Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Soulèvements Gilets jaunes

Soulèvements Gilets jaunes

Expériences et compréhensions plurielles de l’émeute
Uprisings yellow vests: Plural experiences and understandings of the riot
Davide Gallo Lassere et Cécile Lavergne
p. 63-84

Résumés

Notre article vise à discuter les principales analyses philosophiques et politiques des émeutes, à partir du soulèvement des Gilets jaunes. Une telle démarche permet de comprendre à quel point cette forme d’action a joué un rôle fondamental au sein du mouvement, sans pour autant faire des « actes » du samedi son moment de vérité. Contre toute stigmatisation ou fétichisation de l’émeute, notre approche fondée sur la parole des Gilets jaunes restitue à cette pratique l’importance politique cruciale qu’elle a assumée depuis quelques décennies et notamment depuis l’enclenchement de la crise de 2008.

Haut de page

Texte intégral

« Ce qui était beau : y avait de tout, y avait des jeunes, y avait des vieux, des Parisiens, des provinciaux. À un moment en fait un peloton de CRS a commencé à gazer, et après un peloton d’autonomes black blocs est arrivé, a commencé à charger ; ils ont été applaudis par tous les GJ. »

Z., Gilet jaune de région parisienne, 39 ans.

  • 1 Ce dont témoignent plusieurs propos rapportés par le quotidien Le Monde concernant cette journée d (...)
  • 2 Point presse du ministre de l’Intérieur Christophe Castener : <https://youtu.be/E0ahlF5F8-I>.

1« Le 16 mars… c’était beau ! », nous confie une Gilet jaune (GJ) à propos de l’acte XVIII, l’une des journées de mobilisation les plus emblématiques du mouvement : images d’incendies de kiosques et de voitures, de boutiques de luxe pillées, du célèbre restaurant Le Fouquet’s saccagé, etc. Des images d’insurrection et de révolution pour nombre de GJ présent·e·s sur les lieux1, qui contredisent l’interprétation policière de certains responsables politiques, pour qui les GJ se seraient transformé·e·s en casseurs manipulés par les black blocs, dont les seuls objectifs auraient été le débordement criminel des manifestations2. Des images puissantes, qui nous parlent d’un soulèvement extrêmement riche et complexe.

2Pour essayer de comprendre le mouvement des GJ comme un soulèvement, nous devons le situer dans la séquence historique d’où il a surgi, qui dépasse les frontières des luttes inaugurées par le « cortège de tête » et Nuit debout. À l’échelle globale, en effet, les années 2010 ont été caractérisées non seulement par les secousses de la crise financière d’abord, puis par l’émergence de l’extrême droite dans plusieurs contextes nationaux, mais aussi par l’enchaînement de nombreux cycles de luttes. Ces derniers peuvent être considérés selon différentes perspectives. Une première consisterait à examiner les subjectivités qui les ont animés : ouvrie·èr·e·s et travailleuse·rs, jeunes précaires et chômeur·ses, couches déclassées en voie d’appauvrissement, individus racisé·es, migrant·es, femmes et minorités de genre et sexuelles, paysan·nes, etc. Un deuxième point d’approche concernerait les revendications qui ont nourri ces mobilisations : demande d’augmentations salariales et de meilleures conditions de vie, de plus de démocratie et moins d’austérité, d’arrêt des violences policières et du racisme d’État, exigence du droit à vivre dignement, indignation contre les violences sexuelles et le sexisme structurel, l’extractivisme et l’exploitation de la nature, appel à un autre usage de la terre, etc. On pourrait aussi aborder ces contestations multiples par les pratiques qui les ont caractérisées. Par-delà leur spontanéisme ou leurs formes d’organisation (très souvent assemblaires et horizontales), ces mouvements ont mis en place des répertoires d’action très variés : grèves économiques, blocages, occupations, sabotages, manifestations, campements, exodes, grèves, émeutes, etc. Dans cet article, nous nous concentrons sur le soulèvement des GJ comme prenant place dans cette séquence historique, en nous focalisant en particulier – mais pas exclusivement – sur les actes du samedi (spécifiquement la séquence de novembre 2018 à juin 2019) et sur la violente répression à laquelle le mouvement a dû faire face.

  • 3 Cette enquête a bénéficié d’un financement du projet TheoPol (Théories et politiques de la reconna (...)
  • 4 Outre l’enquête par entretien, notre analyse se fonde sur la participation au mouvement de l’un de (...)

3En s’adossant à une enquête par entretiens3, à la description d’images d’archives sur les temps forts de la mobilisation et à une ethnographie d’épisodes de contestation, cette analyse met en lumière les sens politiques de l’émeute par les GJ, dans leurs paroles, leurs pratiques et leurs actes, significations politiques le plus souvent invisibilisées par la condamnation morale de la « violence » des manifestant·e·s GJ. Nous avons ainsi interrogé, en nous fondant sur une double perspective épistémologique4, et en nous situant à la jonction de la philosophie et de la sociologie, les significations politiques que les GJ sont susceptibles d’attribuer à ces rassemblements désignés comme « émeutes » et au rôle qu’ils ont joué au sein du mouvement.

4C’est en particulier l’esthétique et l’imaginaire politiques de la GJ citée en exergue que nous chercherons à élucider, à partir de l’expérience politique et sensible que les GJ ont pu faire en première personne, par-delà la diversité des répertoires de lutte. Il est en effet indéniable que la participation aux actes du samedi a produit dans plusieurs cas une montée d’adrénaline et une fascination inédites. Les émotions vécues ont en effet marqué à jamais la vie de nombreux·ses GJ, au point que les souvenirs de ces moments joyeux sont très souvent imprégnés de mélancolie ou d’enthousiasme. Ces affects ne révèlent cependant pas une simple valorisation du geste antagoniste, ni la jouissance éphémère du « goût de l’émeute ». Les pratiques de l’émeute témoignent du désir et de l’espoir de voir les choses changer sous la pression de la puissance d’agir collective des manifestant·e·s : « ce qui était beau », c’était de se retrouver sans chefs ni maîtres, dans les lieux du pouvoir défendus par les forces de l’ordre, dans les quartiers riches, et de menacer ainsi le statu quo.

5Du point de vue des pratiques, ce qui a caractérisé le soulèvement des GJ – dont les pics d’antagonisme émeutier sont sans égal en Europe depuis les années 1970 – est l’articulation entre une pluralité de modes d’action très variés. Par-delà l’intensité des actes du samedi, certains auteurs ont souligné la centralité de la pratique assemblaire (Dardot et Laval, 2018 ; Negri, 2019), d’autres ont mis en avant l’importance de la libération de la parole (Rancière, 2019), alors que d’autres encore ont insisté sur les blocages des ronds-points et l’ancrage territorial (Jeanpierre, 2019) ou sur l’auto-enquête et la dénonciation de « l’ancien régime climatique » (Latour, 2019). Notre hypothèse, pourtant, est que la combinaison stratégique d’une telle diversité de pratiques a constitué le trait saillant du soulèvement, lequel a agencé savamment cette hétérogénéité de répertoires à la recherche d’une force politique maximale. Le soulèvement s’est en effet déployé de façon pragmatique en démultipliant les formes d’action : de la pratique du sabotage à celle des repas conviviaux autour des cabanes, l’inventivité des GJ a déterminé une prolifération étonnante des modalités de lutte qui a permis non seulement à chacun de trouver sa place, mais aussi de réagir aux contextes différents. Comme la parole des GJ interrogé·es le confirme, l’émeute a joué un rôle crucial tout au long du soulèvement, sans jamais l’épuiser. Elle a plutôt représenté son catalyseur, dont l’importance subjective et politique ne saurait être sous-évaluée.

Cartographie philosophico-politique de l’émeute

Critiques et scepticisme

  • 5 Dans « cortège de tête », on entend la partie de cortège composée de quelques centaines à quelques (...)

6Depuis plusieurs décennies désormais, l’émeute est réapparue sous les projecteurs, au point de devenir très souvent l’emblème des protestations qui prolifèrent aux quatre coins de la planète – de Hong Kong aux États-Unis, en passant par le Moyen-Orient, l’Afrique, l’Europe ou l’Amérique latine. Sans qu’elle n’ait jamais disparu de la scène, en France aussi, le dissensus a de plus en plus assumé une telle forme d’expression : des émeutes de banlieue de 2005 au « cortège de tête5 » de 2016 jusqu’aux GJ. Cependant, plusieurs auteurs continuent de critiquer les dynamiques émeutières ou – au moins – à les regarder avec scepticisme. De ce point de vue, les émeutes resteraient apolitiques, pré-politiques ou pas pleinement politiques, puisqu’elles seraient dépourvues de la réflexivité contenue dans la parole ou parce qu’elles seraient démunies de l’Idée – deux clés d’accès essentielles pour accéder au domaine de la (vraie) politique. C’est ainsi que des sociologues se revendiquant de Bourdieu (Mauger, 2006) ou un philosophe de la stature d’Alain Badiou (2011) ont pu qualifier les émeutes de 2005 et les printemps arabes, tout en saluant l’importance de leur irruption dans l’histoire nationale et globale.

  • 6 D. par exemple, père d’un bébé, nous explique pourquoi pour l’acte III, il est allé sur les Champs (...)
  • 7 L’un des GJ interrogés, après nous avoir expliqué qu’il avait très tôt porté un casque en manifest (...)

7Si nous nous limitons aux GJ, nous pouvons examiner deux contributions qui ne font point l’éloge de l’émeute, lesquelles pourtant, dès la première heure, ont grandement contribué à l’élaboration critique du débat politique concernant un mouvement si singulier et difficile à saisir. Pierre Dardot et Christian Laval (2018), dans leur beau texte « Avec les Gilets jaunes : contre la représentation, pour la démocratie », mettent ainsi en garde contre le recours à la « violence pure », qui serait propre « aux néoblanquistes de “l’insurrection qui vient” ». D’après les deux auteurs, les « casseurs [sic] qui se greffent sur les manifestations […] non seulement ne participent en rien aux décisions collectives [, mais ils] contribuent également à déposséder le mouvement de sa démocratie interne ». Une telle approche fait l’impasse sur deux points cruciaux quant à la compréhension du soulèvement des GJ. Tout d’abord, elle sous-estime le fait que les pics d’antagonisme des actes III et IV n’ont pas été le fruit d’une opération stratégique mise en place par des groupuscules autonomes ou anarchistes, mais ils se sont révélés un phénomène spontané de masse, dont la composition sociale, de genre et générationnelle est hautement significative, comme le rappellent les paroles de Z. citées en exergue de ce texte6. En outre, cette interprétation méconnaît le fait que les GJ qui participent « sagement » aux assemblées locales ou aux blocages des ronds-points tout au long de la semaine, dans de nombreux cas prennent part plus ou moins activement aux épisodes insurrectionnels qui ont distingué notamment les premières phases de la mobilisation – mais aussi des journées comme le 16 mars ou le premier anniversaire7.

8La position d’Étienne Balibar (2018), en revanche, est moins péremptoire et fondée davantage sur des considérations pragmatiques que de principe. D’après le philosophe, une des trois conditions pour la victoire des GJ, par-delà l’établissement de convergences avec d’autres mouvements, et l’émergence d’une idée politique à même de transformer le soulèvement en un véritable contre-pouvoir, serait la « capacité de résister à l’engrenage d’une violence mimétique par rapport à l’État ». Non sans raison, Balibar craint que « la symétrie d’une violence étatique et d’une contre-violence “populaire” [soit] un piège mortel » (ibid.). Et cela notamment pour trois motivations :

  • parce qu’elle peut créer des défections chez certain·e·s GJ ;
  • parce qu’elle peut placer « le conflit sur le terrain de l’acceptation ou du rejet de l’État » ;
  • Et parce qu’elle peut encourager « le rapprochement des extrémistes de droite et de gauche » (ibid.).

9Voilà pourquoi, d’après Balibar, il faut que « le mouvement des GJ, profondément civique, garde aussi le privilège de la civilité, ou de l’antiviolence ». Or, avec le recul qui est le nôtre, nous pouvons remarquer que l’escalade de la violence, imputable à la féroce répression policière dont le mouvement a fait l’objet, a sans doute éloigné certain·es GJ de la rue, mais elle a aussi favorisé la marginalisation des franges de la droite réactionnaire et néofasciste, structurellement assimilée, en France, à la police et à l’État (Bernanos, 2020).

Théoriser l’émeute

10Ces critiques, loin d’être isolées, n’épuisent certes pas le champ du débat. À la différence de ces auteurs, plusieurs chercheurs contemporains retiennent l’émeute comme la forme privilégiée de l’antagonisme au xxie siècle. Parmi ceux-ci nous allons nous concentrer sur deux positions paradigmatiques qui ont le mérite de relier la (ré)émergence de l’émeute à des transformations majeures de l’État et des rapports sociaux de production, à savoir celles d’Alain Bertho (2009) et de Joshua Clover (2016 ; 2018). Par-delà leurs différences indéniables, ces deux approches nous permettent de jeter une lumière nouvelle sur un phénomène si controversé. D’après Bertho (2009), nous sommes en effet entrés dans « le temps des émeutes » – pour citer le titre de son ouvrage pionnier : une époque caractérisée par la perte de tout horizon de transcendance du présent et décrétant la fin du modèle politique typique de la modernité libérale. Ce dernier se fondait sur la triangulation qui avait lieu sous l’égide de l’État entre :

  1. la conflictualité sociale des travailleurs ;
  2. les médiations syndicales et partidaires du mouvement ouvrier ;
  3. les représentants des intérêts du capital.

