Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14EntretienUne architecture de sociologue

Entretien

Une architecture de sociologue

Elizabeth Jardim Neves de Portzamparc et Michel Wieviorka
p. 135-166

Texte intégral

Entretien avec Elizabeth Jardim Neves de Portzamparc mené par Michel Wieviorka

1En 2021, le Grand Équipement documentaire du campus Condorcet, le GED, localisé à Aubervilliers, ouvrira ses portes, fleuron de ce complexe voué aux sciences humaines et sociales. La revue Socio est éditée par la Fondation Maison des sciences de l’homme, membre fondateur de ce campus qui, en apportant au GED toute sa bibliothèque, lui offre près de la moitié de ses ouvrages et collections, et une bonne part de ses personnels, parmi les plus compétents. D’où l’idée de l’entretien qui va suivre, occasion exceptionnelle de prendre la mesure de ce que peut être la relation entre les sciences humaines et sociales et l’architecture. 

ImageElizabeth de Portzamparc

© Serge Urvoys

2Elizabeth de Portzamparc, lauréate du concours d’architecture du GED, était particulièrement bien placée pour le concevoir. Elle est née et a passé son enfance au Brésil, dans un milieu sensible à la question sociale, tout autant qu’à la vie artistique et au débat d’idées ; elle a une connaissance réelle des sciences humaines et sociales, qu’elle a étudiées (à l’IEDES et à Paris V) et pratiquées à Paris, toute jeune arrivée de Rio en France, avant même de « pratiquer » l’architecture, puis de l’enseigner à l’École nationale d’architecture de Paris-Val-de-Seine (de 1984 à 1988).

3Elle sait ce que sont les quartiers populaires, les efforts pour y mettre en œuvre des politiques urbaines novatrices et progressistes, elle a participé à la recherche sociologique des années 1970, elle a connu aussi l’effervescence intellectuelle qui régnait alors à propos de l’espace et de la ville, rapprochant urbanistes, architectes, chercheurs dans de nombreuses disciplines, hauts fonctionnaires éclairés, travailleurs sociaux, militants politiques ou associatifs, etc. La galerie Mostra, qu’elle a ouverte en 1987, en même temps que son agence d’architecture, a été un lieu très influent, où se sont croisés de nombreux architectes, artistes et designers.

4Elizabeth de Portzamparc s’efforce constamment d’intégrer à leur environnement les bâtiments qu’elle dessine, et de tisser pour eux des liens urbains et sociaux – ce dont témoigne par exemple la façon dont elle a conçu le design des stations et du mobilier urbain du réseau de tramway de Bordeaux (projet lauréat, 1998-2013), ou la gare du Bourget (projet lauréat, 2014-2022). De façon générale, et constante, elle veille dans ses projets à l’interpénétration de la ville et des constructions dont elle a la charge, et elle est tout aussi sensible à leur intégration avec la nature : son travail est social et écologique.

5L’espace ? Le temps aussi : l’architecture d’Elizabeth de Portzamparc se veut durable, incluant des préoccupations pour le long terme, et pour la flexibilité, voire la réversibilité de ses projets, condition pour leur éviter l’obsolescence et autoriser la requalification des espaces et de leurs usages au fil des années.

6Son œuvre est à la croisée de l’architecture proprement dite, du développement urbain, du design et de l’art, ce qui fait d’elle une créatrice capable de circuler entre diverses échelles, de la plus petite, une bague par exemple, à celle des villes ou d’une tour par exemple, comme celle du Taichung Intelligence Operation Center (Taïwan, projet lauréat, 2017-2021).

7Avant le GED, elle avait réalisé le tramway de la métropole de Bordeaux (projet lauréat, 1997-2007), le musée de la Bretagne à Rennes (projet lauréat, 1995-2006), le musée de la Romanité de Nîmes (projet lauréat, 2012-2018), mais aussi conçu la muséographie du Musée national de Corée (1992, projet lauréat non réalisé), témoignant ainsi d’un intérêt et de compétences pour le contenu culturel ou historique de ces projets : avec elle, l’architecture est autant extérieure et « urbaine » qu’intérieure.

Michel Wieviorka (MW) : Dans D’un corps à l’autre, une architecte urbaniste, Olivia Chaumont, évoque sa transition d’un genre à un autre. Elle explique que depuis qu’elle est perçue comme une femme, elle ne bénéficie pas du même respect ou de la même écoute, sur les chantiers en particulier, que ceux dont elle bénéficiait avec les mêmes interlocuteurs professionnels quand elle était un homme. Tout au plus, si elle dit être architecte, lui demande-t-on : « D’intérieur ? »

L’architecture a longtemps été très largement un monde d’hommes. Vous-même, vous définissez-vous par un engagement féministe ? Un engagement tout court ?

Elizabeth de Portzamparc (EdP) : J’aime bien le terme engagement. Le travail d’architecte est toujours une transmutation des engagements en formes : c’est ainsi que je conçois l’architecture.

Mon architecture n’est pas un engagement féministe, c’est un engagement tout court. Le même que j’aurais pu avoir dans d’autres domaines. Je ne mène pas un combat de genre, non, non ! On m’a proposé avec insistance le prix de la femme architecte, et j’ai refusé parce que, justement, ce n’est pas un métier de genre.

Quand on se lance dans un projet, il ne s’agit pas d’architecture féminine, on ne conçoit pas des bâtiments de femmes. Évidemment, dans la vision que je propose, il y a une part de genre, parce que le genre féminin est forgé par des millénaires de conditionnement. Il existe forcément des stéréotypes : les femmes prêtent plus d’attention à l’intérieur que les hommes, parce que les hommes sont moins conditionnés à regarder les détails d’intérieur.

Sur ce sujet, j’aimerais citer l’école du Bauhaus, où après avoir annoncé qu’elle serait ouverte aux garçons et aux filles, Walter Gropius a dû céder à la pression du « comité du peuple » en Allemagne et a cantonné les filles à … « l’atelier de tapisserie » ! Nous savons tous aussi maintenant que Le Corbusier a signé des concepts et des théories, des projets et du mobilier émanant d’autres architectes, notamment ceux de Charlotte Perriand. On raconte également dans le milieu de l’architecture que Zaha Hadid a subi de telles pressions que, souvent, à ses débuts, elle fondait en larmes en public.

Si l’on doit parler de genre, on peut affirmer que le pouvoir est souvent détenu et recherché par des hommes qui, évidemment, l’utilisent à leur profit exclusif, en écartant les femmes. Cela influence forcément, encore de nos jours, les pratiques professionnelles. Mais heureusement, il y a des hommes qui ont aussi une part féminine très grande ! Cela n’a pas de sens de faire une distinction entre architecte homme et architecte femme, c’est vraiment réducteur.

En revanche, il est réel que, dans le métier, les femmes doivent lutter dix fois plus que les hommes, comme l’illustre bien l’histoire du Bauhaus, et cela perdure lorsque l’on veut faire prévaloir notre vision. Par conséquent, malheureusement, mon image est celle d’une personne exigeante, voire intransigeante.

Sur un projet, un chantier, l’autorité d’un homme est naturelle, on l’écoute. Nous les femmes, nous devons affirmer nos idées, nos désirs, de façon plus musclée. J’ai dû apprendre à être capable de m’exprimer, du moins à l’extérieur, sur un mode viril et musclé – parfois de façon caricaturale – dans des circonstances professionnelles très dures, des rapports de force très tendus, où il fallait s’imposer. Si je n’avais pas été une femme, je pense que j’aurais été moins obligée de régler ce genre de rapports de force de cette manière.

MW : Vous êtes née au Brésil. Vous avez été au contact, à l’époque, d’une riche vie intellectuelle et artistique...

EdP : Très foisonnante, même...

  • 1 La Fondation Maison des sciences de l’homme, qui est membre fondateur du campus, apporte à cet équ (...)

