Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15VariaVariations sur la systématique me...

Varia

Variations sur la systématique mertonienne de la théorie sociologique

Variations on the Mertonian systematics of sociological theory
Arnaud Saint-Martin
p. 207-224

Résumés

Le statut et les fonctions de la théorie sociologique sont d’inévitables sujets de discussion dans la discipline. Rien d’étonnant à cela, puisqu’il en va de la scientificité de cette dernière, de son ambition à monter en généralité et à unifier aussi. Cet article vise à actualiser cette problématique à partir des propositions faites par Robert K. Merton, lesquelles n’ont rien perdu de leur pertinence. La perspective « systématique » que le sociologue introduit dans Social Theory and Social Structure (1949) permet ainsi d’évaluer les prétentions théoriques de même qu’elle stimule une forme de réflexivité. Elle rafraîchit également l’exercice de l’interprétation théorique, sans verser dans le culte de la théorie à distance du travail empirique. Enfin, elle rend attentif à la cumulativité dans l’ordre des savoirs sur la société. Systématiser la systématique, tel est donc le chemin que nous proposons d’emprunter ici, sans rien cacher des difficultés qu’une telle démarche ne manque pas de soulever.

Haut de page

Texte intégral

1Le temps est-il revenu des cathédrales théoriques ? De la généralisation et de l’exigence de complétude le deuil a-t-il été irrémédiablement fait aujourd’hui, passé la vague des grandes théories intégratrices qui enthousiasmèrent les sociologues durant les années 1980 (Berthelot, 2001 : 512-515) et, dans la même séquence, le désenchantement engendré par les divers « tournants » postpositivistes ? Assiste-t-on, au contraire, à un ressac de cet idéal théoriciste que d’illustres figures des sciences sociales du siècle dernier instituèrent en évidence épistémologique fondatrice, et qu’une nouvelle génération de théoricien·ne·s s’emploie à banaliser – dans des revues disciplinaires spécialisées, par exemple Sociological Theory ou le Journal of Classical Sociology, et des forums professionnels spécifiques, qui incitent à la spécialisation dans ce domaine –, en dépit des demandes pressantes d’ancrage empirique émanant de leurs collègues plus volontiers versé·e·s dans l’enquête de terrain ?

2Sans apporter de réponse définitive, cet article réinvestit l’idée et le programme d’une « systématique » de la théorie en sciences sociales, et de la systématique tout court ; nous examinerons les logiques internes dont elle procède, les opérations de reclassement qu’elle rend actives et visibles, de même que les dilemmes qu’elle ne manque pas d’engager, a fortiori dans l’univers en expansion des sciences sociales et des humanités contemporaines, exposées au régime de l’abondance et à la crise de surproduction, jusqu’au superflu d’une science à trier, programmée pour l’obsolescence rapide et générant des montagnes de contenus non recyclables et à peine lus.

  • 1 Cet article reprend une communication présentée au réseau thématique « Théories et paradigmes en s (...)
  • 2 Sur les déterminants sociocognitifs et les promesses scientifiques de cette révolution sociologiqu (...)
  • 3 Entre autres controverses récentes sur l’état de la discipline, d’autant plus vives que la discuss (...)
  • 4 Dans une tribune parue dans Libération le 28 novembre 2017 (« Sociologie : le danger français »), (...)

3Je ne formulerai pas de grande thèse sur « la » théorie en sciences sociales. Mon propos, plus modeste et exprimé dans la continuité du programme qu’a défini Robert K. Merton il y a plus de soixante-dix ans, est de souligner le double intérêt heuristique et moral d’une certaine ligne de conduite épistémologique dans l’ordre de nos savoirs sur le monde social. Il s’agira ainsi de questionner le sens, la place et les diverses fonctions de la théorie dans la recherche sociologique contemporaine1. De le faire sans fétichiser la théorie, véhicule d’un langage sociologique dont le vocabulaire de base n’est pas extensible à l’infini et dont l’usage devrait être empreint d’une certaine parcimonie (voir, à propos de la tentation de réinventer la roue en théorie, Gingras, 2016). C’est en ce sens que, dans la pratique de la sociologie, ce programme revêt un intérêt inséparablement heuristique et moral car, d’une part, il affirme l’exigence d’une logique de la découverte et du progrès dans les stocks de connaissances ; et d’autre part, il est solidaire d’une certaine conception de la pratique savante, d’un ethos, matrice d’un style de vie intellectuel partageable, pourvu que sa pertinence soit dûment reconnue (Saint-Martin, 2016). L’actualiser me semble essentiel, parce que cela replace au centre du jeu l’exigence cognitive d’une discipline qui, dans l’université et la recherche transformées par le régime néolibéral des sciences et techniques, est sujette à une demande toujours plus pressante d’« utilité » sur les marchés de la connaissance entrepreneuriale, mais aussi à un impératif de réponse appliquée aux « grands défis sociétaux » qu’édictent les bailleurs de fonds de la recherche publique. Actualiser ce programme nous confronte également au vertige épistémologique qu’induit la considération, à l’amorce des années 2020, des savoirs accumulés depuis les premiers balbutiements de la théorie sociale, portés par des savant·e·s alors confiant·e·s dans les marges de progression de la connaissance sociologique2, malgré les différences de style, les éventuels différends théoriques et les engagements ontologiques. Tandis que des diagnostics de crise, voire de « danger »3 laissent accroire ces dernières années qu’en France la discipline irait mal ou régresserait dans l’idéologie, diagnostics franco-centrés4 qui s’accompagnent de pronostics pessimistes sur le devenir de la sociologie, la systématique permet, par contraste, d’envisager l’histoire de l’accumulation critique et sélective des connaissances sociologiques d’une façon autrement plus sereine, et non moins combative.

