Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14DossierMargarita Torremocha Hernández, C...

Dossier

Margarita Torremocha Hernández, Cárcel de mujeres en el Antiguo Régimen. Teoría y realidad penitenciaria de las galeras, Madrid, Editorial Dykinson, 2018, 307 p.

Natalia Muchnik
p. 129-130

Texte intégral

1L’ouvrage de Margarita Torremocha Hernández, professeure à l’université de Valladolid, s’inscrit dans l’intense historiographie consacrée aux différentes formes d’enfermement non religieux des femmes dans l’Espagne des xvi-xviiie siècles. Depuis les années 1980, nombre d’historiens et d’historiennes espagnol.e.s s’intéressent ainsi aux différents types de « prisons pour femmes » (Martínez Galindo, 2002 ; Ramos Vázquez et Blázquez Vilaplana, 2011) et, tout particulièrement, aux casas de mujeres arrepentidas ou casas de recogidas (Pérez Baltasar, 1984) ou, comme ici, aux galeras (Barbeito Carnero, 1991 ; López Barahona, 2009).

2La première galera ou casa galera, nommée ainsi par analogie avec les galères masculines, a ouvert ses portes à Madrid au début du xviie siècle, sur instances de sœur Magdalena de San Jerónimo. Comme elle l’expliquait dans son traité adressé à Philippe III, Razón, y forma de la galera y casa Real que el rey nuestro señor manda hazer en estos reynos, para castigo de las mujeres vagantes… (Valladolid-Salamanque, 1608), la religieuse avait conçu cette nouvelle institution comme un lieu de réclusion spécifiquement réservé aux « vagabondes, voleuses, sorcières, maquerelles et autres de ce type », afin qu’elles y travaillent et y expient leurs fautes. Les prémices en avaient été brossées au xvie siècle, au sein du vaste élan hospitalier consacré aux femmes, notamment à travers la fondation dans les années 1570 à Valladolid, par Magdalena de San Jerónimo elle-même, de la Casa Pía de la Aprobación ou de Santa María Magdalena dédiée aux prostituées. Dans ce contexte de la Contre-Réforme, on notera également l’influence des Casas de Trabajo y Labor promues par le médecin royal Cristóbal Pérez de Herrera dans son Discurso de amparo de los legítimos pobres y reducción de los fingidos (Madrid, 1598) mais qui ne seront pas réalisées. Reste que l’impact de l’œuvre de la religieuse fut tel que les galeras se multiplièrent au xviie siècle : des institutions similaires furent édifiées dans la plupart des grandes villes telles que Saragosse, Salamanque, Valence, Barcelone ou Grenade.

3Au sein de cette riche bibliographie, le premier intérêt de l’ouvrage de Margarita Torremocha est donc d’opérer une synthèse sur les formes de réclusion féminine dans l’Espagne d’Ancien Régime (chapitres 1 et 2). Elle y évoque les principaux traités et textes réglementaires en la matière et contextualise la création des galeras (chapitre 3). Il est en ce sens dommage que les nombreuses références bibliographiques, souvent récentes, données en notes ne soient pas rassemblées en une bibliographie générale en fin d’ouvrage. C’est toutefois surtout l’analyse fine de la société carcérale et de la vie des recluses menée par Margarita Torremocha qui interpelle et fonde la pertinence de son étude (chapitres 4 et 5). L’autrice y décrit leur existence au quotidien, qu’il s’agisse des rapports aux surveillants, de l’alimentation et des vêtements ou bien des formes de dévotion et des conflits. Elle s’appuie pour ce faire sur l’exemple de la casa galera de Valladolid, éclairé par un ample dossier documentaire. Celui-ci est d’ailleurs bien mis en valeur par de longs extraits de sources dans le corps du texte, particulièrement précieux et éclairants, même s’ils font peut-être regretter que les annexes documentaires ne soient pas plus fournies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalia Muchnik, « Margarita Torremocha Hernández, Cárcel de mujeres en el Antiguo Régimen. Teoría y realidad penitenciaria de las galeras, Madrid, Editorial Dykinson, 2018, 307 p. », Socio, 14 | 2020, 129-130.

Référence électronique

Natalia Muchnik, « Margarita Torremocha Hernández, Cárcel de mujeres en el Antiguo Régimen. Teoría y realidad penitenciaria de las galeras, Madrid, Editorial Dykinson, 2018, 307 p. », Socio [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 19 novembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio/10716 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.10716

Haut de page

Auteur

Natalia Muchnik

Natalia Muchnik, directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, est historienne. Ses recherches portent sur les minorités et les diasporas dans l’Europe des xvie-xviiie siècles ainsi que sur les espaces de l’enfermement dans l’Espagne, la France et l'Angleterre modernes. Elle a récemment publié Les prisons de la foi. L’enfermement des minorités, xvie-xviiie siècles , Paris, Puf, 2019 et, avec Mathilde Monge, L’Europe des diasporas, xvie-xviiie siècles, Paris, Puf, 2019.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search