Navigation – Plan du site
Dossier : Combien de sexes ?

L’autre du sexe

Hermaphrodites et invertis contre la binarité dans la pensée médico-légale du xixe siècle
Hermaphrodites and homosexuals against the binarity in the forensic thought of the 19th century
Muriel Salle
p. 75-89

Résumés

Les évolutions de la modélisation de la différence des sexes, que Laqueur repère aux xviie et xviiie siècles, conduisent à une complète réévaluation des figures de l’hermaphrodite et de l’inverti au xixe siècle. Construits comme des anomalies plutôt que comme des maladies stricto sensu, l’hermaphrodisme et l’homosexualité participent de l’élaboration d’un dispositif de pensée médicale de la différence des sexes, constitués ontologiquement pour asseoir un ordre scientifique, social et politique.

Haut de page

Texte intégral

« Use theories to support people, rather than the other way round. »

Koyama et Weasel, 2002

1Au xviiie siècle, la modélisation de la différence des sexes connaît une évolution remarquable, ainsi que l’a montré Thomas Laqueur (1992). Avec l’essor de la biologie et de la médecine, « le Verbe se fait chair » et l’on assiste à « une sexualisation du genre, qui était jusque-là pensé en termes d’identité ontologique et culturelle plus que physique » (Perrot, 1995 : 92). Les implications de cette mutation sont considérables, notamment pour les personnes dont l’anatomie contrevient à l’ordre du genre (Connell, 2012) qui s’établit alors. Les discours médicaux du xixe siècle traduisent cette construction de l’« hermaphrodite » et de l’« inverti », pour utiliser la terminologie du temps, comme figures perverses par excellence, ontologiquement anormales (Davidson, 2005). Ces « nouvelles figure(s) du monstre » (Foucault, 1999 : 2) qui transgressent à la fois la « normativité naturelle » et la « normativité sociale » perturbent l’ordre de la dichotomie sexuelle (Dorlin, 2004 : 568), et font couler beaucoup d’encre. L’intérêt des médecins pour ces individus est manifeste (Dreger, 1998 ; Le Mens, 2006 ; Pastorello, 2011 ; Revenin, 2007 ; Salle, 2010). La distorsion très nette entre la fréquence de ces développements sexuels atypiques et le nombre de publications sur le sujet dans la presse médicale en témoigne (Salle, 2010 : 124). De même, le pouvoir médical s’approprie la question homosexuelle (Revenin, 2005 : 10). Pourquoi un tel intérêt ? La médiatisation de cas particulièrement intéressants l’explique pour partie. « Il est peu de sujets dont l’étude présente autant d’intérêt », écrit le docteur Dailliez en 1893. « Peu trouvent de nos jours des bases aussi actuelles, presque nouvelles, dans des faits importants, d’origine plus ou moins variée et de date plus ou moins récente » (Dailliez, 1893 : 7). On songe notamment à la publication, en 1874, à l’initiative d’Ambroise Tardieu, d’une étude médico-légale complète du cas d’Herculine Barbin, dite Alexina B. Quant à l’intérêt médical pour l’homosexualité masculine, il trahit une appréhension plus générale puisque, selon le docteur Lacassagne, « actuellement, il semble que l’instinct génésique cherche des satisfactions dans des procédés contraires aux lois naturelles » (1886 : 98).

  • 1 On en trouvera la liste exhaustive dans Artières (2004).
  • 2 On se réfère ici à Françoise Héritier. Nous partageons en effet ses finalités, rappelées dans l’av (...)

