Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15DossierTémoignagesImmanuel Wallerstein : La quête p...

Dossier
Témoignages

Immanuel Wallerstein : La quête pour ouvrir les sciences sociales

La Commission Gulbenkian pour la restructuration des sciences socialesThe Gulbenkian Commission for the Restructuring of the Social Sciences
Immanuel Wallerstein: The quest for opening the social sciences
João Caraça
p. 143-150

Résumés

Ce texte présente une description du contexte, des idées et des objectifs qui ont conduit à la constitution et au fonctionnement de la Commission Gulbenkian sur la restructuration des sciences sociales, présidée par Immanuel Wallerstein. Il décrit la manière dont ce dernier a œuvré pour arriver à un rapport final, qui a été publié en anglais en 1996 et immédiatement suivi par des traductions publiées dans 24 langues différentes. Le rapport s’intitulait Open the Social Sciences et son impact fut énorme. La plupart des discussions qu’il a suscitées ont été très ouvertes, dans l’esprit dans lequel la Commission Gulbenkian souhaitait qu’elles se poursuivent. La réalisation intellectuelle du rapport est une indication claire de l’enthousiasme, de la vision et du leadership d’Immanuel Wallerstein.

Haut de page

Texte intégral

1Quand j’ai rencontré Immanuel Wallerstein au début des années 1990, il s’efforçait de mettre au jour une nouvelle intelligibilité des sciences sociales. En effet, notre monde de plus en plus mondialisé nécessitait l’élaboration d’un nouveau cadre afin de lier entre elles les différentes structures de la connaissance, alors en pleine évolution.

2La science moderne, de Galilée à Newton et Maxwell, a été capable de réordonner la réalité en cherchant des invariants dans les phénomènes naturels, révélant ainsi l’existence des lois de la nature. La capacité de cette science à décrire les transformations de la nature l’a « objectivement » amenée à défendre une séparation des éléments fondamentaux qui composent la vie en communauté (l’économie, la société, la culture, la politique, l’éthique, l’État, la religion) ainsi que des innombrables disciplines universitaires proposant une source de compréhension des lois du monde.

  • 1 Ce qui fut d’ailleurs à l’origine d’un autre excellent projet proposé par Immanuel Wallerstein à l (...)

3Profondément conscient des difficultés épistémologiques inhérentes aux hypothèses classiques (ou modernes) de la connaissance1, Immanuel Wallerstein a commencé à s’intéresser à la nouvelle science de la complexité, développée entre autres par Ilya Prigogine, qui proposait une nouvelle vision de l’univers vivant structuré par l’instabilité, l’évolution et la fluctuation en lieu et place de la vision du monde classique (moderne) fondée sur la stabilité, la séparation et l’équilibre.

4Cette nouvelle vision soutenait la nécessité d’un « réenchantement du monde », et, par conséquent, impliquait d’imaginer une nouvelle architecture des relations entre les sciences naturelles, les sciences sociales et les humanités. La Fondation Calouste-Gulbenkian n’a jamais cessé de soutenir les réflexions sur la meilleure manière de répondre aux questions soulevées par une nature globale aussi bien que les tentatives de résoudre certains des problèmes cruciaux qui se posent dans notre quête collective d’un meilleur avenir pour l’humanité. Les grandes réussites intellectuelles du xxe siècle qui ont mené à l’étude moderne de la vie et à l’émergence de la science de la complexité, la nécessité d’une « contextualisation » des universalismes, ainsi que le développement des formations universitaires ont tous profondément influencé le travail des chercheurs en sciences sociales, tout en laissant fort peu d’espace pour des interrogations structurelles ou organisationnelles. Ainsi, ne faut-il pas considérer que le dépassement de la structure disciplinaire existante constitue aujourd’hui le dilemme central auquel sont confrontées les sciences sociales ?

5Lors de l’une de mes missions à Paris (la Fondation Gulbenkian a une tradition aussi longue que fructueuse de collaboration avec la Maison des sciences de l’homme), Immanuel Wallerstein discuta de la possibilité de créer un groupe de chercheurs de haut niveau issus de différents champs et de différentes disciplines afin d’essayer de construire une proposition convaincante pour restructurer le domaine des sciences sociales. Ce groupe international composé d’intellectuels de haut vol – six issus des sciences sociales, deux des sciences naturelles, et deux des humanités – devait réfléchir au présent et à l’avenir des sciences sociales.

