Navigation – Plan du site
Dossier

Mai 1968 au Sénégal

Dakar dans le mouvement social mondial
May 1968 in Senegal: Dakar in the World Social Movement
Omar Gueye
p. 121-136

Résumés

À l’instar de la plupart des pays du monde, le Sénégal a connu une vague de contestations estudiantines et syndicales en mai 1968. Parti d’une révolte des étudiants de l’université de Dakar, la « 18e université française », le mouvement, qui s’étendit aux élèves des lycées et aux syndicats de travailleurs, bénéficia du soutien de franges importantes de la population tandis que l’État pouvait compter sur la loyauté de l’armée, le soutien des marabouts et de certaines populations rurales. Le mouvement de mai 1968 au Sénégal résulte d’abord de facteurs locaux, même si le contexte international de contestation juvénile et de guerre froide pouvait faire penser à des connexions extérieures. Entre une grève d’étudiants qui a dégénéré, un mouvement étudiant infiltré par une opposition politique de gauche ou commandité de l’extérieur, et une révolte contre le capitalisme et le néocolonialisme, le mouvement présentait les contours d’une contestation du pouvoir personnel du président Senghor et de la plus grave menace que la jeune république du Sénégal ait connue jusque-là.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Sénégal a connu dans sa première décennie d’indépendance une multitude de crises : l’échec de l (...)

1Le Sénégal a connu la révolte juvénile qui a secoué beaucoup de pays du monde en mai 1968. À l’instar de Paris, Prague, Chicago et certaines grandes villes, Dakar, la capitale, fut l’épicentre de la contestation qui se généralisa dans le pays et menaça de faire tomber le pouvoir. Parti d’une révolte étudiante, le mouvement, qui s’étendit aux élèves des lycées et aux syndicats de travailleurs, bénéficia du soutien de franges importantes de la population tandis que l’État pouvait compter sur la loyauté de l’armée, le soutien des marabouts et de certaines populations rurales. Le mouvement syndical qui avait été, jusque-là, un des plus fidèles soutiens du président Léopold Sédar Senghor, depuis son entrée en politique, fut, par ses manifestations, la plus grave menace que son régime ait jamais connue. Pourtant la jeune république du Sénégal avait connu des crises multiformes entre 1960 et 19681, les unes plus graves que les autres, mais aucune d’entre elles n’avait autant ébranlé le pouvoir avec un si profond bouleversement sociopolitique. La crise qui commença le 29 mai 1968, avec l’assaut du campus par les forces de l’ordre, ne se termina que le 26 septembre, avec la fin de la grève des lycéens, soit une durée de près de quatre mois.

  • 2 Ces différentes interprétations résultent du recoupement des divers témoignages d’anciens acteurs (...)

2Mai 68 au Sénégal coïncidait avec la vague de contestations estudiantines et/ou révolutionnaires qui bouleversaient le monde, dans un contexte de guerre froide et de contradictions idéologiques. Plusieurs approches et interprétations ont tenté de l’expliquer, aussi pertinentes les unes que les autres : une grève d’étudiants qui a dégénéré, un mouvement reçu de l’étranger, un mouvement étudiant infiltré par une opposition politique de gauche, une tentative de révolution, une révolte contre le capitalisme et le néocolonialisme ou une simple expression d’un ras-le-bol dans un contexte de difficultés socio-économiques. Ces approches contradictoires se comprennent2, certes, mais le « Mai 68 au Sénégal » résultait d’abord de facteurs locaux spécifiques.

Le casus belli : la question des bourses

  • 3 Témoignage d’Ibou Diallo, contemporain de la grève de mai 1968.
  • 4 Officiellement, Salmon Khoury, originaire de Ziguinchor, fut le seul mort lors de l’assaut des for (...)

