Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Écouter et comprendre les femmes ...

Écouter et comprendre les femmes victimes de violence conjugale : décentrement, éthique de l’inquiétude et stratégies d’adaptation

Listening to and understanding women who are victims of domestic violence: decentring, the ethic of concern and coping strategies
Pierre Guillaume Prigent

Résumés

Jusqu’à présent, peu d’études ont été consacrées à l’expérience des femmes avec enfants qui se sont séparées d’un conjoint violent. Dans cet article, je montre qu’écouter et comprendre les femmes victimes de violence conjugale implique d’adopter des pratiques et de construire une éthique adaptées au terrain. J’ai pratiqué un nécessaire décentrement afin de redonner une place centrale et non marginale au vécu des femmes, en mettant à distance le sens masculiniste et les mécanismes d’occultation de la violence. La nature sensible du terrain impose d’adopter un positionnement particulier vis-à-vis des enquêtées, que je nomme éthique de l’inquiétude, dans un contexte où elles sont encore soumises à la violence ou à ses conséquences. Le recueil de ce type de récits longs évoquant des violences et des souffrances peut causer des traumatismes secondaires, et implique donc d’adopter des stratégies d’adaptation de divers types.

Haut de page

Dédicace

À Aurore et Émilie, qui espèrent l’été.

Notes de l’auteur

Les traductions de l’anglais ont été réalisées par mes soins. Les prénoms des enquêtées ont été anonymisés.

Texte intégral

Je remercie Gwénola Sueur pour sa relecture, et pour m’apprendre à faire émerger du paralysant sentiment d’impuissance une colère transformatrice.

1Après leur dévoilement par le mouvement féministe dans les années 1970, puis le développement de politiques publiques à partir des années 1990 (Delage, 2017 ; Direction de l’information légale et administrative, 2020), les violences conjugales sont aujourd’hui mieux comprises et davantage dénoncées. Faisant suite à l’Enveff, première enquête nationale sur les violences envers les femmes en 2000, l’enquête Virage de l’Institut national des études démographiques réalisée en 2015 indique que 6,3 % des femmes et 2,2 % des hommes rapportent des situations de violences par partenaire durant leur vie conjugale, avant les douze mois précédant l’enquête (Brown, Mazuy, 2022). Juste avant la rupture, 35 % des femmes et 17 % des hommes déclarent des faits de violence de la part de leur conjoint. Après la séparation, 13 % des femmes qui ont maintenu des contacts avec l’ex-partenaire déclarent en avoir été victimes, contre 7 % des hommes. La prise en compte de la fréquence des faits, de leur cumul (quand les faits sont de types différents) et de leur gravité permet d’identifier que les femmes apparaissent comme victimes d’un continuum (Kelly, 2019) de violences aux conséquences plus durables et plus graves que pour les hommes (Brown, Mazuy, 2022, p. 99).

2La place des enfants dans ces violences est progressivement prise en compte par l’action publique. Auparavant perçus comme « exposés », ils sont aujourd’hui le plus souvent décrits comme co-victimes des violences conjugales (Sadlier, 2015 ; Centre Hubertine Auclert, 2021). Symboliquement, lors de la clôture du Grenelle des violences conjugales fin 2019, le premier ministre Édouard Philippe déclare qu’« un homme violent n’est pas un bon père » (Durand, 2020). Dans la loi comme dans les pratiques judiciaires, il semble que l’intérêt de l’enfant commence à pouvoir être entendu « comme la mise à l’écart du parent violent vis-à-vis de l’autre parent, apportant dès lors une limite à la coparentalité » (Matteoli, 2020). Le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) publie pour autant un rapport dans lequel il fait état de réponses institutionnelles inadaptées dans la prise en charge des femmes victimes de violences conjugales et de leurs enfants, y compris après la séparation (Grésy et al., 2020).

3Peu d’études qualitatives ont été consacrées à l’expérience des femmes victimes de violences conjugales séparées de leur conjoint. Durant ma thèse de sociologie (Prigent, 2021), je mène de 2013 à 2019 des entretiens semi-directifs approfondis et parfois répétés avec une vingtaine de femmes séparées d’un conjoint violent avec qui elles ont eu des enfants, recrutées par bouche-à-oreille, dans des associations ou via les réseaux sociaux. L’analyse des entretiens permet d’expliciter la stratégie des pères violents, le contrôle coercitif (Stark, 2014 : Dobash, Dobash, 1979), se manifestant sous la forme d’un entremêlement de huit tactiques identifiées : isolement, privation de ressources, contrôle, intimidation, dévalorisation, confusion, sur-responsabilisation et violence (Prigent, 2021), et ce dans un contexte de séparation parentale. En effet, les agresseurs exercent alors des représailles, par exemple sous forme de harcèlement ou de menaces, et utilisent les enfants ou s’en prennent à eux pour maintenir pouvoir et contrôle sur l’ex-partenaire. Les récits recueillis illustrent les insuffisances des institutions à soutenir les victimes face à l’agresseur, voire une complicité avec ce dernier. Occultant les violences et imposant la coparentalité, les institutions qui régulent l’après-séparation parentale réduisent l’espace pour l’action des victimes en perpétuant le contrôle de l’agresseur, au détriment de leur sécurité, de leur liberté et de leur autonomie. Face aux situations rencontrées par les enquêtées, qui dénoncent des injustices subies, l’enquête est ainsi traversée par une tension que l’anthropologue Alban Bensa nomme « l’affrontement intime entre conscience morale et projet scientifique » (Bensa, 2008, p. 326).

