Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16« Un sentiment de plénitude »

« Un sentiment de plénitude »

L’expérience émeutière comme politique du corps
“A feeling of fullness:” The riotous experience as a politics of the body
Alain Bertho
p. 37-61

Résumés

L’expérience émeutière est le fruit d’une décision personnelle de mise en danger de soi qui n’est pas réductible à ses « causes ». Une ethnographie de cet engagement corporel l’interroge comme l’expérience fondatrice d’une « désassignation » identitaire. Comme expérience collective, elle est de l’ordre de la performance discursive et située qu’il nous faut lire « comme un texte » pour identifier les émotions et constructions subjectives politiques qui s’y jouent et s’y partagent. Construction d’un commun en situation, elle est une expérience politique du corps. Les matériaux d’enquêtes multisituées et échelonnées sur quinze années sont interrogés au crible de cinq opérateurs : le rapport à la peur, la reconfiguration collective des corps, le dévoilement des dominations dans la convocation de l’État, la prescription par la performance et l’esthétique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

émeute, violence, sujet, politique
Haut de page

Texte intégral

« Finalement, l’ordre civil est un ordre de bataille. »

Michel Foucault, « Il faut défendre la société » : cours au Collège de France. 1976, Paris, Gallimard/Seuil, 1997.

1Le geste émeutier est d’abord une expérience corporelle personnelle de la désobéissance. Telle est l’évidence qui, à l’instar du narrateur d’En attendant les barbares de J. M. Coetzee, « me sautait aux yeux […] mais [que] je n’arrivais toujours pas à voir » durant des années d’observations de terrain sur les affrontements avec des forces de l’ordre, en France et ailleurs. Comme Michel Kokoreff, Christian Bachmann, Nicole Le Guennec ou Gérard Mauger, j’étais plus mobilisé par l’analyse des chemins de l’émeute ou de sa signification macropolitique, ces « raisons de la colère » mises en scène par le documentaire d’Arte à l’écriture duquel j’ai participé en 2010.

2Certes, la mobilisation des « outils ordinaires des sciences sociales » (Bonelli, 2011) que sont la sociologie des causes de l’émeute, des racines sociales du geste ou l’analyse de son usage stratégique par des courants politiques (Guibet-Lafaye, 2017 et Sommier, 2008) est déjà une transgression salutaire tant la stigmatisation de la violence bride son étude. Il est en effet difficile de « refuser une sorte “d’exceptionnalisme méthodologique”, difficile de s’écarter d’une approche en termes de “dysfonctionnement”, voire de “subjectivité pathologique” » (Bonelli, 2011) quand cette désobéissance et son répertoire constituent un délit largement documenté par l’histoire du droit. On peut, encore aujourd’hui, étudier les manifestations contemporaines en la laissant « hors champ » (Tartakowsky, 2020).

3L’évidence s’est pourtant imposée. Car à la question de savoir « si étudier la violence, c’est forcément l’observer » (Makaremi 2016), le terrain répond en effet que, sans l’observer, on n’étudie pas le même objet. La construction d’une base de données mondiale depuis 2007, comme son analyse en termes de situations et de répertoires n’auraient aucune épaisseur heuristique sans l’enquête de terrain et le partage des situations avec celles et ceux qui les créent ou simplement les vivent. Seule l’observation participante dans sa durée comme dans son intensité m’a confronté à ce constat incontournable : il y a dans cette expérience partagée un événement singulier et collectif qui est plus qu’un symptôme de colère, plus qu’une énigme pour la recherche de sa « traduction politique ». Un objet d’analyse s’imposait qu’il restait pourtant à identifier si l’expérience émeutière comme décision personnelle de mise en danger de soi n’est ni une pratique aveugle, ni une pratique déviante, ni l’usage stéréotypé d’un répertoire (Tilly, 2006 ; Ocqueteau, 2007), ni la seule subjectivation d’une situation subie.

L’expérience émeutière comme « anomalie » fondatrice

4Cette réticence du regard savant était une réticence intellectuelle. L’observation et l’analyse de l’événement lui-même, de celles et ceux qui le vivaient de façon plus ou moins active ne pouvaient être un rapport de police. L’expérience émeutière, au-delà des gestes, est une expérience subjective qui met en cause directement l’ordre du monde comme l’ordre du discours. Elle « ne se laisse pas épuiser par une définition canonique » (Huët, 2019) ni réduire à l’ordre des catégories du discours savant qui la renvoie à ses causes sociales ou à ses conséquences politiques. Elle est une « anomalie » (Kuhn) en acte et volontaire et, difficulté supplémentaire, elle ne surgit pas par des mots mais par des gestes.

  • 1 Chaque langue nationale est ainsi confrontée à ses propres épreuves sémantiques. Riot en anglais, (...)

5L’émeute surgit quand les catégories courantes de l’espace public, les modalités normées du conflit public social ou politique, à commencer par ses modalités langagières, perdent leur vertu pratique et heuristique. L’émeute est une mise à l’épreuve du dispositif catégoriel de nomination. À la question, qui mobilisait alors les débats politiques et universitaires, « les émeutes de 2005 sont-elles politiques ? », un émeutier de 2005 nous avait répondu : « Non ce n’est pas politique, on voulait juste dire quelque chose à l’État. » L’émeute est toujours accompagnée d’un affrontement lexical dans lequel les mots qui la désignent s’opposent dans une querelle des interprétations1. Le lexique mobilisé est d’abord celui de l’ordre public que l’émeute met à mal sans que s’impose un vocabulaire émeutier de l’émeute.

6Accepter de faire de cette expérience corporelle de la désobéissance un objet de l’analyse savante nécessite de se libérer de la galaxie lexicale de l’ordre et du désordre. Le sens de cette expérience, son travail, sa portée, son lexique s’il y en a un ne peuvent être identifiés qu’en intériorité, à partir de ce que font et, éventuellement, ce qu’en disent celles et ceux qui en sont les protagonistes.

7Dans cette démarche, l’ethnographie de cet engagement corporel (Huët, 2019 ; Bertho, 2009 et 2020b) rencontre d’emblée une difficulté supplémentaire. S’il est en effet possible de lire les énoncés gestuels de cette performance discursive et située « comme un texte » (Geertz, 1986), il n’est pas possible d’en écarter la dimension d’expérience subjective individuelle et collective dans laquelle se joue l’identification même de l’événement. C’est pourquoi il convient d’identifier les émotions et constructions subjectives qui s’y jouent (Nicolas, 2002 ; Traïni, 2009) et qui éventuellement s’y partagent. Il convient alors de saisir le « sujet en situation » (Agier, 2013) dans sa capacité à s’émanciper de ses assignations pour« décrire un agir ou une politique du sujet qui existe pendant le temps que dure et dans l’espace que couvre la situation » (ibid. : 192). L’émeute peut alors y être interrogée comme expérience fondatrice d’une « désassignation » identitaire, où se joue la construction d’un nouveau commun, comme expérience politique du corps.

  • 2 Outre les expériences antérieures des années 1960 et 1970.

8Les matériaux d’enquêtes multisituées et échelonnées sur quinze années2 qui sont mobilisés ici sont interrogés au crible de cinq opérateurs éprouvés par ces enquêtes de terrain : le rapport à la peur, la reconfiguration collective des corps, le dévoilement des dominations dans la convocation de l’État, la prescription par la performance et l’esthétique éphémère.

Désobéissance et désassignation

  • 3 Le mouvement des Gilets jaunes a été marqué par une succession de mobilisation de rue le samedi qu (...)

9Ma première participation à une réunion de collectif de Gilets Jaunes en région parisienne en décembre 2018 s’est ouverte par un tour de table sur l’expérience personnelle de la violence des participantes et participants lors du samedi précédent, « acte 8 » de la mobilisation3. Étaient présents des générations variées, des parcours de vie différents, des expériences militantes ou non militantes contrastées. Cette catharsis de l’expérience fut mon ticket d’entrée entre un jeune « streetmedic » primo-manifestant et un syndicaliste chevronné qui avaient, tous les deux, vécu de près les affrontements et pour qui cette confrontation au pouvoir signait leur détermination tant individuelle que collective. Une autre syndicaliste sexagénaire s’est révélée par la suite une remarquable chroniqueuse de la répression vécue sur sa page Facebook.

  • 4 « Et ce n’est pas tant pour les effets que ces destructions auraient sur le capital que le sentime (...)

10La victimisation n’était pas de mise et la brutalité de la répression était plus réfléchie en termes pratiques (comment faire la prochaine fois ?) qu’en termes de dénonciation publique de la violence policière. Le ton était tranquille, déterminé, loin des clichés sur les blacks blocs « infiltrés ». Il s’agissait d’abord d’assurer l’occupation physique d’un espace comme une revendication en soi (Riboni, 2016b)4 et d’affirmer que, dans cet engagement, « le corps lui-même exerce alors un droit » (Butler, 2011). Cette situation d’engagement du corps dans un rapport politique est événement et rupture. Si elle est fondatrice d’une situation politique nouvelle, productrice tout à la fois d’ordre et de désordre, et donc de reploiement étatique (Makaremi, 2016), elle est aussi fondatrice pour celles et ceux qui en sont les actrices et acteurs.

  • 5 Mode d’organisation d’un groupe de manifestants en bloc compact et habillés en noir dans la perspe (...)

11Un « consensus républicain » s’est brisé en décembre 2018 (Bantigny, 2020) rompant avec la stigmatisation par les pouvoirs de la violence des révoltes et avec cette injonction de respectabilité qui pèse de longue date sur toute mobilisation collective : violence des « casseurs » dès 1970, violence des banlieues, violences du « black bloc5 » doivent être unanimement condamnés.

12Des femmes et des hommes pour qui, dans de nombreux cas, c’était sans doute la première expérience de confrontation sinon de manifestation, m’ont frappé lors des « actes » des Gilets jaunes par leur tranquille détermination à proximité d’une police dont on a très vite expérimenté la dangerosité. Le rapport à la violence constitue une dimension incontournable du mouvement, de l’expérience collective qu’il a constitué, de sa capacité à faire tomber des clivages très anciens entre des résistances que le pouvoir pouvait jusqu’ici opposer les unes aux autres. Même s’il existe depuis lors un réel débat au sein des Gilets jaunes, la confrontation physique avec le pouvoir a été globalement admise, voire revendiquée.

13« Un sentiment de plénitude » : voici comment un syndicaliste septuagénaire m’a caractérisé son état d’esprit le 8 décembre 2018 lors des pillages du quartier des Champs-Élysées et des incendies de voitures de luxe par les Gilets jaunes. Après des décennies de mobilisation syndicale, cette expérience corporelle d’une capacité à vivre et à marquer physiquement le monde a bouleversé son regard et ses pratiques. Cette expérience a été pour lui celle de cette désassignation identitaire par laquelle des femmes et des hommes, en situation partagée, « se mettent à exister comme sujets » (Agier, 2013 : 201). « Le soulèvement », comme le disait Michel Foucault, « dresse les hommes à la verticale de leur terre et de leur humanité » (Foucault, 1994 : 790).

« Ils nous ont tout volé, même la peur » (Chili, 2019)

  • 6 Émeutes après le meurtre du jeune Alexis Grigoropoulos le 6 décembre 2008 par la police à Athènes. (...)

14Cet engagement corporel n’est pas inconscience. Comme le souligne un manifestant parisien de 2016 contre la loi Travail :On a toujours peur. Je ne connais personne qui n’ait pas peur. […] On flippe ! Parfois, les gens autour arrivent à me mettre en confiance ; la peur s’atténue mais elle est toujours là. (André, 2018.)Le « dépassement de la peur » (Riboni, 2016b) est une question universelle. « On ne reculait pas, on y allait sans réfléchir […] eux, ils nous matraquaient et nous, on leur donnait des coups de pied », explique une étudiante grecque à propos des émeutes de décembre 20086. « Il y avait une incroyable énergie », raconte un autre, « ce qui m’a le plus frappé c’était la détermination des gens de mon âge. Personne n’avait peur ». La peur ? « Ouais t’y penses mais t’oublies vite », déclare en écho un lycéen lyonnais en 2010, « parce que c’est de l’adrénaline et de la peur, à cause des charges surtout et ça te fait tout oublier » (Froidurot, 2011 : 73). Si la peur est toujours palpable comme dans tout « engagement à haut risque » (Sommier, 2015), elle est immédiatement mise à l’écart dans la décision d’engager son corps (Butler, 2016).

15En 2010, pour les lycéens lyonnais, cette peur est d’abord celle de l’arrestation, de la confrontation à la machine judiciaire. La surmonter est la condition du défi au pouvoir, à ses juges, à sa police que j’avais déjà observé dans le face-à-face entre les lycéens et la police, à Saint-Denis en mars 2006 (mobilisation contre le contrat première embauche – CPE). La réserve initiale des élèves du lycée polyvalent était vite bousculée par l’apparente expérience de ceux du lycée professionnel qui, quelques semaines après les émeutes d’octobre-novembre 2005, n’en étaient visiblement pas à leur première voiture brûlée. Il y avait dans leur stratégie une sorte de « convocation de la police » provoquée par le blocage de la route nationale qui était l’occasion de l’affrontement. J’ai relevé le même enchaînement opératoire, au même endroit, en octobre 2010 en marge de la mobilisation contre la réforme des retraites.

16À des milliers de kilomètres de là, lors d’une émeute de collégiens à Thiaroye, au Sénégal, le 19 janvier 2012, faute de voiture, ce sont des pneus et des palettes qui ont été incendiés pour bloquer la route nationale et « convoquer » les forces spéciales7. L’intervention de ces dernières a conduit à la mort de l’un des jeunes manifestants. Nous étions loin de Saint-Denis et la peur qui aurait dû freiner ces jeunes collégiens était bien celle de la violence physique, voire létale.

  • 8 Comme l’écrit Alain Damasio dans Les Furtifs : « Ce qui me frappe chez les insurgés, ce n’est pas (...)

17« Ils nous ont tout volé même la peur », scandent les manifestants chiliens durant le soulèvement de 2019 face à une répression beaucoup plus meurtrière. L’oubli de soi permet de faire corps avec les autres (Huët, 2019). « On est ensemble, une masse incoercible qui court, évite ; on crie, on chante, on se parle sans se connaître, on se touche, on s’aide, on s’aime » (Froidurot, 2011 : 121)8. J’ai pu en faire l’expérience tangible quand, en 2016, un (très) jeune manifestant masqué et inconnu a pris le temps de me tendre des dosettes de sérum au milieu d’un gazage intensif.

18Le basculement de l’oubli individuel de la peur à ce « corps commun » de l’émeute se fait dans le défi. L’affrontement n’est pas stratégique au sens où il n’y a pas de doute sur l’issue et la réalité du rapport de force : « C’est simple, on n’a que des pierres », avaient inscrit les lycéens sur une banderole le jeudi 21 octobre à Lyon (Froidurot, 2011 : 61)9.

19Ce rapport à la peur est une expérience et un apprentissage. En 2016, les grenades lors des échauffourées en tête de cortège étaient plutôt le signal de cavalcades soudaines et désordonnées. Le 26 janvier 2019, place de la Bastille, peu de temps avant la blessure de Jérôme Rodriguez, j’ai été frappé par le calme des Gilets jaunes que j’ai filmés terminant un casse-croûte à quelques dizaines de mètres d’un affrontement, d’un incendie de chantier et d’une première salve de lacrymogène. Le 12 décembre de la même année, lors de la manifestation contre la réforme des retraites, les tirs de grenades sur une foule compacte et familiale à proximité de la gare de Lyon ne déclenchèrent aucune panique. Le nassage total et massif et la succession des « charges préventives » du 12 décembre 2020 n’ont en rien empêché la tenue de la manifestation contre la loi Sécurité globale.

20Mais il est clair que cette banalisation du danger a aussi pour conséquence le retrait individuel et silencieux de celles et ceux qui ne participent plus à des événements qui ont en fait changé de nature.

  • 10 Christophe Dettinger, champion de France des poids lourds-légers en 2007 qui a mis fin à sa carriè (...)
  • 11 Intervention lors de journées d’étude de l’Atelier des ronds-points, 28 mai 2019, Maison des scien (...)

21Ce face-à-face avec le danger produit-il une « éthique de la vie » et une nouvelle « façon d’être au monde » et de se défendre (Dorlin, 2019) ? Au sein des Gilets jaunes en 2019, de nouvelles figures subjectives émergent. Isolée, précaire, en convalescence d’un cancer, « invisible » comme elle se définit elle-même, Marine se plonge dans le mouvement et fait l’expérience de la violence car « protégée par le groupe, [elle a] trouvé le courage d’aller en manif ». Pour elle, « Christophe Dettinger est un symbole10. C’est David contre Goliath. Face aux hommes armés, avec ses seuls poings il a défendu notre dignité », et « les actions du black block, appelé affectueusement “le block” sont de mieux en mieux accueillies » car, « face aux charges de la police, le block résiste et nous défend » 11.

« Ce qui fait corps » : la performance filmée et partagée

22Le défi des corps est de l’ordre de la performance, de la mise en scène, à Saint-Denis comme à Thiaroye, voire à Paris le 1er mai 2018 quand un bloc compact de plusieurs centaines de personnes vêtues de noir a traversé la Seine pour remonter le boulevard de l’Hôpital avec une banderole : « Cette fois on s’est organisé. »

23Je suis là, donc nous sommes : quand l’émeute « fait corps » (Huët, 2019), elle construit un « nous » qui ne lui préexistait pas. L’expérience partagée du défi à la peur et de la désassignation produit-elle un sujet collectif ? La reconfiguration collective se fait de façon diverse. Le « nous » des émeutes de 2005 est stigmatisé, géographiquement et politiquement isolé (Lapeyronnie, 2006). Il reste invisible et fracture durablement la jeunesse, comme on le voit en 2006 dans la mobilisation contre le contrat première embauche (CPE). À l’inverse, le nous des Gilets jaunes dès 2018 génère de l’inclusivité.

24Le corps et les corps s’expriment au-delà du temps et du lieu de l’affrontement. Depuis le début du siècle, les nouveaux outils numériques que sont les smartphones et les réseaux qui les lient permettent de « partager » en ligne cette performance en direct, d’en partager les gestes mais aussi les émotions (Gunthert, 2015). Les émeutiers de 2005 n’ont pas eu accès à ces outils à peine naissant. En quinze ans, le « smartphone au poing » s’est imposé, organise une partie du répertoire et y prend sa place (Boëx, 2013a et b).

25Car comme le souligne Ulrike Riboni, « le geste de filmer n’étant pas investi de façon à produire une distance d’avec l’événement », tout au contraire, « la production de l’image est ainsi organiquement intégrée à l’expérience », car « le filmeur veut que les policiers sachent qu’ils sont filmés, mais aussi que lui n’a pas peur de se montrer. Il ne s’agit donc pas simplement d’exhiber le téléphone mais d’exposer son corps » (Riboni, 2016a). Le corps du vidéaste est intégré à la vidéo partagée, par la voix, le selfie en situation, les informations sur le lieu et l’heure. Il y a donc un « engagement » dans la prise de vue.

  • 12 Expérience personnelle de l’auteur avec partage immédiat des images sur WhatsApp.

26Filmer est « une nécessité » pour les émeutiers tunisiens de janvier-février 2011 (ibid.). Au cœur des manifestations contre la loi Sécurité globale à Paris les 5 et 12 décembre 2020, filmer les gendarmes en action à moins de deux mètres fut une dimension du défi corporel12. Il ne s’agissait pas de filmer pour témoigner d’éventuelles violences mais pour défier la peur « en réalité augmentée » par le partage immédiat des images. Le fait de pouvoir dire « j’y suis », « j’y étais » permet de signifier au-delà de l’émotion que les corps disent quelque chose et que ces corps font corps et en invitent d’autres.

27L’usage de la vidéo nous propose ainsi des autoportraits de sujets collectifs. Lorsque la mobilisation s’inscrit dans la durée, ces voix singulières et multiples s’agrègent en ligne pour produire un discours visuel d’indignation devant la violence subie ou de mise en exergue du courage (Riboni 2016a). L’année 2013 nous en a proposé deux : l’un, en Turquie, la révolte des Stambouliotes contre la spéculation foncière et la défense du parc Gezi, l’autre, en Ukraine, place Maïdan à Kiev.

28Dans les deux cas, les mobilisations prennent une ampleur nationale. À Kiev comme à Istanbul, c’est dans la rue, dans l’occupation de l’espace public et l’affrontement avec le pouvoir que se constituent des collectifs nouveaux, irréductibles, aux identités collectives préalables, souvent qualifiés d’« hétéroclites » par ceux qui tentent de les lire au travers de grilles d’analyse éprouvées (Uysal, 2013b). Comme dans la mobilisation brésilienne qui leur est contemporaine, ces mouvements font preuve d’une détermination commune inattendue et de la « mise entre parenthèses » de la peur (Uysal, 2013a). La production et la diffusion de l’image jouent un rôle fondamental dans la constitution de cette subjectivité, dans sa visibilité (Cocco, 2013).

29En Turquie, la plateforme #occupygezi publie les liens de vidéos mises en ligne sur d’autres plateformes, de formats variables. En Ukraine, les plateformes consacrées au mouvement sont nombreuses, souvent ouvertement militantes, notamment celle du parti nationaliste Svoboda (27 000 abonnés, plus de 12 millions de visionnages et 1 971 vidéos en ligne).

30Quel contraste entre les deux pays ! La fragilité héroïque du peuple est au cœur des vidéos turques comme celle d’un homme sans armes défiant seul les forces de l’ordre13. Une sorte d’héroïsation dérisoire est ainsi présente dans « Water cannon knocks guy flat » du 31 mai, où quelques individus isolés font face aux canons à eau14.

  • 15 Berkout (en ukrainien : Бе́ркут, aigle royal) : unités spéciales antiémeutes créées en 1992.
  • 16 « Clashes between riot police and protestors in Kiev Ukraine » (posté YouTube, consulté le 26 févr (...)

31Lors des événements ukrainiens de novembre 2013 à février 2014, l’héroïsation de la puissance prend le pas sur celle de la fragilité. La mise en scène de la guerre domine les écrans. Le soin tout militaire accordé à la préparation des barricades en prévision de l’attaque des Berkout15 est filmé avec précision. Avant la tuerie du 20 février, ce n’est pas la victimisation qui est à l’honneur, mais la force collective des groupes d’autodéfense capables de mettre en difficulté, sinon en déroute, les forces de répression16. La place elle-même a été organisée en espace de spectacle politique dans lequel la foule est alternativement actrice et spectatrice. La scène, avec estrade, décors, sonorisation, caméra, prise de vue et prise de son est au centre du dispositif. Maïdan n’est pas un forum horizontal comme l’ont été Tahrir, la Puerta del Sol en 2011 ou Taksim, mais le lieu de construction d’un récit vertical structuré et diffusé. Le nouveau gouvernement y est adoubé en public le 26 février et les membres des Berkout viendront y demander pardon à genou. La stratégie spectaculaire d’Euromaïdan nous en dit au moins autant sur la figure du peuple et de l’État ukrainien qui s’y constitue que les discours néonazis des groupes d’autodéfense.

