Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14DossierUne histoire globale de la prison...

Dossier

Une histoire globale de la prison est-elle possible ?

Entretien avec Marie Houllemare et Xavier Rousseaux,mené par Natalia Muchnik et Falk Bretschneider
Marie Houllemare et Xavier Rousseaux
p. 37-53

Texte intégral

Natalia Muchnik (NM) : L’historiographie de la prison est encore profondément imprégnée par les travaux de Michel Foucault. Quelles sont vos positions personnelles à l’égard de ce « paradigme foucaldien » et, le cas échéant, quelle utilisation en faites-vous ?

Marie Houllemare (MH) : Pour moi, c’est un paradigme très précieux, non en tant que travail d’archive, mais bien comme modèle théorique. Il nous permet de prendre de la distance et de mesurer l’écart entre une vision théorique du monde carcéral et une réalité construite à partir d’un travail de terrain, question cruciale pour les historiens des pratiques judiciaires face aux modélisations des historiens du droit. Cependant, deux limites me semblent très fortes par rapport à ce que j’ai pu voir dans mes archives. D’une part, Foucault postule une immobilité des individus, vivant en permanence sous l’autorité d’une juridiction et minore les circulations, notamment punitives. Il sous-estime la pratique du bannissement, qu’il associe plutôt à la Grèce antique alors qu’en réalité – et Xavier y trouvera sans doute des échos de ce qu’il a pu étudier – c’est la grande majorité des peines effectives à l’époque moderne. La deuxième faiblesse, à mon sens, de ce modèle est de ne pas suffisamment analyser la dimension symbolique des peines corporelles et leur impact pour l’honneur individuel et familial. Les peines afflictives, au xviiie siècle, agissent à la fois sur le corps physique et sur l’image sociale.

Xavier Rousseaux (XR) : Pour moi aussi, le « paradigme » foucaldien est très important ; j’ai pu l’appliquer pour une période antérieure à la diffusion de l’enfermement pénal, c’est-à-dire le Moyen Âge, où la prison, l’enfermement apparaissaient comme très minoritaires par rapport à d’autres types de peines. Les travaux de Foucault – qui se définissait non comme un historien des pratiques mais toujours comme un historien des idées – mettent en évidence des configurations logiques et des transformations propres à certaines sociétés. Le modèle « médiéval » que j’ai pu observer dans un cadre urbain et que j’ai résumé au passage d’un système de justice taxatoire à une justice punitive, fondée sur le châtiment corporel, est d’une certaine manière un modèle antérieur à celui qu’il décrit comme le modèle disciplinaire où l’on passe de la punition du corps à l’enfermement de l’âme – qui inclut aussi l’enfermement du corps.

  • 1 Le courant actuariel en criminologie est né de l’école de Chicago, dans sa volonté de prédire les (...)

Ce que je trouve intéressant dans le modèle « disciplinaire » foucaldien de la transition du xviiie au xixe siècle, c’est qu’il apparaît comme une possibilité par rapport à d’autres. À la peine de mort et au bannissement, qui peut apparaître comme un châtiment corporel total – même si, en réalité, il peut ne pas être définitif –, s’ajoutent d’autres modèles que Foucault développera plus tard, tels que le modèle actuariel1, c’est-à-dire la gestion des individus et des populations à risque par le pouvoir selon une logique de neutralisation ou d’incapacitation. Foucault montre comment ce modèle disciplinaire de la transformation punitive du « corps à l’âme » se greffe sur ou informe une structure que l’on connaît bien : l’État moderne. Si le modèle pénal contribue à diffuser l’État, l’État moderne le développe en retour : l’État se modernise en s’appropriant le modèle disciplinaire et celui des enfermements organisés.

Les limites, en revanche, sont bien connues. D’abord un rappel important (je renvoie aux travaux de l’historien néerlandais Pieter Spierenburg) : le passage de la punition corporelle à l’enfermement ne change pas la dynamique de la pression sur le corps, l’enfermement reste un modèle punitif fondé sur le corps de l’individu. Aujourd’hui les choses évoluent mais Foucault lui-même avait modifié sa pensée en tenant compte des évolutions des sociétés postmodernes, notamment à partir de son expérience de travail avec les détenus. Il est donc extrêmement stimulant mais, effectivement, la faiblesse foucaldienne est qu’il s’appuie sur les historiens qu’il connaît. Or à l’époque où il prépare Surveiller et punir, l’histoire de la punition reste assez marginale. Foucault ne dispose donc pas des connaissances que nous avons aujourd’hui sur l’importance des peines de bannissement par exemple sous l’Ancien Régime. J’ajouterais que comme son point de vue est celui de l’histoire du pouvoir, ce qui l’intéresse est de voir comment ces pouvoirs utilisent ces modèles et les mettent en place. En ce sens, le bannissement ou le châtiment corporel lui apparaissent comme des obstacles au développement de l’État moderne qui doit contrôler des populations de plus en plus larges. Ainsi, les formes d’enfermement qui émergent entre le xviiie et le xixe siècle semblent plus compatibles avec les modèles de discipline que Foucault attribue à l’État moderne.

