM Émile (1893), De la division du travail social, Paris, PUF.

GIRAUD Frédérique (2013), « Quand Zola mène l’enquête  : le terrain comme caution scientifique », Ethnologie française, 43(1), p. 147‑153.

GUILLAUD Étienne et MENGNEAU Juliette (2019), « Un détour par la bande dessinée. Retour sur des expériences d’apprentissage de la sociologie en licence », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, 14.

INGOLD Tim (2011), Redrawing Anthropology: Materials, Movements, Lines, London, Routledge.

KUTTNER Paul, WEAVER-HIGHTOWER Marcus et SOUSANIS Nick (2021), « Comic-based research: The affordances of comics for research across disciplines », Qualitative Research, 21(2), p. 195-214.

MACDOUGALL David (2004), « L’anthropologie visuelle et les chemins du savoir », Journal des anthropologues, 98-99, p. 279-333.

MILLEPIED Anne-Charlotte (2016), « Lisa Mandel, Mathieu Trachman, La fabrique pornographique », Lectures, Les comptes rendus.

MITTERRAND Odette et CIMENT Gilles (1993), L’histoire, par la bande. Bande dessinée, histoire et pédagogie, Paris, Syros.

MORTON Christopher (2018), « La description graphique. Dessins et photographies dans les carnets de terrain et le travail de conservateur de Henry Balfour », Gradhiva, 27, p. 58-89.

NOCERINO Pierre (2016), « Ce que la bande dessinée nous apprend de l’écriture sociologique », Sociologie et sociétés, 48(2), p. 169-193.

PERRET Michael (2016), « Helkarava, La banlieue du 20 heures », Lectures, Les comptes rendus.

ROCHE David, MITAINE Benoît et SCHMITT Isabelle éd. (2015), Bande dessinée et adaptation  : littérature, cinéma, TV, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal.

ROUVIÈRE Nicolas (dir.) (2012), Bande dessinée et enseignement des humanités, Grenoble, ELLUG.

ROUX Alexandra (2016), « Léon Maret, Mélanie Gourarier, Séducteurs de rue », Lectures, Les comptes rendus.

TONDEUR Kim (2018), « Le Boom Graphique en Anthropologie. Histoire, actualités et chantiers futurs dans la discipline anthropologique », Omertaa. Journal of Applied Anthropology.

WEBER Florence (2005), Le sang, le nom, le quotidien : une sociologie de la parenté pratique, La Courneuve, Aux lieux d’être.

WEBER Max (1919), Le savant et le politique, Paris, Union générale d’éditions.

Haut de page

Annexe

Tableau 1 – Liste des albums publiés

Albums

Dessinateur·trice, scénariste

Auteur et autrice sociologue

Ouvrage original

Chantier interdit au public (2016)

Claire Braud

Nicolas Jounin

Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment. Éditions La Découverte (2008)

La fabrique pornographique (2016)

Lisa Mandel

Matthieu Trachman

Le travail pornographique, enquête sur la production des fantasmes. Éditions La Découverte (2013)

Turbulences (2016)

Baptiste Virot and Anne Lambert

Anne Lambert

Travail non publié

Séducteurs de rue (2016)

Léon Maret

Mélanie Gourarier

Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes : une socio-anthropologie des sociabilités masculines hétérosexuelles au sein de la Communauté de la séduction en France. Thèse de doctorat, EHESS (2012)

La banlieue du 20 heures (2016)

Helkarava

Jérôme Berthaut

La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie d’un lieu commun journalistique. Éditions Agone (2013)

Encaisser  ! (2016)

Anne Simon

Marlène Benquet

Encaisser  ! Enquête en immersion dans la grande distribution. Éditions La Découverte (2013)

Sous la blouse (2017)

Marion Mousse

Emmanuelle Zolesio

Chirurgiens au féminin. Des femmes dans un métier d’hommes. Presses universitaires de Rennes (2012)

Plus belle la série (2017)