Violences et convergences

32L’expérience de l’État dans l’affrontement produit un dévoilement violent des rapports de domination (Makaremi, 2016). Elle met au jour d’emblée que les « stratégies de maintien de l’ordre » sont de plus en plus des stratégies de maintien ou de restauration de la peur qui dérivent immanquablement vers une « politique du désordre » (Fillieule et Jobart, 2020).

33La brutalité de la répression du mouvement des Gilets jaunes a ainsi révélé publiquement des politiques sécuritaires devenues politiques de la peur et de division populaire. Des témoignages circulent sur Internet comme celui d’un chef d’entreprise posté le 6 janvier sur Facebook : Si vous croisez des « jeunes » ou moins jeunes de banlieues défavorisées, vous leur direz de ma part que s’il y a une chose que ce mouvement m’a apprise, c’est de reconsidérer complètement le regard que je portais sur cette “racaille” et sa violence supposée. […] Je crois bien que c’est la première fois que je me sens proche d’eux, et je me dis quasi tous les jours que j’ai été bien con, avec mes yeux de Blanc moyen privilégié.

  • 17 Le comité « Vérité et justice pour Adama » appelle dès le 27 novembre à rejoindre les Gilets jaune (...)
  • 18 « Arrestation de lycéens à Mantes-la-Jolie, 6 décembre 2018 » : <https://youtu.be/D7GXL8eKAhg>.
  • 19 Affrontements dans 131 villes en France entre le 19 novembre et le 13 décembre : <https://berthoal (...)

34L’expérience du corps fait plus que les discours17. L’humiliation physique collective imposée aux lycéens de Mantes-la-Jolie le 6 décembre 2018 et filmée par les forces de l’ordre elles-mêmes18 est bien une stratégie de restauration de la peur au sein d’une jeunesse populaire alors qu’une mobilisation lycéenne violente est en plein essor. Si le mouvement lycéen est vite écrasé19, l’événement a une conséquence inattendue : des réactions spontanées de solidarité attestées par des photos de l’« acte » des Gilets jaunes du samedi 8 décembre à Paris, à Thionville, à Besançon et à Orléans. Des manifestants font face aux forces de l’ordre à genoux, mains sur la tête, dans la posture de soumission imposée aux lycéens deux jours avant. Les corps parlent et dynamitent les peurs antagoniques que les politiques sécuritaires avaient construites au sein même des classes populaires.

35La comparaison entre les deux vagues d’émeutes qui, aux États-Unis, ont suivi les meurtres de jeunes Noirs par la police en 2014-2015, puis en 2020, dessine d’autres convergences. La résonance mondiale du mouvement Black Lives Matter (BLM) et de la mobilisation provoquée par le meurtre de George Floyd le 25 mai 2020 à Minneapolis (Minnesota) restera l’un des événements majeurs de l’année. La concentration dans le temps, l’extension géographique de la mobilisation est sans commune mesure avec les émeutes qui avaient éclaté en 2014-2015 lors des meurtres du même type à Ferguson et Baltimore : 188 émeutes dans 72 villes de 32 États en quatre mois en 2020 pour 32 émeutes dans 10 villes de 9 États sur 10 mois en 2014-2015. Dans nombre de villes, notamment dans le nord-ouest (États de Washington et de l’Oregon), une jonction s’est opérée entre le mouvement BLM et la mouvance « antifa », courant non racisé présent dans d’autres pays (il est en France au cœur des pratiques de black bloc)20.

Casse performative et tentation insurrectionnelle

36La casse est un langage auquel la législation répressive dénie la dimension politique21 mais dont on peut tenter de décrypter le sens. Elle est d’abord une performance symbolique soulignée par Radio Campus Lille, le 20 mars 201922, quand le chroniqueur affirme ironiquement « que nous pensons tous au Fouquet’s et que nous avons une pensée émue pour les familles des vitrines ».

37Les gestes sont autant de mots (brûler une voiture, casser une vitrine, saccager un abribus, lancer un projectile, piller un magasin) et composent en situation un propos singulier que la notion de répertoire peine à décrypter. Celle-ci suggère en effet un lexique fixé et partagé dont chaque élément serait à l’avance identifié comme dans un langage structuré par la définition de chacun des mots mobilisés. Or il n’en est rien. Seuls les langages scientifiques ou juridiques rompent la polysémie des mots par la définition. Le langage ordinaire la rompt par son usage, son contexte et sa mise en énoncé (Lazarus, 1996). Il en est de même pour ces gestes qui sont isolément polysémiques et que seule la situation collective transforme en énoncé gestuel.

38C’est pourquoi la localisation des gestes et leur mise en situation urbaine a un sens. En 2005, en France, des milliers de véhicules brûlent dans les quartiers populaires de 109 villes (entre le 28 octobre et le 8 novembre), des centaines de bâtiments publics sont dégradés, notamment des écoles23. Le feu est là pour marquer la gravité du propos mais aussi pour éclairer les lieux de souffrance jusqu’ici invisibles. On le retrouve durant la décennie qui suit lors de toutes les nuits de la Saint-Sylvestre.

  • 24 Ajaccio, Argenteuil, Bastia, Brest, Chambéry, Champigny, Chelles, Corbeil-Essonnes, Dijon, Enghien (...)

39En 2010, les mobilisations lycéennes commencent à investir les centres de 32 villes en province et en banlieue et à viser des vitrines24. En 2018 (19 novembre-13 décembre), cette mobilisation lycéenne touche encore 32 villes. Avec les Gilets jaunes en 2018-2019, la casse de voitures et de vitrines par des manifestants se transporte massivement dans les centres (99 villes au total) et à Paris, lieux de pouvoir et d’exhibition de la richesse, et s’accompagne de pillage. Le message est nouveau. Dès décembre 2008, les villes grecques avaient connu des attaques de banques, encore très présentes lors des soulèvements de l’automne 2019 au Liban ou en Iran.

40N’attribuons pas à l’émeute seule le dévoilement des injustices et des inégalités. Mais le congédiement de la peur dans l’affrontement lève brutalement les mécanismes de leur acceptabilité. Le passage de la mise en visibilité des quartiers populaires par des affrontements ou des incendies sur place à l’assaut des centres modifie les cibles des émeutiers et développe la pratique du pillage.

41Pour les lycéens lyonnais de 2010 « [le pillage] c’est vraiment la chose la plus importante de ce qui s’est passé » : « Le pillage, c’est cette idée-là aussi réappropriation [sic] de tout en fait, de l’espace, des biens et même de la lutte » (Froidurot, 2011 : 63). En août 2011, lors des émeutes de Londres, Birmingham, Leeds, Liverpool, Manchester Salford, Nottingham et Bristol, à la suite de la mort de Mark Duggan tué par la police, le passage au pillage massif en Europe jusqu’ici peu touchée et les images du grand magasin Carpetright incendié le 6 août à Tottenham frappent le monde.

42L’étude effectuée par le journal The Guardian25pointe une localisation particulière de ces émeutes aux confins des quartiers pauvres et aisés.

