Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Éditorial

Texte intégral

  • 1 « La sociologie et le monde. Entretien avec Immanuel Wallerstein », suivi de Stéphane Dufoix, « Wa (...)

1Quand Socio a été créée, en 2013, nous ne manquions pas de raisons intellectuelles pour nous tourner vers Immanuel Wallerstein. En lui demandant de faire partie de notre conseil scientifique international, bien sûr. Mais aussi en l’accueillant dans notre première livraison, pour un entretien sur « la sociologie et le monde1 » : c’était une chance pour notre revue, internationale, pluridisciplinaire, et affichant résolument son souci de « penser global », que d’avoir un échange approfondi avec cette immense figure des sciences sociales dont nous étions proches, ne serait-ce que pour son approche du « système-monde » et pour ses liens avec Fernand Braudel, l’historien de l’« économie-monde » et de la longue durée, et par ailleurs fondateur de l’institution qui porte notre revue, la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH).

2Il nous a quittés le 31 août 2019, et le moment est venu de prendre toute la mesure de son œuvre et, plus largement, de son apport. Les textes rassemblés par Stéphane Dufoix et Yves-David Hugot font d’abord apparaître la puissance de la pensée d’Immanuel Wallerstein, ils nous montrent aussi comment elle s’est construite, et dans quels contextes successifs. Un monde intellectuel se déploie ici, page après page, où l’on croise bien des grandes figures des sciences sociales du demi-siècle qui vient de s’écouler, où l’on discute, au meilleur niveau, où l’on correspond, sur le fond, où la vie des idées est ouverte au monde. Avec aussi une capacité exceptionnelle à articuler avec bonheur une vision d’une formidable épaisseur historique, inscrite dans la longue durée, et la préoccupation constante d’éclairer l’actualité : on en trouvera des illustrations significatives dans cette livraison, avec quelques-uns des commentaires à chaud que Wallerstein livrait dans son blog.

3Immanuel Wallerstein a fait évoluer les sciences sociales, en profondeur, et durablement, et s’il fut d’abord un grand intellectuel, et un immense chercheur, il fut aussi toujours soucieux des institutions. On me permettra ici des évocations personnelles : je l’ai pratiqué quand il présidait l’Association internationale de sociologie – c’est lui qui m’a fait entrer alors dans son comité exécutif – j’ai pu constater à quel point ce fut une période faste pour cette organisation. Quand j’ai exercé mes fonctions à la tête de la FMSH à partir de 2009, il y a toujours été chez lui, et quand j’ai veillé à la création de l’Association des amis de la FMSH, en 2014, c’est tout naturellement que je lui ai proposé d’en assurer la présidence, ce qui, quand de nouveaux statuts ont été mis en place, l’année suivante, en a fait de droit un membre du conseil de surveillance de la Fondation – ses interventions y ont toujours été très écoutées, et fort utiles à l’institution.

  • 2 D’où le cycle de conférences que je lui ai proposé de donner, en 2015, conférences reprises avec d (...)

4Les chercheurs en sciences sociales aiment débattre de la question de l’engagement. Immanuel Wallerstein, là encore, mérite tout notre intérêt. Homme de conviction, ancré solidement à gauche, tenant, comme il disait, d’une « gauche globale2 », il a saisi toute l’importance du mouvement altermondialiste, dont il a été une référence incontournable. Sa force, ici, est de n’avoir jamais donné l’impression de confondre les registres : la recherche, la production scientifique sont une chose, l’engagement en est une autre, en cohérence, mais sans confusion.

5Socio n’est pas une revue de théorie sociologique pure, comme si celle-ci pouvait constituer en elle-même un univers à part, spécialisé. Mais Socio a toujours été du côté de l’exigence théorique, et du débat. Arnaud Saint-Martin, dans son article sur la « systématique mertonienne de la théorie sociologique », propose dans cette livraison, de questionner le « sens, la place et les diverses fonctions de la théorie dans la recherche contemporaine ». Et alors que le concept d’intersectionnalité devient dans les médias et le débat public pour les uns une sorte de signe de ralliement, pour d’autres le symbole d’un positionnement perçu comme radical, Paola Rebughini en traite sérieusement, sur le fond, à l’écart des passions et des idéologies.

6Enfin, en ces temps de pandémie, il m’a semblé utile de déconstruire le débat sur le « triage » des malades, pour inscrire la question présentée comme éthique dans un ensemble d’interrogations où elle trouve sa place aux côtés d’autres dimensions, politiques, économiques, sociales et de justice.

Haut de page

Notes

1 « La sociologie et le monde. Entretien avec Immanuel Wallerstein », suivi de Stéphane Dufoix, « Wallerstein et le système-monde », Socio, no 1, mars 2013, p. 155-171.

2 D’où le cycle de conférences que je lui ai proposé de donner, en 2015, conférences reprises avec des commentaires de ses amis Étienne Balibar, James K. Galbraith, Johan Galtung, Nilüfer Göle, Pablo González Casanova et moi-même, dans La gauche globale. Hier, aujourd’hui, demain, Paris, Éditions de la MSH, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Éditorial »Socio, 15 | 2021, 5-7.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Éditorial »Socio [En ligne], 15 | 2021, mis en ligne le 02 avril 2021, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/socio/10844 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.10844

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 1989 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a dirigé le Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS) de 1993 à 2009 et la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) de 2009 à 2020, comme administrateur puis comme président du directoire. Il a été président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010), et membre du conseil scientifique de l’European Research Council (ERC). Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : Pour une démocratie de combat (Robert Laffont, 2020) ; avec Farhad Khosrokhavar : Les juifs, les musulmans et la République (Robert Laffont, 2017) ; sous sa direction : Antiracistes (Robert Laffont, 2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search