6Wallerstein discuta de la composition de la Commission avec la Fondation avant même que sa proposition fût acceptée. Ce fut là un exercice particulièrement délicat, dans la mesure où il était nécessaire de sélectionner des individus issus des quatre coins du monde et de diverses communautés linguistiques universitaires. Finalement, la Fondation nomma la « Commission Gulbenkian pour la restructuration des sciences sociales » en juillet 1993, avec Immanuel Wallerstein pour président. Elle comprenait donc Immanuel Wallerstein (États-Unis), Calestous Juma (études des sciences et technologies, Kenya), Evelyn Fox Keller (physique, États-Unis), Jürgen Kocka (histoire, Allemagne), Dominique Lecourt (philosophie, France), Valentin Y. Mudimbe (langues romanes, Zaïre), Kinhide Mushakoji (sciences politiques, Japon), Ilya Prigogine (chimie, Belgique), Peter J. Taylor (géographie, Royaume-Uni) et Michel-Rolph Trouillot (anthropologie, Haïti).

7Les membres venaient donc de dix disciplines différentes, de cinq continents (en comptant l’Amérique du Sud et l’Amérique du Nord comme deux continents), et quatre d’entre eux utilisaient avant tout l’anglais dans leur travail de recherche, quatre le français, un l’allemand et un le japonais. Il s’agissait là d’un spectre pour le moins impressionnant.

8L’annonce de la création de la Commission Gulbenkian fut faite au moyen de la liste de diffusion du Fernand Braudel Center et de celle de la Fondation Calouste-Gulbenkian. Elle suscita immédiatement un grand intérêt et trois presses universitaires s’empressèrent d’annoncer qu’elles seraient ravies de publier le futur rapport.

La première réunion

9La première réunion de la Commission fut organisée à Lisbonne, au siège de la Fondation Calouste-Gulbenkian, les 17 et 18 juin 1994. Wallerstein avait préparé un texte qui devait servir de base à la discussion et qui s’intitulait « Sciences sociales ? »

10La table des matières provisoire annonçait :

Ouvrir les sciences sociales

Là où nous avons été

1. Sciences sociales ? (Wallerstein)

Là où nous sommes

2. Articles de chacun des membres

Là où nous pourrions être

3. Ouvrir les sciences sociales : la nouvelle alliance de l’Homme et de la Nature (la Commission)

La deuxième réunion

11La deuxième réunion de la Commission fut organisée à la Maison Suger, à Paris, par la Maison des sciences de l’homme, les 13 et 14 janvier 1995. Les premières versions des articles des membres y furent discutées, et, dans le débat général qui s’ensuivit, une nouvelle matière émergea et une toute première version des principales propositions de la Commission (destinées à l’ultime chapitre) fut établie. La table des matières définitive annonçait :

Ouvrir les sciences sociales

I. La construction historique des sciences sociales, du xviiie siècle à 1945

II. Les débats au sein des sciences sociales, de 1945 à aujourd’hui

III. Quel type de science sociale allons-nous maintenant construire ?

IV. Conclusion : Restructurer les sciences sociales

La troisième réunion

12La troisième réunion de la Commission fut organisée à Binghamton, à la State University of New York (SUNY), par le Fernand Braudel Center, les 28 et 29 avril 1995. La version provisoire du dernier chapitre y fut discutée et amendée.

13Non seulement Immanuel Wallerstein était un immense chercheur et une grande figure intellectuelle, mais il était également un excellent organisateur. Il mena les réunions de la Commission Gulbenkian avec une grâce exceptionnelle. Tous ceux qui ont déjà assisté à une réunion pluridisciplinaire comprendront parfaitement ce que je veux dire. Et la qualité, la puissance et la finesse du Rapport proprement dit sont finalement remarquables de ce fait.