3La revendication de bourses des étudiants fut à l’origine de la crise. En effet, ces derniers protestaient contre les mesures de diminution de leurs bourses, de moitié ou des deux tiers, et de leurs mensualités, ramenées de 12 à 10 mois. Ces mesures, prises pour faire face à l’afflux massif des nouveaux bacheliers, furent consécutives à la « réforme Fouchet3 » qui avait entraîné l’admission d’un grand nombre de bacheliers, en raison de la suppression de la première partie du baccalauréat qui constituait une sorte de filtre. C’est ainsi qu’il fut décidé d’abaisser le montant des bourses pour augmenter le nombre de bénéficiaires afin de faire face à la demande croissante à l’université de Dakar. Le cycle de manifestations qui se déclencha, à partir du 18 mai 1968, connut son paroxysme le 29 mai avec une rude intervention policière à la cité universitaire, qui fit un mort : l’étudiant Salmon Khoury4. Ce fut l’étincelle qui mit le feu aux poudres et le début de l’engrenage qui ébranla le pays de mai à septembre 1968.

  • 5 L’Union nationale des syndicats du Sénégal, la principale centrale syndicale des travailleurs, par (...)

4L’indignation suscitée par la répression des forces de l’ordre provoqua un mouvement de soutien. D’abord, les élèves des lycées et collèges volèrent au secours de leurs aînés, se considérant eux-mêmes comme « les étudiants de demain ». Ensuite, les travailleurs, indignés par tant de brutalité, mobilisèrent au sein de l’Union nationale des travailleurs du Sénégal (UNTS5), pour protester contre le « choc du campus », d’une part, et, d’autre part, pour poser leurs propres revendications. Enfin, tous les sympathisants, opposants, badauds et autres déçus du régime, qui trouvaient par là un moyen d’exprimer leurs états d’âme vis-à-vis du pouvoir, entrèrent progressivement dans le mouvement de soutien et provoquèrent l’escalade. Le conflit se généralisa alors par la jonction entre les étudiants, les élèves et les travailleurs qui donnèrent de la vigueur à la contestation et entraîna une paralysie de tous les secteurs d’activité. Dès lors, le conflit déborda de l’Université et, par ses répercussions, devint une affaire nationale, voire internationale.

  • 6 La plupart des étudiants étaient au camp Archinard à Dakar, pendant que les travailleurs étaient d (...)

5Dakar fut en émeute. Les affrontements enflammèrent la ville pendant trois jours, du 29 au 31 mai : ce fut l’escalade après la tension qui prévalait depuis plusieurs semaines au cours desquelles les protagonistes se regardaient en chiens de faïence, les étudiants, d’une part, les autorités universitaires et étatiques, d’autre part. Ainsi, les manifestations de rue, qui se déroulèrent dès le lendemain de la répression du campus, furent suivies d’une grève générale illimitée décrétée le surlendemain par les travailleurs. Une situation quasi insurrectionnelle s’ensuivit avec des émeutes, des scènes de pillage et de vandalisme partout dans la capitale, notamment à la Médina et en centre-ville où les établissements furent fermés. Les vagues d’arrestations s’opéraient massivement et touchaient d’abord les étudiants, interpellés au campus et éparpillés dans les camps militaires de Dakar (camp Archinard et camp Mangin) où ils étaient incarcérés6. Ensuite, les principaux dirigeants des syndicats de travailleurs étaient interpellés à la Bourse du travail puis déportés au camp de Dodji, ce qui décapitait l’UNTS. Devant le chaos ambiant, des mesures d’exception furent prises : l’état d’urgence fut décrété et la situation revint au calme quand l’armée reçut l’ordre de tirer, ce qu’elle ne fit pas.

  • 7 De nombreux contemporains de Mai 68 ont témoigné de leur expérience de la grève en tant qu’élèves (...)
  • 8 Témoignage de Joseph Gomis, élève au village de Soucouta, un village situé à 26 km de Ziguinchor, (...)