11Cependant, quand les règles du jeu ont été sapées par les mutations liées à la mondialisation (effritement des concentrations ouvrières, délitements des institutions syndicales et partidaires, délocalisation des usines, etc.), la souveraineté étatique n’a plus été en mesure de garantir un cadre formel au sein duquel construire un rapport de force équilibré. Cela a constitué le terreau historique sur lequel a fleuri la pratique de l’émeute, manifestation par excellence d’une révolte sans débouchés. Or – dit Bertho – quand les modes d’action qui fournissent une canalisation expansive à la conflictualité ne prennent plus, quand le schéma de la négociation n’est plus à l’ordre du jour, l’émeute refait surface :

La violence contre les biens, voire les personnes, émerge quand il y a des choses qu’on veut dire et qu’on ne peut plus dire, non pas parce qu’on n’a pas les mots, mais parce qu’on n’a pas d’interlocuteurs. Le passage à l’acte donne à voir cette absence (Bertho, 2009 : 75).

  • 8 On trouve une description de la puissance de cette polyphonie des colères dans les paroles de C., (...)

12L’approche de Bertho permet non seulement de lire, au prisme de l’émeute, les dérives technocratiques qui dominent la machine étatique, mais aussi de se mettre à l’écoute de cette « polyphonie subjective de la colère » afin d’entendre « la synchronicité de l’imaginaire » qui s’y manifeste (ibid. : 25 et 210)8.

13C’est ainsi que les aventures de la forme émeute des années 2010 nous invitent à mettre au jour « les archives du désordre » détaillées dans l’ouvrage de Bertho, publié juste après la crise des subprimes et juste avant les printemps arabes. Tout d’abord, avec les affrontements de la place Tahrir, avec Black Lives Matter, avec les mouvements honk-kongais ou avec les GJ, l’émeute s’installe dans la durée. Il ne s’agit plus de contestations fugaces, qui se prolongent quelques jours ou semaines ; avec les nouveaux cycles de mobilisation, les émeutes peuvent se poursuivre pendant plusieurs mois. En fait, les événements émeutiers jusqu’au début des années 2000 se caractérisaient par l’absence de revendications et de toute forme d’interlocution – « un message volontaire silencieux, un refus de tout partage symbolique, même dans l’affrontement politique » (ibid. : 61). Si les causes de l’enclenchement du riot étaient, dans la plupart des cas, évidentes (un meurtre commis par la police, des augmentations de prix, des aménagements urbains, des régularisations brutales de l’économie informelle), la fin soudaine des soulèvements restait très souvent inintelligible. De ce point de vue, le manque de visée stratégique pouvait être considéré comme le soubassement politique du caractère éphémère et circonstanciel des émeutes. Or, ajoute Bertho en analysant les GJ, cela « n’est pas le cas aujourd’hui. Les affrontements que l’on a vus sont issus d’une mobilisation qui pense pouvoir obtenir satisfaction et voit le pouvoir hésiter » (Bertho, 2018). À cet égard, Z. se rappelle, nostalgique :

Prendre les Champs… aucun cortège syndical n’a pris les Champs, ne serait-ce qu’une seule fois dans toute l’histoire syndicale. Le 1er, le 8 [décembre 2018], et après, c’est devenu ensuite le point de ralliement général jusqu’au 16 mars.

14Et en effet, par-delà les GJ, les émeutes des années 2010 sont de plus en plus allées de pair avec l’articulation de perspectives politiques de moyen terme, et avec la longue série de revendications qui les ont accompagnées (« Ben Ali dégage », « Defund the police », « Que les GROS payent GROS », etc.).

15Malgré une grammaire théorico-politique différente, la grille conceptuelle développée par Joshua Clover (2016 ; 2018) permet de compléter l’analyse de l’émeute contemporaine élaborée par Bertho. D’après le marxiste américain aussi, le renouveau de l’émeute correspond à une nouvelle donne historique. De façon encore plus explicite que chez Bertho, chez Clover l’émeute devient le nom de la phase que nous traversons ; elle est la forme de lutte propre au cycle d’accumulation du capital aujourd’hui dominant à l’échelle globale :

Penser l’émeute politiquement [signifie alors] la concevoir comme l’expression sur le plan politique d’une économie politique sous-jacente (Clover, 2016).

16Le point central de son approche consiste en effet à esquisser une périodisation historique du développement d’ensemble du capital à partir de la renaissance du riot : émeute – grève – « émeute prime », voilà la séquence temporelle qui sanctionne « la nouvelle ère des soulèvements » (Clover, 2018). Selon Clover, à l’aube de la modernité, quand la transition vers le capitalisme était en voie d’accomplissement, l’émeute représentait la pratique privilégiée par les insurgés. Avant que le travail ne soit réellement subsumé sous le capital, quand la main-d’œuvre ne disposait pas (encore) d’un salaire et qu’elle ne se trouvait pas (encore) rassemblée dans les usines, l’antagonisme se défoulait au sein de la sphère de la circulation : dans les rues et les places, sur les marchés, auprès des lieux de transport de marchandises, etc. Ce n’est qu’avec le plein déploiement de la grande industrie que la grève, c’est-à-dire la cessation temporaire de l’octroi de la force de travail, devient le répertoire d’action prioritaire du prolétariat urbain. L’époque du mouvement ouvrier traditionnel, qui s’étend du début du xixe siècle jusqu’à la seconde moitié du xxe, coïncide alors avec la centralité des luttes des travailleurs en tant que travailleurs – dont la grève est justement la pratique par antonomase.

17Cependant, avec la désindustrialisation de l’économie et l’essor de la finance et de la logistique, la sphère de la circulation devient de plus en plus proéminente, en préparant à nouveau le terrain pour la réapparition de l’émeute. L’émeute prime – c’est-à-dire l’émeute après la grève – conserve des éléments propres à l’émeute moderne (luttes pour la fixation des prix des marchandises, affrontements directs et très conflictuels avec les pouvoirs en place, etc.), tout en rajoutant d’autres spécificités, dont la question des surnuméraires et celle de la race (Clover, 2018 : 11-53 et 135-91). D’après Clover, en effet, la composition sociale des émeutes contemporaines recoupe les dominations de race et de classe. Les individus prenant part aux émeutes font référence, dans la plupart des cas, à des populations qui alternent des emplois précaires et sous-payés et des périodes de chômage ; des populations dont le capital se sert (au moins directement) de moins en moins et dont l’État n’est plus capable d’assurer la reproduction ; des populations qui, très souvent, appartiennent à des minorités raciales9. Or, avec les GJ, nous avons plutôt affaire à une autre composition sociale (Collectif enquête Gilets jaunes, 2019). Bien que, dans les métropoles – à Paris notamment –, des GJ racisé·es aient joué un rôle important dans certaines assemblées locales, le mouvement s’est fondamentalement développé dans les zones périurbaines et la périphérie diffuse, en ne s’enracinant jamais véritablement dans les banlieues où vit une grande partie des personnes non blanches. En termes de composition de classe, donc, plus qu’à un sous-prolétariat racisé ou à des populations surnuméraires non blanches, le mouvement a été animé par les tranches de travailleur·seu·s qui – lors du premier confinement – ont été unanimement qualifiées d’« essentiel·le·s » : éboueurs, ouvriers et ouvrières de la logistique et du ménage, transporteurs, infirmier·ère·s, aide-soignant·e·s, etc. C’est cette composition qui non seulement a caractérisé le soulèvement des GJ, mais qui, pendant la première vague de la pandémie, a fait tourner l’économie, en garantissant la reproduction de la société. Et c’est vers la parole de cette composition sur le sens de l’émeute que nous allons maintenant nous tourner.

Expériences de l’émeute et identité socio-politiques 

  • 10 Elle s’écarte d’interprétations du mouvement qui le situe résolument dans un horizon non révolutio (...)

18Si cette cartographie philosophico-politique est éclairante, c’est qu’elle propose, sans prétendre à l’exhaustivité, des schèmes d’intelligibilité de l’émeute du point de vue d’une politique contestataire10. L’émeute est en effet qualifiée par nombre de GJ, y compris celles et ceux se désolidarisant partiellement ou totalement des émeutes, comme une lutte de visibilité. Cependant, dans les descriptions précises des personnes interrogées, elle renvoie à trois significations politiques plus spécifiques. Avant de les détailler, revenons sur l’originalité des profils sociologiques des GJ. La composition du mouvement a surpris (Collectif enquête Gilets jaunes, 2019), on le sait, par la mobilisation d’une frange peu ou non politisée de la population, la classe moyenne périurbaine déshéritée ; mais c’est surtout l’hétérogénéité des profils des GJ qui s’est imposée comme une des dimensions inédites du mouvement. Même si c’est essentiellement une frange des classes populaires blanches et propriétaires qui s’est mobilisée, certaines organisations de quartiers populaires, comme le Comité Adama, ont très tôt appelé à rejoindre les GJ et affirmé leur solidarité avec le soulèvement. C’est cette hétérogénéité même que le panel de personnes interrogées reflète, puisque le groupe lillois correspond à des personnes de la première catégorie (hommes et femmes entre 30 et 40 ans, issus de professions intermédiaires et des classes populaires blanches périurbaines), alors que les personnes interrogées de région parisienne représentent une voix minoritaire, celle d’hommes et de femmes (entre 30 et 40 ans), racisé·e·s, issu·e·s de l’immigration, que Balibar désignaient comme les « exclus de l’intérieur » à l’occasion d’une analyse sur les émeutes de 2005 (Balibar, 2006).

19Pour les GJ interrogé·e·s, l’émeute est, en un premier sens, une lutte anticapitaliste d’appropriation de la richesse socialement produite, dont les GJ se sentent dépossédé·e·s. Z. nous rapporte une anecdote étonnante du 16 mars 2019 :

Pendant l’affrontement [sur les Champs-Élysées], ça commençait à casser les vitrines. Et peut-être le truc le plus beau, c’était Hugo Boss, y a eu l’incendie. Il y avait un SDF [sans domicile fixe] devant et ils l’ont rhabillé de la tête aux pieds en Hugo Boss, beaucoup de gens sont repartis bredouilles comme moi, et d’autres sont repartis avec plein de choses.

20Les pillages et les saccages, loin d’être irrationnels, constituent une négation de la forme marchandise et une réappropriation paradoxale de ce qui est pensé comme propriété commune, pour laquelle tout le monde aurait un droit d’usage. Le geste de rhabillage où le SDF, figure par excellence de la pauvreté et de la dépossession, se voit affublé de vêtements parangons du luxe masculin en est l’illustration.

21En un deuxième sens, l’émeute est sabotage, elle vise la destruction des symboles du capital (banque, multinationales, agences immobilières) : nombre d’images dévoilent l’inventivité de manifestants s’attaquant à des banques ou à des distributeurs automatiques de billets, à l’aide d’outils divers pouvant aller de la scie à métaux à du mobilier urbain détourné. Concernant les objets légitimes de ce sabotage, le mouvement est traversé de conflits, de controverses publiques sur ce qu’il est légitime ou non de « casser ». Comme le souligne D., « brûler une Clio, bon là, ça va pas. […] y a un VTC qui a été brûlé. Tout le monde a dit que c’était pourri. Ça a fait des embrouilles entre les gens ». Autrement dit, loin d’être purement aveugle et irruptif, le sabotage fait l’objet de délibérations en situation au sein des GJ, qui renvoient aux moyens appropriés sur le terrain stratégique, et légitiment sur le plan de la justice, de porter atteinte au pouvoir économique et politique.

22Enfin, en un troisième et dernier sens, l’émeute a comme horizon la déstabilisation politique : enclencher des crises de gouvernement, bloquer les flux, la logistique, s’attaquer aux symboles du pouvoir (politique et économique). Comme l’affirme D. à propos des pillages du 16 mars 2019 sur les Champs-Élysées : « Tu te tapes Hugo Boss, je m’en tape » ; il ajoute :

Moi, c’est les biens publics qui m’intéressent, ça nous appartient, ils sont payés avec nos impôts ! Donc s’ils nous écoutent pas, je les casse.

23Ici on voit se dessiner l’écart entre deux interprétations antagonistes : celle de la vision majoritaire selon laquelle la casse des biens publics se réduit à de la délinquance et à de l’illégalisme ; et le sens politique associé par les acteurs eux-mêmes à ces pratiques, qui, au contraire, les considèrent comme un geste de réappropriation visant la déstabilisation du pouvoir, sourd à l’expression d’une juste colère.

