Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14DossierPrison, genre et féminismes, du N...

Dossier

Prison, genre et féminismes, du Nord aux Amériques : des sentiers battus aux sentiers à défricher

Prison, gender and feminisms, from North to the Americas: From the beaten track to paths to be cleared
Chloé Constant
p. 109-124

Résumés

Cet article propose d’examiner les apports théoriques et épistémologiques des féminismes du Nord et des Suds aux études sur la prison et le genre. Il y a près de cinquante ans, les scientifiques françaises et étasuniennes ont posé des regards critiques et novateurs sur la prison comme champ d’étude ; or, la richesse de leurs apports ne rendait compte que de leurs propres contextes. C’est ainsi que divers courants féministes étasuniens et latino-américains se positionnèrent face au féminisme hégémonique blanc et ouvrirent de nouvelles pistes de recherche pour étudier la relation entre genre et prison, et approfondir ce champ de connaissance dans leurs contextes particuliers.

Haut de page

Texte intégral

1Pour prendre de l’avance sur notre temps, nous devons centrer notre imagination sur notre réalité concrète et en même temps imaginer des possibilités au-delà.

2bell hooks

  • 1 J’exclus volontairement les Caraïbes par méconnaissance des travaux sur la région.

3La littérature sur la prison comprise au prisme du genre est aujourd’hui abondante, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Les féminismes des années 1970 ont marqué un tournant dans le domaine des études sur la prison, mettant l’accent sur la nécessité de produire des connaissances sur les femmes et à partir du genre, lequel fait alors l’objet d’une production théorique et conceptuelle nouvelle et considérable. Par la suite, à partir des années 1990, avec le développement de concepts au moins aussi novateurs et importants que ceux qui avaient vu le jour deux décennies plus tôt, les études de genre ont permis d’approfondir le champ des études sur la prison à partir de l’intersection genre-classe-race. L’Europe et les États-Unis ont alors constitué deux foyers fondamentaux pour l’essor des études sur la prison et le genre. En Amérique latine1, et notamment au Mexique, ce n’est qu’au milieu des années 1990 qu’apparaissent les premiers travaux sur les femmes incarcérées et l’analyse de la prison à partir du genre ne connaît de développement consistant qu’à partir des années 2000. Plus qu’un état de l’art, exercice qui s’avérerait répétitif, cet article vise à rendre compte du chemin parcouru par les féminismes au cours des cinq dernières décennies entre le Nord (notamment la France) et les Amériques (notamment le Mexique), en termes théoriques et épistémologiques, afin de tracer les grandes lignes de l’archéologie de la prison en lien avec le genre. En termes foucaldiens, il s’agit de comprendre l’histoire des idées autour d’un thème à partir de l’examen de la complexité de relations discursives et d’une série de ruptures (Foucault, 2015). Finalement, un regard particulier pour les épistémologies féministes noires, postcoloniales et transféministes, ainsi qu’une attention singulière aux études du corps permettent de dessiner quelques pistes pour le développement du champ d’étude genre et prison, aujourd’hui encore relativement peu exploré en Amérique latine.

Femmes et prison

Le tournant des années 1970 : introduction au genre

4Aux États-Unis, l’école de Chicago avait ouvert au début du xxe siècle le champ des études sociologiques sur la criminalité et la délinquance juvéniles (Trasher, 1927, 1933 ; Shaw et McKay, 1969). En 1961, Goffman publia son ouvrage Asylums: Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates et en 1975 parut Surveiller et punir. Naissance de la prison de Michel Foucault. La prison comme champ d’étude était alors dominée par des perspectives androcentrées. En France, Faugeron et Poggi (1975) sont les pionnières qui ouvrent la voie de la sociologie sur l’incarcération des femmes. Leurs travaux marquent le début d’un virage dans les études carcérales et criminologiques, car la prison est désormais analysée dans une perspective non seulement sociologique mais également féminine.

5Le fait que ces deux femmes mettent en avant la nécessité de produire des connaissances sur les femmes en prison a sans doute tout à voir avec le contexte social de l’époque. En effet, la deuxième vague du féminisme s’était imposée sur les scènes sociales et politiques d’une majeure partie de l’Europe, des États-Unis et de l’Amérique latine. Or, le féminisme avait aussi largement gagné le monde scientifique. Parmi les principales théoriciennes de cette époque, c’est-à-dire de la fin des années 1960 et des années 1970, on peut notamment citer Christine Delphy, Monique Wittig, Colette Guillaumin et Nicole-Claude Mathieu, fondatrices du féminisme matérialiste français dont les travaux demeurent aujourd’hui encore largement étudiés et cités par les grands noms du féminisme, en France (Falquet, 2016) et en Amérique latine (Curiel et Falquet, 2005). Le féminisme matérialiste propose d’analyser l’oppression des femmes à partir du binôme patriarcat-capitalisme. Il s’agit d’un courant d’inspiration marxiste, mais qui critique la division sexuelle du travail et, plus largement, souligne les inégalités de la distribution des ressources. Ce cadre analytique influencera longtemps les analyses sur les femmes en prison.