6Après ces « trois jours de feu » (29, 30 et 31 mai) à Dakar, le principal foyer de tension, en tant que capitale administrative et économique, siège de l’Université et des différents syndicats, la grève se propagea vers les capitales régionales et les villes secondaires qui concentraient une importante population scolaire et les unions régionales de la centrale UNTS. Les autres parties du territoire national vécurent la crise avec une moindre ampleur, mais connurent une certaine agitation dans des villes comme Thiès, Saint-Louis, Kaolack et Ziguinchor7. La plupart des localités se sentaient un peu décalées des réalités de la capitale et de ses soubresauts8, mais les grévistes suivaient les mots d’ordre de leurs états-majors établis à Dakar. Les ramifications du mouvement furent aussi internationales. En effet, après la fermeture de l’université, la plupart des étudiants étrangers furent renvoyés dans leurs pays d’origine d’où ils suivaient les mots d’ordre et organisaient « la résistance ».

  • 9 C’est une expression consacrée au même titre que celle des « pestiférés de Nanterre ».
  • 10 Dakar fut, très tôt, un grand centre d’accueil qui abrita le projet de formation des cadres africa (...)

7Ainsi, même si le mouvement de Mai 68 était centré sur Dakar et sa région, le Cap-Vert, il n’en était pas moins un mouvement national qui avait diversement touché toute la société sénégalaise, aussi bien par ses manifestations que par ses répercussions sociopolitiques. De même, dans la sous-région ouest-africaine, les étudiants rapatriés suivaient l’évolution de la situation à Dakar, tandis que certains gouvernements finirent par protester auprès de celui du Sénégal contre les mesures d’expulsion de leurs ressortissants. Ces protestations officielles allaient de pair avec une certaine peur des répercussions. En effet, les étudiants africains rapatriés de Dakar suscitaient la suspicion dans leurs pays d’origine où ils étaient de retour : on se méfiait de ces « voyous de Dakar9 », potentiels porteurs de subversion dans le sillage de ce qu’ils appelaient l’« esprit de Dakar10 ».

La capitulation du pouvoir

8Avec l’état d’urgence, l’intervention de l’armée mit provisoirement un terme aux tensions qui s’étaient généralisées dans les quartiers environnant l’université, la banlieue de Dakar et certaines villes du pays. C’est dans cette situation quasi insurrectionnelle que le président Léopold Sédar Senghor fit un discours à la nation le 30 mai et que les principaux dirigeants des confréries maraboutiques appelèrent au calme à travers des messages radiodiffusés.

  • 11 « Le mouvement étudiant était un adversaire inattendu », disait Ousmane Camara, ancien directeur d (...)

9Le président Senghor et son régime de parti-État (l’Union progressiste sénégalaise, UPS), qui avaient triomphé de toutes les crises face à leurs adversaires depuis le début des années 1960, virent jaillir soudainement un adversaire inattendu11. Le campus, seul espace où une expression politique était possible, était devenu le refuge des partis politiques, provisoirement vaincus, interdits et/ou dissous, dont les jeunes militants s’activaient à la direction du mouvement étudiant. Dans un contexte de révolte juvénile mondiale, les étudiants menaient alors un combat par procuration et se retrouvaient à la tête de la protestation contre le régime de Senghor, contesté pour sa francophilie et son idéologie de « négritude », entre autres. Confronté à une révolte juvénile comme le président français, Charles de Gaulle, son supposé soutien, le président Senghor dut alors faire face à la situation par une série de mesures qui étaient autant de compromis contrastant avec sa fermeté affichée au début de la crise.

10Ainsi, dès le 6 juin, une semaine après l’assaut du campus, le président Senghor opéra un remaniement ministériel remplaçant notamment au ministère de l’Éducation nationale, secteur à l’origine de l’agitation, Amadou Moctar Mbow par Assane Seck ; le président prit lui-même le contrôle du ministère des Armées. Il prit également des mesures de « réduction du train de vie de l’État », en supprimant des indemnités de ministres et de députés. Cela constituait une première réponse propre à ramener la stabilité et, dès le 12 juin, des négociations avec les syndicats de travailleurs permirent la reprise du travail – leur grève dura finalement près de deux semaines. Il restait alors à résoudre la question de l’Université.

