Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14DossierContre une vision diffusionniste ...

Dossier

Contre une vision diffusionniste de la « naissance de la prison »

Perspectives sur les débuts de l’histoire mondiale des régimes pénitentiaires modernes
Against a Diffusionist Vision of the “Birth of the Prison”: Perspectives on the Beginnings of the Global History of Modern Penitentiary Regimes
Stephan Scheuzger
p. 55-75

Résumés

La prison moderne s’est imposée dans le monde durant le « long » xixe siècle comme l’institution punitive par excellence. L’article se penche en particulier sur la première moitié de cette période et montre que les récits diffusionnistes qui sous-tendent jusqu’à nos jours la compréhension de ce processus de mondialisation ne rendent pas convenablement compte des évolutions transfrontalières du système carcéral. La transformation du système pénitentiaire depuis la fin du xviiie siècle, que l’on connaît sous le terme de « réforme des prisons », fut un processus multicentrique et continu difficilement assimilable à une propagation successive d’une région à l’autre recoupant la dichotomie entre « l’Occident et le reste du monde ». Cet article propose le concept analytique de cadre de référence global pour étudier les interactions mondiales de l’évolution du système carcéral moderne.

Haut de page

Texte intégral

1Il est tout sauf aisé de dater précisément l’émergence de la prison. Cela tient pour une grande part au fait que les historiens s’accordent difficilement sur le sens précis du mot. De même ne chercherons-nous pas davantage à définir cette catégorie analytique de « prison ». Quand bien même elle sert de terme générique pour désigner un ensemble d’institutions d’enfermement (McConville, 1998 : 117-118), ses contours restent flous, notamment en termes de périodisation et de spatialisation. Et les publications ne manquent pas, dès la sortie de Surveiller et punir (1976) de Michel Foucault, pour montrer qu’il n’est pas tout à fait possible de parler de « naissance de la prison » entre la fin du xviiie et le début du xixe siècle. Et pour cause, l’histoire de la prison moderne s’inscrit dans les traces immémoriales des lieux d’enfermement et de redressement. Dans la longue durée néanmoins, que ce soit du point de vue du droit pénal, de l’architecture ou de celui de l’administration carcérale, il est à tout le moins possible d’identifier une période au cours de laquelle la prison est devenue une institution moderne. La prison, jusque-là employée non pas exclusivement mais principalement comme moyen de mise aux arrêts – d’individus devant être jugés, attendant l’exécution de leur peine, incapables de payer leurs dettes, ou de mendiants et de vagabonds à « corriger » par le travail –, s’imposa comme le moyen de punition par excellence. Et bien qu’elle ne se substituât pas aux châtiments corporels et à la peine de mort, elle en réduisit néanmoins considérablement la portée.

2Le processus mondial a traversé au moins tout le « long » xixe siècle. On le fait partir du début des années 1770 avec l’indépendance des États-Unis alors que s’initie une réflexion inédite sur la punition exercée par l’État. De plus, la discussion sur la réforme des prisons, déjà menée en Europe et notamment au Royaume-Uni, prit de l’importance grâce à une série de publications qui rencontrèrent un immense écho et eurent des conséquences politiques considérables. La dissémination spatiale de la prison moderne à l’échelle mondiale s’achève vraisemblablement dans les années 1920. Les puissances coloniales européennes ont alors recouvert leurs possessions africaines d’un réseau relativement dense de prisons locales et centrales bien distinctes des centres de détention érigés pendant la première phase de la percée coloniale, au cours de laquelle l’idée d’un système pénitentiaire moderne se manifesta relativement peu (Bernault, 2007 : 66). Mais, dans de nombreuses autres parties du monde, les années 1920 furent aussi marquées par un renouveau de la réflexion et de la politique en matière de système pénitentiaire.

« The West and the rest »

3Ce nouveau départ s’est aussi manifesté dans les années 1920 par une succession de congrès pénitentiaires internationaux qui a débuté à Londres en 1872 avant d’être interrompue par la Première Guerre mondiale. Quand, en 1925, on renoua avec la tradition dans la capitale britannique, Evelyn Ruggles-Brise, l’ancien président de la Prison Commission for England and Wales (Commission des prisons pour l’Angleterre et le pays de Galles) et désormais président de la Commission internationale des prisons – responsable de l’organisation de l’événement – avait publié, un an plus tôt, Prison Reform at Home and Abroad. Cette publication visait à préparer l’opinion britannique en vue de l’événement, en proposant notamment une rétrospective historique de l’évolution du système pénitentiaire dans le contexte du mouvement des congrès pénitentiaires internationaux. La discussion sur la prison moderne a toujours été d’ordre historique, en ceci que la notion de modernité implique une volonté de se démarquer d’un passé : des idées sur la criminalité jugées peu modernes, voire rétrogrades ; sur les formes « barbares » de punition et les conditions « non civilisées » d’incarcération dans les centres existants. Dès le départ, soit dans le dernier tiers du xviiie siècle, il fut presque toujours question de « réforme » à propos de l’instauration des nouveaux régimes pénitentiaires. De ce point de vue, le long xixe siècle ne fait pas exception, comme en témoigne le titre du livre de Ruggles-Brise.

4L’historiographie de la prison plonge ses racines dans les discours de ses réformateurs au xixe siècle, perpétuant ainsi leur grille d’interprétation. On en retrouve notamment les accents dans le récit progressiste présentant essentiellement l’histoire de la prison moderne comme un processus d’instauration progressive d’un système pénitentiaire qui se caractériserait par la rationalité, serait guidé par des considérations humanitaires et se fonderait sur un savoir scientifique. Comme chacun sait, il aura fallu attendre les années 1970 pour que plusieurs publications, dont la plus connue est Surveiller et punir de Michel Foucault, mettent en question cette whig history du système pénitentiaire moderne. À leur suite, de nouvelles approches se concentrent sur les rapports de pouvoir dans la société pour voir dans la prison une institution disciplinaire à l’intérieur d’un régime de contrôle. Cela n’empêche pas certains paradigmes de sortir indemnes de cet aggiornamento historiographique et, à partir des années 1980, de la complexification en matière d’explication de la formation et de l’évolution du système pénitentiaire moderne. On retrouve ces paradigmes encore de nos jours, et ce même dans les généalogies qui entendent replacer l’histoire des prisons dans des contextes qui ne se limitent pas à l’échelle nationale ou impériale.