Falk Bretschneider (FB) : Le modèle foucaldien, me semble-t-il, fondé sur le cas français, celui d’une monarchie forte et centralisée, souffre surtout d’une faiblesse : celle de proposer un modèle général qui s’appliquerait de la même manière partout. Quelle est sa pertinence dans d’autres contextes socioculturels et politiques ?

MH : La limite, ou plutôt le caractère géographiquement restreint des travaux de Foucault, c'est en effet qu'ils portent sur un modèle politique empirique. La mise en évidence d’autres modèles politiques à travers l’analyse d’autres régimes punitifs peut permettre de relativiser le modèle foucaldien, qui résiste mal aussi aux enquêtes de terrain. La réalité est toujours plus complexe qu’un discours, surtout s’il s’appuie sur des sources très réduites.

XR : Dans la logique décrite par Marie Houllemare, il est essentiel de penser les formes de sanction telles qu’elles sont pratiquées à plusieurs niveaux par les communautés, par les pouvoirs divers et par l’embryon de l’État central. Il est vrai que le modèle français est toujours un leurre car c’est un modèle d’État monarchique, pensé à partir du centre, ce qui masque souvent, dans un certain nombre de champs historiographiques, non pas les résistances, mais les initiatives locales, qui sont, soit récupérées par l’État central, soit niées par lui. Dans d’autres configurations plus polycentriques, ce n’est pas du tout le cas, et l’on voit effectivement coexister différents modèles disciplinaires, bien avant que Foucault évoque la question disciplinaire. Au xvie siècle par exemple, le modèle de la Tuchthuis hollandaise est déjà un modèle de discipline. Je pense que Foucault ne prétend pas du tout décrire des réalités différenciées mais prétend dégager un moment donné de concrétion particulier où tout cela s’amalgame autour de la naissance de la prison pénale, et c’est bien le sens du sous-titre de Surveiller et punir. Naissance de la prison. C’est donc aux historiens de démontrer la complexité des transformations pénales.

Au sujet d’un modèle eurocentré, ou centré sur la France ou sur l’Angleterre, je me fais la réflexion suivante : dans d’autres civilisations, il ne semble pas exister de discours centralisé sur l’enfermement comme il y en existait en Europe au tournant des xviiie et xixe siècles avec les réformateurs (Beccaria et d'autres) qui, s’ils n’évoquent pas tous la prison, défendent la nécessité de modifier le système punitif dans un sens plus rationnel. Qu’il soit présenté comme un discours philanthropique, économiste et « caméraliste » ou autrement, ce discours rationalisateur paraît propre à la civilisation occidentale et rétroagit sur l’image que nous avons de l’Ancien Régime. En Russie par exemple il n’y a pas de production d’un discours public spécifique sur la gestion pénale. En fin de compte, Foucault a raison de se demander si son modèle n’est pas une création des intellectuels du xixe siècle, fascinés par le potentiel de l’enfermement comme outil de gestion sociale généralisé. Or, beaucoup de sociétés n’ont pas connu de discours sur l’enfermement généralisé mais ont pourtant expérimenté des pratiques d’enfermement.

NM : Cela nous amène justement à la question de l’eurocentrisme qui a longtemps dominé l’histoire pénale. Il semble que l’historiographie ait aujourd’hui évolué sur la question. De nouveaux travaux ouvrent sur d’autres espaces culturels. En quoi ces études et ce changement de perspective ont-ils modifié ou réorienté vos recherches sur l’histoire pénale ?

MH : Les dynamiques punitives coloniales sont désormais mieux connues, avec notamment les travaux sur l’Afrique de Florence Bernault pour le xixe siècle et, pour la période précédente, de Diana Paton sur la Jamaïque (Bernault, 1999 ; id., 2003 ; Paton, 2004 ; id., 2008). Mais l’horizon colonial garde des liens forts avec l’histoire européenne. Ces travaux mettent en perspective pratiques punitives et mise au travail : celle-ci n’est pas forcément postérieure à l’enfermement (l’occupation d’une main-d’œuvre enfermée). Il s’agit aussi d’agir de manière répressive sur une population exploitée, l’enfermement étant lié aux enjeux économiques de l’utilisation d’une main-d’œuvre servile. Par exemple : lorsque dans la Caraïbe, au xviiie siècle, on met à mort des esclaves pour des crimes contre les Blancs, ils constituent pour leur maître un bien meuble dont la valeur est perdue. Des systèmes de remboursement sont mis en place pour dédommager les maîtres. Ce dédommagement invite le pouvoir politique à réutiliser cette main-d’œuvre pour d’autres travaux, comme les fortifications, plutôt qu’à la condamner à mort. Les travaux forcés s’accompagnent dès lors d’un enfermement punitif.

