Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Dessiner les sciences sociales.

Dessiner les sciences sociales.

Esquisse d’analyse sociologique de l’écriture comme pratique professionnelle
Drawing for social scientists. Draft for sociological research on writing as a professional practice
Pierre Nocérino

Résumés

Les initiatives croisant sociologie et bande dessinée se font aujourd’hui de plus en plus nombreuses. Celles-ci entraînent parfois un trouble chez les sociologues : s’agit-il encore de sociologie ou relèvent-elles plutôt de la vulgarisation ? Le trouble est d’autant plus important qu’il implique en réalité une question bien plus complexe encore : qu’est-ce qui fait la qualité proprement sociologique d’un document ?
Répondre à une telle question nécessite d’appréhender l’écriture sociologique comme un ensemble de pratiques nécessairement collectives, de l’écriture elle-même à la publication en passant par l’évaluation. Alors que ces pratiques peuvent nous paraître routinières, le recours à la bande dessinée tend effectivement à rendre plus évidentes les tensions qui traversent les différentes étapes de la production d’un texte sociologique.
Ainsi, par une analyse réflexive de mes propres pratiques d’écriture de la sociologie sous forme de bande dessinée, je tâcherai de comprendre et expliquer les contraintes professionnelles qui pèsent sur cette dimension centrale de l’activité des chercheurs et chercheuses. Cette esquisse d’analyse sociologique de l’écriture permet dès lors de formuler des critiques à l’égard des diverses initiatives croisant sociologie et bande dessinée. Mais plus encore, elle invite les sociologues à réfléchir ensemble sur les manières de faire (ou de ne pas faire) leur métier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Je tiens à remercier Cécile Thomé pour sa curiosité, son écoute et ses suggestions, sans lesquelles (...)

Il nous faut donc non seulement une théorie de l’acte d’écrire mais aussi une théorie sociale de l’écriture en tant qu’activité professionnelle et collective. Parce que la plupart des auteurs écrivent dans un isolement quasi total, les lecteurs attribuent le mérite des résultats à l’auteur seul et en portent le crédit ou le débit au compte de sa réputation professionnelle.
(Becker, 2004, p. 25)

1Il est désormais admis que les modalités d’écriture influencent notre rapport au monde (Goody, 1979). Plusieurs travaux ont ainsi pris pour objet les pratiques d’inscription des chercheurs et chercheuses, notamment pour rendre compte des opérations de traduction appliquées aux successivement aux matériaux et autres données scientifiques (Latour, 1993). Adoptant une démarche réflexive nourrie par l’épistémologie et les travaux historiens, plusieurs publications ont interrogé la spécificité de l’écriture des sciences sociales, en particulier dans son rapport à la littérature (Lepenies, 1990). Plus qu’une rupture, le raisonnement sociologique impliquerait nécessairement une attention portée à la narration (Passeron, 1991), au point que certains revendiquent un « tournant narratif » faisant de la mise en récit de l’enquête un élément central de l’administration de la preuve (Marcus, Cushman, 1982 ; Clifford, 2003).

  • 2 Dans cette perspective, et pour néanmoins me situer dans les débats existants, je me contenterai de (...)

2Pourtant, si ces nouveaux usages conduisent à des réflexions méthodologiques passionnantes, rares sont les publications qui analysent ces phénomènes comme une évolution des pratiques professionnelles. Il ne s’agira donc pas ici d’entrer dans le détail des débats (et désaccords) sur la notion de récit, ce qui impliquerait de se confronter aux études en linguistique (où les « théories du récit » font l’objet de controverses, cf. Adam, 2019) et de mener un travail définitionnel poussé, notamment pour distinguer fiction et réalité. L’objectif de cette contribution est toute autre : relever le défi proposé par Howard Becker et se risquer à une ébauche d’analyse sociologique du travail d’écriture de la sociologie2.

3Pour cela, il est possible de se tourner vers une forme d’écriture réputée nouvelle au sein de cette discipline : la bande dessinée (bd). L’attention aux procédés d’écriture devient en effet particulièrement incontournable lorsque les chercheurs et chercheuses mobilisent de nouvelles techniques tant cela bouleverse les pratiques, qu’il s’agisse d’outils d’instrumentation-visuelle (Naville, 1966) ou même de nouveaux dispositifs d’écriture tapuscrite (voir par ex. Becker, 2004, p. 157-169 à propos des outils numériques). Tâchons donc de voir ce que l’introduction de la bd comme outil d’écriture de la sociologie peut nous apprendre de la manière d’écrire cette discipline. Voire, peut-être, en quoi cela peut nous aider à comprendre ce qu’« être sociologue » implique.

Méthodes et problématisation

4Cette analyse s’appuiera notamment sur un retour réflexif. En 2020, j’ai soutenu une thèse sur le travail et les mobilisations des auteurs et autrices de bd (Nocérino, 2020a). Mais avant d’en faire un objet de recherche, j’avais déjà intégré la bd à ma pratique de la sociologie. En 2013, avec la complicité de l’autrice de bd Léa Mazé, j’avais lancé le blog « Émile, on bande ? »3 qui avait pour objectif d’expérimenter différents formats et façons d’écrire la sociologie avec de la bd.

5J’ai commencé par réaliser de courtes bd destinées à rendre accessibles des classiques de la sociologie à des non-initiés. Une telle démarche s’inscrivait dans une longue tradition de vulgarisation par l’image, laquelle rencontre depuis quelques années un intérêt croissant (voir l’analyse, centrée sur la vulgarisation des travaux historiens, de Lesage, 2019).

6Plus tard, alors que j’envisageai de candidater à des contrats doctoraux, j’ai décidé d’intégrer davantage cet outil au service de mes recherches. En parallèle de la vulgarisation réalisée avec Léa Mazé, je me suis donc lancé seul dans la production de restitutions d’enquêtes ethnographiques en bd. Inspirée par l’essor de la « bd reportage » (Lesage, 2017), ma démarche avait pour but de souligner mon souhait de me professionnaliser dans le milieu de la recherche, notamment en suscitant une discussion avec des collègues de la sociologie visuelle. Au-delà de la stratégie professionnelle, j’étais convaincu que la bd constituait un outil d’écriture des sciences sociales non seulement valide, mais également porteur de nombreux atouts (Nocérino, 2016). Plusieurs travaux ont depuis souligné les apports et limites de l’écriture scientifique en bd (Gloris Bardiaux-Vaïente, Labarre, 2017 ; Kuttner et al., 2021 ; Barberis, Grüning, 2021 ; Hague, 2021 ; Berthaut et al., 2023).

7Si mes objectifs ont été en partie atteints dans chacune de ces deux démarches, j’ai eu des retours plus inattendus. Concernant les planches de vulgarisation, les commentaires provenaient essentiellement de collègues qui m’ont confié préférer ces planches vulgarisées aux restitutions d’enquête, ravis de redécouvrir des classiques avec un ton décalé, voire irrévérencieux. À l’inverse, concernant justement cette fois les restitutions d’observation en bd, j’ai finalement eu assez peu de retours de la part de mes pairs. En revanche, plusieurs personnes qui n’avaient jamais fait de sociologie m’expliquaient que cela leur avait permis de découvrir un univers donné, mais aussi mieux comprendre en quoi consistait, concrètement, une enquête sociologique. Il serait intéressant de procéder à une objectivation de ces retours, voire à une enquête de réception en bonne et due forme. Toutefois, ceux-ci m’ont surtout renvoyé à mes propres prénotions relatives aux publics que je pensais atteindre. Pourquoi est-ce que je me bornais à écrire pour des publics spécifiques alors que, de toute évidence, je me trompais systématiquement de cible ?

8Pour répondre à cette question, ce n’était pas une étude sur la réception qui était nécessaire, mais une analyse du travail de production de ces planches. En appliquant à mon propre travail la démarche utilisée pour analyser les pratiques professionnelles des auteurs et autrices de bd dans ma thèse, je décrirai dans un premier temps mes routines d’écriture ou de co-écriture. Cela me conduira dans un deuxième temps à tenter de comprendre ce qui était sous-jacent à mes choix. Ce qui me permettra, dans un troisième temps, d’expliquer la pluralité des manières de faire de la sociologie en bd. Il sera alors possible, dans un quatrième et dernier temps, d’adopter une posture critique sur les manières de croiser bd et sociologie. Ce travail réflexif sur différentes hybridations entre sociologie et bd visera à dégager des outils susceptibles d’aider à penser sociologiquement les pratiques d’écriture. Il peut en cela être qualifié de programmatique, tant il revient à esquisser des pistes pour une enquête sur le travail des chercheurs et chercheuses, sur la base d’outils empruntés à la « sociologie pragmatique » (Lemieux, 2018) dans laquelle s’ancrent mes travaux antérieurs. Mais au-delà de cette perspective, cette contribution se veut surtout un support à une réflexivité collective sur le professionnalisme des sociologues en général.

1. Décrire les routines d’écriture de la sociologie en bd

9Que ce soit en texte ou en bd, l’écriture est souvent perçue comme une activité routinière. Nous disposons toutes et tous de trucs, d’astuces ou de ficelles pour parvenir à produire des textes à moindre coût : des formules ou des plans qui « fonctionnent bien », des références que l’on peut utiliser sans problème tant on les connaît par cœur, etc. Pourtant, une description attentive de l’activité permet de constater à quel point la routine est une performance parfois compliquée. Malgré toutes nos techniques, il nous arrive également de « bloquer ».

De la routine aux épreuves

10Pour bien décrire l’activité d’écriture (sans tomber dans la normalisation des difficultés que l’on rencontre), celle-ci mérite d’être envisagée comme une succession d’« épreuves » (Lemieux, 2018, p. 39). Appliquée à l’écriture, cette notion d’épreuve permet d’appréhender l’ensemble des problèmes pratiques qui surgissent en situation, y compris ceux qui passent presque inaperçus : un mot qui nous échappe, un raisonnement qui ne tient pas, un ordinateur qui plante, un collègue qui nous fait une remarque, etc.

  • 4 Parler d’« épreuve » vise à insister sur cette potentielle remise en cause par une personne de la r (...)

11Les routines sont donc des techniques développées pour franchir plus facilement ces épreuves. La plupart du temps, nous y parvenons parce que nous disposons d’astuces très efficaces, c’est-à-dire qui nous permettent de franchir une épreuve parfois même sans que l’on ne s’en rende compte. Quand bien même la plupart de ces difficultés sont aisément surmontées, la routine n’en demeure pas moins le résultat de compétences professionnelles acquises par une pratique assidue. Reste que, de temps à autre, certaines épreuves sont tellement importantes qu’elles nous obligent à modifier nos routines, à adapter nos habitudes d’écriture. Au point même de développer des formes élevées de réflexivité, dans le sens où cela peut nous inciter à adopter un rapport critique vis-à-vis de nos pratiques, jusqu’à parfois remettre en cause des « réalités » que l’on estimait aller de soi4.