11Le règlement de la grève des étudiants fut abordé en même temps que la question des réformes de l’université de Dakar dans le cadre du Conseil africain et malgache pour l’Enseignement supérieur (CAMES) et de l’africanisation de l’université, jusque-là française. En définitive, la grève dura jusqu’aux négociations du mois de septembre 1968 avec les étudiants, le 13, avec les lycéens, le 26, lors desquelles le gouvernement accepta tous les points de revendication des grévistes. Cette « capitulation » termina définitivement le conflit qui avait duré près de quatre mois, de mai à septembre 1968 ; elle permit au président Senghor de reprendre la main après une situation périlleuse pour son régime induite par la vigueur de la contestation qui prit des contours syndicaux, sociaux, politiques et religieux.

Le pouvoir étudiant : contester le néocolonialisme et changer le monde

12Les grévistes avaient des revendications corporatistes concernant leurs conditions de vie et de travail, en général. De plus, la protestation avait des soubassements politiques, les étudiants et les travailleurs dénonçant tous ce qu’ils appelaient le « néocolonialisme » et le « train de vie élevé de l’État ». De fait, l’université de Dakar était française dans ses structures, ses programmes, son personnel et même par le nombre des étudiants ressortissants français (27 % des inscrits en 1968 contre 32 % de Sénégalais et 38 % d’autres Africains francophones). Durant l’année universitaire 1967-1968, huit ans après l’indépendance, l’université de Dakar avait encore un recteur français et comptait 244 professeurs français contre 44 professeurs sénégalais et africains (Bailleul, 1984). Cette structure expliquait la lutte des étudiants pour « décoloniser » et « africaniser » l’université. Sur un autre plan, les travailleurs dénonçaient le blocage des salaires et les difficultés économiques, avec comme bouc émissaires la prépondérance des entreprises françaises, la forte présence des « assistants techniques » français et, surtout, le régime du président Senghor qui incarnait pour eux le visage du néocolonialisme.

  • 12 Ce concept désigne les anciens de de l’université de Dakar, et non les natifs ou les résidents de (...)

13Concomitamment à cette « lutte anti-néocoloniale », les grévistes sénégalais voulaient aussi « changer le monde », à l’instar de leurs collègues des autres pays touchés par la vague de Mai 68. À ce titre, ils s’inscrivaient dans la mouvance globale pour la défense de causes telles que la lutte contre la guerre au Vietnam, contre l’Apartheid, le changement sociétal et les revendications libertaires. En même temps, ils dénonçaient les tentatives d’asphyxie de la Guinée ou de déstabilisation du Ghana durement ressenties par les « Dakarois12 » critiquant le néocolonialisme et la « pseudo-indépendance » de leurs propres gouvernements. Dans le contexte de guerre froide, ils étaient aussi formés et/ou informés politiquement et discutaient les idées, particulièrement les idéologies révolutionnaires, le marxisme et les socialismes, notamment. De manière plus générale, leurs manifestations participaient d’un Mai 68 mondialisé. Les contestataires de Dakar, toujours à l’instar de la jeunesse du monde, se faisaient en effet les échos du désir de changement de toutes sortes exprimé globalement par les protestataires. Les slogans des contestations étrangères étaient généralement repris par les soixante-huitards sénégalais, en même temps qu’on notait une spécificité locale des changements : dans le mode d’habillement, la musique, la référence aux héros du Tiers Monde et à la lutte contre le néocolonialisme.

  • 13 Communication de Mamadou Wane dit Mao au Goethe Institute de Dakar, le 29 mai 2008, lors de la cél (...)