4D’abord, je commencerai par situer une version aboutie de l’idée de systématique dans les essais « paradigmes » de Merton. J’appliquerai ensuite cette même systématique à celle de ce dernier telle qu’il l’a conçue, pour en faire ressortir la force heuristique et l’intérêt cognitif. Enfin, j’en soulignerai l’intérêt pour la pratique théoriquement orientée de la sociologie.

La systématique selon Merton

  • 5 Dans sa discussion des propositions de Talcott Parsons sur la théorie sociologique, Theodore M. Ne (...)

5L’idée d’une systématique de la théorie sociologique est énoncée de façon explicite dans le chapitre inaugural de Social Theory and Social Structure (1968 [1949]), de Merton. Ce dernier associe la « systématique » à la recherche qui consiste à identifier et à rendre « utilisables » les structures de base de la théorie sociologique. Selon cette perspective, la théorie systématique « renvoie à l’accumulation sélective de ces fragments de théorie antérieure qui ont survécu aux tests de décennies de recherche » empirique (Merton, 1948 : 165, notre traduction ici et par la suite) : des cadres d’analyse transposables, des concepts qui tiennent en pratique, des acquis empiriques guidés théoriquement et sur lesquels chacun peut s’appuyer pour faire progresser ses analyses, ou encore des démarches d’investigation que l’on sait productives par expérience. Cette « substance systématique » (Merton, 1968 : 1) de la théorie est à distinguer de ce qui prévalait auparavant – c’est-à-dire une théorie cultivée pour elle-même, à des fins d’érudition, voire de pur amusement scolastique5 – et fournit autant de matières premières pour l’histoire des idées et de la pensée sociologique. Ces incréments de savoir systématisé, soutient Merton, sont d’utiles consommables pour la recherche sociologique présente et future.

6La systématique met l’accent sur un critère d’utilité pragmatique et un certain sens des priorités cognitives dans la conduite des affaires théoriques. Dès lors que l’on ambitionne de « faire science », on ne déroule pas la théorie pour la théorie, dans l’abstraction des situations d’enquête empirique ; la théorie est un instrument de connaissance qui ne se suffit pas à lui-même et prend tout son sens et sa portée dans la confrontation au matériau empirique. Merton estime qu’il est nécessaire de surmonter la « confusion séduisante mais fatale » (Merton, 1968 : 2) entre systématique et histoire de la théorie afin d’assurer un développement optimal de la recherche sociologique. L’une et l’autre remplissent des fonctions différentes et complémentaires sous condition. En effet, la systématique réalise la vocation scientifique de la théorie sociologique, dans l’intérêt de la connaissance objective (la théorie est un moyen en vue de résoudre des problèmes) ; l’histoire des idées, elle, se donne pour objet d’étude les usages de la théorie, avec leurs multiples variations dans le temps.

7La systématique mertonienne procède d’une conception maximaliste de la connaissance. Elle affirme la possibilité et même la nécessité d’un progrès dans l’ordre des savoirs établis, et partant d’un affranchissement des savoirs robustes de l’histoire intellectuelle qui les a précédés. Ces savoirs accumulés « inclu[ent] [en plus des conceptions intelligentes quoique erronées] les faux départs, les doctrines désormais archaïques et les erreurs aussi bien stériles que fécondes du passé » (ibid. : 3). L’essentiel de la démonstration de Merton vise à disqualifier les usages faibles, paresseux et surtout contre-productifs de l’histoire de la pensée sociale. Le sociologue a des mots peu amènes envers les collègues qui font de la théorie le ferment d’une économie circulaire. Ces collègues, les plus obstinés dans ce registre monotone à tout le moins, se feraient une piètre idée de la théorie : de son élaboration comme de sa transmission dans la discipline. Trop souvent, souligne Merton, la théorie est pratiquée et enseignée comme une suite de résumés-vignettes de systèmes théoriques à la cohérence discutable et « pimentés » (ibid. : 2) par des aperçus biographiques, ayant vocation à édifier les amateurs d’histoire des idées et, dans les manuels, les apprenti·e·s sociologues en recherche de modèles de rôle. Pratiquer ainsi l’histoire de la théorie, c’est néanmoins inciter à la stagnation d’une discipline sans cesse rappelée au fondement de ses classiques ou de son canon. Contre cette stagnation dans les eaux usées de la pensée sociale du xixe siècle, Merton martèle l’intention épistémique d’une sociologie en progrès : se référant à l’aphorisme d’Alfred North Whitehead, « Une science qui hésite à oublier ses fondateurs est perdue » (cité par Merton, 1968 : 30), il prie ses collègues d’aller de l’avant : « À tout moment, on peut se faire une idée approximative de ce qui est sur le point de se développer plus en profondeur » (ibid. : 13), de sorte que l’on est toujours au seuil d’une prochaine découverte, à condition que l’on y soit préparé. Cette disposition de l’esprit sociologique détourne d’un « respect acritique à l’égard d’à peu près tous les constats dressés par nos illustres ancêtres » (ibid. : 30). Ces constats, parfois brandis comme autant de paroles d’autorité indiscutables, doivent au contraire être situés, mis en perspective, réévalués. L’érudition à vide et l’angoisse de l’influence des aîné·e·s sont des obstacles, à tel point que, comme le rappelle Merton, de grands découvreurs furent tentés de ne plus lire, à l’instar de Freud (ibid. : 33).

  • 6 Chez Robert K. Merton comme chez ses disciples, la référence insistante aux « maîtres » renvoie à (...)