Retourner le stigmate de casseur

24Remettre au premier plan de l’analyse la parole des personnes interrogées sur les soulèvements émeutiers, c’est refuser que les stigmates « émeutier », « casseur » ne leur soient apposés comme des identités rigides. En effet, elles servent trop souvent à recouvrir et invisibiliser la pluralité des pratiques politiques des GJ. L’historienne Ludivine Bantigny (2020 : 99), décrivant les retournements de ce stigmate dans le cadre d’une histoire sociale des luttes et des révolutions, met d’ailleurs en lumière l’humour corrosif qui se déploie dans le « vaste texte social et politique » des objets GJ, dont le site « Plein le dos11 » constitue une archive importante – de même que les graffs ayant fleuri durant le mouvement sur les murs des grandes artères des métropoles qu’empruntaient les émeutes. C’est un usage « boomerang » qui caractérise le mot « casseurs » par les manifestants, tel le slogan « les vrais casseurs sont chefs d’État ».

25D’emblée, on peut s’étonner de l’absence de la terminologie de la violence dans les propos des personnes interrogées pour décrire leurs propres actions. Il semble évident qu’il n’est ici pas question de violence. Il semble également évident que les arguments de justification des répertoires émeutiers sont destinés aux arènes publiques et à l’injonction permanente adressée par les médias de répondre de la condamnation morale des violences – qui sont essentiellement des atteintes à des biens, des propriétés et très marginalement des atteintes aux personnes, en tout cas du côté des manifestants (Bantigny, 2020 ; Huët, 2019).

  • 12 Extrait d’entretien avec C. : « En 2005, c’était très très chaud. À X, ils ont appelé les gendarme (...)

26Si des arguments de justification non de la violence, mais de répertoires d’action « dits violents » sont mobilisés, c’est dans le cadre de considérations tactiques et stratégiques, donc politiques, mais jamais dans une perspective morale portée sur « la violence ». Et ce, non seulement en raison de la nécessité d’organiser (dans le temps) la lutte, mais aussi des trajectoires biographiques : pour la plupart, les personnes interrogées sont issues des « quartiers » des périphéries de Paris et de Lille. À ce titre, pour elles et eux, l’expérience de la violence policière est très ancienne et routinière (Balibar, 2006). Elle a toujours été et demeure celle de l’État. En ce sens, les émeutes de 2005 ont cristallisé une situation d’antagonisme avec la police qui pouvait être vécue quotidiennement, en particulier pour les jeunes hommes (Fassin, 2011). Z., par exemple, nous confie que ses frères étaient constamment contrôlés et harcelés par la police. Ainsi, la répression policière est-elle d’emblée articulée dans le discours des personnes interrogées à une expérience ancienne de violence répressive12.

Une connaissance par corps 

27Comprendre les significations politiques de l’émeute et la place de cette dernière dans le soulèvement des GJ ne peut cependant se résumer à en reconstruire les visées contestataires. Ce qui se vit, s’apprend et se transforme dans l’épisode émeutier constitue une dimension décisive de ces significations sédimentées dans les corps et les affects des manifestant·e·s. Dans les entretiens approfondis que nous avons réalisés avec des hommes et des femmes GJ qui ont pu occuper des rôles et des places différents dans les émeutes – de participants actifs à soutiens ou observateurs –, le sens et le discours politique sur les épisodes émeutiers ne se limitent pas à ces trois schèmes d’interprétation rétrospectifs. Ils sont aussi le produit d’une connaissance « par corps » (Huët, 2020 : 55) de ces situations, une connaissance qui s’est constituée dans les pratiques, les affects, les corps des participant.e.s : cette lecture des émeutes nécessite de faire droit à une compréhension sensible des épisodes émeutiers, telle que la propose par exemple Romain Huët dans la continuité de la sociologie des émotions de Randall Collins (2009) :

Les émeutes subjectivent ; elles sont vécues comme ce qui permet à la vie de jouir de sa puissance subjective d’agir alors que, dans la vie quotidienne, cette puissance est inemployée, sinon atrophiée (2020 : 32).

  • 13 « Il s’agit d’abord de voir l’événement par-delà les lois ordinaires et la parole majoritaire qui (...)
  • 14 Voir note 12, citation de C. et anecdote rapportée précédemment du rhabillage d’un SDF en Hugo Bos (...)
  • 15 Deux des personnes interrogées racontent avoir été choquées par la même image du tabassage d’un vi (...)
  • 16 « L’événement ne peut être compris en ne se rapportant qu’à la parole des participants à des émeut (...)

28Autrement dit, les épisodes émeutiers, dès lors qu’on s’autorise à suspendre les jugements moraux qui en condamnent la violence, renverraient à des formes de vie « augmentées », intensifiées13. Pour étayer cette hypothèse, Romain Huët s’est rendu attentif aux processus émotionnels, notamment de contagion affective impliquant, selon lui, des phénomènes collectifs de désidentification. Les témoignages de notre enquête rappellent de manière récurrente combien la participation aux différents épisodes émeutiers comportaient de joie, d’effervescence et de nouages de solidarités nouvelles et inédites, pendant lesquels les statuts sociaux étaient renégociés, voire abolis14. Ces expériences sensibles ne perdurent pas seulement dans la mémoire de l’événement, mais aussi par les blessures, traumas des blessures observées, la rage et la colère face au nombre des blessés15. C’est la raison pour laquelle il nous semble décisif de ne pas renoncer – à la différence de la méthodologie proposée par Romain Huet16 – à interpréter les sens politiques de l’émeute, y compris comme expérience sensible, dans les discours et paroles que nous avons réunis.

  • 17 Marie Divry écrit dans sa postface à Cinq mains coupées : « Les Gilets jaunes, c’est avant tout un (...)

29Ces sens politiques sont donc aussi le produit d’une réflexivité sur l’événement, qui ne se réduit pas à sa description sensible en situation, mais qui est le fruit d’un ensemble de mises en récit. Ces dernières ne peuvent se ressaisir que si l’on prend en considération la pluralité des pratiques politiques dans la constellation desquelles prend place la participation ponctuelle à des épisodes émeutiers. S’ils peuvent traduire des choix tactiques ou stratégiques élaborés très en amont des manifestations ou des positionnements politiques qui se sont configurés dans la temporalité longue du mouvement des GJ, ils expriment aussi fondamentalement des désirs de reconnaissance et de dignité, une colère et une rage à sortir d’un double statut d’inaudibles et d’invisibles17.