14Cette ouverture au monde s’accompagnait d’un mouvement de « contre-culture » et d’une remise en cause du modèle occidental au profit des valeurs culturelles africaines et du Tiers Monde. Par là, la lutte prenait les contours d’un mouvement d’élite porté par une génération qui avait « la rage de vivre » et se voulait le détonateur d’une sorte de « révolution culturelle » nationale13 par la contestation de l’art et de la culture occidentaux. Les role models d’hier, comme Brigitte Bardot ou autres Johnny Hallyday, cédaient la place à de nouveaux héros issus du Tiers Monde : la révolution cubaine (Che Guevara), la longue marche (Mao Tsé-Toung), la révolution vietnamienne (Ho-chi-Minh et Võ Nguyên Giáp), Martin Luther King, les Black Panthers et le Black Power, Kwamé Nkrumah, Frantz Fanon, Patrice Lumumba, Amilcar Cabral, entre autres. Pendant que Bob Dylan, Jimmy Hendrix et les Rolling Stones faisaient danser le monde, les étudiants de Dakar développaient un goût pour la musique africaine et appréciaient les orchestres guinéens comme le Horoya et le Bembeya-Jazz de Conakry. La tendance était plutôt à un retour aux racines africaines qui valorisait également l’habillement traditionnel africain – Anango, Mom-Sa-Reew et autres tenues auparavant attachées aux anciens du Parti africain de l’indépendance (PAI) et du Parti du rassemblement africain (PRA-Sénégal) –, mais également la tenue révolutionnaire guevariste, la vareuse. Donc, à bien des égards, Mai 68 au Sénégal dépassait un simple mouvement local de protestation et se retrouvait dans la trajectoire du mouvement social mondial, malgré ses spécificités.

  • 14 La Fédération des étudiants d’Afrique noire (FEANF) s’illustrait encore, en 1968, dans les combats (...)

15Cependant, il faut noter que différentes tendances s’affrontaient à l’intérieur du mouvement étudiant. En effet, en face de l’Union démocratique des étudiants sénégalais (UDES), dirigée par Mbaye Diack, et de l’Union des étudiants de Dakar (UED), avec à sa tête le Guinéen Samba Baldé, promotrices de la grève, les étudiants proches du pouvoir s’activaient à la saborder au sein du Mouvement des jeunes de l’UPS (MJUPS) qui véhiculait les mots d’ordre du parti-État. Toutefois, les grévistes bénéficiaient du soutien de leurs compatriotes africains à Paris, regroupés au sein d’organisations comme la Fédération des étudiants d’Afrique noire14, qui protestaient devant l’ambassade du Sénégal à Paris après les événements du campus de Dakar.

Le religieux dans la crise

16L’attitude des organisations religieuses face aux événements de Mai 68 révélait une certaine ironie. Pendant que les chefs musulmans prenaient parti pour le président chrétien Senghor, l’Église défendait la cause des étudiants, ce qui prolongea la crise dans une confrontation entre le président et ses coreligionnaires. Ce dernier voyait d’un mauvais œil le soutien apporté à ses adversaires par une partie de l’Église à laquelle il appartenait, alors que les marabouts lui apportaient un soutien affirmé. En effet, les pères dominicains adoptèrent une attitude contraire à celle des marabouts et dignitaires, notamment le khalife général des Mourides Serigne Falou Mbacké et le marabout Tidiane Cheikh Tidiane Sy, qui lancèrent des appels en faveur de la reprise sur l’ensemble du territoire national, donc « contre la grève ». Au contraire, dès après la répression du campus universitaire, le 29 mai 1968, les pères dominicains se rendirent au chevet des étudiants blessés et accueillirent leurs familles expulsées de la cité universitaire. Le 2 juin, en l’église Saint-Dominique de Dakar, à l’occasion de la fête de Pentecôte, une homélie fut prononcée dans laquelle furent dénoncés les événements.

  • 15 La position des pères dominicains n’était pas neutre en raison de l’action d’avant-garde que la fr (...)
  • 16 Voir Gueye (2017).

