Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15VariaTout n’est pas éthique dans l’éth...

Varia

Tout n’est pas éthique dans l’éthique

Le cas du lit de réanimation pour deux patients
Not everything is ethical in ethic: the case of the resuscitation bed for two patients
Michel Wieviorka
p. 225-241

Résumés

La question éthique du « triage » des malades, en situation de pénurie, quand il s’agit de choisir lequel pourra accéder à un lit de réanimation et lequel sera privé d’accès, comporte des dimensions qui ne sont pas toutes ou pas exclusivement éthiques. Elle s’inscrit au carrefour de préoccupations qui touchent aussi à la justice, à la politique, à l’économie, et peut être lourde d’enjeux sociaux, en l’occurrence générationnels. Elle est aussi susceptible d’alimenter de façon quelque peu forcée des débats médiatiques qui, dans certains cas, peuvent tourner à la panique morale.

Haut de page

Texte intégral

1Une des caractéristiques des temps contemporains est l’importance accordée aux questions dites éthiques. Celle-ci fait certainement partie des signes qui témoignent de l’entrée dans une ère nouvelle, où tout ce qui touche aux droits humains, à la personne, à sa dignité ou à son respect est décisif. Mais sans aller jusqu’à y voir la marque de la crise généralisée du vieux monde, de l’État, du système politique, voire de la démocratie, il faut s’interroger : la tendance à mettre en avant l’éthique n’est-elle pas quelque peu forcée, n’est-elle pas une façon de déplacer des enjeux politiques, économiques, ou sociaux à un niveau métapolitique, méta-économique, métasocial – ce qui évite d’avoir à les traiter comme tels ?

2On ne peut en fait ni dissocier les questions éthiques d’enjeux touchant à la politique et à la justice, ni les confondre avec eux. Et symétriquement, on ne peut sérieusement examiner la politique ou la justice, sur bien des grands problèmes actuels, sans étudier les fondements éthiques des propositions qui sont mises en avant, et débattues.

3Le cas du « triage » en situation de pénurie de lits de réanimation a ici valeur paradigmatique. Pour l’aborder, il faut d’abord écarter une démarche qui simplifie à outrance ce type de question.

Simplifications forcées

4La tradition philosophique procède en effet parfois à partir d’un cas précis, dépouillé jusqu’à être réduit à sa plus simple formulation, pour développer une réflexion de portée générale. Un problème imaginé, et imaginaire, revêt alors l’allure d’un dilemme simple, mais presque impossible à résoudre, par exemple : le conducteur d’un véhicule qui vient de perdre ses freins a pour seul degré de liberté la possibilité de choisir qui écraser et tuer, cinq ouvriers à droite, ou un proche parent, à gauche. À partir de là, le raisonnement met en branle des critères de justice et se veut susceptible d’éclairer beaucoup plus largement la morale, voire l’action.

  • 1 Voir Weber (1965 : 179-181) : « On obtient un idéal-type en accentuant unilatéralement un ou plusi (...)

5Le propre des situations qui servent ainsi de fondement à l’analyse est de reposer généralement sur un schéma irréaliste. Le scénario proposé pour point de départ non seulement est peu vraisemblable – quel est l’automobiliste qui aura un jour à trancher entre deux perspectives dramatiques comme dans l’exemple présenté plus haut ? –, mais il est aussi débarrassé de tout ce qui fait la vraie vie, la complexité des situations, l’information imparfaite, le contexte général, les implications d’une décision ou d’une autre, la psychologie personnelle des acteurs, etc. Le conducteur, dans notre exemple, va-t-il nécessairement ne penser qu’au choix qui s’offre à lui, ne va-t-il pas plutôt se demander ce qu’il pourrait faire, klaxonner, hurler par la fenêtre ? Tenter une manœuvre désespérée, ne va-t-il pas pour ce faire essayer de sortir du véhicule ? Ce qui pourrait se vouloir idéal-typique de bien d’autres cas de figures, au sens de Max Weber1, condensant leurs traits principaux en une sorte de moyenne abstraite, est en fait une invention totalement improbable, au mieux un cas exceptionnel. Peut-on monter en généralité à partir d’un scénario invraisemblable, et réduit, s’il devait se présenter concrètement un jour, à une dimension unique d’une situation qui en réalité en condense nécessairement un grand nombre ?

6Sans aller tout à fait jusque-là, la façon dont a été présenté dans les médias le problème posé par la pénurie de lits de réanimation pendant la phase aiguë de la pandémie de Covid-19 appartient à bien des égards à cette famille de démarches.

7Formulée à l’occasion de la première vague de Covid-19 en Italie, depuis la Lombardie plus précisément, très tôt atteinte, brutalement et massivement, et dont les services de santé ont été débordés, puis en France, sous diverses expressions, la question a alors été nommée au moyen de plusieurs termes : tri, ou triage, priorisation, affectation du dernier ventilateur, ou du dernier lit de réanimation. Dans ses versions les plus sommaires, elle consiste à s’interroger : à qui attribuer le seul lit d’hôpital, le seul ventilateur disponible, si deux patients se présentent au même moment ?