8L’oubli des découvertes et ruminations historiques n’est pas désirable pour autant. S’émanciper du savoir antérieur peut avoir pour conséquence fâcheuse un oubli de fragments intellectuels pertinents. Merton ne prône pas la tabula rasa au profit d’une néophilie des concepts. Bien au contraire, il insiste sur l’importance d’une connaissance étendue de ce qu’il en a coûté aux collègues d’hier de parvenir au stade où se trouvent les théories aujourd’hui. Ses propres essais paradigmes sur les conséquences inattendues de l’action ou sur l’anomie en fournissent l’illustration. Dans ces articles visant la concision, il s’emploie à déceler les intuitions passées des concepts afin d’en faire ressortir la « substance systématique », et toujours à partir de problèmes qu’il a définis. Ses recherches d’histoire sociologique et/ou sémantique des idées, des concepts et des terminologies savantes sont tout aussi exemplaires de cette stratégie. Il cherche à mettre en évidence les conditions et les facteurs de l’accumulation de la connaissance. Parmi les terrains-tests, la notion de « sérendipité », dont il a retracé l’histoire des usages, en compagnie d’Elinor Barber. Cette recherche les a conduits à investir des champs de savoir très variés et eux-mêmes travaillés par l’idée de découverte (Merton et Barber, 2003). Ici comme ailleurs, la théorie sociologique classique peut servir à plus d’un titre : se trouver des standards de théorisation parmi les « maîtres6 » de la pensée sociale, aiguiser les compétences herméneutiques, déconcerter les habitudes intellectuelles hors des zones de confort, dépayser l’esprit de discipline par une lecture créative de la science sociale d’hier.

9Merton critique « l’antiquariat » de la généalogie des idées, celui des commentateurs qui ne commentent pas rigoureusement et qui, en lieu et place d’une exégèse approfondie des textes, procèdent par association d’idées, raccourcis et jugements à l’emporte-pièce et non exempts de projections (Merton, 1968 : 19). Il cite l’exemple des compilations que Pitirim Sorokin a consacrées à l’histoire des théories sociologiques passées et présentes, appréhensions biaisées d’un auteur qui, à chaque page, distribue ses évaluations au fil de résumés plus ou moins étayés et favorables (les théories de portée intermédiaire de Merton, son ancien étudiant à Harvard, sont l’objet de critiques très dures… [Sorokin, 1966]), et qui, comme le remarque ironiquement Merton, peut se contredire d’un livre à un autre. Il conteste également l’érudition mal placée et nostalgique, qui incite les commentateurs à répéter le credo selon lequel tout a déjà été pensé, qu’il n’y a rien de neuf sous le soleil, que les découvertes n’en sont pas ou sont insignifiantes quoi qu’il arrive (Merton, 1968 : 21).

10La formule de remplacement proposée par Merton en 1949, qu’il s’est efforcé d’appliquer les décennies suivantes, consiste à « distinguer entre la pratique scolastique du commentaire de l’exégèse et la pratique scientifique de l’extension de la théorie antécédente » (ibid. : 37). Cependant, elle achoppe sur la difficulté, manifeste dans les sciences humaines et sociales – mais pas rédhibitoire pour autant –, d’incorporer les résultats et les acquis de la recherche d’une façon cumulative (ibid. : 35). Si la confiance dans la « cumulativité » est loin d’être partagée dans la discipline, pour dire le moins (la sociologie, pour certains, serait une science à refaire en permanence), le sociologue y croit et donne les moyens de croire. Comme je le présenterai plus loin, il prône une « histoire sociologique » de la théorie sociologique capable de de corriger les facilités et les pièges de l’histoire des idées – la même qui abstrait ces idées des contextes dans lesquels elles furent élaborées. Tout le défi réside ici dans l’articulation de ces stratégies de recherche sociologique : en effet, la systématique doit s’appuyer sur l’histoire sociologique de la théorie, de même que l’histoire sociologique, même si elle demande de situer les idées et les logiques internes qui les ont fait émerger en suspendant l’évaluation méthodiquement, ne peut pas se départir d’une appréhension systématique de ce qui a survécu au moment où l’on entreprend d’historiciser la théorie ; car l’interprétation est, elle aussi, située dans le temps et l’espace de l’histoire socio-intellectuelle de la connaissance, et l’on en connaît les aboutissements.

Systématique de la théorie et théorie de la systématique

11Ce programme n’a pas toujours été compris comme Merton l’aurait souhaité. Certains, comme Jeffrey Alexander (1987), ont deviné à tort une forme de condescendance dans le diagnostic d’un abus de sociologie classique et, plus généralement, de la théorie sociale prédisciplinaire. S’y ajouterait une pratique de l’appropriation créative des idées coupable d’une conception anhistorique, présentiste et instrumentale de la connaissance objective. Or, comme l’ont suggéré plusieurs connaisseurs de la systématique mertonienne (notamment Camic, 2010 ; Sica, 1998 : 282-238 ; ou Sztompka, 1986), non seulement le sociologue s’est employé à chercher les ramifications et les anticipations théoriques dans le passé pour donner un sens à ce qu’il appelait les « continuités » (Merton, 1968 : 8) de la théorie sociale à travers les époques, mais en plus, en tant que sociologue historique et exégète des textes de la tradition sociologique, il a consacré un temps significatif à reconstituer les logiques interne et externe du développement d’idées d’intérêt sociologique, plus ou moins enfouies ou oblitérées dans la mémoire disciplinaire.

12L’« oblitération par incorporation » (ibid. :  35) l’intéresse tout particulièrement. Il la définit comme le processus par lequel des idées sont incluses dans le répertoire canonique d’une discipline, et qui s’accompagne, pour diverses raisons qu’il s’agit d’étudier, de l’oubli de la source originale et en particulier de l’auteur qui les a établies. Merton l’a documenté, entre autres, à travers l’histoire sociologique de l’idée de « sérendipité » ou encore à l’occasion d’une enquête sur les itinéraires de l’apophtegme « Si j’ai vu plus loin, c’est en montant sur les épaules de géants » (Merton, 1993), lequel résume les concepts de la cumulativité et de l’objectivité de la connaissance (voir Saint-Martin, 2017). Objectiver ce phénomène permet de prendre connaissance et conscience de ce qui nous est antérieur, au corpus anonyme de schèmes conceptuels et de techniques qui informent nos raisonnements sans qu’on y prenne toujours garde. Il est d’autant plus important de le reconnaître que cette ignorance, souligne Merton, peut mener à une forme de « cryptomnésie », c’est-à-dire de « plagiat inconscient » (Merton, 1973b : 403) : l’on pense avoir formulé une idée originale et nouvelle alors qu’en fait, de lointains collègues l’avaient déjà développée. Les pièges de la pratique naïve de la théorie, par exemple l’anachronisme dans l’appréhension du passé, les projections incontrôlées sur les théories d’hier, le culte déraisonnable et infantilisant des pères fondateurs, etc., peuvent être surmontés par le recours à l’histoire sociologique des idées. Qui sensibilise aussi au passage, et à supposer que ce soit nécessaire, au fait que la connaissance est un accomplissement collectif à mettre en cohérence systématique. Il s’ensuit que les découvertes théoriques plus ou moins semblables et réalisées simultanément invitent à penser les compatibilités, au-delà des idiosyncrasies individuelles et des revendications d’originalité.