2Dans le contexte scientifique du temps, les figures intermédiaires, introduisant le trouble dans le processus taxinomique, cette entreprise de classification du vivant amorcée avec l’avènement de la rationalité moderne, semblent insupportables. Si leur existence n’est pas une découverte, les savoirs à leur sujet se recomposent. Que traduit cette évolution ? Construits comme des anomalies plutôt que comme des maladies stricto sensu, l’hermaphrodisme et l’homosexualité participent de l’élaboration d’un dispositif de pensée médicale de la différence des sexes. Ils y jouent un rôle spécifique et sont conçues par le discours médical comme des figures de tiers exclus qui ne sont pas tant appréhendées comme des incarnations du désordre que constituées ontologiquement pour asseoir un ordre scientifique, social et politique. Pour le montrer, on analysera ici l’ensemble de la littérature médicale réunie sur le sujet par le docteur Alexandre Lacassagne (1843-1924), notable de premier plan à Lyon, intégré à des réseaux intellectuels internationaux et représentatifs de la pensée scientifique de son temps (Salle, 2009 : 399). Médecin légiste réputé, professeur à la faculté de médecine de Lyon, fondateur de l’anthropologie criminelle et de l’école lyonnaise de criminologie, Lacassagne s’est intéressé à bien des sujets ainsi qu’en témoignent les quelque 217 thèses qu’il a dirigées1. Sa bibliothèque trahit toutefois un intérêt particulier pour la question de l’homosexualité et de l’hermaphrodisme (Salle, 2009 : 25). À ce sujet, il réunit « une véritable encyclopédie du savoir de l’époque, ses hésitations, ses certitudes, ses tensions sur le sujet » (Cardon, 1984 : 5). Les Archives d’anthropologie criminelle, dirigées par le docteur Lacassagne, permettent même « à Marc-André Raffalovich d’introduire, pour la première fois en France, les mots “homosexualité” et “hétérosexualité” » (Cardon, 2008 : 13). C’est ce corpus que l’on mobilise ici pour montrer comment l’hermaphrodite et l’inverti contribuent à la construction d’une pensée de l’altérité sexuelle renouvelée. La construction d’un savoir médical à ce sujet au xixe siècle passe d’abord par la recherche de signes physiques indubitables permettant de poser un diagnostic. Ces signes sont interprétés comme des manifestations de la nature profonde des individus concernés, et les cas en question se trouvent ainsi interprétés comme des manifestations naturelles, quoique atypiques. Envisagés dans les cadres interprétatifs du temps, et notamment au prisme de l’évolutionnisme, ils servent finalement à asseoir une pensée de la différence des sexes2 spécifique, qui consacre la légitimité exclusive du principe de la bicatégorisation sexuée. Il ne s’agit en effet pas tant de « conter et compter la nature, les variations et les degrés de la différence et des hiérarchies sociales établies, [que d’]essayer d’en comprendre, sur le mode anthropologique, les raisons » (Héritier, 1996 : 9). Le discours médical du temps en détaille les symptômes qui sont autant de signes tangibles d’une irrépressible nature, et trouvent une place dans le schéma évolutionniste d’interprétation du vivant qui fait alors autorité, au bénéfice de la bicatégorisation qui s’impose comme conception univoque de la différence des sexes.

Des signes tangibles

3Qu’ils soient hermaphrodites ou invertis, les contrevenants à l’ordre de la différence des sexes en portent des signes physiques, des stigmates, ces « marques corporelles destinées à exposer ce qu’avait d’inhabituel et de détestable le statut moral de la personne ainsi signalée » (Goffman, 1975 : 11). La médecine du temps les recherche en tout cas, convaincue que ces « stigmates anatomiques ont […] le mérite d’être accessibles à la mesure et au contrôle, [écartant] par leur stabilité, leur objectivité et leur permanence, les controverses qui résultent de l’appréciation de caractères variables et susceptibles d’interprétations différentes [et restant par conséquent] les éléments les moins discutables, ceux qui servent de bases aux classifications » (Dallemagne, 1896 : 19). La série de neuf photographies prises par Nadar (Le Mens, 2009) au cours des années 1860 est emblématique de cette démarche. On les retrouve dans un certain nombre de journaux médicaux de l’époque, comme illustration idéale pour un « beau » cas clinique. Il y a beaucoup à dire sur la manière dont le développement sexuel atypique que présente le/la patient·e est ici mis en scène. Le photographe impose une attitude strictement frontale et figée au personnage. Ainsi prise, la photographie tient de la planche entomologique, sur laquelle on a épinglé, et comme écartelé, papillons et coléoptères de manière à en visualiser les faces dorsales et abdominales. De la subjectivité des patient·e·s on ne sait rien, ou si peu. Même les souvenirs d’Alexina B. ont été écrits sur prescription médicale. Si « les médecins ne disent généralement rien ou peu de son état d’esprit » (Houbre, 2011), c’est qu’il importe peu. Sur les photographies de Nadar, la nudité est une condition essentielle de cette désubjectivation : le sujet disparaît derrière son corps. Mettre ainsi à nu un « spécimen » de quelque population pathologique, c’est porter sur lui un regard bien spécifique. En le dépouillant de ses parures et vêtements, on le réduit à son corps, on fait le choix de le montrer dans toute sa « nature » supposée, dépourvu de tout signe culturel d’appartenance, ou plus exactement de ne retenir que les signes susceptibles de donner du sens à ce que l’on veut donner à voir (ici notamment, les éléments du costume qui soulignent l’erreur de sexe).

  • 3 Il est à noter que l’homosexualité ne se décline qu’au masculin dans les discours médicaux du temp (...)
  • 4 L’infantilisme est un état pathologique consistant dans la persistance, chez l’adulte, de certains (...)