17Très remonté contre les pères dominicains, le président Senghor, stigmatisant leur attitude et réprouvant leur comportement à l’égard du pouvoir, demanda leur départ. Ce fut le début d’une crise qui secoua les relations entre l’État du Sénégal et l’État pontifical pendant près de cinq mois, de juin à octobre 1968. Malgré leurs propos peu diplomatiques, on prêtait au président Senghor la volonté de se débarrasser des frères dominicains à qui il vouait une antipathie remontant à plusieurs années et probablement due à la proximité du père Lebret avec son adversaire Mamadou Dia, emprisonné depuis la crise de 196215. Le différend fut résolu, provisoirement, bien après la fin de la crise estudiantine, à la suite de l’intervention conjointe des autorités françaises, pontificales et de la haute hiérarchie de l’Église sénégalaise à travers Monseigneur Hyacinthe Thiandoum16.

18À l’inverse, au moment où il était en conflit avec ses coreligionnaires qui soutenaient ses adversaires, le catholique Senghor pouvait encore compter sur les marabouts qui l’avaient toujours soutenu depuis le début de sa carrière politique, notamment El hadji Falilou Mbacké à la tête de l’importante communauté des Mourides. Le khalife général des Tidianes, El hadji Abdoul Aziz Sy, proclama son attachement au régime le jour du Maouloud, le samedi 8 juin 1968. Cependant, la disparition du khalife général des Mourides, El hadji Falilou Mbacké, dans la nuit du 6 au 7 août 1968 à Touba, eut un impact considérable sur la situation politique et suscita de sérieuses interrogations pour l’avenir politique de Senghor, car il perdait un allié de taille qui lui avait apporté un soutien total dans des moments de rivalités avec des adversaires musulmans dont, parmi les plus en vue, Lamine Gueye, dans les années 1950, et Mamadou Dia, au début des années 1960.

19Avec la perte d’un ami influent au milieu de la crise dont la confrérie avait toujours eu une grande importance dans sa stratégie politique, le président Senghor jouait son avenir politique. Confronté à l’incertitude de la succession et aux orientations que le nouveau khalife allait prendre, il risquait aussi de perdre le contrôle qu’il pouvait avoir sur la confrérie, dont les nouveaux dirigeants prenaient une certaine distance avec lui. Déjà controversé et voyant sa position progressivement affaiblie, sans doute tint-il compte de cette nouvelle donne sociologique pour se préparer à négocier une solution à la grève des étudiants. Dans une manœuvre habile, il réussit à trouver une issue lui permettant de garder la main sur la scène politique dans les années d’après-crise et de sauvegarder son avenir à la tête de l’État, contrairement à son homologue le général de Gaulle qui dut quitter le pouvoir dès 1969.

Les contradictions du Mai 68 sénégalais

20Beaucoup de questions restent en débat, avec leur lot de contradictions. Les étudiants se voulaient à la fois les défenseurs des masses laborieuses tout en réclamant des privilèges d’élite, ceux des « cadres de demain ». Les « révolutionnaires » de 1968 étaient portés par la générosité inhérente à toute action juvénile, certes, mais se trouvaient également dans une position un peu ambiguë à cause du décalage entre cette élite rêvant du « grand soir » et les masses dont ils se voulaient les avant-gardes. Leurs références étaient tantôt sénégalaises voire africaines, tantôt étrangères, donc souvent extraverties. D’ailleurs, la plupart des jeunes de cette mouvance adoptaient les noms ou prénoms de leurs idoles étrangères tirés de la littérature, de la politique, du cinéma ou de la culture, comme Mao (Tsé-Toung), Marx (Karl), Johnny (Hallyday), Ringo (Starr), Castro (Fidel), entre autres. Ce décalage était d’autant plus important que le président Senghor, dans sa propagande contre les étudiants, avait réussi à mobiliser des milices rurales contre des « enfants gâtés », au moment où une partie des populations émeutières urbaines avaient manifesté un soutien actif aux grévistes.

  • 17 Le nom « Con-Bandit » (con et bandit) était une déformation du nom de Daniel Cohn-Bendit qui était (...)
  • 18 Les étudiants de Dakar réclamèrent, à leur tour, la libération de Daniel Cohn-Bendit et de ses cam (...)