12Écrire la sociologie en bd implique des opérations similaires, en ajoutant toutefois une multitude d’épreuves nouvelles, cette fois bien éloignées de nos compétences professionnelles usuelles. En effet, tout comme les chercheurs et chercheuses, les auteurs et autrices de bd font face à de nombreuses épreuves dans leur travail.

Exemples d’épreuves rencontrées par les auteur·ices de bd

Exemples d’épreuves rencontrées par les auteur·ices de bd

(Nocérino, 2020a, p. 30).

13Il est possible de constater certaines similarités dans les épreuves rencontrées par les auteurs et autrices d’une part et les chercheurs et chercheuses d’autre part. Cela signifie-t-il pour autant qu’il est facile de les résoudre en sociologue ?

Quand un sociologue s’essaie à la scénarisation d’une bd

14Prenons un exemple, en revenant sur l’une des premières expériences de collaboration entre Léa Mazé et moi.

Septembre 2013 : quelques semaines après la publication des premières bd sur le blog, Léa Mazé et moi-même décidons de produire de nouvelles planches destinées à vulgariser des notions classiques de la sociologie. Après avoir exploré différentes pistes, mon choix se porte sur l’analyse des religions par Pierre Bourdieu. Suite à la lecture de différents articles écrits par le sociologue ainsi que divers commentaires, j’élabore une première version du scénario sur un logiciel de traitement de texte. Rapidement, les paragraphes m’apparaissent très longs et j’ai peur que ça « ne tienne » pas en une planche (format sur lequel nous nous étions accordés). Je commence donc à griffonner dans un carnet pour évaluer la taille de la bd.

Recherches préliminaires

Recherches préliminaires

Archives personnelles.

  • 5 Un story-board est une sorte de brouillon d’une planche de bd, plus ou moins détaillé.

En effet, ça ne tient pas. Je demande à Léa Mazé ce qu’elle en pense : elle partage mon avis sur la longueur. Après avoir pointé des paragraphes qui lui semblaient trop longs, elle accepte de travailler sur une note de deux planches. Je retourne à mon scénario, détaille les dialogues sur le document informatique. Plus encore, je produis un premier story-board, en miniature, pour voir si le découpage du scénario en cases « fonctionne »5. Cela me semble être le cas : les cases « s’enchainent bien », la variation de leur taille garantit un certain rythme, la mise en page générale me paraît « aérée », etc.

Première version du story-board

Première version du story-board

Archives personnelles.

15Travaillant seul dans un premier temps, je rencontre plusieurs épreuves : les textes choisis pour l’adaptation sont parfois difficiles à saisir (nécessitant de multiplier les lectures), la synthèse et traduction en image est compliquée (impliquant une multiplication des essais et brouillons), mes premières tentatives de rédaction sont bien trop longues (m’incitant à négocier la taille de la bd initialement prévue), etc. Un long travail de préparation donc, mais grâce à une certaine expérience des textes sociologiques et de la scénarisation en images, je parviens à franchir ces épreuves.

La (difficile) collaboration avec une autrice de bd

Je soumets ces documents à Léa Mazé. Elle me fait alors plusieurs remarques : tel enchaînement de cases n’est pas très compréhensible, le sens de lecture n’est pas respecté dans tel strip, telle autre case semble « un peu vide », etc. Je ne comprends pas toutes ses remarques : elle prend le temps de m’expliquer, de me montrer d’autres solutions sur des papiers brouillons. Nous passons aussi beaucoup de temps sur le texte : l’autrice tiquait à la lecture, butant sur des concepts sociologiques. À sa demande, je lui explique. Elle me lance alors « Ce que tu me dis là, il faut l’expliquer aux gens, sinon c’est raté ». Cela m’agace : les concepts de champ, d’habitus, tout cela est évident ! Face à son insistance, je cherche à introduire des précisions : « On a qu’à rajouter une note de bas de case ! ». À sa réaction, je comprends que la solution ne lui plaît pas « Tu as vu comment la planche est déjà chargée ? On ne va pas rajouter un pavé à chaque case ! Regarde, ça prendrait la moitié du dessin ! ». La situation me semble insoluble : comment faire pour introduire ces précisions (que j’estime non nécessaire) alors que l’on n’a pas de place ? « Et si tu remplaçais le concept par un autre mot, genre un mot qu’on puisse comprendre ? » propose l’autrice. Outrage ! J’essaye alors de la convaincre que non, ce n’était pas la même chose, qu’il serait incorrect d’utiliser tel mot plutôt qu’un autre, que si Bourdieu avait consacré sa vie à forger des concepts, c’était pour une bonne raison. Face à mon énervement, elle s’impatiente à son tour, me lançant que de toute façon, on ne comprend rien quand les sociologues parlent, et qu’à ce compte-là, « autant ne pas faire de la vulgarisation ».

16Les premières propositions de story-board faites à Léa Mazé, alors que je les pense globalement satisfaisantes, déclenchent chez elle des épreuves : incompréhension du contenu, manque de fluidité dans l’enchaînement des idées, rythme inégal, problèmes techniques dans la mise en image, etc. En m’en faisant la remarque, elle me conduit à saisir moi-même ces épreuves, lesquelles me paraissent dès lors bien insurmontables tant j’ai du mal à en comprendre les tenants et aboutissants. Heureusement, elle suggère spontanément des corrections : en tant qu’autrice de bd, c’est pour elle de la routine. Elle dispose d’astuces pour découper un long texte en cases de façon dynamique, elle sait ainsi comment construire une image introduisant de la foule, elle maîtrise suffisamment ses outils pour proposer un trait satisfaisant, etc. A priori nos compétences respectives nous permettent de franchir les épreuves que nous repérons successivement.

17Sauf que certaines solutions proposées par Léa Mazé, à partir de ses routines, ne me conviennent pas. Changer un mot parce qu’il est compliqué m’apparaît comme une hérésie susceptible de diminuer la qualité du document. Face à l’épreuve (« il faut expliquer aux gens, sinon c’est raté »), je propose donc d’autres solutions concurrentes, issues cette fois de mes routines : plutôt que de substituer un mot commun à un concept, pourquoi ne pas ajouter une note de bas de case ? Solution qui ne convainc pas à ma co-autrice : cet ajout perturberait l’équilibre texte/image, sans résoudre le problème de la « lourdeur » du texte.

  • 6 Malgré ces désaccords, nous sommes parvenus à finaliser ces deux planches au prix de nouvelles épre (...)

18À de nombreuses reprises dans nos collaborations, nous nous retrouvons ainsi confrontés à des épreuves difficiles à franchir parce que les solutions proposées par l’autre, pourtant appuyé sur des routines construites de longue date, ne nous paraissaient pas acceptables6.

2. Comprendre le travail d’écriture de la sociologie : les critères d’évaluations

  • 7 La notion de « critères d’évaluation » est empruntée à Jack Katz (2010), lequel cherchait à compren (...)

19Pourquoi Léa Mazé ou moi-même n’acceptons-nous pas la solution routinière proposée par l’autre ? Parce qu’elle et moi sommes des professionnel·les. Or, comme tout professionnel, nous devons respecter des règles, des manières de faire, car l’un comme l’autre, nous sommes susceptibles d’être évalués. Chacun de nous doit être capable d’assumer le document auprès de nos lecteurs et lectrices, c’est-à-dire avant tout auprès de nos pairs. Autrement dit, il existe des « critères d’évaluation » propres à nos disciplines qu’il nous faut honorer, quand bien même ceux-ci sont souvent implicites7. Chacun dispose pour cela d’astuces et de techniques pour réussir, plus facilement, à franchir les épreuves tout en respectant ses attentes professionnelles.

20Toutefois, en croisant sociologie et bd, la situation devient délicate : nous devons respecter dans le même mouvement des critères relevant de nos professions mutuelles. Ceci explique les nombreuses discussions que l’autrice de bd et moi avons eues lors de nos collaborations : pour travailler ensemble, il était nécessaire de nous initier réciproquement aux critères d’évaluation de nos deux disciplines. Cependant, le caractère souvent implicite de ces critères n’est pas sans compliquer la tâche. Concernant la sociologie, l’écriture fait pourtant l’objet de plusieurs publications : loin de s’apparenter à de simples recueils de conseils ou témoignages, elles interrogent plus ou moins directement les implicites épistémologiques de l’écriture (Becker, 2004 ; Hunsmann et al., 2013 ; Fabiani, 2015 ; Hamel, 2018 ; Le Bart, Mazel, 2021). Toutefois, rares sont les travaux qui se risquent à lister les critères d’évaluation sous-jacents à l’écriture, insistant plutôt sur la pluralité des manières de faire.

21Cette expérience a ainsi eu l’intérêt de me forcer à expliciter, initialement pour ma co-autrice mais finalement surtout pour moi-même, quels étaient les attendus sociologiques que j’entendais honorer implicitement dans mes pratiques d’écriture et plus généralement de recherche. Ces attendus pouvaient porter sur trois dimensions : l’administration de la preuve, les modalités de cette administration, mais aussi son utilité. Plus encore, grâce aux explications de Léa Mazé à propos de l’écriture en bd, je découvrais un ensemble d’outils graphiques plus ou moins susceptibles de m’aider à mieux respecter ces attentes de mes pairs sociologues. Autrement dit, je me rendais compte que la bd, loin de se limiter à un médium particulièrement adapté à la vulgarisation, était une forme d’écriture qu’il était possible de mettre au service d’une production « purement » académique. Pour illustrer les déplacements que la bd m’a conduit à opérer dans mon écriture de la sociologie, je reviendrai successivement sur les trois dimensions évoquées ci-dessus, en m’appuyant également sur six attentes relatives à l’écriture sociologique identifiées par Cyril Lemieux (2010).

L’administration de la preuve : une attente centrale de l’écriture scientifique

22Un document scientifique sera d’autant plus considéré qu’il permettra aux pairs de vérifier l’ensemble des opérations réalisées pendant la recherche pour faire preuve. On comprend dès lors que la « vérificabilité » est un critère d’évaluation central de l’écriture scientifique : il invite à donner au lectorat « le moyen de juger par lui-même de la validité du lien que l’auteur a construit entre ces données et son analyse » (Lemieux, 2010, p. 393). Pour cela, il est d’usage de présenter un vaste éventail de matériaux ainsi que la manière dont ceux-ci ont été recueillis, agencés et analysés.

23Le respect de ce critère est donc directement liée au type de méthode mobilisée. Par exemple, concernant l’ethnographie, la transcription en bd d’observations a un « coût » important, en termes de temps passé à dessiner, mais aussi de place occupée par les données : ce qui « tiendrait » en une séquence de quelques lignes retranscrites en dix minutes nécessitera la réalisation d’une voire plusieurs planches, soit plusieurs heures de travail. Toutefois, l’ethnographie dessinée présente de nombreux avantages relatifs à la précision de la description et, de ce fait, à la vérificabilité des données. En effet, le fait de devoir représenter graphiquement les données rend obligatoire l’insertion d’éléments susceptibles d’être « oubliés » dans une retranscription tapuscrite : vêtements, postures, couleurs, etc. Plus encore que de proposer des descriptions plus riches, la bd implique un niveau supplémentaire de réflexivité en incitant l’ethnographe à s’interroger sur les raisons qui l’ont poussé, sur le terrain, à noter telle chose plutôt qu’une autre. Ce qu’il peut mettre en valeur graphiquement.