MW : Vous avez côtoyé Oscar Niemeyer, et tant d’autres ! Puis vous avez étudié en France, et vous avez travaillé ensuite dans le monde entier. Comment tout cela se combine-t-il ? Cela a-t-il fait de vous une architecte ouverte au monde ? On n’ose pas dire cosmopolite parce que le mot est connoté négativement, en tout cas en France. En quoi ces expériences si différentes ont-elles pesé sur votre conception du travail d’architecte, d’urbaniste ? Et puisque cet entretien est né de nos échanges à propos du Grand Équipement documentaire (GED) que vous réalisez à Aubervilliers1 : que doit-il à votre expérience, votre formation, votre vie réellement internationale, globale, ce dont témoignent vos œuvres au loin, à Miami, au Maroc, à Taïwan, etc. Qu’y a-t-il dans la conception du GED, qui ne peut pas être que français ?

  • 2 Architecte et designeuse brésilienne majeure du xxe siècle.

EdP : Le GED est pour moi la synthèse de plusieurs visions. D’abord celle que j’ai pu acquérir au Brésil grâce à Lina Bo Bardi2, qui est une pionnière. Elle fut la première, et pendant de nombreuses années elle est restée la seule dans le monde à avoir créé de l’architecture vraiment ouverte, dans laquelle la ville se poursuit. L’équipement socio-sportif brésilien de São Paulo, le SESC (Service social du commerce), en est un exemple unique que de nombreux architectes admirent. Malheureusement, elle n’a pas créé d’école pour diffuser ce type d’architecture.

Je ne connais pas d’autres cas d’architecture littéralement traversée par des rues publiques avec, à l’intérieur, des équipements publics. Sans le SESC de Lina Bo Bardi que j’ai connu dans les années 1970, l’évidence que le GED d’Aubervilliers devait être un équipement ouvert ne se serait pas imposée à moi.

Le SESC est un équipement au Brésil vraiment remarquable. Il est financé par des cotisations de l’ensemble de la masse salariale du pays, à hauteur de 1,5 % de la totalité des salaires dans le secteur commercial et des services. Ces fonds sont ensuite redistribués par État dans des institutions du SESC et offrent au public toutes sortes d’activités et d’actions dans les domaines de l’éducation, de la santé, des loisirs, de la culture et de l’assistance. Aujourd’hui, le service est reconnu par le grand public comme une référence en matière d’activités culturelles et éducatives. Cet équipement vise à faire venir à la culture des populations démunies. En ce sens, il est exemplaire : il propose une programmation grand public et accessible qui attire les populations fragiles pour leur faire découvrir les activités culturelles. Il comporte un restaurant très bon marché dont le menu a été conçu par des nutritionnistes – pour l’équivalent d’un euro on peut y consommer un plat équilibré –, l’équivalent d’une PMI (protection maternelle et infantile), un centre de soins dentaires, et des salles de spectacle, de théâtre ou encore de cinéma. Toutes ces activités sont financées par une association privée et sont gratuites ou accessibles aux populations démunies pour une somme symbolique. À cela s’ajoute un ensemble sportif : une piscine, un court de tennis, un gymnase. Cet équipement attire donc différents publics, enfants, jeunes et moins jeunes, en fonction des besoins ou envies spécifiques des usagers. Depuis les années 1950, un nombre incalculable de jeunes y a été formé au théâtre, à la danse et à d’autres pratiques culturelles. Par la suite, d’autres équipements du même type ont été créés dans chaque quartier de São Paulo et dans d’autres États du Brésil, avec succès.

Cette particularité d’équipement ouvert et avec une programmation variée attire la jeunesse, aisée ou en situation précaire, et la fait venir à la culture par d’autres biais. C’est ce que je propose dans le GED par cette immense ouverture au rez-de-chaussée par sa transparence.

ImageAccueil de la Grande Bibliothèque Condorcet

©2Portzamparc / Elizabeth de Portzamparc

J’ai complété le programme du GED qui prévoyait déjà des salles libres en rez-de-chaussée pour les jeunes, des salles de coworking et un restaurant. À la place d’un lieu d’exposition modeste prévu au rez-de-chaussée, j’ai proposé un très grand forum dans toute sa hauteur, éclairé par une toiture vitrée, devenant ainsi une véritable place publique couverte, desservie par de larges rues intérieures qui, prolongeant les trottoirs de la ville, ouvrent ce lieu au quartier.

Ce grand forum rend possible des pratiques diverses. J’ai pris le risque de le proposer lors du concours, avec l’idée qu’il puisse devenir un lieu d’expérimentation pour la jeunesse du quartier, en lien avec les étudiants. Je suis persuadée que des collectifs locaux vont se créer. Ce forum étant le cœur du campus, les étudiants, bien sûr, et les chercheurs qui seront plus engagés dans ce genre d’expérience vont aussi participer à ces actions pour l’attraction de la jeunesse défavorisée d’Aubervilliers vers la culture.

Au forum public s’ajoute la totale transparence du rez-de-chaussée. Cette désacralisation des équipements est rendue possible par l’ouverture de leur architecture et par un type nouveau de programmation qu’on ne trouvait pas dans les bibliothèques classiques, et permet ainsi leur ouverture à la population environnante.

Le forum de la Grande Bibliothèque Condorcet

Le forum de la Grande Bibliothèque Condorcet

©2Portzamparc / Elizabeth de Portzamparc

Le GED est ainsi la synthèse d’une programmation permettant la désacralisation de la culture, de la vision complètement pionnière de Lina Bo Bardi et de ma propre vision d’ouverture, de transparence, de mes dispositifs architecturaux favorisant les relations de tous types. Et il me semble important d’insister sur le fait que cette vision s’est forgée pendant les années 1970 au fil de mes expériences de critique du fonctionnalisme au regard de la situation française de l’époque.

ImageLa salle de consultation de la Grande Bibliothèque Condorcet

©2Portzamparc / Elizabeth de Portzamparc

MW : Auriez-vous pu faire un GED n’importe où dans le monde, ou ne pouvait-ce être qu’en banlieue parisienne, en France ?

Imaginez-vous une commande comme celle-ci dans un autre pays ? Pour le dire autrement : qu’est-ce qui est global dans ce qui a abouti avec vous au GED ? Et qu’est-ce qui reste exceptionnel ou unique parce que français ?

EdP : Le projet n’est, bien sûr, pas reproductible dans ses proportions, ni dans sa forme ou son organisation interne. Mais ces concepts d’ouverture et de transparence ont une vocation plus générique, qui sera en revanche toujours déclinée de façon unique en fonction des caractéristiques du contexte de chacun de mes projets. J’ai utilisé les mêmes concepts pour des constructions d’équipements publics divers tels que l’Alliance française au Brésil, le Palais des sciences de Shanghai ou le musée de la Romanité à Nîmes.

Le musée de la Romanité à Nîmes

Le musée de la Romanité à Nîmes

©2Portzamparc / Elizabeth de Portzamparc

Le Palais des sciences de Shanghai

Le Palais des sciences de Shanghai

©2Portzamparc / Elizabeth de Portzamparc

Le GED a en plus quelque chose de particulier : parce qu’il prend place dans un tissu urbain en pleine mutation, la question du dialogue architectural se pose de façon différente. Il a été créé presque ex nihilo. C’était le premier bâtiment du campus Condorcet, il était donc conçu pour créer un contexte : il est devenu le cœur, l’ossature même, la colonne vertébrale du campus. Sa rue allait devenir la colonne vertébrale nord-sud des bâtiments qui allaient suivre. Sa forme a aussi été créatrice de contexte, et a lancé l’idée de relier l’ensemble des bâtiments du campus par une seule et même rue intérieure.