21Le déficit de communication s’expliquait en partie par la nature de l’idéologie très intellectuelle des soixante-huitards, face à des parents qui savaient que leurs enfants demandaient quelque chose, sans comprendre quoi. La propagande senghorienne réussit par moments à retourner les parents contre les grévistes. Dans les mosquées et différents lieux de rencontre, les propagandistes de l’UPS expliquaient aux parents que leurs enfants suivaient un Allemand dénommé « Con-Bandit17 », qui serait la cause du désordre ambiant, et essayaient de les convaincre qu’il fallait agir. Notons que Daniel Cohn-Bendit mena la manifestation à Francfort, en septembre 1968, contre la remise du Prix de la paix des libraires allemands attribué à Senghor pour protester contre la répression des étudiants de Dakar18.

  • 19 Presque tous les témoignages des anciens étudiants boursiers de l’université de Dakar en 1968 s’ac (...)

22Sur le plan interne, la question des bourses était, en quelque sorte, une remise en cause de la solidarité entre les étudiants, dans le sens où l’arrivée au campus de nouveaux bacheliers, appelés « mini-bacheliers » par leurs aînés, risquait de déstabiliser le confort de ces derniers dans ce qui était considéré jusque-là comme un « eldorado19 ». Le refus des mesures s’accompagnait de la dénonciation du train de vie de l’État qui se justifiait, certes, mais ressemblait aussi à la défense d’un privilège de classe, d’autant que la bourse servait à contribuer à l’entretien de leur famille pour beaucoup d’étudiants.

23Parmi d’autres contradictions, on peut également citer la question de la validité des diplômes : ils voulaient décoloniser l’université tout en réclamant la « validité de plein droit des diplômes français ». Mai 68 a révélé la survivance d’un attachement à la garantie française alors même que la nouvelle université africaine qu’on projetait de bâtir devait, paradoxalement, se substituer à l’université « française ». La question de la validité de plein droit des diplômes était donc équivoque : les Africains voulaient la maintenir, la préférant à l’équivalence qui leur était proposée. Or si on se réfère à la lutte anti-néocoloniale et pour l’africanisation, conserver la validité de plein droit des diplômes français semble contradictoire avec la dénonciation d’une « néocolonisation », la revendication de l’« africanisation » et/ou de la « sénégalisation » de l’université, signifiant plutôt la rupture d’avec toute sorte de recherche de caution par la France.

Une convergence avec le Mai français et le Mai mondial

  • 20 Discours à la nation du président Léopold Sédar Senghor, le 30 mai 1968.

24Les similitudes furent multiples entre le Mai 68 sénégalais et le Mai 68 français, d’une part, et le Mai mondial, d’autre part. Différents arguments ont été développés afin d’établir, ou non, un lien entre les mouvements dans une sorte d’« internationale contestataire ». D’un côté, Senghor et le pouvoir ont toujours affirmé que le mouvement était influencé par « une main extérieure » et que les étudiants de Dakar « singeaient20 » ceux de Paris. D’un autre côté, les acteurs grévistes eux-mêmes réclamaient leur part de révolution et en appelaient aux idéaux du Mai 68 mondial. Ces différents arguments font penser que les mouvements étaient liés, d’autant plus que le déroulement de la crise a laissé entrevoir des actions similaires des émeutiers, de Dakar et de Paris, à des intervalles très rapprochés. Les « voyous de Dakar » et les « pestiférés de Nanterre » semblaient être liés par un destin commun, tout comme le président Senghor et le général de Gaulle semblaient menacés par un même péril. Toutefois, malgré leurs similitudes, leur simultanéité, les tentatives de jonction et certains idéaux en partage, les mouvements, notamment dakarois et parisien, n’avaient ni les mêmes causes, ni la même scénographie, ni les mêmes effets.

  • 21 Certains anciens acteurs ne sont pas loin de considérer Mai 68 comme un mouvement contre le régime (...)
  • 22 Mamadou Dia était encore à la prison de Kédougou depuis son échec dans le duel qui l’opposa à Sengh (...)