30Cette violence perçue qui affleure si souvent dans les jeux de mots des Gilets jaunes n’a pas seulement forgé l’idée que la violence est résolument du côté de l’État ; pour les personnes que nous avons interrogées qui sont issu·e·s des quartiers, elle a une correspondance dans leurs corps : elle a forgé un sens pratique de l’esquive. Malgré leur statut de primo-militants – mais pas forcément de primo-manifestant·e·s, puisque certain·e·s ont participé au défilé du 1er mai 2018, d’autres aux manifestations contre le CPE ou en soutien à la Palestine – aucun·e des personnes interrogées n’a été blessé·e. La première explication tient dans ce sens pratique de l’esquive, sorte d’intelligence pratique, de ruse en situation, qui permet d’éviter les coups de la police, parfois les contrôles, les tirs de Flash-ball et autres usages de la violence répressive qui s’est intensifiée dans la succession des actes GJ (Rocher, 2020). L’une des personnes interrogées, une jeune femme, évoque l’image « du jeu du chat et de la souris », qui lui a permis non seulement de ne jamais se faire arrêter ni blesser, mais encore de pouvoir passer les contrôles policiers avec du « matériel » dans son sac (masques, bombes de peintures, fumigènes) : « J’ai une tête qui passe », résume-t-elle avec humour. C., qui aura ensuite moins de chance, nous confie avoir été amené au poste parce qu’il était muni d’un casque et d’un masque : « On ne veut plus vous voir en manif », aurait lancé la policière à son départ, conseil rejeté aussitôt, puisqu’il se serait empressé de rejoindre le jour même son collectif encore mobilisé. Ainsi l’émeute est-elle vécue comme un espace-temps où l’on se joue de la police, où la pratique de l’évitement est tout aussi importante que celle de l’affrontement direct.

31Si l’on l’envisage d’un point de vue diachronique, la succession d’épisodes émeutiers implique l’acquisition de savoirs pratiques et de tactiques d’auto-défense. Les personnes interrogées nous ont expliqué les nouvelles manières de s’équiper, les nouvelles compétences en matière d’auto-défense, à la fois sur un terrain pratique et cognitif. Sur un plan pratique, C. nous rapporte la rencontre avec des groupes autonomes qui lui ont appris à fabriquer des banderoles renforcées ; D., en revanche, a fait quelques stages d’entraînement à l’auto-défense et à des tactiques émeutières avec des militants plus aguerris. Sur un plan cognitif, plusieurs personnes interrogées nous expliquent qu’elles ont appris à « repérer les fascistes » : plusieurs rapportent comment elles savent désormais reconnaître certains tatouages, certains types d’habillement, au-delà des gestes comme la « quenelle ». L’espace-temps de l’émeute n’est donc pas un espace qui désidentifie et fait communier tous les individus dans une expérience sensible indiscriminée où le seul ennemi identifié serait les forces de l’ordre. L’appartenance au groupe, en particulier à un collectif « non raciste », identité revendiquée des personnes interrogées, et qui constitue même le mot d’ordre du Gilet de Z., demeure une clé d’intelligibilité qui continue d’opérer, y compris dans les moments de l’émeute. Ainsi, cette dernière n’abolit pas les frontières entre groupes racistes et antiracistes, comme pourraient le laisser penser les discours médiatiques pour lesquels les casseurs sont indifféremment issus de « l’ultra gauche » ou de l’extrême droite. L’identité groupale des personnes que nous avons interrogées ne se dissout pas dans l’émeute, parce qu’elle se constitue dans des pratiques sociales et politiques multiples qui comptent dans la définition et la participation au mouvement. 

Identités et pratiques multiples

32Les GJ de notre enquête ne se réduisent ainsi pas à une identité émeutière : leurs pratiques de mobilisation et d’action sont en effet très diversifiées : dès le début du mouvement, ils et elles ont participé à des actions péage gratuit, à des blocages de sites logistiques, à des soutiens de grèves dans différents secteurs, à des envahissements de voies ferroviaires, à des occupations d’entrepôts et de maisons populaires. Leur engagement GJ déborde largement l’espace-temps de la mobilisation des actes du samedi. Le point focal qui organise cette multiplicité n’est pas la sociabilité ni la mobilisation autour d’un rond-point – une des originalités du mouvement GJ pourtant (Jeanpierre, 2019) –, mais l’implication dans des collectifs de région parisienne et de Lille. D. raconte la genèse du collectif parisien :

La lutte doit accepter la différence des autres ; y a des gens qui ne veulent pas être dans l’insurrectionnel. Dans notre assemblée cohabitaient plusieurs groupes qui ne s’entendaient pas à la base…

33L’originalité de ce collectif qui s’est réuni en assemblée générale une fois par semaine de décembre 2018 à juin 2019 – parfois avec plus de cent vingt personnes – est d’avoir structuré une quarantaine de GJ d’origine sociale très différentes (livreurs, ouvriers de la logistique, employés municipaux, cheminots, restaurateurs, etc.), avec une participation très élevée de femmes, autour d’un mot d’ordre antiraciste et avec des objectifs d’action affirmés. L’une des personnes interrogées, engagée dans le « bureau », nous confie :

En termes d’organisation, on voulait quelque chose qui soit ascendant et descendant, que les informations montent et descendent ; que personne ne se sente mis à l’écart…

34L’attachement à la démocratie directe et à une répartition horizontale du pouvoir a favorisé le développement de solidarités, d’affinités et mêmes d’amitiés très fortes. Elles se manifestent dans de nombreuses occasions, dont l’antirépression n’est certes pas la moins importante. Comme nous l’explique T. :

On avait, au niveau du collectif de GJ, un protocole : dès que quelqu’un se faisait embarquer, on savait, on avait une liste, on s’était organisé.

  • 18 L’assemblée de Lille était de ce point de vue différente : aucun·e de ses membres ne militait alor (...)

35Ce collectif a donc aggloméré des profils différents et contribué à une subjectivation politique commune qui s’est construite dans le temps long des pratiques de mobilisation GJ, mais aussi dans des moments festifs, des repas, des apéritifs, des matchs de foot, etc. S’il a pu profiter des savoirs militants, il s’est constitué avant tout sur l’énergie de GJ n’ayant auparavant pas participé à des mouvements structurés18. Ces nouvelles manières de faire de la politique sont pensées dans un schème de rupture du continuum historique, rupture des routines et des réflexes qui ne font plus leurs preuves dans les luttes. De ce point de vue, l’autonomie du soulèvement vis-à-vis des institutions partidaires et syndicales, la radicalité des blocages et des actions de sabotage, l’antagonisme des actes, mais aussi la sociabilité et l’auto-organisation vécues au sein des assemblées ou autour des ronds-points rendent compte de l’enthousiasme populaire suscité par le GJ ; un enthousiasme qui a cassé les codes du savoir-faire militant et qui a marqué les pratiques et les imaginaires de lutte pour les années à venir.