6De manière générale, les travaux féministes parus durant la seconde moitié des années 1970 ont mis en évidence l’importance de produire des connaissances à partir du genre. Celui-ci est alors défini comme une relation sociale entre les sexes qui implique non seulement une hiérarchie mais également la production et l’imposition de normes (Oakley, 1972 ; Rubin, 1975 ; Scott, 1986). En ce sens, le genre constitue un « ensemble d’effets produits sur les corps, les comportements et les relations sociales » (De Lauretis, 1989 : 8), un système social de pouvoir qui s’entrecroise avec d’autres facteurs comme la race, l’ethnie, la classe, la capacité, l’âge, entre autres, ce qui fut théorisé comme l’intersectionnalité par Crenshaw (1989). Les relations de genre doivent être considérées à une époque et dans une société données – c’est-à-dire qu’elles se transforment selon le lieu et dans le temps –, pour comprendre comment elles influent de manière systématique sur la division sexuelle du travail, la répartition des richesses, l’accès aux services comme l’éducation, la santé, etc. Il s’agit de relations sociales intimement imbriquées avec la notion de pouvoir. Celle-ci deviendra centrale dans les études de genre, je reviendrai dessus par la suite.

Criminologie féministe

7La criminologie critique apparue dans les années 1970 ouvrit la voie à des processus réflexifs autour du choix des sujets de recherche et de leurs auteurs, et invita à des positions novatrices en termes épistémologiques et politiques. Ainsi la criminologie critique se revendique-t-elle comme une prise de position face aux systèmes sociopolitiques qui criminalisent et emprisonnent, mais la discipline ne considère pas nécessairement le facteur genre pour autant. Ce « décapage » (Bertrand, 1986 : 106) est entrepris par les criminologues américaines, françaises, québécoises et britanniques.

8La criminologie critique féministe se développe également dans les années 1970 et permet d’approfondir les premières réflexions de la criminologie critique. Elle met en évidence le positivisme qui guide la discipline depuis ses origines, ainsi que la façon dont celle-ci permet la préservation d’un statu quo en matière de contrôle social et de domination des femmes. Aussi permet-elle de rompre avec l’accaparation de la production criminologique par les hommes et les biais qui en découlent. En effet, comme le souligne Parent (1992), le travail des féministes ne consiste pas seulement à intégrer la problématique des femmes à la justice pénale, mais également à construire un savoir criminologique qui provienne de l’univers social des femmes. Et ce au prisme des cadres historiques, structurels et culturels dévoilés par le genre. Il s’agit finalement de comprendre la criminalité des femmes non plus à partir de caractéristiques biologiques ni psychologiques, comme le faisait la criminologie traditionnelle, mais à partir d’un ensemble de facteurs sociaux, politiques et économiques, afin de mettre en valeur le fait que les comportements des femmes qui enfreignent la loi sont punissables, et punis, sur la base de relations de pouvoir de sociétés sexistes, racistes et classistes, dans un contexte patriarcal et capitaliste (Parent, 1992 : 76-78). Le caractère définitivement partiel et androcentré de la criminologie n’en devint que plus évident.

Études de genre, pouvoir et corps : ouverture de champs

  • 2 La perspective de genre est une vision scientifique, analytique, critique et politique qui permet (...)

9Après deux décennies de visibilisation des problématiques spécifiques aux femmes, dans les années 1990 se produit un virage avec l’émergence de la troisième vague du féminisme et des études de genre. Entre autres éléments, les concepts d’intersectionnalité et d’identité deviennent alors centraux pour comprendre le genre. Ainsi, la perspective de genre et les études de genre2 permettent de générer des travaux sur les prisons depuis de nouvelles perspectives, qui comprennent notamment l’intersectionnalité mais analysent également le système carcéral dans des contextes géographiques, sociétaux et historiques particuliers, et ce en miroir des tendances globales d’alors. D’un côté, les études sur les prisons effectuées au prisme du genre offrent un regard singulier sur le phénomène de l’incarcération massive et permettent de lier les caractéristiques individuelles socio-économiques, raciales et genrées au contexte global de crise économique, de guerre contre le narcotrafic, de féminisation et de racialisation de la pauvreté. Cette perspective se reflète par exemple dans les travaux de Cardi en France (2006), Allspach au Canada (2010), Cherukuri, Britton et Subramaniam en Inde (2009), Cunha au Portugal (2005) ou encore Campos au Pérou (2014). D’un autre côté, la perspective de genre et les études de genre élargissent le panorama des études sur les prisons et ouvrent le champ à l’examen de thématiques comme la sexualité, comprise comme élément fondateur des identités (Schifter, 1997 ; Parrini, 2007 ; Joël, 2017 ; Romero, 2017).

10Dès le départ, les efforts théoriques et analytiques au sujet du genre se sont concentrés sur les relations inégales entre les sexes et sur le pouvoir comme élément central des relations sociales. Foucault (1976) avait déjà mis l’accent sur la nécessité de considérer les mécanismes de pouvoir dans une société et un moment déterminés. Le philosophe insista également sur le fait que le pouvoir revêt diverses formes, produit des normes et des vérités, et traverse les sujets et les corps. Ainsi, même si l’auteur omet totalement le genre dans ses multiples travaux sur le pouvoir, ce qui a été dénoncé par plusieurs féministes (voir notamment De Lauretis, 1989 ; Néron, 1995), ce concept a été amplement repris et repensé par les féminismes.