14J’utiliserai ses propres mots pour décrire le Rapport :

Nous souhaitions dans ce travail montrer trois choses. La première est la façon dont les sciences sociales ont été historiquement élaborées en tant que forme du savoir, et les raisons de leur division en un ensemble spécifique de disciplines relativement standardisées en un processus qui se déroula entre la fin du xviiie siècle et 1945. La seconde chose a trait aux voies par lesquelles les développements du monde dans la période qui a suivi 1945 ont fait surgir des questions sur cette division intellectuelle du travail et, de ce fait, ont réouvert les problèmes de la structuration organisationnelle qui avait été mise en place dans la période précédente. La troisième chose concerne l'élucidation de séries de questions intellectuelles de base, au sujet desquelles il y a eu des débats récents importants, et la suggestion d'une position que nous jugeons optimale pour aller de l'avant. Nous nous orientons maintenant vers une discussion sur les façons de restructurer intelligemment les sciences sociales à la lumière de cette histoire et de ces débats récents. (Wallertsein, 1996 : 99).

15C’est clair comme de l’eau de roche ! Il est par ailleurs intéressant de rappeler les quatre phrases qui concluent le Rapport :

Nous ne voulons pas que ces recommandations soient limitatives. Nous souhaitons qu’elles encouragent des initiatives allant dans la bonne direction. Il y a sûrement d’autres formules qui peuvent aussi aller dans ce sens et nous encourageons d’autres personnes à les proposer. Ce qui est essentiel, nous le répétons, est que les questions sous-jacentes soient débattues, de façon claire, ouverte et intelligente (ibid. : 110-111).

16Intitulé Open the Social Sciences, le Rapport fut publié en anglais en 1996 par Stanford University Press, puis, peu de temps après, en portugais (Para Abrir as Ciências Sociais, Lisbonne, Edições Europa-América, 1996), avant d’être traduit dans la foulée en plus de vingt-quatre langues. Il eut un impact gigantesque, et la plupart des débats qu’il provoqua furent très ouverts, ainsi que l’avait souhaité la Commission Gulbenkian.

17Open the Social Sciences reste un livre aussi rigoureux que généreux et inspirant, qui vise à surmonter la contrainte de la structure disciplinaire pour ouvrir la voie à de nouveaux possibles dans les sciences sociales.

18Sa revendication principale est l’ouverture.

Un monde dans lequel tous les spécialistes des sciences sociales auraient une maîtrise suffisante de plusieurs langages importants du monde universitaire serait un monde où se pratiquerait une meilleure science sociale (ibid. :94).

19Quelles étaient les ultimes recommandations de ce Rapport pour ouvrir la voie à une restructuration des sciences sociales ? On peut en dénombrer quatre :

  1. l’expansion d’institutions, appartenant ou associées aux universités, qui rassembleraient des spécialistes pour un travail commun d’une année autour de thèmes urgents spécifiques ;

  2. l’instauration de programmes de recherche intégrés dans les structures universitaires, qui traversent les lignes traditionnelles, ont des objectifs intellectuels spécifiques, et disposent de fonds pour une période limitée (par exemple cinq ans) ;

  3. l’affiliation conjointe obligatoire des professeurs (c’est-à-dire l’affiliation à deux départements) ;

  4. le travail conjoint des étudiants de troisième cycle (c’est-à-dire que tout travail effectué relève de la compétence de deux départements). (Voir ibid.: 108-110.)

20Si les deux premières recommandations pouvaient exiger des investissements financiers, les deux dernières n’avaient, elles, aucune incidence budgétaire. Elles étaient claires, simples, et potentiellement d’une grande efficacité. La Commission avait à cœur de faire avancer le débat, et ces recommandations étaient à l’image de l’atmosphère unique qui avait régné en son sein et de la vivacité des échanges qui y avaient eu lieu.

21L’incroyable niveau intellectuel du Rapport s’explique bien évidemment en premier lieu par les qualités propres aux individus composant la Commission Gulbenkian, mais on ne saurait rendre compte de la réussite globale du projet sans évoquer l’enthousiasme, la détermination, la vision et le leadership d’Immanuel Wallerstein.

22La rapidité et l’intensité des communications dans nos vies actuelles n’ont connu aucun équivalent au cours de l’histoire de l’humanité. Le poids de plus en plus lourd des investissements immatériels dévoile la nature volatile des processus de régulation des activités sociales et la façon dont ces derniers se voient profondément modifiés.

23La science se penche sur le changement dans le monde naturel : la science sociale, quant à elle, s’intéresse au changement dans la société. Au cours des cinquante dernières années, la science et la technologie ont gagné une importance qu’elles n’avaient encore jamais eue dans l’histoire de l’humanité, importance qui a eu des conséquences profondes à tous les niveaux de la société.

