Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Des rangements disciplinaires à l...

Des rangements disciplinaires à l’expérience de la conflictualité

Interroger le maintien de l’ordre à l’épreuve des affects
From disciplinary organization to the conflictuality experiment : questioning the law enforcement standing the test of emotions
Élise Creully
p. 119-138

Résumés

Cet article interroge la manière dont les affects et les émotions sont intégrés à l’activité de maintien de l’ordre. Dans un premier temps, l’idée est de montrer les tentatives de formatage ou de contrôle qui s’exercent sur les membres des forces de l’ordre (via notamment la construction de leur ethos professionnel) et sur les manifestants (par exemple au moyen d’une emprise sur les représentations ou par la peur). Dans un second temps, nous interrogeons le devenir des émotions ainsi suscitées, de même que les effets de cette rationalisation des affects sur l’agir.

Haut de page

Texte intégral

1Le 1er décembre 2018, au terme d’une journée d’affrontements autour de l’Arc de triomphe à Paris lors de l’acte III du mouvement des Gilets jaunes, des membres d’une compagnie républicaine de sécurité ont procédé à l’évacuation violente de manifestants réfugiés dans un Burger King des Champs Élysées. On en a retenu notamment le cas de Nathan A., ayant reçu 27 coups de matraque portés par 6 policiers avant de pouvoir quitter les lieux1. Parmi les facteurs explicatifs de cet événement, il a été évoqué que les membres de cette compagnie républicaine de sécurité (CRS) avaient été mobilisés en continu pendant toute la journée et avaient fait face à des situations de très haute intensité pendant des heures sous l’Arc de triomphe, avant d’être chargés en fin de journée de contribuer aux manœuvres de dispersion. Leur état de saturation a été mis en avant pour expliquer ces débordements. Le 22 décembre 2018, au croisement de l’avenue Georges V et des Champs-Élysées, des membres d’une compagnie de sécurisation et d’intervention (CSI) ont été pris à partie par des manifestants alors qu’ils s’apprêtaient à monter sur leurs motos pour quitter les lieux. L’un d’eux a sorti son arme et a visé pendant quelques secondes les manifestants, sans néanmoins faire usage de cette arme. À l’examen de la vidéo de cette séquence2, on peut déceler des signes de panique au sein de ces agents. Le 5 janvier 2019, lors de l’acte VIII du mouvement des Gilets jaunes, sur le pont Léopold Sédar-Senghor, un ancien boxeur a pris pour cible des gendarmes qui se trouvaient face à lui et leur a asséné des coups sans que ceux-ci n’aient le réflexe d’user de la force à son égard pour le neutraliser3. L’un d’eux a fait part de sa surprise et indiqué qu’il n’avait « jamais vécu ça »4. Ces faits concernent des acteurs distincts du maintien de l’ordre (CRS, CSI, gendarmes mobiles) et relèvent de situations très différentes (évacuation d’un lieu ou prises à partie). Les réactions varient également (perte de contrôle, réflexe de panique, paralysie par la surprise). Ces trois épisodes dissemblables illustrent toutefois l’impact de facteurs émotionnels sur le comportement adopté face à une situation de conflictualité. Ils invitent à s’intéresser davantage aux émotions et aux affects dans le cadre du maintien de l’ordre, en tant que composants majeurs de cette activité, capables d’influer tant sur les comportements des forces de l’ordre que sur ceux des manifestants. Le maintien de l’ordre ne saurait pour autant se réduire à un théâtre des émotions. Telle que nous l’évoquons dans cet article, cette expression renvoie à l’activité des forces de police françaises, articulée autour de « leurs doctrines, leurs équipements et leurs formations destinées au contrôle des foules, en particulier des foules manifestantes et protestataires » (Favre et Jobard, 2020). Il s’agit d’une activité fortement rationalisée s’appuyant sur des techniques et des règles qui encadrent l’usage de la force, de même que sur les conduites à adopter au regard des différentes situations rencontrées. Cette régulation de l’activité passe par différentes phases de planification des dispositifs et des moyens à déployer en fonction du degré attendu de mobilisation des manifestants, ayant vocation à garantir son efficience dans des situations dégradées. Il s’agit ici d’interroger les moments, formes et significations données à l’engagement affectif dans l’usage de la violence côté policier, en montrant comment l’institution policière façonne ces affects et ce rapport à la violence. Nous examinerons la manière dont l’activité rationalisée du maintien de l’ordre intègre les dynamiques émotionnelles susceptibles de surgir dans le cours de l’action et d’influer sur son déroulement : comment le contrôle des émotions s’inscrit-il dans la rationalisation de l’activité de maintien de l’ordre et comment en montre-t-il les limites ? Dans notre propos, le terme « rationalisation » désigne, en suivant la définition proposée par le Larousse, le « perfectionnement d’une organisation technique en vue de son meilleur fonctionnement5 » et renvoie donc à des modes d’organisation articulés autour d’une quête d’efficacité. La « dimension affectuelle » dont nous traitons s’appuiera sur une distinction entre quatre états opérée par Isabelle Sommier (2010), reprenant une typologie proposée par Akoun et Ansart (1999). Dès lors, l’affect désigne la « dimension subjective des états psychiques élémentaires depuis l’extrême de la douleur jusqu’au plaisir intense » (ibid. : 12-13) et s’applique plutôt à une échelle individuelle. L’émotion renvoie à « l’excitation vive et limitée dans le temps, accompagnée de manifestations physiques et culturelles différenciées selon leur contexte social » (ibid. : 179-180). La passion relève d’une « affectivité intense se manifestant par des comportements collectifs créateurs ou destructeurs, des mobilisations d’énergie, des attitudes peu accessibles au raisonnement » (ibid. : 385). Enfin, le sentiment consiste en « des réactions affectives de longue durée, positives ou négatives intervenant dans la socialisation, les motivations et la construction des actions collectives » (ibid. : 476). L’intérêt pour les émotions et les affects en situation conflictuelle n’est pas nouveau, il suscite au contraire un regain d’intérêt dans le sillage du « tournant émotionnel » (Corbin, Courtine et Vigarello, 2016) qui gagne les sciences sociales ces dernières années. En ce qui concerne les travaux sur les mouvements sociaux, cette grille de lecture émotionnelle et sensible est principalement mobilisée comme facteur explicatif de l’engagement violent ou comme clé de compréhension des logiques d’action en situation (Collins, 2008 ; Sommier, 2010 ; Huët, 2019). À l’exception de Randall Collins qui intègre l’action policière au spectre large de phénomènes qu’il examine dans son analyse de la violence comme une « performance interactionnelle » réalisée dans des situations structurées par les émotions (Collins, 2008), les émotions et les affects tels qu’ils sont vécus et appréhendés du côté des forces de l’ordre semblent encore peu travaillés en tant qu’objet d’étude à part entière dans les travaux portant sur le maintien de l’ordre. Cet article entend donc saisir l’imbrication des dynamiques émotionnelles et affectuelles dans l’organisation du maintien de l’ordre français contemporain. Il s’appuie sur une enquête de terrain comprenant des observations menées entre décembre 2018 et septembre 2020 au cours d’une vingtaine de manifestations (actes du mouvement des Gilets jaunes, projet de réforme des retraites), à Rennes, à Nantes et à Paris ainsi que sur une quinzaine d’entretiens menés en visioconférence avec des membres des forces de l’ordre contactés via les réseaux sociaux6.