8Les situations réelles sont toujours infiniment plus compliquées que ce que suggère l’idée d’avoir à choisir entre deux patients. Attribuer le seul lit disponible, alors que deux patients se présentent par exemple, ne doit-il pas tenir compte aussi des arrivées probables, dans les heures qui vont suivre, d’autres malades, qui doivent eux aussi être soignés ? Peut-être aussi un ou plusieurs lits seront-ils libérés à brève échéance ? La Covid-19 n’est pas la seule urgence qui appelle éventuellement réanimation, ce que le débat a commencé à révéler en France à l’issue du premier pic de la pandémie, au printemps 2020 : faut-il accepter que d’autres pathologies graves ne soient pas traitées en période de pénurie, au seul profit de celles qui relèvent du coronavirus (SARS-CoV-2), ou que soit repoussée une prise en charge peut-être moins urgente, mais en faisant courir des risques croissants aux personnes concernées par le retard pris pour les soigner ? Pourquoi le seul lit de réanimation restant serait-il réservé exclusivement à un malade victime du coronavirus ? Et la question ne se pose-t-elle pas, finalement, qu’en situation intermédiaire, quand la pénurie commence à se faire sentir, sans que le système hospitalier soit débordé, quand il est saturé, mais que les personnels médicaux peuvent prendre le temps de réfléchir et ont quelque degrés de liberté ? Si cinquante, cent, mille personnes se présentent, et non pas deux, tout change, les acteurs de l’humanitaire ou de la médecine de guerre le savent bien.

9Et avant d’aller plus avant dans la réflexion sur le triage, notons bien qu’il ne fait sens qu’en démocratie, là où existent des politiques publiques, de la redistribution, et où la santé, en particulier, est l’objet de choix collectifs discutés et négociés. Ce problème ne se pose pas en démocratie hyper-libérale, quand l’État laisse jouer le marché et les forces débridées de l’argent : dans ce cas, la priorité, dans la question qui nous occupe, est à ceux qui peuvent payer, tout simplement, il n’y a pas débat, la médecine est privée, affaire de moyens. Si nous devons et pouvons réfléchir à une question comme celle du tri, quitte à la dépasser, ou à la reformuler, c’est parce que nous vivons dans un pays où tout le monde ou presque accède gratuitement aux soins.

Le choix éthique

10Parmi les grands enjeux de l’éthique, la question des décisions à prendre relatives à la vie et à la mort n’est pas neuve. On en trouve plusieurs illustrations sous la plume de Frédérique Leichter-Flack (2015) qui montre aussi que de nombreuses variantes de cette question viennent dessiner un espace complexe de problèmes.

11Il y a là une préoccupation générale, alors même que les données et les interrogations varient d’une expérience précise, localisée, conjoncturelle, à une autre. C’est d’ailleurs pourquoi elle est au cœur de toute sorte d’œuvres, littéraires, cinématographiques notamment.

12Quand un cas surgissant dans les médias et ébranlant l’opinion publique est présenté comme éthique, ici le triage, il n’est pas certain que le qualificatif soit parfaitement adapté. Les enjeux ne sont-ils pas aussi profondément politiques ? Ou, pour être plus précis, ne faut-il pas, pour engager une réflexion pertinente, les situer au carrefour de la justice, de la politique et de l’éthique ?

Une question éthique 

13Contrairement à d’autres situations qui aboutissent à formuler ce type d’interrogation, celle du triage des malades en démocratie ne relève pas d’une volonté quelconque de faire le mal. On n’a pas affaire, par exemple, à la perversité, à la perversion qui consiste à demander un choix impossible entre deux vies humaines, comme dans le roman de William Styron (1981), Le choix de Sophie, où le personnage principal, pour sauver un de ses deux enfants, son fils, doit désigner l’autre, sa fille, à la demande du nazi, pour être envoyé à la mort. 

14Le système qui nous intéresse ici n’est pas construit pour être inhumain, il résulte d’une situation de pénurie, ce qui en fait est d’une grande banalité : la pénurie est au cœur de la science économique, et pas seulement chez un économiste comme Janos Kornai (1984) qui s’intéressait aux régimes communistes.

15Il n’en reste pas moins que si triage il doit y avoir, des logiques comparables à certains égards aux cas extrêmes doivent être envisagées. Le survivant, celui qui aura bénéficié du seul lit, du seul ventilateur, n’aura-t-il pas à assumer toute sa vie le fait qu’il a été sauvé quand est mort un autre humain ? Faut-il le lui cacher par un voile d’ignorance, peut-on le lui laisser ignorer ? Il existe, dans les cas extrêmes, un « complexe du survivant », une honte, qui fait partie de ce à quoi il convient de réfléchir, comme nous y invite Frédérique Leichter-Flack, citant notamment Primo Levi. Faut-il faire en sorte que le survivant ne soit en aucune façon, lui, sa famille, ses proches, impliqué et concerné par le choix proprement dit ? Et est-on bien certain qu’il n’a pas développé une stratégie, ou bénéficié d’atouts, d’avantages particuliers ? Jusqu’où faut-il rendre public le choix de la personne, voire de la catégorie privilégiée, et celui de la personne ou de la catégorie défavorisée ?