Cette logique économique se double d’une logique culturelle, parce que la pédagogie de la peur liée à l’exécution capitale ne fonctionne pas bien : la mort peut paraître comme une libération pour les esclaves condamnés. Il faut donc faire le lien entre l’enfermement et les équilibres démographiques et la main-d’œuvre dans des sociétés qui ont les moyens ou non de mettre à l’écart une partie de leur population et de la rendre improductive.

FB : Il me semble qu’à ce propos, on pourrait relire les travaux de Georg Rusche et Otto Kirchheimer et les réinterpréter à la lumière des résultats actuels de la recherche (Rusche et Kirchheimer, 1994). L’hypothèse de Rusche et Kirchheimer est que la disponibilité (ou non) de la main-d’œuvre définit comment l’on punit. Quand il y a trop de gens sur le marché du travail, on recourt à la peine de mort ; quand il y en a trop peu, on les enferme pour les rendre productifs. Pour l’Europe, ce modèle a été récusé car considéré comme trop « simpliste ». En revanche, si je comprends bien Marie, on trouve tout de même de tels mécanismes dans les colonies.

MH : Oui, en partie, avec d’autres dynamiques qui viennent se greffer : faire peur à une main-d’œuvre qu’on exploite, la maintenir au travail, mais aussi poser la question du pouvoir de punir. Les esclaves sont soumis à une « souveraineté domestique », celle des planteurs qui s’arrogent le droit de de mettre à mort, de faire souffrir. La prison royale peut dès lors, paradoxalement, offrir une forme de protection, d’humanisation de l’esclavage. L’affirmation du pouvoir royal sur les planteurs passe en effet par la protection des esclaves. Toutes ces questions doivent aussi être mises en regard des dynamiques transatlantiques et des effets retours que ces pratiques coloniales provoquent en Europe.

XR : Je soulignerais deux points. D’abord une approche d’histoire croisée qui s’applique bien à la question des colonisations évoquée par Marie : les systèmes d’enfermement contribuent à la mise au travail mais aussi à la colonisation, par la transportation notamment. On voit bien que ces deux logiques s’agglomèrent, soit pour mettre au travail forcé les populations locales, soit pour créer des colonies de peuplement, lesquelles l’ont souvent été par la déportation (pour le cas russe en Sibérie) ou la transportation (dans les colonies britanniques, en Australie notamment). Que ces effets aient été voulus ou induits, il reste que l’une des fonctions principales de la contrainte sur ces populations est effectivement de peupler des territoires qui le sont peu. L’autre logique concerne l’utilisation de la main-d’œuvre par les pouvoirs coloniaux. Marie a cité le cas où les esclaves sont des propriétés privées, mais on pourrait également évoquer celui des esclaves « publics », puisque la plupart des colonies européennes du xviiie siècle ont utilisé l’enfermement pour répondre aux besoins des colonies, notamment en termes d’infrastructures, en raison du manque de travailleurs libres qualifiés. Pour développer les voies de communication, les autorités coloniales utilisent ainsi la main-d’œuvre sous contrainte, enfermée. Ce phénomène, propre aux situations de colonisation, met en évidence la façon dont la prison se transforme en contexte colonial, ce qui peut avoir des répercussions sur les métropoles dans certaines circonstances.

Le second point, dans une histoire globale plus large, est la question d’une histoire comparée des situations où l’enfermement ne semble pas correspondre à un projet politique et où ses fonctions sont remplacées par d’autres pratiques : les mariages forcés pour le peuplement ou des politiques de mise au travail différentielles, entre autres. Mais pour nombre de sociétés, on ne dispose pas encore d’assez de travaux qui permettent de voir si les pratiques d’enfermement telles qu’elles ont été réalisées par les sociétés occidentales visaient à contrôler les espaces colonisés. De toute évidence, dans de nombreux pays, la punition semble reposer sur d’autres critères, d’autres valeurs que celles de l’enfermement. La contrainte permet la mobilisation de la main-d’œuvre en fonction des urgences démographiques, et l’enfermement a une fonction socio-économique dans le sens des théories de Rusche et Kirchheimer pour qui tout mode de punition dominant s’inscrit dans un mode de production dominant d’une société.

MH : Pour aller dans ce sens, les logiques de colonisation s’appuient sur la distribution du droit à la mobilité, entre les individus qui peuvent se déplacer librement et ceux qu’on cherche à installer de manière permanente. Il faudrait replacer l’enfermement dans une perspective plus large et le mettre en regard des pratiques d’immobilisation, l’installation forcée dans des villages par exemple.