4Même démarche pour ce qui concerne les invertis, c’est-à-dire les homosexuels3. Quels sont les signes indubitables de leur penchant ? La littérature médicale en retient de multiples, que Lacassagne évoque dans l’article qu’il consacre à la question de la « pédérastie » dans le Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales de Dechambre en 1886 : « caractère infundibuliforme de l’anus », verge « très grêle » ou au contraire « très volumineuse », « torsion pénienne », c’est-à-dire « pénis tordu sur son axe de telle façon que le méat urinaire est dirigé soit à droite, soit à gauche », « développement exagéré des fesses » considéré comme « un caractère d’infantilisme ou de féminisme », deux pathologies dont l’homosexualité est un symptôme, et qui résultent l’une et l’autre d’un défaut de l’évolution4. S’il conclut toutefois de cette énumération que « la pédérastie active n’a pas de signes caractéristiques », en tout cas pas au niveau de l’appareil génital puisque « la forme, le volume de la verge varient beaucoup plus que les traits du visage » (Lacassagne, 1886 : 115), notons que cela n’empêche pas le docteur Lacassagne de préconiser un examen minutieux des parties génitales dans le cadre des « affaires de pédérastie », attendu que « ce sont des signes précieux d’identité et qui peuvent forcer l’aveu ou démontrer la culpabilité » (ibid. : 116). Même si les observations multiples de « Gasper, Maschka, Hofmann, Filipi, Zjiro, Brouardel et Coutagne » (ibid. : 115) ne sont pas congruentes, l’idée qu’il existe une sémiologie du vice irrigue de façon persistante la pensée médicale du temps, en lien avec une conception française de l’homosexualité reposant sur une explication organique (Revenin, 2007 : 28).

5De l’éventuelle, et très probable détresse des patient·e·s ainsi pris·e·s en charge, on ne saura rien ou presque. Relevons seulement ce cri d’Alexina à l’endroit du médecin qui l’examine : « Je vous en prie, laissez-moi. Vous me tuez » (Foucault, 1978 : 79). Il est vrai que la psychologie n’en est encore qu’à ses balbutiements. Du consentement du/de la patient·e à l’examen, il n’est en fait tout simplement pas question, qu’il s’agisse d’hermaphrodisme ou d’homosexualité. « Tardieu raconte que presque tous les pédérastes qu’il a eu à examiner se sont facilement soumis à la visite », indique le docteur Lacassagne (ibid. : 116), qui précise : « Voici comment il procédait dans une prison : sans dire au détenu quel était l’objet de sa visite, il commandait à celui-ci de se déshabiller, et très souvent, sans autre forme, le détenu prend spontanément la position la plus favorable à l’inspection du médecin. »

Une irrépressible nature

6Cette symptomatologie intrusive traduit une grande inquiétude du corps médical. Ce dernier redoute en effet que « l’erreur de sexe, commise à l’époque de la naissance, [ait] les plus fatales conséquences [puisqu’]elle détermine l’éducation, les habitudes, le milieu où l’enfant sera élevé », comme le souligne Gabriel Tourdes (1888 : 635). Isidore Geoffroy Saint-Hilaire renchérit : « La destinée de chaque enfant nouveau-né, du moment où son sexe est connu ou déclaré connu, se trouve donc réglée pour les principales circonstances de la vie. Il est rangé dans l’une ou l’autre de ces deux grandes classes auxquelles appartiennent des fonctions non seulement différentes, mais presque inverses, dans la famille aussi bien que dans la Société » (cité par Gentes et Lande, 1908 : 14). On ne saurait mieux dire combien le modèle de la différence des sexes s’établit alors sur le mode de la bicatégorisation exclusive, et même de la complémentarité entre deux sexes qui sont pensés comme « deux grandes classes […] inverses ». Une erreur de sexe conduit à une « fausse éducation » (Loir, 1854 : 18), en désaccord avec la nature profonde du sujet qui ne tarde d’ailleurs pas à se manifester. Ainsi dans le cas rapporté par le docteur Germonprez :

«Sa contenance est d’une gaucherie mal déguisée par des inclinaisons de tête vers la droite. Sa toilette est mal ajustée, dénuée de grâce et de légèreté. Tous les éléments qui la composent sont bien en rapport avec les modes de la saison, mais sa broche est placée maladroitement de côté, sa ceinture remonte davantage d’un côté que de l’autre, les fleurs et les rubans de son chapeau sont disposés sans goût et tout l’ensemble répond à une sorte de négligence qui n’est nullement la conséquence d’un mauvais vouloir, mais qui résulte manifestement de cette absence de bon goût, de bon ordre, de soin de sa personne, de tendance à la parure qui caractérise quelque femme mal douée (Germonprez, 1892 : 22-23).

7Une telle absence de féminité ne saurait surprendre le médecin, qui y voit même un signe supplémentaire du doute qui plane sur l’identité sexuelle de la « demoiselle ».