MW : Vous étiez en France dans les années post-1968. C’est une époque que j’ai connue moi aussi, où, autour de tout ce qui était question urbaine, architecture, urbanisme, existait un formidable bouillonnement intellectuel. Toutes sortes de milieux se côtoyaient aux Beaux-Arts, à Nanterre, à l’Institut d’études du développement économique et social (IEDES), à ce qui allait devenir l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Je pense notamment à Henri Lefebvre, à Manuel Castells et à beaucoup d’autres, des architectes, des journalistes…

EdP : Il y avait aussi Paul-Henry Chombart de Lauwe, Henri Raymond, qui a travaillé sur l’habitat pavillonnaire, et qui a créé l’Institut de sociologie urbaine (ISU), Jean-Pierre Garnier, le grand pionnier de l’habitat participatif.

MW : Ce bouillonnement mobilisait des architectes, des journalistes, des psychanalystes, des psychologues, des sociologues, des anthropologues, des politiques, des fonctionnaires de la haute administration. Parfois des promoteurs. C’était un univers extrêmement vaste, complexe. C’était aussi l’époque de la fin des bidonvilles, à Nanterre notamment. C’était également celle des « villes nouvelles ». On parlait des banlieues tout à fait différemment d’aujourd’hui. C’était aussi une certaine immigration : les migrants venaient pour travailler en France et, ensuite, repartir au pays.

EdP : Il y avait aussi beaucoup d’exilés politiques, surtout latino-américains, espagnols, portugais, grecs ou venant des pays de l’Est : des personnes engagées dans leur propre pays qui ont sûrement contribué au bouillonnement d’idées de cette époque à Paris.

MW : En quoi cette époque, cette effervescence, cette expérience vous ont-elles marquée durablement, et en retrouve-t-on la marque quand vous concevez le Grand Équipement documentaire ?

EdP : Dans ma vie, cette période a été déterminante. J’avais à peine commencé mes études de sociologie au Brésil que j’ai dû quitter le pays. J’ai hésité entre la sociologie et l’architecture. Au vu de la situation au Brésil, de la réalité sociale, de tout ce qui constitue l’essence même du drame brésilien, j’ai préféré faire des études de sociologie. Évidemment, mes études étaient axées sur ma préoccupation de l’époque : le développement de mon pays. Quand je suis arrivée en France en 1970, je me suis inscrite logiquement en sociologie du développement.

Étant donné, justement, le bouillonnement interdisciplinaire sur les questions urbaines induit notamment par Henri Lefebvre et par l’université de Nanterre, j’ai été prise par ces enjeux urbains. C’était l’époque du droit à la ville, de l’opposition à la destruction des centres urbains anciens. Le fonctionnalisme risquait de provoquer la disparition d’un patrimoine construit et immatériel, la dissolution de la culture populaire, de la vie quotidienne des centres par la gentrification.

En France, les véritables engagements, les véritables enjeux étaient urbains. Ils concernaient l’usage même de la ville. Je me suis orientée vers la sociologie urbaine et j’ai eu très tôt la grande chance de travailler sur le projet d’urbanisme de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, parallèlement à mes études universitaires. J’ai réalisé, avec Marie-Odile Terrenoire, une critique du mouvement fonctionnaliste, des plans fonctionnalistes de la ville de Saint-Quentin. Un premier quartier avait été créé – Élancourt-Maurepas – avec pour fondements les doctrines fonctionnalistes : séparation piétons / voitures, séparation commerces / habitat, etc.

  • 3 Il s’agit d’un texte résultant des débats qui ont eu lieu lors du IVe Congrès international d’arch (...)

MW : La charte d’Athènes3

EdP : Exactement : le Bauhaus, le Neufert, la charte d’Athènes, toutes ces règles et normes quantitatives et fonctionnelles qui illustrent la vision moderne de l’homme et de la ville. Toutes les villes nouvelles de l’époque ont été créées selon ce modèle fonctionnaliste : Saint-Quentin a été créée vingt années après Chandigarh et quinze ans après Brasilia.

La construction de la ville nouvelle de Saint-Quentin a pu bénéficier des premières critiques du fonctionnalisme et de ses limites, suscitées justement à propos de Chandigarh et de Brasilia. Pourtant – et c’est un peu aberrant –, le premier quartier de Saint-Quentin a été fondé, de façon assez caricaturale, sur les théories pures et dures du fonctionnalisme. J’ai eu la chance de travailler dans ce premier quartier, d’étudier les conséquences de cette façon de faire la ville sur la vie quotidienne des habitants, afin de suggérer des corrections pour les quartiers à venir. J’ai en effet réalisé une étude sociologique des plans d’urbanisme, à partir des méthodes d’Henri Raymond. Il s’agissait de comprendre la vie quotidienne des habitants par des entretiens non directifs. Cette étude sociologique était fondée sur la mise en relation de deux structures : la structure spatiale pratiquée, vécue par les habitants et celle de l’espace projeté par les urbanistes. Henri Raymond avait démontré les liens entre la structure de l’habitat individuel et celle de la vie quotidienne des habitants. En utilisant sa méthode d’entretiens non directifs, j’ai démontré les liens et les contradictions entre la réalité de la vie quotidienne vécue dans un quartier et la structure d’une vie imaginée et projetée sur plans par les urbanistes.

La formidable explosion pluridisciplinaire des années 1970 était internationale, elle n’était pas spécifique à la France. La sociologie était au cœur de ce formidable foisonnement interdisciplinaire. Grâce aux sociologues, on redécouvrait les notions oubliées par l’époque machiniste moderne telles que l’usage et la vie quotidienne. À ce sujet, il est intéressant de noter que le De architectura de Vitruve, plus de vingt siècles auparavant, était consacré pour moitié aux notions d’usage et de contexte. Plus tard à la Renaissance, Léonard de Vinci, citant « l’homme de Vitruve », exécute ce célèbre dessin illustrant l’homme au centre du monde. Ces notions ont guidé les architectes dans la construction des villes occidentales pendant des siècles, et la période moderne balaie avec désinvolture ces deux thèmes fondamentaux de l’architecture, transformant l’homme en une simple mesure pour l’échelle des bâtiments. Plus grave encore, la modernité le transforme en simple consommateur de villes-machines, des espaces quantifiables, des produits à consommer.

Mais les nouveaux produits urbains proposés dans les années 1970 ont été considérés comme « impropres à la consommation humaine ». Il s’en est suivi une période de grande méfiance à l'égard de la capacité même de l’architecte à concevoir des lieux adéquats à l’appropriation et au vécu des habitants. Je pense qu’alors, le monde entier était un peu perdu face au désastre humain et spatial des villes produites par la vision moderne d’un monde quantifiable et strictement fonctionnel. Dans la France de l’après-guerre et dans le monde entier, on a assisté à un grand boom urbain qui s’est encore accru considérablement durant les années 1960. Les villes poussaient très vite partout et personne ne savait comment les concevoir. On constatait les limites des premières expériences fonctionnalistes et tout le monde était perdu.

À l’époque, il existait au Chili une formidable école d’architecture : l’école de Valparaiso. Parmi les enseignants, outre des professeurs d’architecture, il y avait des poètes, des philosophes, des sociologues, des anthropologues. Et c’était pourtant une école d’architecture ! Ainsi par exemple, un ami de mon père, Geraldo Mello Mourão, un grand poète, y avait été invité à enseigner. Il était lui-même le père du grand sculpteur brésilien Tunga, récemment décédé. De même, à Cuba, l’écrivain Gabriel Garcia Marquez avait créé une école de cinéma qui comptait aussi des enseignants de diverses autres disciplines. La tendance à l’époque était au décloisonnement des sciences et des disciplines, dans une volonté d’enrichissement mutuel. Le Centre Georges-Pompidou en est l’illustration. Ce fut une période mondiale de grande émulation intellectuelle, de questionnement.

MW : Vous avez vécu du dedans cette effervescence. Mais le GED, le campus viennent longtemps après. Peut-on passer de cette expérience des années 1970 à vos réflexions et à la définition de votre œuvre dans la suite de votre vie professionnelle jusqu’à aujourd’hui, avec le GED ? Comment, concrètement, un tel passage s’est-il fait, ou ne s’est-il pas fait d’ailleurs ?