XR : La gestion des populations nomades a également posé beaucoup de problèmes aux colonisateurs et en pose encore aux États européens. Les personnes qui circulent sont toujours perçues comme des gens qui franchissent les frontières de l’ordre social tel qu’il est conçu d’en haut et apparaissent souvent comme des menaces qui justifient les politiques de sédentarisation forcée.

NM : À vous entendre, on pourrait donc penser que vous considérez que la prison telle que nous la connaissons aujourd’hui à travers le monde résulte des processus de colonisation. Il n’y a donc pas eu d’autres pratiques d’enfermement, antérieures à la colonisation, en Asie, en Afrique, dans les Empires russe ou ottoman ?

XR : On ne peut d’abord qu’être frappé par le peu d’historiographie accessible sur ces questions ; c’est un champ encore à défricher. Si l’on se réfère au cas japonais, étudié par Daniel Botsman (2007), il ressort que la prison n’y est pas conçue comme un modèle de punition systématique, comme dans le modèle occidental, tel qu’il a été construit par les intellectuels du xixe siècle qui ont pensé et diffusé la prison pénale. Difficile de voir la part des importations, des substrats locaux qui résistent, des pratiques locales qui sont réutilisées. Force est de constater qu’en Chine, en Inde, au Japon et dans nombre de pays africains, la question de l’enfermement est peu présente dans la gestion des populations ou dans la punition des criminels, jusqu’à la colonisation. En revanche, il existe davantage de discours, de mises en scène sur les châtiments corporels, sur les amendes impayées, d’autres formes de contraintes, plus temporaires, telles que les bannissements et les exclusions sociales, que sur l’enfermement. Il y a donc une spécificité occidentale de la « prison ».

Il semble clair que ce modèle occidental a été adopté par tous ces pays, dans le cadre de la « domination occidentale », même par le Japon alors qu’il existait bien des prisons japonaises. Car le modèle du xixe siècle n’est pas celui de la prison traditionnelle japonaise, mais celui pensé par des intellectuels comme un outil de modernisation sociale et importé des États-Unis, d’Allemagne et de France pour l’appliquer au Japon. Repérer ces « transferts culturels » est un bon défi pour les recherches futures.

FB : Posons la question d’une manière un peu différente. Depuis une quarantaine d’années, l’historiographie construit une sorte de voie normale de la modernisation pénale qui passe par un Ancien Régime marqué par les supplices et une modernité caractérisée par la prison. Or, certains historiens, comme Pieter Spierenburg, déjà évoqué, ont montré que les pratiques pénales étaient beaucoup plus variées à l’époque moderne, y compris en ce qui concerne l’enfermement. Xavier a déjà évoqué les Tuchthuizen hollandaises, « maisons de discipline » qui se répandent en Angleterre, dans l’espace germanique, et même en France, avec les hôpitaux généraux et les dépôts de mendicité. En Russie, les monastères remplissent des fonctions comparables. Ailleurs, en Italie, dans l’Empire ottoman, mais aussi en France, on recourt massivement à la peine des galères, qui est une sorte d’enfermement mobile. Donc, en se libérant de la vision d’une justice pénale ancienne faite uniquement d’exécutions et de mutilations et en s’intéressant à la grande hétérogénéité des pratiques pénales de l’époque, ne pourrait-on pas constater beaucoup moins de différences entre l’Occident et le reste du monde ?

XR : On connaît peu de systèmes pénaux où l’enfermement soit organisé de manière systématique. Dans nombre d’autres aires culturelles, on mentionne des possibilités. Dans certaines sociétés africaines, un « criminel » peut être astreint à résidence dans certains lieux ou au contraire interdit d’accès à des zones sacrées ; mais ce n’est jamais systématique et cela tient souvent à des pratiques locales. Et là je rejoins entièrement Falk Bretschneider en disant que quand on regarde sous cet angle les sociétés occidentales dans la longue durée, on peut trouver la même chose, des modes de fonctionnement extrêmement variés, variables, dont il est très difficile de percevoir des logiques dépassant le cas d’espèce.

Dans certaines régions du monde, le déplacement des populations est aussi organisé – voir le déplacement des populations arméniennes au xxe siècle dans l’Empire ottoman, ou ceux de certaines populations dans l’Empire chinois – mais ces entreprises sont souvent liées à des moments de crise, à la volonté d’un empereur, et ne relèvent donc pas d’une pratique systématique. En revanche, le projet « carcéral » occidental s’inscrit dans une matérialité spécifique : le bâtiment carcéral. Les murs de la prison vont introduire cet effet de permanence qui fait que ce modèle de modernisation apparaît comme un modèle général. Lorsqu’on l’examine attentivement, on remarque que ce modèle se structure lui-même sur des pratiques existantes variées. Pour moi, l’intérêt sera plutôt de distinguer ces modèles, mais aussi de comparer les formes locales d’enfermement quelles qu’elles soient, de repérer les réseaux parfois informels sur lesquels elles reposent, moins visibles que les réseaux formels. Par exemple, l’enfermement dans les monastères existait également en Occident jusqu’au xixe siècle mais pour des populations très précises (ecclésiastiques, enfants, femmes…) ; ce n’était pas un modèle systématique comme il l’était, semble-t-il, en Russie où les monastères étaient utilisés comme prisons et les prisons comme monastères.