43Ces assauts symboliques mais destructeurs sont des prescriptions gestuelles à la limite de la performance et de la logique insurrectionnelle. En 2019, les émeutiers chiliens s’en prennent aux universités privées, héritages de la dictature, qui comptent parmi les plus chères du monde comme l’université Pedro de Valdivia de Santiago incendiée le 9 novembre. Ces manifestants attaquent des églises, symboles de l’ordre moral et politique hérité de Pinochet. Ils ne sont pas les seuls. Les marches mexicaines contre le féminicide franchissent le pas le 8 mars 2020 : des « encapuchadas » de Mexico montent à l’assaut de l’église Corpus Christi défendue par des militantes anti-avortement, cassent des vitraux, incendient un portail avant de mettre le feu au bâtiment de la banque voisine26.

44Tout l’ordre urbain est pris pour cible depuis ses dimensions quotidiennes (abribus ou caméras de vidéo-surveillance) jusqu’à ses dimensions mémorielles (statues aux États-Unis, saccage de l’Arc de triomphe par les Gilets jaunes le 1er décembre 2018). La « visualité » des gestes en favorise évidemment la diffusion, mais la grammaire reste pour une part nationale. On ne brûle pas les mêmes bâtiments dans une manifestation pour la démocratie à Santiago, dans une autre contre le féminicide à Mexico, dans une marche contre les meurtres policiers racistes à Minneapolis ou à Londres, voire lors des « actes » des Gilets jaunes.

  • 27 Mouvement de protestation contre le projet d’une taxe sur les poids lourds polluants.

45La tentation insurrectionnelle enfin affleure le 1er décembre 2018 au Puy-en-Velay (Haute-Loire) quand des Gilets jaunes incendient la préfecture de Haute-Loire ou le 5 janvier, lorsque d’autres Gilets jaunes forcent l’entrée d’un ministère avec un engin de chantier et investissent le bâtiment. Cette tentation est présente lors de blocages de gares comme lors de la mobilisation contre le CPE en 2006, lors d’attaques de commissariats de police de plus en plus fréquents dans certains pays, lors d’incendies de postes de péage comme à Bessan le 6 janvier 2019, de destruction de portiques électroniques et de radars routiers lors de la révolte des Bonnets rouges contre l’écotaxe en Bretagne en novembre 201327.

Esthétique performative

  • 28 Son premier clip enregistré sur NFCA média (page Facebook) dépasse très vite les 2 millions de vue (...)

46Cette politique du sensible (McLagan et McKee, 2012) produit son esthétique et mobilise celles de son temps. Durant le mouvement des Gilets jaunes, le rappeur D1ST1 fait ainsi deux clips au milieu des lacrymogènes à Toulouse28. Dès 2012, Romain Gavras mobilise l’esthétique de l’émeute au service de Jay-Z et de Kanye West (Bastamag, 2012).

47L’image, vecteur privilégié du partage du sensible (Rancière, 2000), y est aussi forte que les mots. La pratique du black bloc est aussi une stratégie visuelle (Boidy, 2016 ). Les Gilets jaunes installent la leur dès décembre 2018 et font de l’image une dimension essentielle de l’analyse du mouvement (D’Ignazio, 2020). On a vu comment « l’image conversationnelle » (Gunthert, 2015), en direct ou en léger différé, est omniprésente dans les mobilisations et les affrontements. Elle transforme une expérience singulière en énoncé possible au risque de devenir spectacle générique et « riot porn » (Riboni, 2016c).

48Depuis quarante ans, graffeurs et street artistes imposent des énoncés picturaux dans la ville et en alimentent l’esthétique à rebours de toute fonctionnalité, et, le plus souvent, hors de toute programmation. Intempestifs mais toujours inscrits dans une situation, ces énoncés doivent être lus « comme un langage contemporain dans leurs situations urbaines, comme le langage singulier de communs urbains en travail » (Bertho, 2016c). L’intervention photographique du très jeune JR dans sa cité des Bosquets à Montfermeil dès 2004 dans le projet qui deviendra Portrait d’une génération (JR, 2006) est un contrepoint des émeutes qui y commencent le 28 octobre 200529. Ouvert par le fameux « braquage » avec Ladj Ly braquant » une caméra comme une arme, il se prolonge avec des portraits géants en gros plan placardés bien au-delà de la communauté de communes de Clichy-Montfermeil. Il met des visages et de la singularité sur une colère qui fut celle de la nuit et des flammes. De la même façon, les silhouettes anonymes posées à Tunis par Bilal Berreni30ou les portraits des mères et martyrs de la rue Mohammad Mahmoud au Caire (Carle et Huguet, 2015) accompagnent les soulèvements tunisiens et égyptiens de 2011 (Lacquanti, 2015).

  • 31 Pascal Boyart, alias PBoy, mur du 19e arrondissement de Paris : <https://www.pboy-art.com>.
  • 32 Collectif né en mai 2018 à l’initiative des trois graffeurs du crew TWE. Voir Quentel (2018).

49L’émeute « déchire la ville » au sens que les graffeurs adeptes du « graff vandale » (illégal) donnent à cette expression. Leurs murs répondent naturellement au langage des corps. L’héroïsation y est plus présente que la victimisation. Une Liberté guidant le peuple de Delacroix version Gilets jaunes apparaît le 6 janvier 201931. Le collectif Black Lines32 produit une fresque monumentale de 300 mètres pour les Gilets jaunes et Christophe Dettinger le 20 janvier 2019 rue d’Aubervilliers à Paris.

Entre désespoir et histoire ?

50Les fresques de Black Lines, les silhouettes de Bilal Berreni en Tunisie, les martyrs de la rue Mahmoud ont été effacés. Nombre de vidéos partagées en ligne sont maintenant introuvables. Comme si l’expérience émeutière ne pouvait donner lieu qu’à des images iconiques éphémères. Comme si leur surgissement dans l’histoire n’était qu’un malentendu. Un soulèvement (Didi-Huberman, 2016) n’est pas une « émeute historique » (Badiou, 2011 ) sauf à se soumettre à cette discipline de l’histoire si bien décrite par Michel Foucault :

ce qui échappe à l’histoire, c’est l’instant, la fracture, le déchirement, l’interruption […]. La révolution s’organise selon toute une économie intérieure au temps : des conditions, des promesses, des nécessités ; elle loge dans l’histoire, y fait son lit et finalement s’y couche. Le soulèvement, lui, coupant le temps, dresse les hommes à la verticale de leur terre et de leur humanité (Foucault, 1994 : 790). 

51Que faire de cette « verticalité » lorsqu’elle n’est pas écrasée dans le sang comme en Irak ou en Iran en 2019, en Birmanie en 2021 ? Que devient cette expérience de la désassignation au-delà du moment de l’engagement du corps ? Peut-on passer du courage dans l’événement à la liberté durable, du corps commun au corps politique ? Si cet engagement exprime d’une certaine façon une « détresse politique » (Huët, 2020) vis-à-vis de l’espace institutionnel, même démocratique, est-il dans certains cas fondateur d’une subjectivité politique non étatique ? Quelques exemples récents nous incitent à répondre positivement. La politique du corps peut s’installer dans la durée sur le registre biopolitique de la sauvegarde ou de l’exposition explicite des corps. C’est le cas des Gilets jaunes en France dont la référence reste vivante, du mouvement féministe contre les violences et le féminicide au Mexique, du mouvement Black Lives Matter aux États-Unis et au-delà.

52Mais pour l’immense majorité des protagonistes de l’expérience émeutière, quand les corps ne font plus corps, le devenir subjectif de celle-ci reste dans une invisibilité politique durable. Son resurgissement est donc aléatoire dans sa temporalité comme dans ses manifestations. Que sont devenues les ombres adolescentes et incendiaires d’octobre-novembre 2005 en France ? Quel rapport entretient cette expérience et, dans les années qui suivent, la reconfessionnalisation d’une jeunesse stigmatisée (Bertho, 2016a? Que sont devenus les protagonistes du printemps tunisien de 2011 pris depuis dix ans entre harga (émigration irrégulière) et djihad (guerre sainte au nom de l’islam) (Garnaoui, 2021) ? Que deviendront les Gilets jaunes de 2018-2019 ? La seule pacification de l’espace public n’a jamais été un gage de pacification des consciences parce qu’à réifier la violence elle censure le sens du geste et le soulèvement des corps. On s’en aperçoit le plus souvent avec trop de retard.