Émilie Harel et Paul-André Landes

Muriel Mille

Produire des fictions à la chaîne : sociologie du travail de fabrication d’un feuilleton télévisé. Thèse de doctorat, EHESS (2013)

La petite mosquée dans la cité (2018)

Kim Consigny

Solenne Jouanneau

Les imams en France. Une autorité religieuse sous contrôle. Éditions Agone (2013)

Vacances au bled (2018)

Singeon

Jennifer Bidet

Les vacances au bled de descendants d’immigrés algériens. Trajectoires, pratiques, appartenance. Thèse de doctorat, Université Lyon 2 (2013)

L’amour du maillot. Une saison en ligue 2 (2020)

Hélène Georges

Frédéric Rasera

Des footballeurs au travail. Au cœur d’un club professionnel. Éditions Agone (2016)

Au tribunal des couples (2020)

Baptiste Virot

Collectif Onze

Au tribunal des couples : Enquête sur des affaires familiales. Éditions Odile Jacob (2013)

Haut de page

Notes

1 La citation est un clin d’œil au blog de Denis Colombi qui propose une lecture « grand public » de la sociologie. L’article consacré à Sociorama sur son blog au lancement de la collection a été une source importante de réflexion.
Source : http://uneheuredepeine.blogspot.com/2016/08/la-sociologie-comme-elle-se-lit.html

2 Cet article est une version traduite de l’article en anglais : Jérôme Berthaut, Jennifer Bidet et Mathias Thura, « Making Sociologically-Grounded Fictions. A Review of the Sociorama Collection Experience », Sociologica, 15-1, 2021, p. 265-290.

3 En septembre 2019, la collection totalisait environ 36700 ventes d’albums, dans une fourchette allant de 1000 à 5600 exemplaires par albums. Les meilleures ventes à cette date étant Les nouvelles de la Jungle (paru en janvier 2017, 5626 exemplaires vendus), La Fabrique pornographique, Chantier interdit au public (février 2016, 5336 et 4731 exemplaires vendus), et La banlieue du 20 heures (septembre 2016, 4454 exemplaires vendus). Par comparaison, l’ouvrage sociologique La banlieue du 20 heures de Jérôme Berthaut s’était vendu à 1478 exemplaires.

4 Nous ne nous engagerons pas dans une discussion systématique des similitudes et des différences de régimes entre écritures sociologique, fictionnelle ou encore journalistique. Nous tenons cependant pour pertinent de les considérer comme distinctes. Pour une discussion plus poussée sur le sujet, nous invitons les lecteur·rices à lire l’article de Pierre Nocerino publié en parallèle dans le même dossier thématique.

5 Jennifer Bidet et Jérôme Berthaut rejoindront le comité scientifique en 2018, après l’adaptation de leurs propres travaux.

6 Rencontre qui s’est faite dans le cadre du séminaire « Sociologie et bande dessinée » organisé au sein du département de sciences sociales de l’École normale supérieure Paris, qui portait sur le champ de production de la BD et sur les manières dont les auteur·rices de BD représentent le monde social dans leurs albums.

7 Le projet de la collection Sociorama s’inscrit également dans une période de renouvellement des équipes au sein des éditions Casterman qui ont été rachetées par le groupe Gallimard en 2012. Benoît Mouchard, ancien directeur artistique du Festival international de la BD d’Angoulême, est nommé directeur éditorial de Casterman en 2013.

8 La collection fera deux entorses à cette ligne éditoriale, dans le cadre de deux hors-séries. Dans ces albums (Les nouvelles de la Jungle et Prézizidentielles) qui compilent des chroniques dessinées d’abord publiées sur le site du quotidien Le Monde, c’est l’enquête qui constitue le fil de la narration : la sociologue (respectivement Yasmine Bouagga puis Julie Pagis) et l’autrice de BD sont les personnages principaux de l’album, personnages que l’on suit sur le terrain de recherche.