16À partir du moment où il s’agit de choisir, en situation, s’imposent d’emblée deux questions : qui choisit, et sur quels critères ? L’expérience fait apparaître une assez grande diversité de réponses. Mais dans tous les cas, celui qui choisit sera ensuite tenu pour responsable. Le débat à fort parfum de scandale lancé par Hannah Arendt à l’occasion du procès d’Adolph Eichmann à Jérusalem, à propos des Judenräte, montre qu’il s’agit d’un point délicat (Arendt, 1966) – mais ne nous égarons pas dans des comparaisons qui risqueraient de confiner à d’indécentes analogies, la situation de pénurie en situation de pandémie n’a rien à voir avec la barbarie et la cruauté nazies.

17En situation où il faut choisir, n’est-il pas préférable de ne pas le faire, de s’en remettre au sort, au hasard ? Cette option n’est pas pertinente lorsque l’on considère les réalités historiques concrètes, et d’ailleurs, ne pas décider, ne pas choisir, en fait, c’est aussi d’une certaine façon prendre une responsabilité. En revanche, il est important de savoir comment on en est arrivé à la nécessité de choisir.

Une question politique

18S’il faut choisir, c’est au terme d’un processus qui fait qu’il y aura, comme a écrit Primo Levi (1989), des naufragés et des rescapés. Le problème qui nous occupe ici, formulé à juste titre comme éthique, se pose ainsi parce qu’en amont, il n’a pas été anticipé, prévu, et donc qu’aucune réponse satisfaisante n’a été préparée. On entre ici dans la sociologie politique, on s’éloigne au moins dans un premier temps de l’éthique, car la question devient celle de savoir pourquoi une société se prépare, ou non, à des situations de catastrophe comme celle de la pandémie.

19Est-ce impéritie politique, aveuglement des dirigeants ? Ne s’agit-il pas plutôt d’un choix délibéré, assumé démocratiquement, entre diverses priorités, celle du financement de lits de réanimation, avec le personnel nécessaire, étant passée après d’autres, pour des raisons économiques par exemple ? Il faut dans ce cas inscrire le débat sur le « tri » dans le cadre plus général, et respectable, de raisonnements économiques qui visent à définir des priorités en situation de pénurie. En matière de santé publique, il n’y a pas que les lits et les personnels de réanimation qui font défaut, bien d’autres ressources peuvent se révéler insuffisantes, des arbitrages sont inévitables. Ainsi, tout ce qui touche aux greffes s’inscrit dans une logique de pénurie, et appelle des choix préalables, des critères, de la transparence. La réflexion économique ne peut éviter de poser des questions d’affectation des ressources : financer des lits de réanimation, ou des matériels ultramodernes permettant de mieux traiter certains cancers, par exemple ?

  • 2 Rapport no 1399 de l’Assemblée nationale ; rapport no 199 du Sénat.

20Mais ce qui a été observé en France à partir du début de la crise sanitaire a fait apparaître non pas tant des réflexions sereines et respectables sur la meilleure affectation possible des ressources de la collectivité à travers une politique publique de la santé, que des carences, de l’impréparation, parfois de surcroît teintées d’arrogance bureaucratique ou technocratique, et les rapports des commissions d’enquête de l’Assemblée nationale puis du Sénat sur la gestion gouvernementale de la crise sanitaire publiés en décembre 2020 en témoignent2.

  • 3 Voir la première analyse sociologique, bien avant les articles parus dans la grande presse, propos (...)

21Le choix « éthique » caricaturé par l’idée d’un lit de réanimation pour deux patients n’a été ici que la conclusion brutale de toute une série de décisions qui étaient éminemment politiques et qui n’étaient pas exclusivement éthiques, en tous cas pas plus que beaucoup d’autres. Cela a été dit très souvent : depuis la crise de 2008, et peut-être même avant, le pouvoir politique, de gauche comme de droite, a privilégié des critères budgétaires ou administratifs qui ont abouti à de graves carences, dans le système hospitalier comme ailleurs, et dans ce système, en matière de lits, de masques, de tests comme sur d’autres points3. Mais quand on en arrive à devoir prendre des décisions dans l’urgence, questionner le système ne sert à rien, sinon pour en tirer des leçons pour l’avenir : à chaud, il faut bien trancher, d’une façon ou d’une autre. Et agir de manière éthique.

  • 4 Voir notamment Fournier (2010).

22On entre ici dans les questions qui mettent effectivement en jeu la responsabilité médicale, on peut parler d’éthique médicale clinique4. Ce n’est de fait pas notre objet. En revanche, la décision éthique est comme cadrée par ce qui a pu être élaboré en amont, par une réflexion politique qui renvoie d’une part aux critères de justice qu’il convient d’appliquer, et d’autre part à ce qu’une société valorise, et aux priorités qu’elle se donne, une réflexion à forte charge culturelle et sociale. Redisons-le : les registres de l’éthique, de la justice et de la politique dessinent un ensemble complexe.