À ce premier environnement que constitue le campus s’en ajoute un deuxième, la ville autour, avec son histoire, ses migrants, sa crise, avec la fin de l’industrie, son redéploiement économique... Comment avez-vous pensé tout cela, avez-vous été encouragée, sollicitée, découragée par vos interlocuteurs, par les responsables du campus, de l’environnement urbain en tant que partenaires ?

EdP : Au regard des critiques sur le fonctionnalisme que je viens de rappeler, le GED, même s’il est axé sur la lecture seule, est un équipement pluriel ouvert. Cette ouverture et l’idée d’utiliser la connaissance pour la réinsertion découlent évidemment de mes réflexions issues des années 1970. Celles-ci, concrètement, par la désacralisation des équipements, ont permis le développement d’une dynamique d’ouverture. On peut dire qu’il s’agit d’un héritage de ces années-là. Dans le GED, cette programmation ouverte, notamment pour ce qui concerne les équipements intérieurs, n’aurait pas été possible sans les acquis de cette époque, résultat des critiques des théories modernes réductrices pour l’humain.

Comme je l’ai indiqué précédemment, les premiers équipements pluridisciplinaires qui, tel le Centre Georges-Pompidou, regroupent librairie, bibliothèque, espaces d’exposition, centre de création industrielle, etc., sont aussi le résultat de la critique du fonctionnalisme. L’essence du Centre Georges-Pompidou est d’être un musée, mais d’autres fonctions y sont greffées.

Mais autant à Pompidou les mixités programmatiques sont multiples, autant au GED cela se limite au rez-de-chaussée. C’est davantage l’idée de l’appropriation qui, présidant à la conception de différents espaces au sein du GED, manifeste les acquis des années 1970. Cette approche découle de la notion d’appropriation de l’architecture par les utilisateurs, à l’opposé d’une conception plus classique, fonctionnaliste et coercitive.

Sur ce sujet j’ai bénéficié d’une grande écoute, surtout de la part des futurs utilisateurs du GED. J’ai été entendue et encouragée par cette équipe qui a compris la nécessité et la richesse de pouvoir disposer d’un équipement avec, par une différenciation des lieux, à la fois des variations de lumière, de typologies d’espace, de typologies d’assise, de modes de consultation, etc.

MW : Avez-vous eu des contacts avec la ville d’Aubervilliers, avec les différentes communes concernées, avec les autorités politiques, municipales ou autres ?

EdP : Malgré notre désir mutuel de dialogue, cela s’est limité à quelques contacts – toujours très constructifs – avec l’urbaniste de la zone, sur les questions architecturales et urbanistiques. Les programmes du campus et du GED prévoyaient des fermetures sur les rues. Idéalement, il aurait fallu un traitement unitaire de porosité, mais le campus est resté fermé sur l’extérieur, tandis que pour l’équipement central, j’ai réussi à ce qu’il devienne complètement traversant.

Actuellement, c’est malheureusement la peur sécuritaire qui domine dans le monde. J’ai néanmoins obtenu qu’on n’édifie pas les barrières physiques demandées, mais qu’on installe des systèmes d’éclairage puissants, de nature, la nuit, à dissuader la délinquance : protéger les gens de certains, il le faut, mais sans créer de barrière physique pour tous.

MW : Vous êtes architecte, urbaniste et vous avez toujours fait preuve d’une grande sensibilité vis-à-vis de deux importantes catégories de thématiques : sociales et démocratiques. Je n’ose pas dire que vous avez une conscience de classe, parce qu’aujourd’hui on ne parle plus vraiment ainsi, mais enfin, une grande sensibilité aux injustices sociales, à la pauvreté, un sens de la responsabilité sociale. Cette sensibilité se transcrit-elle assez directement, visiblement dans vos conceptions architecturales ?

Certains architectes sont connus pour leur engagement proprement social : Paul Chemetov, Roland Castro. Leurs engagements se voient dans leur architecture même. Diriez-vous de votre sens de la responsabilité sociale et démocratique qu’il se lit, se voit dans votre architecture ? On parle même parfois d’architecture sociale et solidaire : que pensez-vous de cette expression ? Pouvez-vous vous situer par rapport à cette dimension, et le faire en lien avec le Grand Équipement documentaire plus particulièrement ?

EdP : Non seulement je me situe par rapport à cette dimension, mais je la revendique ! Tous mes projets sont extrêmement ouverts. Je fais une architecture urbaine résolument démocratique, ouverte, justement. Je ne crée jamais de barrières visuelles ni physiques.

C’est notamment visible dans le tramway de Bordeaux. Tous les 400 mètres, il y a une station qui fait 40 mètres de long. Je me suis dit : si je fais des stations fermées, sécuritaires, comme c’était demandé dans le programme, cela revient à faire comme des boîtes qui empêchent toute visibilité alentour, qui constituent une barrière visuelle et physique. Pour défendre mon idée d’ouverture, je me suis appuyée sur l’exemple du tramway d’Amsterdam, j’ai montré à l’aide de reportages photographiques la façon dont il fonctionne avec les piétons, avec les vélos. J’ai ensuite proposé des stations au niveau du sol qui ne constituent aucune barrière. Et cette idée de visibilité, d’ouverture a très bien fonctionné : une architecture démocratique, non élitiste, identique pour les stations des quartiers du centre-ville et pour celles des quartiers de la périphérie, alors que le projet initial voulait les différencier par crainte du vandalisme. J’ai réussi à convaincre du fait qu’en soignant aussi la périphérie, on éviterait le vandalisme, que lorsque tout le monde se sent traité de la même manière, cela ne suscite pas le rejet.

Au contraire chacun allait pouvoir s’approprier les stations comme étant les siennes… Et le tramway de Bordeaux est celui d’Europe qui subit le moins de vandalisme ! J’ai dû me bagarrer. J’avoue être très fière de ce résultat.

Un autre aspect de la dimension sociale et même sociologique – car je pense faire une architecture de sociologue – de ce travail, c’est que ces stations ne sont pas seulement de purs objets techniques, même si elles sont dédiées au rail et au tram. Parées de bois et d’un éclairage doux, elles sont aussi des lieux accueillants, ce qui rend facile leur appropriation par les habitants, au même titre que leur ouverture. Certaines stations sont devenues de véritables placettes publiques. Dans des quartiers où il n’y avait pas de lieux de rencontre, elles en sont devenues. J’ai alors dû faire doubler le nombre des poubelles à cause de la fréquentation qui n’avait pas été prévue à un tel niveau.

On peut dire que l’architecture du tramway de Bordeaux est sociale et démocratique. En ce sens, c’est une architecture engagée.

Une autre situation : au début des années 2000, j’ai lancé l’idée d'une préfabrication de logements d’accueil pour les sans-abri, pour les migrants. À cette époque, on ne faisait pas de préfabriqués en bois en France. J’ai alors rencontré des responsables de logements d’urgence, auprès desquels j’ai défendu l’idée que des « préfas » en bois pourraient non seulement être une solution économique et rapide, mais aussi que cette esthétique susciterait moins de rejet que les préfabriqués existants de type Algeco ou autre.

Voilà, ce sont quelques exemples de batailles que j’ai menées. Mon architecture, que j’appelle architecture de liens, par l’ouverture, omniprésente dans tous mes projets, est très engagée dans la vie sociale, dans la démocratie, dans la vie citoyenne, mais aussi soucieuse des inégalités sociales.

MW : Et le GED est typique de cet effort, il en est une modalité… ?

EdP : Cette ouverture est une constante dans mon travail, et le GED en est une illustration paradigmatique.