9 L’histoire semble effectivement avoir précédé les autres disciplines sur ce point, ses liens avec la BD remontant aux années 1970 (Mitterrand et Ciment, 1993).

10 Si l’option fut initialement envisagée – Lisa Mandel manifestant un fort intérêt pour cette démarche – elle fut rapidement écartée, le choix d’adapter des enquêtes déjà achevées s’étant imposé pour des raisons de simplicité et d’économies, sauf dans le cas des Hors Séries évoqués plus haut, et de l’album Turbulences (pour lequel l’enquête était en cours, mais qui a suivi la ligne de la collection, en gardant le parti pris fictionnel et l’invisibilisation du processus d’enquête). Pour Les nouvelles de la Jungle, c’est la sollicitation de Lisa Mandel par les initiateurs de l’Appel de Calais pour venir documenter la situation des réfugié·es qui déclencha la collaboration de Lisa Mandel et Yasmine Bouagga sur ce terrain. Un partenariat avec Le Monde et l’obtention d’une avance plus conséquente de la part de Casterman permis de financer l’enquête (location d’un appartement, défraiement).

11 Indices du caractère inhabituel de cette instance pour le monde de l’édition BD : l’oubli de la mention du comité scientifique en page de garde de certains des albums, ou encore, dans les débuts de la collection, les difficultés rencontrées pour recevoir des exemplaires au même titre que les auteur·ices et directrices de la collection, malgré un travail conséquent engagé de la part des membres du comité dans chacune des adaptations.

12 Sur le modèle de l’évaluation scientifique anonyme, aucun contact direct n’existait entre les membres du comité scientifique et l’auteur.rice BD, mis à part avec la co-directrice de collection, Yasmine Bouagga.

13 Pour un album Sociorama, les auteur·rices de BD touchent 9000 euros (en avance de droits d’auteurs), dont doivent être déduites les cotisations relevant de leur statut juridique. Sur un an, ils ne peuvent pas travailler à plein temps sur ce seul projet, et cumulent d’autres projets en parallèle.

14 Les membres du premier comité scientifique ont été formés au sein du département de sciences sociales de l’École normale supérieure de Paris et du laboratoire Centre Maurice Halbwachs.

15 Pierre Nocerino (2016) produit une réflexion analogue sur les formes de l’écriture sociologique en BD, mais dans le cadre de ce qu’il appelle une « ethnographie dessinée ».

16 Dans (Beaud, 2018), Stéphane Beaud étudie une famille d’origine algérienne qu’il présente comme « ordinaire » car elle rassemble des caractéristiques partagées par une majorité de familles issues de l’immigration algérienne en France.

17 Dans (Weber, 2005), Florence Weber s’appuie sur des « cas limites » pour comprendre le fonctionnement général des liens de parenté dans la France contemporaine.

18 À l’image des films documentaires de Frederick Wiseman.

19 Sur le lien entre photographie et vérité en sociologie, voir (Becker, 2007)

20 Au contraire, dans Riche pourquoi pas moi (Dargaud), l’autrice de BD Marion Montaigne met en scène les sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon dans une narration délibérément fantaisiste. L’autrice fait intervenir les deux personnages de sociologues sur un ton à la fois comique et didactique, pour présenter et définir les principaux concepts qui leur ont permis de décoder le fonctionnement de la grande bourgeoisie.

