Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14DossierSophie Abdela, La prison parisien...

Dossier

Sophie Abdela, La prison parisienne au xviiie siècle : Formes et réformes, Paris, Champ Vallon, 2019, 320 p.

Natalia Muchnik
p. 127-128

Texte intégral

1L’ouvrage de Sophie Abdela, professeure à l’université de Sherbrooke (Québec), issu de sa thèse de doctorat, s’inscrit dans un renouvellement récent de l’histoire des prisons des xvie-xviiie siècles. Celle-ci a longtemps été dominée par l’influence de Michel Foucault et la focalisation sur le tournant des xviiie et xixe siècles qui marquerait la naissance de l’institution pénitentiaire contemporaine à travers l’affirmation de la privation de liberté comme peine. Les geôles « pré-pénales » des xvie-xviiie siècles ont ainsi été relativement délaissées, à part par l’histoire du droit et des appareils judiciaires, ou envisagées en périphérie d’autres domaines de recherches (les galères, l’esclavage, etc.). Or, depuis quelques années, on assiste à un renouveau de cette historiographie et, plus généralement, de celle consacrée à l’enfermement à l’époque moderne. L’attention se porte notamment, à l’image des travaux de sociologues et de géographes, non tant sur les dimensions institutionnelles de l’enfermement ou sur ses fonctions sociopolitiques, mais bien sur les sociétés carcérales elles-mêmes. Sophie Abdela se place au cœur de cette démarche puisqu’elle s’intéresse tout particulièrement aux liens qui unissent les multiples geôles parisiennes, mais en les considérant comme un système cohérent, et les populations environnantes, et à l’insertion du monde carcéral dans l’espace urbain. Son analyse s’attache principalement aux prisons du Petit et du Grand-Châtelet, à la Conciergerie et au For-l’Évêque.

2La première partie du livre traite ainsi des aspects matériels des prisons et de leur étroite intégration à la ville dans une perspective spatiale. Elle aborde, ce faisant, la question de l’ouverture de ces lieux d’enfermement sur la société environnante, les divers processus d’entrée et de sortie aux guichets, et la manière dont les prisons « se fondent » dans les sociabilités parisiennes, mais également les différents projets de réfection des bâtiments. La deuxième s’intéresse aux aspects financiers de l’institution carcérale : d’un côté aux ressources dont elle dispose et à ses modes de financement extérieurs, de l’autre à son fonctionnement en tant qu’entité économique et, par là même, aux fournisseurs auxquels elle fait appel. Enfin, la troisième partie porte sur les individus qui peuplent l’espace pénitentiaire, qu’ils soient détenus ou surveillants, et sur leurs relations, moins figées que l’historiographie a longtemps voulu le croire. On y découvre notamment les stratégies et les formes de contournement mises en œuvre par les reclus, le rôle des prévôts, prisonniers considérés comme des chefs de salle, ainsi que les multiples intervenants qui gravitent autour du monde carcéral (soldats, magistrats, fournisseurs, prêtres…).

3L’analyse des aspects financiers et celle de l’interpénétration entre la prison et l’espace urbain constituent sans doute les deux aspects les plus significatifs de cet ouvrage. On apprécie ainsi son étude fine des rapports sociaux et des ressorts économiques de la société carcérale. Son travail, qui fait suite à celui de Camille Dégez-Selves (à paraître aux éditions de l’École des chartes) sur la Conciergerie aux xvie et xviie siècles, permet ainsi d’envisager les continuités entre l’Ancien Régime et la période contemporaine, tout en pointant les origines concrètes des défis et des solutions que le xixe siècle érigera en système de droit pénal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalia Muchnik, « Sophie Abdela, La prison parisienne au xviiie siècle : Formes et réformes, Paris, Champ Vallon, 2019, 320 p. », Socio, 14 | 2020, 127-128.

Référence électronique

Natalia Muchnik, « Sophie Abdela, La prison parisienne au xviiie siècle : Formes et réformes, Paris, Champ Vallon, 2019, 320 p. », Socio [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 19 novembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio/10711 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.10711

Haut de page

Auteur

Natalia Muchnik

Natalia Muchnik, directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, est historienne. Ses recherches portent sur les minorités et les diasporas dans l’Europe des xvie-xviiie siècles ainsi que sur les espaces de l’enfermement dans l’Espagne, la France et l'Angleterre modernes. Elle a récemment publié Les prisons de la foi. L’enfermement des minorités, xvie-xviiie siècles, Paris, Puf, 2019 et, avec Mathilde Monge, L’Europe des diasporas, xvie-xviiie  siècles, Paris, Puf, 2019.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search