13Une conséquence de cette orientation théorique, anticipée par Merton lui-même, est d’appliquer la systématique à ces mêmes propositions, de sorte que l’on en saisisse la substance systématique qui permet les progrès dans l’ordre de la connaissance. Ce n’est pas minorer l’intérêt de la systématique que de la replacer dans un contexte de découverte particulier, qui en déterminait le niveau de pertinence mais aussi l’exposait à la péremption. Par construction, cette proposition est datée autant que située. Le sociologue observe avec perplexité l’empressement de certains de ses collègues les plus proches à bâtir des théories générales de la société entretenant un rapport distant à la réalité sociale observable. Les traités volumineux de Talcott Parsons sont l’apothéose de cette suprême théorie. On le sait, Charles Wright Mills, collègue revêche de Merton à l’université Columbia, a férocement sapé dans L’imagination sociologique les fondements d’un verbiage impénétrable et l’idéologie conservatrice susurrée sous couvert de théorie unificatrice du système social (Mills, 1967 : 29-54). Une dizaine d’années avant la publication de cette charge polémique, Merton alerte contre l’inclination suprême-théoriciste, qu’il décèle sans peine dans les sommes de Talcott Parsons, son ancien mentor à Harvard. La sociologie, estime-t-il, n’est pas mûre pour la grande unification. L’heure est, bien plutôt, à la consolidation de théories de portée intermédiaire méthodiquement construites, dans l’anticipation des développements ultérieurs, qui rendront caduques les premières esquisses. Cette orientation, inséparablement épistémologique et professionnelle, a eu un large écho au sein de la sociologie américaine durant les années 1950-1960, tandis que la recherche d’une légitimité scientifique de la sociologie est un souci entêtant de ses praticien·ne·s (Haney, 2008 : 22-45). En contrepoint du parsonisme et de l’emphase qu’il mettait dans la recherche de lois générales des relations sociales (Isaac, 2010), elle prescrit un code de conduite, incite à une certaine autodiscipline (voir Saint-Martin, 2013 : chapitre 2). Elle n’en a pas moins engendré des conséquences pas forcément désirables à brève échéance. S’il est difficile d’y voir une influence directe, l’on constate néanmoins que la maxime des théories spécifiques a encouragé l’hyperspécialisation par domaines de référence, et le tronçonnage de la sociologie en sections toujours plus centrées et autonomes produisant une hétérogénéité de plus en plus marquée tant dans les savoirs que dans les rôles (on est sociologue de l’éducation, de la famille, des sciences, de la sociologie, etc.). Il en a résulté l’évanouissement d’un idéal de la sociologie générale, de la sociologie tout court, prise dans l’accumulation locale de connaissances et la « balkanisation » de la discipline (Merton, 1973a), là où Merton insistait sur la nécessité de consolider des « groupes de théories spécifiques » reliées au moyen de « schèmes conceptuels » (Merton, 1948 : 166).

  • 7 Il aura fallu toute la sagacité d’Arthur Stinchcombe (1975) pour la découvrir. Robert K. Merton se (...)

14De cette pente glissante de la fragmentation cognitive dans la discipline, Merton était conscient, et comme l’ont suggéré ses lecteurs les plus avertis, au premier rang desquels Levine, il s’employait à faire exister une solution non pas d’entre-deux, mais une alternative, qui consistait à mettre en pratique la théorie, à faire pratique de la théorie, une « work theory », travaillée par l’empirie (Levine, 2006). Mais, souligne encore Donald Levine à l’occasion d’une analyse de l’ambivalence résiduelle de Merton à l’égard de la théorie « autonome », la théorie pratique (ou pratique théorique) s’énonce en cohérence avec un programme de travail visant à installer les conditions d’élaboration et de validité de la théorie ainsi entendue. C’est dans ces termes qu’il faut comprendre les passages où Merton s’essaie à caractériser et à styliser les idées de clarification conceptuelle, de codification, de formalisation, de construction de paradigmes, etc. Ce ne sont pas des idées abstraites, mais des outils pour le travail théorique. Ces derniers aident à spécifier le rôle épistémique de la théorie dans la sociologie dès le contexte de découverte, et à former les sociologues en devenir au contact de la théorisation comme processus sociocognitif contraint (voir aussi Swedberg, 2012), qui doivent en passer par la maîtrise des règles d’un art ou d’un métier. Si bien que, malgré ses propres dénégations résultant selon Levine (2006 : 241-242) de la confusion qu’il reproduisait lui-même entre théorie autonome et théorie générale, la contribution de Merton à cette théorie autonome demeure importante. Le professeur de Columbia University était tellement rétif à l’idée d’engendrer une théorie générale que non seulement il ne perçut pas complètement la pertinence de ses propres excursions dans la théorie autonome, mais en plus il ne parvint pas à discerner de lui-même la théorie sociale générale pourtant en germes dans l’une de ses théories de portée intermédiaire, celle du processus de base selon lequel, au centre de la structure sociale, se trouve le choix entre des « options [alternatives] socialement structurées » (Stinchcombe, 1975)7.

