Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15DossierTémoignagesUn Américain à Paris

Dossier
Témoignages

Un Américain à Paris

La rencontre entre deux hommes et deux œuvres en construction, Immanuel Wallerstein et Fernand Braudel
An American in Paris: The meeting between two men and two works in the making, Immanuel Wallerstein and Fernand Braudel
Maurice Aymard
p. 127-142

Résumés

La rencontre entre Immanuel Wallerstein et Fernand Braudel, au début des années 1970, a été celle de deux hommes engagés dans l’écriture de deux livres partageant, par-delà leurs différences, à une étape différente de leur vie, la même ambition de penser une histoire longue à l’échelle du monde. Une histoire qui devait nous aider à comprendre le présent.

Haut de page

Texte intégral

1Trop de souvenirs personnels me lient à Immanuel Wallerstein pour que je puisse les rappeler tous ici. Je me limiterai donc à en évoquer quelques-uns, choisis parmi ceux qui m’ont le plus durablement marqué. Ils couvrent en fait un tiers de siècle, depuis notre première rencontre à Paris en 1975-1976 : une année universitaire qu’il avait passée entièrement à la Maison des sciences de l’homme (MSH), à l’invitation de Fernand Braudel, dont il animait le séminaire de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) chaque jeudi matin, et qui lui avait suggéré de profiter de l’un de mes séjours à Paris (je vivais encore à Rome à l’époque) pour y présenter le cas particulier de la Sicile des xvie-xviiie siècles dans le cadre du modern world-system. Je venais alors de découvrir son livre, publié en 1974, qui m’avait aidé à reformuler dans des termes d’une tout autre ampleur et dans un registre très différent les schémas explicatifs à cette date encore les plus courants. Ceux que j’utilisais comme étant à la fois évidents et pertinents pour comprendre et expliquer la place prise et l’évolution suivie entre la fin du Moyen Âge et l’époque moderne – des siècles qui sont aussi ceux des origines du Mezzogiorno – par ce « grenier à blé de la Méditerranée ». Un « grenier » qui n’avait rien d’inépuisable, mais s’était trouvé pris au piège de sa propre réussite commerciale internationale : une réussite qui avait les apparences, en partie trompeuses, mais pas totalement, de la modernité. Ces schémas étaient tous en réalité plus ou moins inspirés par notre expérience de l’époque : ils oscillaient entre les références à une « économie coloniale » (le succès du roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa, Le Guépard, suivi par celui du film de Luchino Visconti nous y invitait, même si le mot de colonie avait dans la bouche du prince une signification exclusivement politique, et nullement économique), au couple « développement/sous-développement », au « développement inégal » (Amin, 1973) ou encore à l’échange inégal (Arghiri, 1969).

2Notre premier contact fut donc intellectuel, et notre relation le resta pendant les décennies qui ont suivi, en prenant également une dimension plus personnelle. Je venais de rentrer moi-même en France, où je partageais mon temps entre mon enseignement à l’EHESS et ma participation à la direction scientifique de la MSH, au moment où celle-ci, sous l’impulsion de Clemens Heller, soutenu sans réserve par Fernand Braudel, prenait une dimension toute nouvelle. À partir de cette même année 1976-1977, Immanuel Wallerstein, qui venait de passer l’année précédente à Paris où il avait animé le séminaire de Fernand Braudel à l’EHESS, dont j’avais assuré une séance, organisa désormais sa vie en France, avec l’appui de la MSH, autour d’un séjour parisien annuel de l’ordre de trois mois, d’abord au printemps, puis entre janvier et mars. Il se distinguait par le respect scrupuleux des horaires de travail d’un universitaire américain, alors peu courants à Paris. Il arrivait à son bureau du 54 boulevard Raspail entre 8 heures et 8 h 30 (toujours le premier avec Clemens Heller) pour le quitter tôt, entre 17 heures et 17 h 30, et consacrer le reste de sa journée, avec Béatrice son épouse, aux expositions, au théâtre, à l’opéra et aux concerts, au cinéma et, bien entendu, à quelques dîners avec des amis parisiens ou étrangers de passage. Au cours de ces dernières années, ces séjours se réduisirent peu à peu à deux mois, jusqu’à sa décision finale, en janvier 2018, de tourner de façon définitive cette page parisienne. Une page qui avait couvert plus de quatre décennies.

3Ce choix de Paris avait été pour lui un choix stratégique, fait à un tournant majeur de sa vie. À l’approche de la quarantaine, après son départ contraint de Columbia University, il venait de trouver refuge à l’université McGill de Montréal, et de s’y engager aussitôt, dès 1971, dans une nouvelle entreprise. Celle-ci devait l’occuper plus de dix ans, et marquait, en apparence au moins, une rupture avec ses travaux antérieurs, centrés pour l’essentiel sur le monde contemporain et en particulier sur la décolonisation en Afrique. Son but affiché : l’analyse, couvrant plus d’un demi-millénaire, de la naissance en Europe (au milieu du xve siècle) et de l’expansion par étapes à l’échelle du monde (jusqu’à nos jours) d’un système social et économique original, sans précédent dans l’histoire mais ouvert sur l’avenir. Un système auquel il donnait un nom : le world-system du capitalisme européen, et dont il se proposait d’écrire la sociohistoire.