MW : Vous avez aussi une expérience originale pratiquée auprès d’artistes, de designers. Vous avez créé du mobilier, des objets, des bijoux : vous êtes une artiste. Vous avez l’expérience du mobilier urbain, vous pouvez aussi passer de l’intérieur à l’extérieur : des espaces intérieurs de la bibliothèque à l’environnement urbain du campus. Cette dimension particulière se retrouve-t-elle dans le projet qui vous a permis de remporter le concours du GED et dans la façon dont vous en suivez l’avancement ?

EdP : Pouvoir investir tous les aspects du projet est en effet passionnant : à la fois l’aspect humain, cette ouverture vers la ville, l’objet architectural, la flexibilité, un objet pensé à la fois pour aujourd’hui et pour le futur, donc une architecture flexible et évolutive.

Il est également très satisfaisant de proposer un projet cohérent : il comprend en effet l’ouverture, qu’on trouve au sol, et il s’adresse en même temps à tous types de personnes, pas seulement aux chercheurs qui vont le fréquenter, mais à toutes sortes de personnes et d’usages.

MW : Avez-vous dessiné du mobilier pour le GED, ou bien allez-vous en dessiner ?

EdP : Oui, j’ai dessiné certains éléments du mobilier : le hall, les luminaires… Pour des questions de respect des coûts, qui relèvent aussi de la responsabilité de l’architecte, je n’ai pas créé les rayonnages, qui seront des adaptations mineures, mais j’ai conçu le mobilier qui ponctue les îlots, dont certains sont plus accueillants que d’autres, afin d’éviter, par une grande diversité, l’uniformité fonctionnaliste des grandes salles.

Il y a au GED une grande variété de typologies d’espaces. Dans Les Pavillonnaires, Henri Raymond avait défini une notion intéressante correspondant au modèle idéal type des Français : la notion de relation entre public et privé. L’habitat pavillonnaire exprimait bien cette dimension sociale et culturelle française : l’envie d’un petit jardin sur rue, qui constitue l’espace-tampon entre la ville et l’intimité, le seuil, l’entrée qui protège la vie intime, l’espace jour/nuit, etc.

J’ai appliqué cette typologie d’espace, héritage des théories fertiles d’Henri Raymond, dans les salles de lecture, en créant des places de cœur de quartier, des placettes, puis des lieux de convivialité encore plus intimes. C’est ce que j’ai appelé, dans mon livre Les quartiers d’Antony, des « sous-quartiers » : des mini points de rencontre où l’on trouve des conditions d’existence pour de mini-communautés, qui constituent l’échelle de base de la vie sociale en ville.

J’ai réactualisé cette approche pour le GED : on y trouve ce modèle de plan, toute cette hiérarchie d’espaces, à la fois dans les intérieurs et dans l’urbanisme, avec cette notion de hiérarchie de l’intimité héritée de Raymond et enrichie par mon concept de « sous-quartiers », l’une et l’autre indispensables pour l’appropriation des lieux par les chercheurs.

On trouve ce modèle dans tous mes projets, et il fonctionne bien. Dans mon projet pour le bâtiment du journal Le Monde, les journalistes appréciaient beaucoup de pouvoir être ensemble, mais aussi de disposer d’espaces protégés, à l’atmosphère intimiste pour pouvoir s’isoler, parce qu’ils sont soumis à la pression très forte des bouclages quotidiens. On retrouve évidemment dans le GED ces notions de hiérarchie d’intimité et d’appropriation qui me nourrissent depuis les années 1970.

MW : En France, plus que dans d’autres pays, l’histoire fait partie des sciences sociales. Dans d’autres pays, elle peut en être assez éloignée. Vous-même avez beaucoup travaillé pour des œuvres touchant à l’histoire et à la mémoire : la muséographie du Musée national de Corée, le musée de Bretagne à Rennes, plus récemment, évidemment, le musée de la Romanité à Nîmes. Comment avez-vous conçu le GED par rapport à un environnement qui est lourd de ce point de vue, avec une forte histoire industrielle, passionnante, mais aussi pas très loin de la basilique de Saint-Denis, les rois de France…

Au-delà d’un lien éventuel avec l’histoire de l’environnement, comment une œuvre comme le GED s’inscrit-elle dans une réflexion sur le temps ?

Vous l’écrivez, vous le dites : l’architecture et l’urbanisme s’inscrivent plutôt dans la longue durée. La question de la temporalité est une vraie question. Comment y inscrire un équipement qui doit être flexible, pouvoir être changé, transformé, et aller parfois, si j’use de votre vocabulaire, jusqu’à l’idée de réversibilité, un concept important, tout en répondant à des attentes immédiates, car il faut que dès son ouverture les étudiants, les chercheurs puissent travailler ?

EdP : En créant un contexte pour le GED, comme je l’ai dit précédemment, j’ai créé un équipement symbolique par ses volumes et spatialités tout en respectant les lignes de force qui existaient dans les plans-masses de Philippe Panerai. J’ai évoqué également le passé industriel du site : la structure même des modules, en métal, est un hommage au contexte et j’ai fait un clin d’œil subtil à l’identité industrielle et à la mémoire du lieu.

Le dessin de la façade est une simple composition rythmée de vides et de pleins. Ce dessin homogène favorise la réversibilité des intérieurs.

Par ailleurs, le bâtiment est conçu pour notre époque actuelle, mais entre 2014, année du concours, et 2021, livraison des bâtiments, six ans ont passé, c’est beaucoup. Beaucoup de choses ont déjà évolué dans le quartier.

Par cette réversibilité complète du bâtiment, à la fois par sa façade, le plan libre, et par le fait qu’il contient sa propre évolution, il répond aux usages actuels mais anticipe aussi des évolutions futures. Il dispose de capacités d’extension importantes en toiture, et donc de la possibilité de créer de nouvelles salles.

Les relations avec l’extérieur sont très fortes au rez-de-chaussée, mais aussi dans les salles, les espaces extérieurs sont très présents, sur tous les plateaux : les étudiants pourront sortir, s’installer sur les terrasses pour faire des recherches ou certaines lectures. Il sera même possible de consulter des documents à l’extérieur.

Voilà pour ce qui concerne la flexibilité et l’adaptabilité permanentes du bâtiment.

De plus, il s’agit d’un bâtiment bioclimatique, complètement inséré dans un contexte grand-parisien : par ses matériaux, par la ventilation naturelle, il est en adéquation avec l’évolution du climat.

Pour ce qui concerne l’ensemble des données climatiques, y compris bien sûr, le froid et l’humidité, nous travaillons avec des bureaux d’études pour intégrer des normes précises. Ainsi les calculs sont faits avec des modèles rigoureux dans lesquels tous les paramètres sont pris en compte. On teste, on met à l’épreuve les dessins, les calculs et on obtient des courbes assez complexes représentant les variations saisonnières, et on voit comment le bâtiment va réagir avec son architecture. À partir de là, on peut adapter certains détails pour améliorer les performances thermiques au regard de la chaleur comme du froid. En revanche, le modèle ne faisait des prévisions qu’en fonction de la période actuelle et non pour les cinquante ans à venir. C’est cela que j’ai dû anticiper.

MW : Vous évoquiez les espaces en plein air pour les étudiants, pour les chercheurs. Mais les espaces en plein air ne peuvent pas être utilisés toute l’année.

EdP : Non, bien sûr. C’est pourquoi les espaces intérieurs sont spécialement confortables, avec des modulations, des variations de lumière.

Pour la consultation de certains documents, on peut préférer être isolé, dans des espaces intimistes, et, pour d’autres, être en pleine lumière. Donc les typologies d’espaces, d’assises, de meubles, de relations à la lumière… sont variées et riches.