24La connaissance et l’apprentissage constituent les ressources et les mécanismes centraux des nouvelles nations, des nouvelles communautés et des nouvelles organisations. Il importe de bien mesurer les implications qu’aurait le fait de mettre un frein à la libre circulation de la connaissance : les connaissances d’une discipline donnée ne peuvent évoluer à l’extérieur d’un puissant cadre de communication, un cadre à même de permettre la compréhension des moyens et l’assimilation des valeurs, et ce afin d’actualiser le véritable potentiel de cette discipline. Il convient d’accorder une attention spéciale aux relations qu’entretient la science avec les technologies, les artisanats, les lois et les règlements, la gestion d’entreprise, les arts appliqués et les beaux-arts, et notamment à la diffusion des nouvelles capacités d’apprentissage dans la société, afin de mener au développement de compétences plus solides.

25Les sciences sociales se doivent de jouer un rôle historique de premier plan au xxie siècle. Notre capacité à articuler des politiques de la connaissance pertinentes découle de la capacité des sciences sociales à réinventer et à redéfinir le cadre conceptuel qui, au xixe siècle, a servi de fondement à la construction des États-nations.

26L’apprentissage est essentiel pour comprendre le changement dans nos sociétés et y faire face. De nouveaux comportements collectifs, ou des innovations, sont des propriétés émergentes des structures socio-économiques au cours de leur développement. Et les politiques sont de puissants mécanismes d’adaptation sociale, révélant non seulement une prise de conscience du changement, mais également une capacité d’adaptation sociale à ces changements, menant ainsi à l’apprentissage de la meilleure façon de se comporter dans ces nouvelles conditions. C’est la cadence de cet apprentissage qui déterminera le rythme de la nouveauté et du succès dans notre avenir commun.

27Immanuel Wallerstein savait tout cela. Il l’a enseigné et pratiqué jour après jour, réunion après réunion, livre après livre. Pour paraphraser le titre de l’émouvante tribune que publia Étienne Balibar dans Libération en novembre 2019, les deux mots qui furent les plus chers au cœur d’Immanuel furent ceux de « système » et de transformation.

28Traduit de l'anglais par Aurélien Blanchard.

Haut de page

Bibliographie

Balibar, Étienne, 2019, « Immanuel Wallerstein : le système et l’histoire », Libération, 10 septembre.

Lee, Richard E. (éd.), 2010, Questioning Nineteenth-Century Assumptions about Knowledge, I: Determinism; II: Reductionism; III: Dualism, New York, SUNY Press.

Wallerstein, Immanuel (dir.), 1996, Ouvrir les sciences sociales. Rapport de la Commission Gulbenkian pour la restructuration des sciences sociales, traduit de l’américain par Jean-Michel Blanquer et Sophie Blanquer, Paris, Descartes et Cie.

Haut de page

Notes

1 Ce qui fut d’ailleurs à l’origine d’un autre excellent projet proposé par Immanuel Wallerstein à la Fondation Calouste-Gulbenkian au début des années 2000, intitulé Questioning Nineteenth-Century Assumptions about Knowledge, I: Determinism; II: Reductionism; III: Dualism (Lee, 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

João Caraça, « Immanuel Wallerstein : La quête pour ouvrir les sciences sociales »Socio, 15 | 2021, 143-150.

Référence électronique

João Caraça, « Immanuel Wallerstein : La quête pour ouvrir les sciences sociales »Socio [En ligne], 15 | 2021, mis en ligne le 02 avril 2021, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/socio/11129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.11129

Haut de page

Auteur

João Caraça

João Caraça est docteur en physique nucléaire (Oxford) et agrégé de physique (Lisbonne). Il est également conseiller du conseil d’administration de la Fondation Calouste Gulbenkian. Il a été directeur de la délégation en France de la Fondation de 2012 à 2016, et directeur du service de science de la Fondation depuis 1998. Il a été président du conseil général de l’université de Coimbra de 2017 à 2020 et conseiller pour la science auprès du président de la République portugaise entre 1996 et 2006. Il est l’auteur de plus de deux cents travaux scientifiques.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search