Politique du corps : contrainte, virtuosité, soulèvement

53Tel est le premier paradoxe de cette politique du corps : elle met en travail des consciences en dehors de l’arène policée des débats publics, des sondages et du lexique institutionnel. En nous conduisant à « déplacer le lieu et le moment du regard depuis le centre et l’ordre vers les bords et le désordre » (Agier, 2012), l’émeute nous dévoile les marges, les limites de l’« énonciabilité » politique du réel. Elle nous montre la faille sans en livrer la clef. Comme événement subjectif, comme « expérience », elle est irréductible à toute objectivation car son enjeu même est la mise en cause de l’ordre du monde et de l’ordre du discours. Elle est une disruption volontaire (Stiegler, 2016). À l’instar de Sylvain Lazarus (1996) à propos des « mots problématiques », nous pourrions dire qu’elle est « innommable » en extériorité, c’est-à-dire hors de sa situation localisée et subjective de son ayant lieu.

54Le second paradoxe est que cette mise en scène corporelle du désordre atteint l’ordre du monde et « l’ordre du discours » de domination (Foucault, 1971) en son centre. L’histoire de la domination est d’abord celle d’une contrainte par corps : des corps disciplinés, suppliciés, exploités, dévalorisés voire invisibilisés. L’histoire de la résistance est d’abord celle d’une restauration de la visibilité, de l’intégrité et de la dignité des corps ainsi soumis et méprisés. L’exhibition de la virtuosité (Virno, 2002) des corps dominés en est une dimension. Elle a structuré et structure des pratiques populaires comme une résistance sourde à la domination : capoeira, concours de danses ou break dance, virtuosité sportive, virtuosité musicale (du blues au rap), virtuosité artistique du graff vandale. La confrontation corporelle avec le pouvoir est en continuité avec cette résistance culturelle dont elle emprunte parfois des postures (celles des fans « ultras » des équipes de football au sein du black bloc par exemple). Mais dans la mise en jeu du corps, elle opère une rupture consciente et explicite avec ces pratiques de valorisation des dominés au profit d’une expérience de soulèvement. Le « sentiment de plénitude » revendiqué par le syndicaliste Gilet jaune prend ici tout son sens.

Terrains et données

55Base de données originale construite par l’auteur depuis 2007 et disponible en ligne sur le site <berthoalain.com>.

  • 33 17 mars, 24 mars, 31 mars, 5 avril, 9 avril, 28 avril, 1er mai, 10 mai, 17 mai, 26 mai, 14 juin, 1 (...)
  • 34 8-15 décembre 2018, 12 et 26 janvier, 2-9 février, 16-23-30 mars, 6-13-27 avril, 1er-11 mai, 21 se (...)

56Observations de terrain : quartiers populaires Saint-Denis, émeutes d’octobre-novembre 2005 ; lycée de Saint-Denis, 2006 (CPE) et 18, 19, 20 octobre 2010 (réforme des retraites) ; CPE, 2006, manifestations parisiennes (23 mars), blocage de la gare du Nord (6 avril) ; émeute à Dakar, 23 juin 2011 (réforme constitutionnelle) ; collégiens à Thiaroye, 19 janvier 2012 ; têtes de cortège contre la loi Travail, Paris, 201633; manifestations des 1ers mai 2017 et 2018 à Paris ; « Actes » des Gilets jaunes à Paris, 2018, 2019, 2020 34; manifestation pour le climat à Paris, 21 septembre 2019 ; manifestation contre la réforme des retraites, à Paris, 5-17 décembre 2019 ; manifestation de soignants, à Paris, 16 juin 2020 ; manifestations contre la loi de sécurité globale, à Paris, 28 novembre, 5 et 12 décembre 2020.

57Enquêtes auprès des acteurs : jeunes des quartiers populaires, 2005-2006 ; mouvements de la banlieue de Dakar contre les déguerpissements, 2011-2016 ; mouvements des favelas contre l’expulsion, Rio, 2012 ; collectif de Gilets jaunes, région parisienne, 2018-2019 et atelier des ronds-points à la MSH Paris Nord, 2019.

58Travaux d’étudiants, notamment Bruno Froidurot, Rapport sur les journées lyonnaises. Enquête sur un écart et analyse des catégories politiques de « débordement » et de « casseurs » (master 2, 2011) ; Alioune Coulibaly, Les émeutes dans un contexte d’une décennie d’alternance politique au Sénégal. Le cas des émeutes urbaines et périurbaines de Dakar (thèse préparée sous la direction d’Abdoulaye Niang, université Gaston-Berger, Saint-Louis, Sénégal) et Ulrike Riboni, Usages et pratiques de la vidéo amateur dans les soulèvements arabes de 2011 (thèse soutenue en 2016, université Paris 8, sous ma direction).

Haut de page

Bibliographie

Agier, Michel, 2013, La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte.

André, Romain, 2018, « “Une pensée pour les familles des vitrines”. Paroles de manifestant·es masqué·es », mars : <https://www.jefklak.org/une-pensee-pour-les-familles-des-vitrines/>.

Badiou, Alain, 2011, Le réveil de l’histoire (Circonstances, 6), Fécamp, Lignes.

Bachmann, Christian et Le Guennec, Nicole, 1997, Autopsie d’une émeute, Paris, Albin Michel.

Bantigny, Ludivine, 2020, « Casseurs, le stigmate retourné », Raison présente, no 216, automne, p. 98-109.

Bastamag (rédaction), 2012, «“ No Church In The Wild” et Romain Gavras : une récupération par le système de l’imaginaire de la révolte ? », 21 mai : <https://www.bastamag.net/No-Church-In-The-Wild-et-Romain>.

Bertho, Alain, 2006, « Nous n’avons vu que des ombres », Mouvements, no 44, p. 36-30.

Bertho, Alain, 2009, Le temps des émeutes, Paris, Bayard Culture.

Bertho, Alain, 2010, film documentaire Les raisons de la colère, en collaboration avec Samuel Luret, 52 minutes, Arte-Morgane production, diffusé le 9 novembre 2010 sur Arte.

Bertho, Alain, 2016a, Les enfants du chaos. Essai sur le temps des martyrs, Paris, La Découverte.

Bertho, Alain, 2016b, « Énoncés visuels des mobilisations. Autoportrait des peuples », Anthropologie et sociétés, 2016, vol. 40, no 1.

Bertho, Alain, 2016c, « Les murs parlent de nous. Esthétique politique des singularités quelconques », Cahiers de narratologie (en ligne), no 29, 2015.

Bertho, Alain, 2019, « Enjeux des répertoires de la violence durant le mouvement des Gilets Jaunes », intervention lors de la journée « Approches ethnographiques des Gilets jaunes : enquêtes et expériences », 28 et 29 octobre 2019, École des hautes études en sciences sociales, Paris : <https://berthoalain.com/2020/08/26/enjeux-des-repertoires-de-la-violence-durant-le-mouvement-des-gilets-jaunes/>.

Bertho, Alain, 2020a, « “Une pensée pour les familles des vitrines”. Symboliques contemporaines de la destruction », Raison présente, no 216, automne, p. 55-66.

Bertho, Alain, 2020b, Time Over ? Le temps des soulèvements, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant.

Boëx, Cécile, 2013a, « La vidéo comme outil de l’action collective et de la lutte armée », dans François Burgat et Bruno Paoli (dir.), Pas de printemps pour la Syrie, Paris, La Découverte, p. 172-184.

Boëx, Cécile, 2013b, « La grammaire iconographique de la révolte en Syrie : usages, techniques et supports », Cultures & Conflits, nos 91-92, automne-hiver.

Boidy, Maxime, 2016, « Le black bloc, terrain visuel du global. Éléments pour une iconologie politique de l’altermondialisme », Terrains/Théories (en ligne), no 5.

Bonelli, Laurent, 2011, « De l’usage de la violence en politique », Cultures & Conflits [en ligne], nos 81-82, printemps-été.

Butler, Judith, 2011, « Bodies in alliance and the politics of the street », #Occupy Los Angeles, vol. 1-3, no 1, p. 2-12 : <http://suebellyank.com/wp-content/uploads/2011/11/ola-reader-full.pdf>.

Butler, Judith, 2015, Rassemblement. Pluralité, performativité et politique, Paris, Fayard.

Carle, Zoé et Huguet, François, 2015, « Les graffitis de la rue Mohammed Mahmoud. Dialogisme et dispositifs médiatiques », Égypte/monde arabe, no 12, p. 149-176 : <http://journals.openedition.org/ema/>.

Cocco, Giuseppe, 2013, « A mídia da multidão é uma multidão de mídias », entretien, Canal Ibase, 2 août : <http://www.canalibase.org.br/a-midia-da-multidao-e-uma-multidao-de-midias/>.

Cultures & Conflits, 2013, « Iconographies rebelles », nos 91-92, automne-hiver.

Damasio, Alain, 2021, Les Furtifs, Paris, Gallimard.

D’Ignazio, Serge, 2020, On est là !, Paris, Adespote.

Didi-Huberman, Georges (dir.), 2016, Soulèvements, cat. exp. [Paris, Jeu de Paume, 18 octobre 2016 – 17 janvier 2017], Paris, Jeu de Paume et Gallimard.

Dorlin, Elsa, 2019, Se défendre. Une philosophie de la violence, Paris, La Découverte.

Fillieule, Olivier et Jobart, Fabien, 2020, Politiques du désordre. La police des manifestations en France, Paris, Seuil.

Foucault, Michel, 1971, L'’ordre du discours, Paris, Gallimard.

Foucault, Michel, 1994 [1979], « Inutile de se soulever ? », Le Monde, 11-12 mai 1979, repris dans id., Dits et Écrits III, Paris, Gallimard.

Froidurot, Bruno, 2011, Rapport sur les journées lyonnaises. Enquête sur un écart et analyse des catégories politiques de « débordement » et de « casseurs », mémoire de Master2.

Garnaoui, Waël, 2021, Harga et désir d’Occident au temps du Jihad. Frontières et subjectivités migrantes des jeunes tunisiens, thèse de doctorat en psychanalyse et psychopathologie soutenue le 19 février 2021, École des hautes études en sciences sociales.

Geertz, Clifford, 1986, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, PUF.

Guibet-Lafaye, Caroline, 2017, « Légitimer, rationaliser, expliquer la violence politique », Sociologie et Sociétés, vol. 49, no 1, p. 239-267.

Gunthert, André, 2015, L’image partagée. La photographie numérique, Paris, Textuel.

Huët, Romain, 2019, Le vertige de l’émeute, Paris, PUF.

Huët, Romain, 2020, « En manif, l’émeute révèle notre détresse politique », The Conversation, 9 janvier 2020 : <https://theconversation.com/en-manif-lemeute-revele-notre-detresse-politique-129410>.

Jobart, Fabien et Waddington, David (dir.), 2009, Rioting in the UK and France, A comparative Analysis, Londres, Willan Publishing.

JR et Ladj, Ly, 2006, 28 millimètres. Portrait d’une génération, Paris, Alternatives.

Kokoreff, Michel, 2008, Sociologie des émeutes, Paris, Payot.

Kuhn, Thomas S., 1983 [1962], La structure des révolutions scientifiques, Paris Flammarion.

Lacquanti, Luce, 2015, I muri di Tunisi, Segni di rivolta, Rome, Exorma.

Lapeyronnie, Didier, 2006, « Révolte primitive dans les banlieues françaises. Essai sur les émeutes de l'automne 2005 », Déviance et Société, vol. 30, no 4, p. 431-448.

Lazarus, Sylvain, 1996, Anthropologie du nom, Paris, Seuil

McLagan, Meg et McKee, Yates (dir.), 2012, Sensible Politics: The Visual Culture of Nongovernemental Activism, New York, Zone books.

Makaremi, Chowra, 2016, « “États d’urgence ethnographiques”. Approches empiriques de la violence politique », Cultures & Conflits, nos 103-104, automne-hiver, p. 15-34.

Mauger, Gérard, 2006, L’émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.

Mucchielli, Laurent et Aït-Omar, Abderrahim, 2007, « Les émeutes de l’automne 2005 dans les banlieues françaises du point de vue des émeutiers », Revue internationale de psychosociologie, vol. XIII, no 30, p. 137 à 155.

Nicolas, Jean, 2002, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Seuil.

Ocqueteau, Frédéric, 2007, « Les émeutes urbaines de l’automne 2005 : cadres d’analyse et points aveugles de la sociologie française », Sociologie du travail, vol. 49, no 4, p. 531-543.

Quentel, Amélie, 2018, « Le collectif d’artistes Black Lines fait de la peinture “un moyen de lutte” », Les Inrockuptibles : <https://www.lesinrocks.com/arts-et-scenes/le-collectif-dartistes-black-lines-fait-de-la-peinture-un-moyen-de-lutte-186101-21-12-2018/>.

Rancière, Jacques, 2000, Le partage du sensible. Esthétique et politique, Paris, La Fabrique.

Riboni, Ulrike, 2016a, Usages et pratiques de la vidéo amateur dans les soulèvements arabes de 2011, thèse de doctorat dirigée par Alain Bertho, université Paris 8.

Riboni, Ulrike, 2016b, « Filmer et partager la révolution en Tunisie et en Égypte. Représentations collectives et inscriptions individuelles dans la révolte », Anthropologie et sociétés, vol. 40, no 1, p. 51-69.

Riboni, Ulrike, 2016c, « “Riot porn”, de quoi parle-t-on ? », Window, Carnet de recherche hypothèses, 7 janvier : <https://window.hypotheses.org/267.

Sommier, Isabelle, 2008, La violence révolutionnaire, Paris, Presses de Sciences Po.

Sommier, Isabelle, 2015, « Sentiments, affects et émotions dans l’engagement à haut risque », Terrains/Théories, no 2.

Stiegler, Bernard, 2016, Dans la disruption. Comment ne pas devenir fou ?, Paris, Les liens qui libèrent.

Tartakowsky, Danielle, 2020, On est là ! la manif en crise, Bordeaux, Éditions du Détour.

Tilly, Charles, 2006, Regimes and Repertoires, Chicago, University of Chicago Press.

Traïni, Christophe (dir.), 2009, Émotions… Mobilisation !, Paris, Presses de SciencesPo.

Uysal, Aysen, 2013a, « Protesto halkı isyana teşvik eder mi ? Protesto eylemlerinin kaynağı olarak polis şiddeti », Birikim, no 153, p. 291-292.

Uysal, Aysen, 2013b, « Démocratie et dialogue sont en panne : la rue comme espace de la participation politique (exemple des protestations de “GEZI”, Istanbul) », colloque « Dialogue, Vérité et Démocratie », Centre international des sciences de l’homme, Byblos, 4-6 décembre.

Virno, Paolo, 2002, Grammaire de la multitude : pour une analyse de formes de vie contemporaines, Paris, Éditions de l’Éclat.