5À la fin du long xixe siècle, quand Ruggles-Brise cherche à poser les fondements théoriques de la dimension mondialisée de son récit sur la réforme des prisons, il s’inspire du livre de Gabriel de Tarde de 1886, Criminalité comparée. Le criminologue et sociologue français y explique la propagation morale progressive de la civilisation dominante d’alors, partant du foyer européen pour s’étendre au monde entier, en l’illustrant par une « propagation ambiante des exemples, aussi nécessaire, aussi constante socialement que l’est physiquement la propagation ambiante des ondes lumineuses ou sonores » (Tarde, 1902 : 188). Pour Ruggles-Brise, l’idée d’imitation, qui se trouve au cœur de la sociologie de Tarde, s’incarne à la perfection dans le mouvement des congrès pénitentiaires internationaux. Partant de « l’élargissement progressif du cercle de l’humanité », il considère que les principes rationnels et justes de la punition se répandent par « imitation État par État » (Ruggles-Brise, 1924 : 6), avec l’Angleterre pour épicentre de la réforme moderne des prisons. Aujourd’hui encore, nombreuses sont les représentations de l’instauration du système pénitentiaire moderne à prendre pour figure tutélaire John Howard, le « père fondateur de la réforme pénale » (Forsythe, 1987 : 18), dont le livre The State of the Prisons in England and Wales (1777) est l’un des textes sur la réforme pénitentiaire les plus lus au monde.

6Ces idées diffusionnistes ont laissé leur empreinte dans la compréhension de l’histoire du système carcéral moderne. Elles se sont même vues confirmées à partir des années 1960 par une histoire des sciences fondée sur une théorie de la modernisation, qu’illustre de façon emblématique le modèle tri-phasique de George Basalla sur la mondialisation de la science moderne (1967). Ainsi relate-t-on toujours l’histoire mondiale de la prison sur le modèle du « West and the rest », l’Occident et le reste du monde. Tel est le cas des quelques études qui se sont penchées sur l’évolution mondiale en partant de l’histoire des prisons en Europe et/ou aux États-Unis (à l’instar de Bashford et Strange, 2003 ; Johnston, 2000 ; Roth, 2006). Mais on observe aussi et surtout ce phénomène dans l’historiographie sur les systèmes pénitentiaires en Amérique latine, en Asie et en Afrique, qui ne cesse de croître depuis un certain temps en semblant ne pas pouvoir se passer de la référence à l’histoire des prisons européennes et américaines – alors qu’à l’inverse, la très vaste littérature sur ces dernières ne s’est presque jamais ouverte aux espaces non occidentaux. La recherche historique sur les prisons en dehors de l’Europe et des États-Unis a très bien mis en lumière la complexité des processus de transfert et d’appropriation – réfutant ainsi une application purement impérialiste ou une conception mimétique des systèmes pénitentiaires. Mais, en dépit de la mise en relief des particularités de chaque pays, elle n’a vu les régions que comme des espaces de réception du transfert de savoir transrégional quasiment sans les considérer comme des lieux de production d’un savoir circulant de manière transfrontalière. Il aura fallu attendre la période récente pour que des historien·ne·s de la prison dans les espaces coloniaux s’approprient l’idée de la nécessité de « déplacer l’hypothèse routinière selon laquelle l’expérience anglaise et plus largement européenne serait la norme à l’aune de laquelle il faudrait mesurer l’évolution coloniale » (Paton, 2011 : 177).

  • 1 Voir par exemple Bernault (1999), Bernault (2003), Diallo (2005), Hynd (2015), Paton (2004), Sherm (...)

7Les ouvrages de référence sur les contextes coloniaux continuent de présenter les rapports entre métropoles et colonies de façon unilatérale : la prison comme principale institution punitive moderne se serait développée en Europe occidentale et aux États-Unis avant de se répandre progressivement vers les régions coloniales où, bien qu’en s’adaptant et en se transformant – assez profondément pour que certains auteurs aillent jusqu’à postuler une différence fondamentale entre les « prisons coloniales » et les prisons métropolitaines –, aucun nouveau savoir du système carcéral n’aurait émerge pour circuler à son tour et passer les frontières. Sans s’interroger pour savoir s’il faut voir dans l’expérience pénitentiaire coloniale un processus second par rapport aux réformes pénitentiaires modernes européennes ou si cette même expérience a eu la moindre conséquence sur l’évolution plus large de l’emprisonnement punitif, par-delà le seul monde colonial1.

  • 2 Voir notamment Salvatore et Aguirre (1996), Salvatore (1992), Cavieres (1995), León León (2003), N (...)
  • 3 La contribution de Waite (1991) adopte par endroits une perspective un peu plus large.

8Une vision diffusionniste imprègne encore et toujours les études de référence ainsi que l’histoire du système carcéral dans les pays d’Amérique latine postcoloniale, où les prisons modernes apparaissent pourtant relativement tôt2. En général, les travaux sur l’histoire des prisons en Europe et aux États-Unis avançaient jusqu’à présent que les transformations pénologiques s’étaient diffusées unilatéralement au reste du monde, et sans pratiquement jamais soulever la question de la place de ces processus dans les contextes latino-américains, asiatiques, africains ou océaniques3.

9Même là où l’historiographie pénitentiaire a cherché à faire sienne une approche mondiale fustigeant la vision diffusionniste de l’Europe comme centre de la dynamique historique mondiale propageant les acquis de la modernité au reste du monde, elle n’en recoupe pas moins la dichotomie the West and the rest. En 2007, l’ouvrage collectif Cultures of Confinement dirigé par Frank Dikötter et Ian Brown se propose d’ouvrir la voie à une meilleure compréhension de l’histoire pénitentiaire en adoptant une perspective mondiale (Dikötter, 2007 : 1). L’ouvrage tient effectivement ses promesses en établissant de bonnes synthèses sur la transformation historique de la prison en Afrique, en Asie et en Amérique latine, écrites par des spécialistes de premier plan. Néanmoins, il ne fait qu’étendre les perspectives historiographiques à de nouvelles régions, offrant dès lors surtout un bon complément à l’Oxford History of the Prison, publiée une dizaine d’années plus tôt, expressément consacrée à The Practice of Punishment in Western Society (Morrris et Rothman, 1998). Mary Gibson, en revanche, dans sa première tentative en 2011 « en faveur d’une mondialisation de l’histoire des prisons », est partie d’un « décalage » de la naissance de la prison moderne de près de cent ans entre l’Europe et les États-Unis d’une part et les sociétés non occidentales d’autre part (2011 : 1057) : les institutions pénitentiaires en Europe et aux États-Unis se seraient ainsi développées entre elles pendant près d’un siècle de façon largement endogène avant que la transformation ne touche le reste du monde.