15Cette histoire sociologique de l’introduction de la systématique est une étape, que prolonge la systématique de cette systématique. Que conserver de cette orientation dont la pertinence est relative à son contexte de découverte ? Au-delà de l’intention de faire le tri dans le corpus pour en tirer les éléments les plus robustes et utiles à la recherche présente, il subsiste l’essentiel : soit, les schèmes conceptuels et les théories spécifiques que Merton et d’autres dans le prolongement ont consolidés dans une variété de domaines d’application. Le sociologue compte parmi les fabricants de concepts opératoires les plus prolifiques de la discipline (effet Matthieu, structure d’opportunité, modèle de rôle, etc.), et ces concepts d’inspirer des usages désindexés du patronyme Merton – c’est un indice de leur succès : ils sont passés dans le vocabulaire courant des sciences sociales. Ils renvoient à des mécanismes et des processus observables dans la structure sociale ; ils peuvent être recoupés avec d’autres, élaborés dans d’autres contextes de découverte, selon un plan qui est celui d’un regroupement sélectif de théories spécifiques.

16Cette stratégie de consolidation par l’interconnexion de théories spécifiques a persévéré souterrainement, malgré l’engouement pour les grandes théories dans la décennie 1980 ou la dilution dans les studies au cours des décennies suivantes. Parmi les répliques de cette intention systématique, l’on peut mentionner la sociologie « analytique » dont les premiers manifestes paraissent au milieu des années 1990. Ses tenants insistent sur la continuité théorique entre leur démarche, visant, pour résumer, à mettre en évidence les « mécanismes » de la vie sociale (Hedström et Swedberg, 1998), et celle de Merton, qui, au demeurant, s’est trouvé en accord avec cette parenté de vue. D’autres compatibilités pourraient être relevées avec des entreprises théoriques récentes et/ou prolongeant des théories installées dans l’univers des théories sociologiques, mais en dresser l’inventaire excède le propos de cet article.

Systématiser la systématique ?

17La systématique, on l’a compris, est normative, en ce sens qu’elle édicte des principes de sélection dans le corpus des connaissances établies et dignes de reprise. Elle use de méthodes et de procédures de tri codifiées. Elle part également du principe que les théories sont à construire, pièce après pièce, de telle façon que l’on en saisisse la logique d’élaboration, la portée (intermédiaire), mais aussi les limites internes. Les pièces qu’elle permet d’identifier sont, selon les cas, déjà existantes ou à élaborer ex nihilo, dans la confrontation à des matériaux empiriques. Parce que ce substrat est préhensible, de même que les modalités de sa construction, que l’on sait de quoi l’on parle lorsque l’on mobilise des grilles d’analyse théoriques (Abend, 2008), cela rend d’autant plus aisée l’évaluation de la valeur heuristique de ces propositions théoriques, jusque dans les phases d’administration de la preuve. Comme il s’agit d’instruments cognitifs à entreposer dans une réserve de communs cognitifs partageables, ces opérations de systématique présentent l’intérêt de désindexer les résultats des contextes de découverte et de justification au sein desquels, le cas échéant, il fut convenu qu’ils s’avèrent utiles.

18L’explicitation de cette substance systématique n’est jamais aussi cohérente que lorsqu’elle s’associe à une histoire sociologique (ou une sociologie historique, la différence est cosmétique ici) digne de l’exigence d’objectivation et d’autocompréhension définie par Merton, et quelques autres proches de lui : Alvin Gouldner, Lewis Coser, etc. Ce travail est rendu difficile dans le domaine de la théorie sociologique de la science, de la sociologie de la science tout court, car comme l’a souligné Merton, qui l’a introduite dans les années 1950, cette spécialité est auto-exemplificatrice, c’est-à-dire réflexive, parce que ses praticien·ne·s peuvent la prendre pour objet (voir Cole et Zuckerman, 1975). Retracer systématiquement l’histoire sociale et intellectuelle de la sociologie de la science, à la façon de Merton (voir, par exemple, Merton, 1977), c’est dès lors confronter, par exemple, aux dynamiques de l’invention et du perfectionnement des instruments (scientifiques) de la pensée sociologique de la science. Ce travail rend perceptibles les fondations souterraines, oubliées, les faux départs et les fausses pistes, les malentendus interprétatifs, les disputes plus ou moins fructueuses, etc. : autant de révélateurs des conditions d’émergence et de développement de la substance systématique de la spécialité, et dont la connaissance pourrait inspirer les sociologues qui, sans toujours le savoir, s’inscrivent dans les continuités de ces entreprises de savoir sélectivement mis en ordre.

  • 8 Parmi les tentatives de définition d’un protocole et de règles de confrontation entre programmes d (...)

19Pourquoi se donner autant de peine ? Tout simplement parce que si la sociologie renonce à évaluer les mérites respectifs des théories disponibles, quels que soient leur stade de développement et le niveau de leur contribution à l’avancement des connaissances, elle perd son statut de discipline ordinaire de la science. Dès lors, quand bien même on trouverait profit à étudier les progrès cognitifs passés, il s’agit de prendre acte du fait qu’ils sont susceptibles d’être rejetés comme étant actuellement non pertinents et non valides. Des théories ont convaincu un temps, et leur usage de n’être plus justifié parce qu’elles n’expliquent plus adéquatement des états de choses observables. À condition donc de disposer de procédés de comparaison et de mise à l’épreuve des propositions théoriques, l’on peut commencer à départager les programmes théoriques spécifiques au profit d’une conception qui tend – n’en a pas fini de tendre – vers l’intégration théorique de la discipline8.

20Un autre intérêt épistémique de la systématique associée à l’histoire sociologique réside dans le travail de prospection qu’elle encourage. Comme l'indique Merton, relire les classiques est instructif et peut aider à avancer, à partir du moment où ces textes vérifient cette qualité qui les définit en tant que tels : l’on trouvera toujours de nouveaux aspects dans (et entre) ces lignes, des points de saillance inattendus qui résonnent avec de nouvelles préoccupations, et ces préoccupations d’évoluer au fil d’une carrière de lecteur jamais complètement linéaire, pour peu qu’on se prenne au jeu de la recherche documentaire dans ce qu’elle peut avoir d’heuristique et, parfois, de déconcertant. Merton a recours à la métaphore de l’orpailleur : qui sait ?, à passer au tamis les restes déposés par l’activité cognitive de nos prédécesseurs, l’on pourrait trouver des pépites, faire des découvertes heureuses, promesses de révisions et d’enrichissement intellectuel. L’histoire de la connaissance n’est alors pas un continent déjà arpenté, mais une frontière à explorer et à défricher. C’est dans cet esprit de découverte que Merton, aidé de collègues, s’est lancé dans d’improbables collections. Par exemple, avec David Sills, il s’est pris d’intérêt pour la recherche des citations des sciences sociales les plus signifiantes, selon leur appréciation systématique et très inclusive (Sills et Merton, 1991). Cet encyclopédisme est limité par un principe de sélection et les compétences linguistiques des chercheurs. Mais nul n’est tenu à l’exhaustivité, et chacun peut apporter ses pièces. À cet égard, le travail d’inventaire critique réalisé par Barbara Celarent (2017), alias Andrew Abbott, est suggestif, car l’autrice·eur propose d’étendre, dans le temps et l’espace, le canon des classiques à des auteurs et des traditions non occidentales de la pensée sociale. Contre les « conceptions plus ou moins liquidatrices » qui, comme le suggère Éric Brian (2012 : 51), paraissent de façon cyclique et pas seulement lors des situations de crise, la synthèse des fragments dispersés à l’échelle de la planète renoue avec l’impératif institutionnel d’accumulation critique et sélective des connaissances.

21La normativité de la systématique articulée à l’histoire sociologique des pratiques théoriques s’illustre à travers les distinctions opérées entre les savoirs valides et ceux qui ne le sont plus, les reclassements et les déclassements, en fonction de critères (congruence à la réalité, adéquation des méthodes, rigueur de la conceptualisation, etc.) admis en principe par tou·te·s. Pour autant, qu’il s’agisse des erreurs passées, des surinterprétations parfois loufoques, des généralisations hâtives prises au sérieux hier et qui prêtent à sourire aujourd’hui, tout cela a participé de l’avancement des connaissances par tâtonnement dans l’établissement des faits et l'approximation des vérités. Mais à la fin, on mesure l’effet épistémique et social de ce travail de démarcation : il délimite les contours d’un territoire scientifique et, de fait aussi, place les amateurs de théories dépassées, démonétisées et/ou aberrantes dans une situation précaire, car leurs théories ne passent pas ou plus les contrôles techniques de rigueur. Quoique ces évaluations systématiques des fragments de savoirs problématiques doivent, en pratique, se dérouler selon les normes de la discussion scientifique, par l’organisation du scepticisme dans la discipline (l’évaluation par les pairs en est la routine), cela n’est pas toujours le cas, si bien que ces savoirs à la limite ainsi que leurs porteurs évoluent dans une zone de relégation où l’inquiétude de la confrontation faiblit autant que l’espoir de contribuer positivement à la discipline scientifique. S’il ne faut pas non plus consacrer trop de temps et d’importance au déclassement de ces théories bancales ou nulles et non avenues, cette systématique de la mauvaise ou de la bonne théorie d’hier désormais à dépasser demeure une composante essentielle de la sociologie comme science et comme vocation. Cette orientation, il convient de la transmettre aux apprenti·e·s sociologues, car elle renvoie à l’exigence, introduite avec force par Max Weber dans La science comme vocation, et que Merton cite in extenso (1968 : 28), selon laquelle la science sociale doit travailler à son propre dépassement, et le faire sans transiger :

« En science, chacun d’entre nous sait que ce qu’il a accompli sera obsolète dans dix, vingt, cinquante ans. C’est le destin auquel la science est subordonnée ; c’est la signification même du travail scientifique, auquel celle-ci est vouée dans un sens bien précis, par comparaison aux autres domaines de la culture pour lesquels, en général, rien ne change. […] Nous ne pouvons pas travailler sans espérer que d’autres iront plus loin que nous. En principe, ces progrès se poursuivent indéfiniment. »

22Il n’y a pas de paradoxe à considérer qu’il s’agit là d’une citation difficilement dépassable.

23Cet article a donc réactualisé l’intérêt d’une reprise de l’idée de systématique proposée par Merton. Alors que l’opposition entre théorie théoricienne et recherche empirique guidée par le seul terrain, indifférente à la montée en généralité, oriente encore les pratiques sociologiques et les représentations de ce travail savant ; que le constat critique de cette partition dommageable dressé par Merton en 1948, et qu’il pensait éphémère et résistible, est repris sous d’autres formes et pour d’autres séquences de l’histoire de la discipline (voir dans le champ français, la mise au point de Bernard Lahire, 2018), on a tout à gagner à évaluer à quoi tout cela tient en théorie et pourquoi cela est supposé tenir de la façon que cela tient.

24Mais encore faudrait-il anticiper le coût social et intellectuel de l’application de la systématique de la théorie informée d’histoire sociologique : celui de rendre caduques et hors sujet les résidus de sociologie rongés par les progrès contemporains de la recherche, ces bouts de science obsolète et systèmes à tics théoriques qui, néanmoins, et pour des raisons dont la sociologie de la sociologie peut aider à rendre compte, continuent d’être utilisés et transmis sous couvert de « sociologie ». Il en va ainsi de l’avancement d’une discipline dont l’ancrage et la légitimité académiques ne sont jamais complètement assurés, et c’est pourquoi l’idéal régulateur et l’exercice d’une systématique de la connaissance sociologique devraient constituer une ligne de conduite.

Haut de page

Bibliographie

Abend, Gabriel, 2008, « The meaning of theory », Sociological Theory, vol. 29, no 2, p. 173-199.

Alexander, Jeffrey, 1987, « The centrality of the classics », dans Anthony Giddens et Jonathan Turner (éd.), Social Theory Today, Cambridge, Polity Press, p. 11-57.

Berthelot, Jean-Michel, 2001, « Programmes, paradigmes, disciplines : pluralité et unité des sciences sociales », dans id. (dir.), Épistémologie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, p. 457-519.

Berthelot, Jean-Michel, 2003, « Plaidoyer pour un pluralisme sous contraintes », Revue européenne des sciences sociales, no 126, p. 35-49.

Brian, Éric, « Où en est la sociologie générale ? », Revue de synthèse, vol. 133, no 1, 2012, p. 47-74.

Camic, Charles, 2010, « How Merton sociologizes the history of ideas », dans Craig Calhoun (éd.), Merton: Sociology of Science and Sociology as Science, New York, Columbia University Press, p. 273-295.

Celarent, Barbara, 2017, Varieties of Social Imagination, édité par Andrew Abbott, Chicago, University of Chicago Press.

Cole, Jonathan et Zuckerman, Harriet, 1975, « The emergence of a specialty: The self-exemplifying case of the sociology of science », dans Lewis Coser (éd.), The Idea of Social Structure: Papers in Honor of Merton, New York, Harcourt Brace Jovanovich, p. 139-174.

Gingras, Yves, 2016, « Nature et pertinence de la sociologie », Socio, no 7, p. 247-264.

Haney, David Paul, 2008, The Americanization of Social Science: Intellectuals and Public Responsibility in the Postwar United States, Philadelphie, Temple University Press.

Hedström Peter et Swedberg, Richard (éd.), 1998, Social Mechanisms: An Analytical Approach to Social Theory, Cambridge, Cambridge University Press.

Heilbron, Johan, 2004, « A regime of disciplines », dans Charles Camic et Hans Joas (éd.), The Dialogical Turn: New Roles for Sociology in the Postdisciplinary Age, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, p. 23-43.

Isaac, Joel, 2010, «Theorist at work: Talcott Parsons and the Carnegie project on theory, 1949-1951 », Journal of the History of Ideas, vol. 71, no 2, p. 287-311.

Joly, Marc, 2017, La révolution sociologique. De la naissance d'un régime de pensée scientifique à la crise de la philosophie (xixe-xxe siècle), Paris, La Découverte.

Lahire, Bernard, 2018, « Les ambitions théoriques de la sociologie », Sociologie, vol. 9, no 1, p. 61-71.

Lamy, Jérôme et Saint-Martin, Arnaud, 2020, « Salut à toi, Durkheim ! », Zilsel, no 7, p. 492-516.

Levine, Donald, 2006, « Merton’s ambivalence towards autonomous theory: And ours », The Canadian Journal of Sociology/Cahiers canadiens de sociologie, vol. 31, no 2, p. 235-243.

Merton, Robert K., 1948, discussion de l’exposé de Talcott Parsons, «The position of sociological theory », American Sociological Review, vol. 13, no 2, p. 156-171.

Merton, Robert K., 1968 [1949, 1957], Social Theory and Social Structure, New York, The Free Press, 3e éd.

Merton, Robert K., 1973a [1961], « Social conflict over styles of sociological work », repris dans The Sociology of Science: Theoretical and Empirical Investigations, Chicago, University of Chicago Press, p. 47-69.

Merton R. K., 1973b [1963], « The ambivalence of scientists », repris dans The Sociology of Science: Theoretical and Empirical Investigations, Chicago, University of Chicago Press, p. 382-412.

Merton, Robert K., 1977, The Sociology of Science: An Episodic Memoir, Carbondale, University of Southern Illinois Press.

Merton, Robert K., 1993 [1965], On the Shoulders of Giants: A Shandean Postscript. The Post-Italianate Edition, Chicago, University of Chicago Press.

Merton, Robert K. et Barber, Elinor, 2003, The Travels and Adventures of Serendipity: A Study in Sociological Semantics and the Sociology of Science, , Princeton, Princeton University Press.

Mills, Charles Wright, 1967, L’imagination sociologique, Paris, François Maspero.

Newcomb, Theodore M., 1948, discussion de l’exposé de Talcott Parsons, « The position of sociological theory », American Sociological Review, vol. 13, n° 2, p. 156-171.

Saint-Martin, Arnaud, 2013, La sociologie de Merton, Paris, La Découverte.

Saint-Martin, Arnaud, 2016, « Merton, au nom de la science », dans Nicolas Adell et Jérôme Lamy (dir.), Ce que la science fait à la vie, Paris, Éd. CTHS, p. 201-231.

Saint-Martin, Arnaud, 2017, « Les ironies de (la) serendipity dans l’œuvre de Merton », Temporalités, no 24 : <http://temporalites.revues.org/3480>.

Saint-Martin, Arnaud, 2018, « Le danger sociologique ? Un feu de paille », Zilsel, no 3, p. 411-442.

Sica, Alan, 1998, « Acclaiming the reclaimers: The trials of writing sociology’s history », dans Charles Camic (éd.), Reclaiming the Sociological Classics: The State of the Scholarship, Oxford, Blackwell, p. 282-298.

Sills David L. et Merton, Robert K. (eds.), 1991, Social Science Quotations: Who Said What, When, and Where, New Brunswick, Transaction Publishers.

Saint-Martin, Arnaud, 2017, « Les ironies de (la) serendipity dans l’œuvre de Merton », Temporalités, no 24 : <http://temporalites.revues.org/3480>.

Saint-Martin, Arnaud, 2018 « Le danger sociologique ? Un feu de paille », Zilsel, no 3, p. 411-442.

Sorokin, Pitirim, 1966, Sociological Theories of Today, New York, Harper & Row.

Stinchcombe, Arthur, 1975, « Merton’s theory of social structure », dans Lewis Coser (éd.), The Idea of Social Structure: Papers in Honor of Merton, New York, Harcourt Brace Jovanovich, p. 11-33.

Swedberg, Richard, 2012, « Theorizing in sociology and social science: Turning to the context of discovery », Theory and Society, vol. 41, no 1, p. 1-40.

Sztompka, Piotr, 1986, Merton: An Intellectual Profile, New York, St. Martin’s Press.

Haut de page

Notes

1 Cet article reprend une communication présentée au réseau thématique « Théories et paradigmes en sociologie » à l’occasion du congrès de l’Association française de sociologie d’août 2019. J’adresse mes remerciements aux collègues qui m’ont aidé à préciser ce point de vue très impersonnel.

2 Sur les déterminants sociocognitifs et les promesses scientifiques de cette révolution sociologique, voir l’analyse qu’en donne Marc Joly (2017).

3 Entre autres controverses récentes sur l’état de la discipline, d’autant plus vives que la discussion n’est pas strictement scientifique et qu’elle se déroule principalement sur la scène de la culture médiatique légitime, voir les récriminations postindividualistes-méthodologiques de Gérald Bronner et d’Étienne Géhin dans l’essai Le danger sociologique (2016), en particulier contre la sociologie « déterministe » et « complotiste » de Pierre Bourdieu (pour une mise en perspective critique, voir Saint-Martin, 2018), ou encore l’entreprise de démolition de la sociologie d’Émile Durkheim à laquelle s’est voué Wiktor Stoczkowski en pure perte, sous couvert de l’anthropologie des savoirs (Lamy et Saint-Martin, 2020). On imagine combien le lectorat cultivé, en découvrant ces querelles entre professionnel·le·s de la profession sociologique, peut se trouver conforté dans l’impression d’un défaut de scientificité. Ce qui, néanmoins, ne fait que confirmer un biais de perception artificiellement entretenu par des sociologues qui cherchent à faire triompher une définition de la situation.

4 Dans une tribune parue dans Libération le 28 novembre 2017 (« Sociologie : le danger français »), l’un des espaces extra-académiques où ce genre de débats se déroule non sans raccourcis et malentendus, Stéphane Dufoix soulignait cet impensé de l’exception culturelle à la française, lequel incline nombre de collègues à assimiler la sociologie franco-française à la sociologie universelle, dans l’indifférence vis-à-vis de ce qu’il se passe en dehors des frontières hexagonales.

5 Dans sa discussion des propositions de Talcott Parsons sur la théorie sociologique, Theodore M. Newcomb résume sans détour l’intérêt ludique de l’esprit de système : « La construction de systèmes [system-making] n’est pas seulement nécessaire, elle est aussi amusante. De ce point de vue, je suppose que nous ressemblons beaucoup à un enfant qui regarde des adultes assembler les bouts de rails et les aiguillages d’un train électrique. Peu importe si l’adulte le fait bien, le jeune veut le tester par lui-même » (Newcomb, 1948 : 168).

6 Chez Robert K. Merton comme chez ses disciples, la référence insistante aux « maîtres » renvoie à une conception ancienne de la discipline, prévalant en Occident, c’est-à-dire l’instruction d’une matière (disciplina), par le biais d’une relation d’enseignement descendante de maître à disciple, fondée sur les valeurs scolastiques d’autorité et d’exemplarité. Comme l’a souligné Johan Heilbron, la définition moderne de la discipline inclut par contraste la recherche et la découverte, non plus seulement la stabilisation d’un corpus de doctrines à transmettre (2004 : 26-27). Dans sa sociologie de l’institution scientifique, Merton l’intègre et en fait un moteur du progrès de la connaissance (les scientifiques en tirent la reconnaissance de leurs pairs). Ainsi les maîtres que le sociologue citait en exemples de bonnes pratiques de science, les mêmes qu’il avait côtoyés à l’université (Harvard, Columbia) ou découverts par ses lectures, sont-ils érigés en modèles de rôle : enseignants et chercheurs à la fois, enseignants parce que chercheurs, et vice versa.

7 Il aura fallu toute la sagacité d’Arthur Stinchcombe (1975) pour la découvrir. Robert K. Merton se laissera convaincre et, de guerre lasse, reprendra à son compte cette interprétation.

8 Parmi les tentatives de définition d’un protocole et de règles de confrontation entre programmes de recherche dans le cadre d’un « pluralisme sous contraintes », dont la formulation est très proche de l’idée de systématique mertonienne, on renverra aux propositions qu’avait faites Jean-Michel Berthelot au tournant des années 2000 (Berthelot, 2003), hélas peu reprises par la suite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Saint-Martin, « Variations sur la systématique mertonienne de la théorie sociologique »Socio, 15 | 2021, 207-224.

Référence électronique

Arnaud Saint-Martin, « Variations sur la systématique mertonienne de la théorie sociologique »Socio [En ligne], 15 | 2021, mis en ligne le 02 avril 2021, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/socio/11369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.11369

Haut de page

Auteur

Arnaud Saint-Martin

Arnaud Saint-Martin est chargé de recherches au CNRS, en sociologie des sciences et techniques, et plus particulièrement des activités et technologies astronautiques. Il achève une monographie sur l’émergence du NewSpace, entre l’Amérique du Nord et l’Europe. Parmi ses dernières publications, un essai, Science (Anamosa, 2020), ainsi qu’un ouvrage collectif codirigé avec Laurent Tessier : Les dossiers de l'écran. Controverses, paniques morales et usages éducatifs des écrans (Éditions du Croquant, 2020). Par ailleurs, il codirige la revue d’études des sciences Zilsel. Science, Technique, Société.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search