11Dans les travaux foucaldiens, ce sont le pouvoir, le corps mais aussi la subjectivité (1988) qui occupent une place centrale. Cette dernière notion a également été singulièrement conceptualisée et resignifiée par le féminisme depuis les années 1990 (De Lauretis, 1992 ; Braidotti, 2015). Quant au corps, à la même époque, il a été pensé et théorisé dans une perspective anthropologique comme une intersection du physique, du psychologique et du social (Csordas, 1990) et a fait l’objet de nombreux travaux philosophiques, sociologiques, anthropologiques et historiques. Or, le champ des études du corps a été largement développé par les féminismes. Le corporel est compris comme un processus matériel d’interaction sociale qui place le sujet au cœur des études et confère une place majeure aux expériences et à la subjectivité (De Lauretis, 1992). Les sujets sont alors reconnus comme agents de discours, un nouvel élément central aux épistémologies féministes (Harding, 1998 [1987] ; Haraway, 1995). Ainsi, parler de corps à partir des expériences, c’est parler de corporalités, dès lors reconnues comme constitutives de l’ensemble des pratiques sociales, et notamment du pouvoir. Ces nouvelles perspectives, focalisées sur les sujets-agents (pas exclusivement agents en termes d’agency mais aussi, et surtout, agents de connaissance), permettent d’approfondir des champs thématiques liés à la prison, au pouvoir et au genre, tels que la sexualité, les identités et la violence (Salinas Boldo, 2016 ; Constant, 2018). Aussi les sciences sociales féministes mettent-elles peu à peu l’accent sur les affects, avec un regard renouvelé sur les émotions, thèmes qui trouvent progressivement leur place dans les études carcérales (Vargas, 2019). Ces champs de connaissance cherchent à construire de nouvelles formes de vie, afin de contrecarrer les ravages du système patriarcal capitaliste, et trouvent un essor particulier en Amérique latine.

Les perspectives des féminismes américains sur l’incarcération genrée

Féminisme noir et féminisme postcolonial

12La contextualisation historique, sociale et culturelle de la recherche a non seulement mis en échec le positivisme, mais a également permis de mettre en évidence la manière dont les sciences sociales produites au Nord prétendaient – et prétendent encore, bien souvent – appliquer leurs modèles analytiques au reste du monde. En parallèle de certains courants théoriques et épistémologiques comme les cultural studies, nées dans les années 1960, la critique de la prétention scientifique universaliste a été formulée par certains courants féministes et notamment le féminisme noir et le féminisme postcolonial. Ceux-ci dénoncent le féminisme hégémonique blanc qui, depuis les années 1970, reproduit une domination classiste et raciste sous couvert de discours de « libération » et d’« émancipation » de toutes les femmes du monde, occultant la voix des femmes pauvres et racialisées, et gommant ainsi la diversité des expériences et des formes de vivre et de penser le monde (Mohanty, 1984). La situation s’apparente à ce que l’anthropologue Maldonado Ramírez (2017) nomme des « actes de ventriloquie » : qui parle pour qui ou au lieu de qui. En résumé, le féminisme blanc prétend parler au nom de toutes les femmes du monde ; il perpétue ainsi les modèles colonialistes et universalise les réalités et les subjectivités (hooks et al., 2004 ; Carby, 2012 [1982]). En parallèle, le féminisme noir insiste sur le fait que « le processus même de considérer les positions historiques et contemporaines des femmes noires questionne, en soi, l’usage de certaines catégories et affirmations centrales de la pensée féministe dominante récente », comme la famille, le patriarcat et la reproduction (Carby, 2012 : 211-213). Ces prises de position engendrent de nouvelles perspectives sur le genre et l’intersectionnalité, entre autres catégories, et ce de manière complexe (Davis, 2017 : 19). Elles montrent par exemple que le féminisme blanc considère la famille comme une structure d’oppression, en oubliant que la famille noire a représenté très tôt une source de résistance à l’oppression raciste (Carby, 2012).

Comprendre la prison au prisme de l’intersectionnalité

  • 3 « Le féminisme sera antiraciste ou ne sera pas » est le titre d’une conférence qu’Angela Davis don (...)
  • 4 En Amérique latine, différents courants féministes sont particulièrement présents : on peut notamm (...)

13Angela Davis est sans doute la féministe qui a le plus influencé notre manière de comprendre le carcéral au prisme du genre et de la race. À partir de sa trajectoire militante aux États-Unis, en tant que femme politisée, racialisée et ayant elle-même été incarcérée, elle a analysé les liens entre les contextes social, politique et historique et le système carcéral (Davis, 2000, 2003, 2010), et est devenue l’une des figures majeures de l’abolitionnisme pénal. Ses travaux mettent en évidence le besoin d’examiner les femmes incarcérées sous l’angle de l’intersection du genre, de la classe et de la race dans un contexte donné : le contexte néolibéral, qui exclut de la sphère sociale certaines catégories de population par l’incarcération, et produit ainsi des corps utiles au système de production capitaliste, sexiste et raciste. Elle démontre notamment que le genre structure le système carcéral et que les femmes, dans les prisons, subissent des formes de violence similaires à celles qu’elles connaissaient dans leurs relations domestiques et intimes (Davis, 2010). Ses cadres analytiques servent à la compréhension du contexte latino-américain, dont les systèmes politiques, sociaux et économiques reproduisent les logiques genrées implacables et violentes du Nord (Núñez Rebolledo, 2019). Mais qu’en est-il en termes culturels ? Le féminisme antiraciste3 que défend Davis constitue certainement une piste à explorer par les différents courants féministes latino-américains4 afin d'approfondir notre connaissance de l’usage de la prison envers les femmes. Voyons quels ont été les chemins parcourus jusqu’à aujourd’hui.