MW : Comme vous l’avez dit, tout ce qui touche à l’écologie, au climat, au paysage, à l’environnement, au rapport à la nature, au développement durable est devenu crucial. Le GED a donc été pensé de ce point de vue. Un autre sujet apparaît aujourd’hui déterminant pour ce type de projet : nous vivons dans une ère digitale, le numérique est partout dans notre existence. Les sciences humaines et sociales l’étudient, comme autant d’objets structurant notre existence, elles l’utilisent aussi dans la production et la diffusion de connaissances. Pouvez-vous nous dire de quelle façon il intervient dans votre projet du GED ?

EdP : J’élargirai le thème du numérique à l’ensemble des dispositifs actuels de gestion du bâtiment, en plus de ceux plus spécifiques aux bibliothèques et à la consultation ou à la transmission des documents. Car cette « ère digitale » est aussi celle de l’automatisation grâce aux nouvelles technologies.

Le GED sera, je pense, un modèle, un exemple de bâtiment bioclimatique intelligent, mais privilégiant le contrôle de l’intelligence artificielle par l’intelligence humaine. Sur ce sujet, je développe actuellement une tour à Taïwan, où la question est poussée très loin. Le Taichung Intelligence Operation Center, d’une hauteur de 260 mètres, abritera un centre culturel numérique, des bureaux, des commerces et un restaurant. Le programme initial prévoyait d’en faire un symbole de l’intelligence artificielle. J’ai défendu l’idée qu’il faudrait au contraire en faire un emblème de l’intelligence humaine, de la nécessité de favoriser les interactions sociales, et j’ai été entendue ! C’est la raison pour laquelle, si les dispositifs technologiques autonomes y ont été maintenus (gestion des flux, des consommations énergétiques, de la lumière, etc.), l’homme conserve toujours la main sur eux.

Le Taichung Intelligence Operation Center, à Taïwan

Le Taichung Intelligence Operation Center, à Taïwan

©2Portzamparc / Elizabeth de Portzamparc

Par ailleurs, j’ai attaché une grande importance à la nécessité de proposer de très nombreux espaces de rencontre. Parce qu’en définitive, ce sont les contacts humains qui produisent l’intelligence qui façonne notre société. L’espace, s’il est public, devient vecteur d’interactions humaines et de formation de communautés d’idées capables de produire de l’action et les transformations sociales nécessaires. C’est le sens du concept de tour de quatrième génération que j’ai développé à Taïwan. Un large escalier visible en façade monte depuis le pied de la tour jusqu’au sommet, parsemé de « placettes » tous les quatre étages. Ces atriums-placettes sont aménagés sur toute la hauteur du bâtiment reliant trois à quatre niveaux d’étages, ils créent ainsi des espaces centraux d’interactions. Ainsi les circulations horizontales et verticales sont traitées comme des lieux de rencontre qui s’élargissent ponctuellement en places, placettes et terrasses, constituant autant de nœuds d’intérêt local, supports d’interactions sociales et de convivialité.

Ce projet offre également à la ville une série d’équipements ouverts au public : un théâtre et un auditorium débouchant sur un patio paysager en contrebas des passerelles, des galeries commerciales au rez-de-chaussée et sur les passerelles, et un restaurant en haut de la tour. Il y a ici une large typologie d’espaces, obéissant à une hiérarchie de l’intimité, une gradation du lien entre sphères publique et privée.

Ce sujet fait partie de mes préoccupations centrales lorsque je conçois un bâtiment : la technologie peut venir en support de l’homme, jamais le remplacer. L’intelligence humaine doit toujours primer, et avec elle les espaces de rencontre.

Dans le cas du GED, plusieurs dispositifs sont mis en œuvre : le système de façades de verre choisi pour apporter la lumière naturelle est rythmé par des parties verticales pleines métalliques, une architecture aux subtiles références au passé industriel du lieu. Les parties vitrées sont gérées par ce qu’on appelle le système Optalux : un double vitrage et des persiennes qui, selon leur orientation, adaptent la luminosité. La façade nord, tout en ayant la même esthétique, est un peu différente pour capter le maximum de lumière. Les persiennes de ce type sont en règle générale gérées automatiquement, ce qui empêche toute diversité d’appropriation par les usagers et toute utilisation autre que celle d’un « confort moyen » de lecture, produisant un espace ennuyeux et uniforme, rendant les projections impossibles ou pouvant gêner la lecture des écrans.

Conserver la possibilité d’un contrôle manuel me paraissait déterminant. Cela permet de moduler la lumière par zones et d’obtenir des variations importantes du degré de luminosité compatibles avec les goûts et les usages de chaque lieu.

Il en va de même pour le système de réfrigération. Il y a un point qui n’était pas au programme et sur lequel j’ai dû insister : en tant que bâtiment bioclimatique, il était interdit d’installer une réfrigération. Tous les calculs thermiques avaient été effectués à partir des normes actuelles. Or, avec le réchauffement climatique, on risque d’atteindre des températures très élevées. Afin que l’ouvrage soit pérenne, il fallait immédiatement mettre en place des installations qui permettent de faire face dans l’avenir à des conditions de chaleur beaucoup plus forte, car il serait extrêmement coûteux de l’adapter a posteriori. Il a donc été décidé d'installer une réfrigération qui pourra être utilisée à titre exceptionnel. Le bâtiment va fonctionner toute l’année avec son système de ventilation naturelle, mais en cas de chaleur exceptionnelle, on utilisera cette réfrigération. C’est bien dans des situations exceptionnelles comme celle-ci que l’intervention et la gestion humaines restent absolument incontournables.

MW : D’un côté le GED peut favoriser les interactions, la rencontre entre les usagers et, d’un autre côté, il doit faciliter le travail tranquille, solitaire même. Dans certains cas, aussi, il doit permettre le travail de celui qui ne peut travailler qu’en dehors de chez lui. Comment peut-on penser en même temps la possibilité des interactions et la possibilité du travail solitaire, la possibilité du bruit de la ville, du restaurant, etc., et celle de lieux de travail silencieux ?

EdP : La réponse tient à cette notion de hiérarchie de l’intimité : elle guide ma réflexion, ma conception de l’espace et, forcément, elle permet de gérer tous ces calculs. J’ai prévu une typologie d’espaces tellement différenciés que chacun pourra trouver chaussure à son pied. Évidemment l’isolation et l’absorption acoustiques ont également guidé la conception des lieux.

MW : Les chercheurs français, les universitaires français, pendant des années, étaient fascinés par les universités américaines dont le modèle de bibliothèque datait souvent de l’entre-deux-guerres. Aux États-Unis, même une université de quatrième catégorie était bien outillée, avec tous les livres en accès libre, la possibilité de se balader au milieu des rayons, de prendre en main immédiatement les ouvrages, sans avoir à les ranger ensuite. Ce modèle a fait rêver y compris, je pense, certains des tout premiers à avoir réfléchi à ce qu’allait devenir le GED. À présent tout a changé, notamment avec le numérique. Comment avez-vous réfléchi à tout cela ? Comment vous êtes-vous informée ?

EdP : En préparant le concours, mon équipe et moi avons fait beaucoup de recherches et de visites en France. J’aurais souhaité visiter des bibliothèques américaines, mais cela a été impossible. Mon équipe a visité, filmé et analysé certaines bibliothèques européennes, ce qui m’a renseignée un peu sur différents types de bibliothèque. Après le concours, j’ai également eu la chance de vous connaître et de bénéficier aussi de vos connaissances en la matière, de vos analyses critiques que j’ai pu intégrer par la suite au cours du développement du projet. La majorité de ces informations l’ont nourri dans la limite du budget prévu.

Certains exemples qu’on a pu voir sont assez séduisants par leur esthétique. Celui du Rolex Learning Center en Suisse est formidable, mais avec très peu de livres et une omniprésence du numérique.

La conception digitale dominante peut flatter l’image de l’équipement : elle avait fasciné mon équipe parce qu’elle donne une idée de la bibliothèque du futur où la lecture sur papier serait remplacée par le digital, donc un rêve très différent de la réalité du GED, conçu pour abriter des collections existantes et importantes, des documents physiques dont un ensemble de documents rares, de vrais trésors. Il fallait se conformer à cette réalité. De surcroît, même si, à l’avenir, la place du numérique sera prépondérante, elle ne pourra pas remplacer la consultation de livres rares.