10Ces dernières décennies, les concepts diffusionnistes ont joué un rôle beaucoup plus important en sciences sociales qu’en histoire dans l’analyse des processus de transfert. Là, ils ont également fait l’objet d’une différenciation face aux limites qui sont apparues évidentes dans les années 1990, notamment dans l’étude de la diffusion de la démocratie ou des droits de l’homme. Par la suite, on a vu se développer une conception de la diffusion – en particulier dans la recherche sur les mouvements sociaux (par exemple Della Porta, 2008), mais aussi dans les policy studies (Elkins et Simmons, 2005) – pour laquelle les transferts sont compris comme des processus dirigés et intentionnels entre des contextes spécifiques et où, par conséquent, le rôle des acteurs et leurs motivations sont réévalués. La « diffusion » est donc devenue une catégorie pour l’analyse de processus transférentiels à petite échelle, se défaisant ainsi de son postulat eurocentriste. Cependant, du point de vue de l’histoire mondiale, les conceptions diffusionnistes demeurent critiquables partout où elles – ou du moins leur fondement historique – façonnent encore les récits de processus historiques globaux. Comme le montre l’exemple de Tarde, le concept de diffusion provient du mouvement ondulatoire en physique. Or, appliqué aux phénomènes historiques mondiaux, le rapport rigide et indifférencié centre-périphérie attaché à l’idée de foyer de propagation n’est pas sans poser problème. Et c’est précisément ce que l’on observe en étudiant l’histoire des prisons dans une perspective mondiale.

Une réforme pénitentiaire multicentrique

11Si l’on prend la centralité de l’Europe dans l’histoire de la modernité moins comme un postulat que comme un objet d’étude, force est de constater que les fondements de la réforme pénitentiaire ont effectivement été posés en Europe et aux États-Unis à la fin du xviiie siècle. Ce processus n’en est pas moins multicentrique et se caractérise par des transferts transfrontaliers dans plusieurs directions et sur de longues distances, précédés par d’importantes transmissions de savoirs. Tel est le cas d’écrits de premier plan qui, dès le début du xviiie siècle, remettent en cause le système pénitentiaire d’Ancien Régime – des Lettres persanes de Montesquieu (1721) au Dei delitti e delle pene de Cesare Beccaria (1764) –, lesquels furent reçus non seulement dans la plupart des États européens mais aussi dans les colonies des Amériques. Il en est de même pour les informations circulant sur certaines « maisons de correction » dans diverses régions européennes aux xvie, xviie siècles et au début du xviiie siècle – de la bridewell de Londres à la rasphuis d’Amsterdam en passant par la casa di correzione San Michele de Rome –, informations qui passèrent en Europe d’une frontière à l’autre et ne manquèrent pas d’influencer les réformateurs en matière d’architecture et d’administration pénitentiaires.

12Les interactions transatlantiques ont à ce point marqué la première phase de réforme des prisons à partir des années 1770 qu’il est impossible de comprendre correctement l’histoire de la réforme de ses débuts à l’ouverture des premiers penitentiaries modèles en Angleterre ou aux États-Unis – tous deux considérés par l’historiographie comme les épicentres du système carcéral moderne – si l’on passe sous silence ces interrelations. Au moment de la fondation, en 1787, de la première société de réforme des prisons au monde en Pennsylvanie – un centre de réflexion pour la réforme du système pénal dès l’époque coloniale –, la Philadelphia Society for Alleviating the Miseries of Public Prisons (Teeters, 1937), le mouvement réformateur en Angleterre était déjà connu. Les Quakers, qui avaient créé la Société et cherchaient à « apporter du réconfort aux personnes en détresse, à promouvoir la réforme parmi les mauvais sujets et à diffuser les habitudes de l’industrie parmi les impudents » ainsi qu’à « substituer le travail et l’enfermement aux châtiments corporels et à la mort » (The Society, 1790 : 3, 4), avaient encore en mémoire l’éphémère Code pénal du fondateur de la colonie William Penn, code qu’ils jugeaient plus humain que l’English Criminal Code qui lui succéda (Vaux, 1884 : 652). Du côté britannique, la perte des colonies nord-américaines entraîna la fermeture – temporaire – de la soupape de déportation des condamnés outre-mer, donnant une nouvelle urgence à la réflexion sur la transformation du système pénal traditionnel. Cette réflexion se manifesta dans un certain nombre d’écrits importants des années 1770 et 1780 (Hanway, 1776 ; Howard, 1777 ; Paul, 1784 ; Jebb, 1785 ; Bentham, 1787) ainsi que dans l’adoption du Penitentiary Act de 1779. Même si la construction de deux penitentiaries nationaux devait encore prendre quelques décennies, le savoir sur la réforme des prisons en Angleterre, laquelle se produisit d’abord à l’échelle locale – avec par exemple la county jail de Wymondham dans le Norfolk (The Society, 1790 : 6-10) – mais aussi ailleurs en Europe, le savoir, donc, parvint en Pennsylvanie et dans d’autres États nord-américains. Dès ses débuts, la Prison Society de Philadelphie – deuxième ville et capitale provisoire de l’État – entretint des échanges avec des réformateurs anglais, et non des moindres, parmi lesquels Howard (White, 1788 ; Lownes, 1794 : 6).

13Mais les relations transatlantiques des deux pays dépassent le cadre anglo-saxon. Tout comme les acteurs de Pennsylvanie avaient connaissance des transformations dans d’autres pays européens, des rapports détaillés sur le système carcéral de Philadelphie – en particulier sur la prison de Walnut Street, première prison américaine où les grands criminels purgeaient leur peine à l’isolement – circulaient déjà en Europe à la fin du xviiie siècle en français et en allemand (La Rochefoucauld, 1796 ; Howards practisches System, 1797). Après le tournant du siècle, la réforme des prisons des deux côtés de l’Atlantique ne reprendra son essor qu’à partir des années 1820. La mise en service du premier penitentiary national d’Angleterre en 1821 – la prison de Millbank à Londres qui présentait dès le départ de sévères lacunes – et l’ouverture des deux établissements modèles d’Auburn et de Sing Sing dans l’État de New York en 1823 et 1826 seront suivies de la création du premier bâtiment pénitentiaire de type radial des États-Unis, l’Eastern State Penitentiary de Philadelphie achevé en 1829. On le doit à John Haviland, jeune architecte anglais arrivé aux États-Unis quelques années plus tôt qui exporte de son pays natal un principe de construction utilisé pour les hôpitaux et les county jails : une tour centrale permettant de contrôler toutes les ailes et de voir jusqu’aux portes des cellules (Johnston, 2000 : 71 ; Haviland, 1824).

14En combinant une construction radiale et un régime interne d’isolement complet des prisonniers dans des cellules individuelles en vue de leur réhabilitation, l’Eastern State Penitentiary servit à l’étranger de modèle architectural et administratif des prisons modernes. Dans les années 1830, des experts venus notamment d’Europe – souvent pour le compte de l’État – se rendirent aux États-Unis pour se faire une idée de ces penitentiaries – outre l’établissement de Philadelphie, ils visitaient généralement celui d’Auburn où se pratiquait un régime de travail commun des prisonniers pendant la journée, avec toutefois une stricte interdiction de parler sous peine de châtiments corporels. Parmi les visiteurs se trouvait William Crawford, envoyé par le gouvernement anglais, qui dans son rapport très remarqué de 1834 s’était prononcé en faveur du modèle de l’Eastern State Penitentiary et, en sa qualité de nouvel inspecteur des prisons, avait intégré en Angleterre, avec son collègue Whitworth Russell, ce Report dans sa campagne visant à faire appliquer un régime de « separate confinement » tant au niveau national que communal. L’expression la plus visible du succès de la campagne fut la construction de la Pentonville Prison de Londres, mise en service en 1842. Pentonville, le deuxième penitentiary national anglais après Millbank, présenta, sur les plans de Joshua Jebb, une structure radiale. Le pénitencier bénéficia d’un tel apport financier et technique qu’il devint la référence mondiale incontestée jusqu’à la Première Guerre mondiale, alors qu’il était conçu à l’origine comme une prison modèle pour la seule Angleterre.

15Dans le pays comme à l’étranger, Pentonville Prison devint une deuxième preuve de la centralité historique de l’Angleterre dans le processus mondial de modernisation des prisons, derrière la « towering stature », l’imposante stature, de John Howard (England, 1978 : 25). Cependant cette histoire tracée ici à grandes lignes montre que la réforme n’a pas rayonné par vagues depuis un seul centre dans le reste du monde. Même si les discussions sur l’isolement cellulaire en Angleterre remontent bien au-delà de la visite de Crawford aux États-Unis – on pourrait les faire remonter à Jonas Hanway ou Howard –, la trajectoire qui a abouti à Pentonville est inextricablement liée aux interactions transfrontalières avec d’autres lieux de la réforme pénitentiaire – par-delà l’axe Angleterre-Pennsylvanie. Dans les espaces francophone (Tocqueville et Beaumont, 1833 ; Demetz et Blouet, 1837), germanophone (Julius, 1837) ou hispanophone (De la Sagra, 1843), des rapports sur le système pénal américain ont eu autant d’écho que celui de Crawford en Angleterre. De plus, pour ne prendre qu’un seul exemple, le rapport d’Alexis de Tocqueville et de Gustave de Beaumont fut traduit en anglais et en allemand très peu de temps après sa parution. Alors que la « science pénitentiaire » – aussi appelée « prison science », « Gefängniskunde » ou encore « scienza carceraria » – émergeait comme science empirique, les experts européens et étasuniens entretenaient des liens très étroits par-delà les frontières, notamment via des réseaux de correspondances assurant la circulation des savoirs (Riemer, 2005). Dès lors, même en suivant la dichotomie the West and the rest, le récit diffusionniste n’est pas en mesure de rendre pleinement compte de l’histoire mondiale de la prison moderne.

16La prison de Pentonville, considérée comme un établissement modèle pour le système pénitentiaire national, fut construite au début des années 1840. Abstraction faite des deux penitentiaries nationaux et de quelques county jails, la réforme des prisons parvint à peine dans l’immense arrière-pays pénologique anglais. Au même moment, d’importantes réformes du système pénitentiaire sont entreprises en dehors de l’Europe et des États-Unis. En premier ce fut le cas dans les territoires coloniaux, notamment ceux de l’Empire britannique : la Jamaïque, après la fin de l’esclavage et de l’apprenticeship, connut ainsi dans les années 1840 des tentatives notables de renouvellement du système carcéral (Paton, 2004 : 121-139) ; Malte vit débuter les travaux de la prison de type radial de Corradino en 1839 (Scicluna et Knepper, 2008 : 507) ; l’Inde créa le Committee on Prison-Discipline en 1835, ce qui fut considéré comme l’événement pionnier en matière de réforme du système carcéral dans la plus grande colonie britannique (Arnold, 2007 : 152), bien qu’il fût déjà question de réforme sous la présidence de Madras dans les années 1820 (Offermann, 2018 : 25-70).

17En second lieu, avant la construction de Pentonville, d’importantes réformes de la prison avaient été engagées dans l’Amérique du Sud postcoloniale. Un mouvement réformateur s’amorça au Brésil dans les années 1820, peu après l’indépendance de l’Empire. Dès le début des années 1830, sous l’égide de la philanthropique Sociedade Defensora da Liberdade e Independência Nacional, on se mit à discuter des positions anglaises sur la réforme des prisons avant les rapports sur les prisons américaines – au premier chef desquels celui de Tocqueville et Beaumont. En 1833 commençait la construction d’une casa de correção à Rio de Janeiro sur un plan radial inspiré par l’architecture moderne des prisons – même s’il fallut attendre 1850 pour voir l’ouverture d’une aile. D’ailleurs, sur les quatre ailes initialement prévues, chacune comprenant 200 cellules individuelles, seules deux furent finalement achevées (Antunes Sant’Anna, 2010 ; Araújo, 2009 ; Jean, 2016). Au Chili, quelques semaines seulement après l’indépendance du pays en 1818, un article appelait à abandonner le système pénitentiaire hérité des « bárbaros españoles », faisant déjà l’éloge des nouvelles expériences, et notamment de la prison de Walnut Street à Philadelphie (Equidad y justicia, 1818 : 6-7). Les écrits espagnols de la fin de la période coloniale des Bourbons n’occupaient pas moins une place importante dans la réflexion sur la réforme du système pénitentiaire (Lardizábal y Uribe, 1782). Toujours au Chili, la discussion sur la réforme pénitentiaire s’intensifia dans les années 1830. Un Vénézuélien, ancien secrétaire de Jeremy Bentham et futur fondateur de l’Universidad de Chile, y joua un rôle majeur : l’avocat, diplomate et intellectuel Andrés Bello qui avait lu le rapport Tocqueville-Beaumont et avait publié des articles sur les institutions modèles d’Auburn et de Philadelphie à partir de sources anglaises (Bello, 1834). Tandis qu’ouvrait Pentonville en 1843, on votait la loi pour édifier une cárcel penitenciaria à Santiago. Auguste Charme, l’architecte français qui conseilla les autorités chiliennes, s’inspirait d’une autre prison : celle de sa ville natale, Bordeaux (Charme, 1847 : 8).