  • 1 À laquelle Braudel avait consacré en 1958 un long article, le plus souvent cité et le plus largeme (...)

4Pour cette nouvelle étape, il avait identifié en Fernand Braudel l’historien qui détenait la clé de ce « long xvie siècle », englobant la seconde moitié du siècle précédent et la première du suivant, qui marquait le point de départ de ce système, et représentait donc pour lui la première instance de validation scientifique. Mais aussi l’historien qui pourrait d’autant mieux comprendre de l’intérieur la nouveauté et le sens de son projet, l’accompagner et dialoguer avec lui, qu’il en avait proposé, dans La Méditerranée et à partir d’elle, certains des principaux mots-clés, dont trois en particulier : la « géohistoire », envisagée dans sa double dimension spatiale et temporelle, la « world-economy », ou encore la « longue durée1 », proposée en 1958 comme l’une des trois langues communes, avec la géographie et les mathématiques, qui pouvaient permettre aux différentes sciences de l’homme de dialoguer, d’échanger et de gagner en rigueur scientifique. Il devait découvrir rapidement que ce choix était le bon, car Braudel, après la seconde édition de La Méditerranée (1966) et la publication du premier volume de Civilisation matérielle et capitalisme (1967), était lui-même engagé dans une entreprise non pas identique mais parallèle, et comparable dans son ambition : achever l’écriture de son second « grand livre », consacré à une histoire longue du capitalisme européen entre la fin du Moyen Âge et l’époque moderne, mais ouverte elle aussi en même temps sur le reste du monde, et sur le présent et le futur. Un chantier achevé en 1979, et auquel il aura consacré au total plus de vingt-cinq ans.

5Sans le savoir, et en tout cas sans l’avoir ni prévu ni voulu, les deux hommes se rencontraient donc au moment où chacun d’eux avait le plus besoin de l’autre, et pouvait à la fois lui apporter et en recevoir le plus, sans s’écarter pour autant de sa propre route. Fernand Braudel, dès que le contact fut établi entre eux, en 1971-1972, eut conscience qu’il avait trouvé, sans l’avoir cherché, un interlocuteur à sa mesure, qui avait choisi, sans le connaître encore, de s’adresser à lui, et de lui soumettre la première partie de son livre en cours d’écriture.

  • 2 Section des sciences économiques et sociales, créée au sein de l’EPHE en 1948, et présidée par Luc (...)

6La rencontre entre les deux hommes n’avait pourtant rien d’évident et peut encore aujourd’hui surprendre. En 1970, comme me l’a justement rappelé il y a un an Jean Copans, Wallerstein était déjà connu et lu en France depuis une décennie, mais en fait presque exclusivement par les africanistes qui l’avaient lu d’ailleurs en anglais plus qu’en français. Des trois livres qui l’avaient signalé à leur attention, seul le premier, Africa, The Politics of Independence (1961), avait été traduit en français, cinq ans après, sous le titre L’Afrique et l’indépendance (1966). Il avait été suivi d’abord par The Road to Independence: Ghana and Ivory Coast (1964) dans la collection « Le Monde d’outre-mer. Passé et présent » – une collection qui, à l’initiative de Clemens Heller, le « bras droit » et principal collaborateur de Braudel à cette époque, avait commencé à faire l’objet d’accords de coédition, pour une part des volumes publiés en français, avec la VIe section de l’École pratique des hautes études (EPHE)2. Et enfin par Africa, The Politics of Unity (1967), réuni dans une réédition ultérieure avec The Politics of Independence dans un seul volume. Les trois présentaient pour un public français une double originalité. Celle de proposer, à l’échelle de l’ensemble de l’Afrique sub-saharienne, une analyse des problèmes posés par l’accès en cours à l’indépendance politique d’États de création toute récente et de sociétés en partie remodelées par les colonisations européennes. Et celle de développer une approche comparée entre les deux situations héritées des colonisations britannique et française, le Ghana et la Côte d’Ivoire ayant fait l’objet de sa part d’une enquête parallèle sur le terrain dès 1956-1957, à peine la loi-cadre de Gaston Defferre promulguée (en juin 1956).

7Pendant ces mêmes années, Georges Balandier fut sans aucun doute celui qui, par son enseignement à la VIe section (à partir de 1954), à l’École normale supérieure (ENS) (de 1961 à 1966) et à la Sorbonne (à partir de 1962), avait contribué le plus à le faire connaître dans son entourage de jeunes chercheurs, en le publiant à deux reprises dans les revues françaises qu’il contrôlait, et qui leur étaient aisément accessibles. La première dès 1960, avec, dans le numéro 3 des Cahiers d’études africaines tout juste créés, regroupés sous le titre « Sociologie politique de l’Afrique noire », un article en anglais de Wallerstein, « Ethnicity and national integration in West Africa » (version révisée d’un texte présenté en 1959 à la réunion annuelle de l’American Sociological Society, et dont l’approche, résolument comparative, s’appuie sur de nombreuses études récentes publiées sur les pays colonisés par l’Angleterre et la France), suivi par une étude en français d’Aristide Zolberg, « Effets de la structure d’un parti politique sur l’intégration nationale », fondée sur l’exemple du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), et réalisée avec le soutien de la Fondation Ford. La seconde fois, dix ans après, en confiant à Jean Copans le soin de traduire en français un texte rédigé par Wallerstein pendant son séjour au Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences de Stanford, pour le publier dans les Cahiers internationaux de sociologie sous le titre « L’organisation des sciences humaines et l’objectivité » (Wallerstein, 1971).

