Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14DossierOlivier Milhaud, Séparer et punir...

Dossier

Olivier Milhaud, Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises, Paris, CNRS Éditions, 2017, 320 p.

Alain Bourdin
p. 133-134

Texte intégral

1Selon le découpage traditionnel des disciplines, la géographie devrait s’occuper de la répartition des prisons sur le territoire, l’architecture de leur organisation spatiale et l’ethnologie ou la psychologie de la proximité ou de l’intimité. Olivier Milhaud s’affranchit de ces frontières. Il ne produit pas une « géographie » mais une analyse de la prison à partir de toutes ses dimensions spatiales, du macro au micro, de l’institutionnel au personnel. On pourrait presque dire : une enquête spatiale. Celui qui la fait reste cependant géographe, dans sa manière de penser l’espace et par sa capacité à le faire, même quand il aborde des dimensions habituellement extérieures à cette discipline (l’intime, l’interaction entre les individus).

2Cette enquête s’ouvre sur un rappel historique de la constitution de la peine spatiale et de la lente émergence de la prison telle qu’elle est aujourd’hui, ainsi que sur la présentation de quelques grands choix méthodologiques, en particulier la théorisation des dispositifs (Michel Foucault, Michel Lussault).

3Une géographie de la France pénitentiaire montre une répartition inégale aussi bien des différents types d’établissements que des détenus. La logique qui a présidé à la localisation des établissements était plus celle de la desserte des territoires (comme pour n’importe quel équipement public) que celle de la mise à distance. Mais cela évolue en raison du prix croissant des terrains urbains. Par ailleurs l’intervention des élus brouille les choses car, si personne n’a envie d’avoir une prison pour elle-même, on peut la souhaiter pour ce qu’elle rapporte en population ou en activité économique. Le tableau aboutit finalement à cette affirmation (p. 108) : « Il serait difficile de conclure à une spatialisation pure et simple du rejet des détenus dans un espace clairement tenu à l’écart. » Mais cela vaut tant que l'on considère les politiques de la localisation des prisons. Qu’en est-il si l’on aborde les relations de proximité et de distance entre les détenus, leurs familles et le monde social, entre la prison et ses riverains ?

4La distance s’organise de manière fort différente selon le statut juridique des personnes incarcérées, la manière dont l’administration les distribue et les fait (souvent) déménager et les possibilités de mobilité de leurs proches. Il se forme ainsi une diversité de vécus « de mise à distance et de rapprochement ». La proximité se joue aussi dans les parloirs et l’auteur montre, en s’appuyant de manière très convaincante sur les témoignages, combien, à cet égard également, les situations peuvent différer matériellement et psychologiquement.

5Chez les riverains, deux processus dominent. D’un côté l’effacement de la prison : on attend d'elle qu’elle soit discrète et on en profite pour l’oublier au point qu’elle n’apparaît plus dans les images mentales et dans l’imaginaire urbain. De l’autre le refus et la relation conflictuelle : « Les conflits de proximité renvoient à l’idée d’un débordement de la prison sur le voisinage, ce qui entraîne un confinement des gens chez eux, un “monde à l’envers”, face à ce voisinage sauvage, “bestial”. » On arrive ainsi à la conclusion que si la répartition sur le territoire ne correspond pas à l’idée de relégation, des séparations se créent négativement par la neutralisation ou le refus de la proximité.

6Mais comment fonctionne l’espace à l’intérieur des prisons ? À propos de l’architecture, dans un chapitre là aussi typique de l’enquête spatiale, l’auteur parle d’une « obsession séparatrice » qui rend la vie sociale difficile ou impossible. Pour présenter le vécu du confinement et des discontinuités il s’efface derrière les témoignages des détenus qu’il a interrogés et qui forment un tableau saisissant. La pratique de tous les espaces de la vie quotidienne y est analysée en détail avec sa diversité et ses difficultés. Une des richesses du livre est que son côté procès-verbal cède rarement devant l’indignation ou les discours idéologiques, mais les témoignages suffisent à nous faire mesurer la disproportion qui peut exister entre la durée et les motifs des peines d’une part et les souffrances que vivent les détenus d’autre part.

7Finalement ce livre opère un glissement très utile : au lieu d’élaborer un paradigme ou une théorie générale de la prison, il s’efforce d’en relver les contradictions en analysant, à travers ses espaces et de manière détaillée, les divers éléments du système pénitentiaire. C’est, avec sa précision, ce qui fait sa richesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Bourdin, « Olivier Milhaud, Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises, Paris, CNRS Éditions, 2017, 320 p. », Socio, 14 | 2020, 133-134.

Référence électronique

Alain Bourdin, « Olivier Milhaud, Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises, Paris, CNRS Éditions, 2017, 320 p. », Socio [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 19 novembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/socio/10731 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.10731

Haut de page

Auteur

Alain Bourdin

Professeur des universités, Alain Bourdin est sociologue et urbaniste (École d’urbanisme de Paris). Il dirige la Revue internationale d’urbanisme. Il a notamment écrit La métropole des individus (La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2005), Faire centre. La nouvelle problématique des centres-villes (La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2019), L’action publique urbaine face aux mutations sociétales (avec Joël Idt et Michel Casteigts, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2020).

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search