8On retrouve cette même idée d’une nature aussi profonde qu’irrépressible qui se manifeste, contre leur gré, chez les homosexuels. Dans le dernier tiers du xixsiècle, la conception française de l’homosexualité a changé. Les travaux de Johann Casper, qui avance dès 1852 que l’homosexualité serait innée, ont été traduits, tout comme ceux de Westphal ou de Krafft- Ebing, qui défendent les mêmes idées. Même s’ils considèrent qu’il existe une « inversion acquise » consécutive de la pratique de la « prostitution pédérastique » ou des « agglomérations exclusives » que constituent « les pensions, les internats, les armées, les prisons » (Apitzsch, 2006 : 98), les médecins français la distinguent nettement de l’« inversion native », qui repose sur une conception résolument essentialiste de l’homosexualité. Dans ce dernier cas, l’homosexuel qui a « le cœur d’une femme nécessiteuse « (ibid. : 27) justifie son goût pour « l’ultra-viril ou mâle » par le fait qu’il est « [lui-]même femme » (ibid. : 41). De l’avis du docteur Albert Moll, l’homosexuel est un « faux homme égaré […], être hybride qui porte une âme de femme sous une enveloppe masculine » (Laurent, 1896 : 678). Alexandre Lacassagne prend fermement position en faveur de cette conception essentialiste de l’homosexualité, soulignant le caractère immémorial de ces pratiques qui semble les fonder en nature. N’est-il pas vrai que « des constatations de cette inversion ont été notées aux différents moments de l’histoire, dans les sociétés primitives » (Lacassagne, 1886 : 94) et même chez les animaux, ce qui est la preuve irréfutable de son caractère naturel ? Cette reconnaissance est essentielle : en matière d’homosexualité, « naturalisation » rime avec « dépénalisation ». Ainsi considérée, elle ne relève plus du vice ni de quelque choix immoral, mais de l’anormalité organique ou psychique. En cette fin de xixe siècle s’élabore donc une conception médicale de l’hermaphrodisme et de l’homosexualité qui repose sur une symptomatologie accordant toute son attention aux signes physiques, perçus comme étant révélateurs de la nature profonde des patient·e·s. « L’homme commence par être hermaphrodite, voilà [qui est] incontestable et incontesté », affirme avec force le docteur Debierre (1886 : 309). De même, l’homosexualité se retrouve fréquemment chez les animaux, « dira-t-on que chez eux c’est un phénomène antinaturel ? » (Lacassagne, 1886 : 94). Innées, ces affections rentrent dans l’ordre de la nature. Toutefois, cette conception ne fait pas l’unanimité. Pour Jean-Pierre Kamieniak, cette fin de siècle voit même l’émergence d’un « débat conflictuel […] autour du problème de l’inné et de l’acquis » (2003 : 257).

Une étape de l’évolution

  • 5 Rappelons que le diorama « vivant » sur Madagascar présenté lors de l’Exposition de 1900 attire qu (...)

9Quoi qu’il en soit, dans le contexte scientifique du temps, ces figures intermédiaires ne sont pas tant interprétées comme des « erreurs de la nature » que comme des « types retardés » présentant un « arrêt du développement rétrograde » (Debierre, 1886 : 330). Forts de l’idée que « tout fait tératologique rentre dans les lois de l’évolution », ainsi que l’a souligné Basile Poppesco (1874 : 8), les médecins du temps déploient l’arsenal de la réflexion scientifique la plus pointue pour faire de ces anormaux, hermaphrodites ou invertis, des vestiges d’une étape révolue de l’évolution de l’humanité (Salle, 2010). Ce sont des étapes normales dont il est anormal qu’elles persistent. « L’hermaphrodisme apparent n’est pas autre chose qu’un état organique antérieur normal persistant anormalement au-delà de son terme ordinaire » (Debierre, 1886 : 331). Ce sont des primitifs, insupportables en ces temps de positivisme triomphant comme le sont les représentants des peuples colonisés que l’on donne à voir dans les exhibitions anthropologiques, qui remportent le succès qu’on sait lors des expositions coloniales5. Les uns et les autres servent de figure repoussoir et permettent, en regard, d’assurer l’image d’un colonisateur ou d’un scientifique dominant, c’est selon, le monde ou le savoir. La figure d’un Autre irréductible à soi s’impose alors dans ce face-à-face qui interdit toute indignation devant les conditions d’exhibition de ceux qui ne sont pas tout à fait considérés comme des êtres humains, ou devant la violence du regard médical posé sur les hermaphrodites comme sur les homosexuels.

10La question de l’hérédité, qui hante la pensée médicale du xixe siècle en même temps que l’esprit des contemporains, et dont l’hérédosyphilis est peut-être l’avatar le mieux connu et le plus angoissant (Corbin, 1981), est régulièrement soulevée lors de l’examen de cas d’hermaphrodisme et d’homosexualité. Parfois, on ne s’explique pas comment une famille exemplaire peut engendrer pareil rejeton : « La mère et les sœurs possèdent l’estime générale. Le père était un homme bon, moral, religieux, énergique et prudent. La mère […] est une femme de bonne conduite et de grand courage. Sous le rapport religieux comme sous le rapport moral, elle jouit avec raison d’une excellente réputation. Bonne chrétienne », précise in extenso le docteur Germonprez (1892 : 24-25). Dans de tels cas, la famille doit être dédouanée de toute responsabilité. C’est le médecin qui s’en charge : « Il appartenait à une famille distinguée, avait reçu une excellente éducation, et je ne pus trouver dans ses antécédents héréditaires de maladies cérébrales ou nerveuses » (Magnan et Pozzi, 1911). L’examen médical semble alors intervenir pour restaurer l’honorabilité menacée d’une famille presque autant que pour déterminer le sexe véritable d’un hermaphrodite ou que pour soigner un individu à l’instinct génésique contraire.