8Rarement cité aujourd’hui, alors qu’il garde toute son actualité, ce dernier article esquisse un tournant dans la réflexion de Wallerstein : sa thèse centrale est en effet de lier le progrès des sciences humaines (terme choisi et utilisé au pluriel par Copans pour traduire celui de social science), dans le sens d’une plus grande « objectivité », à un renforcement des communautés scientifiques des pays que nous appelons aujourd’hui « émergents » (mais qu’il n’était pas encore, en 1970, politiquement incorrect de nommer « sous-développés »), et à leur participation collective (et non pas limitée à des personnalités isolées), sur une base plus égalitaire, aux débats et aux échanges des différentes disciplines concernées :

La “fuite des cerveaux” permanente est tout à fait nuisible non seulement au développement économique et social des pays de départ, mais également au développement intellectuel à long terme des sciences humaines mondiales. Il faut se poser la question : est-ce que des avantages immédiats contrebalancent cette perte collective à long terme ? (Ibid.)

9Ce ne sont pourtant ni son travail passé consacré à l’Afrique à l’heure de l’indépendance, ni cet article que Braudel n’avait probablement pas lu (même s’il avait, dans le manuel qu’il avait dirigé en 1963, Le Monde actuel, histoire et civilisations, dont la partie rédigée par lui a été rééditée en 1993 sous le titre Grammaire des civilisations, consacré une cinquantaine de pages au « Continent noir » dont le présent était alors dominé par son accès à l’indépendance), qui ont permis à Wallerstein d’établir le contact direct privilégié qu’il souhaitait avec lui. Beaucoup de recherches restent à faire dans les archives désormais classées et aisément consultables de l’EHESS, mais nous disposons aujourd’hui des résultats des recherches d’Yves David Hugot (que je tiens à remercier pour les informations qu’il m’a communiquées) dans les archives du Fernand Braudel Center de la State University of New York (SUNY) at Binghamton : elles complètent celles que j’ai pu faire dans la correspondance personnelle de Fernand Braudel déposée à la bibliothèque de l’Institut de France. Même si le téléphone et les rencontres ont sans aucun doute joué un rôle aussi, sinon plus, important que l’écrit dans leurs échanges, entre eux et avec leurs différents interlocuteurs, nous disposons aujourd’hui d’un nombre suffisant de documents pour en reconstituer la chronologie et les étapes.

  • 3 Sur ce sujet, lire sur le blog de Wallerstein l’article « Columbia 1968: Some personal memories », (...)

10Le point de départ en est constitué par la demande adressée en juillet 1970, par Wallerstein à Braudel, alors président de la VIe section de l’EPHE, d’une invitation de six mois à Paris comme directeur d’études associé. Georges Balandier et Clemens Heller sont destinataires de copies de cette lettre, ce qui confirme que son envoi avait été fait non seulement avec leur accord, mais sur leur conseil. Il est très probable que le premier a contacté le second, responsable à la VIe section de la division des Aires culturelles dont faisait partie le Centre d’études africaines, pour lui demander son appui. Mais il n’est pas exclu que le second ait aussi été informé parallèlement, par ses réseaux américains, des « difficultés » (pour ne pas dire plus) rencontrées par Wallerstein dans son université, après son rôle à Columbia University au printemps de 1968 dans le comité de professeurs qui avait tenté de jouer la carte de la médiation avec le mouvement étudiant3, puis la publication en 1969 de University in Turmoil: The Politics of Change, et enfin une année (1970-1971) passée au Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences de Stanford : ces difficultés allaient le conduire à quitter définitivement New York et Columbia en 1970 pour rejoindre en 1971 Montréal et l’université McGill, où il enseignera cinq ans. Dans les deux cas, il semble exclu qu’Heller qui, depuis le milieu des années 1950, jouait de façon quotidienne, aux côtés de Braudel, avec lucidité et brio, le rôle d’informateur sur ce qui apparaissait de neuf en sciences sociales dans le monde, d’agent de liaison avec le monde des institutions de recherche et d’études avancées ainsi que des fondations américaines, mais aussi de recours pour les chercheurs « dissidents » de l’Ouest (Daniel Thorner) comme de l’Est (Ignacy Sachs, Georges Haupt), ait pu suggérer à Wallerstein une telle démarche, même adressée par la voie administrative, sans en avoir parlé lui-même personnellement avec Braudel : pour lui, une lettre devait confirmer un accord préalable, ou entériner un désaccord lui aussi dûment constaté au terme d’une discussion en tête à tête ou au téléphone. Présentée à cette date, une telle demande d’invitation ne pouvait être soumise pour approbation à l’assemblée des enseignants de la VIe section que dans les premiers mois de 1971, pour prendre effet pendant l’année universitaire suivante, 1971-1972, seizième et dernière année de la présidence de Braudel, celui-ci atteignant l’âge de la retraite. La lettre de juillet 1970 permettait donc de prendre date.

