Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Dossier. Les vingt ans de l’AFSL’AFS a 20 ans. Origine, histoire...

Dossier. Les vingt ans de l’AFS

L’AFS a 20 ans. Origine, histoire et devenir d’une association professionnelle

Stéphane Dufoix, Cécile Thomé et Patricia Vannier

Texte intégral

1À l’automne 2020, Muriel Darmon, alors présidente de l’Association française de sociologie (AFS), propose aux ancien·nes président·es de publier sur le site internet de l’association des témoignages de leur mandat. Débute alors un travail mémoriel visant à renseigner l’histoire de l’association, qui trouve un premier aboutissement dans ce numéro de Socio-logos. Un groupe « Histoire de l’AFS » se forme en effet peu après au sein du Comité exécutif afin, après s’être adjoint les forces du RT 49 « Histoire de la sociologie », de réfléchir à la manière de célébrer les vingt ans de l’association.

2L’idée de consacrer à cet anniversaire un numéro de revue qui pourrait permettre de croiser des articles scientifiques et des témoignages rétrospectifs émerge rapidement. Il s’agit ainsi d’ouvrir la double perspective d’une enquête socio-historique sur l’association et de la construction d’une mémoire de ses vingt années d’existence. Profiter d’une date anniversaire pour initier une réflexion mémorielle est désormais commun, mais ce sont ces dernières années des revues plus que des associations qui ont entrepris une telle démarche et qui sont revenues sur leur histoire, que ce soit en France (Borzeix et Rot 2010 ; Amsellem-Mainguy et Autain 2020 ; Dagiral, Peerbaye et Vincensini 2020 ; Le Clainche-Piel et Fournier 2020 ; Le comité de rédaction de Sociétés Contemporaines 2020 ; Dubois 2021) ou à l’étranger (Moya López et Olvera Serrano 2019).

3Il existe néanmoins une différence notable. Dans notre cas, l’anniversaire à célébrer n’est pas (encore) celui de Socio-logos, revue créée en 2006. Pour autant, quelques mots s’imposent sur la revue elle-même. Comme l’indique Daniel Bertaux dans l’édito de son premier numéro, la revue a d’abord été pensée comme « une revue généraliste ouverte à tous les courants », ce qu’elle a été pendant 12 ans. Une de ses caractéristiques était alors son statut novateur de « revue “en ligne”, c’est-à-dire existant exclusivement sous forme électronique », ce format alors assez nouveau poussant le président de l’association à enjoindre le lectorat à éviter « la confusion – encore très répandue dans les esprits – entre “revue en ligne” et “forum” où tout un chacun peut s’exprimer » (Bertaux 2006).

4En 2018, le format électronique s’est banalisé et Socio-logos est bien installée dans le paysage des revues françaises – pour autant, son identité reste à mieux définir par rapport aux autres revues généralistes. Or, le succès de la publication en 2015 du dossier « La socialisation des doctorants en sciences humaines et sociales », dirigé par Delphine Serre (alors membre du Comité exécutif), témoignait de l’intérêt que pouvait susciter une démarche réflexive sur la sociologie comme champ et comme profession. L’idée est donc lancée de faire de Socio-logos « la revue de la sociologie et des sociologues » :

Une revue professionnelle qui publiera des articles scientifiques sur la sociologie (son histoire, ses théories, son enseignement, ses débats, ses revues, ses métiers, l’organisation ou les logiques sociales de sa recherche, les sociologues et les étudiants en sociologie, etc.) mais aussi parfois des témoignages ou des textes d’opinion. (Brasseur, Darmon et Hély 2018)

5Le directeur de publication de Socio-logos est le ou la président·e de l’association, et les membres du comité de rédaction sont sélectionné·es parmi le Comité exécutif, qui constitue également l’ensemble des membres du comité de lecture.

6Socio-logos apparaît ainsi à double titre comme le meilleur espace pour poser le jalon des vingt ans de l’association : bien sûr, parce qu’il s’agit de la revue de l’AFS, comme l’indique d’ailleurs son sous-titre ; mais aussi parce qu’en tant que revue sur la profession, elle a justement vocation désormais à accueillir les réflexions sur l’évolution de celle-ci et des institutions autour desquelles elle s’organise.

7Ce numéro des vingt ans avait donc été envisagé en nous donnant plusieurs ambitions. Il s’agissait notamment de situer l’AFS dans le champ de la sociologie française et internationale : comment son rôle a-t-il évolué au cours de ces vingt ans ? Sur quel·les acteurs et actrices l’association s’est-elle appuyée (membres du Comité exécutif, président·es, personnel administratif, responsables de RT, etc.) ? Quels ont-été les épisodes marquants où elle a pu exercer une influence sur l’image de la discipline ? Quelles relations a-t-elle noué et entretient-elle avec les autres associations nationales ou internationales de sociologie comme l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES, fondée en 1989), l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF, fondée en 1958), la European Sociological Association (ESA, fondée en 1994) ou encore l’International Sociological Association (ISA, fondée en 1949) ?

8Nous cherchions également à continuer d’explorer la constitution, le fonctionnement et l’évolution des réseaux thématiques (RT) et des anciens groupes de travail (GT, catégorie qui n’existe plus aujourd’hui au sein de l’AFS), comme cela avait pu être fait pour d’autres associations, comme l’American Sociological Association (ASA) (Deegan 2022). Certains RT ayant déjà commencé à mener un travail de réflexivité sur leur fonctionnement (Bois et Thibault 2018), il s’agissait de voir comment continuer ce travail. Nous nous interrogions en outre sur la place des congrès, moments centraux de la vie de l’Association depuis sa création ; là encore, les quelques articles remontant à quinze ans demandaient à être complétés (Boudesseul 2006 ; Torny et Trabal 2007).

9Pour répondre à nos interrogations, la première question qui se posa fut celle des sources disponibles : quelles archives l’AFS conservait-elle ? Dans les fins fonds de quels placards – et surtout, de quels ordinateurs – était-il possible de les trouver ? Qui aller interroger pour en savoir plus ? Nos premières explorations nous montrèrent, dans la lignée de celles initiées pour le numéro « Formation : sociologue », publié en 2021 par la revue (Bataille et Brasseur 2021), que l’Association française de sociologie conservait des archives n’ayant encore jamais été exploitées et qui pouvaient être consultées. Cela était facilité par le travail mené en ce sens par Habibatou Doumbia, indispensable secrétaire de l’Association depuis 2009, que nous avons largement sollicitée depuis deux ans. Concernant la création de l’Association, Philippe Cibois, président de l’AFS de 2009 à 2011, avait œuvré à rassembler sur son site différents documents relatifs à l’histoire de l’association1 (rubrique « Matériau pour l’histoire de l’AFS »). Il était enfin possible de recourir aux archives personnelles et à celles des RT, ainsi qu’à des entretiens avec les personnes ayant participé, depuis vingt ans, à faire vivre l’association.

10C’est ainsi qu’émergea l’idée d’un numéro mixte, mêlant des articles scientifiques s’appuyant sur différentes archives et témoignages, et des témoignages stricto sensu. Finalement, l’écriture des différents textes de ce numéro a effectivement conduit à explorer des archives, mais aussi à en rendre accessibles d’autres (notamment les bases de données des participant·es aux congrès) ainsi qu’à en créer certaines, grâce aux entretiens menés et aux témoignages publiés.

11Le numéro auquel nous avons abouti s’articule ainsi autour de trois parties.

12Avec les articles de Stéphane Dufoix et de Patricia Vannier, c’est d’abord une plongée dans les origines de l’Association qui nous est proposée. Remontant aux premières associations françaises de sociologie à la fin du XIXe siècle en passant par l’Institut Français de Sociologie (IFS) et la Société Française de Sociologie (SFS), Stéphane Dufoix s’interroge sur les traces que ces deux associations ont laissées dans la mémoire collective des sociologues ainsi que sur le rôle qu’elles ont pu ou non jouer dans la professionnalisation de la discipline. Plus près de nous dans le temps, Patricia Vannier opère un retour sur les quelques mois qui ont précédé la création de l’AFS pour montrer combien certains événements, tels que le non-versement de la subvention à la SFS et, surtout, l’« affaire Teissier », ont déterminé les orientations de la nouvelle association française de sociologie.

13Trois articles permettent ensuite de revenir sur le fonctionnement de l’Association depuis vingt ans à trois niveaux différents : un niveau « macro » d’abord, avec l’article de Gérard Boudesseul, qui retrace l’évolution des participant·es et des thématiques lors de différents congrès de l’Association. Un niveau « méso » ensuite, avec l’article de Géraldine Bois et Adrien Thibault, qui s’intéresse aux personnes les plus engagées dans l’Association, au sein du Comité exécutif ou dans les Réseaux thématiques. Enfin, un niveau « micro », grâce à Xavier Dunezat, Jules Falquet et Aude Rabaud, qui se sont plongé·es dans les archives du RT 24 « Genre-classe-race. Rapports sociaux et construction de l’altérité » et nous offrent une analyse de son fonctionnement et de son évolution internes.

14Une dernière section du dossier regroupe des témoignages : celui de Sylvia Girel d’abord, membre du Comité exécutif pendant près de dix ans, de 2002 à 2011, puis celui de celles et ceux ayant présidé l’association entre 2002 et 2021 : Daniel Bertaux, Dan Ferrand-Bechmann, Philippe Cibois, Didier Demazière, Frédéric Lebaron et Muriel Darmon. Publiés auparavant sur le site internet de l’AFS2, ils sont désormais regroupés dans ce numéro dont ils recoupent l’aspect mémoriel.

  • 3 Il a récemment élargi son périmètre, en devant le Groupe « Éthique professionnelle ». Source : http (...)

15Le numéro se conclut par deux textes hors dossier, symboliques néanmoins des évolutions de l’AFS en tant qu’organisation. Dans le premier, Isabelle Clair, reprenant une analyse présentée lors du Congrès de Lille, revient sur la prévalence et les effets des violences sexuelles dans l’exercice et l’apprentissage du métier de sociologue. Les violences sexistes et sexuelles représentent aujourd’hui une préoccupation majeure au sein du Comité exécutif, où un groupe dédié à ces questions existe depuis 20193. Le dernier article est une « Carte postale » de Muriel Surdez intitulée « Faire de la sociologie en Suisse : une discipline face à l’effritement du multilinguisme ». Cette rubrique, originellement publiée sur le carnet Hypothèses de l’association, est désormais un incontournable de Socio-logos. Portée par Pierre Bataille et Clément Rivière, membres du comité éditorial, elle offre un aperçu des différents aspects de ce que signifie être sociologue ailleurs qu’en France et permet conjointement, en déplaçant la focale, d’en apprendre plus sur les manières de faire ailleurs et d’interroger en retour notre fonctionnement propre.

16Au-delà de l’expérience éditoriale qu’a représenté la mise en place de ce numéro, sa préparation nous a fait prendre conscience de plusieurs difficultés inhérentes à l’histoire des associations sociologiques professionnelles, qu’elles soient nationales, régionales ou internationales, alors même qu’elles s’inscrivent pleinement dans l’histoire de la discipline dans son ensemble. Trop souvent absente ou alors réduite à la portion congrue, leur histoire approfondie – si on ne la considère pas comme un objectif en soi, mais comme une entrée capitale sur la pluri-scalarité de la sociologie, comme de toutes les autres sciences humaines et sociales d’ailleurs, et sur les articulations de ces différentes échelles – représente pourtant un défi tout à fait important pour saisir les dimensions plurielles et fractales de la production sociologique mondiale, mais aussi des rapports d’hégémonie et de contre-hégémonie qui ont été en constante tension depuis la fin du XIXe siècle.

17À l’exception de quelques cas comme celui de l’International Sociological Association ou de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française (AISLF), les sources – notamment archivistiques – ne sont pourtant pas légion pour envisager ce travail. C’est la raison pour laquelle nous souhaiterions que ce numéro puisse conduire à une réflexion collective plus poussée visant à développer une politique de la mise en archive afin de se donner de meilleures chances de (mieux) conserver des traces du passé très contemporain. Dans le cas français, l’AFS, l’ASES et l’AISLF pourraient sans doute devenir des actrices fondamentales de ce changement et de cette projection en direction des chercheurs et chercheuses à venir. Chacune de leur côté, elles pourraient mettre en œuvre une meilleure accessibilité à leurs publications, travailler à la mise en place d’archives électroniques pour les réunions de leurs Comités exécutifs, pour l’organisation des conférences, pour la fabrique de statistiques, voire impulser une politique progressive de numérisation de leurs archives papier si ces dernières existent. Collectivement, elles pourraient conjuguer leurs efforts pour réfléchir à cette entreprise d’archivage et cumuler les acquis.

18Vingt ans c’est peu… Et pourtant. Le temps est sans doute déjà venu pour l’AFS de se lancer vers les décennies futures tout en œuvrant à une meilleure compréhension de son propre passé.

Haut de page

Bibliographie

Amsellem-Mainguy Yaëlle et Autain Marianne, 2020, « 25 ans de recherches sur la jeunesse (1995-2020). Éditorial », Agora débats/jeunesses, 2020, vol. 86, no 3, p. 7‑10.

Bataille Pierre et Brasseur Pierre, 2021, « L’espace contemporain de la formation en sociologie en France : une cartographie à construire », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, 6 mai 2021, no 15.

Bertaux Daniel, 2006, « Éditorial », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, 21 mars 2006, no 1.

Bois Géraldine et Thibault Adrien, 2018, « Sociologues en soi, sociologues pour soi », Biens Symboliques / Symbolic Goods. Revue de sciences sociales sur les arts, la culture et les idées, 17 octobre 2018, no 3.

Borzeix Anni et Rot Gwenaële, 2010, Sociologie du travail. Genèse d’une discipline, naissance d’une revue, Nanterre, Presses universitaires de Paris-Ouest.

Boudesseul Gérard, 2006, « Brève sociographie du second congrès de l’AFS », Bulletin de méthodologie sociologique. Bulletin of sociological methodology, 1 octobre 2006, no 92.

Brasseur Pierre, Darmon Muriel et Hély Matthieu, 2018, « Édito », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, 12 mars 2018, no 13.

Dagiral Éric, Peerbaye Ashveen et Vincensini Caroline, 2020, « Terrains & travaux, 2000-2019 », Terrains & travaux, 2020, vol. 36‑37, no 1, p. 29‑58.

Deegan Mary Jo, 2022, « Les femmes, la sociologie et l’Association américaine de sociologie (1906-1931). Prologue, rétrospective et perspective », Zilsel, 2022, vol. 10, no 1, p. 363‑391.

Dubois Michel, 2021, « Les “années décisives” : retour sur le lancement de la Revue française de sociologie (1960-1965) », Revue française de sociologie, 2021, vol. 62, no 3‑4, p. 543‑553.

Le Clainche-Piel Marie et Fournier Cécile, 2020, « Regards sur l’institutionnalisation des sciences sociales de la santé. Entretiens croisés avec Géraldine Bloy, Catherine Déchamp-Le Roux, Sylvie Fainzang et Aline Sarradon-Eck », Anthropologie & Santé. Revue internationale francophone d’anthropologie de la santé, 13 février 2020, no 21.

Le comité de rédaction de Sociétés Contemporaines, 2020, « Sociétés contemporaines a 30 ans ! Brève auto-histoire d’un collectif de travail engagé », Sociétés contemporaines, 2020, vol. 120, no 4, p. 5‑39.

Moya López Laura Angélica et Olvera Serrano Margarita, 2019, « La Revista Mexicana de Sociología, sus conmemoraciones y la experiencia del tiempo », Revista mexicana de sociología, décembre 2019, vol. 81, no 4, p. 881‑912.

Torny Didier et Trabal Patrick, 2007, « Toutes choses égales par ailleurs », Bulletin de méthodologie sociologique. Bulletin of sociological methodology, 30 avril 2007, no 94, p. 57‑75.

Haut de page

Notes

1 Source : https://ciboispagesperso.fr/ArchivesAFS.html, consulté le 21 juin 2023.

2 Source : https://afs-socio.fr/afs-qui-sommes-nous/#tab-histoire-de-lassociation, consulté le 21 juin 2023.

3 Il a récemment élargi son périmètre, en devant le Groupe « Éthique professionnelle ». Source : https://afs-socio.fr/groupe-ethique-professionnelle/, consulté le 21 juin 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Dufoix, Cécile Thomé et Patricia Vannier, « L’AFS a 20 ans. Origine, histoire et devenir d’une association professionnelle »Socio-logos [En ligne], 19 | 2023, mis en ligne le 28 juin 2023, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/6264 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-logos.6264

Haut de page

Auteurs

Stéphane Dufoix

Professeur de sociologie (Université Paris-Nanterre). Membre de l’Institut universitaire de France

Articles du même auteur

Cécile Thomé

Post-doctorante en sociologie (Labex SMS/LISST-CERS). Membre du CE de l'AFS (2019-2023). Rédactrice en chef de Socio-logos  

Patricia Vannier

Maîtresse de conférence (Université Toulouse Jean Jaurès, LISST-CERS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search