Techniques de contrôle et formatage des émotions et des affects

2Le rôle des émotions et des affects dans l’activité de maintien de l’ordre est central et s’inscrit dans des logiques de formatage et de canalisation. Une mise en perspective historique, si elle s’écarte du contexte français actuel qui est ici notre objet, permet de rappeler les principes qui ont présidé à l’émergence du contrôle des émotions.

L’injonction à la domestication des affects

  • 7 Les CRS, autres professionnels du maintien de l’ordre, n’existaient pas encore à l’époque. Leur cr (...)

3Ce formatage s’applique en premier lieu aux membres des forces de l’ordre dont la régulation et la maîtrise des affects se révèlent décisives en situation opérationnelle. Selon les différentes unités auxquelles ils appartiennent, ce rapport aux affects et son imbrication dans l’ethos policier varient. La culture professionnelle (Monjardet, 1994) des différents corps spécialisés dans le maintien de l’ordre tels que les gendarmes mobiles ou les CRS s’est construite autour d’injonctions à la maîtrise et à la contention des émotions. Ne pas trahir ce que l’on éprouve, rester impassible et maîtriser le moindre signe corporel lié à ses ressentis relève de l’impératif stratégique. Cette injonction à la domestication des affects est un trait d’autant plus saillant de cet ethos professionnel qu’elle a commencé à se formaliser en même temps que le mouvement de professionnalisation du maintien de l’ordre s’est amorcé. Peu à peu, au cours du xixe siècle puis au début du xxsiècle, la nécessité pour les hommes de troupe de « rentrer dans le rang » s’est imposée. Il s’agissait là d’une rupture par rapport à l’ethos guerrier articulé autour du zèle et des prouesses individuelles qui régissait auparavant les comportements des acteurs du maintien de l’ordre. Celui-ci s’est peu à peu effacé au profit de l’émergence d’une culture professionnelle de la gendarmerie7 qui s’est plutôt construite autour du « mythe de l’obéissance passive » et de la « contention des passions », proscrivant le « défaut de sang-froid » ou un « manque de maîtrise individuelle » (Houte, 2008 : 69). Cette aptitude à la contention des émotions et des affects s’est ainsi trouvée érigée au rang de savoir-être et de compétence élémentaire attendue de la part d’un professionnel du maintien de l’ordre.

4Ces principes fondamentaux se vérifient toujours aujourd’hui et se retrouvent en filigrane lorsque l’on évoque les qualités attendues :

Pour être une bonne recrue, il faut une aptitude au travail en équipe, pas d’initiative individuelle, de la résistance et de l’endurance psychologique. Il faut savoir garder son sang-froid. Sinon le risque, c’est que l’acte individuel ne déclenche une réaction irrationnelle du groupe. (Entretien avec un gendarme mobile.)

5L’organisation du travail des unités spécialisées dans le rétablissement de l’ordre intègre d’ailleurs des mécanismes de régulation de ces affects qui prennent plusieurs formes. Cela se traduit notamment par un encadrement hiérarchique très présent sous le contrôle duquel s’exerce un agir largement prescrit (Monjardet, 1988). À cela, s’ajoute un travail sur les corps visant à neutraliser les pensées en situation opérationnelle pour les remplacer par la mise en œuvre de réflexes. Ce conditionnement passe par exemple par des exercices d’entraînement qui reproduisent des situations réelles ou par la répétition régulière des gestes techniques. À cette occasion, par des jeux de simulation qui tendent à s’approcher le plus possible de la reproduction d’un environnement hostile, l’idée est de « travaill[er] sur le contrôle des émotions négatives – stress, peur, etc. » pour « cherche[r] à contenir une tendance à l’action incontrôlée », face à des manifestants systématiquement représentés comme agressifs (Kretschmann, 2021 : 9). Enfin, le groupe et les coéquipiers ont également un rôle important à jouer dans ces mécanismes de régulation. Il est tacitement admis que le groupe exerce une surveillance sur ses pairs et qu’il a la capacité d’agir, par exemple en prodiguant des paroles d’apaisement, lorsqu’il détecte une exacerbation des émotions chez l’un de ses membres :

Quand un gars s’emporte, moi je considère que c’est de la faute du groupe. C’est le groupe qui n’a pas joué son rôle, en mettant la main sur l’épaule du collègue et en lui disant stop. (Entretien avec un ancien membre d’une CSI.)

6Malgré cette organisation, les comportements des hommes du rang restent toutefois source de méfiance de la part des décisionnaires. Cette défiance s’illustre notamment dans les principes de mise à distance et d’évitement du contact entre les policiers et les manifestants, que l’on retrouve dans la doctrine française du maintien de l’ordre (Fillieule, Viot et Descloux, 2016).

  • 8 Le récent Schéma national du maintien de l’ordre (SNMO) prévoit davantage de formations à destinat (...)

7Ce rapport aux émotions et à leur régulation diffère chez d’autres corps davantage spécialisés en police urbaine mais de plus en plus amenés à intervenir en maintien de l’ordre tels que les brigades anti-criminalité (BAC). La principale différence réside justement dans le fait qu’ils étaient jusqu’à présent8 peu préparés aux techniques de maîtrise, aux émotions et aux affects propres aux situations de maintien de l’ordre. Dans leur quotidien, sans qu’il s’agisse de leur seule tâche, ils sont souvent amenés à « faire des planques » et/ou des contrôles discrétionnaires destinés à repérer les infractions en flagrant délit. L’encadrement de ces effectifs est beaucoup plus souple et laisse une large part à l’instinct des situations, leur marge de manœuvre est ample. Leurs méthodes sont celles du « saute dessus », de « l’arrestation rapide » (Dufresne, 2013 : 119-120). Ils sont ainsi habitués à intervenir davantage en autonomie, dès qu’ils l’estiment nécessaire au regard de la situation qui se présente à eux. Cette culture professionnelle de la « chasse », l’adrénaline qu’elle déclenche (Chamayou, 2010) et surtout la liberté d’initiative qu’elle suppose ne coïncident pas avec le cadre juridique contraignant et complexe qui s’applique en situation de maintien de l’ordre. Ce cadre, parfois méconnu des membres de la BAC, requiert notamment (en l’absence d’offensive de la part des opposants) d’attendre la qualification de l’attroupement par l’autorité civile habilitée à décider de l’emploi de la force, prévoit des sommations à l’intention des manifestants en présence, avant de pouvoir procéder à des manœuvres de dispersion. Or, ces dispositifs sont parfois considérés par ces représentants des forces de l’ordre comme des entraves à leur agir, et, de fait, sont mal vécus. Ils sont susceptibles de donner lieu à des sentiments de lassitude, de colère ou de frustration :

Les gars ont une culture de l’interpellation. Ils ne comprennent pas quand on leur dit à la radio de s’arrêter et de laisser faire les dégradations qui se commettent sous leurs yeux, parce qu’on n’est pas dans le cadre d’action ou que ce n’est pas le moment d’intervenir. Parfois il faut les engueuler. Après ils sont frustrés. La BAC c’est pas comme les CRS ou les GM, ça part un peu dans tous les sens. (Entretien avec un ancien membre de la BAC.)

8On le voit donc, les émotions des acteurs du maintien de l’ordre sont étroitement mêlées à la construction d’un ethos qui influe sur la manière dont elles sont traitées, insérées voire domestiquées dans l’exercice du métier. Elles sont majoritairement régies par des mécanismes de contention et de formatage, destinés à rendre l’agir en situation plus efficace.

L’emprise sur les émotions comme instrument de maîtrise des foules

9Les émotions sont également intégrées à l’activité de maintien de l’ordre en tant que leviers de contrôle des foules. Il s’agit de chercher à déclencher ou à stimuler des affects ou des ressentis qui peuvent orienter l’agir des manifestants selon un principe de dissuasion. Cette technique n’est pas nouvelle dans l’histoire de la police et a fait ses preuves à plusieurs reprises. Ainsi, Joseph Fouché, ministre de la police de Napoléon Bonaparte, exerçait-il par exemple son pouvoir grâce à sa capacité à inspirer la crainte, en complément des ressources matérielles qu’il avait à sa disposition. Il s’appuyait sur la rumeur et la dissuasion en répandant la croyance en l’omniscience de la police (Houte, 2008 : 26). Autrement dit :

Le contrôle policier s’exerce au moins autant par la projection symbolique d’une représentation dissuasive de la police que par le recours effectif à la force physique (Brodeur, 1984 : 27).

10Ce principe s’est transposé au maintien de l’ordre qui s’appuie encore aujourd’hui sur le pouvoir des représentations et s’apparente en ce sens au théâtre. Le déploiement des effectifs et des moyens mobilisés obéissent à des logiques de mise en scène destinées à refléter une capacité de puissance et de force. Cela se traduit notamment dans le déroulement des manœuvres des policiers ou des gendarmes, par leurs dispositions dans l’espace, le rythme de leurs déplacements, la cadence des charges, la quête d’effets sonores qui emplissent l’atmosphère (déflagrations, sifflets, ordres), le recours au canon à eau, etc. En définitive :

Tout tend à l’optimisation de la dissuasion par la recherche d’un effet maximal sur les sens, les anticipations, les peurs […] (Jobard, 2013 : VII).

  • 9 Pour une analyse détaillée sur ce sujet, voir l’article d’Aurélien Restelli dans Carnets de géogra (...)

11L’objectif de cette appropriation de l’espace est de faire craindre les conséquences de tout débordement, par l’exposition des moyens à disposition. Cela s’accompagne, parfois, de procédés qui donnent lieu à des illusions d’optique, ainsi, lors de certaines manœuvres de positionnement des agents, par exemple en quinconce. Si ces procédés répondent à des impératifs opérationnels et tactiques d’occupation du terrain, d’enjeux offensifs ou défensifs9, ils visent, pour atteindre leurs objectifs, à avoir une incidence sur les représentations :

Plus on écarte les effectifs, et plus on donne une impression de nombre. Le remplissage de l’espace laisse parfois supposer qu’ils sont très nombreux alors qu’ils sont en fait espacés sur plusieurs niveaux, sur deux ou trois rangs. Ça donne ainsi une illusion de masse qui permet de jouer sur le rapport de force. Tout est calibré pour produire une impression maximale sur le manifestant. (Entretien avec un CRS.)

12Cette emprise sur les émotions s’accompagne parfois d’une « agression des sens », au moyen notamment de techniques de grenadage (Fillieule, 1997 : 117). L’ensemble de ces dispositifs s’inscrit dans le cadre d’une doctrine de maintien de l’ordre fondée sur la mise à distance, l’idée étant d’empêcher autant que possible le contact physique avec les opposants. Dès lors, l’emprise sur les sens et les émotions permet d’atteindre les manifestants, tout en évitant les contacts directs perçus comme potentiellement plus violents ou plus risqués.

13Lors du mouvement des Gilets jaunes, cette spectacularisation du maintien de l’ordre a été pleinement mise en œuvre, notamment sur les théâtres d’action parisiens. Par exemple, après les débordements constatés le 1er décembre 2018 lors de l’acte III, la stratégie adoptée à Paris la semaine suivante (le 8 décembre) a notamment consisté à jouer sur les impressions des personnes mobilisées :

Les forces de l’ordre ont essayé de jouer sur le rapport de force. Au lieu d’attribuer des positions défensives, le dispositif a été plus axé sur le dynamique. Les effectifs étaient répartis par secteur. Ils n’étaient plus limités par un cloisonnement sur le terrain défensif. Avec ce dispositif plus dynamique et la mobilité des forces, l’objectif était d’atteindre le niveau psychologique. Les gens rencontraient des forces partout. L’objectif était d’imposer aux esprits la représentation d’une présence massive des forces de l’ordre se trouvant partout sur leur chemin. (Entretien avec un gendarme mobile.)

14Dans cet exemple, l’appropriation de l’espace par les forces de l’ordre s’est donc trouvée conjuguée à la mise en œuvre de techniques visant à canaliser les actions des manifestants et les risques de débordements en jouant sur les représentations, l’impact psychologique et la crainte que suscite une présence massive des membres des forces de l’ordre.

15On le voit, le contrôle des émotions est central dans l’activité du maintien de l’ordre. Il s’inscrit dans une démarche de rationalisation passant par l’emploi de techniques propres à la fois à maîtriser l’agir des effectifs et à influer sur celui des manifestants par un impact psychologique jouant sur leurs représentations, leurs émotions et leurs sensations.

Les effets de la rationalisation des émotions

16Ces dernières années ont été émaillées de polémiques sur les violences policières et d’un discours ambiant qui tend à souligner une intensification du niveau de la violence tant côté forces de l’ordre que côté manifestants. Analysons ici cette intensification de la violence d’un point de vue affectuel à partir de l’idée selon laquelle le traitement rationalisé des émotions viendrait alimenter une gradation de l’agir violent.

Des émotions réprimées à la mise en actes de la répression

  • 10 L’habilitation à l’usage du lanceur de balles de défense (LBD) s’obtient sous réserve d’effectuer (...)

17Comme précisé précédemment, le rapport aux affects et aux émotions au sein des forces de l’ordre est très normé. L’idée ici avancée est que la contention exacerbée des émotions dans un contexte de sollicitations accrues et régulières des membres des forces de l’ordre pourrait être l’un des facteurs renforçant les risques de débordement dans les situations tendues de face-à-face avec les opposants. L’activité de maintien de l’ordre est irriguée par des émotions recherchées ou encouragées telles que la quête d’adrénaline, mais elle est aussi traversée par nombre d’émotions refoulées. Il n’est pas aisé de vérifier s’il existe bien un lien entre la rationalisation des émotions et une gradation de l’agir violent. Le suremploi des effectifs moins préparés au maintien de l’ordre et issus des polices urbaines tels que la BAC a souvent été cité parmi les facteurs explicatifs des violences policières. Si l’on regarde les chiffres, ce sont en effet eux qui utilisent le plus largement le lanceur de balles de défense (LBD), alors qu’ils y sont peu préparés et peu formés10.

18On peut toutefois noter que le registre des émotions est souvent convoqué par les acteurs du maintien de l’ordre pour expliquer la survenue de violences policières lorsque celles-ci sont reconnues :

On nous demande un calme hors pair, d’être sans émotions, de subir les crachats. C’est un modèle qu’on nous demande d’être. Il y a une grosse pression psychologique. On subit des critiques, des insultes pendant des heures, puis il faudrait intervenir en étant serein. C’est pas ça l’état d’esprit. On est très fébrile dans l’engagement. Quand pendant trois, quatre, cinq heures tu te fais insulter, tu te retrouves dans une position qui est très difficile et progressivement tu peux en venir à être prêt à te défouler. Quand tu es levé à 2 heures et qu’il est 18 heures et que tu es au bout du rouleau, ça peut, même si je ne le justifie en aucun cas, provoquer des excès. (Entretien avec un ancien CRS.)

19On repère ici que les causes convoquées pour expliquer l’acte violent sont la saturation, la pression, qui ont formé un trop-plein donnant lieu à un acte de défoulement. Même si le maintien de l’ordre repose sur une logique de contention des passions, ces dernières ne sont pas pour autant annihilées dans les vécus individuels et ressurgissent facilement dans le cours de l’action.

20Pendant une journée classique de maintien de l’ordre, les corps sont pris dans des séries de ruptures temporelles et émotionnelles qui alimentent des formes de montée en pression. Ainsi, les phases d’attente dans les fourgons, exposés au cortège ou à l’écart dans une rue adjacente peuvent être longues avant de recevoir l’ordre d’intervenir. Cet autre extrait d’entretien en témoigne :

C’est très épuisant physiquement et nerveusement. On est complètement rincé. Il y a aussi beaucoup d’attente. Tant qu’il n’y a pas l’ordre, on ne peut rien faire. C’est frustrant de voir des individus commettre des infractions, mais de ne pas pouvoir y aller. Alors, quand le feu vert est donné, la violence peut s’expliquer par le fait que l’on s’est retenu avant. Il y a comme une effervescence contenue qui se déploie. (Entretien avec un gendarme mobile.)

21Il se passe ainsi des oscillations entre des moments de station immobile et d’autres phases d’offensives, qui alimentent une saturation nerveuse appelée à s’exacerber au fil de la répétition des journées de mobilisation et de la sollicitation des effectifs. Les moments de charge sont particulièrement propices aux risques de pertes de contrôle, qualifiées par Peter Waddington de « red mist » ou « brouillard rouge » (Waddington, 1991). La charge, en effet, est un acte qui appelle de l’agressivité pouvant donner lieu à un élan de violence non maîtrisée, favorisé par l’impression d’anonymat que confère l’agrégation aux autres collègues en uniforme. Dès lors, la conscience individuelle s’efface et se dilue dans l’effet de groupe. La cible de l’action est dépersonnalisée ; l’agir, mu par la colère, est dirigé vers l’entité adverse, à savoir « la foule », qui a porté atteinte au groupe par des insultes ou des lancés de projectiles. La violence trouve alors sa justification dans le fait qu’elle est déployée pour « rétablir l’ordre, un sentiment qui inhibe les hésitations » (Waddington, 1991). Frapper peut alors être vécu comme un soulagement dans le sens où cela suscite une « réduction physique du stress » (Fillieule, 1997).

22Il arrive aussi que les émotions vécues au fil des différentes interventions s’agrègent les unes aux autres dans une logique d’accumulation progressive. Par exemple, pendant le mouvement des Gilets jaunes, les forces mobiles pouvaient être amenées à intervenir à Paris un week-end puis en province la semaine suivante. Dès lors, le degré d’emploi de la force dans le face-à-face avec les groupes contestataires n’était pas seulement indexé sur la situation présente et les caractéristiques locales du mouvement, mais aussi sur le souvenir de situations rencontrées au cours des semaines antérieures. Cela pouvait alors amener à projeter, par un mécanisme de superpositions mémorielles, un niveau de conflictualité plus élevé que celui constaté objectivement, alimentant de fait l’hostilité dans le camp adverse. Ainsi, les émotions contenues et intériorisées sont un facteur de compréhension des situations de montée en tension et de répression selon un mécanisme plus ou moins conscient de revanche. Selon Paul Rocher :

Le thème de la vengeance rappelle qu’il serait réducteur de concevoir le rapport entre la police et les manifestants comme une série de rencontres isolées. […] L’histoire des interactions avec les manifestants est un élément important qui façonne les pratiques policières de la rencontre suivante (Rocher, 2020 : 89).

23Les effets des rationalisations du maintien de l’ordre sur les émotions se retrouvent ici au travers des principes de management ou encore des doctrines d’emploi des effectifs. Ainsi, les lacunes de formations par manque de temps et de moyens financiers dans un contexte de sollicitations accrues, les injonctions à l’efficacité, à la disponibilité et à la maîtrise de soi qui pèsent sur les effectifs très fréquemment mobilisés semblent donner lieu à des logiques croissantes de saturation ou de lassitude qui cherchent des exutoires. Si les violences policières ne sont pas un phénomène nouveau, leur intensification, conjuguée à la hausse des suicides dans ces corps de métier, appelle à une interrogation sur le vécu intime et subjectif de la violence par les acteurs en charge du maintien de l’ordre.

Nouvelles configurations du maintien de l’ordre et émotions en devenir

24Nous assistons à une recrudescence en France de violences d’intensité variable depuis une dizaine d’années (loi travail, ZAD, Parcoursup, Gilets jaunes). Dans ce contexte, le maintien de l’ordre français essaie de faire évoluer sa doctrine vers davantage de réactivité, de mobilité et de fermeté à l’égard des « casseurs » et autres éléments considérés comme « perturbateurs » de l’ordre. Ces changements s’observent notamment au travers du récent projet de loi « sécurité globale », mais aussi de la publication de textes tels que le Schéma national du maintien de l’ordre (SNMO) publié en 202011, le livre blanc de la sécurité intérieure datant de novembre 202012, ou encore via la mise en place d’un « Beauvau de la sécurité » en 2021. Il s’agit, sur un plan politique, de proposer des réorganisations visant à réduire les risques de débordement, mais aussi de répondre aux critiques émises par différents observateurs13.

25Concernant les questions affectuelles, on peut lire en creux de ces révisions de la doctrine française du maintien de l’ordre une volonté d’éviter une prolifération des sentiments de défiance envers les membres des forces de l’ordre et leur action et d’intégrer ainsi les préconisations issues de récents travaux sur la psychologie des foules. Ce qui semble inquiéter, en particulier, c’est la coexistence de manifestants dits pacifiques avec des manifestants plus hostiles ainsi que les logiques de « contagion » susceptibles d’en découler. Un autre risque identifié est que les actes de répression engagés pour neutraliser les individus les plus offensifs ne touchent indistinctement l’ensemble des manifestants, amenant des personnes a priori non hostiles aux forces de l’ordre à se sentir injustement attaquées et donc à considérer l’action de celles-ci comme tout à fait illégitime. Comme l’a théorisé Stephen Reicher il y a plus d’une trentaine d’années, le sentiment d’injustice est un puissant moteur pour déclencher des actes d’affrontement lorsque l’on considère que l’action de la police est disproportionnée ou non justifiée (Reicher, 1984 ; Drury et Reicher, 1999). La répression indifférenciée des forces de l’ordre peut alors avoir un impact négatif sur la foule en « créant une solidarité entre ceux qui manifestent sans intention malveillante et ceux qui ont l’intention d’en découdre » (Fillieule, Viot et Descloux, 2016 : 303). Ces travaux sur la psychologie des foules conduits par Reicher ont donné lieu à l’émergence d’une nouvelle approche du maintien de l’ordre développée à l’échelle européenne par des pays tels que le Danemark, les Pays-Bas, l’Allemagne ou la Suisse romande. Celle-ci est fondée sur des principes de renseignement avant la manifestation, pour mieux connaître les groupes protestataires, de facilitation du déroulement de l’événement pour les groupes non violents, de communication avant et pendant la manifestation pour rendre intelligible l’action de la police et de différenciation entre les groupes violents et non violents. Alors que la France était au départ restée plutôt à l’écart de ces nouvelles approches (Fillieule et Jobard, 2018), le SNMO montre que ces principes guident largement les réorganisations en cours. On peut considérer que la place accrue accordée à cette nouvelle psychologie des foules constitue une tentative de réintroduire de la rationalité, de la compréhension et de l’intelligibilité dans les situations pour lutter contre la propagation des affects. À titre d’exemple, on lit dans ce schéma la mise en place de dispositifs de liaison et d’information lors des manifestations, via la création d’équipes spécifiques (ELI) qui circuleront dans les cortèges pour expliciter les actions engagées par les forces de l’ordre. Toutefois, cette innovation ne semble pas emporter l’adhésion massive des acteurs de terrain :

Cela suppose que les manifestants soient ouverts au dialogue, ce qui n’est pas le cas de tous. Il y a des gens dans les cortèges qui ne reconnaissent même pas la légitimité de l’État, alors comment parler avec eux ? Et puis les agents des ELI seront très exposés, ils risquent d’être pris pour cible. (Entretien avec un membre de la BAC.)

  • 14 Au moment où nous écrivons cet article, cette disposition fait encore débat.
  • 15 Voir SNMO, article 3.1.4 : « Sans préjudice du non-enfermement des manifestants, condition de la d (...)

26Nous pouvons également noter que, dans la version initiale du SNMO14, la technique de la nasse, qui a régulièrement fait l’objet de polémiques, reste d’actualité lorsque cela est jugé nécessaire15. Si l’on reprend la définition du Défenseur des droits, il s’agit d’une technique qui :

consiste à priver plusieurs personnes de leur liberté de se mouvoir au sein d’une manifestation ou à proximité immédiate de celle-ci, au moyen d’un encerclement par les forces de l’ordre qui vise à les empêcher de se rendre ou de sortir du périmètre ainsi défini16.

27La nasse a ainsi pour objectif de faciliter l’action des forces de l’ordre, elle répond à des enjeux tactiques de maîtrise de l’espace et de contrôle de la trajectoire des groupes manifestants :

En cas d’attroupement, il y a la volonté de concentrer les personnes sur un point pour éviter la dissémination. Mais, nous-mêmes, on ne sait pas toujours où est la sortie. Il n’y a pas de communication. La nasse permet de casser la mobilité de l’adversaire, ce dispositif se comprend d’un point de vue tactique, mais le risque est un emploi démesuré de la force. L’objectif est de concentrer les opposants pour éviter qu’ils ne se dispersent en plusieurs endroits et qu’ils ne créent de multiples foyers de désordre. La complexité est d’identifier ce qu’on fait, de délimiter les objectifs, les circonstances et l’effet sur les opposants. Ces quatre paramètres sont très difficiles à cerner. (Entretien avec un ancien CRS.)

  • 17 Pour une approche sensible du vécu subjectif de la violence émeutière et de son expérience charnel (...)

28Ce commentaire illustre bien à la fois les objectifs et les effets potentiellement contre-productifs de cette technique dont l’efficacité se mesure sur le court terme. En effet, les manifestants nassés restent sous contrôle et ne s’éparpillent pas en plusieurs secteurs, ce qui facilite leur encadrement et l’action des forces de l’ordre. Toutefois, ce procédé peut donner lieu, pour ceux qui le subissent, à de la peur, de la colère ou de la tension, notamment en cas de nasse prolongée pendant plusieurs heures, de dispositif resserré ou lorsqu’il y a usage ou port d’armes pouvant blesser ou effrayer les manifestants. L’usage répété et généralisé de cette méthode peut donc se révéler risqué en raison de la défiance ou du ressentiment qu’elle peut induire contre les forces de l’ordre ou plus largement contre les autorités politiques. Ainsi la nasse immobilise les corps, mais catalyse potentiellement des émotions susceptibles d’alimenter une révolte en devenir et peut apparaître comme un choix risqué sur le long terme. Cet exemple illustre une difficulté d’ordre stratégique à penser les effets produits par les techniques de maintien de l’ordre sur les représentations, les émotions, les sentiments et leur impact sur les dynamiques de mobilisation et les modalités d’action des manifestants17.

Conclusion

29Nous avons choisi de mettre l’accent sur les émotions et les affects pour interroger les effets des rationalisations qui s’appliquent au maintien de l’ordre. Il ne s’agit pas d’essentialiser les émotions ou de réduire l’activité de maintien de l’ordre à un moment de circulation des affects, mais plutôt d’essayer de saisir leur imbrication dans l’activité « [en tant qu’]influences en elles-mêmes de l’action et de l’interaction sociale » (Bernard, 2015 : 1). Cet angle d’analyse a vocation à soutenir la compréhension de l’agir dans le cours de l’action et nous semble particulièrement approprié à l’examen des phénomènes de violence (Huët, 2019). Ce registre affectuel permet en effet d’examiner le phénomène des violences policières à partir d’une approche complémentaire aux travaux existants qui s’appuient sur un profilage sociologique de leurs auteurs ou victimes (Jobard, 2002 ; Gauthier, 2018). Nous proposons alors de nous intéresser davantage à la manière dont les émotions et les affects des membres des forces de l’ordre sont travaillés par une série de normes et de règles intériorisées sous forme de techniques, d’ethos et de cultures professionnelles, alimentant des dynamiques de refoulement, se cherchant parfois des exutoires dans les moments de conflictualité. De plus, cette grille de lecture nous amène à réarticuler la dimension événementielle du maintien de l’ordre à la formation de logiques d’action ou à la construction de dynamiques de mobilisation et d’engagement se déployant sur des temporalités plus longues. L’idée est d’essayer de comprendre comment l’activité de maintien de l’ordre imprègne les corps, les affects et les mémoires, dans une dimension à la fois concrète et symbolique. Il s’agit là de s’inscrire dans l’étude contemporaine des formes de gouvernementalité en appréhendant le pouvoir et les institutions en tant que pratiques (Foucault, 2001) et en interrogeant leur capacité à se saisir de leurs propres effets. Cette approche permet d’examiner comment le pouvoir traite les émotions, façonne les représentations, pour gérer les formes de contestation, au risque peut-être de se rendre aveugle au devenir violent que peuvent produire ses tentatives de maîtrise des formes d’opposition auquel il fait face. Ce cheminement nous amène à la rencontre d’un sujet policier ou gendarme parfois saturé par sa position d’interface. Agent du pouvoir dans sa mission de rétablissement de l’ordre, il est en quête de reconnaissance pour l’accomplissement de ces tâches considérées comme nécessaires à la pérennité de notre forme de vie en société. Or, son intervention sur le terrain le place face aux manifestations concrètes d’un modèle démocratique qui se fissure. Il se voit alors devenir l’exutoire des colères des opposants en quête de moments de défoulement face à une insatisfaction croissante. Il devient parfois la cible de dépenses d’énergie cathartiques, de la part d’une partie de la population qui n’arrive pas à faire entendre sa voix face à des puissances politiques et économiques qui s’attachent à évacuer toute idée de changement (Huët, 2021). Nous observons alors une phase d’ascension de la violence. En réponse à l’essor des formes de protestation ou des quêtes de transformation, les choix stratégiques et politiques faits en matière de maintien de l’ordre laissent apparaître un accroissement de moyens répressifs (augmentation de l’usage des armes intermédiaires, techniques d’encadrement des manifestants via la pratique de la nasse, etc.) : une stratégie risquée. Au lieu des effets de dissuasion escomptés, cela peut alimenter une gradation des colères et une escalade de la violence, comme en témoignent par exemple l’usage croissant de mortiers, d’armes par destination en manifestation ou encore les attaques ciblées contre des commissariats ou des policiers. Dès lors, la posture qui est la nôtre consiste à essayer d’approcher cette expérience de la violence dans le moment de sa survenue, pour la rapporter ensuite aux phénomènes contemporains de l’exercice du pouvoir. Cette posture « ne consiste ni à s’émouvoir davantage (comme dans une certaine conception – romantique – de l’art), ni à savoir plus (comme dans une conception canonique de la science), mais à regarder et à écouter autrement, à être attentif à des situations formées de minuscules événements, à prendre le temps de s’attarder afin de parvenir à la forme la plus précise possible » (Laplantine, 2013 : 8). Autrement dit, il s’agit de revendiquer la pratique d’une science qui tâtonne en essayant de restituer le caractère fluctuant et volatile du cours de l’expérience et du réel.

Haut de page

Bibliographie

Akoun, André et Ansart, Pierre, 1999, Dictionnaire de sociologie, Paris, Seuil.

Bernard, Julien, 2015, « Éclairer un point aveugle », Terrains/Théories, no 2, p. 1-3.

Brodeur, Jean-Paul, 1984, « La police : mythes et réalités », Criminologie, vol. 17, no 1, p. 9-41.

Chamayou, Grégoire, 2010, Les chasses à l’homme, Paris, La Fabrique.

Collins, Randall, 2008, Violence. A Micro-Sociological Theory, Princeton, Princeton University Press.

Corbin, Alain, Courtine, Jean-Jacques et Vigarello, Georges (dir.), 2016, Histoire des émotions, t. 1, Paris, Seuil.

Drury, John et Reicher, Stephen David, 1999, « The intergroup dynamics of collective empowerment: Substantiating the social identity model of crowd behavior », Group Processes & Intergroup Relations, vol. 2, no 4, p. 381-402.

Dufresne, David, 2013 [2007], Maintien de l’ordre. Enquête, Paris, Fayard.

Favre, Pierre et Jobard, Fabien, 2020, « Maintien de l’ordre », dans Olivier Fillieule (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2e édition.

Fillieule, Olivier, 1997, Stratégies de la rue. Les manifestations en France, Paris, Presses de Sciences Po.

Fillieule, Olivier et Jobard, Fabien, 2018, « Le splendide isolement des forces françaises du maintien de l’ordre » dans Jérémie Gauthier et Fabien Jobard (dir.), Police. Questions sensibles, Paris, Puf, p. 21-35.

Fillieule, Olivier et Jobard, Fabien, 2020, Politiques du désordre. La police des manifestations en France, Paris, Seuil.

Fillieule, Olivier, Viot, Pascal et Descloux, Gilles, 2016, « Vers un modèle européen de gestion policière des foules protestataires ? », Revue française de science politique, vol. 66, p. 295-310.

Foucault, Michel, 2001, L’herméneutique du sujet. Cours au Collège de France (1981-1982), Paris, Gallimard et Seuil.

Gauthier, Jérémie, 2018, « Un art français de la violence policière » dans Jérémie Gauthier et Fabien Jobard (dir.), Police. Questions sensibles, Paris, Puf, p. 51-64.

Houte, Arnaud-Dominique, 2008, « Gendarmerie départementale et maintien de l’ordre retour sur les transformations de la violence d’état (1827-1931) », Déviance et Société, vol. 32, p. 61-74.

Huët, Romain, 2019, Le vertige de l’émeute, Paris, Puf.

Huët, Romain, 2021, « L’interpellation de l’épuisé », Revue Esprit, juin : <https://esprit.presse.fr/article/romain-huet/l-interpellation-de-l-epuise-43391>.

Jobard, Fabien, 2002, Bavures policières ? La force publique et ses usages, Paris, La Découverte.

Huët, Romain, 2013, « Préface » dans David Dufresne, Maintien de l’ordre. Enquête, Paris, Fayard, p. I-VIII.

Kretschmann, Andrea, 2021, « Les villes artificielles comme espaces de formation de l’ordre politique : l’entraînement aux scénarios apocalyptiques des polices européennes », Carnets de géographes, no 15 : <https://journals.openedition.org/cdg/7477>.

Laplantine, François, 2013, L’énergie discrète des lucioles. Anthropologie et images, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan.

Monjardet, Dominique, 1988, « Le maintien de l’ordre : technique et idéologies professionnelles des C.R.S », Déviance et société, vol. 12, no 2, p. 101-126.

Monjardet, Dominique, 1994, « La culture professionnelle des policiers », Revue française de sociologie, vol. 35, no 3, p. 393-411.

Reicher, Stephen David, 1984, « The St. Paul’s riot: An explanation of the limits of crowd action in terms of a social identity model », European Journal of Social Psychology, vol. 14, p. 1-21.

Rocher, Paul, 2020, Gazer, mutiler, soumettre. Politique de l’arme non létale, Paris, La Fabrique.

Sommier, Isabelle, 2010, « Les états affectifs ou la dimension affectuelle des mouvements sociaux », dans Olivier Fillieule, Éric Agrikoliansky et Isabelle Sommier (dir.) Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte, p. 185-202.

Waddington, Peter Anthony James, 1991, The Strong Arm of the Law: Armed and Public Order Policing, Oxford, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 <https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/06/23/brutalites-commises-par-la-police-dans-un-burger-king-4-crs-presentes-a-un-juge-d-instruction_6043901_1653578.html>.

2 <https://www.youtube.com/watch?v=alIsraHktrI> (voir à partir de 33’09’’).

3 Voir la vidéo suivante : <https://www.youtube.com/watch?v=649toUuqz7Y>.

4 <https://www.europe1.fr/societe/gilets-jaunes-lun-des-gendarmes-agresses-par-un-boxeur-temoigne-je-nai-jamais-vecu-ca-3834257>.

5 <https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/rationalisation/66645>.

6 Les personnes interrogées sont tous des hommes. Pour des raisons de confidentialité, seul le corps auquel elles appartiennent est mentionné lorsque leurs propos seront cités.

7 Les CRS, autres professionnels du maintien de l’ordre, n’existaient pas encore à l’époque. Leur création date de 1944.

8 Le récent Schéma national du maintien de l’ordre (SNMO) prévoit davantage de formations à destination de ces personnels.

9 Pour une analyse détaillée sur ce sujet, voir l’article d’Aurélien Restelli dans Carnets de géographes, « Avant la manif. L’aménagement préventif de l’espace manifestant » : <https://journals.openedition.org/cdg/7477>.

10 L’habilitation à l’usage du lanceur de balles de défense (LBD) s’obtient sous réserve d’effectuer cinq tirs d’entraînement tous les trois ans ; les conditions d’entraînement étant différentes de la situation réelle. Pour les détails chiffrés du recours à cet équipement entre les différents corps professionnels, voir Fillieule et Jobard (2020 : 193).

11 Document accessible en ligne : <https://www.interieur.gouv.fr/actualites/communiques/mise-a-jour-du-schema-national-du-maintien-de-lordre-snmo>.

12 Document accessible en ligne : <https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Livre-blanc-de-la-securite-interieure>.

13 Voir le rapport de l’ONU : <https://news.un.org/fr/story/2019/02/1036341>, de l’ONG ACAT : <https://www.acatfrance.fr/rapport/lordre-a-quel-prix> ou du Défenseur des droits : <https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/communique-de-presse/2020/07/maintien-de-lordre-les-recommandations-generales-du-defenseur-des>.

14 Au moment où nous écrivons cet article, cette disposition fait encore débat.

15 Voir SNMO, article 3.1.4 : « Sans préjudice du non-enfermement des manifestants, condition de la dispersion, il peut être utile, sur le temps juste nécessaire, d’encercler un groupe de manifestants aux fins de contrôle, d’interpellation ou de prévention d’une poursuite des troubles. Dans ces situations, il est systématiquement laissé un point de sortie contrôlé aux personnes. »

16 <https://www.ldh-france.org/wp-content/uploads/2019/04/Nasse-PARTIE-I-Typologie.pdf>.

17 Pour une approche sensible du vécu subjectif de la violence émeutière et de son expérience charnelle, voir Huët (2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Creully, « Des rangements disciplinaires à l’expérience de la conflictualité »Socio, 16 | 2022, 119-138.

Référence électronique

Élise Creully, « Des rangements disciplinaires à l’expérience de la conflictualité »Socio [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 03 mars 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/socio/12144 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.12144

Haut de page

Auteur

Élise Creully

Élise Creully est doctorante en sciences de l’information communication à l’université Rennes 2 et ingénieure d’études pour le programme de recherche ANR « Ethnographie des guérillas et des émeutes. Formations subjectives, émotions et expérience sensible de la violence en train de se faire », dirigé par Romain Huët (<https://anr.fr/Projet-ANR-18-CE39-0011>). Ses recherches portent sur l’agir des forces de l’ordre en contexte d’émeutes.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search