Femmes en prison : études mexicaines

  • 5 En bref, il est important de mentionner que le premier « Congrès féministe de Yucatán » fut organi (...)

14Dans les lignes qui suivent, je me pencherai en particulier sur le cas du Mexique car c’est dans ce pays qu’apparurent les premiers travaux sur les femmes en prison. De plus, depuis les années 1970, il constitue un important foyer scientifique féministe pour la région5. Dans les années 1990, l’anthropologue Azaola a commencé à travailler sur les femmes incarcérées sur tout le territoire de la République mexicaine. Ses travaux sont pionniers (1996) dans le sens où ils ont permis de rendre visible cette catégorie de la population carcérale, une première à l'échelle nationale et régionale. Ses analyses dénoncent de multiples inégalités et problématiques liées aux femmes en prison et sont ancrées dans une perspective de genre étroitement liée à la formulation de politiques publiques.

15À la même époque, Makowski ouvre le champ de la construction d’identités et des subjectivités des femmes détenues et de leurs pratiques de résistance (1994, 2010). Inspirée par la théorie de Mead, elle explore ce qu’elle définit comme les « identités fluctuantes » des femmes en prison (Makowski, 1996 : 59). La variété et la variabilité des identités relevées par cette sociologue permettent de comprendre la complexité des résistances silencieuses et/ou visibles des femmes en prison. L’autrice démontre également comment le genre et les identités façonnent ces résistances, qui prennent des formes différentes de celles rencontrées dans les prisons pour hommes. Ainsi, parmi les femmes détenues, « la plainte est un recours de canalisation du mal-être provoqué par la violence et l’oppression, une sorte de forme métaphorique de résistance qui exprime un état de soumission et, à la fois, la difficulté d’agir sur celui-ci et de le transformer » (ibid. : 126). Or, si les plaintes confirment un statu quo, Makowski souligne qu’elles sont aussi un facteur de perturbation de l’ordre institutionnel car les autorités ne savent affronter que les formes masculines de résistance (mutinerie, etc.) ; de plus, les plaintes permettent l’émergence d’un jugement critique et la mobilisation de formes d’action non plus individuelles mais collectives, qui peuvent aboutir à la formation de réseaux de soutien (ibid.). En bref, les travaux de Makowski sont novateurs pour l’époque ; il convient toutefois de souligner qu’ils sont effectués à un moment où les études de genre ne sont encore que peu développées. Cela peut expliquer pourquoi l’autrice ne fait que peu référence aux rares travaux déjà publiés sur les identités et la subjectivité, par exemple.

  • 6 Sans entrer dans les détails, il convient de préciser que Morelos est l’un des États mexicains les (...)
  • 7 Certains récits rendent compte de chefs d’accusation construits de toutes pièces et de la figure d (...)

16Une décennie plus tard, Hernández commence un travail de longue haleine avec les femmes indigènes paysannes incarcérées dans une prison de l’État de Morelos6. Écrit à partir d’un travail collectif réalisé d’après une méthodologie clairement féministe, l’ouvrage Bajo la sombra del guamúchil (Hernández Castillo, 2015) réunit des textes à deux voix pour restituer la parole des femmes qui ne savent pas écrire. Il donne à connaître la violence et l’injustice que vivent les femmes en prison, deux phénomènes analysés en regard de la violence structurelle, et particulièrement la violence de genre, qui traverse le pays. Dans une perspective intersectionnelle, il montre également que les femmes vivent une violence systématique non seulement du fait de leur condition de femmes, mais aussi de femmes pauvres, indigènes et illettrées. Aussi leurs trajectoires sont-elles marquées par une condition féminine comprise comme un problème, comme une position historique subordonnée qui se réaffirme au quotidien. En définitive, malgré des expériences carcérales profondément injustes7, les récits montrent que la prison est devenue pour ces femmes un espace de réflexion, d’exploration et de connaissance de soi, et aussi un lieu d’apprentissage, un espace sûr en miroir d’histoires de vie marquées par la pauvreté et la marginalité.

17Dans les années qui suivent la parution de l’ouvrage d'Hernández Castillo, Salinas Boldo effectue un travail avec les femmes incarcérées dans une prison de l’État de Campeche. Elle recourt également à une méthodologie féministe et montre notamment comment le principe de resocialisation du système carcéral patriarcal se centre sur l’individu et ignore leur origine sociale. Ainsi, l’institution ne fait que reproduire et approfondir des inégalités sociales marquées par le genre, ce qui implique des conséquences bien plus graves pour les femmes que pour les hommes, particulièrement en Amérique latine où les inégalités intersectionnelles sont plus marquées que dans d’autres régions du monde (Salinas Boldo, 2014). Enfin, l’autrice donne à connaître les expériences des femmes en prison, « au-delà de la prison et du stigmate » (id., 2016 : 372), afin de souligner que, dans les histoires de vie de ces femmes, le délit n’est pas la cause, mais la conséquence de la violence qui affecte ces femmes (Salinas Boldo, 2016).