Un cadre de référence mondial

18Le discours sur la « naissance de la prison » entretient une vision séquentielle de l’évolution mondiale de la prison moderne : la prison en tant qu’institution punitive moderne vit le jour à un moment donné dans un endroit précis – avant d’apparaître plus tard ailleurs. Pourtant, le moment historique de cette naissance n’est pas facile à déterminer, pas plus que la mondialisation de la prison au long xixe siècle peut se réduire à un processus de propagation d’un pays et d’un territoire colonial à l’autre. Cette naissance recouvre aussi les évolutions au sein de ces espaces en soi complexes. Le constat d’inadéquation constante – mesurée à l’aune des attentes de l’institution en matière de lutte contre la criminalité – fut un élément clé de l’histoire de la prison moderne. Le terme de « réforme » à la connotation déjà contemporaine, qui non seulement couvre de plus en plus de domaines, mais est dans toutes les bouches au moins jusqu’à la fin du long xixe siècle, exprima cette dynamique continue faite de diagnostics des lacunes, d’efforts de délimitation sous le signe d’aspirations modernisatrices et de politiques carcérales variant au gré du temps et des rapports sociaux. Le problème analytique des récits diffusionnistes ne réside pas tant dans le fait que « l’Occident » ne puisse être considéré comme la région ayant posé les principes de la prison moderne – en ce sens, le système pénitentiaire est partie prenante des processus marquants du « siècle européen » (Osterhammel, 2009 : 20, 892) –, mais dans le fait que les concepts de diffusion sont inadéquats. Ils passent en effet sous silence les conditions d’interdépendance de plus en plus mondialisées dans lesquelles le système pénitentiaire s’est développé d’un bout à l’autre du long xixe siècle – et ce, même dans ce que l’on a pris l’habitude de voir comme des centres de la modernité. C’est ce qu’illustre la prison de Pentonville, qui a initialement servi à isoler les condamnés à la déportation vers les possessions australiennes, autrement dit dont la fonction n’avait de sens que dans une pratique pénitentiaire déjà clairement déclinante au début des années 1850.

19Ces transformations du système pénitentiaire s’entrecroisent au niveau transnational et ne permettent pas de distinguer une idée homogène de la prison moderne qui se serait répandue dans le monde entier pour s’adapter aux différents contextes locaux. Même au plus fort de la période des prisons modèles de renommée internationale largement visitées – des années 1820 aux années 1840 –, les débats sur la réforme de la prison tournaient autour de concepts rivaux : pendant plusieurs décennies, les discussions tant nationales qu’internationales se sont concentrées sur ce que l’on appelait la « querelle du système », et donc autour du choix entre separate system et silent system qu’incarnaient les régimes de l’Eastern State Penitentiary ou de la prison d’Auburn. Les connaissances et les idées sur la prison moderne transitèrent par de nombreuses scènes de réforme dans un cadre de référence toujours plus mondialisé comprenant la construction et l’administration des prisons ainsi que l’approche plus générale de la criminalité et des criminels. Ce faisant, la circulation du savoir était inextricablement liée à sa production.

20Le processus de mondialisation de la prison moderne peut donc être décrit de la façon suivante : lorsqu’il s’est agi d’accumuler du savoir sur la construction et l’administration des prisons, de plus en plus d’acteurs dans le monde se sont tournés vers des endroits du monde toujours plus variés. La prison a évolué dans un cadre de référence transnational formé par l’ensemble des systèmes pénitentiaires dont l’émergence et la transformation se retrouvèrent liées à d’autres systèmes pénitentiaires du fait de transferts de connaissances. De cette manière, l’instauration et la transformation des prisons modernes ont finalement été partout liées entre elles selon différents degrés d’information – dans un réseau de perception et de transfert de connaissances multidirectionnel, et non en suivant un processus unidirectionnel d’expansion séquentielle. L’histoire du système pénitentiaire moderne connut de nombreux centres. La relation centres-périphéries se révéla complexe et changeante, dépendant en dernière instance du point de vue de l’observateur. De même, la circulation des savoirs et des idées n’a pas laissé les centres indemnes.

21Ce cadre référentiel était mondial dès la première moitié du xixe siècle, allant del’Amérique du Nord au fin fond de l’Amérique du Sud, des Caraïbes à la Méditerranée, de l’Asie du Sud au Pacifique sud, de la pointe méridionale de l’Afrique à l’extrémité septentrionale de l’Europe. Dans la seconde moitié du long xixe siècle, la multiplication des centres d’institution de la prison moderne se poursuivit, et le poids du West sur le rest se déplaça, au moins de manière relative. Ainsi, vers le milieu du siècle, un directeur de prison anglais des Indes pouvait faire valoir son statut d’expert aux yeux des autorités métropolitaines grâce à son expérience d’administration de la plus grande prison du monde, la Central Prison d’Agra (Walker, 1856). Toujours dans la seconde moitié du siècle, les réformateurs japonais du système pénitentiaire sous l’ère Meiji tournaient leurs yeux vers l’Asie (Botsman, 2005 : 146-154 ; Umemori, 2002 : 115-122). Et au début du siècle dernier, les contributions des revues pénologiques et criminologiques d’Amérique du Sud – telles que la Revista de las Prisiones au Chili ou les Archivos de Psiquiatría y Criminología en Argentine –portaient non seulement sur les systèmes pénitentiaires des États-Unis, de Grande-Bretagne, de France, d’Italie ou d’Espagne, mais aussi sur ceux du Paraguay, du Honduras ou de Bosnie. On pourrait aussi illustrer l’évolution par les congrès pénitentiaires internationaux qui, à partir des années 1870, ont constitué des plateformes institutionnelles pour l’échange de savoirs sur la réforme des prisons. Certes, ces événements furent dominés par les délégations européennes et américaines et se déroulèrent uniquement dans des capitales européennes et à Washington. Il n’en demeure pas moins que les représentants d’autres régions du monde, comme le Brésil, le Chili, l’Argentine, le Mexique, le Japon, la Chine, l’Inde ou encore la Turquie, prirent du poids au fil des ans. En outre, les actes des congrès montrent de façon exemplaire que les réformateurs européens et étasuniens disposaient d’informations étendues sur les systèmes pénitentiaires en Amérique latine ou en Asie. Si Ruggles-Brise fit de Londres le lieu du premier congrès d’après-guerre dans les années 1920, c’est notamment parce qu’il craignait que le réformateur britannique « ne se laisse distancer par le zèle et l’énergie de tous ceux qui travaillent sur le continent en Europe, aux États-Unis d’Amérique, dans nos propres dominions, en Extrême-Orient, en Inde, au Japon et en Chine, ainsi que dans d’autres pays, au profit de méthodes meilleures, plus humaines et plus instruites dans la résolution du grand problème de la criminalité » (Ruggles-Brise, 1924 : 4).

22La diversité des centres de développement des prisons et la multidirectionnalité du transfert de savoir ne peuvent occulter le fait que les savoirs, loin de circuler librement, se partageaient suivant des rapports de pouvoir dans lesquels espaces et acteurs s’agençaient différemment. Et toutes les évolutions locales du système carcéral n'eurent pas la même importance au niveau mondial. Par exemple, durant le long xixe siècle, on trouve peu de traces de transferts de connaissances ayant directement conduit à l’adoption en Europe ou aux États-Unis d’importantes techniques pénitentiaires développées en Amérique latine, en Asie ou en Afrique. Entre autres exceptions notables, on compte le mark system développé par Alexander Maconochie au début des années 1840 dans la colonie pénitentiaire britannique de l’île de Norfolk dans le Pacifique sud, et le ticket of leave introduit par les Britanniques dans leurs colonies australiennes à la fin du xviiie siècle. Les deux concepts furent transférés en Grande-Bretagne vers le milieu du xixe siècle pour être intégrés dans les pratiques en cours de développement d’un système pénitentiaire à plusieurs niveaux, puis bien au-delà. Des études empiriques pointues ont pu montrer que les discussions entre spécialistes des pays européens ont repris des idées provenant de systèmes pénitentiaires non européens ou américains, quand bien même elles n’auraient pas directement entraîné de changements dans la pratique carcérale – c’est le cas de l’Angleterre, par exemple, avec le concept d’incitation et de sanction s’appuyant sur le travail des détenus introduit par William Colebrook au début des années 1850 dans la colonie de la Barbade (Hirt, 2018 : 182-190).

23Les connaissances pénologiques n’ont pas été les seules à prévaloir dans la conception du système pénitentiaire. Au cours du long xixe siècle, les réponses à la question de savoir comment traiter correctement et efficacement les délinquants se sont de plus en plus fondées sur d’autres types de savoir, tels que la criminologie, l’approche médico-légale, les statistiques, la médecine ou l’anthropologie. Dans ces domaines, un nombre considérable de recherches est encore nécessaire pour aboutir à des conclusions fiables quant à la teneur, à l’orientation et à l’importance du transfert de connaissances transfrontalier. Il existe toutefois suffisamment d’indicateurs pour savoir qu’un tel élargissement de la perspective – en fin de compte inéluctable – amènera à reconsidérer à la hausse les transferts de connaissances des régions d’Amérique latine, d’Asie et d’Afrique dans le développement du système carcéral en Europe et aux États-Unis. On a déjà pu mettre en évidence le fait que cela valait aussi pour les connaissances techniques, par exemple dans les recherches historiques sur les procédures médico-légales d’identification des criminels (Cole, 2001 ; Rodríguez, 2004).

24Le concept analytique consistant à considérer le contexte mondial du développement de la prison moderne comme faisant partie d’un cadre de référence commun offre une approche centrée sur l’acteur. Il suit les regards, les lectures et les idées de ceux qui ont participé aux transformations du système pénitentiaire dans les endroits du monde les plus variés. Il permet de reconstruire et d’analyser le poids de toutes les idées et connaissances qui ont contribué à cette histoire entrelacée. Cette approche n’est ni plus ni moins eurocentriste que l’histoire de la prison moderne elle-même. Elle offre une vision claire et pertinente de l’essaimage mondial de cette institution, et permet d’expliquer pourquoi la forme de punition spécifique qu’est la prison s’est imposée à l’échelle mondiale. Les comparaisons et les transferts à longue distance au cours du long xixe siècle ne touchaient pas uniquement à l’édification du système carcéral ou au système carcéral en tant que tel ; ils offrent aussi et surtout à considérer ce que le système pénitentiaire a représenté dans le contexte international. La mondialisation a entraîné des rapprochements et des convergences dans le domaine de la punition, mais elle a également apporté des démarcations et des ruptures. Dans le discours partagé de la réforme, la civilisation a joué un rôle central. Au xixe siècle, les prisons comptaient parmi les symboles les plus importants de la modernité de l’État – tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. En développant leur système pénitentiaire, les nations cherchaient à accroître leur prestige – ou à légitimer leur « mission civilisatrice » dans les colonies – comme en témoigne le projet de casa de correção à Rio de Janeiro par l’Empire brésilien dans les années 1830 (Antunes Sant’Anna, 2010 : 20), ou la citation de Ruggles-Brise sur la position concurrentielle de la Grande-Bretagne dans l’effort mondial « pour des méthodes meilleures, plus humaines et plus instruites dans la résolution du grand problème de la criminalité » au milieu des années 1920.

25Traduit de l’allemand par Christophe Lucchese.

Haut de page

Bibliographie

Aguirre, Carlos, 2005, The Criminals of Lima and Their Worlds: The Prison Experience, 1850-1935, Durham, Duke University Press.

Antunes Sant’Anna, Marilene, 2010, A imaginação do castigo: discursos e práticas sobre a Casa de Correção do Rio de Janeiro, tese de doutorado, Universidade Federal do Rio de Janeiro.

Araújo, Carlos Eduardo Moreira de, 2009, Cárceres imperiais: A Casa de Correção do Rio de Janeiro. Sues detentos e o sistema prisional no Império, 1830-1861, tese de doutorado, Universidade Estadual de Campinas.

Arnold, David, 2007, « India: The contested prison », dans Frank Dikötter et Ian Brown (dir.), Cultures of Confinement: A History of the Prison in Africa, Asia and Latin America, Londres, Hurst, p. 147-184.

Basalla, George, 1967, « The spread of Western science », Science, n156, p. 611-622.

Bashford, Alison et Strange, Carolyn, 2003, « Isolation and exclusion in the modern world. An introductory essay », dans id. (dir.), Isolation. Places and Practices of Exclusion, Londres, Routledge, p. 1-19.

Beccaria, Cesare, 1834 [1764] , Dei delitti e delle pene. Nuova edizione diligentemente corretta, Livourne, Torchi di Glauco Masi.

Bello, Andrés, 1834, « Establecimientos de confinación para los delincuentes », dans Andrés Bello, 1885, Obras completas, vol. IX, Santiago du Chili, Pedro G. Ramírez, p. 43-56.

Bentham, Jeremy, 1787, « Panopticon; or, the inspection house », dans The Works of Jeremy Bentham, 1843, vol. 4, Édimbourg, William Tait, p. 37-172.

Bernault, Florence (dir.), 1999, Enfermement, prison et châtiments en Afrique du xixe siècle à nos jours, Paris, Karthala.

Bernault, Florence (dir.), 2003, A History of Prison and Confinement in Africa, Portsmouth, Heinemann.

Bernault, Florence, 2007, « The shadow of rule: Colonial power and modern punishment in Africa », dans Frank Dikötter et Ian Brown (dir.), Cultures of Confinement: A History of the Prison in Africa, Asia and Latin America, Londres, Hurst, p. 55-94.

Botsman, Daniel, 2005, Punishment and Power in the Making of Modern Japan, Princeton, Princeton University Press.

Cavieres, Eduardo, 1995, « Aislar el cuerpo y sanar el alma. El régimen penitenciario chileno, 1843-1928 », Ibero-Amerikanisches Archiv, vol. 21, no 3-4, p. 303-328.

Charme, Auguste, 1847, Notes soumises à la commission de l’examen de la prison cellulaire de Santiago, Santiago du Chili, 14 février, Archivo Nacional de Chile, Fondos Ministerio de Justicia, vol. 58.

Cole, Simon A., 2001, Suspect Identities: A History of Fingerprinting and Criminal Identification, Cambridge, Harvard University Press.

Crawford, William, 1834, Penitentiaries (United States). Report of William Crawford, Esq., on the Penitentiaries of the United States, Addressed to His Majesty’s Principal Secretary of State for the Home Department.

De la Sagra, D. Ramón, 1843, Atlas Carcelario ó colección de láminas de las principales cárceles de Europa y América, proyectos de construcción de carruages y objetos de uso frecuente en las prisiones, Madrid, Imprenta del Colegio nacional de sordo-mudos.

Della Porta, Donatella, 2008, « “1968”–Zwischennationale Diffusion und transnationale Strukturen. Eine Forschungsagenda », dans Ingrid Gilcher-Holtey (dir.), 1968. Vom Ereignis zum Mythos, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, p. 173-198.

Demetz, Frédéric-Auguste et Blouet, Abel, 1837, Rapports à M. le Comte de Montalivet sur les pénitenciers des États-Unis, Paris, Imprimerie royale.

Diallo, Mamadou Dian Cherif, 2005, Répression et enfermement en Guinée. Le pénitencier de Fotoba et la prison centrale de Conakry de 1900 à 1958, Paris, L’Harmattan.

Dikötter, Frank, 2007, « Introduction », dans Frank Dikötter et Ian Brown (dir.), Cultures of Confinement: A History of the Prison in Africa, Asia and Latin America, Londres, Hurst, p. 1-13.

Dikötter, Frank et Brown, Ian (dir.), 2007, Cultures of Confinement: A History of the Prison in Africa, Asia and Latin America, Londres, Hurst.

Elkins, Zachary et Simmons, Beth A., 2005, « On waves, clusters, and diffusion: A conceptual framework », Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. 598, no 1, p. 33-51.

England, R. W., 1978, « John Howard and his influence in America », dans John C. Freeman (dir.), Prisons Past and Future, Londres, Heinemann, p. 25-33.

« Equidad y justicia », 1818, El Argos de Chile, vol. 1, no 9, 23 juillet, p. 2-7.

Forsythe, William J., 1987, The Reform of Prisoners: 1830–1900, Londres, Croom Helm.

Foucault, Michel, 1976, Surveiller et punir. La naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Gibson, Mary, 2011, « Global perspectives on the birth of the prison », The American Historical Review, vol. 116, no 4, p. 1040-1063.

Hanway, Jonas, 1776, Solitude in Imprisonment, with Proper Profitable Labour and a Spare Diet. The Most Humane and Effectual Means of Bringing Malefactors, Who Have Forfeited Their Lives, or Are Subject to Transportation, to a Right Sense of Their Conditions, Londres, J. Bew.

Haviland, John, 1824, A Description of Haviland’s Design for the New Penitentiary, Now Erecting near Philadelphia, Accompanied with a Birds-Eye View, Philadelphie, Robert Desilver.

Hirt, Thomas, 2018, Das Colonial Office und das Gefängnis. Produktion und Transfer von Wissen über Strafe im Britischen Empire zwischen 1835 und 1896, dissertation, Universität Bern.

Howard, John, 1777, The State of the Prisons in England and Wales, with Preliminary Observations and an Account of Some Foreign Prisons, Warrington, William Eyres.

Howards practisches System auf die Gefängnisse in Philadelphia angewandt, zum Besten der Menschheit und als Beyspiel für andere Staaten. Aus dem Englischen übersetzt, 1797, Leipzig, Christian Gottlob Kilscher.

Hynd, Stacey, 2015, « “Insufficiently cruel” or “simply inefficient”? Discipline, punishment and reform in the Gold Coast prison system, c. 1850–1957 », dans Vivien Miller et James Campbell (dir.), Transnational Penal Cultures. New Perspectives on Discipline, Punishment and Desistance, Londres, Routledge, p. 19-35.

Jean, Martine, 2016, « “A storehouse of prisoners”: Rio de Janeiro’s correction house (casa de correção) and the birth of the penitentiary in Brazil, 1830-1906 », Atlantic Studies, vol. 14, no 2, p. 216-242.

Jebb, John, 1785, Thoughts on the Construction and Polity of Prisons with Hints for Their Improvement, Londres, J. Rackham.

Johnston, Norman Bruce, 2000, Forms of Constraint. A History of Prison Architecture, Urbana, University of Illinois Press.

Julius, Nikolaus Heinrich, 1837, Die amerikanischen Besserungssysteme, erörtert in einem Sendschreiben an Herrn W. Crawford, Leipzig, F. A. Brockhaus.

Lardizábal y Uribe, Manuel de, 1782, Discurso sobre las penas contrahido a las leyes criminales en España para facilitar su reforma, Madrid, Joachin Ibarra.

La Rochefoucauld-Liancourt, François Alexandre Frédéric de, 1796, Des prisons de la Philadelphie. Par un Européen, Philadelphie, Moreau de Saint-Méry.

León León, Marco Antonio, 2003, Encierro y corrección. La configuración de un sistema de prisiones en Chile (1800-1911), 3 vol., Santiago de Chile, Universidad Central de Chile.

Lownes, Caleb, 1794, An Account of the Alteration and Present State of the Penal Laws of Pennsylvania; Containing Also an Account of the Gaol and Penitentiary House of Philadelphia and the Interior Management Thereof, Lexington, J. Bradford.

McConville, Sean, 1998, « The Victorian prison: England, 1865–1965 », dans Norval Morris et David J. Rothman (dir.), The Oxford History of the Prison. The Practice of Punishment in Western Society, Oxford, Oxford University Press, p. 117-150.

Montesquieu, 1831 [1721], Lettres persanes, Paris [Amsterdam], P. Pourrat.

Morris, Norval et Rothman, David J., 1998, The Oxford History of the Prison: The Practice of Punishment in Western Society, Oxford, Oxford University Press.

Nunes Maia, Clarissa et al. (dir.), 2009, História das Prisões no Brasil, Rio de Janeiro, Rocco.

Offermann, Michael, 2018, Gefängnisse in der Kolonie, koloniale Gefängnisse. Eine Verflechtungsgeschichte der britisch-indischen Haftanstalten von den 1820er bis in die 1880er Jahre, dissertation, Universität Bern.

Osterhammel, Jürgen, 2009, Die Verwandlung der Welt. Eine Geschichte des 19. Jahrhunderts, Munich, C. H. Beck.

Paton, Diana, 2004, No Bond but the Law: Punishment, Race, and Gender in Jamaican State Formation, 1780–1870, Durham, Duke University Press.

Paton, Diana, 2011, « Revisiting no bond but the law », Small Axe, vol. 15, no 1, p. 176-186.

Paul, G. O., 1784, Considerations of the Defects of Prisons, and Their Present System or Regulation, Submitted to the Attention of the Gentlemen of the County of Gloster, in the Course of the Proceedings on a Plan of Reform, Londres, T. Cadell.

Riemer, Lars Hendrik, 2005, Das Netzwerk der “Gefängnisfreunde” (1830–1872). Karl Josef Anton Mittermaiers Briefwechsel mit europäischen Strafvollzugsexperten, Francfort-sur-le-Main, Vittorio Klostermann.

Rodríguez, Julia, 2004, « South-Atlantic crossings: Fingerprints, science and the state in turn-of-the-century Argentina », American Historical Review, vol. 109, n2, p. 387-416.

Roth, Mitchel P., 2006, Prisons and Prison Systems: A Global Encyclopedia, Westport, Greenwood Press.

Ruggles-Brise, Evelyn, 1924, Prison Reform at Home and Abroad. A Short History of the International Movement since the London Congress, Londres, Macmillan & Co.

Salvatore, Ricardo D., 1992, « Criminology, prison reform, and the Buenos Aires working class », Journal of Interdisciplinary History, vol. 23, no 2, p. 279-299.

Salvatore, Ricardo D. et Aguirre, Carlos (dir.), 1996, The Birth of the Penitentiary in Latin America: Essays on Criminology, Prison Reform, and Social Control, 1830-1940, Austin, University of Texas Press.

Scicluna, Sandra et Knepper, Paul, 2008, « Prisoners of the sun. The British empire and imprisonment in Malta in the early nineteenth century », British Journal of Criminology, vol. 48, p. 502-521.

Sherman, Taylor C., 2009, « Tensions of colonial punishment: Perspectives on recent developments in the study of coercive networks in Asia, Africa, and the Caribbean », History Compass, vol. 7, no 3, p. 659-677.

Tarde, Gabriel de, 1902 [1886], Criminalité comparée, Paris, Félix Alcan.

Teeters, Negley K., 1937, They Were in Prison. A History of the Pennsylvania Prison Society, 1787–1937, Philadelphie, The John C. Winston Company.

Thénault, Sylvie, 2012, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob.

The Society, established in Philadelphia, for Alleviating the Miseries of Public Prisons, 1790, Extracts and Remarks on the Subject of Punishment and Reformation of Criminals, Philadelphie, Zachariah Poulson.

Tocqueville, Alexis de et Beaumont, Gustave de, 1845 [1833], Système pénitentiaire aux États-Unis et de son application en France; suivi d’un appendice sur les colonies pénales, Paris, Librairie de Charles Gosselin.

Umemori, Naoyuki, 2002, Modernization through Colonial Mediations: The Establishment of the Police and Prison System in Meiji Japan, Ph.D. Thesis, University of Chicago.

Vaux, Richard, 1884, « The Pennsylvania prison system. A paper read before the American philosophical society, June 20, 1884 », Proceedings of the American Philosophical Society, vol. 21, no 116, p. 651-664.

Waite, Robert G., 1991, « From penitentiary to reformatory: Alexander Maconochie, Walter Crofton, Zebulon Brockway and the opening of the Elmira reformatory », Criminal Justice History, vol. 12, p. 85-106.

Walker, James Pattison, 1856, « Letter to James Melville, Secretary to Court of Directors [of the East India Company] », 30 April, dans Letterbook including diary of visits to prisons in Britain, Ireland and France Apr.–Nov. 1855 and memorandum on service in India relating to prison discipline and education and an account of the Indian Mutiny at Agra, 1855–1866, London Metropolitan Archives, H1/ST/MC/17/1.

White, William, 1788, « To John Howard, Philadelphia, January 14 », dans Roberts Vaux, 1826, Notices of the Original, and Successive Efforts, to Improve the Discipline of the Prison at Philadelphia, and to Reform the Criminal Code of Pennsylvania: With a Few Observations on the Penitentiary System, Philadelphia, Kimber & Sharpless, p. 24-25.

Zinoman, Peter, 2001, The Colonial Bastille: A History of Imprisonment in Vietnam, 1862–1940, Berkeley, University of California Press.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Bernault (1999), Bernault (2003), Diallo (2005), Hynd (2015), Paton (2004), Sherman (2009), Zinoman (2001) ; pour une perspective un peu plus ouverte qui se concentre cependant moins sur la prison que sur l’institution coloniale de l’internement, voir Thénault (2012).

2 Voir notamment Salvatore et Aguirre (1996), Salvatore (1992), Cavieres (1995), León León (2003), Nunes Maia et al. (2009), Aguirre (2005).

3 La contribution de Waite (1991) adopte par endroits une perspective un peu plus large.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stephan Scheuzger, « Contre une vision diffusionniste de la « naissance de la prison » », Socio, 14 | 2020, 55-75.

Référence électronique

Stephan Scheuzger, « Contre une vision diffusionniste de la « naissance de la prison » », Socio [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 19 novembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio/10506 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.10506

Haut de page

Auteur

Stephan Scheuzger

Stephan Scheuzger est maître de recherches à l’Institut de Liechtenstein au Liechtenstein et privat-docent à l’École polytechnique fédérale de Zurich. Ses recherches se situent dans le champ de l’histoire mondiale. Il travaille actuellement à un projet d’histoire mondiale de la prison durant le « long » xixe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search