MH : Je dirais que c’est tout d’abord en replaçant les pratiques d’enfermement dans la gamme des peines possibles, qu’on peut travailler : en partant de l’arsenal des peines utilisées dans une société, et non en prenant comme point de départ le relevé des formes d’enfermement. Une autre piste serait d’envisager l’articulation entre mises à l’écart collective et individuelle. La grande difficulté est le repérage des enfermements individuels, très discrets, qui contrastent avec l’invention de communautés captives, recluses pour des raisons punitives. C’est peut-être cette dimension collective qui fait la spécificité des régimes punitifs européens de la colonisation, alors que d’autres sociétés isolent peut-être des individus sans générer des groupes ni des lieux permanents d’enfermement.

Tout cela est beaucoup plus difficile à percevoir. On se heurte aussi aux fantasmes européens, nés pour beaucoup au xixe siècle, sur ce que font les autres sociétés ; par exemple le motif orientaliste du harem, comme lieu d’enfermement vicié. En essayant de faire la part de ce que les Européens fantasment sur les autres sociétés et leurs rapports à l’enfermement, on pourra exhumer d’autres dynamiques. De même, les récits de voyage ou plutôt de captivité témoignent de l’étonnement des Européens qui s’attendent à être enfermés et mis à l’écart. Les écrits publiés de captifs de guerre, qui se retrouvent « prisonniers » dans des sociétés amérindiennes ou au Maroc, montrent qu’ils sont en fait souvent incorporés sous différentes formes aux sociétés dans lesquelles ils vivent. Il faudrait relire ces textes, qui ont été beaucoup étudiés par ailleurs, pour examiner les attentes des Européens en matière d’enfermement, révélatrices d’une vision européenne sur ce qui devrait arriver dans une société autre.

XR : Cela me paraît être une démarche très juste : chercher de l’altérité dans des sociétés qui ne pensent pas l’enfermement comme quelque chose de nécessaire, même pour garder un captif. Il faut s’intéresser à ces pratiques de captivité dans les historiographies d’autres aires culturelles.

NM : Vos propos m’amènent à vous poser la question de la méthode. En fait, qu’apporte une histoire globale de la prison et quelle approche appliquer pour en retirer quelque chose ?

XR : Il importe en premier lieu de penser une histoire de la prison et des enfermements au pluriel, c’est-à-dire de mener une approche comparée et croisée assez fine pour repérer les fonctions que remplissent les enfermements dans les sociétés occidentales que nous connaissons mieux : prise en charge des populations flottantes, affaiblies, déviantes, criminelles, etc. Ensuite, il me semble important de noter quels types de peines, de pratiques sociales sont utilisés dans d’autres sociétés pour répondre aux mêmes besoins, gérer les aliénés, les pauvres, les prostituées ou les enfants abandonnés… Une première approche consiste donc à rapporter la question fondamentale de l’enfermement à ses différentes fonctions sociales.

Une seconde approche fructueuse pour une histoire comparée s’attache à la matérialité et à la spatialité des contraintes. Ce qui a fait la fascination de l’historiographie pour la prison, c’est qu’elle est un objet que l’on peut délimiter, borner, fouiller. À partir du moment où l'on étudie des bâtiments, des espaces d’enfermement, on peut concentrer l’analyse, se focaliser sur un objet. Là aussi, dans la mesure où existent des similarités morphologiques entre les lieux de concentration ou d’enfermement, une histoire comparée est possible à partir de la matérialité de l’enfermement. Mais ici encore l’histoire matérielle risque à nouveau d’induire la tentation de s’arrêter à l’édifice carcéral tel que nous le connaissons, qui deviendra un modèle architectural pour d’autres espaces de concentration de populations comme l’usine, la caserne, l’école, ou l’hôpital. Là on risque pour d’autres sociétés de retomber dans l’ornière, dans cette « dépendance du sentier » qui est celui du modèle de la modernisation. Mais en combinant les deux approches, il est possible d’écrire une histoire qui serait nécessairement une histoire de la longue durée, combinant les fonctions sociales de l’enfermement avec la spatialité, la matérialité des lieux et des populations sous contrainte.