4Cet article propose de faire état du positionnement adopté et des défis rencontrés, et d’illustrer comment l’engagement auprès de femmes victimes de violences conjugales n’est pas seulement une obligation morale, mais aussi une condition méthodologique pour mener à bien l’enquête (Louis-Genard, Roca i Escoda, 2023). Tout d’abord, comment mener la recherche à partir d’une position sociale dominante du point de vue du genre, en tant qu’homme, et gérer les effets épistémologiques de cette position sur la réalisation des entretiens, puis leur analyse ? D’autre part, quelle attitude éthique adopter face aux enquêtées qui, bien qu’elles soient séparées, continuent potentiellement à subir des violences de la part de leur ex-conjoint, et à se voir imposer des contacts avec leur agresseur par les institutions ? Quelles stratégies mettre en place afin de se maintenir sur le terrain et de pouvoir poursuivre la recherche et faire face aux impacts émotionnels sur le chercheur et sur les enquêtées ?

Un nécessaire décentrement du chercheur afin d’appréhender les violences masculines

5Étudier les violences conjugales à partir de ma position sociale d’homme implique que je me confronte « au rapport avec l’autre sexe et à la réalité de ce rapport » (Dagenais, Devreux, 1998, p. 11). Pour ce faire, je pratique un nécessaire décentrement. Inspiré par le féminisme matérialiste (Delphy, 2013), le sociologue Léo Thiers-Vidal définit le décentrement comme se « déprendre de soi assez souvent et assez longtemps pour donner en soi une place affective et psychologique autre qu’annexe et subordonnée au vécu des femmes » (Thiers-Vidal, 2013, p. 118). Il s’agit d’un long “travail de mise à distance de tout ce qui fait sens – intuitions, ressentis, pensées et situations – car ce sens masculiniste empêche très concrètement de percevoir différemment le vécu masculin » (Thiers-Vidal, 2013, p. 120121). Il identifie deux temps dans ce décentrement : le premier consiste à étudier de façon approfondie les théorisations féministes, et le second à s’engager dans des collectifs féministes afin de percevoir concrètement les actions oppressives des hommes envers les femmes. C’est seulement à la suite d’un tel travail de décentrement, d’éloignement du sens masculiniste, qui « n’envisage que l’histoire ou la vie sociale des hommes, mais encore double cette limitation d’une affirmation (il n’y a qu’eux qui comptent et leur point de vue) » (Le Dœuff, 2008, p. 53) qu’il devient possible d’identifier la violence.

6Ce décentrement se concrétise notamment dans la façon dont je conduis les entretiens avec les mères séparées enquêtées. Je suis inspiré par la méthode des écoutantes de victimes de violences : ne pas la juger, ne pas la comparer avec une autre victime, ne pas douter, tenir compte de sa peur, respecter sa souffrance, la comprendre (Nguyen, 2020). Il s’agit de s’interroger en permanence sur la posture à avoir face aux femmes, et de prendre en compte leur propre cheminement dans des contextes où les contraintes institutionnelles pèsent fortement sur elles (Bouyssou et al., 2022). La mobilisation cumulée de cette approche en termes de soutien et de l’approche sociologique n’est pas contradictoire, mais complémentaire, car elle en reprend les principes (Blanchet, Gotman, 2007, p. 65). Elle permet également l’adaptation à un terrain où, chez les enquêtées, la peur et la souffrance sont particulièrement présentes et peuvent influencer la relation avec l’enquêteur. Face à des récits de violence, un contre-don sous la forme d’une écoute et/ou d’aide (Bouillon, 2005) est indispensable pour mener à bien l’entretien. J’ai suivi les formations du Collectif féministe contre le viol et de l’association de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants SOS les Mamans, dispensées par la sociologue Gwénola Sueur lorsqu’elle y était écoutante. Ces formations me permettent de mieux comprendre le contexte dans lequel les femmes enquêtées subissent la violence, et notamment les enjeux posés par la séparation parentale.

7Lors des entretiens, je choisis de laisser les enquêtées raconter leur histoire et décrire ce qu’elles ont vécu, en commençant comme elles le souhaitent par la rencontre ou la séparation avec l’ex-conjoint. Je ne demande des éclaircissements que lorsque c’est nécessaire, les rares fois où les thèmes devant être abordés ne le sont pas spontanément (la rencontre avec l’ex-conjoint, la séparation, la nature de la relation passée et actuelle, la résidence des enfants, les procédures, les réponses institutionnelles et les réactions des proches). Cependant, je ne demande pas de détails sur les violences subies afin d’éviter de mettre mal à l’aise les enquêtées et de leur imposer de revenir sur des moments difficiles qu’elles ne sont pas nécessairement prêtes à aborder, ou pas avec moi. Cette méthode permet le recueil de récits riches et détaillés, d’éviter l’orientation par des questions spécifiques ou fermées, et de faire émerger le continuum des violences subies (Kelly, 2019), dans l’espace conjugal ou post-conjugal comme dans d’autres espaces, de la part du père des enfants ou d’autres personnes.

8Dans un article consacré à la pratique des entretiens portant sur les violences de genre, la sociologue britannique Hilary Abrahams revient sur l’écoute compréhensive. Elle décrit

« cette tension entre la faim d’être entendue et la peur de parler qui défie le chercheur et qui exige attention et sensibilité. Un certain degré de confiance aura été établi afin que la femme se sente en sécurité et accepte de participer à un entretien. D’après mon expérience, cette confiance et la volonté de parler librement peuvent être renforcées par les compétences d’une écoute active et d’une attitude empathique et sans jugement. » (Abrahams, 2017, p. 253)