Conclusion

36Les GJ cristallisent de nombreux stigmates et peurs sociales, en raison, notamment, de leur engagement dans des épisodes émeutiers. Leur participation récente (été 2021) à des mobilisations de contestation du passe sanitaire contribue encore à brouiller la compréhension collective d’un mouvement en métamorphose constante. Il ne s’agissait pas ici de fixer le sens politique d’une mobilisation protéiforme qui a d’ailleurs connu des transformations importantes au cours de la crise pandémique de la Covid 19. Limité à la séquence permettant de donner corps à l’idée de « soulèvements Gilets jaunes » (hiver 2018 – printemps 2020), l’enjeu était pour nous de proposer une hypothèse de compréhension de la place de l’émeute dans le cadre d’une mobilisation inédite : l’intuition directrice consistait à rendre intelligible l’émeute comme un mode de subjectivation politique à part entière (les subjectivités et les corps y sont transformés au contact les uns des autres, dans des nouages de solidarités et de rivalités, permettant l’acquisition de connaissances pratiques), qui ne prend sens qu’au sein d’une constellation large, locale et nationale (Ravelli et al., 2020), de pratiques de mobilisation et de lutte (assemblées, blocages, grèves, ronds-points, cabanes, débrayages, etc.). Si sur le plan méthodologique, nous avons choisi d’utiliser des ressources de la philosophie politique, et en particulier les théories matérialistes contemporaines de l’émeute, pour étayer cette hypothèse, ce n’est pas pour imposer une autorité épistémique à la parole des GJ interrogé·es, mais bien au contraire pour révéler, au sens photographique, l’esthétique et l’imaginaire de transformation sociale, dont les pratiques et les discours étaient porteurs.

Haut de page

Bibliographie

Badiou, Alain, 2011, Le réveil de l’histoire, Paris, Lignes.

Balibar, Étienne, 2006, « Uprising in the banlieue », Lignes, vol. 3, n° 2, p. 50-101 : <https://www.cairn.info/revue-lignes-2006-3-page-50.htm>.

Balibar,Étienne, 2018, « Les Gilets jaunes : le sens du face à face », Médiapart (en ligne), mise en ligne le 13 décembre 2018 : <https://blogs.mediapart.fr/etienne-balibar/blog/131218/gilets-jaunes-le-sens-du-face-face>.

Bantigny, Ludivine, 2020, « “C’est celui qui le dit qui l’est…”. “Casseurs” : le stigmate retourné », Raison présente, vol. 4, no 216, p. 98-108 : <https://www.cairn.info/revue-raison-presente-2020-4-page-98.htm>.

Bernanos, Antonin, 2020, « Fascisme, police et contradiction », dans Amal Bentounsi, Antonin Bernanos, Julien Coupat, David Dufresne, Éric Hazan, Frédéric Lordon, Police, Paris, La Fabrique, p. 83-105.

Bertho, Alain, 2009, Les Temps des émeutes, Paris, Bayard.

Bertho, Alain, 2018, « Il ne s’agit pas d’un simple mouvement social », Mediapart (en ligne), 8 décembre : < https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/081218/alain-bertho-il-ne-s-agit-pas-d-un-simple-mouvement-social?onglet=full>.

Clover, Joshua, 2016, « Émeute, grève, émeute : entretien avec Joshua Clover », Période (en ligne), 5 décembre, mené, édité et traduit par Nicolas Vieillescazes : <http://revueperiode.net/4342-2/>.

Clover, Joshua, 2018, L’émeute prime, Paris et Genève, Entremonde.

Collectif enquête Gilets jaunes, 2019, « Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation. Une étude sur les gilets jaunes », Revue française de science politique, vol. 69, nos 5-6, p. 869-892.

Collins, Randall, 2009, Violence. A Micro-Sociological Theory, Princeton, Princeton University Press.

Dardot, Pierre et Laval, Christian, 2018, « Avec les Gilets jaunes : contre la représentation, pour la démocratie », Médiapart (en ligne), 12 décembre : <https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/121218/avec-les-gilets-jaunes-contre-la-representation-pour-la-democratie>.

Divry, Marie, 2020, Cinq mains coupées, Paris, Seuil.

Fassin, Didier, 2011, La force de l’ordre, Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Seuil.

Huët, Romain, 2019, Le vertige de l’émeute. De la ZAD aux Gilets jaunes, Paris, Puf.

Jeanpierre, Laurent, 2019, In Girum, les leçons politiques des ronds-points, Paris, La Découverte.

Latour, Bruno, 2019, « Du bon usage de la consultation nationale », AOC (en ligne), 14 janvier : <https://aoc.media/analyse/2019/01/14/usage-de-consultation-nationale/>.

Mauger, Gérard, 2006, L’émeute de novembre 2005, une révolte proto-politique, Bellecombes-en-Bauges, Éditions du Croquant.

Negri, Antonio, 2019, « Les Gilets jaunes sont à la mesure de l’écroulement de la politique », Médiapart (en ligne), 29 janvier : https://www.mediapart.fr/journal/france/290119/toni-negri-les-gilets-jaunes-sont-la-mesure-de-l-ecroulement-de-la-politique?onglet=full>.

Rancière, Jacques, 2019, « Les vertus de l’inexplicable : à propos des gilets jaunes », AOC (en ligne), ) 8 janvier : <https://aoc.media/opinion/2019/01/08/vertus-de-linexplicable-a-propos-gilets-jaunes/>.

Ravelli, Quentin, Bendali, Zacharia, Bonin, Loïc, Gaborit, Maxime et al., 2020, « Le Gilet et le Marteau. L’Assemblée des assemblées organise l’aile gauche des ronds-points », Mouvements, no 101, p. 13-24.

Rocher, Paul, 2020, Gazer, mutiler, soumettre, Politique de l’arme non létale, Paris, La Fabrique.


Wahnich, Sophie, Rogozinski, Jacob, Badiou, Alain et al., 2019, « Les Gilets jaunes, une querelle des interprétations », Lignes, no 59.

Haut de page

Notes

1 Ce dont témoignent plusieurs propos rapportés par le quotidien Le Monde concernant cette journée de mobilisation : <https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/03/16/il-n-y-a-que-quand-ca-casse-qu-on-est-entendu-recit-d-une-journee-de-violences-des-gilets-jaunes-a-paris_5437197_3224.html>.

2 Point presse du ministre de l’Intérieur Christophe Castener : <https://youtu.be/E0ahlF5F8-I>.

3 Cette enquête a bénéficié d’un financement du projet TheoPol (Théories et politiques de la reconnaissance, 2019-2021, université de Lille) dirigé par Milena Doytcheva. Malgré la crise pandémique qui a rendu parfois complexe la rencontre avec les personnes interrogées, 8 entretiens biographiques semi-directifs ont été réalisés, 5 avec des GJ de la région Nord (au printemps 2020), et 3 entretiens avec des GJ issue·s de la périphérie parisienne (au printemps 2021), ayant participé à un comité de mobilisation GJ particulièrement actif de novembre 2018 à juin 2019, et ayant contribué à sa structuration et son organisation. Deux lignes de questionnement principales ont guidé nos entretiens : que peut impliquer l’apprentissage de l’action directe pour un GJ souvent primo-manifestant, ou primo-participant à l’émeute ? La participation à l’émeute implique-t-elle des transformations des modes de subjectivation politique ?