18L’ensemble des travaux que j’ai choisi de résumer ici contiennent une importante perspective critique, tout comme ceux de certaines féministes mexicaines sur les systèmes judiciaires et pénaux (Núñez Rebolledo, 2018, 2019 ; Saavedra, 2018). Or, force est de constater qu’ils demeurent plus rares que dans d’autres régions du monde, comme en France, par exemple.

Genre et prison au Mexique : identités, corps et sexualités

19Malgré leur petit nombre, il est important de souligner que les études sur la prison comprise au prisme du genre ont donné lieu à d’autres travaux qui se penchent sur des champs conceptuels et thématiques ouverts par les études de genre. À partir d’un travail ethnographique d’une finesse particulière, Parrini a examiné les subjectivités, les désirs, la performativité et les masculinités dans une prison pour hommes de Mexico. L’ouvrage qui découle de ce travail (Parrini, 2007) est devenu une référence pour qui prétend effectuer un travail de recherche dans les prisons pour hommes de la ville. Il y décrit notamment l’ordre carcéral, à partir du concept foucaldien de dispositif, en présentant les détails d’une hiérarchie organisée autour de plusieurs éléments tels que le genre, la classe et les identités sexuelles. Ainsi, dans la prison étudiée, l’organisation de l’espace, du temps et la répartition du pouvoir se trouvent intimement liées à l’organisation et à la gestion des corps sexués, des désirs et des plaisirs.

20Dans une perspective similaire, Romero a analysé les hiérarchies établies à partir des trois types de masculinité en présence dans une prison de l’État de Mexico : les masculinités dominantes, complices et subordonnées (Romero, 2016). Elle montre que les tensions permanentes entre les détenus, divisés ou regroupés selon cette hiérarchie, correspondent à la lutte pour le contrôle du territoire carcéral, et ce dans le contexte particulier d’un État et d’un pays ravagés par la lutte contre la drogue, le machisme et la violence, qui influencent de manière significative les ressources, les corps et les pratiques des personnes détenues. Sa thèse doctorale examine en détail l’organisation de la sexualité et des désirs de ces hommes, dans le contexte mexicain et urbain contemporain (Romero, 2017).

21En bref, les études de genre ont permis d’examiner des champs thématiques comme les masculinités et la sexualité ; elles ont également permis de produire des connaissances sur des catégories très peu visibles de la population carcérale, comme les femmes trans*. Il s’agit d’un champ que j’ai moi-même défriché au cours des cinq dernières années, au travers d’analyses foucaldiennes et féministes qui se centrent notamment sur la matérialisation de la violence de genre en milieu carcéral (Constant, 2018), et sur ce que j’ai tenté de théoriser comme le « dispositif carcéral de la sexualité » (id., 2020) : un dispositif qui émane de la singulière imbrication du dispositif foucaldien de la sexualité et des normes propres de l’espace carcéral, lesquelles proviennent des pouvoirs du crime organisé et de l’organisation des hiérarchies carcérales, compris dans un cadre hétéropatriarcal.

Produire des savoirs situés : quelques défis à relever

22Le recours aux épistémologies féministes des Suds pour approfondir notre connaissance de la prison et du genre à notre époque et dans nos contextes spécifiques apparaît, à mon sens, comme un défi qui n’a été que partiellement relevé. Mettre au centre de nos recherches la race et la sexualité, comprise comme un champ intimement lié à la production de modèles normatifs et qui permet de comprendre des phénomènes tels que la violence de genre, les identités et les pratiques corporelles, me semble constituer une piste riche pour développer un champ encore peu exploré en Amérique latine. Par ailleurs, les études du corps me semblent apporter des outils théoriques et méthodologiques qui convergent avec les épistémologies et les méthodologies féministes sur les expériences, les subjectivités et les savoirs situés (Haraway, 1995 ; De Lauretis, 1992 ; Blázquez Graf et Castañeda Salgado, 2016). Par le biais de méthodes transdisciplinaires, ce champ d’étude permettrait d’explorer et d’approfondir les analyses liées aux désirs, aux affects, aux émotions, entre autres. De même, il nous permettrait d’alimenter les critiques de la rationalité et de construire des connaissances postcartésiennes qui rendent possibles d’autres formes de de compréhension du monde que celles qu’a construites et imposées l’Europe moderne (Le Breton, 1990). Enfin, recourir au transféminisme permet de penser des transformations radicales de nos systèmes et de nouvelles formes d’être au monde qui rendent possibles de nouveaux schémas de relations sociales exemptes de violence (Valencia Triana, 2014 ; Solá et Urko, 2014). Ce sont là quelques pistes – et il en existe sans doute d’autres – qui pourraient non seulement être novatrices mais également très enrichissantes pour la production de savoirs sur la prison et le genre, depuis les Suds.

Haut de page

Bibliographie

Allspach, Anke, 2010, « Landscapes of (neo-)liberal control: the transcarceral spaces of federally sentenced women in Canada », Gender, Place & Culture, vol. 17, no 6, p. 705-723.