  • 6 C’est l’auteur de l’article qui souligne. On a respecté ici la typographie de l’archive.

11D’autres fois au contraire, on signale que « le sujet (hermaphrodite) est né de parents consanguins, cousins germains par leurs deux mères, qui étaient deux sœurs » (Germonprez, 1892 : 28) puisque « le père du sujet fut marié deux fois », successivement à deux de ses cousines germaines, des sœurs, l’aînée puis la cadette. Derrière l’argument de la consanguinité, on voit poindre l’angoisse de la dégénérescence de la race. Parfois, on suppose l’existence d’autres cas d’hermaphrodisme dans une même famille. Ainsi, alors que l’« on ne signale ouvertement aucune difformité chez les parents, les collatéraux, ni les descendants des collatéraux […] il est toutefois nécessaire d’insister sur le célibat de deux et même trois sœurs nubiles du sujet » car ce sont « les seules de toute la région, les seules, qui soient arrivées à leur âge sans se marier6 » et s’il est « délicat d’en rechercher le motif précis et sincère », « il est de notoriété publique que ce sont des personnes barbues, fortement poilues, avec un habitus de virago, un aspect vigoureusement constitué, qui en fait un type vraiment masculinisé » (ibid.). Et cette « coïncidence de plusieurs cas dans une seule et même race » la frappe d’ignominie. C’est une loi admise : « les organes génitaux des imbéciles, des idiots et des êtres les plus dégénérés sont incomplets ou imparfaits, et l’on observe fréquemment l’exiguïté pénienne, le phimosis, la microrchidie, la monorchidie ou l’anorchidie » (Legrand du Saulle, 1878 : 14). L’ambiguïté sexuelle, qu’elle soit physique ou comportementale, est interprétée comme un signe de dégénérescence de la race, une forme d’évolution à rebours. La notion, élaborée par Prosper Lucas dès 1847, est précisée et mise à la mode comme catégorie psychiatrique englobante par Benedict-Augustin Morel (1852). Son scénario d’accumulation progressive des tares fascine l’ensemble de la profession médicale, bien au-delà de la psychiatrie. L’obsession du déclin est très présente en cette fin du xixe siècle, dans les écrits littéraires comme scientifiques. Qu’on songe aux Buddenbrocks de Thomas Mann (1901), sous-titrés Le déclin d’une famille, ou à l’entreprise des Rougon-Macquart d’Émile Zola dont les romans paraissent entre 1873 et 1891, qui sont en quelque sorte les déclinaisons littéraires de toute une réflexion scientifique incluant, outre Morel, Valentin Magnan, Cesare Lombroso, ou l’idéologue raciste Georges Vacher de Lapouge. « Née d’hier pour ainsi dire, cette grande idée de la dégénérescence a jeté un jour tout nouveau sur nombre de questions restées obscures jusqu’à notre époque », écrit Prosper Lucas (1900 : 9).

12La théorie de la dégénérescence a aussi des vertus explicatives en matière d’homosexualité. Reprenant très largement les catégories des perversions sexuelles de Michéa, Alexandre Lacassagne considère que « les causes de l’inversion (sexuelle) viennent avant tout d’une dégénérescence du système nerveux central » (Revenin, 2007 : 34). Au-delà de la seule question de l’homosexualité, il relève qu’« actuellement, […] il semble que l’instinct génésique cherche des satisfactions dans des procédés contraires aux lois naturelles. Les cas de sodomie conjugale ne sont pas rares. Les prostituées, dans les maisons publiques, se livrent souvent au coït anal. La succion pénienne, les fellatores et le saphisme ont atteint une fréquence vraiment inouïe. Le débordement et le succès d’une littérature pornographique (et particulièrement lesbienne) semblent indiquer que, dans la société actuelle, les inversions ou les anomalies de l’instinct sexuel traduisent la perturbation d’un système nerveux mal équilibré » (Lacassagne, 1886 : 98). Les individus d’appartenance sexuelle douteuse sont autant d’avatars de la dégénérescence, au même titre que les homosexuels dont il « faut regarder [la perversion] comme un des phénomènes de la fin naturelle des races ; les individus inaptes à produire s’accouplent entre êtres du même sexe en de stériles unions » (Saint-Paul, 1896 : 357). Là où la frontière des sexes se trouble, la dégénérescence est manifeste.