MW : N’avez-vous pas eu le sentiment d’être tirée un peu trop vers le passé, du point de vue de la conception de cet ensemble ? 

EdP : Il y a une quantité considérable d’ouvrages importants et intéressants, il fallait respecter le programme. Mais il y a un certain nombre d’espaces prévus pour la consultation digitale. Même si on aurait pu souhaiter donner une plus grande place au numérique, étant donné l’importance des collections à installer et la délimitation des surfaces prévues du concours, c’était impossible dans les volumes actuels.

Citons l’exemple des bibliothèques américaines : il s’agit de centres privés qui disposent de moyens considérables. Au GED, le programme est bon, même sans créer de nombreux dispositifs de pointe. De plus, l’espace est suffisamment rempli par la programmation classique, au vu de l’importance des collections existantes.

Il y avait une limite de surface à respecter pour le bâtiment. Toutefois, j’ai dépassé la surface prévue au programme, non pas pour renforcer davantage la place du numérique, mais pour créer un forum : j’ai voulu privilégier la création d’un espace démocratique et la possibilité d’insertion, d’accès à la culture de la jeunesse défavorisée locale.

J’aurais pu proposer des espaces davantage voués au numérique, mais j’ai préféré prévoir, hors budget actuel de construction, la possibilité technique de pouvoir créer des nouvelles salles en toiture. Comme les façades hautes entourent déjà ces terrasses, on pourra à moindres frais, dans l’avenir, fermer ces lieux par des simples toitures, pour y créer des salles dédiées davantage au numérique ou à des nouveaux usages qui surgiront. Et à la vitesse d’évolution de la technologie, je parie que ces extensions se feront très rapidement.

MW : Je vais être un peu caricatural et paradoxal : trop de livres, pas assez d’argent et pas assez de modernité dans ce qui vous a été demandé ? Suis-je excessif ?

EdP : Oui, c’est très excessif. Le sujet est complexe : même si dans certaines bibliothèques la part du numérique est bien supérieure, elle est tout de même bien présente au GED. Nous savons que pour les bâtiments publics on obtient des financements quand les mœurs du moment prouvent que ça devient vraiment indispensable. Pour cela, prévoir des extensions était nécessaire. Et il est délicat de comparer le privé et le public.

De plus je trouve que la programmation du GED est déjà extrêmement pionnière par rapport à d’autres équipements : avec son ouverture au sol, aux rues, les utilisateurs ont prévu une programmation intelligente au rez-de-chaussée et ont été très réceptifs à mes propositions. C’est un équipement très urbain en soi : caféteria, salles non affectées afin la jeunesse puisse se les approprier, salle de co-working, salle d’information pour les jeunes, etc.

Une programmation à dominante technologique arrivera sûrement dans un second temps. Parfois, les équipements cherchent davantage à présenter une image de pointe qu’à être effectivement à la pointe. Dans ces situations, il manque souvent l’histoire. Le GED est beaucoup mieux équilibré sur cet aspect. On a besoin de technologie, mais pas qu’elle exerce une suprématie sur l’histoire et sur les documents réels.

Le GED a aussi été créé pour la communication avec les autres institutions de connaissance et de recherche. Il est très bien équipé dans la perspective de réseaux d’échanges entre tous les laboratoires du monde. Pour cela on n’a pas besoin de beaucoup d’espace. La documentation existante rassemble les fonds de 45 bibliothèques, si ma mémoire est bonne. Le programme a été conçu par rapport à ce contenu très riche.

La part de mémoire est importante : on ne peut la délaisser. La technologie, on pourra toujours en adjoindre davantage et les extensions le permettront très facilement. Mais il faut d’abord respecter la mémoire et le passé : on en a besoin aussi parce que c’est l’histoire qui nous apprend à nous guider vers l’avenir. Et il fallait bien installer cette formidable collection, la rendre accessible à la consultation. Et je le répète car c’est important, la flexibilité du bâtiment facilitera toute adaptation future.

J’en reviens à votre question sur un éventuel « défaut de modernité » du GED : je préfère d’ailleurs dire « pas assez d’actualité » à la place de modernité, cette dernière ayant fait beaucoup de mal à l’homme et à l’architecture. Je pense surtout que le GED a un grand rôle à jouer par rapport aux attentes actuelles et futures concernant l’homme et l’environnement.

Et je suis persuadée que grâce à son architecture, davantage que par une présence forte du numérique, il deviendra un modèle en matière d’équipement durable, non seulement par son caractère bioclimatique totalement flexible et adaptable, mais aussi parce qu’il est un équipement durable sur le plan humain, vraiment public, ouvert au quartier, une ouverture conçue pour attirer la jeunesse défavorisée du quartier vers la connaissance.

Donc comme équipement public de transmission du savoir et de la connaissance, il remplit de façon exemplaire sa vocation.

MW : Il y a une sorte de colonne vertébrale dans la réunion de toutes les dimensions que vous avez données au GED ? Ce n’est pas seulement : on met tout ensemble. Cette colonne vertébrale se forme-t-elle à partir de votre rapport aux sciences sociales, non seulement la sociologie, mais aussi l’anthropologie ? De votre rapport à la société, à l’humain, au corps, éventuellement ? Comment les très importants débats actuels sur la relation, l’intégration, l’articulation du social et de l’environnemental aboutissent-ils à ce que vous appelez une architecture holistique ?

EdP : Parfois je dis architecture holistique, parfois je dis architecture écosystémique, mais c’est la même chose. Et je dis aussi architecture de liens.

Il y a quelques années, face à la crise environnementale, sociale, économique, écologique que nous vivons, j’avais indiqué que nous étions un peu perdus, que les outils classiques de l’architecture ne nous permettaient pas de concevoir des réponses appropriées. Qu’il fallait une remise en cause totale de nos acquis, de nos formations. Je pense, là, que la sociologie est extrêmement utile pour concevoir des nouveaux outils.

Aujourd’hui, tout doit aller très vite. Pierre Chareau a mis dix ans pour concevoir sa Maison de verre. Maintenant on conçoit une maison en quatre mois, une bibliothèque en un an. Notre relation au temps est devenue vraiment dangereuse pour la conception architecturale. Nous avons des obligations nombreuses : respecter les règlements d’urbanisme, les programmes, les coûts. Si on ne se laisse guider que par ces contraintes, on va faire un projet fonctionnel qui fera peut-être l’objet d’un beau dessin. On produira un bâtiment d’une forme un peu classique, sans réfléchir à de nouveaux paramètres qui ne sont pas compris dans le programme actuel, que la demande soit de nature low tech ou non.

J’ai défini pour mon agence ce que j’appelle « l’architecture nouvelle », les dix principes d’architecture qui doivent nous guider dans tous les projets et qui doivent assurer, entre autres :

  1. une simplicité formelle et structurelle permettant de faire des économies de matières premières pour financer tous les dispositifs innovants non prévus aux programmes ;
  2. une flexibilité, une adaptabilité des lieux, permettant, en fonction du programme, de faire évoluer les bâtiments : possibilité de transformation et d’extension ;
  3. une relation écosystémique avec le contexte : le lieu et le climat ;
  4. l’utilisation de matériaux pérennes ;
  5. une architecture conçue pour son usage.

Ces règles nous permettent d’intégrer toutes les contraintes dans une vision globale, holistique qui dépasse le simple cadre du bâtiment comme ouvrage. Le bâtiment devient un élément qui établit des interactions totales avec les hommes et les lieux.

À l’époque du Bauhaus, un architecte, Ernest Neufert, a défini des règles très strictes, très dangereuses parce qu’il s’agissait d’une approche des relations homme-bâtiment purement mathématique, purement quantitative et fonctionnelle, masquant la dimension sociale et culturelle de l’homme.