  • 4 Ce sera Capitalisme et économie-monde : 1450-1640 (Wallerstein, 1980b).

11Braudel ne s’y trompa pas, sans même l’avoir encore rencontré. Il lui avait suffi, pour faire son jugement, de lire la première rédaction de la première moitié du premier volume du Modern World-System que Wallerstein (peut-être avec le feu vert de Balandier et d'Heller) lui avait envoyée, accompagnée d’une lettre, qui est aussi la première, datée du 19 mars 1971 (que je remercie Yves David Hugot de m’avoir communiquée), présentant ce manuscrit comme le début d’« une œuvre ambitieuse » qu’il commence cette année-là, et qui « traite de “votre siècle”, le long seizième », et sollicitant ses « conseils, même très critiques ». Si Yves David Hugot a retrouvé à Binghamton dans les Wallerstein papers les traces des conseils et remarques adressés par Braudel à Wallerstein entre la mi-septembre 1971 et les premiers mois de 1972, je n’en ai pour ma part retrouvé aucune trace dans la correspondance privée de Braudel conservée à la bibliothèque de l’Institut de France. Mais un an après cette première lettre, Braudel allait droit au but dans sa réponse du 24 mars 1972 à Gilles Jasmin, responsable de la division des Humanités et des Arts du Canada à Ottawa, qui l’avait consulté sur la demande de congé sabbatique présentée par Wallerstein pour achever son livre. Braudel y indiquait qu’ayant reçu et lu depuis la fin de mars 1971 les différentes parties du premier volume du Modern World-System en cours de rédaction, il lui avait « semblé inutile de soumettre des remarques et des critiques qui sont seulement de détail et qui, plus encore, mettent en cause, sur tel ou tel point, une vision particulière des événements. Seul, ici, l’ensemble de la démonstration est décisif. Il faut donc qu’Immanuel Wallerstein aille, et de préférence seul, jusqu’au bout de sa propre pensée, sans s’attarder aux conseils des lecteurs, des usagers et des spectateurs ». Braudel, sans le citer, appliquait à celui en qui il reconnaissait un interlocuteur à sa mesure, avec lequel il souhaitait poursuivre un dialogue d’égal à égal, le conseil de Pascal « d’attaquer ses adversaires selon leurs forces et non selon leurs faiblesses ». Et il confirmait son appui total à cette candidature par un jugement sans appel : « Une pensée neuve dont l’avenir intellectuel est à ce point assuré à mes yeux que j’ai décidé d’en assumer sa traduction en français dès sa parution en anglais4 . […] Le plus beau livre lu par moi durant ces dix ou quinze dernières années. »

12Ce pari sur un homme et sur une œuvre en construction devait lui rappeler celui que Lucien Febvre avait fait sur lui, sans avoir encore lu les quelques articles qu’il avait publiés, dès leur première rencontre en octobre 1937, sur le paquebot qui les reconduisait en France, l’un du Brésil et l’autre d’Argentine. Un pari qu’avait confirmé le jugement, presque identique dans sa formulation à celui porté par Braudel sur Wallerstein au début de 1972, que portera le même Febvre sur la toute première rédaction de La Méditerranée (encore une ébauche) que Braudel lui avait envoyée à la fin de 1941 depuis la forteresse de Mayence où il était détenu comme prisonnier de guerre. Cinq années de captivité dans deux oflags successifs avaient appris à Braudel ce que signifie le fait d’aller, et, dans son cas, de devoir « aller seul, jusqu’au bout de sa propre pensée ». Ni Febvre devant Braudel, ni Braudel devant Wallerstein n’avaient eu besoin de l’avis d’un comité d’évaluation pour prendre leurs responsabilités, parier sur une œuvre en construction et sur l’avenir de son auteur. Tout indique, me confirme là encore Yves David Hugot, que la première rencontre entre Braudel et Wallerstein n’a eu lieu que trois mois après cette lettre, entre le 22 et le 24 juin, lors d’un bref passage du second à Paris.

13Ce que Wallerstein doit à la lecture de Braudel a souvent été souligné, beaucoup plus en tout cas que ce que Braudel a retiré de son dialogue avec lui, en dehors du premier chapitre du Temps du monde, troisième et dernier volume (dédié, et ce n’est pas un hasard, à Clemens Heller, comme le premier l’avait été dès 1967 à Paule Braudel) de Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle (1979). Un chapitre « qui se veut théorique », annonce Braudel comme pour s’en excuser, et qui, sous le titre : « Les divisions de l’espace et du temps », est entièrement consacré aux économies-monde, envisagées successivement au pluriel puis au singulier, l’ordre de l’économie étant présenté comme étant seulement « un ordre face à d’autres ordres » – ceux de la politique, de la guerre, de la société, ou encore de la culture. La création en septembre 1976 à la State University of New York (SUNY) at Binghamton, où Wallerstein venait d’être nommé, du « Fernand Braudel Center for the Study of Economies, Historical Systems, and Civilizations », et son inauguration au printemps suivant, vint consacrer – y compris par le choix des trois objectifs énumérés dans le nom de ce centre, qui juxtapose les historical systems de Wallerstein et les « civilisations » du vocabulaire braudélien – cette alliance de fond entre deux hommes, autour d’une exigence commune de penser et d’étudier le monde dans la longue durée, même si chacun d’eux le faisait selon sa propre logique et si leurs interprétations pouvaient diverger sur plus d’un point.