21 Le site Lectures a par exemple publié des recensions sur 5 des 12 albums de la collection.

22 Dont témoignent les nombreuses invitations des auteur·rices des BD Sociorama dans des lycées ou des séminaires de recherche, et la présence significative des albums dans les bibliothèques universitaires.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1
Légende La «  signature  » en couverture des albums a évolué, pour donner davantage à voir la coopération nouée entre les auteur.rices BD et sociologues, et l’ancrage dans la discipline. Si l’auteur.rice BD apparaît comme l’auteur·rice principal jusqu’au 8e album (sans compter les hors-séries), à partir du 9e (et dans les rééditions des premiers), les deux noms sont mis sur le même plan, et il est question de «  récit sociologique  ». Couvertures de Sous la blouse (paru en avril 2017, à gauche) et La Petite mosquée dans la cité (juin 2018, à droite).
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Illustration 2
Légende La réalisation de la BD se fait en trois étapes : le synopsis (haut), le storyboard (à gauche) et la version finale (à droite). Chaque document proposé par l’auteur de BD est relu, commenté et amendé par la sociologue adaptée, les sociologues du comité scientifique et les co-directrices de la collection. Documents de travail pour la réalisation de la BD Vacances au bled (2020).
Crédits © CASTERMAN/Bidet & Singeon
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6116/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Illustration 3
Légende Trois exemples de reconstruction des styles de vie des protagonistes des albums : la routine quotidienne et la décoration intérieure d’un jeune agent de sécurité célibataire (en haut à gauche, La fabrique pornographique, 2016, p. 8), le salon d’une jeune scénariste qui matérialise l’importance de son capital culturel (en haut à droite, Plus belle la série, 2017, p. 38), et la mise en regard des repas de Noël de deux familles de footballeurs professionnels qui souligne les différences internes de style de vie au sein d’un même groupe professionnel (en bas, L’amour du maillot, 2020, p. 80-81).
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6116/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Illustration 4
Légende L’imagination graphique permet de montrer comment la domination peut être exercée à distance : les rêves d’un cadre en ressources humaines d’un supermarché sont hantés par les actionnaires propriétaires de la chaîne de supermarché (Encaisser  !, 2016, p. 66-67).
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6116/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Illustration 5
Légende La transposition graphique fournit de nouvelles ressources illustratives à l’argumentation scientifique : effet de répétition pour mettre en scène les routines quotidiennes (en haut, Turbulences, 2016, p. 15-16) ou les relations de pouvoir entre un contremaître et ses ouvriers (en bas, Chantier interdit au public, 2016, p. 76-77).
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6116/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Illustration 6
Légende Les auteur·rices de BD ont souvent inséré des informations sociologiques sur les personnages dans des encadrés qui font penser à ceux utilisés par les sociologues dans leurs publications académiques (à gauche, La Banlieue du 20 heures, 2016, p. 6), ou des annotations et flèches directement insérées dans le dessin (à droite, L’amour du maillot, 2020, p. 10-11).
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6116/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Illustration 7
Légende La difficulté d’insérer des éléments de contextes parfois substantiels dans le cours de la narration a amené les auteur·rices de BD à produire ponctuellement des passages écrits plus didactiques. Par exemple pour résumer les étapes d’une carrière médicale (à gauche, Sous la blouse, 2017, p. 5), ou la structure organisationnelle d’une mosquée (à droite, La petite mosquée dans la cité, 2018, p. 23).
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6116/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Illustration 8
Légende À quel point faut-il viser une représentation réaliste du monde social étudié, ou laisser libre cours à la créativité des artistes ? Et comment être réaliste sans tomber dans le stéréotype ? La réincarnation des personnages par le dessin amène à s’interroger sur la manière de représenter les corps des personnages socialement situés dans l’espace social (comparaison entre le premier storyboard et la version finale, Vacances au bled, 2020, p. 50).
Crédits © CASTERMAN/Bidet & Singeon.
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6116/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Berthaut, Jennifer Bidet et Mathias Thura, « Mettre la sociologie en cases »Socio-logos [En ligne], 18 | 2023, mis en ligne le 13 février 2023, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/6116 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-logos.6116

Haut de page

Auteurs

Jérôme Berthaut

Cimeos, Mcf, Sociologie, U. Bourgogne, jerome.berthaut[at]u-bourgogne.fr

Jennifer Bidet

Cerlis, Mcf, Sociologie, U. Paris Cité, jennifer.bidet[at]parisdescartes.fr

Mathias Thura

Sage, Mcf, Sociologie, U. Strasbourg, thura[at]unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search