Quelle théorie de la justice ?

23Les critères de justice qui peuvent être mis en avant pour, en quelque sorte, fixer des normes ou des recommandations en amont de la décision à chaud, sur le terrain, ne peuvent que faire débat, car il n’y a pas une seule et unique conception de la justice qui intervienne quand de tels enjeux sont mis en discussion.

24C’est ainsi que le philosophe Michael Sandel identifie trois approches distinctes, qu’il passe en revue et critique (Sandel, 2016). La première est utilitariste. Dans la tradition inaugurée principalement par Jeremy Bentham et, jusqu’à un certain point, par John Stuart Mill, elle privilégie l’idée d’agréger les utilités individuelles dans une règle collective visant l’utilité ou le bonheur du plus grand nombre. S’il s’agit des lits de réanimation en situation de pénurie, on peut penser qu’une telle approche s’efforcera de mettre en avant l’intérêt collectif – par exemple : sauver en priorité ceux qui seront le plus utile ensuite à la société. Ce type de conception n’exclut pas que l’utilité maximale puisse aussi être celle de chaque personne en concurrence, ce qui suppose une capacité à la définir qui est tout sauf évidente. L’utilitarisme devrait en particulier reposer sur une idée claire de la valeur des vies humaines concernées, au moment où elles sont en jeu : mais quel est le prix d’un être humain à un moment donné, et comment l’estimer du point de vue du bien collectif ?

25La deuxième perspective qu’examine Michael Sandel est libertarienne. Développée surtout aux États-Unis, elle considère que la propriété de soi est une priorité absolue. Les libertariens prônent la libre disposition de soi, un minimum d’État et de fiscalité, et, à propos du dilemme qui nous intéresse, on peut supposer qu’ils devraient être favorables à des solutions autres que pensées dans le cadre de politiques publiques, puisqu’ils sont en faveur du marché : ils ne sont pas concernés par les dimensions éthiques du choix éventuel. Que chacun fasse comme il l’entend et comme il peut compte tenu de ses ressources.

  • 5 Voir Habermas (1986).

26Enfin, Michael Sandel envisage des approches dites libérales (au sens politique, et non économique de l’adjectif), héritées d’Emmanuel Kant, et qui valorisent une conception morale du droit. L’homme, ici, ne peut être un moyen, tous les êtres humains ont les mêmes droits, et on peut penser qu’une démarche concrète, pour la question qui nous occupe, doit viser en priorité, dans cette perspective, à s’assurer que les droits de chaque malade sont respectés. Une délibération au cas par cas doit être, le cas échéant, exigeante, examiner tous les arguments et s’efforcer d’être la plus juste possible en considérant tous les éléments qui peuvent jouer en faveur de chacun des concurrents pour un lit. L’éthique de la discussion telle que prônée par Jürgen Habermas s’inscrit pleinement dans cette lignée, qu’il s’agisse, en amont des situations de crise et de pénurie, de l’élaboration des critères qui pourront être les plus justes le moment venu, ou, en situation, de l’organisation de la délibération qui peut alors s’imposer5.

  • 6 Pour une présentation et une discussion utiles du livre de Michael Sandel, Justice, voir Lennep (2 (...)

27D’autres théories de la justice mériteraient certainement d’être examinées, à commencer par celle que propose Michael Sandel6. Mais il suffit ici de noter deux points importants. Le premier est que, face à un choix comme celui qui nous intéresse, il n’est pas exclu que des alliances s’effectuent entre démarches procédant de théories distinctes : une approche utilitariste, par exemple, peut s’articuler ne serait-ce que provisoirement à une démarche de type kantien. Le second point tient au pluralisme théorique : s’il n’existe pas un point de vue unique, ou intégré, alors, chaque théorie informe plus ou moins nettement une partie de l’opinion, et de ceux qui s’engagent dans la discussion. Il n'existe donc pas one best way que pourraient adopter de façon consensuelle tous les responsables politiques d’une part, les médecins d’autre part, mais des critères relevant d’orientations fondamentales qui ne dessinent pas un ensemble homogène. Et en situation, il n’y a pas non plus toujours un seul avis éthique possible, ou supérieur aux autres, la discussion ici devant surtout permettre de clarifier les éventuelles divergences. C’est pourquoi le débat proprement politique est compliqué à son niveau, comme peut l’être au sien le débat en situation : les participants ne sont pas nécessairement d’accord. Seule, s’il s’agit de politique, la démocratie peut permettre de trancher, c’est-à-dire, une fois le débat mené à son terme, de traiter des différends de façon non violente, et d’aboutir à des choix relevant de négociations, voire de compromis.

28Disons-le autrement : plutôt que de ramener toute la question à ses seules dimensions éthiques, il convient de distinguer le niveau de la philosophie politique, et des théories de la justice, de celui, politique, de la délibération démocratique, et de celui, éthique, de la décision, ou de la préparation de la décision. Et il convient tout autant de ne pas confondre la discussion en amont, qui aboutit à fixer les normes ou les règles, un cadre général, et l’échange au moment de la prise de décision concrète. Les niveaux peuvent se chevaucher, se concilier, ils n’en sont pas moins distincts analytiquement.