14Ils n’avaient pas besoin en fait d’un accord total pour discuter, et mieux comprendre les raisons de ce qui pouvait les séparer. Le terme même d’économie-monde en constitue un bon exemple. Braudel l’avait « inventé » en le préférant à celui d’« économie mondiale » pour traduire en français le terme allemand Weltwirtschaft, emprunté au livre de Ferdinand Fried (Friedrich Zimmermann), Die Wende der Weltwirtschaft (1937), et l’appliquer à la Méditerranée considérée comme un monde « en soi », vivant pour l’essentiel des échanges de tous ordres entre les territoires et les peuples qui la bordent et qui définissent ainsi les limites d’un « monde méditerranéen ». Wallerstein reprend le terme pour l’appliquer à ce qui représente pour lui l’originalité de l’économie-monde capitaliste comme « système historique », apparu en Europe occidentale au milieu du xve siècle et qui, dès l’origine, se distingue des empires-monde qui ont pu le précéder sur deux points essentiels. En premier lieu sa hiérarchie spatiale interne, fondée sur l’opposition/complémentarité et les interactions entre centre, semi-périphérie et périphérie. En second lieu, sa dynamique d’expansion intérieure et extérieure, alimentée, d’un côté, par l’accumulation inégale des profits au bénéfice du centre, et, de l’autre, par la compétition sans cesse relancée entre les États qui s’y forment et s’y développent. Si Braudel reprend à son compte cette hiérarchie spatiale appliquée à l’Europe des xive-xviiie siècles, il tient à rappeler que cette économie-monde européenne a sans doute eu des prédécesseurs et des antécédents, et n’est donc pas forcément la première, mais aussi qu’elle a dû longtemps coexister à l’échelle du monde avec d’autres économies-mondes qu’elle ne réussira à absorber que de façon très lente, progressive, pas toujours complète et peut-être pas définitive : parmi celles-ci, les mondes russe et ottoman, et l’Inde, la Chine ou le Japon. Le jeu reste donc ouvert aujourd’hui en ce qui concerne le futur, pour lequel la seule prévision de Braudel se limite à la tension, tantôt créatrice, tantôt destructrice, mais elle aussi sans cesse renouvelée et relancée, entre l’État et l’économie. Mais il retient précisément de Wallerstein le terme de hiérarchie, qui ne faisait pas partie du vocabulaire de La Méditerranée, et qu’il applique désormais non seulement à l’économie, mais aussi à la société et à la culture. D’où sa conclusion, souvent mal interprétée, mais désormais régulièrement répétée : « pas de société sans hiérarchie », qui fit hurler à l’époque les derniers historiens communistes français ; elle renvoie non pas à une quelconque permanence d’un ordre social qui serait une négation de l’histoire, mais à une capacité infinie des hiérarchies sociales à se remettre ou à être remises en cause pour mieux se renouveler.

  • 5 En fait le premier tome, consacré à la « Civilisation matérielle », de Civilisation matérielle et (...)

15Entre 1973 et 1978, un « événement » vient rapprocher Braudel et Wallerstein encore davantage : la crise profonde qui a ébranlé, avec le premier choc pétrolier, les pays les plus avancés et que tous les deux ont aussitôt interprétée comme une crise durable, mettant un terme aux Trente Glorieuses et remettant en question les bases mêmes du rapport d’équilibre qui s’était imposé avec le welfare state entre l’État et l’économie. Cette crise touchait les structures mêmes du système-monde capitaliste pour Wallerstein, mais l’Europe d’abord pour Braudel, qui s’interrogeait sur un déplacement possible du centre de l’économie-monde désormais mondialisée depuis la côte est des États-Unis vers d’autres lieux, même si la Chine accumulait encore à ses yeux, en 1982 (dans sa conclusion de L’Europe), trop de retards pour candidater sérieusement à une telle place. Mais crise suffisamment sérieuse à ses yeux pour le conduire à modifier la structure de son livre, rebaptisé Civilisation matérielle, économie et capitalisme : xve-xviiie siècle dans sa nouvelle édition de 1979, et à en transformer la conclusion annoncée comme telle en 1967 en un troisième volume, consacré au capitalisme lui-même, présenté et identifié comme un monde du monopole ou de l’oligopole, mais aussi de l’opacité, opposé à la transparence relative des échanges marchands des Jeux de l’échange décrits dans le deuxième volume. Transparence dont la visibilité et la lisibilité s’opposaient elles-mêmes à une autre opacité : celle, silencieuse, car vécue jour après jour par ses acteurs, sans recourir à l’écrit, sur le mode de l’évidence et de la nécessité, de la Civilisation matérielle5.