Exemple d’ethnographie dessinée

Exemple d’ethnographie dessinée

Les couleurs représentées ici (les badges) sont les seules que j’ai notées dans mes carnets, à savoir celles sur lesquelles les acteurs prenaient appui dans leurs interactions (Nocérino, 2016, p. 185).

24Plus généralement, le recours à la bd permet de rappeler, tant à l’auteur·ice du texte qu’à son lectorat, que les données font toujours l’objet d’une reconstruction, plus peut-être que ne peut le faire la photographie ou la vidéo où un trouble repose parfois sur l’apparente objectivité des images (Becker, 2007).

25Toutefois, la vérificabilité ne porte pas seulement sur la transformation des matériaux en données, mais également sur les idées empruntées à d’autres. Il s’agit de faire des références explicites aux travaux qui ont servi d’inspiration ou qui ont fourni des outils d’analyse, là encore pour favoriser l’administration de la preuve et son contrôle par les pairs. Il existe donc un critère d’« intertextualité » (Lemieux, 2010, p. 395‑397) qui, au-delà de rendre les inspirations identifiables, permet aussi de montrer que l’on souhaite intégrer dans un champ de recherche en discutant des travaux préexistants. D’autres enjeux encore se jouent autour de ce critère d’intertextualité, comme la revendication d’un ancrage théorique spécifique. Dans son chapitre intitulé « Terrorisé par la littérature scientifique », Howard Becker a ainsi souligné à quel point cette intertextualité est un enjeu de professionnalisme fort pour les chercheurs et chercheuses (Becker, 2004, p. 143‑156).

26Si l’intertextualité est primordiale pour les sociologues, ce critère s’oppose par bien des aspects aux usages de l’écriture en bd. Cela s’est avéré plus flagrant encore quand je cherchais à traduire en bd des passages de ma thèse : j’ai vite compris que la trentaine de pages consacrées à l’état de la littérature se prêterait bien mal à une mise en scène graphique tant les dessins seraient écrasés par les multiples références. Cela ne signifie pas pour autant que la bd est incompatible avec le respect de ce critère d’évaluation. En effet, il est tout à fait possible, dans une certaine mesure, de procéder à des référencements (sous la forme de « notes de bas de cases » si elles sont mobilisées avec parcimonie). Plus encore, la bd permet de rendre les citations plus dynamiques. Une solution consiste par exemple à faire en sorte que les références citées « s’incarnent » à travers une représentation graphique des sociologues, lesquel·les deviennent alors des personnages à part entière de l’histoire, mais aussi du raisonnement.

Représentation graphique des références

Représentation graphique des références

Outre l’exemple montré ici, d’autres techniques narratives sont utilisées dans le même article, illustrant les discussions entreprises avec différentes recherches (Mazé, Nocérino, 2017).

27Loin d’être anecdotiques, ces mises en scène ont l’avantage d’inciter les sociologues pratiquant le dessin à mettre en scène la discussion avec leurs références plutôt que de les réduire à une simple parenthèse. Si la bd oblige à se montrer économe dans les citations, elle invite également à en faire un usage plus riche.

28Cette dernière solution nous montre toutefois à quel point l’administration de la preuve implique nécessairement une réflexion sur sa mise en forme. Ce qui n’a en réalité rien de spécifique à l’utilisation de la bd.

Les modalités de l’administration de la preuve : le rôle de la narration

29Si l’administration de la preuve est une dimension centrale de l’écriture scientifique, elle ne suffit pas à produire des documents accessibles. Rédiger un texte sociologique implique nécessairement des formes de narration, au point qu’il est possible d’évoquer un critère de mise en intrigue : tout texte sociologique induit des « artifices de présentation » destinés à « dramatiser » des contradictions ou à créer des formes de suspens afin de mettre en valeur l’intérêt du travail d’enquête (Lemieux, 2010, p. 386‑387).

30Ce critère dépasse largement le cadre sociologique et est probablement valable pour tout type d’écriture destiné à être diffusé. Ainsi la bd, parce qu’elle doit également respecter ce critère, constitue une ressource forte sur ce point : l’utilisation d’images permet de renforcer des effets de mise en intrigue ou de dramatisation (par exemple en « mettant en lumière » des éléments, littéralement, par l’utilisation d’effets de colorisation). Plus encore, la narration en planches implique des effets de rythme pouvant appuyer cette mise en intrigue. C’est notamment le cas de la norme, dans un livre, consistant à susciter une attente en fin de « belle page » (c’est-à-dire la page de droite) pour inciter le lectorat à passer à tourner ladite page, ou encore à jouer avec les pleines pages pour créer une surprise lorsque celle-ci est tournée.

31La mise en intrigue n’est toutefois pas le seul critère d’évaluation de l’écriture sociologique portant sur la narration de l’administration de la preuve. Dans la continuité de la mise en récit, les documents sociologiques sont susceptibles d’être évalués à l’aune d’un critère de « préférence pour la clarté », c’est-à-dire s’assurer que le lectorat pourra bien saisir les raisonnements proposés (Lemieux, 2010, p. 402).

32La bd est, là encore, une ressource importante tant elle partage largement cet impératif. En effet, la bd est, concrètement, constituée de différentes cases : la mise en scène d’une action nécessite donc de découper celle-ci en séquences, représentées par des images fixes séparées les unes des autres par des ellipses (d’où l’expression « art séquentiel », McCloud, 1999). L’un des enjeux de la bd est donc d’assurer au lectorat la bonne compréhension de ce qu’il se passe entre les cases. De nombreuses techniques aident à cette compréhension : respect du sens de lecture, mise en évidence d’un ordre entre les bulles, équilibre entre le texte et les images, etc. De même, il est nécessaire de veiller à garantir la lisibilité, que ce soit par l’usage d’une typographie adaptée ou d’un dessin clairement réalisé. Ainsi, l’importance de la clarté liée à la pratique de l’écriture en bd ne peut que bénéficier à la clarté de l’exposé sociologique.

  • 8 Pour reprendre l’expression de l’auteur de bd Boulet dans sa note de blog « Codes de conduite » con (...)

33Il faut toutefois reconnaître que le degré de clarté est directement lié aux compétences du lectorat. Tout comme un texte sociologique pourra être considéré comme facile à lire par les pairs tout en paraissant obscur à un néophyte, certaines bd s’avèrent difficiles à lire si l’on n’est pas familier des codes qu’elle mobilise. La difficulté est d’autant plus grande si l’on considère que ces codes sont situés géographiquement et historiquement : une personne, quand bien même elle serait lectrice assidue de bd produites en Europe dans les années 1960, se trouvera probablement très dépourvue en découvrant une bd produite en Asie (ne serait-ce que pour réussir à enchainer les bulles et les pages de la droite vers la gauche). Conscient du fait que mes collègues ne sont pas nécessairement de grands lecteurs de bd, j’essaie de mobiliser des codes largement répandus, moins susceptibles de susciter des épreuves de compréhension lors de la lecture. Par exemple, dans la deuxième case de la précédente image, on voit différents traits permettant de « montrer » les mouvements des objets : ce code graphique me semblait suffisamment connu non seulement pour être utilisé, mais aussi pour aider la compréhension (quand bien même il pourrait être tourné en dérision par certains auteurs et autrices, au titre de « code vestigial pourri de l’école franco-belge »8).

34Cette préférence pour la clarté peut parfois être remise en cause par la mobilisation d’un langage spécifique à la discipline sociologique, soit un critère du « recours à un langage non-naturel » (Lemieux, 2010, p. 388‑391). En effet, la qualité d’un document sociologique sera directement liée à la manière dont sont utilisés des concepts destinés à s’affranchir du sens commun. S’il peut être tentant de multiplier ces concepts (notamment au nom du critère d’intertextualité), il est également important de veiller à ne pas perdre le lecteur sous une avalanche de références (dans le respect du critère de la clarté cette fois) tout en conservant une certaine cohérence épistémologique.

  • 9 L’expression « métaphores usées » est reprise à Howard Becker (2004, p. 90-94). La traduction litté (...)

35Tout comme le fait d’exposer sa bibliographie, ce critère du recours à un langage non naturel résiste beaucoup à une mise en bd. Mais à nouveau, cela ne signifie pas que celle-ci n’a rien à apporter à ce critère d’évaluation. La bd permet par exemple d’introduire des métaphores graphiques pour rendre compte de ces concepts. Ainsi, dans un article publié avec Léa Mazé, nous avons représenté le concept de transfert de responsabilité par un ballon rouge afin de mettre en avant les opérations de responsabilisation/irresponsabilisation auxquelles se livrent les acteurs dans la prise en charge de personnes âgées (Mazé, Nocérino, 2017). L’écriture en image permet de se concentrer sur des métaphores porteuses de sens, et peut-être d’éviter les « métaphores usées » que l’on mobilise parfois de façon routinière sans forcément en interroger le sens9.

Exemple de métaphore graphique

Exemple de métaphore graphique

La morale professionnelle et ses différentes règles font ici l’objet d’une représentation graphique permettant d’expliciter le cadre théorique (Nocérino, 2020a, p. 174).

L’utilité de l’administration de la preuve : la dimension politique de l’écriture scientifique

36L’administration de la preuve et ses modalités ne sont toutefois pas des fins en soi. L’utilité des travaux scientifiques occupe ainsi une place centrale dans la réflexion des sociologues, et ce depuis les débuts de la discipline. Quand bien même les sociologues ne sont pas toutes et tous d’accord sur la manière d’honorer cette utilité, « l’articulation au politique » n’en reste pas moins un critère d’évaluation important des documents sociologiques (Lemieux, 2010, p. 397‑400). Celui-ci invite à réfléchir à la place que peut prendre la critique sociologique dans l’écriture, notamment dans son (r)apport à une critique sociale portée par les acteurs. Cette critique sociologique a pris des formes variées et entraîné de nombreux débats à l’intérieur de la profession, notamment pour distinguer les postures des uns et des autres.

  • 10 Constat qui n’est, encore une fois, pas nouveau : très tôt, des sociologues ont pu montrer à quel p (...)