13Finalement, le débat n’est pas tranché et deux interprétations de l’hermaphrodisme et de l’homosexualité coexistent. Parfois considérés comme l’expression d’une nature atypique et même déviante, certes, mais somme toute comme congénitaux, ces phénomènes peuvent aussi être perçus comme résultant d’une dégradation tant physique que psychique à laquelle le/la patient·e prend une part active. La frontière entre l’acceptable et l’inacceptable, le licite et l’illicite, se déplace donc et l’on n’oppose plus tant le normal à l’anormal que le naturel à l’artificiel. Naturelle, l’exception à la norme semble relativement plus acceptable. Ainsi considérée, l’homosexualité peut être dépénalisée. L’argumentaire du juriste allemand Ulrichs, plus connu sous le pseudonyme de Numa Numantius, repose sur cette idée. Le docteur Westphal, éditeur des Archiv für Psychiatrie, soutient ainsi l’existence d’une « sensibilité sexuelle contraire » (« conträre Sexualempfindung »). Dans la même perspective, il paraît envisageable de surseoir à l’inscription à l’état civil du sexe d’un bébé dont l’appareil génital est ambigu. Les médecins autoproclamés experts en détermination de sexe réclament que la déclaration soit différée, et parfois longuement puisqu’il arrive que ce soit « vers l’époque de la puberté que l’examen [puisse] fournir des résultats certains » (Garnier, 1885 : 294). Certains arguent du fait que « la loi n’exige pas absolument l’inscription du sexe masculin ou féminin. Elle veut que la nature du sexe soit mentionnée : si donc la nature en est hermaphrodite ou indéterminable, il sera plus conforme à la vérité, à l’esprit de la loi et à l’intérêt de l’individu d’en faire mention dans l’acte d’état civil, par exemple par une formule englobant toutes les sortes d’hermaphrodisme : […] "sexe ambigu” ou “sexe hermaphrodite” » (Wilhelm, 1911 : 277). D’autres proposent « la dénomination de sexe douteux, et de placer en marge de l’acte minute les initiales S.D., abréviatif de sexe douteux » (Loir, 1854 : 30). Finalement, quelle que soit la terminologie retenue, c’est bien pour la reconnaissance d’un troisième sexe, même douteux, même temporaire, que plaident les praticiens.

Conclusion

14Au xixe siècle, les cas d’hermaphrodisme et d’homosexualité passionnent médecins et juristes. L’analyse de ces discours permet de montrer comment ces corps atypiques et ces comportements hors norme, vus à travers un prisme d’intelligibilité strictement binaire, dérangent profondément l’ordre scientifique, social et politique. Mais elle permet aussi de montrer que ces avatars de l’ambiguïté ouvrent subrepticement le champ des possibles, un troisième sexe peut-être ? Ce qui dérange finalement le plus, ce n’est pas tant la possibilité d’une troisième catégorie d’individus. La frénésie taxinomique du temps en a vu d’autres (Salle, 2009). En revanche, l’inconstance catégorielle des hermaphrodites et des homosexuels est insupportable. Que l’hermaphrodite ne soit ni homme ni femme, passe encore. Qu’il puisse être les deux à la fois ou, pire, alternativement, voilà qui ne saurait être toléré. De même, la conception essentialiste de l’homosexualité interdit les variations dans le comportement sexuel. L’« unisexuel », avec son « cœur de femme nécessiteuse » et son « goût pour l’ultra-viril », ne conteste en rien une pensée de la différence des sexes qui s’impose sur le mode du deux et s’accompagne d’une nette naturalisation de chacune des deux catégories. La réflexion médicale sur l’ambiguïté, anatomique ou comportementale, ouvrait la possibilité de penser autrement cette différence. Alexandre Lacassagne lui-même admet ainsi la grande variabilité des appareils génitaux dans son article consacré à la pédérastie : « Il n’y a rien de comparable à la diversité de l’appareil génital masculin que la diversité des organes génitaux de la femme » (1886 : 115). Ce n’est pas l’existence de figures ambiguës qui trouble les catégories. Ces catégories sont, dès l’origine, troubles. Pourtant, le pas n’est pas franchi : pas un corps, pas un comportement ne dérogera au principe de la bicatégorisation. Ce faisant, l’hermaphrodite et l’homosexuel se trouvent consacrés dans un statut de tiers exclu : toujours par trop visibles, ils détonnent dans un pas de deux dont la chorégraphie n’est jamais réécrite. Quand la bicatégorisation ne concerne pas les catégories de sexe (homme versus femme), elle informe tout un rapport au monde où se distinguent, s’opposent, voire s’affrontent « Nous » et « les autres ». Cette pensée de la différence des sexes s’inscrit en effet dans une rhétorique du contraste, de l’opposition terme à terme entre ceux qui sont auscultés, disséqués, autopsiés, et ceux qui les observent. Paul Broca souligne « l’utilité de ce contraste entre la lumière et les ombres, entre la civilisation développée et les civilisations rudimentaires ou en voie d’évolution, entre l’humanité à l’état d’enfance – incertaine, oublieuse, dominée par la nature, opprimée par elle-même, n’avançant aujourd’hui que pour reculer demain – et l’humanité adulte, grandie par la science, fécondée par la liberté, sanctifiée par le travail et marchant d’un pas sûr dans la voie illimitée du progrès » (Broca, 1878 : 5). C’est une pensée de l’altérité qui s’élabore alors en Occident, pensée qui revêt volontiers la dimension conflictuelle de la confrontation de l’Un avec l’Autre. Ce concept d’altérité permet de prendre conjointement en compte la relation identitaire entretenue avec l’Autre, et la part d’anxiété qu’elle peut engendrer. Si l’hermaphrodite et l’homosexuel n’en sont qu’un avatar, c’est un avatar efficace.