9Pour autant, au moment du recrutement des enquêtées, avant l’entretien, je n’emploie le mot violence que si elles l’emploient elles-mêmes. En effet, le fait de la nommer de cette façon est le fruit d’un processus, de même que chercher de l’aide ou non (Lelaurain, Fonte, 2022, p. 49-50). Par conséquent, selon le choix des termes et le parcours de l’enquêtée, j’emploie parfois les expressions séparation conflictuelle ou difficile. Il ne s’agit pas de minimiser ces situations, mais de partir de la façon dont elles sont nommées dans le contexte plus général de l’occultation sociale de la violence masculine, en l’occurrence post-séparation. De tels mécanismes forgent nos perceptions, nos conceptions et nos représentations de ce phénomène, influencent nos pratiques et parfois s’institutionnalisent (Romito, 2018). La professeure de psychologie sociale italienne Patrizia Romito identifie principalement deux stratégies majeures d’occultation de cette violence : le déni (ne pas la voir ou ne pas la nommer ainsi), et la légitimation (elle n’est pas présentée comme telle, mais justifiée, excusée, minimisée). Elle distingue également plusieurs tactiques d’occultation, qui peuvent être mobilisées dans ces deux stratégies : l’euphémisation, la naturalisation et la psychologisation de la violence, le fait de distinguer les différents actes de violences en vue de les opposer, la déshumanisation et la culpabilisation des victimes. L’usage de ces catégories occultantes de la violence ne constitue pas dans ce contexte une euphémisation de l’expérience des enquêtées, mais plutôt une condition d’accès à celle-ci. De plus, l’usage de catégories occultantes par les enquêtées, comme celle de « pervers narcissique » qui tend à psychologiser et dépolitiser la violence conjugale (Lelaurain, Fonte, 2022), ne fait pas l’objet d’un jugement, d’une critique lors de l’entretien, mais est analysé comme un moyen de « mettre en sens l’expérience de la violence » (Lelaurain, Fonte, 2022, p. 193).

Des relations d’enquête en terrain sensible

10Mon enquête relève de la recherche sensible, qui « pose potentiellement pour les personnes impliquées une menace substantielle, menace dont l’émergence rend problématique, pour le ou la chercheuse et ou/le ou la participante, la collecte, la détention et/ou la dissémination des données de la recherche » (Renzetti, Lee, 1993, p. 5). La nature sensible du terrain m’impose donc de prendre des précautions particulières vis-à-vis des enquêtées. Étant donné que la violence ne s’arrête pas à la séparation (Romito, Feresin, 2020), la plupart des femmes interrogées, en particulier celles séparées récemment, continuent à subir des formes de violences et de contrôle par leur ex-conjoint durant la période des entretiens : du harcèlement par téléphone et de la surveillance par visioconférence, des menaces ou des violences pendant les remises ou encore du stalking, « le fait de suivre, de harceler ou de menacer délibérément, de manière répétée et malveillante, une autre personne » (Melton, 2007, p. 347). Dans les situations rencontrées, si les violences continuent, c’est notamment parce que les femmes ont des enfants ; le principe de coparentalité entraîne leur maintien dans cette situation (Côté, 2012). L’agresseur se sert en effet de l’exercice conjoint de l’autorité parentale pour imposer ses propres choix concernant l’enfant, par exemple son éducation et ses activités, et maintenir un contact fréquent avec la mère. Il est soutenu par les représentations sociales dominantes, majoritairement partagées dans la justice aux affaires familiales, selon lesquelles un enfant a besoin de son père, quel que soit son comportement (Sueur, Prigent, 2022a).

11Je n’ai pas personnellement été exposé à la violence des ex-conjoints des enquêtées, hormis lors des remises des enfants auxquelles j’ai assisté et durant lesquelles j’ai subi des menaces et des invectives. Pendant ces remises, je ne réponds pas aux agresseurs, et rien ne doit laisser paraître que je mène une enquête auprès de leurs ex-conjointes. Plus généralement, afin d’éviter que mon lien avec les femmes ne soit instrumentalisé et utilisé contre elles, je prends des précautions qui se sont imposées en lien avec le cadre méthodologique et éthique fixé. Je mène les entretiens dans des espaces et des temporalités inconnues de l’ex-conjoint. Je prends des précautions supplémentaires en ce qui concerne les femmes recrutées par bouche-à-oreille via un réseau familier vis-à-vis duquel ma vigilance est moindre, parce que ce réseau peut la surveiller pour le compte de l’agresseur. Je communique avec elles par des moyens dont on sait qu’ils ne sont ni contrôlés ni surveillés par l’agresseur dans le cadre d’un contrôle coercitif facilité par la technologie (Woodlock et al., 2023).

12Je maintiens le contact avec elles après les entretiens, afin de prendre connaissance d’éventuelles difficultés liées au fait d’avoir, pour la première fois ou non, partagé leur récit et s’être remémorés des évènements violents. Ce maintien du lien me permet par ailleurs de pouvoir réaliser d’autres entretiens, d’accéder à des documents supplémentaires et de pouvoir suivre la situation sur la durée. Le cas échéant, je leur apporte un soutien moral, ou les oriente vers des structures ou associations qui pourraient les aider si nécessaire. Je constate cependant que les ressources de soutien aux femmes qui font face aux violences post-séparation sont rares et existent principalement sous la forme de collectifs militants ou d’associations dont les moyens et la durée d’existence sont variables. Lorsque j’y participe, je suis soumis à cette « tension pratique dans laquelle l’ethnographe se trouve pris lorsqu’il s’attache à suivre des acteurs sur un terrain partisan » (Jouan, 2016, p. 166). Si ces groupes sont traversés par des conflits, suite à des désaccords concernant des positions à prendre ou des manières de s’organiser, je renonce à me saisir des matériaux recueillis auprès des femmes prises dans ces conflits. En effet, ces derniers remettent en question la confiance nécessaire dans la relation d’enquête. Les tensions consécutives à ces dissensions s’apaisent lorsque j’invite l’ensemble des femmes interrogées à ma soutenance de thèse (toutes ne m’ont pas répondu et toutes ne seront pas présentes). Ces évènements passés sont rediscutés et je rappelle, si elles m’interrogent à ce sujet, que les matériaux récoltés n’ont pas été utilisés. De façon plus générale, cette invitation me permet de revenir sur l’évolution de la situation de certaines des enquêtées, et de leur envoyer la transcription ou l’enregistrement des entretiens si je ne l’ai pas fait avant et qu’elles me les demandent.