37À première vue, la bd ne constitue pas un apport spécifique à cette tâche critique, en dehors peut-être de rendre plus insupportables encore certaines formes de violence en leur donnant une dimension visuelle. Pourtant, l’usage de la bd propose une autre manière d’honorer ce critère. En effet, la bd est un médium particulièrement apprécié et consommé en France (Evans, 2015). Si la lecture de bd est, comme les autres formes de lecture, socialement déterminée (Aquatias, 2015), elle n’en reste pas moins une pratique familière à de nombreuses personnes, bien plus en tout cas que ne peut l’être la lecture des textes scientifiques. Dans un contexte où s’est affirmée la bd de reportage et de vulgarisation, adopter une écriture scientifique en bd constitue un potentiel moyen de faire lire des documents sociologiques à des personnes non formées à cette discipline. Il est évidemment impossible, faute d’enquête, de connaître les effets réels d’une telle initiative, d’autant plus que les travaux existants pointent la nécessité d’accompagner ces lectures pour permettre au lectorat d’en saisir le sens sociologique (Guillaud, Mengneau, 2019). Toutefois, les retours que j’évoquais quant aux bd que j’imaginais les plus académiques me laissent croire que la bd peut définitivement être un outil pour faire mieux connaître les sciences sociales, voire de les rendre plus accessibles à ceux-là mêmes qui y sont les plus indifférents voire réfractaires10.

3. Expliquer la diversité des manières d’écrire la sociologie

38Les expériences d’écriture (et plus encore de co-écriture) m’ont donc permis de constater qu’il était possible d’écrire en respectant conjointement les critères d’évaluation de l’écriture en sociologie et en bd. Et, de cette manière, de montrer notre capacité à prendre en compte les attentes de nos deux professions – non seulement au niveau de l’écriture, mais plus généralement de l’ensemble du processus de création/de recherche.

39En somme, il était tout à fait possible de faire de la « bonne » sociologie en bd. Ou plutôt, pour être plus précis, cette expérience me conduisait à défendre une sociologie graphique que je jugeais « bonne » de mon propre point de vue, parmi d’autres possibles. Cela n’est en réalité pas surprenant : les publications traitant de l’écriture de la sociologie soulignent la diversité des façons de faire. Se pose néanmoins une question : comment expliquer sociologiquement cette diversité, sans pour autant adopter une posture relativiste qui reviendrait à affirmer que toutes les manières d’écrire se valent ?

Une diversité de manière de faire : analyser les « styles » et les « idéaux » professionnels

40La diversité des manières d’écrire de la sociologie s’explique par le fait que certains des critères évoqués précédemment peuvent se révéler contradictoires les uns avec les autres. Il est par exemple difficile de respecter le critère de la mise en intrigue si l’on multiplie les références au nom du critère de l’intertextualité. De ce fait, les sociologues n’ont d’autres choix que de procéder à des arbitrages. Concrètement, il s’agit de hiérarchiser les critères : mettre en avant certains que l’on estime particulièrement non-négociables, par rapport à d’autres jugés moins importants (quand bien même ils doivent aussi être respectés). Ceci explique dès lors pourquoi les sociologues sont loin d’être d’accord sur la manière de « bien » écrire la sociologie : nous n’avons pas tous et toutes les mêmes manières de hiérarchiser ces critères. Cela revient toutefois à déplacer la question : s’il existe une diversité de façons d’écrire en raison de la pluralité des critères d’évaluation, comment s’opère la hiérarchisation de ces critères pour réussir à néanmoins convaincre ses pairs que l’on réalise du « bon » travail ?

41Pour répondre, il serait nécessaire de mener une vaste enquête sur ces arbitrages et leur évaluation. Bien que n’ayant pas procédé à une telle analyse systématique, il me semble possible de donner une explication sociologique aux « styles » d’écriture, c’est-à-dire de saisir les qualités individuelles d’écriture à travers leur dimension pleinement sociale. En effet, le style ne peut être considéré comme le simple produit de compétences rédactionnelles personnelles, mais plutôt comme l’expression singulière d’un apprentissage nécessairement collectif. Il est même possible de parler de « style de groupe » (Eliasoph, Lichterman, 2003) : les chercheurs ou chercheuses qui appartiennent à une même école de pensée et/ou partagent les mêmes espaces sont fortement susceptibles de développer des styles proches. Au gré de leurs relectures et évaluations respectives, ils et elles définissent une préférence pour certains critères d’évaluation plutôt que d’autres, soit une hiérarchisation qui est collectivement négociée et redéfinie « en laboratoire ».

  • 11 On retrouve une idée proche chez Howard Becker à travers la notion de Persona : les différentes for (...)
  • 12 Par exemple, des personnes auront peut-être tiqué en lisant la notion d’« épreuve », dont l’usage e (...)

42On comprend dès lors mieux la proximité entre les « styles d’écriture » et les « conceptions de la sociologie » évoquée par Vincent Dubois (2005). Il est certes possible de s’agacer des tics d’écriture, notamment lorsque ceux-ci servent à marquer de manière parfois peu subtile l’appartenance à telle ou telle école. Toutefois, au-delà d’une dimension stratégique, ces similarités d’écriture sont aussi des indices d’une proximité qui tient avant tout à la manière de concevoir la sociologie11. Si tics il y a, ce sont donc surtout des réflexes partagés par un certain groupe de sociologues dans la hiérarchisation des critères d’évaluation propres à leur discipline, au-delà du simple fait d’écrire. En somme, le style d’écriture d’une personne peut souvent se comprendre comme l’expression singulière d’un idéal professionnel partagé par un groupe. Idéal qui peut s’appuyer sur des choix stratégiques ou politiques mais aussi, et avant tout, épistémologiques12. Ainsi, quel que soit le style dans lequel s’engagent les sociologues, ils et elles pourront être jugés au regard d’une morale professionnelle partagée, se donnant pour ambition d’adopter une démarche d’objectivation pour tenir un discours sur le monde social.

  • 13 Il est possible de retrouver l’expression de ces styles parmi les trois profils types identifiés pa (...)

43Ce constat vaut pour la bd : étant donné la multiplicité des critères d’évaluation au sein de cette discipline artistique, certains sont également contradictoires. Quand bien même les auteurs et autrices poursuivent des objectifs différents des sociologues, ils et elles développent, eux aussi, des styles et des idéaux professionnels en établissant des hiérarchisations entre les différents critères d’évaluation auxquels ils et elles sont soumis (Nocérino, 2020b). Il existe donc plusieurs styles d’écriture de la sociologie, comme il existe plusieurs styles d’écriture en bd, qui se constituent en référence à des idéaux professionnels collectivement construits. Et très logiquement, il existe différents styles de sociologie en bd, c’est-à-dire différentes manières d’agencer des critères d’évaluation venant à la fois de la bd et de la sociologie. Quand je distinguais plus tôt la vulgarisation de la restitution d’observation en bd, il s’agissait en réalité de deux styles d’hybridation que j’avais pu constituer entre sociologie et bd13.

Les « publics », supports routiniers de l’écriture

44Cela permet de répondre en partie à ma question : pourquoi est-ce que, quand j’écris, je pense davantage à des publics finalement insaisissables, plutôt que de réfléchir aux critères d’évaluations ? Ces publics présumés s’apparentent en réalité à des supports routiniers. Lorsque, au cours de l’écriture, nous pensons à un « public cible », nous anticipons que le lectorat s’accordera sur une certaine hiérarchisation des critères d’évaluation, un certain style vers lequel il conviendrait de tendre. Ces publics présumés n’ont pas d’existence réelle en tant que groupe social. Toutefois, ils sont réels dans leurs effets : ils nous aident à réaliser, de façon routinière, des arbitrages parmi les différents critères d’évaluation auxquels nous sommes soumis. D’une certaine manière, nous transférons à ces « publics » la responsabilité de la hiérarchisation des critères. Cela permet alors d’éviter de s’interroger sans cesse sur la pertinence de notre hiérarchisation, et de justifier nos arbitrages face aux épreuves qui surgissent dans la rédaction.

45Reste cependant une question : Comment construisons-nous ces publics présumés ? Si ces derniers sont des projections, nous ne les élaborons pas de manière arbitraire. Nous nous basons sur des indices. Ainsi, pour réellement pouvoir expliquer la place des publics dans l’écriture, il convient de se tourner vers une autre dimension de la recherche, à savoir sa publication.

Les « formats », supports routiniers de la publication

46La publication d’un document implique presque systématiquement une évaluation par des tiers, quelle que soit la discipline concernée. Dans un cadre scientifique, ce travail d’évaluation est central étant donné l’ambition d’objectivation du monde social. Concrètement, cette activité d’évaluation est assez comparable au travail de rédaction lui-même. En effet, l’évaluateur ou l’évaluatrice rencontre des épreuves au cours de sa lecture (un raisonnement bancal, une expression maladroite, une faute, etc.). Épreuves qui vont le ou la conduire à s’interroger sur les arbitrages réalisés par l’auteur ou l’autrice du document.

47Sauf que, nous l’avons vu, il existe une multiplicité de styles d’écriture de la sociologie, qui résultent d’une pluralité d’idéaux professionnels. Aussi, les évaluateurs et évaluatrices auront tendance à juger les textes au prisme de leur propre hiérarchisation des critères d’évaluation. Cela n’a rien de scandaleux en soi, dans le sens où chercheurs et chercheuses tendent toutes et tous à honorer l’ensemble des critères. Cela peut cependant s’apparenter à un problème pratique. Si les évaluateur·ices ont des styles très différents, le comité de rédaction risque de proposer des retours d’évaluation en apparence peu cohérents, suscitant alors la perplexité des auteur·ices. Plus encore, les textes finalement publiés risquent de s’appuyer sur des styles très variés et, dès lors, donner l’impression d’une absence de cohérence éditoriale. Si tous les styles sont a priori valables tant qu’ils respectent l’ensemble des critères d’évaluation et que la pluralité des styles permet de refléter la richesse des pratiques de recherche, le manque d’unité peut entraîner une méfiance du lectorat.

  • 14 Ces formats ne sont pas sans faire penser aux « standards d’acceptabilité » évoqués par Helen E. Lo (...)

48Pour éviter cela, les comités de rédaction tentent de clarifier quel serait l’idéal défendu au sein de leur espace de publication. Cela passe entre autres par l’émission de différentes consignes, que l’on pourrait qualifier de formats. Ceux-ci portent évidemment sur la forme même de l’article (sa taille, la place accordée aux notes, la titraille, etc.), mais également sur des consignes spécifiques à l’égard des critères d’évaluation. Ces formats se trouvent par exemple explicités dans les « consignes aux auteurs » ou encore dans les grilles d’évaluation distribuées par le comité de rédaction. Ainsi, ces formats s’apparentent, comme les publics présumés, à des supports routiniers à la fois pour l’évaluation, mais aussi pour l’écriture. À travers ces formats, les sociologues peuvent décrypter quel est le style défendu par l’espace de publication concerné pour s’en approcher14.

49Il conviendrait, dans le prolongement des travaux récents sur l’édition scientifique (Damerdji et al., 2018 ; Anheim, Foraison, 2020 ; Seiler, 2020 ; Tesnière, 2021), de faire une enquête sur les pratiques d’évaluation et les divers formats de publication. Toutefois, il est déjà possible d’affirmer que s’il existe une grande diversité d’écrire la sociologie, il y a également une grande diversité de manière de publier la sociologie (en fonction des styles défendus par les auteur·ices et ceux mis en avant au sein des espaces de publication). Et de la même façon, il est possible d’affirmer qu’il existe une grande variété de manières d’écrire et publier de la sociologie en bd. Plus encore, les différents outils définis ici nous permettent non seulement de comprendre mais aussi d’expliquer ces diverses pratiques.