Haut de page

Notes

1 Chaque langue nationale est ainsi confrontée à ses propres épreuves sémantiques. Riot en anglais, danga en hindi sont l’équivalent du mot français, alliant trouble à l’ordre public, explosion de révolte et émotion collective. Mais le plus souvent le lexique du trouble et des affrontements l’emporte sur la nomination synthétique, même lorsqu’elle existe. En italien on préfèrera scontri à rivolta. En espagnol disturbios l’emporte sur motin qui n’est guère convoqué que pour les mutineries carcérales ou pour désigner la police anti-émeute. En allemand Randale et Krawalle sont plus courants que Aufruhr. Le mot chinois bàodòng est plus proche du mot français insurrection. Il est d’ailleurs fort peu utilisé.

2 Outre les expériences antérieures des années 1960 et 1970.

3 Le mouvement des Gilets jaunes a été marqué par une succession de mobilisation de rue le samedi qui ont d’emblée été numérotées comme autant d’« actes » et ont traversé l’année 2019.

4 « Et ce n’est pas tant pour les effets que ces destructions auraient sur le capital que le sentiment de liberté, de prise sur ma vie, que cela me procure. La casse, c’est gratuit, ça n’a pas de sens. Ce qui en a, en revanche, c’est qu’il y ait des gens qui cassent, qui s’autorisent à le faire, qui mettent leur corps en jeu pour le faire » (manifestant, Paris, 2016). Voir : <https://www.jefklak.org/une-pensee-pour-les-familles-des-vitrines/>.

5 Mode d’organisation d’un groupe de manifestants en bloc compact et habillés en noir dans la perspective d’un affrontement avec la police, apparu à Berlin dans les années 1980.

6 Émeutes après le meurtre du jeune Alexis Grigoropoulos le 6 décembre 2008 par la police à Athènes. Propos recueillis pour le documentaire « Les raisons de la colère » (Bertho, 2010).

7 Film de terrain : <https://www.youtube.com/watch?v=ZeoUZ1PzpLs>.

8 Comme l’écrit Alain Damasio dans Les Furtifs : « Ce qui me frappe chez les insurgés, ce n’est pas leurs idées, c’est leur corps. […] Ils dégagent une puissance. […] On peut discuter à l’infini de leurs convictions. Sûrs. Mais ça, ces corps vivants, ça ne triche pas. Et ça en dit beaucoup plus que toutes les AG du monde » (Damasio, 2021 : 505).

9 <https://www.lyoncapitale.fr/actualite/manifestation-lyceenne-bellecour-assiegee-jeudi-video/>.

10 Christophe Dettinger, champion de France des poids lourds-légers en 2007 qui a mis fin à sa carrière en 2013, repousse un groupe de gendarmes à coups de poing sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor le 5 janvier 2019. Il défend alors une femme frappée à terre. Il se rend de lui-même à la police le 7 janvier. Une cagnotte en ligne sur la plateforme Leetchi atteint 117 000 euros avec 7 500 contributeurs le 8 janvier. Il devient alors une sorte d’icône dont le nom revient dans les banderoles et les slogans. Son portrait monumental est au centre de la fresque réalisée par le collectif Black Lines rue d’Aubervilliers à Paris.

11 Intervention lors de journées d’étude de l’Atelier des ronds-points, 28 mai 2019, Maison des sciences de l’homme Paris-Nord.

12 Expérience personnelle de l’auteur avec partage immédiat des images sur WhatsApp.

13 « Istanbul gas boms, Istanbul protest » : <https://www.youtube.com/watch?v=KXnagULGS4s>.

14 La vidéo consultée le 27 février 2014 n’est plus en ligne.

15 Berkout (en ukrainien : Бе́ркут, aigle royal) : unités spéciales antiémeutes créées en 1992.

16 « Clashes between riot police and protestors in Kiev Ukraine » (posté YouTube, consulté le 26 février 2014).

17 Le comité « Vérité et justice pour Adama » appelle dès le 27 novembre à rejoindre les Gilets jaunes. Cette jonction est l’objet du meeting « Alliance Gilets jaunes et quartiers populaires » à la bourse du travail de Saint-Denis le 17 février 2019 en présence de Priscilla Ludovsky et Assa Traoré.

18 « Arrestation de lycéens à Mantes-la-Jolie, 6 décembre 2018 » : <https://youtu.be/D7GXL8eKAhg>.

19 Affrontements dans 131 villes en France entre le 19 novembre et le 13 décembre : <https://berthoalain.com/emeutes-en-europe-2018/>.

20 Chiffres et cartes disponibles sur <https://berthoalain.com/documents/>.

21 Loi no 70-480 du 8 juin 1970 « tendant à réprimer certaines formes nouvelles de délinquance ».

22 <https://www.campuslille.com/index.php/entry/pensee-emue-pour-la-famille-des-vitrines>.

23 <https://berthoalain.files.wordpress.com/2007/12/emeutes-de-2005-dans-les-banlieues-francaises.pdf>.

24 Ajaccio, Argenteuil, Bastia, Brest, Chambéry, Champigny, Chelles, Corbeil-Essonnes, Dijon, Enghien, Épinay, Grenoble, Lens, Les Mureaux, Lyon, Meaux, Montbéliard, Montreuil, Mulhouse, Nanterre, Nantes, Nîmes, Nogent-sur-Marne, Poissy, Saint-Denis, Sarcelles, Sartrouville, Strasbourg, Valenciennes, Villeneuve-sur-Lot. <https://blogs.mediapart.fr/alain-bertho/blog/231010/lycees-premiere-carte-des-incidents-12-22-octobre-2010>.

25 <https://www.theguardian.com/uk/series/reading-the-riots>.

26 <https://www.anti-k.org/2020/03/10/mexique-8-mars-journee-de-la-rage/>.

27 Mouvement de protestation contre le projet d’une taxe sur les poids lourds polluants.

28 Son premier clip enregistré sur NFCA média (page Facebook) dépasse très vite les 2 millions de vues : <https://www.youtube.com/channel/UCN-2-BfDdHwLo1zpERLV5ZA>

29 <https://www.jr-art.net/fr/projects/paris-france4>.

30 Présentation de Bilal Berreni : <https://www.zoo-project.com/hommage/>.

31 Pascal Boyart, alias PBoy, mur du 19e arrondissement de Paris : <https://www.pboy-art.com>.

32 Collectif né en mai 2018 à l’initiative des trois graffeurs du crew TWE. Voir Quentel (2018).

33 17 mars, 24 mars, 31 mars, 5 avril, 9 avril, 28 avril, 1er mai, 10 mai, 17 mai, 26 mai, 14 juin, 12 septembre, 23 septembre. 

34 8-15 décembre 2018, 12 et 26 janvier, 2-9 février, 16-23-30 mars, 6-13-27 avril, 1er-11 mai, 21 septembre 2019 et 12 septembre 2020. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Bertho, « « Un sentiment de plénitude » »Socio, 16 | 2022, 37-61.

Référence électronique

Alain Bertho, « « Un sentiment de plénitude » »Socio [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 03 mars 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/socio/12034 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.12034

Haut de page

Auteur

Alain Bertho

Alain Bertho est professeur émérite d’anthropologie à l’université de Paris 8. Il consacre depuis vingt ans ses recherches à la violence collective et particulièrement aux émeutes en France, au Brésil et au Sénégal. Il recense quotidiennement sur son site les situations de violence collective dans le monde depuis 2007. Alain Bertho a dirigé la Maison des sciences de l’homme Paris Nord de 2013 à 2019. Il a notamment publié Le temps des émeutes (Bayard culture, 2009), Les enfants du chaos. Essai sur le temps des martyrs (La Découverte, 2016) et Time over ? Le temps des soulèvements (Éditions du Croquant, 2020).

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search