4 Outre l’enquête par entretien, notre analyse se fonde sur la participation au mouvement de l’un des deux auteurs, en particulier comme membre d’un collectif de Gilets jaunes en région parisienne auquel appartiennent trois des personnes interrogées, ce qui a permis de nourrir une ethnographie précieuse de la mobilisation. La perspective épistémologique s’est donc établie sur un double point de vue, à la fois interne et externe au mouvement des GJ.

5 Dans « cortège de tête », on entend la partie de cortège composée de quelques centaines à quelques milliers de personnes qui, du mouvement contre la loi travail à celui des GJ, a pris la tête des manifestations, et a marché devant les cortèges syndicaux.

6 D. par exemple, père d’un bébé, nous explique pourquoi pour l’acte III, il est allé sur les Champs-Élysées, alors qu’il n’avait jamais vraiment participé à des manifestations auparavant : « Le premier décembre, j’y suis allé pour niquer des keufs. Ça m’a pas fait peur. Je savais que ça allait être insurrectionnel, voilà. […] La première fois, j’ai perçu les manifs Gilets jaunes comme populaires et pas dirigées. C’est pour ces raisons que j’y suis allé. »

7 L’un des GJ interrogés, après nous avoir expliqué qu’il avait très tôt porté un casque en manifestation, raconte comment il a pris part à la structuration d’un collectif de GJ : « La première fois que j’ai organisé, c’est venu spontanément. C’est moi qui restais plus longtemps, je parlais bien avec tout le monde. Pourquoi on ferait pas un collectif ? On a pris les numéros, et puis sur Télégram. La première réunion [du collectif de R., une commune anonymisée de banlieue parisienne], je crois que c’était dans Paris dans une petite salle, avec F. Dans le collectif GJ de R., il y avait cent, cent vingt personnes. Ça rayonnait dans toute la France, des dizaines d’actions, des péages gratuits, des blocages. J’étais motivé, je travaillais tôt le matin, j’avais le temps. »

8 On trouve une description de la puissance de cette polyphonie des colères dans les paroles de C., 35 ans, originaire de la banlieue parisienne, qui nous confie son étonnement et sa surprise lorsqu’il a rejoint, au départ un peu par hasard, après avoir vu une vidéo d’un ami présent, le premier acte des GJ et qu’il est arrivé sur les Champs-Élysées : « Et là je vois des milliers de personnes. Les gens commencent à arriver, ça afflue, ça afflue, ça afflue. Les policiers commencent à interpeller. Ça a fait monter la mayonnaise. Les gens vivent la même chose que toi mais pas au même endroit. Mon pote que j’avais rejoint a fini par partir. Je suis resté, j’ai parlé avec plein de gens. J’ai fait des petites vidéos Snap. J’ai parlé avec cinquante personnes au moins. Tout le monde parlait avec tout le monde. »

9 Pour l’analyse des émeutes des GJ de Clover, voir : <https://agitations.net/2018/12/11/les-emeutes-des-ronds-points/>.

10 Elle s’écarte d’interprétations du mouvement qui le situe résolument dans un horizon non révolutionnaire. C’est le cas par exemple de Laurent JeanPierre qui écrit : « Si l’actionnaire, le patron ou l’entreprise n’ont pas été les cibles du mouvement, comme l’ont regretté plusieurs intellectuels et formations politiques issus de la gauche radicale traditionnelle, c’est que la propriété collective et l’autogestion de l’activité productive ne sont en rien les horizons, même lointains, d’un mouvement qui ne récuse pas l’organisation du travail ou l’économie dans leur totalité » (Jeanpierre, 2019 : 104).

11 <https://pleinledos.tumblr.com>.

12 Extrait d’entretien avec C. : « En 2005, c’était très très chaud. À X, ils ont appelé les gendarmes, sommation, il y a eu des pluies de pierres et de mortiers. Ça a pas mal brûlé. Après dans le quartier, il y avait à peu près une émeute toutes les semaines parce qu’ils interpellaient des gens dans le quartier, pour rien. » 

13 « Il s’agit d’abord de voir l’événement par-delà les lois ordinaires et la parole majoritaire qui condamne massivement la violence émeutière » (Huët, 2019 : 35).

14 Voir note 12, citation de C. et anecdote rapportée précédemment du rhabillage d’un SDF en Hugo Boss.

15 Deux des personnes interrogées racontent avoir été choquées par la même image du tabassage d’un vieil homme par les CRS lors de l’acte I. D. a découvert ces images en vidéo et s’est dit que cet homme aurait pu être son père ; C. était sur les lieux : « J’ai une image, le 17 novembre, en bas des Champs, côté droit. Une image de CRS qui matraquent un vieux […] Ça je l’ai vu, ça m’avait marqué. […] Je me suis dit : faut leur faire la même chose avec nos armes à nous. »

16 « L’événement ne peut être compris en ne se rapportant qu’à la parole des participants à des émeutes. Le risque est de se contenter d’enregistrer leur propos et de ne faire que ressasser les significations admises au sein du petit monde militant. L’intention est autre : faire sentir la violence émeutière, reconstituer ce qui se passe pendant que l’événement chaotique prend corps » (Huët, 2020 : 35).

17 Marie Divry écrit dans sa postface à Cinq mains coupées : « Les Gilets jaunes, c’est avant tout une histoire d’invisibles qui deviennent visibles, d’inaudibles qui deviennent audibles » (Divry, 2020 : 112).

18 L’assemblée de Lille était de ce point de vue différente : aucun·e de ses membres ne militait alors dans des groupes politiques, mais plusieurs parmi les plus ancien·nes ont fait de la politique dans les années 1970-1980. Dégoûté·es par la « misère » des habitudes militantes traditionnelles, ils et elles ont trouvé dans les GJ une seconde jeunesse politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Davide Gallo Lassere et Cécile Lavergne, « Soulèvements Gilets jaunes »Socio, 16 | 2022, 63-84.

Référence électronique

Davide Gallo Lassere et Cécile Lavergne, « Soulèvements Gilets jaunes »Socio [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 03 mars 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/socio/12039 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.12039

Haut de page

Auteurs

Davide Gallo Lassere

Davide Gallo Lassere est lecturer in international politics, University of London Institute in Paris. Il est également chercheur rattaché au Sophiapol (Paris Nanterre).

Cécile Lavergne

Cécile Lavergne est maîtresse de conférences en philosophie sociale et politique, à l’université de Lille, UMR STL. Elle est également chercheuse associée au Sophiapol (Paris Nanterre).

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search