Haut de page

Bibliographie

Apitzsch, Georges, 2006, Lettres d'un inverti allemand au docteur Alexandre Lacassagne (1903-1908), éditées par Philippe Artières, Paris, EPEL.

Artières, Philippe et Corneloup, Gérard, assistés de Rassaert, Philippe, 2004, Le médecin et le criminel. Alexandre Lacassagne (1843-1924), catalogue de l’exposition de la bibliothèque municipale de Lyon, 27 janvier – 15 mai 2004, Lyon, Les Amis des Bibliothèques de Lyon.

Broca, Paul, 1878, « Discours à la séance d’ouverture du Congrès international des Sciences anthropologiques, le 16 août 1878 », Revue d’anthropologie, t. I, p. 3-8.

Cardon, Patrick, 1984, Discours littéraire et scientifique fin-de-siècle. Étude des Archives d'anthropologie criminelle (1886-1914), Thèse de doctorat en lettres et civilisation françaises, sous la direction de Raymond Jean, université de Provence.

Cardon, Patrick, 2008, Discours littéraires et scientifiques fin-de-siècle : la discussion sur les homosexualités dans la revue Archives d'anthropologie criminelle du Dr Lacassagne, 1886-1914 : autour de Marc-André Raffalovich, Paris, Orizons.

Connell, Raewyn, 2012, « Gender, health and theory: Conceptualizing the issue, in local and world perspective », Social Science and Medicine, vol. 74, p. 1675-1683.

Corbin, Alain, 1981, « L’hérédosyphilis ou l’impossible rédemption. Contribution à l’histoire de l’hérédité morbide », Romantisme, vol. 11, no 31, p. 131-150.

Dailliez, Georges, 1893, Les sujets de sexe douteux. Leur état psychique. Leur condition relativement au mariage, Paris, Baillière.

Dallemagne, Jules, 1896, Les stigmates biologiques et sociologiques de la criminalité, Paris, Masson.

Davidson, Arnold Ira, 2005, L’émergence de la sexualité : épistémologie historique et formation des concepts, traduit de l’américain par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Albin Michel.

Debierre, Charles, 1886, « L’hermaphrodite devant le Code civil. L’hermaphrodisme, sa nature, son origine, ses conséquences sociales », Archives de l’anthropologie criminelle et des sciences pénales, p. 305-342.

Dorlin, Elsa, 2004, « Hermaphrodisme », Dictionnaire de la pensée médicale, Paris, PUF, p. 568-571.

Dreger, Alice Domurat, 1998, Hermaphrodites and the Medical Invention of Sex, Cambridge, Harvard University Press.

Foucault, Michel, 1978, Herculine Barbin, dite Alexina B, Paris, Gallimard.

Foucault, Michel, 1999, Les Anormaux : Cours au Collège de France (1974-1975), Paris, Gallimard et Seuil.

Garnier, Paul, 1885, « Du pseudo-hermaphrodisme comme impédiment médico-légal à la déclaration du sexe dans l'acte de naissance », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 3e série, no 14, p. 285-301.

Gentes, Louis et Lande, Pierre, 1908, « Pseudo-hermaphrodisme et déclaration de naissance », Journal de médecine de Bordeaux, 31 mai, p. 32-48.

Germonprez, François, 1892, Une erreur de sexe avec ses conséquences, Lille, L. Quarré.

Goffman, Erving, 1975, Stigmate : Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit.

Héritier, Françoise, 1996, Masculin/féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.

Houbre, Gabrielle, 2011, « Dans l’ombre de l’hermaphrodite : hommes et femmes en famille dans la France du XIXe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 34 : <http://clio.revues.org/10255>.

Kamieniak, Jean-Pierre, 2003, « La construction d’un objet psychopathologique : la perversion sexuelle au xixe siècle », Revue française de psychanalyse, vol. 67, no 1.

Koyama, Emi et

Weasel, Lisa, 2002, « From social construction to social justice: Transforming how we teach about intersexuality », Women's Studies Quarterly, vol. 30, no 3-4, p. 169-178.

Lacassagne, Alexandre, 1886, « Pédérastie », dans Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, Dechambre. Réédité par Philippe Artières dans Georges Apitzsch, Lettres d'un inverti allemand au docteur Alexandre Lacassagne (1903-1908), éditées par Philippe Artières, 2006, Paris, EPEL.