MH : Je suis tout à fait d’accord, mais je pense qu’il faudrait ajouter la question du projet politique à mettre en regard des fonctions sociales de l’enfermement. Clare Anderson et son équipe ont travaillé sur une histoire globale de la transportation et des colonies pénitentiaires avec le projet « Carceral Archipelago »2 : ils font l’histoire globale d’une peine, à travers ses déploiements dans des moments et des espaces différents. Plus que le lieu prison, la peine d’immobilisation doit être envisagée pour la tirer vers d’autres espaces. Comme le dit Xavier, l’espace totalitaire de la prison carcérale est déjà un aboutissement. Avant les grandes prisons qu’on connaît, dans bien des cas, l’enfermement se fait dans des lieux dont ce n’est pas la fonction première, les monastères, mais aussi les forteresses. En s’attachant aux lieux définitifs d’enfermement, on risque de manquer toute la diversité de cette gamme.

XR : En effet, il faut observer le cadre spatial plus que le lieu lui-même, lequel induit trop rapidement un lieu clos, concentré. La transportation et le bannissement sont des pratiques de circulations et engagent aussi des rapports à l’espace. Sans compter que les circulations existent dans et autour de la prison également.

MH : En revanche, ces lieux d’enfermement conçus pour l’enfermement nous en disent plus sur le moment où la prison devient un projet politique et non une pratique parmi d’autres. C’est peut-être ce basculement qui les rend intéressants.

FB : J’aimerais revenir sur la question de la colonie comme « laboratoire pénal », évoquée par Marie. C’est, je pense, une notion très utile pour avancer dans nos réflexions. Pourriez-vous nous dire ce que cette notion vous évoque ?

MH : Il s’agit d’une piste que j’ai tenté de d’explorer dans mes recherches sur les colonies françaises au xviiie siècle mais elle reste internaliste. Car l’idée d’un laboratoire renvoie à un projet politique relativement cohérent, au risque de réduire l’histoire de la prison coloniale à celle de l’État colonial. Les bagnes sont d’abord expérimentés sous des formes plus discrètes dans la Caraïbe française au début des années 1740, avant d’être mis en place de manière systématique en France. En 1741, on teste, non par voie législative mais par des directives administratives, la mise en place de chaînes d’esclaves chargés de travaux forcés, à Saint-Domingue, pour voir « si cela suscite des inconvénients ». Des essais similaires sont effectués au Surinam en 1743. Ces premiers essais antillais sont ensuite dupliqués ailleurs. En France, ce n’est qu’en 1748 que la mise au bagne remplace les galères. Mais il y a aussi une histoire de l’enfermement dans les sociétés en situation coloniale qui déborde la politique royale et qui s’inscrit dans un régime de violence ordinaire.

NM : Ensuite dans la mise en place en métropole, dans les textes que tu connais, fait-on référence aux colonies ?

MH : Non, je n’ai pas trouvé de référence explicite. Mais cela se passe dans les ports royaux qui sont sous l’autorité des mêmes personnes, des mêmes autorités que les colonies : le secrétariat d’État de la Marine.

FB : Mais ne dispose-t-on pas des traces de personnes, en particulier de ceux qui sont employés dans les colonies et reviennent ensuite pour faire part de leurs expériences ?

MH : À ma connaissance, non, mais ce serait vraiment un sujet d’étude à explorer, en prenant en compte les acteurs impliqués en métropole et dans les colonies.

NM : Pour revenir à ce que Marie disait sur la même autorité, cela veut dire que les mêmes personnes sont en charge dans les ports, et reçoivent des rapports. Ne pourrait-on pas trouver dans les archives certaines de leurs notes de travail ?

MH : C’est possible. Les archives sont formées de correspondances ministérielles, échangées avec les gouverneurs des colonies et les intendants des ports, par exemple, et de nombreux mémoires. Elles montrent aussi que, dans les années 1770, se développent des cachots sur les grandes plantations, à usage privé. Il s’agit peut-être d’une réponse aux nouvelles pratiques publiques d’enfermement. C’est un aspect majeur des dynamiques coloniales : la tension entre espaces privé et public de l’enfermement, des contradictions, des concurrences qui amènent alors les prisons privées sous le regard des autorités publiques.

XR : Cette question demande à être développée. On dispose d’indices de l’influence des colonies sur les métropoles. Mais il ne faut pas oublier les influences entre colonies, en particulier au xixe siècle, les transferts de connaissances d’une colonie à l’autre. Du côté des transferts en métropole, on peut évoquer le cas américain. Les États-Unis se sont vite glorifiés d’être parmi les inventeurs de la prison pénale philanthropique moderne (Auburn, Philadelphie), mais lorsque les chercheurs observent les pratiques des pénitenciers américains, ils constatent que les modèles sont extrêmement divers. Le modèle « colonial » se retrouve dans les États du sud, qui ressemble davantage à celui d’autres colonies occidentales, notamment africaines. C’est ce qui fait dire à des sociologues de la prison que le système pénal américain est fondamentalement un modèle colonial. Ce dernier remontera vers le nord après la libération des esclaves afro-américains et induira une caractéristique fondamentale de la prison américaine jusqu’aujourd’hui : l’existence de populations entières incarcérées et soumises au travail forcé à l’extérieur. Il s’agit donc là d’un premier effet de retour dans une société, avec les transferts du sud des États-Unis vers le nord.

  • 3 Du nom du bateau ayant amené en Grande-Bretagne des citoyens des colonies britanniques des Caraïbe (...)

Du côté européen, également, après la Seconde Guerre mondiale, on trouve plusieurs traces de ce retour de l’expérience coloniale. Par exemple, le déplacement des populations coloniales, qui vont servir à la reconstruction. Comme le scandale Windrush3 en Grande-Bretagne aujourd’hui, avec des habitants des Caraïbes amenés contre leur gré en 1948 (transportation à l’envers), contraints de travailler à la reconstruction et menacés, à présent de retour forcé. Il y a là des questions de retours d’expériences. Les Pays-Bas vont plus loin encore : ils tentent une expérience (qui échouera) en Indonésie et en Tasmanie, en envoyant dans des sortes de bagnes coloniaux des collaborateurs repentis. Autre cas, celui de la Belgique qui, au xxe siècle, refuse de créer des bagnes coloniaux, bien qu’elle dispose d’une colonie, le Congo, ne voulant pas y envoyer des condamnés belges par peur du mélange des populations. À l’inverse, les autorités utilisent en métropole le modèle colonial du travail forcé, proposant aux condamnés pour collaboration, généralement issus des classes moyennes ou supérieures, de réduire leur temps d’incarcération en travaillant de manière dure, dans les mines de charbon, afin de pallier le manque de main-d’œuvre, pour la reconstruction. C’est une autre forme d’enfermement, car ces bourgeois qui vont descendre dans la mine ne sont pas qualifiés pour ce travail, il s’agit d’une double peine pour eux. Ce système est présenté comme une innovation remplissant plusieurs fonctions : il vise à faire assumer son crime au criminel, à réhabiliter de mauvais citoyens, à contribuer à la reconstruction et à répondre aux besoins économiques. En réalité il s’agit du modèle de travail forcé, prévalant dans les colonies, qui refait surface en Europe.

FB : Quel regard portez-vous, en tant qu’historiens, sur la prison d’aujourd’hui dans une perspective plus globale ?

MH : Je suis fascinée par les prisons Supermax, c’est-à-dire les établissements de très haute sécurité, et les systèmes d’enfermement radical qu’on voit aux États-Unis, par exemple, comme par les formes d’enfermement discret telles que le bracelet électronique. On réinvente des peines plus proches de ce qu’on connaissait dans les siècles précédents, des immobilisations chez soi, des assignations à résidence. Plus que la prison elle-même et tout ce qu’elle suscite, parce qu’elle recrée des sociétés considérées comme déviantes, dangereuses, parce qu’elle produit des effets destructeurs sur les individus, ce sont les peines alternatives qui me fascinent et qui me paraissent des pistes possibles pour penser la diversité de ce qui existait dans le passé.

XR : Je pense que coexistent dans l’imaginaire pénal d’aujourd’hui ces deux modèles décrits par Marie, à la fois le modèle des prisons les plus dures, les plus massives, et les alternatives spécifiques et moins visibles. Chez certains politiques et administrateurs, demeure cette idée simpliste qu’on peut construire des camps de concentration, avec énormément de populations et qu’avec suffisamment de systèmes de surveillance, on peut tranquilliser les populations extérieures. Et c’est aussi ce qui se pratique dans les espaces de rétention administrative, notamment pour les transmigrants. C’est le modèle de la prison persistante, The Persistent Prison (Emsley, 2005). Mais à côté de tout cela, il existe des pensées alternatives qui veulent faire disparaître la visibilité de la contrainte, avec le bracelet électronique ou les assignations à résidence. Cependant les évolutions technologiques rapides reposent la question de l’extension du filet pénal, par exemple en Chine où existe la possibilité, si l’on est noté comme mauvais citoyen, d’être privé d’accès à toute une gamme de services électroniques, donc une privation de liberté.

Un second point m’interpelle : la prison reste considérée comme un modèle occidental par ceux qui contestent la prééminence de l’Occident. Il est donc intéressant de voir comme des sociétés qui se présentent comme radicalement anti-occidentales, mettent en évidence le système pénal. On pense tout de suite à Daech qui a mis en scène des châtiments corporels et des exécutions capitales. Mais je pense que les chercheurs constatent que Daech a bien plus utilisé la prison que la peine capitale car la prison est un symbole de l’État, qui permet un contrôle et une contrainte réguliers, d’autant que cette prison préexistait matériellement au projet d’État islamiste. Toujours la « dépendance du sentier » : les sociétés ont du mal à développer des alternatives car il est difficile de sortir de la matérialité de l’existant pour repenser radicalement la pénalité.

Ce débat nous amène à revoir la deuxième loi de Durkheim (1899-1900) : plus une société évolue, se modernise, plus elle tend vers la peine unique qui est la suppression de la liberté. On observe donc toute cette tension entre l’existant qui justifie de rester dans des modèles très répressifs, symboliquement très visibles, et une volonté d’aller vers d’autres types de punition qui pourraient induire moins d’effets sociaux stigmatisants, comme le bracelet électronique ou l’assignation à résidence contrôlée.

Haut de page

Bibliographie

Becker, Gary, Ewald, François et Harcourt, Bernard E., 2014, « Gary Becker dialogue avec Michel Foucault », Socio, no 3, p. 265-288.

Bernault, Florence (dir.), 1999, Enfermement, prison et châtiment en Afrique du xixe siècle à nos jours, Paris, Karthala.

Bernault, Florence (dir.), 2003, A History of Prison and Confinement in Africa, Portsmouth, Heinemann.

Botsman, Daniel, 2007, Punishment and Power in the Making of Modern Japan, Princeton, Princeton University Press.

Durkheim, Émile, 1899-1900, « Deux lois de l’évolution pénale », Année sociologique, vol. IV, p. 65-95.

Emsley, Clive (dir.), 2005, The Persistent Prison. Problems, Images and Alternatives, Londres, Francis Boutle.

Harcourt, Bernard E., 2007, Against Prediction. Profiling, Policing, and Punishing in an Actuarial Age, Chicago, The University of Chicago Press.

Harcourt, Bernard E., 2015, « Gary Becker répond à Foucault sur l’analyse économique des crimes et des peines », Socio, no 5, p. 189-191.

Paton, Diana, 2004, No Bond but the Law, Punishment, Race, and Gender in Jamaican State Formation, 1780-1870, Durham et Londres, Duke University Press.

Paton, Diana, 2008, « An “Injurious” population, Caribbean-Australian penal transportation and imperial racial politics », Cultural and Social History, The Journal of the Social History Society, nos 4-5, p. 449-464.

Rusche, Georg et Kirchheimer, Otto, 1994 [1939], Peine et structure sociale, Paris, Éditions du Cerf.

Haut de page

Notes

1 Le courant actuariel en criminologie est né de l’école de Chicago, dans sa volonté de prédire les comportements futurs des individus condamnés selon une analyse économique fondée sur le choix rationnel et utilisant les techniques de prédiction des compagnies d’assurances (d’où le terme « actuariel »). Elle a abouti à cibler des populations spécifiques en fonction de taux de criminalité élevés et à créer des effets majeurs de stigmatisation de groupes socio-ethniques et de renforcement de la criminalité. Voir Harcourt (2007), voir aussi Becker, Ewald et Harcourt (2014) et Harcourt (2015).

2 <https://www2.le.ac.uk/departments/history/research/grants/PreviousProjects/CArchipelago>.

3 Du nom du bateau ayant amené en Grande-Bretagne des citoyens des colonies britanniques des Caraïbes en 1948, pour faire face à un manque de main-d’œuvre nécessaire à la reconstruction du pays. Les restrictions apportées à l’immigration à partir des années 2000 ont entraîné pour les immigrants de 1948 et leurs familles la perte de leurs droits de résidence, voire la déportation dans leur contrée d’origine, faute d’avoir obtenu des papiers lors de leur immigration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Houllemare et Xavier Rousseaux, « Une histoire globale de la prison est-elle possible ? », Socio, 14 | 2020, 37-53.

Référence électronique

Marie Houllemare et Xavier Rousseaux, « Une histoire globale de la prison est-elle possible ? », Socio [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 19 novembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio/10481 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.10481

Haut de page

Auteurs

Marie Houllemare

est professeure en histoire moderne à l’université de Picardie-Jules-Verne (Amiens). Elle est spécialiste de l’histoire politique, judiciaire et administrative des empires coloniaux européens et de leurs archives à l’époque moderne (xviie-xviiie siècle). Ses recherches en cours portent sur les circulations illégales dans l’empire colonial français. Parmi ses publications récentes, citons : A Violent World? A Global History of Early Modern Violence and its Restraint, avec Erica Charters et Peter H. Wilson, Manchester, Manchester University Press, 2020.

Xavier Rousseaux

Xavier Rousseaux est directeur de recherches au Fonds national pour la recherche scientifique (FNRS) et professeur à l’université catholique de Louvain-la-Neuve. Il mène une histoire de la criminalité et de la justice pénale dans un horizon chronologique large, allant du Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine. Parmi ses publications récentes, citons A Global History of Crime and Punishment in the Enlightenment, Londres, Bloomsbury (à paraître).

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search