Quand nous savons que notre corps établit avec l’espace une multitude de relations sensorielles, symboliques, etc., nous comprenons l’impossibilité de réduire ces relations aux seuls éléments quantifiables comme l’a fait le mouvement moderne. 

L’espace est nourricier. Il nourrit l’homme non seulement en aliments, mais en sollicitations et informations constantes qui affectent nos sens et notre cerveau. Un espace appauvri dépourvu de ces dimensions sensorielles et symboliques est aliénant pour l’homme. 

Je pense que la grande richesse des années 1970 a été de faire un retour sur les fondamentaux de la relation entre sociologie, anthropologie et architecture, de réintégrer dans la conception cette dimension de l’homme culturel et symbolique.

Pour aller plus loin, cette notion d’architecture écosystémique ou de liens consiste à envisager l’ensemble des relations qu’un bâtiment peut entretenir avec son contexte, son environnement, mais aussi avec son contexte intérieur, avec les usages, avec l’homme.

La vision moderne machiniste et fonctionnaliste détachant chacun des éléments du réel, les séparant, pratique la dénégation totale de leurs interactions. Or ces liens qui existent entre tous les éléments du réel forgent les bases de l’univers. Nous retrouvons cette approche dans la théorie quantique, et en écologie dans la notion d’écosystème. 

Pour l’architecture, cette vision implique de reconnaître et de rendre possibles toutes les relations entre bâtiments, corps, espaces, nature, lieux, climats, tels des écosystèmes au présent dont on anticipe la mutation pour en garantir l’équilibre.

Là, on comprend la pertinence de la notion d’écosystème pour l’architecture : un écosystème général, composé de plusieurs autres. L’intérieur d’un bâtiment perçu comme un écosystème, dans un écosystème qu’est le bâtiment l’enveloppant, le tout évoluant ensemble harmonieusement par les adaptations successives de leurs éléments.

Il est question ici de tous les jeux d’interactions qu’entretiennent à la fois l’homme, son bâtiment et le milieu : telle est l’approche écosystémique qui consiste à intégrer cet ensemble de relations. Il s’agit d’une approche nouvelle fondamentale à mon sens.Lors du colloque à la Philharmonie (Portzamparc, 2016), j’ai défendu l’idée que cette vision écologique devrait produire dans les prochains siècles, la re-naissance de notre civilisation. Et j’ai démontré que ce phénomène est en cours et déjà visible en architecture ainsi que dans d’autres domaines.Cette vision écologique me semble être en passe de fédérer, à terme, la totalité de l’humanité, toutes cultures, nationalités ou niveaux sociaux confondus, car elle démontre la relation indissociable entre l’homme et la nature, elle nous amène à reconnaître la nécessité de solidarité et de communauté, si l’on veut préserver l’homme et son cadre de vie, indispensable à sa propre survie.

Philippe Descola a déclaré récemment4 dans Le Monde : « Nous sommes au seuil d’un mouvement du même ordre d’ampleur que ce qu’ont accompli les penseurs des Lumières au xviiie siècle. » Je suis convaincue que dans tous les domaines, y compris en architecture, cela s’opère par cette approche écologique qui appréhende notre monde comme un système vivant composé d’éléments interdépendants. Et la large mais lente adoption en cours de cette vision fondamentale sera capable, espérons-le, de freiner la dévastation de notre civilisation, et surtout, de contribuer à la reconstruire sur des nouvelles bases.

Cette vision me semble être en cours de fédérer la totalité de l’humanité, toutes cultures et niveaux sociaux confondus, car elle seule peut nous amèner à reconnaître la nécessité de solidairité et de communauté, si l’on veut préserver l’homme et son cadre de vie, indispensable à sa propre survie.

Je prépare un livre, justement, qui montrera que cette vision des jeux d’interactions – que je qualifie d’écosystémique en référence à l’écologie – devient commune à plusieurs sciences. On la retrouve dans de nombreux champs de la connaissance et de la création. Dans l’art, par exemple, le travail d’Antony Gormley est très explicite. J’ai commencé à aborder cette notion dans un débat avec un physicien. Par ailleurs, la chorégraphe Sacha Waltz, avec qui j’ai beaucoup échangé, explore elle aussi ces interactions, notamment les liens entre corps et espace : toutes ses chorégraphies sont fondées dessus.

Trouver l’interaction, la corrélation, le lien entre architecture et chorégraphie, entre architecture et théorie quantique, entre architecture et sociologie : nous faisons un travail passionnant ! Les systèmes d’interrelations qui existent en architecture, on les trouve aussi ailleurs, dans la majorité des disciplines, parmi lesquelles, notamment, la sociologie. Quand on étudie les groupes sociaux, même le plus petit n’est pas isolé : il fait partie d’un autre corps qui appartient à un autre corps, et ainsi de suite.

On est au cœur de cette même vision. La théorie des systèmes finalement, comme nous l’avons déjà évoquée ensemble, correspond aussi à une conception écosystémique de la société.

Haut de page

Bibliographie

Chaumont, Olivia, 2013, D’un corps à l’autre, une architecte urbaniste, Paris, Robert Laffont.

Raymond, Henri, Dezès, Marie-Geneviève, Haumont, Nicole et Haumont, Antoine, 2001 [1966], L’habitat pavillonnaire, Paris, L’Harmattan.

Jardim Neves, Elizabeth,1979, Les quartiers d’Antony, document Ville d'Antony.

Jardim Neves Chabod, Elizabeth et Terrenoire, Marie Odile, 1972, Elancourt-Maurepas : les premiers habitants, Magny-les-Hameaux, EPA de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Portzamparc, Elizabeth de, 2016, « Architecture et visions du monde : la re-naissance de l’architecture et de notre civilisation », colloque « (Re)créer le monde », 18-20 mai, FMSH / Philharmonie de Paris.

Haut de page

Notes

1 La Fondation Maison des sciences de l’homme, qui est membre fondateur du campus, apporte à cet équipement sa propre bibliothèque, soit environ la moitié du fonds du GED.

2 Architecte et designeuse brésilienne majeure du xxe siècle.

3 Il s’agit d’un texte résultant des débats qui ont eu lieu lors du IVe Congrès international d’architecture moderne (CIAM, 1933) sous l’égide de Le Corbusier. Il pose les principes de la planification et de la construction de la ville fondée sur des tours d’habitation, la préservation des quartiers historiques, la création de zones indépendantes pour les quatre « fonctions » : la vie, le travail, les loisirs et les infrastructures de transport.

4 10 mai 2019, <https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/05/10/wildproject-dix-ans-d-humanites-ecologiques_5460284_3232.html>.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le forum de la Grande Bibliothèque Condorcet
Crédits ©2Portzamparc / Elizabeth de Portzamparc
URL http://journals.openedition.org/socio/docannexe/image/10746/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Le musée de la Romanité à Nîmes
Crédits ©2Portzamparc / Elizabeth de Portzamparc
URL http://journals.openedition.org/socio/docannexe/image/10746/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Le Palais des sciences de Shanghai
Crédits ©2Portzamparc / Elizabeth de Portzamparc
URL http://journals.openedition.org/socio/docannexe/image/10746/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Titre Le Taichung Intelligence Operation Center, à Taïwan
Crédits ©2Portzamparc / Elizabeth de Portzamparc
URL http://journals.openedition.org/socio/docannexe/image/10746/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elizabeth Jardim Neves de Portzamparc et Michel Wieviorka, « Une architecture de sociologue »Socio, 14 | 2020, 135-166.

Référence électronique

Elizabeth Jardim Neves de Portzamparc et Michel Wieviorka, « Une architecture de sociologue »Socio [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 19 novembre 2020, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/socio/10746 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.10746

Haut de page

Auteurs

Elizabeth Jardim Neves de Portzamparc

Michel Wieviorka

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search