Laqueur, Thomas, 1992, La Fabrique du sexe : Essai sur le corps et le sexe en Occident, traduit de l’américain par Michel Gautier, Paris, Gallimard.

Le Mens, Magali, 2006, « L’hermaphrodite dans le cabinet du médecin, de la fin du xviiie au xxe siècle », Face à face, no 8 : <http://faceaface.revues.org/233>

Le Mens, Magali, 2009, L’hermaphrodite de Nadar, Paris, Créaphis.

Legrand du Saulle, Henri, 1878, Les signes physiques des folies raisonnantes (état mental de Sandon), Paris, Delahaye.

Loir, Joseph-Napoléon, 1854, Des sexes en matière d’état civil. Comment prévenir les erreurs résultant de leurs anomalies, Paris, Cotillon.

Lucas, Prosper 1900, Pavillon de l’oreille. Valeur de ses anomalies comme stigmates de dégénérescence, Bordeaux, Imprimerie du Midi.

Magnan, Valentin et Pozzi, Samuel, 1911, « Inversion du sens génital chez un pseudo-hermaphrodite féminin. Sarcome de l’ovaire gauche opéré avec succès », Bulletin de l’Académie de médecine, 3e série, t. LXV, no 1, p. 223-259.

Pastorello, Thierry, 2011, Sodome à Paris : fin xviiie-milieu xixe siècle. L’homosexualité masculine en construction, Grane, Créaphis.

Perrot, Michèle, 1995, « Identité, égalité, différence le regard de l’Histoire », dans EPHESIA, La place des femmes : Les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales,Paris, La Découverte.

Poppesco, Basile, 1874, L’hermaphrodisme aux points de vue médico-légal et scientifique, Paris, Rey.

Revenin, Régis, 2005, Homosexualité et prostitution masculines à Paris (1870-1918), Paris, L’Harmattan.

Revenin, Régis, 2007, Hommes et masculinité de 1789 à nos jours : contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Autrement.

Saint-Paul, Georges, 1896, Tares et poisons, perversion et perversité sexuelles : une enquête médicale sur l’inversion. Notes et documents. Le roman d'un inverti-né. Le procès Wilde. La guérison et la prophylaxie de l’inversion, par le Dr Laupts, Paris, Masson.

Salle, Muriel, 2009, L’avers d’une Belle Époque. Genre et altérité dans les pratiques et les discours d’Alexandre Lacassagne (1843-1924), médecin lyonnais, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Michelle Zancarini-Fournel, université Lyon 2 : <http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2009/salle_m - p=0&a=top>

Salle, Muriel, 2010, « Une ambiguïté sexuelle subversive. L’hermaphrodisme dans le discours médical de la fin du xixe siècle », Ethnologie française, vol. 40 : <http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2010-1-page-123.htm>.

Tourdes, Gabriel, 1888, « Hermaphrodisme », Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, Masson.

Wilhelm, Eugène, 1911, « L’hermaphrodite et le droit (De lege lata et de lege ferenda) », Revue d’anthropologie criminelle, p. 267-294.

Haut de page

Notes

1 On en trouvera la liste exhaustive dans Artières (2004).

2 On se réfère ici à Françoise Héritier. Nous partageons en effet ses finalités, rappelées dans l’avant-propos du livre : « Non pas conter et compter la nature, les variations et les degrés de la différence et des hiérarchies sociales établies, mais essayer d’en comprendre, sur le mode anthropologique, les raisons » (Héritier, 1996 : 9).

3 Il est à noter que l’homosexualité ne se décline qu’au masculin dans les discours médicaux du temps.

4 L’infantilisme est un état pathologique consistant dans la persistance, chez l’adulte, de certains caractères morphologiques, sexuels ou psychologiques propres aux enfants, en l’espèce, chez les homosexuels, des « formes arrondies » évoquant un « habitus féminin » (Apitzsch, 2006 : 99). Le féminisme est quant à lui caractéristique d’un « individu mâle qui présente certains caractères secondaires du sexe féminin et, par extension, [c’est l’]état d’un homme qui présente des traits psychologiques attribués à la femme » (Larousse médical du xixe siècle).

5 Rappelons que le diorama « vivant » sur Madagascar présenté lors de l’Exposition de 1900 attire quelque 50 millions de visiteurs.

6 C’est l’auteur de l’article qui souligne. On a respecté ici la typographie de l’archive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Salle, « L’autre du sexe », Socio, 9 | 2017, 75-89.

Référence électronique

Muriel Salle, « L’autre du sexe », Socio [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 20 décembre 2017, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio/3025 ; DOI : 10.4000/socio.3025

Haut de page

Auteur

Muriel Salle

Muriel Salle est historienne. Elle a consacré sa thèse de doctorat à la personnalité et à la bibliothèque du docteur Alexandre Lacassagne, médecin légiste lyonnais, pionnier de l’anthropologie criminelle et de la criminologie. Spécialiste du  siècle, elle s’intéresse à l’histoire de la médecine et aux études de genre.

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals