Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

Michel Wieviorka
p. 5-6

Texte intégral

1Cette dixième livraison de notre revue coïncide avec un anniversaire : celui des cinquante ans de Mai 68. Nous n’avons pas spécialement le goût, à Socio, pour les commémorations, mais les hasards de la vie ont fait qu’il nous est apparu possible de proposer à nos lecteurs un dossier exceptionnel. Et s’agissant d’un ensemble de textes qui doit beaucoup à ma trajectoire singulière, mes amis de la rédaction de Socio m’autorisent, pour cette fois, à m’exprimer ici à la première personne du singulier.

2Au départ, il y a en effet mes liens personnels avec deux des trois leaders de Mai 68, Dany Cohn-Bendit et Alain Geismar – le troisième, Jacques Sauvageot, est décédé avant que je ne puisse le solliciter pour ce dossier.

3Avec Alain Geismar, la relation est familiale, et fraternelle. Je lui dois, entre autres choses, de m’avoir mis le pied à l’étrier au moment où il s’agissait pour moi de me lancer dans un doctorat d’État : au début des années 1980, il m’a facilité le contact avec un groupe d’anciens terroristes italiens réfugiés à Paris et désireux de réfléchir à leur expérience, puis tout au long d’une recherche qui a duré une dizaine d’années, il m’a aidé à comprendre et à analyser les ressorts du terrorisme.

4Dany Cohn-Bendit est un grand ami, et parfois un complice, ce qui fut le cas en 2016, quand nous avons eu ensemble l’idée de proposer avec quelques autres à toute la gauche et aux écologistes une « primaire » qui n’a pas abouti – mais ce fut une bien belle expérience ! Dany Cohn-Bendit avait décidé de ne donner aucun entretien sur Mai 68, refusant de célébrer son cinquantième anniversaire et préférant se consacrer à un livre sur le football et à un film tourné avec lui par Romain Goupil : « Forget 68 ! » avait-il annoncé déjà en 2009 (titre de son livre aux Éditions de l’Aube), mais il a bien voulu faire ici une exception.

5Alain Geismar et lui n’avaient jamais eu l’occasion d’échanger sous la forme d’un entretien conduit par un tiers. D’ailleurs, ils ne se connaissaient pas avant 68, se sont rarement vus après, et même pendant. Ils ont tous deux accepté de répondre ensemble à mes questions en août 2017, dans la cuisine d’une maison de campagne, en short et en sandalettes – ce « scoop » fut surtout un beau et passionnant moment.

6Je suis un élève d’Alain Touraine, que j’ai connu en 1973, et ma dette intellectuelle envers lui est immense. Geismar et Cohn-Bendit parlent chaleureusement de lui, tout comme d’Edgar Morin, avec qui j’entretiens une relation, là encore faite d’amitié et d’estime : je me suis dit qu’il serait intéressant de recueillir leur analyse et leur témoignage, en contrepoint des propos des deux leaders de 68, et ils ont, l’un et l’autre, accepté de s’exprimer pour Socio. J’ai alors souhaité compléter cet ensemble en prenant quelque distance avec la sociologie, et me suis tourné vers Élisabeth Roudinesco, historienne de la psychanalyse dont je supposais que le point de vue serait nécessairement différent : je n’ai pas été déçu, et je pense que le lecteur ne le sera pas non plus ! Denis Pelletier a bien voulu apporter un éclairage sur la place du catholicisme en 1968 dans le contexte de son évolution récente.

7Le mouvement de Mai ayant été un phénomène mondial, j’ai sollicité Sergio Zermeño, l’auteur d’un best-seller sur le 68 mexicain – un ancien élève de Touraine lui aussi –, et Karol Modzelewski, sur l’expérience polonaise : ce grand médiéviste en fut un acteur, après avoir été avec Jacek Kuroń l’auteur d’une Lettre ouverte aux dirigeants du Parti communiste polonais qui lui avait valu un respect et une notoriété mondiale, et avant d’être un des dirigeants les plus solides de Solidarnosc, en 1980-1981. C’est en étudiant une expérience historique qui m’a autant marqué que 68, le mouvement polonais, qui était à la fois ouvrier, politique et démocratique, et fort d’une idée ouverte de nation, que j’ai connu Modzelewski. Enfin, avec l’aide de Jean-Pierre Dozon, avec qui je dirige la Fondation Maison des sciences de l’homme, j’ai sollicité Omar Gueye de façon à ouvrir ce dossier à une expérience africaine de 68, celle de Dakar et du Sénégal. Enfin, l’article « varia » sur l’évolution historique du Kibboutz par Eliezer Ben-Rafael rend compte d’une expérience utopique qui complète, de façon certes un peu décalée, notre dossier.

8Cet ensemble de textes est donc passablement orienté, et je m’en explique sur le fond dans l’article qui l’ouvre. Il ne s’agit pas en effet d’un état des connaissances historiques, d’un passage en revue de tout ce qui a pu être dit d’important sur le mouvement de Mai. Mais de l’affirmation d’un courant d’idées diversifié que rassemblent la confiance dans la démocratie et le rejet des idéologies de violence, la reconnaissance de l’importance des mouvements sociaux et culturels trop vite réduits à l’image de conduites de crise par la pensée conservatrice, et le goût de l’échange intellectuel. Il s’agit autrement dit de souligner pour nos lecteurs ce que 68 me semble nous avoir apporté de meilleur – sans pour autant tomber dans le piège de l‘admiration dévote.

9Michel Wieviorka

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio, 10 | 2018, 5-6.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio [En ligne], 10 | 2018, mis en ligne le 13 mars 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio/3110

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 2015 le président du directoire de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et, depuis 1989, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010) et a dirigé le Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS) de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : avec Farhad Khosrokhavar, Les juifs, les musulmans et la République (Robert Laffont, 2017), Les sciences humaines et sociales françaises à l’échelle de l’Europe et du monde. Rapport à M. Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017) ; sous sa direction : Antiracistes (Paris, Robert Laffont, 2017), et Face au mal (Textuel, 2018).


Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals