Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Mouvements démocratiques et régim...

Mouvements démocratiques et régimes autoritaires, une comparaison entre la Chine et l’Iran contemporains

Farhad Khosrokhavar, Lun Zhang et Michel Wieviorka
p. 173-192

Texte intégral

1En Chine, en Iran, un régime autoritaire se heurte aujourd’hui, comme en d’autres temps, à des contestations qui méritent examen : y a-t-il, au-delà de différences qu’il convient d’expliciter, des logiques et des évolutions dessinant une certaine unité dans les mouvements d’opposition que l’on peut observer au sein de ces deux immenses pays ? Pour en débattre, Michel Wieviorka a invité deux sociologues connaisseurs des sociétés et des régimes en question, Farhad Khosrokhavar et Zhang Lun. Régis Meyran a assuré la transcription de cet entretien croisé qui a été conduit le 12 janvier 2023.

2Michel Wieviorka (MW) : Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

3Farhad Khosrokhavar (FK) : Je suis directeur d’études de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à la retraite. J’ai fait ma thèse de sociologie sous la direction d’Alain Touraine, dans les années 1970, ensuite je suis parti en Iran où je suis resté une quinzaine d’années, et à mon retour en France, j’ai intégré le Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (le CADIS), j’ai alors pu pénétrer dans l’enceinte sacrée de l’EHESS avec l’aide d’Alain Touraine, de Michel Wieviorka et de quelques autres. J’ai travaillé sur la révolution iranienne, que j’avais vécue sur place et qui a été l’objet de mon doctorat d’État ; j’ai notamment publié un livre avec Paul Vieille, Le discours populaire de la révolution iranienne (Vieille et Khosrokhavar, 1990). J’ai ensuite travaillé sur l’islam en Europe, particulièrement en France, sur le « foulard », conduisant une recherche avec Françoise Gaspard, sur l’islam et par la suite j’ai travaillé sur la prison, ainsi que sur le djihadisme en Europe. Je me suis également intéressé à la philosophie des sciences sociales (Khosrokhavar, 1999 ; Khosrokhavar et Wieviorka, 2017). J’ai aussi publié en 2009 les résultats d’une étude de terrain sur la jeunesse iranienne dans la ville sainte de Qom (Khosrokhavar, 2009).

4Lun Zhang (LZ) : Je suis professeur de civilisation chinoise à l’université CY Cergy-Paris, membre du laboratoire Agora ; je suis chargé du programme « Modernité et transition en Chine » à la Fondation Maison des sciences de l’homme. Mon intérêt principal réside dans la question de la modernité chinoise, ce qui ne concerne pas seulement la transition post-communiste mais toutes les transitions d’une vieille civilisation vers sa modernité. En Chine dans les années 1980, j’ai fait des études d’économie, puis je me suis tourné, alors étudiant à Pékin, vers les problèmes sociaux du pays. La sociologie venait d’être réhabilitée par le pouvoir en place, alors que se formait une nouvelle génération de sociologues. En tant que jeune expert en économie et en politique, bien que non-membre du parti – le pouvoir était à cette époque très ouvert vers la société civile –, j’ai participé aux activités des groupes qui esquissent des projets officiels de réformes politiques et économiques. J’ai intégré également un groupe de démocrates qui entendaient développer la société civile. Cela m’a amené à occuper le poste de responsable de la sécurité du mouvement de la place Tian’anmen en 1989. C’est pour cette raison que j’ai dû par la suite quitter la Chine, clandestinement. J’ai eu le choix entre les États-Unis et la France, et j’ai choisi la France, pour rejoindre le mouvement d’opposition chinois d’outre-mer dont la base principale était Paris à l’époque, en raison aussi de mon intérêt pour la construction européenne et la transition postcommuniste dans l’Est. J’ai commencé à apprendre le français et j’ai soutenu par la suite un doctorat de sociologie sous la direction d’Alain Touraine.

5MW : L’un comme l’autre, vous vivez en France, mais vous avez une connaissance vécue des deux pays qui nous intéressent aujourd’hui, l’Iran et la Chine. Farhad a une expérience forte de la révolution iranienne et du régime qui a suivi celle-ci ; Lun a celle d’une tentative démocratique en Chine, qui a été brisée nette en 1989. Que s’est-il passé dans ces deux pays, du point de vue des mouvements de contestation ?

6FK : Depuis la révolution de 1979, l’histoire de l’Iran est jalonnée de nombreux mouvements sociaux. La révolution de 1979 était au départ un mouvement non religieux, c’est devenu par la suite un mouvement théocratique, avec l’instauration d’un régime islamique dirigé par un vieux dignitaire religieux, l’ayatollah Khomeini. Ce mouvement devient alors un anti-mouvement social, par l’inversion des thématiques qui, au début, animaient la protestation collective contre le régime despotique du chah.

7En effet, le régime qui s’est instauré est de loin plus répressif, idéologique et totalitaire que celui du chah. Pour en arriver là, il a fallu plusieurs décennies. Jusqu’en 2009, le régime a connu des hésitations, et des mouvements sociaux ont pu exister, notamment avec le mouvement étudiant, qui à l’époque du chah était marxiste, voire communiste avec des tendances gauchistes, importées d’Occident et d’Amérique latine – la figure de Che Guevara y a joué un rôle important. Ce mouvement était aussi constitué d’une autre tendance, islamiste, rejoignant la première, puisque l’Iran a inventé l’islamisme radical dans un sens nouveau. Cet islamisme radical puisait dans les thématiques du fascisme occidental et d’extrême gauche, notamment avec la figure de Shariati. Et, de fait, beaucoup d’idéologues à l’origine de ce mouvement avaient séjourné en Occident. Ainsi, l’idéologue le plus important de ce mouvement, Ali Shariati, qui avait vécu en France et y avait fait une thèse de doctorat, voulait concilier les travaux de l’islamologue Louis Massignon avec la tradition révolutionnaire, avec des références à Mahomet, à Sartre et à Bouddha. Il a imaginé un islam unitaire, unifiant toutes les classes sociales dans une société sans classe. Il mélangeait ainsi l’islam et le marxisme, de façon purement mythologique mais qui enthousiasmait la jeunesse avide de synthèses rapides entre islam (identité autochtone) et r évolution (ouverture à l’universel). Shariati a eu une grande influence en Iran, en combinant une modernité fictive avec un passé immémorial. Par ailleurs, ce mouvement rejoignait en partie le mouvement libertaire latino-américain dans sa volonté de lier religion et révolution.

8L’ayatollah Khomeini qui a pris le pouvoir en 1979 et a instauré une théocratie islamique n’était pas révolutionnaire à proprement parler, mais visait à instaurer un pouvoir religieux totalitaire et pour cela, juste avant son décès, il a ordonné la mise à mort de plusieurs de détenus politiques (3 900 répertoriés), pour la plupart des moudjahiddines du peuple, groupe d’extrême gauche islamique, en 1988.

9À partir de 2009, quand un président réformateur Seyyed Mohammad Khatami prend le pouvoir en Iran, on a pu penser que le régime pouvait basculer vers la démocratie. Pourtant, cela ne s’est pas produit : l’inverse est au contraire advenu, avec la répression féroce d’un important mouvement étudiant en 1997, une quinzaine d’années après la révolution.

10MW : Que voulaient les étudiants en 1997 ?

11FK : Les étudiants voulaient rompre avec leur passé marxiste et obtenir l’autonomie de l’individu au sein d’un régime politique qui se rapprochait de la démocratie teintée d’islam comme mode de légitimation du pouvoir. Ce mouvement a été fort parmi eux mais n’a pas « pris » dans la société, dans la mesure où il a été réprimé durement par le régime. Ensuite on a assisté à l’émergence du « Mouvement vert » (2009), à la suite de l’élection frauduleuse de Mahmoud Ahmadinejad face au candidat Mir Hossein Moussavi qui prônait l’ouverture politique du régime au pluralisme. Des millions de personnes sont descendues dans la rue, avec beaucoup de jeunes et d’étudiants, à une époque où les universités s’étaient développées – c’est là un effet paradoxal du régime islamique qui a fait passer le nombre d’étudiants dans le pays de 300 000 à 4 millions ! Or, c’est dans les universités qu’est née une idée d’autonomie des individus, en rupture avec la théocratie.

12MW : Que signifie l’expression « mouvement vert » ?

13FK : Le qualificatif « vert » ne fait référence ni à l’écologie, ni à l’islam, il est plutôt dû au hasard : dans un débat télévisé opposant plusieurs groupes, le défenseur des réformateurs a en effet arboré la couleur verte. On est alors en 2009, et c’est la première fois que l’on voit un mouvement où des jeunes hommes et des jeunes filles militent côte à côte. C’est un véritable moment de rupture. La société est en transition à cette époque avec une nouvelle génération qui ne se passionne plus pour le martyre mais pour la vie Ici-bas. Le chah avait imposé d’en haut des réformes, perçues par une immense partie de la population comme une violence culturelle, sociale et politique ; trente ans après la révolution, les jeunes générations ont totalement rompu avec le passé. Auparavant, le thème politique principal, au cœur de l’idéologie de la révolution islamique, était l’idéal politico-religieux du martyr. Il s’agissait d’un mythe politique, dans lequel le sacrifice de soi contribuait à l’avènement d’une société harmonieuse, pour certains (les partisans de la révolution) sans classes, pour d’autres (pour la période du chah) sécularisée. L’idéologie du martyr revêtait une dimension mortifère : désespéré de pouvoir créer le monde, le martyr meurt pour embrasser la félicité promise dans l’Au-delà. Le martyr revêtait en fait une multiplicité de significations – depuis le sacrifice pour la communauté jusqu’à sa dimension mortifère, que je nomme la « martyropathie », qui a contribué à l’avènement d’un pouvoir totalitaire.

14MW : L’année 2009 signe donc la rupture d’avec cette idéologie du martyr ?

15FK : À partir de 2009, l’idéologie du martyr disparaît et les jeunes veulent vivre dans l’autonomie politique individuelle. Mahmoud Ahmadinejad, alors candidat populiste contre Mir Hossein Moussavi, est élu frauduleusement en trafiquant les votes. À ce moment, le slogan de la contestation parmi les jeunes devient : « Où est mon vote ? » Pour la première fois, le thème de la dignité du citoyen (karamat en persan) devient fondamental. Cela se passe un an et demi avant la révolution tunisienne. Ce thème iranien de la dignité du citoyen se retrouvera ensuite dans les autres révolutions arabes, notamment avec celui de la non-violence.

16MW : Peut-on comparer avec la Chine ? Que s’est-il passé après les événements de la place Tian’anmen dans les années 1980 ?

17LZ : Je ferai une remarque préalable. En 2008, j’ai rencontré un Iranien dans une réunion d’ONG en Thaïlande, qui soutenait que le mouvement social chinois devait s’inspirer de celui de l’Iran. Pour moi il se trompait de période. En effet, en Chine, la révolution communiste ressemble un peu à la révolution iranienne. Auparavant, le pays était aux mains du Kuomintang, un régime autoritaire et nationaliste dans une période marquée à la fois par une modernisation réussie et par les phases chaotiques des guerres successives, civile puis contre les envahisseurs japonais, qui générait de grandes inégalités et une grande misère. Le Parti communiste a profité de cette situation et a suscité de nombreux espoirs. Il y a eu un enthousiasme de la part de certains intellectuels pour le mythe d’une société sans classes et exemplaire sur le plan moral – avec l’idée d’un paradis terrestre à construire, mais aussi pour certains autres libéraux de voir une démocratie libérale en Chine.

18Ces espoirs se sont écroulés avec la campagne anti-droitiste (1957) et le Grand Bond en avant (1958-1960), avec pour conséquences des dizaines de millions de morts, la corruption, la privation des libertés individuelles et la misère populaire qui s’installent. Après une période de relative accalmie où quelques critiques de Mao Zedong émergent, ce dernier lance une contre-attaque qui sera l’apogée de sa politique radicale, avec la Révolution culturelle (1966-1976), un mouvement d’une violence extrême vis-à-vis du peuple, qui lui permet d’éliminer des concurrents comme Liu Shaoqi et Lin Biao. Cette période se termine avec la mort de Mao en 1976. En 1978, on assiste au retour des vétérans de la révolution communiste, écartés par Mao, comme Deng Xiaoping, qui lancent une politique de réformes et d’ouverture. La réforme se fait alors par le haut, mais aussi par le bas : la société civile, notamment dans les campagnes où les paysans se redistribuent les terres, organise sa propre contre-attaque. En parallèle, le régime qui accepte les réformes venues d’en bas tient un discours de modernisation économique, en particulier dans l’armée, la technologie et l’industrie.

  • 1 Ce mouvement est né en 1979 autour d’un mur de briques longeant la rue Xidan dans le centre de Pék (...)

19À ce moment-là, les jeunes démocrates veulent moderniser le pays : ce sont d’anciens Gardes rouges, exilés par Mao dans les campagnes, où ils ont pris contact avec le peuple et la réalité, et ont réalisé les mensonges de l’idéologie du Parti communiste chinois. Ils n’étaient pas dans l’idéologie du martyr, comme en Iran, mais on pouvait noter toutefois un état d’esprit similaire, quasi-religieux pendant la phase la plus radicale de la Révolution culturelle : ils étaient alors prêts à se sacrifier pour le grand timonier Mao et la société idéale. Mais ensuite, désillusionnés, ils réforment leur idéalisme en faveur désormais d’une reconnaissance de l’individu et d’une vie « profane » normale, et élaborent des critiques du régime. Survient alors le mouvement du « mur de la démocratie1 » à Pékin en 1979.

20Dès lors, il faut tenir compte de la dimension d’ouverture que connaît la Chine dans les années 1980 et également du contexte mondial : 1979, c’est la révolution en Iran ; 1986, c’est la révolution aux Philippines ; à partir de 1985, c’est la perestroïka en URSS ; les années 1980 voient enfin le début de la démocratisation en Corée du Sud. Tous ces événements influencent la Chine à travers les informations et les images reçues de l’étranger. Nourrie de la critique de la Révolution culturelle et des exemples étrangers, une nouvelle génération d’intellectuels s’intéresse à la liberté et à la démocratie ; elle traduit des auteurs occidentaux (Sartre pour la France, par exemple). C’est le cas des jeunes étudiants arrivant à l’université, comme moi. On est là dans une période de lune de miel avec l’Occident et d’affirmation contre l’URSS par un jeu géopolitique, alors qu’on n’est pas encore sorti de la Guerre froide. Tous les ans, des manifestations étudiantes surviennent, pour toutes sortes de raisons : critiques de la corruption, des inégalités ou même de problèmes à la cantine universitaire ! Cela prépare en quelque sorte le terrain pour 1989.

21En définitive, pour revenir à la question de la comparaison avec l’Iran, il y a eu une période postrévolutionnaire de « désenchantement » vis-à-vis du régime et de son idéologie, bien plus tôt qu’en Iran et une période de réforme en Chine dans laquelle le régime s’oblige à exploiter d’autres ressources pour se redonner une légitimité. Il me semble que cela n’est pas le cas en Iran, ce processus est amorcé sur le plan social mais pas encore sur le plan politique.

22MW : Et que se passe-t-il en 1989 ?

23LZ : En 1989, les réformes sont bloquées, le peuple est soucieux de l’inflation et de la corruption. C’est alors que se déclenche le mouvement de contestation, cristallisant tous les mécontentements du moment. Il vise à continuer la modernisation du pays avec le souhait de la compléter par un État de droit et une démocratisation politique progressive. Après la répression du mouvement, une reconfiguration de forces politiques au sein du pouvoir a eu lieu, l’ancienne structure entre deux camps, réformateurs et conservateurs, disparaît ; à la place, formant un bloc, tout le corps dirigeant est désormais « réformateur » et a conscience des nécessités de réforme économique, mais, dans le même temps, il devient conservateur sur le plan politique. C’est donc l’apparition de ce que l’on peut appeler le « modèle chinois » : ouverture à l’économie de marché (les citoyens sont encouragés à la libre entreprise et à gagner de l’argent), fermeture en termes politiques. Grâce à la croissance économique, le régime espère acheter la paix sociale. Malgré sa réussite, ce modèle engendre aussi des problèmes comme la corruption, les inégalités sociales, la destruction de l’environnement, etc. dont nous constatons de plus en plus la gravité de nos jours. En ce sens, les revendications de 1989 en matière de liberté individuelle et d’indépendance de la justice ou de la presse restent toujours d’actualité.

24MW : Donc, depuis les années 1980, les deux histoires sont différentes : en Chine, on libère l’économie mais pas la politique ; ce n’est pas ce qui se passe en Iran.

25FK : Entre la Chine et l’Iran, à ce moment-là, il y a toutefois un point commun : l’autoritarisme, voire le totalitarisme. Cependant, en Chine, la fermeture du politique est concomitante au développement économique ; et, du reste, le pays devient la deuxième puissance économique du monde. Il est vrai que le régime produit des disparités grandissantes entre les classes sociales, avec une caste de milliardaires qui apparaît et se permet tous les excès. Pourtant on note malgré tout l’apparition indéniable d’une importante nouvelle classe moyenne, qui semble accepter la fermeture politique au nom de l’essor économique.

26En Iran, la situation est exactement inverse : sous le règne du chah, s’était constituée une classe moyenne très prospère. Or, plus celle-ci se renforçait, plus le chah fermait le système politique. Le régime islamique s’est donc trouvé dans une contradiction insurmontable : il voulait faire prospérer une classe moyenne nouvelle et bien éduquée – le nombre d’étudiants en rapport avec la population totale est alors l’un des plus élevés au monde –, alors qu’à l’inverse, il imposait une plus grande fermeture politique que sous le chah, ce qui a mené in fine à la destruction des classes moyennes par leur appauvrissement. Le régime les percevait comme un obstacle à sa toute-puissance. Cet appauvrissement a été aussi favorisé par la conjoncture internationale, puisque, avec les restrictions imposées par Donald Trump en 2018, la valeur du dollar a été multipliée par plusieurs en l’espace de quelques mois en Iran. Donc, si on compare l’Iran et la Chine, on observe une convergence du point de vue de la fermeture politique, mais une divergence sur la croissance économique des classes moyennes.

27MW : Dans les deux pays, trouve-t-on des références au nationalisme comparables ?

28LZ : En Chine, dès le début du communisme, on trouve dans le discours du Parti communiste chinois (PCC) une sorte de messianisme inspiré de l’URSS, mélangé à un appel aux religions traditionnelles populaires chinoises. L’idéologie du Parti comporte aussi une dimension nationaliste qui existait déjà dans le Guomindang. C’est ce qui explique du reste l’alliance provisoire qui a pu se nouer entre le PCC et le Guomindang dans la « guerre de résistance » contre l’envahisseur japonais, durant la Seconde Guerre mondiale. Le PCC a par la suite instrumentalisé cette alliance, notamment pour gagner le pouvoir. On retrouve ce sens nationaliste à la cérémonie de la fondation du régime le 1er octobre 1949, lorsque Mao a prononcé les mots : « les Chinois désormais debout », en réaction aux humiliations infligées par l’Occident depuis l’époque moderne. Le maoïsme a donc toujours joué sur les deux registres : le messianisme révolutionnaire et le nationalisme. Mais, après 1989, le nationalisme se renforce et devient le vrai noyau idéologique du régime, alors que le messianisme communiste diminue, même s’il persiste. Ce changement apparaît en concomitance avec la modernisation et la croissance économique du pays.

29MW : le nationalisme chinois s’est vite changé en un impérialisme, ce qui n’est pas le cas de l’Iran… Les revendications chinoises sur Hong Kong ou Taïwan, et la volonté d’être un leader sur le plan international n’ont pas d’équivalent en Iran. Ne pourrait-on dire que le nationalisme en Chine, qui est aussi un discours d’opposition à l’hégémonie américaine, est enveloppé dans une idéologie impérialiste ?

30LZ : C’est en partie vrai, mais tout dépend de comment on définit l’impérialisme. Taïwan est un cas limite, puisque la Chine le considère comme partie intégrante de son territoire, et il en va de même pour Hong Kong. Mais il est vrai que le discours sur les nouvelles routes de la soie, sur le rôle de la Chine dans un nouvel ordre mondial s’inscrit dans une politique expansionniste, qui ressemble à la fois aux impérialismes d’autrefois ou, comme certains le disent de nos jours, à un néo-impérialisme. Ce retour de l’expansionnisme a surpris beaucoup d’Occidentaux, probablement influencés par certains sinologues qui ont donné une image des Chinois comme dépourvus d’une telle ambition historique et actuelle.

31MW : La poussée de ce national-impérialisme a-t-elle eu un effet sur le mouvement de lutte pour les droits humains ?

32LZ : En Chine, le discours nationaliste-impérialiste du régime s’est renforcé avec les années et convainc aussi la population. De nombreuses personnes, idéologues du Parti, ayant même jadis des opinions libérales, défendent ce modèle économique inventé par la Chine qui est susceptible d’être appliqué universellement : il représente une fierté nationaliste qui s’étend dans certaines couches de la population et a été largement façonné et encouragé par le pouvoir. Mais dans le même temps s’est développé un discours de critique des inégalités – les gens trouvent inacceptable qu’aujourd’hui, dans un pays qui est la deuxième économie mondiale, six cents millions de personnes vivent avec 1 000 yuans par mois, soit 140 euros et n’ont pas une couverture médicale. La volonté de lutter contre ces inégalités et contre la corruption est très présente dans le mouvement de lutte pour les droits humains, en parallèle avec la critique du manque de libertés. Ainsi, le patriotisme et la lutte pour les droits humains peuvent se combiner aisément dans les mouvements de contestation. Au moment où ce nationalisme-impérialisme du régime devient la source principale de la légitimité du pouvoir, on constate aussi l’apparition d’une critique à l’encontre de ce nationaliste-impérialisme au nom de l’amour pour la patrie, du peuple, mais aussi des valeurs universelles.

33MW : En Iran, en revanche, la contestation ne peut pas venir de gens qui ont des opinions nationalistes ?

34FK : Après la révolution de 1979, le thème de la nation a été banni pendant plusieurs décennies. Le régime du chah était fondé sur un nationalisme mythique, il faisait remonter la nation à l’empire des Achéménides, à Cyrus et Darius. Ce mythe dessine en arrière-plan l’idée d’un empire, mais celui-ci ne pouvait pas se reproduire compte tenu de la situation politique et économique du pays. Avec la révolution de 1979, c’est plutôt l’idée d’un universalisme islamique qui s’impose : les dirigeants ne parlent plus au nom de l’Iran mais en celui de l’islam. Cela pose alors certains problèmes. D’abord, l’Iran est chiite, un courant qui représente seulement 10 % des musulmans dans le monde : la dichotomie entre sunnite et chiite se renforce donc au moment de la révolution, malgré la prétention de celle-ci à l’universalisme et malgré son influence indéniable dans la contestation des régimes sunnites du monde arabo-musulman. Dès lors, même si le pays tente de créer des conditions révolutionnaires dans d’autres pays musulmans, les visées hégémoniques de l’Iran ont été limitées par ce schisme : il n’y a bien qu’au sud-Liban ou en Irak, lieux chiites, que l’Iran a réussi à susciter des mouvements islamiques ; en Syrie, l’alliance avec le régime Assad (le seul régime arabe à avoir soutenu l’Iran durant la guerre de 1980-1988 contre l’Irak), les houthis au Yémen et marginalement avec les Palestiniens (le Hamas), qui ont eu une attitude opportuniste en considérant que l’Iran les aiderait contre Israël.