Azaola Garrido, Elena et Yacamán, Cristina José, 1996, Las mujeres olvidadas: un estudio sobre la situación actual de las cárceles de mujeres en la República Mexicana, México, El Colegio de Mexico, Programa Interdisciplinario de Estudios de la Mujer.

Bertrand, Marie-Andrée, 1986), « Perspectives traditionnelles et perspectives critiques en criminologie », Criminologie, vol. 19, no 1, p. 97-111.

Blázquez Graf, Norma et Castañeda Salgado, Martha Patricia (coord.), 2016, Lecturas críticas en investigación feminista, Mexico, CEIICH-UNAM.

Braidotti, Rosi, 2015, Feminismo, diferencia sexual y subjetividad nómade, Barcelone, Gedisa.

Campos, Stephanie, 2014, « “Extranjeras”: Citizenship and women serving drug trafficking sentences in the Santa Monica prison », Bulletin de l’Institut français d’études andines, vol. 43, no 1, p. 75-91.

Carby, Hazel, 2012 [1982], « ¡Mujeres blancas ¡escuchad! El feminismo negro y los límites de la hermandad femenina », dans Mercedes Jabardo (dir.), Feminismos negros. Una antología, Madrid, Traficantes de sueños, p. 209-243 : <https://www.traficantes.net/sites/default/files/pdfs/Feminismos%20negros-TdS.pdf>.

Cardi, Coline, 2006, « Trajectoires de femmes incarcérées. Prison, ordre social et ordre sexué », Les Cahiers de la Sécurité, no 60, p. 41-68.

Cherukuri, Suvarna, Britton, Dana M. et Subramaniam, Mangala, 2009, « Between life and death: Women in an Indian state prison », Feminist Criminology, vol. 4, no 3, p. 252-274.

Constant, Chloé, 2018, « La materialización del poder hacia corporalidades trans* en un reclusorio varonil: análisis de la violencia sexual y la violencia lingüística », dans Caroline Perrée et Ileana Diéguez (dir.), Cuerpos memorables, Mexico, CEMCA, p. 53-69.

Constant, Chloé, 2020, « The dispositif of prison sexuality: Transphobic violence in a Mexican male prison», Journal of Criminological Research, Policy and Practice, vol. 6, no 3, p. 231-241.

Crenshaw, Kimberlé, 1989, « Demarginalizing the intersection of race and sex: A Black feminist critique of antidiscrimination doctrine, feminist theory and antiracist politics », University of Chicago Legal Forum, vol. 139, no 1, p. 139-167.

Csordas, Thomas J., 1990, « Embodiment as a paradigm for anthropology », Ethos, vol. 18, no 1, p. 5-47.

Cunha, Manuela, 2005, « From neighborhood to prison. Women and the war on drugs in Portugal », dans Julia Sudbury (dir.), Global Lockdown. Race, Gender, and Prison-Industrial Complex, New York, Routledge, p. 155-165.

Curiel, Ochy et Falquet, Jules (comp.), 2005, El patriarcado al desnudo. Tres feministas materialistas: Colette Guillaumin, Paola Tabet, Nicole-Claude Mathieu, Buenos Aires, Brecha Lésbica.

Davis, Angela Y., 2000, Prison-Industrial-Complex, San Francisco, Ak Press.

Davis, Angela Y., 2003, Are Prisons Obsolete?, New York, Seven Stories Press.

Davis, Angela Y., 2010, Abolition Democracy: Beyond Empire, Prisons, and Torture, ReadHowYouWant.

Davis, Angela Y., 2017, La libertad es una batalla constante. Ferguson, Palestina y los cimientos de un movimiento, Madrid, Capitán Swing.

De Lauretis, Teresa, 1989, Technologies of Gender. Essays on Theory, Film and Fiction, Londres, Macmillan Press.

De Lauretis, Teresa, 1992, Alicia ya no. Feminismo, semiótica, cine, Madrid, Cátedra.

Falquet, Jules, 2016, « La combinatoire straight. Race, classe, sexe et économie politique : analyses matérialistes et décoloniales », Cahiers du genre, no 3, HS no 4, p. 73-96.

Faugeron, Claude et Poggi, Dominique, 1975, « Les femmes, les infractions, la justice pénale : une analyse d’attitudes », Revue de l’Institut de sociologie, vol. 3, no 4, p. 369-385.

Foucault, Michel, 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Foucault, Michel, 1976, Histoire de la sexualité I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Foucault, Michel, 1988, « El sujeto y el poder », Revista Mexicana de Sociología, vol. 50, no 3, p. 3-20.

Foucault, Michel, 2015, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Goffman, Erving, 1961, Asylums: Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, Chicago, Aldine.

Haraway, Donna, 1995, Ciencia, cyborg y mujeres: La reinvención de la naturaleza, Madrid, Cátedra.

Harding, 1998 [1987], « ¿Existe un método feminista? », dans Eli Bartra (comp.), Debates en torno a una metodología feminista, Mexico, UAM Xochimilco, PUEG-UNAM, p. 9-34.