29Outre une approche théorique ou une autre de la justice, et sa mise en discussion, outre un débat démocratique ne serait-ce que sur les priorités à faire valoir, économiques, et en tenant compte du coût collectif et individuel des vies gâchées et des injustices subies, outre enfin une réflexion éthique en général, comme dans la spécificité médicalo-éthique de chaque situation, l’analyse doit examiner aussi les tensions, les conflits, les différends sociaux et culturels qui travaillent la société. C’est ce que nous allons maintenant évoquer.

Âge et générations

30Le plus souvent, la question du triage est formulée à partir de l’image d’un choix à opérer entre deux personnes d’âge sensiblement différent. Elle deviendrait bien plus délicate si le cas de figure envisagé théoriquement, tant qu’à simplifier la formulation du problème, confrontait deux concurrents pour un lit unique se ressemblant par leur âge, leur état physique, et autres critères.

31En fait, elle n’a guère été présentée de la sorte, ce qui aurait été bien plus stimulant intellectuellement, mais encore plus forcé, voire artificiel – comment choisir si rien ne différencie les concurrents ?

32De fait, l’âge a très souvent été au cœur des inquiétudes et des critiques. Ce qui constitue l’accentuation d’un tournant esquissé en 2003, lors de la canicule, avec ses 15 000 morts en quelques semaines, au mois d’août : la catastrophe sanitaire en 2020 a été lue, comme déjà en 2003, au prisme de l’âge, ce qui révèle un changement de mentalité.

  • 7 « Lettre à Denise qui ne pourra pas la lire », Le Monde, 8 décembre 2020.

33Si l’âge est un élément susceptible d’être discriminant, cela signifie que le choix est culturel et social. Le point de vue dominant ici est que, toutes choses égales par ailleurs, il convient de privilégier les plus jeunes aux dépens des plus âgés. Mais d’autres critères sont parfois mis en avant et pourraient jouer : la personne vivant en famille ou en couple, par rapport à la personne seule, par exemple. Ou bien la justice sociale, l’idée qu’il faudrait donner plus de chances à ceux qui, au départ, sont défavorisés – et donc sauver en priorité les plus soumis en général à l’injustice ou aux inégalités. Dans une perspective vite utilitariste, certains, de loin ou de haut, plus qu’en situation, invoquerons le jeu du marché, ou l’utilité sociale, les compétences, l’apport passé et à venir à la vie collective, et par exemple opteront en priorité pour une personne susceptible de jouer un rôle important dans le futur. D’autres demanderont surtout qu’une grande attention soit apportée aux diverses subjectivités concernées, qu’elles puissent s’exprimer, en situation, mais aussi, si ce n’est pas le cas, en considérant les attentes quand elles ont fait l’objet d’un document, ou de déclarations claires et nettes, par exemple en famille, comme éventuellement à propos du don d’organe. Mais ici il faut être circonspect. Informées, il n’est pas exclu que des personnes fassent le choix elles-mêmes de ne pas être prioritaires face à la pénurie : il n’est pas aberrant que des personnes âgées fassent connaître leur préoccupation, pour elles-mêmes, de ne pas survivre au détriment de plus jeunes, c’est une décision subjective, et personnelle, guidée par des sujets, ce n’est pas la même chose que de trancher pour elles, sans les consulter. Un exemple en a été donné par une patiente âgée, Denise, à qui trois réanimateurs et une sociologue ont rendu un hommage appuyé, post mortem, dans Le Monde7. Encore faut-il noter que cette tribune n’était pas dénuée d’ambiguïté, car d’un côté Denise, était-il expliqué, méritait d’être remerciée pour sa « générosité sacrificielle », mais d’un autre côté, vu son âge, « même sans pénurie on ne l’aurait jamais intubée ».

34De façon très générale, on notera qu’il est difficile, en situation d’urgence, de faire confiance aux déclarations antérieures de personnes ayant fait savoir qu’elles refusaient l’acharnement thérapeutique ou qu’elles faisaient don de leurs organes. L’expérience montre que les décisions anticipées, en effet, ne tiennent pas toujours, surtout si la situation n’a pas exactement été prévue par la personne concernée.

35Enfin, et surtout, les médecins qui sont confrontés à un choix en situation de pénurie tenteront en priorité de faire valoir des critères d’ordre médical : les chances de survie après une réanimation lourde ne sont pas les mêmes pour tous, par exemple, ni celles d’éviter de graves séquelles.

36Quand le personnage de Jack, joué par Leornardo DiCaprio, se sacrifie sans hésiter pour la jeune fille qu’il aime dans le film Titanic, il fait un choix qui lui est propre – et qui d’ailleurs, Frédérique Leichter-Flack (2015) le montre bien, correspond aux attentes culturelles et morales de la société. Mais certains plaideront peut-être aussi pour que soit admise l’idée que toute vie humaine à la même valeur que les autres, ni plus ni moins, et ils s’opposeront à ceux qui veulent mettre en avant des critères hiérarchisant les décisions. Ce qui, peut-il leur être reproché, conduit à ne rien prévoir et, si la situation l’impose, à prendre des décisions non préparées ni cadrées et faites alors notamment d’arbitraire et d’injustice.