13La rareté et la précarité des ressources de soutien m’amènent à être contacté par des femmes ayant un profil similaire à mes enquêtées afin que je les aide, principalement en leur donnant des conseils ou simplement en les écoutant. L’activité de soutien peut parfois être éprouvante, mais elle me permet d’observer le même phénomène dans un autre cadre, de mieux le comprendre et de partager les connaissances acquises dans la recherche, dans le cadre d’une reddition de comptes (Dupuis-Déri, 2014) auprès de celles qui pourraient le plus en bénéficier, malgré des moyens limités pour les soutenir. Dans ce cadre, je récolte également des matériaux, mais comme la relation n’est pas une relation d’enquête, et que je ne leur demande pas l’autorisation de mobiliser ces matériaux (la nature de leur sollicitation ne s’y prêtant pas), je ne les intègre pas dans l’analyse ; je fais donc « usage avec discernement des moyens possibles d’obtention, de contrôle, de compréhension et de traitement des informations » (Bizeul, 1998, p. 754).

Une éthique de l’inquiétude envers les enquêtées

14Le maintien du contact avec les enquêtées leur laisse également la possibilité de me solliciter afin que je leur apporte un soutien juridique, voire que j’intervienne auprès des institutions. Les enquêtées ont des rapports diversifiés à ces dernières : certaines, une minorité, n’ont jamais porté plainte ni saisi le juge aux affaires familiales au moment de l’entretien (ce qu’elles ont éventuellement pu faire par la suite), tandis que d’autres ont connu des procédures multiples, longues et complexes, jusqu’à un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme. La moitié d’entre elles a porté plainte, concernant des violences envers elles ou leurs enfants. Les enquêtes de victimation indiquent un faible taux : l’enquête Vécu et ressenti en matière de sécurité, réalisée en 2021, montre que 14 % des femmes enquêtées ont formellement déposé plainte à la suite de violences conjugales subies (Gonzalez-Demichel, 2023, p. 227), cette proportion pouvant varier notamment en fonction de la nature des violences.

15J’ai pris connaissance des lois sur l’obligation de signalement due à l’évocation par les enquêtées de certains types de violences commises sur elles ou leurs enfants. Les articles 434-1 et 434-3 du Code pénal instituent en effet une telle obligation de signalement, dont le non-respect est puni d’une peine d’emprisonnement et d’une peine d’amende, de tout crime dont il est encore possible de prévenir ou de limiter les effets ou dont les auteurs sont susceptibles d’en commettre de nouveaux qui pourraient être empêchés. La loi oblige également à informer les autorités administratives ou judiciaires de privations, de mauvais traitements ou d’agressions ou atteintes sexuelles infligés à un mineur dont on aurait connaissance (Carrère et al., 2020, p. 19). Ces lois, susceptibles d’évoluer, ne s’appliquent donc pas de la même manière selon que la personne concernée est mineure ou majeure (Conseil national de l’Ordre des médecins, 2019 ; Ministère de la Justice et al., 2020). Cependant, je ne me soumets pas automatiquement à ces obligations légales pour deux raisons. D’une part, les entretiens me permettent de constater que certains signalements réalisés par les enquêtées ou des professionnel·le·s, majoritairement réticent·es à le faire, ont eu un impact nul ou négatif : lorsque ces signalements, accompagnés d’autres plaintes n’ont pas connu de suite, des intervenant·e·s suspectent les femmes d’avoir menti, et d’avoir tenté de contrevenir de manière infondée aux droits du père, ce qui peut avoir comme conséquence de réduire les contacts des enquêtées avec leurs enfants (Prigent, 2021, p. 335). De plus, il me semble que signaler par obligation, et non suite à leur demande peut potentiellement briser la confiance que j’ai pu construire avec elles. À une obligation légale, je préfère répondre aux principes éthiques de ne pas risquer de leur nuire et de leur imposer une situation qu’elles n’ont pas voulue. J’ai peu d’espoir en la « judiciarisation de la violence masculine dans le couple » (Jouanneau, 2023, p. 126), mais il me semble pour autant indispensable de « ne pas laisser sans recours les femmes qui se retrouvent aux prises avec cette violence au quotidien » (Jouanneau, 2023, p. 126). Je n’ai finalement réalisé qu’un seul signalement à la demande d’une de mes enquêtées.

16Aurore, 40 ans, travaille dans le marketing. Sa petite fille a 5 ans. Lors de notre entretien de deux heures par téléphone, Aurore partage avec moi des éléments qui m’inquiètent particulièrement. Me reportant sur des grilles permettant d’évaluer un risque de féminicide post-conjugal (Lapointe et al., 2018), je constate que la situation d’Aurore remplit un certain nombre de ces critères. À ce moment-là, j’envisage de sortir de mon cadre habituel consistant à comprendre les mécanismes de la violence à partir d’un récit pour « cocher des cases » afin d’attester d’un danger ; je dois m’efforcer de traduire les propos d’Aurore dans une forme dont l’institution en capacité de les mettre en sécurité elle et sa fille pourrait se saisir pour se mettre en action. Je décide alors, avec l’accord d’Aurore, d’écrire un signalement au procureur de la République, dans lequel j’explique que son ex-conjoint l’a menacée de mort le jour précédent notre entretien et lui a envoyé plus de deux cents messages menaçants en un mois. Il n’a aucune empathie envers Aurore, qui a constamment peur de lui et met en place des stratégies de sécurité, comme limiter ses déplacements. Par le passé, il a déjà été condamné pour des faits de violences conjugales et Aurore a bénéficié pendant quelques mois d’une ordonnance de protection. Aurore n’obtiendra pas les mesures de protection qu’elle a demandées pour elle et sa fille. Elle m’indiquera que mon courrier n’a vraisemblablement eu aucun effet. Dans un jugement ultérieur du juge aux affaires familiales, l’ex-conjoint d’Aurore est présenté comme un père à bout, qui ne peut voir sa fille à cause des multiples plaintes qu’elle dépose mais finissent par être classées sans suite pour infraction insuffisamment caractérisée. Aurore refuse alors de remettre sa fille à son père, et risque une condamnation pour non-présentation d’enfant.

17Malgré les enjeux soulevés ici, je n’ai pas envisagé l’évaluation de mon projet de thèse par un comité d’éthique. C’est, d’une part, une pratique rare en France (Vassy, Keller, 2008). D’autre part, le sociologue québécois Éric Gagnon rappelle les critiques adressées à ces comités et à la régulation institutionnelle de l’éthique. Parmi celles-ci, le fait que « les questions éthiques qui surviennent une fois la recherche entreprise ou lorsqu’elle est terminée ne peuvent être prises en compte » (Gagnon, 2020). Il indique que l’enquête de terrain peut conduire à de la violence, mais que « ces malaises demeurent largement ignorés par les comités d’éthique ». Pourtant, ces questions « ne sont pas des effets secondaires indésirables de la recherche, mais elles sont au cœur de l’analyse elle-même, de la démarche et de la finalité de la recherche ». Ainsi, quatre notions permettent de circonscrire la nature des enjeux éthiques dans une enquête de terrain : la responsabilité de construire un objet d’étude et de maintenir ou non ses choix initiaux, le décentrement, la pudeur, et enfin la loyauté envers les enquêtées (Gagnon, 2020).

18Ces questions centrales sont permanentes lors de mon terrain. Je n’ai pas l’impression que j’y rentre ou que j’y sors, que je peux décider d’y aller puis d’en revenir et de ne plus y penser. J’identifie petit à petit le ressenti que j’ai par rapport à mes enquêtées : de l’inquiétude. Il s’agit effectivement, au-delà d’une éthique de la sollicitude (Ibos et al., 2019), de construire une « éthique de l’inquiétude », principe également développé dans la prévention du suicide :

« Elle seule, me semble-t-il, peut être soucieuse de l’altérité, car, justement, elle découle de la reconnaissance de l’altérité ; nos actions se feront dans le tremblement, le frémissement, parfois dans une terrible angoisse, prix de notre liberté. L’éthique n’est pas là pour nous rassurer, mais elle est là pour nous aider à faire avec nos peurs. » (Cornu, 2003, p. 15)

19Cette éthique n’implique aucunement de faire à la place des enquêtées (Nguyen, 2020, p. 16), dans une attitude qui serait à la fois misérabiliste et paternaliste : le paradigme qui y est associé est l’autonomie, et non la protection, qui implique le contrôle. Susan Brewster, psychothérapeute américaine ayant travaillé avec des femmes victimes de violences conjugales, compare la posture à adopter à celle d’une ancre dans la tempête : « vous êtes lourde et bien ancrée, inébranlable même sous l’effet de la marée. Attachée par une ligne à un navire, vous servez à le stabiliser, l’empêchant de partir à la dérive. Vous n’êtes pas là pour contrôler le navire » (Brewster, 2000, p. 6). De cette position, j’apprends à reconnaître le caractère inévitable de « l’absence de repos » (Walter et al., 2019) dans le cadre d’un travail de terrain de ce type, j’apprends à m’adapter progressivement aux difficultés rencontrées, et à les anticiper afin d’éviter d’être entièrement surpris et désarçonné par elles.

Développer des stratégies d’adaptation pour que le chercheur puisse se maintenir sur le terrain

20Émilie a 50 ans, elle travaille dans le management. C’est peu de temps avant une audience devant le juge aux affaires familiales que sa fille de 5 ans dénonce des violences sexuelles paternelles. L’avocate d’Émilie lui conseille de ne pas en parler. La juge ne comprend pas ses réticences à ce que sa fille aille chez son père. À son retour, elle manifeste des symptômes évocateurs de l’inceste : elle n’est « pas propre », a des douleurs au ventre, fait des cauchemars, se fait vomir dans son lit, pense que sa bouche est sale, est tendue, explose, pleure, et a un comportement de plus en plus sexualisé. Émilie me les décrit longuement durant nos entretiens, et me restitue également les mots utilisés par l’enfant, qui parle d’un « secret » avec son papa, de « bêtises ». Ma connaissance théorique des impacts de ce type de violences (Haute autorité de santé, 2014), et mon constat que cette petite fille elle aussi « coche toutes les cases » se confronte au récit de la suite de l’histoire par Émilie. Elle dépose plainte concernant ces violences, et refuse de rendre l’enfant au père. Ce dernier porte plainte pour non-présentation d’enfant. Émilie est condamnée. Un expert psychiatre considère que ses dénonciations sont des « fantasmes », et préconise le transfert de résidence chez le père. La plainte d’Émilie est classée pour infraction insuffisamment caractérisée. Le juge aux affaires familiales transfère la résidence de la fille d’Émilie chez son père agresseur, et octroie à la mère un simple droit de visite médiatisé. C’est dans un commissariat, où Émilie a été convoquée, que sa fille sera transmise au père. Émilie me dit qu’à ce moment-là, elle a eu « l’impression qu’on [lui] arrachait les tripes ». Malgré les divers recours d’Émilie, et à cause de cette expertise continuellement brandie par le père, la justice l’empêche de voir davantage sa fille. Après l’entretien, Émilie me montre sa chambre vide, et cette présence de son absence. Elle me montre des photos. Pendant plusieurs semaines, je fais des cauchemars, et j’ai l’impression d’apercevoir sa fille lorsque je croise un enfant qui lui ressemble dans la rue. Émilie me raconte que depuis l’arrachement, elle voit parfois sa fille, en douce, à la sortie de l’école.

21Tout au long de l’enquête, du travail de terrain à la rédaction, je cherche à éviter d’accentuer le processus de déshumanisation auquel les enquêtées sont soumises par l’agresseur et par des institutions. Dans les récits recueillis, certains actes particulièrement cruels et humiliants sont relatés. Ils sont cependant trop spécifiques et précis pour pouvoir être évoqués sans d’une part remettre en cause l’anonymat, d’autre part les rendre publics risquerait de reproduire cette humiliation et cette cruauté. Il me semble essentiel d’éviter de déposséder une nouvelle fois les enquêtées en exposant des éléments qui ont été racontés à l’enquêteur dans un climat de confiance mais qui n’ont pas vocation à être diffusés plus largement. J’ai donc fait le choix d’une écriture pudique (Naepels, 2006) lors de l’analyse des entretiens, et refusé le voyeurisme tout comme l’euphémisation.

22Le recueil de ce type de récits longs évoquant des violences et des souffrances peut ainsi avoir des impacts sur l’enquêteur. En effet, « parler longuement avec des personnes (parfois pendant plusieurs heures d’affilée) d’expériences traumatisantes, de perte, de victimisation et de souffrance personnelle peut causer des traumatismes secondaires pour les chercheurs » (Renzetti, 2012, p. 2021). Au début de mon terrain, je ressors des entretiens avec un sentiment de tristesse, d’impuissance et de colère. Les transcriptions sont également « une nouvelle source de stress » (Nikischer, 2019, p. 911). Cela a des conséquences directes sur le travail, que je redoute, des impacts sur ma capacité de concentration, quand bien même j’ai conscience que ces récits sont importants, riches et prioritaires. En conséquence, je dois réaliser le travail sur des périodes plus longues que prévu, et faire plus fréquemment des pauses. On se retrouve « en proie à des tensions entre le fait de se protéger contre l’impact émotionnel des interviews et celui d’écouter et d’entendre les récits […] des participants » (Woodby et al., 2011, p. 833). Il me faut trouver un équilibre entre cet impact et la restitution fidèle, respectueuse, sécurisée et anonyme des récits de violences.

23Face à mes difficultés personnelles, j’adopte des stratégies d’adaptation : des débriefings avec des collègues comme Gwénola Sueur, avec qui nous partageons un cadre théorique et des terrains proches. Ma capacité à gérer toutes ces difficultés s’agrandit au fil du temps. Il est possible que cette capacité grandissante à faire face soit liée à une prise de conscience que malgré les difficultés relatées par les enquêtées elles-mêmes, elles développent des stratégies inspirantes face à la violence. En effet, leur récit ne correspond pas au stéréotype de « la femme sous emprise », représentation qui peut contribuer à nier leur propre agentivité. Elles mettent généralement en œuvre des stratégies de protection qui facilitent leur quotidien tout en laissant moins de prise à leur agresseur. Par exemple, Aurore, ou d’autres, répondent aux mails longs et dénigrants de leurs ex-conjoints brièvement, sachant que si la communication est imposée par l’autorité parentale conjointe, elles peuvent limiter sa durée et ses impacts. Et lorsqu’elles perdent la résidence de leurs enfants, comme Émilie, elles trouvent des espaces de substitution pour maintenir le lien. Le fait que certaines d’entre elles aient pu faire usage de résistance violente ne peut être ignoré sous prétexte que cela porterait atteinte à leur image, comme si les victimes étaient incapables d’exercer ce type d’actes. Ils peuvent pourtant être mobilisés comme moyens – aux issues incertaines – de reprendre temporairement le contrôle dans un contexte caractérisé par la limitation de la capacité d’agir de la victime par l’agresseur. Pour autant, en parler revient à s’exposer aux renversements masculinistes et à la mise en avant d’une prétendue symétrie des violences, dont il faut alors rappeler qu’elle est contestée empiriquement (Cardi, Pruvost, 2012 ; Brown, Mazuy, 2021).

Conclusion

24Le positionnement décrit dans cet article – un décentrement, la construction d’une éthique de l’inquiétude en terrain sensible, l’élaboration de stratégies d’adaptation – semble donc être une condition pour, d’une part, pouvoir déjouer l’occultation épistémique des violences dans les matériaux d’enquête due à une position dominante de genre. Ensuite, il permet de dépasser une impossibilité à rentrer sur le terrain ou à s’y maintenir du fait d’une absence de prise en compte des potentiels impacts de sa présence et des défis rencontrés par les enquêtées. Enfin, il permet l’adaptation à un terrain sur lequel la prise est limitée – les émotions ressenties, en particulier le sentiment d’impuissance en attestent.

25Je distingue deux principes en tension : l’objectif sociologique de recueillir des matériaux à analyser et celui éthique qui ne peut être suspendu sous prétexte de cet objectif, car il s’avère nécessaire pour ce recueil. La posture de sociologue inspiré par une posture proche de celle des écoutantes féministes permet de répondre à cette tension et de respecter les objectifs fixés. Une posture d’extériorité serait intenable, car elle échouerait à la fois à vaincre la suspicion et à entrer dans une intimité douloureuse (D’Halluin, 2005). L’enquêteur doit limiter au maximum les effets négatifs de sa présence, selon le précepte minimal du « ne pas nuire », et peut avoir des effets positifs sur les enquêtées. Le sociologue James Ptacek identifie trois dimensions dans l’emprise sociale auxquelles sont soumises les femmes victimes de violences conjugales : le contrôle coercitif des hommes, les inégalités structurelles qui le produisent et le renforcent, et enfin l’indifférence des institutions puissantes, telle la justice aux affaires familiales lorsqu’elle occulte la violence, à la souffrance des femmes (Ptacek, 1999, p. 10). La posture d’écoutant inquiet permet de saisir les mécanismes sociaux qui sont à l’origine de cette indifférence et la maintiennent, et ce en la confrontant. La recherche est ainsi le fruit d’une « alchimie entre la science, l’empathie et l’engagement politique » (Bensa, 2008, p. 328).

Haut de page

Bibliographie

Abrahams Hilary (2017), « Listen to Me: A Reflection on Practice in Qualitative Interviewing », Journal of Gender-Based Violence, vol. 1, n°2, p. 253-259.

Bensa Alban (2008), « Conclusion », dans Fassin Didier et Alban Bensa (dir.), Les politiques de l’enquête : épreuves ethnographiques, Paris, La Découverte, p. 323-328.

Bizeul Daniel (1998), « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause », Revue française de sociologie, vol. 39, n°4, p. 751-787.

Blanchet Alain et Anne Gotman (2007), L’entretien, Paris, Armand Colin.

Bouillon Florence (2005), « Pourquoi accepte-t-on d’être enquêté ? Le contre-don, au cœur de la relation ethnographique », dans Bouillon Florence, Marion Fresia, et Virginie Tallio (dir.), Terrains sensibles : expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, p. 75-95.

Bouyssou Lénaïc, Mélanie Chadaigne, Françoise Debats, Maïté Debats & Sarah Prodeo (2022), « Une histoire de transmission », Empan, vol. 128, n°4, p. 87-99.

Brewster Susan (2000), To Be an Anchor in the Storm: a Guide for Families and Friends of Abused Women, New York, États-Unis, Seal Press.

Brown Elizabeth et Magali Mazuy (2021), « Violences conjugales subies par les femmes », Terrains/Théories, n°14.

Brown Elizabeth et Magali Mazuy (2022), « Les violences conjugales dans un contexte de séparation », Informations sociales, 207, n°3, p. 98-105.

Cardi Coline et Geneviève Pruvost, (2012), « Introduction générale. Penser la violence des femmes : enjeux politiques et épistémologiques », dans Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, p. 13-64.

Carrère Maryse, Catherine Deroche, Marie Mercier et Michelle Meunier (2020), Rapport d’information fait au nom de la commission des affaires sociales et de la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale sur l’obligation de signalement par les professionnels astreints à un secret des violences commises sur les mineurs, Paris, Sénat.

Centre Hubertine Auclert (2021), Mieux protéger et accompagner les enfants co-victimes des violences conjugales. url : https://www.centre-hubertine-auclert.fr/egalitheque/publication/rapport-mieux-proteger-et-accompagner-les-enfants-co-victimes-des-violences

Conseil national de l’Ordre des médecins (2019), Le médecin face à la maltraitance.

Cornu Michel (2003), « Le suicide est-il un problème ? », Psychiatrie et violence, n°3, p. 1-18.

Côté Denyse (2012), « “Mais je voulais que ça cesse !” : récits de mères sur la garde partagée et la violence post-séparation », Nouvelles pratiques sociales, 25, n°1, p. 44-61.

Dagenais Huguette & Anne-Marie Devreux (1998), « Les hommes, les rapports sociaux de sexe et le féminisme : des avancées sous le signe de l’ambiguïté », Nouvelles questions féministes, 19, n°2-4, p. 1-22.

Delage Pauline (2017), Violences conjugales : du combat féministe à la cause publique, Paris, Presses de Sciences Po.

Delphy Christine (2013), « Pour un féminisme matérialiste », dans L’ennemi principal : économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse, p. 243-253.

D’Halluin Estelle (2005), « Vaincre la suspicion, entrer dans une intimité douloureuse : une intenable extériorité », dans Bouillon Florence, Marion Fresia et Virginie Tallio (dir.), Terrains sensibles : expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, p. 55-74.

Direction de l’information légale et administrative (2020), La lutte contre les violences faites aux femmes : état des lieux.

Dobash R. Emerson et Russell P. Dobash (1979), Violence against Wives: a Case against the Patriarchy, New York, Free Press.

Dupuis-Déri Francis (2014), « Petit guide du “disempowerment” pour hommes proféministes », Revue Possibles, 38, n°1, p. 79-98.

Durand Édouard, 2020, « Violences conjugales et parentalité », AJ Famille, 2020, n°6, p. 343-345.

Gagnon Éric, 2020, « Sur la régulation institutionnelle de l’éthique en recherche », SociologieS, url : http://journals.openedition.org/sociologies/13161.

Gonzalez-Demichel Christine (éd.) (2022), Rapport d’enquête « Vécu et ressenti en matière de sécurité » 2022 :  victimation, délinquance et sentiment d’insécurité, Paris, SSMSI.

Grésy Brigitte, Édouard Durand, Ernestine Ronai, et Marion Muracciole (2020), Violences conjugales : garantir la protection des femmes victimes et de leurs enfants tout au long de leur parcours, Paris, Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes.

Haute autorité de santé (2014), Maltraitance chez l’enfant : repérage et conduite à tenir, Saint-Denis.

Ibos Caroline, Aurélie Damamme, Pascale Molinier et Patricia Paperman (2019), Vers une société du care : une politique de l’attention, Paris, Le Cavalier Bleu.

Jouan Adrien (2016), « S’impliquer pour enquêter : politiques et dilemmes d’une ethnographie en terrain militant », Cahiers de recherche sociologique, n°61, p.145-166.