Hernández Castillo, Rosalva Aída, 2013, « Femmes autochtones détenues et criminalisation de la pauvreté au Mexique », Recherches amérindiennes au Québec, vol. XLIII, no 2-3, p. 21-30.

Hernández Castillo, Rosalva Aída, 2015, Bajo la sombra del guamúchil: historias de vida de mujeres indígenas y campesinas en prisión, Mexico, IWGIA, Colectiva Editorial Hermanas en la Sombra, CIESAS, IMRyT.

hooks, bell, 2004, « Mujeres negras. Dar forma a la teoría feminista », dans Bell Hooks, Avtar Brah, Chela Sandoval, Gloria Anzaldúa, Aurora Levins Morales, Kum-Kum Bhavnani, Margaret Coulson, M. Jacqui Alexander et Chandra Talpade Mohanty, Otras Inapropiables. Feminismos desde las fronteras, Madrid, Traficantes de Sueños, p. 33-50.

hooks, bell, 2017, El feminismo es para todo el mundo, Madrid, Traficantes de Sueños.

hooks, bell, Brah, Avtar, Sandoval, Chela, Anzaldúa, Gloria, Levins Morales, Aurora, Bhavnani, Kum-Kum, Coulson, Margaret, Alexander, M. Jacqui et Talpade Mohanty, Chandra, 2004, Otras Inapropiables. Feminismos desde las fronteras, Madrid, Traficantes de Sueños.

Joël, Myriam, 2017, La sexualité en prison de femmes, Paris, Sciences Po.

Le Breton, David, 1990, Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF.

Makowski Muchnik, Sara, 1994, Las flores del mal. Identidad y resistencia en cárceles de mujeres, mémoire de master, Mrxico, FLACSO.

Makowski Muchnik, Sara, 1996, « Identidad y subjetividad en cárceles de mujeres », Estudios Sociológicos, vol. 14, no 40, p. 53-73.

Makowski Muchnik, Sara, 2010, Las flores del mal. Identidad y resistencia en cárceles de mujeres, Mexico, UAM-Xochimilco.

Maldonado Ramírez, Jhonatthan, 2017, « ¿Quién habla por? La semiótica de representación capacitista », Graffylia, no 25, p. 141-151.

Mohanty, Chandra T., 1984, « Under wester eyes: Feminist scholarship and colonial discourses », Boundary, vol. 2, no 3, p. 333-358.

Néron, Josée, 1995, « Foucault, l’histoire de la sexualité et la condition des femmes dans l’Antiquité », Les Cahiers de droit, vol. 36, no 1, p. 245-291.

Núñez Rebolledo, Lucía, 2018, El género en la ley penal: crítica feminista de la ilusión punitiva, Mexico, CIEG-UNAM.

Núñez Rebolledo, Lucía, 2019, « El giro punitivo, neoliberalismo, feminismos y violencia de género », Política y Cultura, no 51, p. 55-81.

Oakley, Ann, 1972, Sex, Gender and Society, Londres, Temple Smith.

Parent, Colette, 1992, « La contribution féministe à l’étude de la déviance en criminologie », Criminologie, vol. 25, no 2, p. 73-91.

Parrini, Rodrigo, 2007, Panópticos y laberintos. Subjetivación, deseo y corporalidad en una cárcel de hombres, Mexico, El Colegio de México.

Romero, Velvet, 2016, « De mamás, chequeras y borregas: la construcción de jerarquías a partir de masculinidades dominantes, cómplices y subordinadas », dans Chloé Constant (dir.), Pensar las cárceles de América latina, Lima, IFEA, PUCP, IEP, p. 311-328.

Romero, Velvet, 2017, Sexualidades recluidas. Deseos clandestinos. Género, sexualidad, violencia y agencia en situación de reclusión, thèse de doctorat, Mexico, El Colegio de México.

Rubin, Gayle, 1975, « The traffic in women: Notes on the “political economy” of sex », dans Reiter Rayana (comp.), Toward an Anthropology of Women, New York, Monthly Review Press.

Saavedra, Laura, 2018, Construyendo justicia(s) más allá de la ley: las experiencias de las mujeres indígenas que participan con el Centro de Derechos de la Mujer de Chiapas, A.C. thèse de doctorat, Mexico, CIESAS : <https://ciesas.repositorioinstitucional.mx/jspui/handle/1015/587>.

Salinas Boldo, Claudia, 2014, « Las cárceles de mujeres en México: espacios de opresión patriarcal », Iberóforum. Revista de Ciencias Sociales de la Universidad Iberoamericana, vol. IX, no 17, p. 1-27.

Salinas Boldo, Claudia, 2016, « Que no nos olviden. Investigar desde las mujeres en prisión », dans Norma Blázquez Graf et Martha Patricia Castañeda Salgado (coord.), Lecturas críticas en investigación feminista, Mexico, UNAM, p. 371-392.

Schifter, Jacobo, 1997, Amor de machos. Lo que nuestra madre nunca nos contó sobre las cárceles, San José, Editorial Ilpes.

Scott, Joan, 1986, « Gender: A useful category of historical analysis », The American Historical Review, vol. 91, no 5, p. 1053-1075.

Shaw, Clifford R. et McKay, Henry D., 1969, Juvenile delinquency and urban areas; a study of rates of delinquency in relation to differential characteristics of local communities in American cities, Chicago, University of Chicago Press.

Solá, Mariam et Urko, Elena (compilation), 2014, Transfeminismos. Epistemes, fricciones y flujos, préface de Beatriz Preciado, Tafalla, Txalaparta. Disponible en ligne : <https://www.bibliotecafragmentada.org/wp-content/uploads/2015/03/Transfeminismos-Epistemes-fricciones-y-flujos.pdf>.

Trasher, Frederic M., 1927, Gang: A Study of 1,313 Gangs in Chicago, Chicago, University of Chicago Press.

Trasher, Frederic M., 1933, « Juvenile delinquency and crime prevention », Journal of Educational Sociology, no 6, p. 500-509.

Valencia Triana, Sayak, 2014, « Teoría transfeminista para el análisis de la violencia machista y la reconstrucción no-violenta del tejido social en el México contemporáneo », Universitas humanística, no 78, p. 65-88.

Vargas, Carla, 2019, « Sapiens y Demens. Complejidad, orden y caos en una cárcel michoacana », Etnografías. Revista del Centro de Estudios en Antropología, no 8, p. 83-104.

Haut de page

Notes

1 J’exclus volontairement les Caraïbes par méconnaissance des travaux sur la région.

2 La perspective de genre est une vision scientifique, analytique, critique et politique qui permet de comprendre les inégalités entre hommes et femmes. Elle propose d’éliminer les causes de l’oppression du genre et contribue à la construction de sociétés égalitaires en matière de droits et d’accès aux ressources. En revanche, les études de genre constituent un cadre d’étude scientifique, non seulement méthodologique mais aussi épistémologique, ce qui les distingue de la perspective de genre.

3 « Le féminisme sera antiraciste ou ne sera pas » est le titre d’une conférence qu’Angela Davis donna à Madrid en 2018. Disponible sur <https://www.youtube.com/watch?v=1zBDpGI9RTw&t=2909s>. En bref, selon Davis, le féminisme antiraciste permet une vision intégrale de la justice pour construire un monde plus juste. Les exemples avec lesquels Davis illustre son propos sont clairement intersectionnels, ils incluent notamment les femmes noires, les personnes trans et les personnes handicapées.

4 En Amérique latine, différents courants féministes sont particulièrement présents : on peut notamment citer le féminisme d'Abya Yala (proprement latino-américain), le féminisme postcolonial et le féminisme décolonial, entre autres.

Le féminisme antiraciste est apparu depuis 2018 comme un étendard brandi – au sens propre et figuré- notamment par de nombreuses féministes latino-américaines, par exemple durant les manifestations contre la violence faite aux femmes. Il est revendiqué comme une voie qui permet de parvenir à la compréhension des inégalités et des violences dans les pays postcoloniaux.

5 En bref, il est important de mentionner que le premier « Congrès féministe de Yucatán » fut organisé en 1916 au Mexique, une première dans la région qui ancre les fondements de la lutte pour les droits des femmes dans le pays ; c’est aussi au Mexique qu’est créé l’un des premiers masters en études de la femme, à l’université autonome métropolitaine-Xochimilco, en 1998. Enfin, la Mexicaine Marcela Lagarde a théorisé le féminicide et permis de dépasser le principe du fémicide, soulignant le caractère structurel et la responsabilité des États dans le problème de la violence faite aux femmes. Il ne s’agit là que de trois exemples parmi d’autres.

6 Sans entrer dans les détails, il convient de préciser que Morelos est l’un des États mexicains les plus affectés par le crime organisé.

7 Certains récits rendent compte de chefs d’accusation construits de toutes pièces et de la figure de bouc émissaire que constituent ces femmes indigènes paysannes. Ils illustrent ainsi de manière singulière la dimension problématique de la corruption des systèmes judiciaire et pénal au Mexique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Constant, « Prison, genre et féminismes, du Nord aux Amériques : des sentiers battus aux sentiers à défricher », Socio, 14 | 2020, 109-124.

Référence électronique

Chloé Constant, « Prison, genre et féminismes, du Nord aux Amériques : des sentiers battus aux sentiers à défricher », Socio [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 19 novembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio/10676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.10676

Haut de page

Auteur

Chloé Constant

Docteure en sociologie (IHEAL, université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et diplômée en études du corps (El Cuerpo Descifrado A.C.), Chloé Constant est professeure-chercheure à la faculté latino-américaine de sciences sociales (FLACSO) de Mexico et chercheure associée au Centre d’études mexicaines et centraméricaines (UMIFRE 16). Ses recherches portent sur les femmes trans* incarcérées, dans une perspective foucaldienne et féministe et, récemment, sur les affects et les émotions des personnes âgées LGBT+ à Mexico.. Elle est l’autrice de nombreuses publications, parmi lesquelles « Cambio legal de identidad y ciudadanía de mujeres trans* en México: algunas experiencias », Revista de la Facultad de Derecho de México, 2019, LXIX, no 275, p. 787-807 ; « La materialización del poder hacia corporalidades trans* en un reclusorio varonil: análisis de la violencia sexual y la violencia lingüística », dans Caroline Perrée et Ileana Diéguez (coord.), Cuerpos memorables, Mexico, CEMCA, 2018, p. 53-67.

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search