37La définition de critères de tri – il faudrait dire tout simplement de choix – à partir de la société, si le débat démocratique s’organise, a de bonnes chances d’être conflictuelle, et pas seulement sur le plan théorique. Elle peut voir aussi s’affronter des groupes sociaux ou culturels variés. Elle nous oblige à envisager alors des inégalités, sans les réduire nécessairement à des enjeux classiquement sociaux – le revenu, l’accès au logement, à la santé, à l’emploi.

38C’est ainsi, puisque l’âge est décisif, que le débat porte notamment sur les générations. Par exemple, la proposition de triage selon laquelle il convient d’affecter en priorité le dernier ventilateur au plus jeune, toutes choses éventuellement égales par ailleurs, ne peut que s’inscrire dans le cadre plus large d’un débat sur les relations intergénérationnelles.

39Faut-il privilégier les jeunes, en général, et par exemple donner la priorité à l’économie et au travail, donc au revenu, sur la santé et la vie – dans le cas de la Covid-19, le risque sanitaire est bien plus grand pour les plus âgés, surtout s’ils relèvent de surcroît de la comorbidité ? À prendre quelque distance par rapport à la formulation simpliste du dilemme, on constate vite que le thème du conflit de génération ne peut être traité en isolant la question des lits de réanimation d’autres enjeux eux aussi générationnels, à commencer par ceux qui touchent à la question des retraites : est-il cohérent de réfléchir séparément aux retraites, et à ce qui est offert aux « seniors », et attendu d’eux en matière de contribution à l’économie nationale, d’une part, et aux priorités médicales, quand il s’agit de réanimation, d’autre part ? Ramener la réflexion à un débat éthique lui-même formulé de façon artificielle, simpliste, aboutit à séparer les problèmes, ce n’est peut-être pas la meilleure façon de penser.

40Et non seulement la question des générations mérite un large examen, mais de plus, la façon même dont le débat public s’est noué durant la pandémie montre qu’il existe d’importants liens entre l’idée d’un conflit de génération et celui opposant finalement deux priorités contraires, l’une donnée à l’économie (et donc à l’emploi et au travail) et l’autre à la vie et à la santé : n’est-ce pas sacrifier la jeunesse aux seniors que d’obliger toute la population à se confiner pour affronter la crise sanitaire, n’est-ce pas vouloir sauver ceux qui ont déjà eu leur vie au prix d’une catastrophe économique pour les plus jeunes, les uns privés d’études « en présentiel », d’autres paralysés ou entravés au moment de se lancer dans la création d’une entreprise, ou d’autres encore pour qui le travail est bien plus difficile qu’auparavant quand ils ont un emploi, surtout quand ils relèvent du secteur informel ? N’est-ce pas aussi les priver, alors qu’ils risquent moins pour eux-mêmes, de sens, de repères, de perspectives, mais aussi de loisirs, d’activités sportives, de fêtes, de vie sociale, de rencontres, bref, de ce qui fait les plaisirs de l’existence quand on a vingt ou trente ans ?

41Parler d’éthique n’est pas nécessairement ou exclusivement se situer au bon niveau. Dans certains cas, la situation où il faut choisir est inhumaine, le choix tel qu’il se présente est inacceptable, il est imposé dans une zone où l’idée même d’éthique n’a pas sa place, dans une situation extrême où règnent la brutalité, l’horreur, la perversité, la cruauté, la question est méta-éthique – ce n’est pas le problème, on l’a dit, avec le thème du lit de réanimation pour deux patients. Dans d’autres cas, la situation, faute d’avoir été évitée par une politique publique appropriée, a pu au moins être anticipée, voire préparée sur le fondement de critères acceptés démocratiquement, en des termes compatibles avec les codes de déontologie tels que les respectent les personnels soignants : la question est alors infra-éthique, même si elle met en jeu la production de protocoles qu’on peut appeler d’éthique médicale, il s’agit pour l’essentiel d’appliquer des normes explicites, à la limite de mettre en application des règles ayant valeur légale.

42Ce qui, soit dit aussi, plaide pour que le débat se joue en amont, avant la situation de pénurie, quand les passions et les émotions ne sont pas exacerbées, et que la raison et l’argumentation peuvent trouver leur plus grande place, alors même que les critères sont nombreux et ne permettent pas une hiérarchisation facile.