Entre « sociologie dessinée » et « bd d’inspiration sociologique »

50Ayant commencé par publier sur un blog personnel, j’ai eu la chance de pouvoir à loisir modifier les formats. Je ne m’autorisais pas pour autant à faire n’importe quoi. Soucieux de proposer des contenus cohérents, je me reposais sur des publics présumés pour justifier ces formats. Formats et publics me servaient dès lors de supports pour m’aider dans mes arbitrages entre les critères d’évaluation de la bd et de la sociologie.

Quand avoir la main sur les formats ne signifie pas oublier les publics

Quand avoir la main sur les formats ne signifie pas oublier les publics

Premières cases de la bd « De la science au culte » dont j’ai décrit plus tôt le processus de co-écriture avec Léa Mazé. L’ampleur du sujet nécessitait une reprise du format que nous avions défini pour nos planches de vulgarisation (d’une page, nous passions à deux). En anticipant les sanctions d’un public que nous imaginions vigilant aux formats, nous avons décidé de mettre en scène la négociation de la longueur du document.

51Peu à peu, j’ai souhaité faire reconnaître certains de ces styles en publiant à l’extérieur du blog. Mon objectif étant alors de montrer que la bd est un outil légitime d’écriture de la science, je me suis tourné vers des revues académiques. J’ai donc cherché à prioriser au maximum les critères d’évaluation provenant de la sociologie afin de « coller » aux attentes de ces revues. Cela n’a pas été simple : les formats académiques n’ont pas été pensés pour introduire de la bd, si bien que plusieurs revues ont refusé d’évaluer de tels documents (au nom de difficultés liées à l’impression des images, mais aussi à l’évaluation elle-même du document). Le comité de rédaction de la revue Ethnographiques.org diffusée en ligne a finalement accepté d’adapter ses pratiques d’évaluation, me donnant l’opportunité de publier avec Léa Mazé un article scientifique sous forme de bd.

52Je suis loin d’être le seul à développer une telle écriture, priorisant l’importance des critères d’évaluation académiques sur ceux de la BD. On dénombre aujourd’hui de nombreux articles (par exemple, parmi d’autres, Newman, 1998 ; Burgos, Dillais, 2012 ; Smolderen, Minguet, 2013 ; Baillon, Labarre, 2015 ; Parisi, 2017 ; Weaver-Hightower, 2017 ; Bailey, Tyler, 2019), des mémoires et thèses (Sousanis, 2015 ; Zigarán, 2018) ainsi que des rapports de recherches (Dahl et al., 2012 ; Hinfray et al., 2016 ; Collectif Métis, 2019) intégrant la bd de façon plus ou moins centrale. Au-delà de ces initiatives individuelles, des structures éditoriales ont même créé des formats destinés spécifiquement à de telles productions, à l’image de la collection « ethnoGRAPHIC » de la University of Toronto Press, du projet « erc comics » porté par l’European Research Council, ou encore des revues Graphic Medicine et The Comics Grid.

53Il existe toutefois d’autres types de projets, bien plus nombreux, qui visent cette fois à prioriser les critères d’évaluation du milieu de la bd. Ces ouvrages parlant de sciences sociales s’inscrivent logiquement dans des espaces éditoriaux du milieu de la bd (pour exemples, parmi d’autres, Montaigne et al., 2013 ; Amiraux, Desharnais, 2015 ; Pignocchi, 2016 ; Pinçon-Charlot et al., 2017 ; 2018 ; Sallée, Dion-Fortin, 2021). Face à l’essor de ce phénomène, plusieurs collections ou revues ont été créées pour accueillir des bd nourries par les sciences sociales : la Revue Dessinée créée en 2013, la collection « Sociorama » lancée au sein des éditions Casterman en 2016, la collection « Seuil/Delcourt » réunissant les deux maisons d’éditions éponymes en 2017, « l’Histoire dessinée de la France » créée en 2017 par les éditions La Découverte et la Revue Dessinée, Soif ! La revue curieuse éditée par la maison d’édition Petit à petit depuis 2019 pour vulgariser les travaux réalisés au sein des départements de sciences humaines et sociales de l’Université de Rouen-Normandie, etc.

54L’opposition entre ces deux ensembles de publication est toutefois bien trop simpliste. D’un côté comme de l’autre, il existe une grande diversité de manières de faire et de styles possibles, brouillant la frontière opposant traditionnellement écriture scientifique et vulgarisation. Il est ainsi possible de dire que ces projets (ou plutôt les styles qui les sous-tendent) se répartissent sur un continuum reliant deux pôles : sociologie dessinée d’une part, bd d’inspiration sociologique d’autre part.

Exemple de répartition sur le continuum

Exemple de répartition sur le continuum

Proposition de représentation schématique du continuum, établi à partir de la lecture des œuvres et, le cas échéant, des interviews ou discussions avec les sociologues investi·es dans ces projets. Pour situer avec plus de justesse des œuvres sur ce continuum, il serait nécessaire de mener une enquête sur les pratiques effectives d’écriture ou de co-écriture. Si une lecture approfondie des contenus permet de déduire la hiérarchisation sous-jacente des critères d’évaluation, les risques de surinterprétation sont importants.

4. Pour une critique des initiatives croisant sociologie et bd

55Dresser un tel continuum n’a pas pour objectif de hiérarchiser ces projets, en affirmant qu’un pôle vaudrait mieux que l’autre. Cela permet plutôt de développer une « critique interne », qui prend en compte le sens que les acteurs donnent à leur action (Lemieux, 2018, p. 80). En sachant vers quel pôle tend tel ou tel projet, il est possible de souligner des contradictions entre la hiérarchisation des critères d’évaluation qui est défendue et le respect effectif de celle-ci. Les documents s’approchant de la sociologie dessinée gagneraient ainsi à être jugés essentiellement à partir des critères d’évaluation du milieu scientifique et, à l’inverse, les projets de bd d’inspiration sociologique jugés prioritairement par des critères issus du milieu de la bd.

56Souligner ces contradictions n’a pas pour but de dénoncer des personnes sous prétexte qu’elles font mal leur travail. La critique porte sur les mécanismes sociaux et organisationnels qui empêchent celles-ci de faire du bon travail, de leur propre point de vue. Bien souvent, les professionnel·les voient l’expression de leur style entravé et, ainsi, leur expertise remise en cause.

La sociologie dessinée limitée par le manque de moyens ?

57Prenons un exemple : plusieurs revues académiques reconnaissent l’intérêt de la bd mais refusent d’en publier au prétexte d’un manque de moyen. Les images seraient trop chères à imprimer. Pourtant, ces revues publient souvent des photos, ou des graphiques qui sont aussi des images. Il ne s’agit pas de dénoncer le fait que les arbitrages réalisés introduisent une dimension économique : il est normal que de tels facteurs soient pris en compte dans le travail de publication et diffusion, notamment le surcoût réel induit par l’impression de planches en couleurs et en haute résolution. Il s’agit plutôt de pointer la contradiction interne entre l’ambition affichée (la diffusion des travaux) et les moyens qui y sont consacrés. Et plus encore, il convient de critiquer le fait que, sous un prétexte technique, ces structures éditoriales empêchent parfois de négocier des formats, car cela impliquerait de changer leurs routines de publication.

58Plus généralement, il est possible de critiquer l’ensemble des mécanismes sociaux et organisationnels qui empêchent cette mise en discussion, notamment en faisant passer pour « naturelles » certaines pratiques, alors qu’elles résultent en réalité d’usages qui méritent peut-être d’être critiqués et, le cas échéant, que l’on se mobilise pour les faire évoluer. Une critique doit ainsi être formulée à l’encontre des structures éditoriales qui refusent d’évaluer des documents en bd sous prétexte d’un manque de compétences. Il faut évidemment prendre en compte le fait que les sociologues sont effectivement rarement formé·es à l’écriture graphique et qu’il leur sera peut-être difficile de juger la narration ou le dessin. Pour autant, rien ne les empêche d’évaluer le document au regard des critères propres à leur discipline. Au lieu de regretter de ne pas avoir les moyens d’évaluer la qualité graphique d’une bd, les sociologues gagneraient donc à affirmer leur expertise en cherchant à publier de « bons documents de sociologie » plutôt que de « bonnes bd ».

59L’exemple de la bd Lissa publiée par la University of Toronto Press est en cela symptomatique (Hamdy et al., 2017). Suite à une initiation croisée des chercheur·ses et dessinateur·ices, les auteur·ices ont fait le choix de proposer une fiction plutôt que de restituer des résultats scientifiques. Dans la préface, l’anthropologue George E. Marcus vante le travail de « transduction », dans le sens où il a été nécessaire de convertir les travaux ethnographiques sous une autre forme, à savoir une fiction capable de toucher des publics plus larges. Or tout travail scientifique implique une telle transduction (ou « traduction », Latour, 1993) des matériaux en données : si la bd apporte de nombreux outils pour cela, elle n’oblige pas pour autant à abandonner les critères d’évaluation scientifique. Ainsi, la conversion principale opérée dans cette initiative est celle relative au style d’écriture. Si la dénaturalisation des pratiques de publication que cela implique est louable, on peut regretter que, dans cette conversion, les critères d’évaluation de l’ethnographie soient en grande partie éclipsés par ceux de la bd, malgré l’ancrage académique de l’ouvrage.

La bd d’inspiration sociologique dominée par les critères d’évaluation provenant du milieu de la bd ?

60Intéressons-nous cette fois à l’autre côté du continuum : certains éditeurs bd n’hésitent pas à dire qu’il est inconcevable de publier une bd avec des concepts scientifiques, car le jargon ferait peur au lectorat et nuirait aux ventes. Avec cet argument, l’éditeur transfère la responsabilité de ses choix sur un public présumé. Là encore, la négociation des formats de ses publications est entravée, empêchant certains professionnel·les d’exprimer leur propre style.

  • 15 Pour un retour détaillé sur cette expérience du point de vue de plusieurs sociologues y ayant contr (...)

61Le cas de la collection « Sociorama » est en cela particulièrement intéressant : il s’agit d’une initiative inédite, où des sociologues ont intégré un comité éditorial au sein d’une maison d’édition historique spécialisée en bd15. Toutefois, ils et elles devaient honorer des contraintes fortes imposées par les éditeurs : les adaptations doivent relever de la fiction, le format est strictement défini, les concepts doivent être évincés, etc. Les sociologues ont ainsi pu faire part de leurs frustrations engendrées par ces contraintes : la vraisemblance sociologique pouvait s’en retrouver altérée, la compréhension par le lectorat semble limitée… au point que l’apport principal de la collection se réduirait à espérer susciter une curiosité pouvant conduire certaines personnes à « lire de “vrais” livres de sociologie » (Berthaut et al., 2023). Cette frustration est bien compréhensible. Bien qu’intégré·es au comité éditorial de la collection, les sociologues peinent à faire preuve de leur expertise, dans le sens où ils et elles rencontrent des difficultés à faire valoir la légitimité des critères d’évaluation issus de leur discipline. Pourtant, critiquer les éditions Casterman sur ce point reviendrait à faire abstraction du fait qu’une structure éditoriale spécialisée en bd affirme sa propre expertise, priorisant logiquement les critères d’évaluation issus de son milieu. On peut en revanche critiquer ces éditeurs de bd, non pas donc de tendre vers le pôle de la bd d’inspiration sociologique, mais d’avoir entretenu un flou quant au positionnement de la collection sur le continuum évoqué : en indiquant sur leurs couvertures les expressions « d’après une enquête de… » puis « récit sociologique », les sociologues pouvaient effectivement s’attendre à ce que les critères d’évaluation provenant de leur discipline occupent une place plus centrale.

62Critiquer les faiblesses sociologiques des ouvrages publiés dans cette collection revient en revanche à minorer l’immense réussite de la collection, à savoir parvenir à insérer, malgré tout, des critères d’évaluation associés à l’écriture sociologique. Plus encore, en permettant à des sociologues de devenir auteur·ices à part entière de certains albums, cette collection a montré que des styles hybrides étaient négociables, malgré la prédominance des critères issus de la bd (hybridité particulièrement visible dans Lambert, Virot, 2016). Cette initiative, grâce aux multiples expériences cumulées, a ainsi démontré la porosité des normes et valeurs entre deux cultures professionnelles, prouvant qu’une collaboration est effectivement possible mais également souhaitable. En effet, à la lecture des témoignages des sociologues impliqué·es dans Sociorama, il semble possible d’affirmer que l’écriture graphique de la sociologie peut amener à faire de la meilleure recherche. Au niveau de la restitution tout d’abord, grâce aux formes de réflexivité que cela a suscitées en aval des enquêtes adaptées (sur la place de l’analyse sociologique par rapport à celui des enquêté·es, sur la question de la représentativité des matériaux mobilisés ou encore à propos de la nécessité de mobiliser d’autres types de matériaux du fait de la représentation en images). Sur la conduite des enquêtes ultérieures ensuite : quand bien même la publication des ouvrages dans cette collection a nécessité de faire le deuil d’un respect strict des critères d’évaluation propre à la discipline, les réflexions suscitées par les contraintes graphiques sont fortement susceptibles d’influer sur les futures pratiques de recherche, au point peut-être d’encourager une adaptation du dispositif d’enquête lui-même (notamment si une nouvelle restitution en images est envisagée). Enfin, et surtout, les différentes discussions entre sociologues à propos de cette expérience attestent de la dimension collective de cette réflexivité : en questionnant les pratiques d’écriture mais aussi de publication et même d’enquête, la collection Sociorama invite à interroger (et donc préciser) les conditions de l’expertise professionnelle des sociologues.

Poursuivre la dénaturalisation des routines scientifiques : l’exemple de l’humour

63Quel que soit l’espace de publication ou le pôle vers lequel elle tend, l’écriture de la sociologie en bd peut servir d’appui à des formes de dénaturalisation des pratiques scientifiques, montrant que certains supports routiniers n’ont, en réalité, rien à voir avec la « scientificité ». Au point peut-être de repenser d’autres pratiques qui font l’objet d’une méfiance, si ce n’est de sanctions quasi systématiques, dans les instances d’évaluation universitaire.

64Au regard de mon expérience, l’humour constitue un bon exemple. S’il était toléré quand je mobilisais la bd, plusieurs personnes ont pu me faire remarquer que l’humour était peu compatible avec la démarche scientifique. J’en ai moi-même longtemps été convaincu : après tout, un texte académique est tellement empreint de critères d’évaluation qu’il impliquerait forcément un grand sérieux dans sa production. Sérieux que l’on peut donc légitimement s’attendre à retrouver dans sa forme. Le lien logique entre ces deux dernières phrases est pourtant incorrect. Il revient à considérer que l’humour est quelque chose de léger, sans importance, ne méritant pas d’être réfléchi (Flandrin, 2021).

65Plus que l’humour lui-même, c’est cette absence de réflexion qui peut conduire à des pratiques critiquables. Soit parce qu’elles ignorent le fait que l’humour puisse être un outil d’intégration comme d’exclusion et n’envisagent donc pas ses effets potentiels sur les personnes faisant l’objet de moqueries (Ink, 2016). Soit parce qu’elles procèdent à des sanctions implicites, sans pour autant faire l’effort de la démonstration du raisonnement conduisant à cette critique (quand bien même cette dernière peut s’avérer tout à fait pertinente, cela empêche la vérification par les pairs). On peut ainsi s’interroger sur l’intérêt des « pics » que des sociologues s’autorisent parfois à adresser à des collègues au détour d’une note de bas de page (pour un exemple célèbre, voir Boudon, Bourricaud, 1984 ; et la réponse de Chamboredon, 1984). Et plus encore s’inquiéter des choix de matériaux voire de concepts qui reviennent, plus ou moins implicitement, à tourner en ridicule des enquêté·es. L’humour étant un vecteur de pouvoir (Quemener, 2014), il doit être pensé comme tel par les chercheurs et chercheuses plutôt que d’être considéré comme suspect ou même disqualifié d’emblée.

66Il existe d’ailleurs des usages pertinents de l’humour, à l’image des formes de dérision dont font preuve les ethnographes lorsqu’ils ou elles racontent les déboires rencontrés durant l’enquête, soit un respect du critère de la mise en intrigue (sur ce point, voir les différents exemples présentés dans Berthaut et al., 2023). Il ne s’agit effectivement plus de faire de l’humour sur des enquêté·es (au risque de reproduire des dominations), mais d’attirer l’attention sur les erreurs que l’on peut faire en tant que sociologue. De la même manière, plutôt que de se moquer de collègues sous prétexte qu’ils ou elles feraient individuellement des erreurs dont on serait étrangement préservé, il est possible de tourner en dérision des pratiques professionnelles observées dans des groupes dont on fait soi-même partie : en taquinant celles et ceux qui partagent nos propres travers, on souligne la dimension sociale de ces écarts (pour un bel exemple de cela, voir Healy, 2017). Par ailleurs, en insistant sur le caractère insolite de certains éléments, l’humour constitue un outil susceptible de favoriser une transmission efficace du propos.

  • 16 Dans l’attente d’une enquête sur l’humour des sociologues, des pistes ont été esquissées sur un car (...)

67Comme la bd donc, l’usage de l’humour met à l’épreuve nos routines et, ainsi, notre expertise. Plutôt que d’en réserver l’usage à celles et ceux dont le professionnalisme est unanimement reconnu par la communauté de métier, il serait préférable de mettre en place une réflexion déontologique pour permettre à chaque sociologue de le mobiliser, dans le respect des exigences propres à notre profession16.

Conclusion

68Plutôt que de prétendre réinventer l’écriture de la sociologie, il semble plus honnête d’appliquer à ma propre démarche la critique interne défendue ici. En essayant d’atteindre des publics spécifiques, j’élaborais des routines qui m’évitaient de justifier sans cesse de mes arbitrages. En agissant de la sorte, je me garantissais un espace de publication rapide mais, dans le même temps, je n’interrogeais plus certains de mes choix. Difficile dès lors de savoir ce qui relevait de positionnements épistémologiques, de contraintes techniques ou même de choix politiques. En me réfugiant sur un blog dont je maîtrisais les formats, j’évitais ainsi de me soumettre à l’évaluation de ces arbitrages par mes pairs : ne sachant pas si leurs styles étaient compatibles avec le mien, j’esquivais cette confrontation, pourtant si importante pour valider mes résultats mais surtout pour enrichir mes réflexions.

  • 17 Des pistes de réflexion peuvent être trouvées au sein du numéro 66 de la revue Pratiques de formati (...)

69La réflexivité entraînée par la confrontation à d’autres espaces, mais aussi par la lecture d’autres travaux croisant sociologie et bd, m’a permis d’être davantage en mesure de justifier mon propre style d’écriture de la sociologie en bd. Plus encore, cela m’a amené à défendre et revendiquer une manière de faire de la sociologie. Au-delà de l’intérêt personnel que j’ai pu y trouver, ces expériences graphiques m’ont donc surtout fourni des outils pour dénaturaliser les pratiques et usages de l’écriture et de la publication de la sociologie en général. Notons que la bd n’est qu’une forme parmi d’autres écritures des sciences sociales réputées « alternatives » : du fanzinat au théâtre, en passant par de la poésie ou la fiction, il existe de nombreuses manières de restituer les enquêtes sociologiques. Une comparaison serait particulièrement stimulante avec des écritures mobilisant d’autres instruments, qu’ils soient audio (les podcasts par exemple) et/ou visuels (qu’il s’agisse de documentaires diffusés dans les circuits traditionnels ou sur internet, ou encore de productions réalisées en direct à l’image des streamers investissant la plateforme numérique « Twitch »)17. En bouleversant nos routines de recherche, ces différentes initiatives conduisent à une réflexivité non seulement individuelle, mais également collective portant sur la définition même de ce que signifie être un « bon » professionnel de la sociologie.

  • 18 Sur ce point, voir le dernier numéro des Actes de la recherche en sciences sociales (Collectif, 202 (...)

70Au regard de la pluralité de ces expériences et de leurs intérêts respectifs, il ne s’agit pas d’affirmer que « mon » style correspond au « bon » professionnalisme. Au contraire, je défends l’idée qu’il y a plusieurs manières de faire et d’écrire de la sociologie, sous réserve de respecter les différents critères d’évaluation propres à cette discipline. L’ambition est plutôt d’initier une discussion collective, avec mes pairs, sur les diverses manières de faire mais aussi de ne pas faire de la recherche. Quel que soit le medium mobilisé, ces écritures alternatives sont l’occasion de réfléchir ensemble à ce qui fait la spécificité de notre métier, tout en clarifiant les règles qui guident notre activité. Cette discussion semble particulièrement importante dans un contexte où les chercheurs et chercheuses sont régulièrement la cible d’attaques, notamment de la part de personnes qui critiquent le degré de scientificité des sciences sociales, de manière supposée objective alors même qu’elles ne font pas l’effort de décrire, comprendre ou expliquer les différentes manières de faire de la recherche18.

Haut de page

Bibliographie

Adam Jean-Michel, 2019, « Linguistique – récits – narratologie », Pratiques, n°181‑182, url : https://journals.openedition.org/pratiques/5632.

Amiraux Valérie et Francis Desharnais, 2015, Salomé et les hommes en noir, Montréal, Bayard Canada.

Anheim Étienne et Livia Foraison (éd.), 2020, L’édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis, Paris, Éditions EHESS, coll. « Cas de figure », n˚ 53.

Aquatias Sylvain, 2015, « Le goût de la bande dessinée : acquisitions, transmissions, renforcements et abandons », dans Berthou Benoît (éd.), La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?, Paris, Éditions de la bpi, coll. « Études et recherche », p. 45‑73.

Bailey Charlotte et Imogen Tyler, 2019, « From Stigma Power to Black Power: A Graphic Essay », The sociological review, url: https://thesociologicalreview.org/collections/guest-essays/from-stigma-power-to-black-power/.

Baillon Jean-François et Nicolas Labarre, 2015, « Things are going to change: Genre hybridization in Shaun of the Dead », Angles, 1, url : http://angles.saesfrance.org/index.php?id=96.

Barberis Eduardo et Barbara Grüning, 2021, « Doing Social Sciences Via Comics and Graphic Novels. An Introduction », Sociologica, 15, n°1, p. 125‑142.

Becker Howard S., 2004, Écrire les sciences sociales, Paris, Economica, coll. « Méthodes des sciences sociales ».

Becker Howard S., 2007, « Les photographies disent-elles la vérité ? », Ethnologie française, 37, n°1, p. 33‑42.

Berthaut Jérôme, Jennifer Bidet et Mathias Thura, 2022, « Mettre la sociologie en cases. Retours sur l’expérience de la collection Sociorama », Socio-logos, n° 18, url : https://journals.openedition.org/socio-logos/6116.

Boudon Raymond et François Bourricaud, 1984, « De la Domination avec un grand D », Revue française de sociologie, 25, n°2, p. 330‑331.

Burgos Ariadna et Peyo Dillais, 2012, « Les femmes, les coquillages et la mangrove », Techniques & Culture. Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, n°59, p. 326‑337.

Busino Giovani, 2000, « Notes les métaphores fondatrices de la connaissance sociologique », Revue européenne des sciences sociales, vol. 38, n°117, p. 69–81.

Chamboredon Jean-Claude, 1984, « Réponse à MM. Boudon et Bourricaud, auteur du Dictionnaire », Revue française de sociologie, 25, n°2, p. 332‑333.

Clifford James, 2003, « De l’autorité en ethnographie. Le récit anthropologique comme texte littéraire », dans Cefaï Daniel (éd.), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, coll. « Recherche/MAUSS », p. 263‑294.

Collectif, 2022, Dossier « Qui a peur des sciences sociales ? », Actes de la recherche en sciences sociales, 243‑244, n°3‑4.

Collectif Métis, 2019, Patience, prudence et petits pas. À la recherche du sens du travail social et médico-social. Le cas des Maisons de la Métropole du territoire de Vénissieux – Saint-Fons, Lyon, Métropole du Grand Lyon.

Dahl Sam, Gareth Morris, Philip Brown, Lisa Scullion et Peter Somerville, 2012, Somewhere Nowhere: Lives Without Homes, Salford, University of Salford.

Damerdji Amina, Samuel Hayat, Natalia La Valle, Anthony Pecqueux et Christelle Rabier (éd.), 2018, « Faire revue. Les sciences humaines et sociales au travail (i) », Tracés, n°18, url : https://journals.openedition.org/traces/8803.

Dubois Vincent, 2005, « L’écriture en sociologie : une question de méthode négligée », Transversale, 1, p. 208‑211.

Eliasoph Nina et Paul Lichterman, 2003, « Culture in Interaction », American Journal of Sociology, 108, n°4, p. 735‑794.

Emerson Robert M., 2015, Everyday Troubles: The Micro-Politics of Interpersonal Conflict, Chicago, University of Chicago Press.

Evans Christophe, 2015, « Profils de lecteurs, profils de lectures », dans Berthou Benoît (éd.), La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?, Paris, Éditions de la bpi, p. 17‑44.

Fabiani Jean-Louis, 2015, La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, Éditions de l’ehess, coll. « Cas de figure », n˚ 40.

Flandrin Laure, 2021, Le rire. Enquête sur la plus socialisée de toutes nos émotions, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales ».

Geertz Clifford, 1998, « La description dense », Enquête, n°6, p. 73‑105.

Gloris Bardiaux-Vaïente Marie et Nicolas Labarre, 2017, « La bande dessinée, langage pour la recherche (dossier) », Essais, Hors série n°5, p. 7‑20.

Goody Jack, 1979, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Gruenberg Sidonie Matsner, 1944, « The Comics as a Social Force », The Journal of Educational Sociology, 18, n°4, p. 204‑213.

Guillaud Étienne et Juliette Mengneau, 2019, « Un détour par la bande dessinée. Retour sur des expériences d’apprentissage de la sociologie en licence », Socio-logos, n°14, url : https://journals.openedition.org/socio-logos/4220.

Hague Ian, 2021, « Social Sciences/Comics: A Commentary on Sociologica’s Exploration of Comics », Sociologica, 15, n°1, p. 305‑310.

Hamdy Sherine, Coleman Nye, Sarula Bao et Caroline Brewer, 2017, Lissa: A Story about Medical Promise, Friendship, and Revolution, Toronto, University of Toronto Press, coll. « ethnoGRAPHIC ».

Hamel Jacques, 2018, Savoir écrire en sociologie : et dans les sciences sociales, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, coll. « paramètres ».

Healy Kieran, 2017, « Fuck Nuance », Sociological Theory, vol. 35, no 2, p. 118‑127.

Hinfray Charlotte, Matthieu Péhau, Simon Papaud, Félix Delepelaire, Matthieu Buratti, Pauline Bertrand, Quentin Lacombe, Sara Quod et Séverine Leguillon, 2016, Le bruit des idées : enquêtes sur des projets d’innovation territoriale, Lyon, SGMAP - CGET - Fondation SNCF.

Hunsmann Moritz et Sébastien Kapp (éd.), 2013, Devenir chercheur : Écrire une thèse en sciences sociales, Paris, Éditions de l’ehess, coll. « Cas de figure ».

Ink Marion, 2016, « Plaisanteries d’initiés. Définition et usages », Réseaux, 197‑198, n°3, p. 253‑278.

Katz Jack, 2010, « Du comment au pourquoi. Description lumineuse et inférence causale en ethnographie », dans Cefaï Daniel (éd.), L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’ehess, coll. « En temps & lieux », p. 40‑105.

Kuttner Paul J., Marcus B. Weaver-Hightower et Nick Sousanis, 2021, « Comics-based research: The affordances of comics for research across disciplines », Qualitative Research, 21, n°2, p. 195‑214.

Lahire Bernard, 2007, L’esprit Sociologique, Paris, La Découverte.

Lambert Anne et Baptiste Virot, 2016, Turbulences. D’après une enquête d’Anne Lambert, Bruxelles, Casterman, coll. « Sociorama ».

Latour Bruno, 1993, « Le “pédofil” de Boa Vista – montage photo-philosophique », dans Petites leçons de sociologie des sciences, Paris, La Découverte, p. 171‑225.

Le Bart Christian et Florian Mazel (éd.), 2021, Écrire les sciences sociales, écrire en sciences sociales, Rennes, mshb-pur, coll.« Métier de chercheur·e ».

Lemieux Cyril, 2010, « L’écriture sociologique », dans Paugam Serge (éd.), L’enquête sociologique, Paris, Puf, coll. « Quadrige », p. 379‑402.

Lemieux Cyril, 2018, La sociologie pragmatique, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Lepenies Wolf, 1990, Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Paris, Éditions de la msh.

Lesage Sylvain, 2017, « La bande dessinée, une nouvelle écriture de l’info », La revue des médias, url : https://larevuedesmedias.ina.fr/la-bande-dessinee-une-nouvelle-ecriture-de-linfo.

Lesage Sylvain, 2019, « Écrire l’histoire en images. Les historiens et la tentation de la bande dessinée », Le Mouvement Social, n°4, p. 47‑65.

Longino Helen E., 1990, Science as Social Knowledge. Values and Objectivity in Scientific Inquiry, Princeton.

Marcus George E. et Dick Cushman, 1982, « Ethnographies as texts », Annual Review of Anthropology, 11, p. 25‑69.

Mazé Léa et Pierre Nocérino, 2017, « Analyser l’accueil des personnes âgées en institution. De l’autonomie aux transferts de responsabilité », ethnographiques.org, n°35, url : http://www.ethnographiques.org/2017/Maze_Nocerino.

McCloud Scott, 1999, L’art invisible. : Comprendre la bande dessinée, Paris, Vertige Graphic.

Montaigne Marion, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, 2013, Riche, pourquoi pas toi ?, Paris, Dargaud.

Naville Pierre, 1966, « Instrumentation audio-visuelle et recherche en sociologie », Revue française de sociologie, 7, n°2, p. 158‑168.

Newman Deena, 1998, « Prophecies, police reports, cartoons and other ethnographic rumors in Addis Ababa », Etnofoor, 11, n°2, p. 83‑110.

Nocérino Pierre, 2016, « Ce que la bande dessinée nous apprend de l’écriture sociologique », Sociologie et sociétés, 48, n°2, p. 169‑193.

Nocérino Pierre, 2019, « Sociologie de l’humour, humour de la sociologie », Le carnet des étudiant-e-s du Master Sociologie de l’EHESS, url : https://mastersociologie.hypotheses.org/3940.

Nocérino Pierre, 2020a, Les auteurs et autrices de bande dessinée. La formation contrariée d’un groupe social, Thèse de sociologie, sous la direction de C. Lemieux, ehess, Paris.

Nocérino Pierre, 2020b, « Faire groupe entre la poire et le fromage. Informalité et autonomie dans le travail des auteurs et autrices de bd », Sociologie du travail, 62, n°3, url : http://journals.openedition.org/sdt/33393.

Parisi Morgane, 2017, « Le processus créatif, un regard anthropologique », Essais, revue interdisciplinaire d’Humanités, Hors série n°5, p. 23‑47.

Passeron Jean-Claude, 1991, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, coll. « Essais & Recherches ».

Pignocchi Alessandro, 2016, Anent - Nouvelles des Indiens jivaros, Paris, Steinkis.

Pinçon-Charlot Monique, Michel Pinçon et Etienne Lécroart, 2017, Panique dans le XVIe ! : Une enquête sociologique et dessinée, Montreuil, La ville brûle.

Pinçon-Charlot Monique Pinçon, Michel Pinçon et Etienne Lécroart, 2018, Riches au tribunal, Paris, Delcourt, coll. « Seuil Delcourt ».

Quemener Nelly, 2014, Le pouvoir de l’humour. Politiques des représentations dans les médias en France, Paris, Armand Colin, coll. « Médiacultures ».

Rannou Maël, 2022, « Depuis la table à dessin : transmettre la science du côté des auteurs », Alternative francophone, 3, n°1, p. 7‑22.

Sallée Nicolas et Alexandra Dion-Fortin, 2021, Se battre contre les murs. Un sociologue en Centre jeunesse, Montréal, Atelier 10 - La Pastèque.

Seiler Hélène, 2020, Les éditeurs de sciences humaines et sociales face à l’enjeu numérique en France, Thèse de sociologie, sous la direction de G. Sapiro, ehess, Paris.

Smolderen Lucie et Romain Minguet, 2013, « Un fil d’Ariane dans le Dendi. Ethnographie d’une technique disparue », Techniques & Culture, n°61, p. 304‑317.

Sousanis Nick, 2015, Unflattening, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Tesnière Valérie, 2021, Au bureau de la revue. Une histoire de la publication scientifique (XIX-XXe siècle), Paris, Éditions de l’ehess, coll. « En temps & lieux ».

Weaver-Hightower Marcus B., 2017, « Losing Thomas & Ella: A Father’s Story (A Research Comic) », Journal of Medical Humanities, 38, n°3, p. 215‑230.

Zigarán Iván, 2018, El monte, crianza y predación. Una historieta etnográfica sobre la relación de las familias campesinas de Apenoc con el monte en el marco de la implementación de la ley de bosques, Mémoire de Licence d’anthropologie, Universidad Nacional de Córdoba, Córdoba.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Cécile Thomé pour sa curiosité, son écoute et ses suggestions, sans lesquelles cet article n’aurait pu exister. Plus généralement, je remercie l’ensemble du comité de la revue Socio-logos, ainsi que les évaluateur·ices du présent article : leurs retours pertinents et attentifs ont été une source d’inspiration, et les reprises ne font malheureusement pas totalement honneur à cet accompagnement de qualité. Mes remerciements vont également à Léa Mazé : quiconque lira l’article comprendra l’ampleur de ce que je lui dois. Merci aussi à Olivier Crépin, Jean Leveugle et Morgane Parisi qui, par leur générosité et leurs pratiques d’hybridation entre science et bande dessinée, sont des sources inépuisables d’inspiration. Par ailleurs, les recherches menant aux présents résultats ont bénéficié d’un soutien financier de l’État et de l’ANR dans le cadre du « LABEX TEPSIS » : que ces institutions soient elles aussi remerciées.

2 Dans cette perspective, et pour néanmoins me situer dans les débats existants, je me contenterai de reprendre l’idée selon laquelle les productions scientifiques sont « des fictions au sens où elles sont “fabriquées” ou “façonnées” – le sens initial de fictio – non parce qu’elles seraient fausses, qu’elles ne correspondraient pas à des faits, ou qu’elles seraient de simples expériences de pensée sur le mode du “comme si” » (Geertz, 1998, p. 87). Une telle conception me semble propice à une étude des pratiques professionnelles de « fabrication » des données et des analyses dans le travail d’écriture (mais aussi, plus généralement, dans le travail de recherche).

3 url : socio-bd.blogspot.com/. Léa Mazé a par ailleurs donné son accord pour cet exercice réflexif et sa publication suite à la lecture du texte.

4 Parler d’« épreuve » vise à insister sur cette potentielle remise en cause par une personne de la réalité dans laquelle elle croyait, au point de susciter des discussions entre les acteurs sur la « bonne » réaction à adopter, mais également sur les causes de l’épreuve (et donc éventuellement sur des formes de responsabilité). Évidemment, d’autres termes peuvent aussi induire une telle analyse (micro)politique des difficultés rencontrées au quotidien, qu’il s’agisse de la notion de « trouble » (Emerson, 2015) ou même celle de « problème » (comme l’ont montré Joseph Gusfield et Andrew Abbott dans leurs travaux sur les problèmes publics ou les problèmes professionnels). La notion d’« épreuve » implique toutefois une dimension gradualiste (l’épreuve sert d’appui à l’engagement dans des niveaux de réflexivité plus ou moins élevés) et processuelle (les différentes pratiques des acteurs qui attestent de cette montée progressive en réflexivité peuvent et doivent être décrites finement), ce qui en fait un outil particulièrement utile pour l’ethnographe.

5 Un story-board est une sorte de brouillon d’une planche de bd, plus ou moins détaillé.

6 Malgré ces désaccords, nous sommes parvenus à finaliser ces deux planches au prix de nouvelles épreuves successives qu’il serait malheureusement trop long de détailler ici. Cette bd intitulée « De la science au culte » peut être consultée au lien suivant : http://socio-bd.blogspot.com/2013/10/de-la-science-au-culte.html.

7 La notion de « critères d’évaluation » est empruntée à Jack Katz (2010), lequel cherchait à comprendre comment étaient évalués les documents ethnographiques par une description des critiques qui leur sont adressées. Si ces critères portent sur essentiellement sur l’écriture (dans le sens où il s’agit d’évaluer des documents ethnographiques), les normes sous-jacentes impliquent un jugement sur les pratiques de recherche dans leur ensemble. Toute la difficulté de l’évaluation est justement de trouver, dans un document donné, les signes de la qualité (mais aussi des manques) de diverses opérations de recherche, de la récolte à la restitution des données en passant par leur analyse.

8 Pour reprendre l’expression de l’auteur de bd Boulet dans sa note de blog « Codes de conduite » consacrée au nécessaire usage parcimonieux des codes graphiques de la bd (url : https://bouletcorp.com/2010/11/14/codes-de-conduite/).

9 L’expression « métaphores usées » est reprise à Howard Becker (2004, p. 90-94). La traduction littérale des métaphores citées par le sociologue américain rend d’ailleurs celles-ci particulièrement incongrues pour un lectorat francophone, qui se demandera par exemple ce qui signifie concrètement « creuser [to mine] les données ». Cependant nous adoptons nous aussi de nombreuses métaphores, que ce soit dans nos concepts (à l’image des descriptions réputées « fines ») ou parce qu’il s’agit d’expression du langage courant (comme lorsque l’on parle de la « richesse » de nos matériaux). Cela ne veut pas dire que ces métaphores usées sont juste bonnes à jeter (les lecteurs et lectrices attentifs jugeraient bien ironique une telle position de la part de quelqu’un qui a justement utilisé ces expressions dans le présent article). Néanmoins, leur omniprésence peuvent nous conduire à ne plus en interroger le sens (quels sont les critères qui nous permettent d’affirmer que telles données sont « riches » ?) ou les apports pour la compréhension (seriez-vous réellement convaincu·es de la pertinence de la notion d’épreuve par le simple fait que je vous dise que ça favorise une plus grande « finesse » dans la description ?). Sur les apports et limites de l’usage des métaphores en sciences sociales, voir également les contributions de Giovani Busino (2000) et Bernard Lahire (2007, p. 94-111).

10 Constat qui n’est, encore une fois, pas nouveau : très tôt, des sociologues ont pu montrer à quel point la bd constituait un outil éducatif de premier ordre (Gruenberg, 1944).

11 On retrouve une idée proche chez Howard Becker à travers la notion de Persona : les différentes formes d’autorité mises en avant par les chercheurs et chercheuses sont liées à différentes façons de concevoir la recherche, dont on trouve les signes dans les manières d’écrire (Becker, 2004, p. 33‑48).

12 Par exemple, des personnes auront peut-être tiqué en lisant la notion d’« épreuve », dont l’usage est parfois lié à une volonté de marquer sa position au sein des travaux appartenant à la sociologie dite « pragmatique ». Il a donc été nécessaire d’en préciser l’intérêt analytique, notamment par rapport à d’autres.

13 Il est possible de retrouver l’expression de ces styles parmi les trois profils types identifiés par Maël Rannou (2022), à savoir « l’adaptateur ponctuel », « les auteurs-médiateurs » et des « auteurs-chercheurs ». L’approche par les styles me semble toutefois plus heuristique, dans le sens où elle permet de repérer les différentes pratiques d’hybridation possible, y compris parfois chez une même personne, plutôt que d’attirer l’attention sur les profils des auteurs et autrices.

14 Ces formats ne sont pas sans faire penser aux « standards d’acceptabilité » évoqués par Helen E. Longino (1990) : afin de limiter les effets des « suppositions d’arrière-plan » s’appuyant sur des croyances ou des « intérêts contextuels » potentiellement étrangers à la démonstration scientifique, la définition et la discussion publique de tels standards sont susceptibles de favoriser les « interactions critiques » nécessaires au travail scientifique d’objectivation et d’évaluation de cette objectivation.

15 Pour un retour détaillé sur cette expérience du point de vue de plusieurs sociologues y ayant contribué, voir l’article de Berthaut et al. (2023) publié dans le même numéro.

16 Dans l’attente d’une enquête sur l’humour des sociologues, des pistes ont été esquissées sur un carnet Hypothèses.org (Nocérino, 2019).

17 Des pistes de réflexion peuvent être trouvées au sein du numéro 66 de la revue Pratiques de formation/Analyses à paraître.

18 Sur ce point, voir le dernier numéro des Actes de la recherche en sciences sociales (Collectif, 2022).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Exemples d’épreuves rencontrées par les auteur·ices de bd
Crédits (Nocérino, 2020a, p. 30).
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Recherches préliminaires
Crédits Archives personnelles.
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Première version du story-board
Crédits Archives personnelles.
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6226/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Exemple d’ethnographie dessinée
Légende Les couleurs représentées ici (les badges) sont les seules que j’ai notées dans mes carnets, à savoir celles sur lesquelles les acteurs prenaient appui dans leurs interactions (Nocérino, 2016, p. 185).
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6226/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Représentation graphique des références
Légende Outre l’exemple montré ici, d’autres techniques narratives sont utilisées dans le même article, illustrant les discussions entreprises avec différentes recherches (Mazé, Nocérino, 2017).
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6226/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Exemple de métaphore graphique
Légende La morale professionnelle et ses différentes règles font ici l’objet d’une représentation graphique permettant d’expliciter le cadre théorique (Nocérino, 2020a, p. 174).
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6226/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Quand avoir la main sur les formats ne signifie pas oublier les publics
Crédits Premières cases de la bd « De la science au culte » dont j’ai décrit plus tôt le processus de co-écriture avec Léa Mazé. L’ampleur du sujet nécessitait une reprise du format que nous avions défini pour nos planches de vulgarisation (d’une page, nous passions à deux). En anticipant les sanctions d’un public que nous imaginions vigilant aux formats, nous avons décidé de mettre en scène la négociation de la longueur du document.
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6226/img-7.png
Fichier image/png, 117k
Titre Exemple de répartition sur le continuum
Légende Proposition de représentation schématique du continuum, établi à partir de la lecture des œuvres et, le cas échéant, des interviews ou discussions avec les sociologues investi·es dans ces projets. Pour situer avec plus de justesse des œuvres sur ce continuum, il serait nécessaire de mener une enquête sur les pratiques effectives d’écriture ou de co-écriture. Si une lecture approfondie des contenus permet de déduire la hiérarchisation sous-jacente des critères d’évaluation, les risques de surinterprétation sont importants.
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/6226/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Nocérino, « Dessiner les sciences sociales. »Socio-logos [En ligne], 18 | 2023, mis en ligne le 13 février 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/6226 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-logos.6226

Haut de page

Auteur

Pierre Nocérino

Post-doctorant en sociologie, Lier-Fyt (umr 8065)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search