Jouanneau Solenne (2023), « Juridiciser et judiciariser le droit de la protection contre les violences masculines dans le couple », Archives de politique criminelle, n°45, p. 109-126.

Kelly Liz, 2019, « Le continuum de la violence sexuelle », Cahiers du Genre, traduit par Marion Tillous, 66, n°1, p. 17-36.

Lapointe Frédérique, Caroline Robitaille, Sylvie Lévesque et Geneviève Lessard ( 2018), Évaluation du risque d’homicide conjugal : répertoire des outils existants, Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes (CRI-VIFF), Québec.

Le Dœuff Michèle (2008), L’étude et le rouet, Paris, Seuil.

Lelaurain Solveig et David Fonte (2022), La violence conjugale, entre vécu et légitimation patriarcale, Bruxelles, Mardaga.

Louis-Genard Jean et Marta Roca i Escoda, 2023, « Les postures épistémologiques de la sociologie, son autonomie disciplinaire et ses enjeux éthiques », SociologieS, url : http://journals.openedition.org/sociologies/22403

Matteoli Anna (2020), « L’autorité parentale au prisme des violences au sein du couple », AJ Famille, n°6, p. 345-348.

Melton Heather C., 2007, « Stalking in the Context of Intimate Partner Abuse: In the Victims’ Words », Feminist Criminology, 2, n°4, p. 347-363.

Ministère de la Justice, Haute autorité de santé et Conseil national de l’Ordre des médecins (2020), « Secret médical et violences au sein du couple ».

Naepels Michel (2006), « Quatre questions sur la violence », L’Homme : revue française d’anthropologie, n°177-178, p. 487-495.

Nguyen Swan (2020), Aider une victime de viol ou d’inceste : les conseils d’une écoutante, Bègles, L’Esprit du temps.

Nikischer Andrea (2019), « Vicarious Trauma inside the Academe : Understanding the Impact of Teaching, Researching and Writing Violence », Higher Education, 77, n°5, p. 905-916.

Prigent Pierre-Guillaume (2021), Les stratégies des pères violents en contexte de séparation parentale : contrôle coercitif, complicité institutionnelle et résistance des femmes, thèse de doctorat, Université de Bretagne Occidentale.

Ptacek James (1999), Battered Women in the Courtroom: The Power of Judicial Responses, Boston, Northeastern University Press.

Renzetti Claire M. (2012), « Introduction : les défis pratiques et éthiques dans la recherche sur les sujets sensibles », dans Hennequin Émilie (éd.), La recherche à l’épreuve des terrains sensibles : approches en sciences sociales, Paris, L’Harmattan, p. 11-28.

Renzetti Claire M. et Raymond M. Lee (éd.) (1993), Researching Sensitive Topics, Newbury Park, SAGE Publications.

Romito Patrizia (2018), Un silence de mortes : la violence masculine occultée, traduit par Jacqueline Julien et Ève-Marie Lampron, Paris ; Québec, Syllepse ; M éditeur.

Romito Patrizia et Mariachiara Feresin (2020), « Les violences conjugales post-séparation : le "parcours du combattant" des femmes et des enfants », Revue l’Observatoire, n° 101, p. 14-20.

Sadlier Karen (dir.) (2015), Violences conjugales : un défi pour la parentalité, Paris, Dunod.

Stark Evan (2014), « Une re-présentation des femmes battues : contrôle coercitif et défense de la liberté », dans Rinfret-Raynor Maryse, Élisabeth Lesieux, Marie-Marthe Cousineau, Sonia Gauthier et Elizabeth Harper (éd.), Violences envers les femmes : réalités complexes et nouveaux enjeux dans un monde en transformation, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 33-51.

Sueur Gwénola et Pierre-Guillaume Prigent (2022a), « L’intérêt de l’enfant, les droits des pères et la violence conjugale en France », dans Lapierre Simon et Alexandra Vincent (dir.), Le Meilleur intérêt de l’enfant victime de violence conjugale, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 117-136.

Sueur Gwénola et Pierre-Guillaume Prigent (2022b), « Mères “aliénantes” ou pères violents ? », Empan, 128, n°4, p. 69-76.

Thiers-Vidal Léo (2013), « De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive », dans Rupture anarchiste et trahison proféministe, Lyon, Bambule, p. 104-126.

Vassy Carine et Richard Keller (2008), « Faut-il contrôler les aspects éthiques de la recherche en sciences sociales, et comment ? », Mouvements, 55-56, n°3-4, p. 128-141.

Walter Michel, D. Jousset, C. Traisnel, S. Berrouiguet et C. Lemey (2019), « Les racines philosophiques du “rester en lien” : la clinique du souci », L’Encéphale, n°45, p. S3S6.

Woodby Lesa L., Beverly Rosa Williams, Angelina R. Wittich et Kathryn L. Burgio (2011), « Expanding the Notion of Researcher Distress: The Cumulative Effects of Coding », Qualitative Health Research, vol. 21, n°6, p. 830-838.

Woodlock Delanie, Michael Salter, Molly Dragiewicz et Bridget Harris (2023), « “Living in the Darkness”: Technology-Facilitated Coercive Control, Disenfranchised Grief, and Institutional Betrayal », Violence Against Women, 29, n°5, p. 987-1004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Guillaume Prigent, « Écouter et comprendre les femmes victimes de violence conjugale : décentrement, éthique de l’inquiétude et stratégies d’adaptation »Socio-logos [En ligne], 20 | 2024, mis en ligne le 17 avril 2024, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/6718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio-logos.6718

Haut de page

Auteur

Pierre Guillaume Prigent

Docteur en sociologie, Laboratoire d’études et de recherche en sociologie (LABERS), Université de Bretagne Occidentale. Contact : ppg[at]protonmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search