43Tout cela pourrait nous entraîner assez loin dans la réflexion sur le type de société qui se construit, ou pourrait se construire désormais : la question posée, en effet, vaut pour bien d’autres catastrophes qu’une pandémie, elle nous fait entrer dans les questionnements propres à ce qu’Ulrich Beck appelait la société du risque (Beck, 2016), elle peut interroger le principe de précaution et ses dérives extrêmes, paralysantes. Voici qui invite à admettre que notre société doit penser le risque, c’est-à-dire l’insécurité et la catastrophe, des changements qui peuvent procéder d’une probabilité très faible, mais aux implications gigantesques, l’accident nucléaire par exemple, l’explosion d’un volcan, ou bien encore, comme c’est le cas avec le changement climatique, se poser à une échelle globale, qui dépasse les seuls États-nations. Ce qui veut dire qu’avec la question du triage, la pandémie aura accéléré notre mutation vers de nouvelles façons de réfléchir – c’est ce qu’Ulrich Beck appelait l’« emancipatory catastrophism ».

44Il faut ici faire une remarque empirique : trop souvent, c’est quand le problème se pose concrètement, dans l’urgence, que les émotions et les passions sont à leur paroxysme, que se construit le débat public, comme si une fois la crise passée, il fallait l’oublier, ne plus y penser, ne pas en traiter. La démocratie exige au contraire que ces questions soient traitées « à froid », sereinement.

L’action publique ?

45Dès qu’on déplace ainsi le problème, et sans pour autant s’éloigner des enjeux qu’a révélés la crise sanitaire de la Covid-19, bien des préoccupations s’imposent, économiques, juridiques aussi. Ainsi, la judiciarisation des risques encourus face à la mort doit-elle être différente selon qu’il s’agit de la mort physique, ou de la mort sociale ? Les responsables des Ehpad qui ont laissé les résidents souffrir gravement d’isolement et de solitude, avec leur cortège de difficultés relevant parfois de la mort sociale, mais qui leur ont évité la contamination et peut-être la mort physique, sont-ils hors justice ? Aucun reproche ne peut-il leur être fait ? Le débat sur la réanimation aurait certainement pris un autre tour si de nombreux Ehpad, plutôt que de s’autocensurer en n’envoyant pas les malades âgés en réanimation, avaient pris la décision de les adresser à l’hôpital – il y aurait eu alors afflux massif de seniors. Et si on veut bien réfléchir en amont, en termes de politiques publiques, alors, on l’a vu, il est possible d’introduire de tout autres objets de décision, de définir les enjeux autrement : par exemple, vaut-il mieux, en situation de ressources limitées, globalement, comme dans un cadre national, voire local, mettre des moyens considérables dans des lits de réanimation, ou investir au profit des Ehpad, en accompagnement, en prévention ? Ou bien encore, vaut-il mieux financer des médicaments très coûteux qui prolongent de quelques semaines la vie de malades du cancer, ou utiliser cet argent pour embaucher des infirmières en Ehpad, ou mettre en place une politique de soutien à l’aide à domicile – un secteur qui a été singulièrement ignoré de l’action publique durant les premiers mois de la crise sanitaire ?

Inquiétudes et réalités

  • 8 Voir sur cette question : Leichter-Flack (2020).

46Dans la réalité concrète, il a pu y avoir bien des difficultés, bien des situations délicates, mais l’image simpliste du triage des patients selon des critères dits éthiques ne semble pas correspondre aux faits. La formulation élémentaire du débat n’est donc pas de mise. Pourtant, un véritable emballement a pu être observé dans les médias en 2020, façonné sur le mode de la rumeur et à la limite de la panique morale (Cohen, 1972 ; Thompson, 2006). Ce qui relève d’une sociologie étudiant comment se sont fabriquées et comment ont circulé sinon les fake news, du moins les formulations excessives et les informations approximatives parlant de triage alors qu’il n’y en a pas eu, et transformant la rumeur en débat éthique. Y a-t-il eu, par exemple, une « soudaine visibilité du tri » comme on le lit dans la revue Esprit (dans son Infolettre, 2020)8 ?

47Il faut ici introduire un point supplémentaire important : au moment où la pandémie a pris son envol, l’inquiétude était alimentée par des médias et des scientifiques annonçant des centaines de milliers de morts, avec la légitimité qu’apportent à l’appui de telles affirmations le recours à des modèles mathématiques. La modélisation angoissante a suscité la sidération – la réflexion dite éthique a été déclenchée ou accélérée par ce qu’elle pouvait laisser craindre.

48Il faudrait aussi ne pas confondre la question du choix éventuel avec une toute autre question, celle-ci médicale, qui est d’adopter de bonnes pratiques : prendre le cas échéant l’avis du malade, ou des proches, tenir compte des risques que peut faire courir une réanimation classique pour des personnes fragiles car âgées (ou souffrant d’une pathologie grave, de comorbidité), examiner d’autres modalités de soins que ceux, particulièrement invasifs, impliques par une réanimation. L’expérience a suggéré justement, on l’a constaté lors de la deuxième vague de la pandémie, que soient explorées les pistes autorisant de recourir en réanimation à des technologies moins invasives, ou bien à procéder à des réanimations d’attente permettant de surseoir à une prise de décision. Et elle a confirmé que le problème n’était pas tant celui du nombre des ventilateurs, mais bien davantage celui des effectifs de personnels soignants qualifiés pour les soins intensifs.

49Ainsi déconstruite, la question dite éthique révèle de nombreux enjeux qui ne sont pas seulement philosophiques. Elle s’inscrit dans un vaste domaine où elle trouve sa place, appelant un ensemble d’analyses rendant paradoxalement explicites les dimensions sociales, culturelles, économiques, politiques et de justice de problèmes qui ne méritent d’être dits éthiques qu’à certains égards, dans certaines circonstances, et au risque de minimiser ces dimensions. Mais symétriquement, et bien au-delà du seul dilemme qui nous a occupés ici, il ne faudrait pas sous-estimer l’importance que revêtent désormais les dimensions éthiques des problèmes sociaux, culturels, économiques et politiques du monde contemporain. Dans la période actuelle, où la vie démocratique semble en crise, menacée par les populismes, nationalismes et autres autoritarismes, il est sain que des critères supérieurs, éthiques, viennent alimenter et élever le débat.

50Note de l’auteur : Cet article fait directement suite à mes interventions, lors de la journée d’études « L’accès des “vieux” en réanimation par temps de Covid », organisée le 19 octobre 2020 par Véronique Fournier à l’hôpital Cochin, puis dans le cadre de deux séances du séminaire (novembre-décembre 2020) que je coanime avec Hervé Le Bras à l’École des hautes études en sciences sociales. Il doit beaucoup aux discussions et à la façon dont Véronique Fournier, Hervé Le Bras et les participants à ces rencontres ont attiré mon attention sur divers points décisifs.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, Hannah, 1966, Eichmann à Jérusalem : rapport sur la banalité du mal, Paris, Gallimard.

Beck, Ulrich, 2016, Metamorphosis, Londres, Polity Press.

Cohen, Stanley, 1972, Folk Devils and Moral Panics, Londres, Mac Gibbon and Kee.

Fournier, Véronique, 2010, Le bazar bioéthique, Paris, Robert Laffont.

Fournier, Véronique, 2015, Puisqu’il faut bien mourir, Paris, La Découverte.

Habermas, Jürgen, 1986, « Notes pour fonder une éthique de la discussion », dans id., Morale et communication, Paris, Éditions du Cerf.

Kornai, Janos, 1984, Socialisme et économie de la pénurie, Paris, Economica.

Leichter-Flack, Frédérique, 2015, Qui vivra qui mourra. Quand on ne peut pas sauver tout le monde, Paris, Albin Michel.

Leichter-Flack, Frédérique, 2020, « La perception tragique du tri : enjeux éthiques et effets d’une soudaine visibilité dans le débat public », dans Emmanuel Hirsch (dir.), Pandémie 2020. Éthique, société, politique, Éditions du Cerf, p. 81-88.

Lennep, Franck von, 2016, « Philosophie politique et politiques sociales », Revue française des affaires sociales, no 3, p. 291-298.

Levi, Primo, 1989, Les naufragés et les rescapés, Paris, Gallimard.

Mercier, Arnaud, 2020, « La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d’État », The Conversation, 22 mars : <https://theconversation.com/la-france-en-penurie-de-masques-aux-origines-des-decisions-detat-134371>.

Sandel, Michael J., 2016, Justice, Paris, Albin Michel.

Styron, William, 1981, Le choix de Sophie, Paris, Gallimard.

Thompson, Kenneth, 2006, « The history and meaning of the concept », dans Chas Critcher, Critical Readings. Moral Panics in the Media, Berkshire, Open University Press.

Weber, Max, 1965, Essais sur la théorie de la science (1904-1917), Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1 Voir Weber (1965 : 179-181) : « On obtient un idéal-type en accentuant unilatéralement un ou plusieurs points de vue et en enchaînant une multitude de phénomènes isolés, diffus et discrets […] qu’on ordonne […] pour former un tableau de pensée homogène. »

2 Rapport no 1399 de l’Assemblée nationale ; rapport no 199 du Sénat.

3 Voir la première analyse sociologique, bien avant les articles parus dans la grande presse, proposée par Arnaud Mercier (2020).

4 Voir notamment Fournier (2010).

5 Voir Habermas (1986).

6 Pour une présentation et une discussion utiles du livre de Michael Sandel, Justice, voir Lennep (2016).

7 « Lettre à Denise qui ne pourra pas la lire », Le Monde, 8 décembre 2020.

8 Voir sur cette question : Leichter-Flack (2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Tout n’est pas éthique dans l’éthique »Socio, 15 | 2021, 225-241.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Tout n’est pas éthique dans l’éthique »Socio [En ligne], 15 | 2021, mis en ligne le 02 avril 2021, consulté le 30 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/socio/11389 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.11389

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 1989 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a dirigé le Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS) de 1993 à 2009 et la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) de 2009 à 2020, comme administrateur puis comme président du directoire. Il a été président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010), et membre du conseil scientifique de l’European Research Council (ERC). Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : Pour une démocratie de combat (Robert Laffont, 2020) ; avec Farhad Khosrokhavar : Les juifs, les musulmans et la République (Robert Laffont, 2017) ; sous sa direction : Antiracistes (Robert Laffont, 2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search