16Braudel put, dans ce contexte très particulier, faire publier de façon relativement rapide (1980 et 1984) les traductions des deux premiers volumes du Modern World-System, les deux derniers étant parus en anglais trop longtemps après sa disparition (1989 et 2011). Il put aussi faire entrer Wallerstein au conseil scientifique des « Semaines d’histoire économique » de l’Istituto Francesco Datini di Prato, fondées avec son soutien en 1968-1969 par Federico Melis, et dont il assurait, depuis cette date, la direction scientifique, et faire accepter le thème « Développement et sous-développement en Europe et hors d’Europe du xiiie siècle à la Révolution industrielle » pour la dixième édition de ces Semaines, en 1978 : une ouverture significative d’un changement d’orientation, qui ne fut pas, à l’époque, sans susciter des réactions très réservées dans ce milieu d’historiens des derniers siècles du Moyen Âge et de l’époque moderne : certains ne voyaient pas ce que la présence d’un « sociologue » pouvait apporter à leurs débats.

17En revanche, les deux livres de Wallerstein et de Braudel avaient connu un large succès auprès du grand public, tant dans leur langue d’origine que dans les multiples traductions qui suivirent. Mais, pour des raisons en partie au moins différentes, ils n’avaient pas réussi à convaincre la majorité des historiens français et plus largement européens, attirés depuis le milieu des années 1970 dans d’autres directions – anthropologie historique, microhistoire, représentations, linguistic turn, etc. – et devenus indifférents ou insensibles à l’approche globale et mondiale des problèmes qu’ils leur proposaient : celle-ci ne correspondait plus, au moins à Paris, à l’air du temps. La mondialisation s’accélérait, dominait par son impact l’actualité, et mobilisait l’attention de nombreux sociologues et économistes, mais il semblait inutile à beaucoup d’historiens de s’interroger sur ses origines et ses étapes antérieures, et de l’envisager dans sa plus longue durée.

  • 6 Voir Annales. Histoire, Sciences sociales (2001), et en particulier l’article de Serge Gruzinski ( (...)

18Il fallut attendre le tournant du troisième millénaire, donc en fait deux décennies, pour que la revendication, venue principalement des États-Unis, d’une histoire globale, mondiale et « connectée6 », remette les pendules à l’heure, et promeuve le Braudel de 1979 au rang de référence fondatrice. En témoigne précisément le titre de la première livraison des Annales de 2001, « Une histoire à l’échelle globale », dont l’éditorial, y compris par ses réserves, montre bien qu’il s’agit en réalité d’un « retour » à une approche qui n’avait pas constitué, auparavant, une priorité pour la revue. Ce décalage temporel est d’autant plus surprenant que, pendant ces mêmes vingt années, les trois volumes de Braudel sur le capitalisme avaient été traduits dans les principales langues du monde, tout comme La Méditerranée d’ailleurs, et parfois même, comme en Allemagne, avant elle.

19Braudel avait, il est vrai, à peine signé, au début d’octobre 1979, le bon à tirer de son histoire du capitalisme, choisi de tourner la page et de consacrer toute son énergie à l’écriture de cette réflexion personnelle sur l’histoire, elle aussi envisagée dans sa plus longue durée, d’un autre « personnage » : la France, son pays, auquel il n’avait jamais cessé de penser durant toute sa vie, mais sur lequel il avait au total très peu écrit, comme s’il avait toujours voulu voir au-delà et le replacer dans des contextes plus larges – la Méditerranée, l’Europe, le monde et la diversité de ses civilisations. Une réflexion dont il avait présenté les grandes lignes pendant ses deux dernières années de cours au Collège de France (1970-1972) mais qu’il destinait moins aux spécialistes qu’à un public cultivé beaucoup plus large, comme une dette personnelle dont il devait absolument s’acquitter avant de quitter la scène. Ce devait être son troisième grand chantier, mais comme il le savait lui-même, et nous l’avait annoncé à la fin de 1979, il lui aurait fallu au moins dix ans pour le porter à son terme. La vie ne lui en a accordé que six. Il ne nous a laissé que la première moitié de son Identité de la France : un titre qui en a surpris plus d’un, alors que le fil conducteur du livre en est précisément la diversité. « La France est diversité », et son unité une construction historique, dont l’acteur principal, mais pas le seul, a été l’État.

20Wallerstein, pendant ces deux dernières décennies du xxe siècle, avant que la roue de la mondialisation ne tourne à nouveau en sa faveur, avait continué à suivre sa route principale. Une route sur laquelle Paris, le 54 boulevard Raspail et la MSH ont représenté chaque année jusqu’en 2018 une halte prolongée à laquelle il était attaché. En témoignent les rencontres sur la crise mondiale et les perspectives qu’elle ouvrait, organisées chaque année ou tous les deux ans pendant près d’une décennie dans une ville et un pays à chaque fois différents (Cosenza, Starnberg, New Delhi, Caracas, Binghamton, etc.). Y participaient à chaque fois des spécialistes locaux et des chercheurs invités en fonction du thème traité (comme le furent Jean Copans et Étienne Balibar à New Delhi en 2002), autour d’un « noyau dur » composé notamment de Samir Amin, Giovanni Arrighi, Andre Gunder Frank, Terence Hopkins, Aníbal Quijano (tous disparus avant lui), et Caglar Keyder, le dernier témoin de la série avec moi-même. Suivirent d’autres initiatives. Ainsi le séminaire organisé pendant trois ans à la Maison des sciences de l’homme avec Étienne Balibar sur « Race, nation, classe. Les identités ambiguës », dont le résultat fut un livre publié sous leurs deux noms. Ou ses conférences parisiennes de 2013 qui sont à l’origine de son tout dernier livre, La gauche globale. Hier, aujourd’hui, demain (2017), et qui résument l’apport théorique qui a été le sien à la réflexion altermondialiste au cours des dernières décennies. Sans oublier sa réflexion critique, sans cesse reprise, sur les sciences sociales, leurs possibilités, leurs réussites et leurs échecs, et sur les ambitions qu’elles devaient se donner, la première étant de renoncer à leur pluriel, hérité de leur histoire, pour choisir résolument l’unité : Impenser la science sociale. Pour sortir du xixe siècle (1995) et le rapport dont il coordonna la préparation pour la Fondation Gulbenkian, publié sous le titre Ouvrir les sciences sociales (1996). Pour le suivre pas à pas au cours de ces vingt dernières années, il nous a laissé lui-même les clés dans ses « commentaires », publiés à partir d’octobre 1998 sur son blog, après la fin de son mandat de président de l’Association internationale de sociologie. Des commentaires auxquels il avait décidé de mettre le point final, le 1er juillet 2019, avec le numéro 500 : « This is the end ; this is the beginning ». Un très beau titre. Une lourde responsabilité qu’il nous laisse.

21Pendant une décennie, celle des années 1970, Braudel et Wallerstein ont suivi deux routes parallèles et ont ainsi pu longuement échanger. À la fois ensemble et chacun de leur côté, ils ont tout fait pour nous apprendre et nous convaincre que le monde était aujourd’hui la seule unité d’analyse, et qu’il fallait pour le comprendre et en maîtriser les dynamiques en cours, et donc le présent et le futur, la conjonction des efforts de toutes les sciences sociales. De celles-ci, que Wallerstein voulait fondre en une seule, Braudel, plus prudent, a souvent dit qu’elles « parlaient la même langue, ou du moins pouvaient la parler ». Reconnaissons-le aujourd’hui, et ce sera un premier pas dans cette direction, pour mieux respecter leur diversité et leur susceptibilité, mais pour montrer que nous avons reçu le message qu’ils ont cherché à nous transmettre : elles sont des dialectes de la même langue.

Haut de page

Bibliographie

Amin, Samir, 1973, Le développement inégal. Essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique, Paris, Minuit.

Annales. Histoire, Sciences sociales, 2001, 56e année, no 1 : « Une histoire à l’échelle mondiale », janvier-février, accessible en ligne : <https://www.jstor.org/stable/i27586481>.

Arghiri, Emmanuel, 1969, L’échange inégal. Essai sur les antagonismes dans les rapports économiques internationaux, Paris, Maspero.

Baille, Suzanne, Braudel, Fernand et Philippe, Robert, 1963, Le monde actuel. Histoire et civilisations, Paris, Belin.

Braudel, Fernand, 1949, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, première édition.

Braudel, Fernand, 1958, « Histoire et sciences sociales. La longue durée », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 13ᵉ année, no 4, p. 728-753.

Braudel, Fernand, 1966, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, deuxième édition revue et augmentée.

Braudel, Fernand, 1967, Civilisation matérielle et capitalisme : xve-xviiie siècle, t. 1, Paris, Armand Colin.

Braudel, Fernand, 1977, La Méditerranée, vol. 1 : L’espace et l’histoire, Paris, Arts et métiers graphiques.

Braudel, Fernand, 1978, La Méditerranée, vol. 2 : Les hommes et l’héritage, Paris, Arts et métiers graphiques.

Braudel, Fernand, 1979, Civilisation matérielle, économie et capitalisme : xve-xviiie siècle, vol. 1 : Les structures du quotidien. Le possible et l’impossible ; vol. 2 : Les jeux de l’échange ; vol. 3 : Le temps du monde, Paris, Armand Colin.

Braudel, Fernand, 1982, L’Europe, Paris, Arts et métiers graphiques.

Braudel, Fernand, 1986, L’Identité de la France, Paris, Arthaud, 3 vol.

Braudel, Fernand, 1987, Grammaire des civilisations, Paris, Arthaud, réédition des chapitres rédigés par Braudel pour le manuel Le monde actuel. Histoire et civilisationsLa, publié en 1963 et dirigé par lui avec la collaboration de Suzanne Baille et Robert Philippe.

Febvre, Lucien, 1954, « Sur une nouvelle collection d’histoire », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 9, no 1, p. 1-6.

Fried, Ferdinand (Friedrich Zimmermann), 1937, Die Wende der Weltwirtschaft, Leipzig, Goldmann, traduit en français sous le titre : Le tournant de l’économie mondiale, Paris, Payot, 1942.

Gruzinski, Serge, 2001, « Les mondes mêlés de la monarchie catholique et autres “connected histories” », Annales. Histoire, Sciences sociales, 56e année, no 1, janvier-février, p. 85-117.

Horden, Peregrine et Purcell, Nicholas, 2000, The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford, Blackwell.

Wallerstein, Immanuel, 1961, Africa, The Politics of Independence, New York, Vintage Books, traduit en français par Armelle de Lesquin, sous le titre L’Afrique et l’indépendance, Paris, Présence africaine, 1966.

Wallerstein, Immanuel, 1964, The Road to Independence: Ghana and Ivory Coast, La Haye, Mouton.

Wallerstein, Immanuel, 1967, Africa, The Politics of Unity, New York, Random House.

Wallerstein, Immanuel, 1971, « L’organisation des sciences humaines et l’objectivité », Cahiers internationaux de sociologie, janvier-juin, vol. 50, p. 41-48.

Wallerstein, Immanuel, 1974, The Modern World-System, vol. I : Capitalist Agriculture and the Origins of the European World-Economy in the Sixteenth Century, New York et Londres, Academic Press.

Wallerstein, Immanuel, 1980a, The Modern World-System, vol. II : Mercantilism and the Consolidation of the European World-Economy, 1600-1750, New York, Academic Press.

Wallerstein, Immanuel, 1980b, Le Système du monde. 1, Capitalisme et économie-monde : 1450-1640, Paris, Flammarion.

Wallerstein, Immanuel, 1989, The Modern World-System, vol. III : The Second Great Expansion of the Capitalist World-Economy, 1730-1840’s, San Diego, Academic Press.

Wallerstein, Immanuel, 1995, Impenser la science sociale. Pour sortir du xixe siècle, Paris, Puf.

Wallerstein, Immanuel, 1996, Ouvrir les sciences sociales. Rapport de la Commission Gulbenkian pour la restructuration des sciences sociales, traduit par Jean-Michel et Sophie Blanquer, Paris, Descartes & cie, 1996.

Wallerstein, Immanuel, 2011, The Modern World-System, vol. IV : Centrist Liberalism Triumphant, 1789–1914, Berkeley, University of California Press.

Wallerstein, Immanuel, 2017, La gauche globale. Hier, aujourd’hui, demain, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Wallerstein, Immanuel et Balibar, Étienne, 1988, Race, nation, classe. Les identités ambiguës, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 À laquelle Braudel avait consacré en 1958 un long article, le plus souvent cité et le plus largement traduit, « Histoire et sciences sociales. La longue durée » (Braudel, 1958) : un véritable discours programme pour la présidence de la VIe section de l’EPHE qu’il venait d’assumer après la disparition de Lucien Febvre, et qui allait durer quinze ans.

2 Section des sciences économiques et sociales, créée au sein de l’EPHE en 1948, et présidée par Lucien Febvre secondé par Fernand Braudel. Elle a été transformée en 1975 en établissement autonome sous le nom d’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

3 Sur ce sujet, lire sur le blog de Wallerstein l’article « Columbia 1968: Some personal memories », commentary no. 472, 1er mai 2018 : <https://iwallerstein.com/columbia-1968-some-personal-memories/>.

4 Ce sera Capitalisme et économie-monde : 1450-1640 (Wallerstein, 1980b).

5 En fait le premier tome, consacré à la « Civilisation matérielle », de Civilisation matérielle et capitalisme, publié en 1967 chez Armand Colin dans la collection « Destins du monde » – présentée par Lucien Febvre dans les Annales. ESC (Febvre, 1954) et dirigée par lui-même et Fernand Braudel. Le deuxième tome, consacré au « Capitalisme », ne sera jamais publié sous ce titre. Douze ans plus tard (1979), le titre général change pour devenir Civilisation matérielle, économie et capitalisme : xve-xviiie siècle, dont chacun des trois volumes, publiés cette fois ensemble, porte un titre particulier : Les structures du quotidien. Le possible et l’impossible (qui reprend, remanié, le premier tome de Civilisation matérielle et capitalisme), Les jeux de l’échange et Le temps du monde.

6 Voir Annales. Histoire, Sciences sociales (2001), et en particulier l’article de Serge Gruzinski (2001). Voir aussi Horden et Purcell (2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Aymard, « Un Américain à Paris »Socio, 15 | 2021, 127-142.

Référence électronique

Maurice Aymard, « Un Américain à Paris »Socio [En ligne], 15 | 2021, mis en ligne le 02 avril 2021, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/socio/11184 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.11184

Haut de page

Auteur

Maurice Aymard

Après une première recherche sous la direction de Fernand Braudel entre Venise, Dubrovnik et Istanbul sur le commerce du blé dans la Méditerranée du XVIe siècle (1959-1960), et douze années de recherches en Italie (1964-1966 puis 1968-1976) et deux en Espagne (1966-1968), consacrées à la Sicile à l’époque moderne, envisagée dans son quadruple contexte méridional, italien, méditerranéen et européen, Maurice Aymard a rejoint en 1976 l’EHESS et la MSH. Son enseignement à l’EHESS a porté, et continue à porter aujourd’hui sur l’histoire de la Méditerranée moderne et contemporaine, envisagée de multiples points de vue. Administrateur adjoint (1976-1992) de la Maison des sciences de l’homme puis administrateur (1992-2005), il a contribué à animer dans cette institution originale, aux côtés de Fernand Braudel et de Clemens Heller, puis poursuivi après eux, le développement de la coopération interinstitutionnelle, internationale et interdisciplinaire en sciences humaines et sociales, et son élargissement, en particulier, à l’Europe centrale et orientale, à l’Asie, au continent africain et à l’Amérique latine.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search