35Par ailleurs, le régime chinois peut avoir la prétention à l’hégémonie vu l’importance de son économie. Alors que sur le plan économique, l’Iran a perdu beaucoup de poids et se trouve désormais dépendant de la Russie et de la Chine, avec qui il accepte les échanges. Il faut dire que l’impérialisme chinois et russe à l’égard de l’Iran est plus indolore du point de vue des dirigeants iraniens que l’impérialisme occidental, parce qu’il ne remet pas en cause le totalitarisme iranien. Alors que l’impérialisme occidental entend faire valoir les droits des citoyens. C’est pour cette raison que l’Iran accepte plus facilement les transactions économiques avec la Chine ou la Russie qu’avec les pays occidentaux, en plus de la mentalité des dirigeants gérontocrates qui sont anti-occidentaux selon la vision anti-impérialiste des années 1970.

36MW : Le premier mouvement important de contestation après Tian’anmen, au nom de la démocratie et des droits humains, s’est déroulé à Hong Kong en 2019-2020. Comment est vécue la contestation ailleurs en Chine ?

37LZ : Hong Kong est une ancienne colonie britannique, qui a connu la prospérité économique grâce à la liberté que les Anglais lui ont accordée sur le plan juridique, et aussi grâce à une position géostratégique particulière, puisque c’est le lieu de passage commercial vers le Japon, la Corée et Taïwan. Les habitants ont donc profité, avant la rétrocession à la Chine en 1997, d’une grande liberté, mais sans disposer de la démocratie. Il existait déjà un mouvement revendiquant cette dernière, mais avec les événements de Tian’anmen, on assiste à un véritable tournant : les habitants comprennent qu’ils vont rejoindre une Chine communiste capable de mener une telle répression. Beaucoup avaient fui le continent, et ils reprennent alors peur face au communisme chinois. Une frénésie démocratique se répand largement, avec d’immenses commémorations du mouvement de 1989 rassemblant chaque année quelque cent mille personnes.

38Après la rétrocession à la Chine, le gouvernement installé par Pékin met en place des processus de contrôle de plus en plus forts à Hong Kong. En 2014, puis en 2019, émergent alors des mouvements de liberté de grande importance, en réaction à la fermeture politique imposée par le nouveau gouvernement, mais aussi à la fermeture culturelle – le gouvernement chinois impose depuis des années des manuels et la langue, à travers lesquels il veut faire passer ses idées patriotiques. Ces mouvements sont l’apogée d’une série de protestations, qui ont émaillé les années post-rétrocession. Ces dernières visaient la préservation des libertés déjà existantes et la revendication d’une démocratie absente. Ces mouvements sont violemment réprimés, ce qui marque la fin de toute protestation libre dans cette ville. Bien que des touristes venus du continent se rendent à Hong Kong durant toutes ces années et voient par eux-mêmes la situation, le mouvement social à Hong Kong est mal compris en Chine. Cela sans doute d’une part parce que les médias chinois ne traitent pas le sujet, et d’autre part parce que le régime chinois lance alors une propagande apparentant la contestation à un mouvement indépendantiste de Hong Kong, lié aux forces étrangères hostiles à la Chine – ce qui en réalité n’est pas le cas. Une partie des masses est manipulée par cette propagande, ce qui crée une hostilité populaire sur le continent à l’encontre des manifestations à Hong Kong. Mais certains Chinois libéraux favorables à la liberté et à la démocratie en Chine ont compris l’enjeu et tenté de diffuser d’autres messages sur les mouvements à Hong Kong auprès de la population chinoise. Et récemment, avec les manifestations en période de Covid en Chine, les Chinois ordinaires de la Chine intérieure commencent à mieux comprendre ce qui se passe à Hong Kong et se trouvent une certaine sympathie envers les Hongkongais en lutte pour préserver leur liberté.

39MW : En Iran, au contraire, le mouvement de contestation n’est-il pas plus culturel que social ? Je pense notamment au livre que vous avez écrit (Khosrokhavar, 2009), sur ces jeunes qui étaient dans des formes de proto-protestation, quand ils disaient qu’ils voulaient avoir le droit d’écouter de la musique ou de regarder le football à la télévision ?

40FK : Ce qui s’est passé à Hong Kong, bien que lié à des spécificités historiques remontant au xixe siècle, se produit également en Iran, sur une vaste échelle : un mouvement revendique la liberté et s’oppose à un régime qui bannit à la fois les libertés politiques, mais encore la joie de vivre. Cela illustre une rupture entre la nouvelle génération et les anciennes : les jeunes veulent « vivre leur vie », et réclament de pouvoir jouir des plaisirs de l’existence, ce qui est en opposition avec l’idéologie du martyr, du sacrifice de soi pour l’islam. Les gens veulent pouvoir danser, chanter, faire la fête, se mêler entre garçons et filles, boire de l’alcool… Ce qui fait la force de ce mouvement est donc la conjonction entre l’affirmation d’une liberté existentielle sur le plan individuel et la revendication d’une liberté politique sur le plan collectif. Alors qu’en Chine, la fête n’a jamais été interdite à ma connaissance !

41LZ : C’est là un point essentiel, en effet. Au début des années 1980, il existait encore un contrôle sur les modes de vie, sur la façon de se vêtir des jeunes filles par exemple. Je pense aussi à la « campagne antipollution spirituelle » de 1983 punissant les jeunes qui écoutaient de la musique occidentale, taïwanaise et hongkongaise. Mais dans le courant de cette décennie et de la suivante, les vieux puritains maoïstes ont été balayés, et après 1989 les gens ont pu faire ce qu’ils voulaient sur le plan individuel, tant qu’ils ne se mêlaient pas de politique. Cette liberté fait partie du compromis entre la société et l’État après la répression sanglante menée par celui-ci contre le mouvement, autrement dit, grâce au sacrifice de Tian'anmen, la société a gagné un espace de liberté plus grand, ménagé par un pouvoir secoué par le mouvement. Cet espace est une condition indispensable pour le développement économique de l’après Tian'anmen.

42MW : Nous avons affaire ici à un étonnant paradoxe : le totalitarisme en Chine ne se mêle pas de la vie culturelle des personnes, avec des limites, bien sûr, notamment sur le nombre d’enfants maximum autorisé par famille. En comparaison, le totalitarisme des mollahs est encore plus « total », si l’on peut dire…

43LZ : C’est pourquoi je crois qu’il a existé une « transition post-totalitaire » chinoise depuis les années 1980, et, de ce point de vue, l’année 1989 n’a pas été inutile. Mais, aujourd’hui, avec Xi Jinping, la Chine est confrontée à une nouvelle tentative totalitaire : désormais, le pouvoir s’immisce à nouveau dans la vie personnelle des individus. La liberté gagnée en 1989 est à nouveau menacée.

44MW : En Chine, on a beaucoup commenté le contrôle social que subissent aujourd’hui les individus : il faut être un bon citoyen, et, par exemple, traverser la rue uniquement quand on a le droit, car sinon on est mal noté socialement et cela peut attirer des ennuis. Les personnes sont soumises en permanence à un ordre avant tout lié à la conduite sociale. En Iran, il s’agit de se soumettre à des valeurs…

45FK : Absolument, mais ces valeurs sont en réalité en décalage avec le quotidien des jeunes. Cela s’explique par l’importance, pour les jeunes générations, de trois choses : d’abord Internet ; ensuite la diaspora – entre 3 et 5 millions d’Iraniens vivent en Occident, au Canada, aux États-Unis et un peu en Europe – ; enfin la permanence d’une forme de sécularisation advenue sous le chah et qui s’est perpétuée dans les classes moyennes et s’est étendue à la jeunesse iranienne de toutes les classes, en partie en réaction à une théocratie islamique qui n’a amené que pauvreté et rupture avec le monde. Ces trois phénomènes ont fait que le discours de l’individu sacrificiel, pour qui le monde est une vallée de larmes où il ne faut pas prendre de plaisir mais œuvrer pour Dieu, est aujourd’hui totalement discrédité : les jeunes ne le comprennent plus. Il s’ensuit que la police des mœurs qui a eu pour tâche de réprimer les formes d’expression de soi non islamiques a l’impression de prêcher dans le désert. Désormais en Iran, la rupture n’est pas seulement politique et économique, elle est surtout culturelle et anthropologique, et elle s’exprime très nettement dans les mouvements sociaux dont le dernier en date, celui qui a débuté en septembre 2022, a eu une double réclamation qu’ont exprimée les deux slogans majeurs : « Femmes, liberté, vie » et « À bas la dictature ». Les jeunes, et surtout les jeunes femmes, qui sont devenues pour la première fois des actrices sociales d’avant-garde dans un mouvement social majeur, disent maintenant : « Je veux vivre et tu ne pourras pas m’en empêcher ». Il existe dans leur discours un va-et-vient permanent entre la dimension existentielle et collective de telles revendications où la dimension existentielle de la liberté rejoint l’aspect politique. Dans le cas chinois, avant l’avènement du leader actuel, la part de liberté accordée à la vie personnelle était plus large. Je crois d’ailleurs que le néoconfucianisme a permis de remettre en cause l’ardeur révolutionnaire à la Mao, en distillant l’idée qu’il y a une sagesse à comprendre qu’autrui existe comme tel avec ses faiblesses et sa sagesse et que l’on ne saurait réprimer les mœurs au nom de la toute-puissance de l’État, contrairement à l’Iran où l’État théocratique est devenu l’État rabat-joie au nom du martyrisme et d’une mentalité endeuillée qui a rigidifié la culture chiite traditionnelle fondée sur le dolorisme. Une telle sagesse n’a pas existé en Iran.

46LZ : En Iran, il y a une continuité depuis la révolution jusqu’à maintenant. En Chine, la continuité existe depuis bien plus longtemps, depuis 1949 sur certains aspects. La Révolution culturelle exerçait un contrôle total sur les individus qui peut rappeler la révolution iranienne de 1979. Il existe pourtant aussi une certaine discontinuité, par exemple, après la Révolution culturelle et surtout avec le choc de 1989, le gouvernement, pensant à son propre intérêt, a renoncé au contrôle des individus. Mais depuis dix ans, Xi Jinping a mené une nouvelle contre-attaque totalitaire, car il a compris qu’en laissant se développer l’ouverture sur le plan culturel, il sera menacé à terme.

47MW : Aujourd’hui, en 2023, comment caractériser les mouvements contestataires dans ces deux pays ?

48LZ : Il vaut mieux que Fahrad commence à évoquer l’Iran, car tout ce qui s’y passe a des échos en Chine. Il ne faut pas sous-estimer les interactions des mouvements sociaux sur le plan international. Je vois bien, par exemple, comment, en Chine, on a pu saluer – malgré la censure – le courage des filles iraniennes qui ont récemment refusé de porter le voile.

49FK : C’est vrai que la Chine a été en avance, sauf sur un point : le mouvement actuel de revendication des libertés politiques et individuelles en Iran s’étend dans toute la société avec le mouvement de septembre 2022, à la suite de la mise à mort d’une jeune femme, Mahsa Amini, par la police des mœurs. C’est un phénomène massif dont l’ampleur ne se retrouve pas encore en Chine. Des centaines de villes se sont embrasées et ont été réprimées, même si le mouvement pâtit d’une absence de leadership et d’un manque d’organisation et de partis politiques. Il existe, bien sûr, quelques leaders locaux, mais le gouvernement empêche la formation d’une véritable opposition. À mon avis, plus de 90 % de la population voudraient participer aux protestations, mais n’en ont pas les moyens. Le seul succès de la théocratie iranienne a été de réprimer ce mouvement en tuant la population « à la syrienne » (plus de 570 morts dans les manifestations et 20 000 arrestations suivies de torture).

50En outre, ce nouveau mouvement social se réclame des droits humains, mais aussi des droits des femmes. Il s’agit là d’un féminisme distinct du féminisme occidental, qui ne se pense pas uniquement en opposition au patriarcat, mais surtout dans l’affrontement avec un État totalitaire qui impose sa version du patriarcat pour asservir aussi les hommes, la contestation féminine se faisant en complicité avec les hommes.

51LZ : En Chine, à l’époque de Mao, la politique était étroitement liée à la vie quotidienne des citoyens. Il n’y avait pas de véritable vie privée pour les individus. Cette dernière est devenue possible grâce aux réformes post-Mao. Mais la politique « zéro Covid » de Xi Jinping, très répressive dans la période de pandémie, a fabriqué à nouveau du totalitarisme en contrôlant les vies privées. Cela a été un tournant décisif. Après trente ans de libéralisation de la vie privée, la fermeture politique s’est réimposée. Xi est détesté, mais il en est à son troisième mandat et il a désormais le statut d’un empereur. Les Chinois ont eu quelque temps l’espoir qu’il s’en aille, mais ils savent maintenant qu’il restera en place toute sa vie.

52MW : En Iran, les mollahs n’ont rien lâché dans leur façon de contrôler la population et ils continuent à réprimer et à tuer. Alors qu’en Chine, le pouvoir a complètement reculé puisque, après trois ans et alors que l’épidémie était toujours en cours, il a finalement abandonné les mesures zéro Covid, à la suite de nombreuses manifestations de mécontentement de la part des citoyens… Ce changement soudain va-t-il ouvrir la porte à de nouvelles contestations culturelles et existentielles, comme c’est le cas en Iran ?

53LZ : Le régime a reculé, c’est vrai, mais ce n’est pas seulement à cause de la contestation. Il l’a fait aussi pour des raisons économiques : il n’y avait plus d’argent dans les caisses de l’État et il fallait relancer l’économie. L’assouplissement du régime est une réalité, mais la répression continue, de façon plus discrète. À mon sens, le régime ne va pas reculer. Il est très probable que les gens descendent à nouveau dans la rue un jour, mais je resterais prudent sur mon pronostic et préfère attendre pour y voir plus clair.

54MW : Mais, alors que le gouvernement annonce la fin du zéro Covid, les touristes chinois ne vont-ils pas venir en vacances en Occident et en quelque sorte profiter de la vie ? Partant, la contestation ne va-t-elle pas se calmer, ou tout au moins ne risque-t-elle pas de ne pas avoir la force qu’elle a aujourd’hui en Iran ?

55LZ : Depuis que des étudiants sont descendus dans la rue pour manifester contre le confinement en décembre 2022, les choses ont changé, c’est vrai. Mais la réalité économique actuelle qui manifestait déjà auparavant des signes de faiblesse est, à l’issue de trois ans de Covid, gravement détériorée ; sans sécurité sociale ni mesures d’aides, une grande partie de la classe moyenne n’a plus d’argent. C’est surtout cela qui explique la mansuétude actuelle du pouvoir.

56MW : Il y a donc en Chine des degrés de liberté. La société peut bouger et manifester sans que le gouvernement ne se sente menacé. Il me semble que c’est différent du cas de l’Iran, où le régime se juge mis en danger par les mouvements nouveaux de contestation donc obligé de tout contrôler : les consciences, le mode de vie, le port du foulard…

57LZ : Je partage en partie cette analyse, le pouvoir est aussi très soucieux de sa pérennité si les manifestations prennent de l’ampleur. J’insiste ici sur l’importance des difficultés économiques actuelles : la répression était acceptée en contrepartie du succès économique du pays après Tian’anmen, or aujourd’hui ce succès commence à faire défaut. Les manifestations apparaissent donc de plus en plus à mesure que l’économie stagne. Le gouvernement peut-il relancer l’économie ? S’il ne le fait pas, il pourrait se rigidifier.

58FK : Je voudrais insister sur une différence majeure entre la Chine et l’Iran. En Iran, malgré sa prétention à régir tous les pans de la société, le gouvernement ne dispose pas d’un instrument aussi puissant que celui du Parti communiste chinois. En effet, le PCC réprime la population, mais, dans le même temps, il pratique la médiation sur le plan local et noue diverses formes de dialogues avec les citoyens. En Iran, il existait une institution équivalente, que représentaient le Parlement, en partie peuplé de réformateurs, la présidence de la république de Khatami (1997-2005) et des ONG. Mais ces organismes ont été systématiquement réprimés par les conservateurs à la suite de l’élection d’Ahmadinejad en 2005 qui a mis fin à toute médiation du Parlement et des diverses organisations de la société civile. Dès lors, le mouvement de contestation actuel, bien que sans direction précise ni organisation, possède une dimension quasiment universelle dans la mesure où il rallie la quasi-totalité de la société civile contre un pouvoir qui est à l’origine de la régression économique, de la répression grandissante contre la société et de la marginalisation de l’Iran sur le plan international. En Chine, au contraire, on observe les fondements d’un mouvement à venir, mais, pour le moment, il n’est pas actif comme en Iran.

59Enfin, les demandes de libertés individuelles et existentielles se conjuguent en Iran avec la disparition du sentiment de culpabilité. En effet, le fait de se réclamer des droits humains créait dans les années 1970, comme dans de nombreux pays musulmans, une grande culpabilité, avec le sentiment qu’on trahissait sa propre identité islamique en s’occidentalisant. Cela fonctionnait comme une sorte de surmoi répressif empêchant les citoyens de manifester. Désormais, la question ne se pose plus : la jeunesse iranienne n’éprouve plus cette culpabilité, les gens n’ont plus l’impression de trahir leur culture en réclamant les droits humains, et vont même chercher des traces de droits humains dans leur propre histoire, par exemple chez Cyrus le Grand. Aujourd’hui, l’affirmation d’une nouvelle forme d’individualité, dans un rapport de neutralité bienveillante vis-à-vis de l’Occident, et non plus dans l’opposition à son égard est rendue possible.

60LZ : Au fond, aujourd’hui, les jeunes Chinoises et Chinois rejoignent en partie les jeunes Iraniennes et Iraniens dans leurs revendications. Mais il y a une différence : ils disposent plus ou moins d’une liberté individuelle. Et cette liberté individuelle les amène naturellement aux questions politiques, même si le pouvoir la réduit de plus en plus dans les années à venir. Par rapport à l’Iran, les jeunes Chinois connaissent une tendance à une nouvelle politisation, après trente ans de dépolitisation en raison de la diminution de l’espace de liberté et de l’opportunité de s’épanouir ; en Iran, s’engager dans la politique a pour but de gagner un espace de liberté individuelle ; les deux mouvements ont un objectif commun, celui de faire évoluer la politique, mais le point de départ me semble différent.

61MW : Farhad Khosrokhavar avait montré dans un article (Khosrokhavar, 2022) l’importance de la diaspora iranienne dans le mouvement social iranien. Y a-t-il une influence de la diaspora chinoise dans le mouvement en Chine ?

62LZ : La diaspora, depuis l’époque moderne de la révolution de 1911 et de la fondation de la république avec Sun Yat-sen, a toujours eu une influence importante en Chine. Aujourd’hui, elle se trouve dans une position ambiguë : elle est fière de la montée en puissance de la Chine mais éprouve de la honte face au despotisme de Xi. Elle oscille entre deux positions – la critique ou la défense de Pékin – mais garde finalement le silence. Je ne pense pas qu’elle ait aidé à construire le mouvement social en Chine.

63FK : La diaspora chinoise, me semble-t-il, est toujours imprégnée d’une fierté liée à la promotion économique de la Chine, même si elle est ambivalente parce que le gouvernement chinois dénie aux citoyens un certain nombre de libertés, comme le libre accès à Internet. Elle est, dans tous les cas, plutôt passive et, en cela, elle est en retard sur la société chinoise de l’intérieur qui commence à remettre en cause l’hégémonie du PCC. C’est différent en Iran, où les liens sont très forts entre la diaspora et les mouvements de contestations iraniens.

64LZ : Il y a en effet une plus grande unité dans l’opposition au régime des mollahs, qui fédère la diaspora et les jeunes Iraniens de l’intérieur. La diaspora chinoise est moins unie : une partie est fière de la réussite économique du pays, l’autre critique fortement ses manquements aux droits humains. Quoi qu’il en soit, le mouvement étudiant chinois n’est aucunement influencé par la diaspora. C’est plutôt ce qui se passe aujourd’hui en Chine qui influencera dans l’avenir la diaspora chinoise.

Haut de page

Bibliographie

Khosrokhavar, Farhad, 2004, L’islam dans les prisons, Paris, Balland.

Khosrokhavar, Farhad, 2022, « Le mouvement des femmes en Iran », Contretemps, 26 octobre : <https://lesdossiers-contretemps.org/2022/10/26/le-mouvement-des-femmes-en-iran/>.

Khosrokhavar, Farhad, 2023, L’Iran : la jeunesse démocratique contre l’État prédateur, Paris, Les Fauves.

Khosrokhavar, Farhad, avec Nikpey, Amir, 2009, Avoir vingt ans au pays des ayatollahs : vivre dans la ville sainte de Qom, Paris, Robert Laffont.

Khosrokhavar, Farhad et Wieviorka, Michel, 2017, Les juifs, les musulmans et la république, Paris, Robert Laffont.

Vieille, Paul et Khosrokhavar, Farhad, 1990, Le discours populaire de la révolution iranienne, Paris, Institut d'études méditerranéennes.

Zhang, Lun, 2003, La vie intellectuelle en Chine depuis la mort de Mao, Paris, Fayard.

Zhang, Lun (avec la collaboration d’Aurore Merle), 2018, La Chine désorientée, Paris, Charles Léopold Mayer.

Zhang, Lun, Gombeaud, Adrien et Ameziane, 2019, TianAnMen 1989. Nos espoirs brisés, Paris, Seuil & Delcourt.

Zhang, Lun, Gombeaud, Adrien et Ango, 2023, Hong Kong : Révolutions de notre temps, Paris, Delcourt & Encrages.

Haut de page

Notes

1 Ce mouvement est né en 1979 autour d’un mur de briques longeant la rue Xidan dans le centre de Pékin, à l’ouest de la place Tian’anmen. Sur ce mur sont placardées par de simples citoyens des affiches manuscrites lançant des discussions politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farhad Khosrokhavar, Lun Zhang et Michel Wieviorka, « Mouvements démocratiques et régimes autoritaires, une comparaison entre la Chine et l’Iran contemporains »Socio, 18 | 2023, 173-192.

Référence électronique

Farhad Khosrokhavar, Lun Zhang et Michel Wieviorka, « Mouvements démocratiques et régimes autoritaires, une comparaison entre la Chine et l’Iran contemporains »Socio [En ligne], 18 | 2023, mis en ligne le 29 septembre 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/socio/14683 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.14683

Haut de page

Auteurs

Farhad Khosrokhavar

Articles du même auteur

Lun Zhang

Articles du même auteur

Michel Wieviorka

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search