25Le contexte mondial de guerre froide, marqué par des velléités des organisations de gauche de faire triompher leur rêve de « grand soir », avait rendu le mouvement plus complexe. Beaucoup d’événements s’étaient combinés pour augmenter la tension. En effet, la contestation mondiale de la jeunesse au « printemps de 1968 » alourdissait le contexte national déjà difficile pour le Sénégal qui avait connu des crises multiformes dans ces années 1960. La thèse de la « lutte contre le néocolonialisme », évoquée comme objet de la mobilisation des manifestants, servait aussi de prétexte pour valider la thèse du malaise économique et social qui justifierait une adhésion populaire à un « mouvement contre le régime de Senghor21 ». Dans ce même ordre d’idée entrait la remise en question du statut de l’université de Dakar qui était encore, en 1968, une « université française », huit ans après l’indépendance du Sénégal. La « génération de l’utopie révolutionnaire », comme certains jeunes révolutionnaires s’appelaient, semblait ainsi bouleverser les données politiques fondées sur la compétition entre forces politiques traditionnelles, compétition dans laquelle « le président Senghor semblait toujours gagner ». Désormais, un nouvel acteur enrichit l’espace politique, Cheikh Anta Diop, qui, après l’élimination de Mamadou Dia, incarnait une volonté de renaissance faisant suite à la mise sous l’éteignoir provisoire des forces politiques de gauche qui avaient incarné l’opposition radicale, c’est-à-dire le PAI et le PRA-Sénégal22.

26Sous le couvert d’une révolte dont les jeunes étudiants furent le déclencheur en mai 1968, s’amorça alors une nouvelle donne politique impulsée par un adversaire inattendu qui contraignit le pouvoir sénégalais à engager des réformes en profondeur.

Conclusion

27Le Sénégal avait connu une certaine stabilité politique, dans les années 1960, au moment où la plupart des nouveaux États africains indépendants connaissaient des troubles récurrents et de toutes sortes : guerre civile au Biafra, coups d’État au Ghana, avènement de régimes issus de coups d’État militaires, etc. Le régime du président Senghor était toujours sorti indemne de tous les soubresauts qui avaient secoué le pays et son parti, mais il bascula dans la tension, en 1968. La grève des étudiants de l’université de Dakar, soutenue par les élèves, les travailleurs et certaines couches de la population, se généralisa et toucha, par ses répercussions, les autres pays qui envoyaient des étudiants à Dakar. La crise qui dura de mai à septembre se déroula en deux grandes phases : une phase violente, qui se termina avec l’arrêt de la grève des syndicats de travailleurs le 12 juin, et une phase de latence, avec la question de l’université qui se termina avec la fin de la grève étudiante et scolaire le 26 septembre. La contestation, déclenchée au sujet de la revendication estudiantine sur la question des bourses, prit la forme d’une lutte contre le pouvoir personnel de Senghor. Elle se termina, à la surprise générale, par la capitulation du président, lequel avait pourtant adopté une position dure durant toute la période de crise, avant de céder sur tous les points de revendication pour sauver son régime.

  • 23 « Le Sénégal ne périra pas », dit Senghor lors de la manifestation de soutien de ses militants et (...)

28De façon générale, on peut considérer que le contexte des événements de Mai 68 dans le monde fut une coïncidence heureuse qui offrit aux jeunes Sénégalais et Africains l’occasion de mener une lutte « révolutionnaire » à l’instar des jeunes du monde, contribuant ainsi à écrire une des pages les plus importantes de leur histoire nationale. Le régime fut ébranlé, certes, mais ne tomba pas23. Cependant, à défaut d’imposer le pouvoir étudiant ou de réaliser le grand soir, les jeunes contestataires impulsèrent de nombreuses réformes en profondeur survenues dans la société sénégalaise, sur les plans politique, économique et universitaire.

Haut de page

Bibliographie

Bailleul, André, 1984, « L’université de Dakar : institutions et fonctionnement (1950-1984) », Université de Dakar, thèse de doctorat d’État de droit.

Bathily, Abdoulaye, 1992, Mai 68 à Dakar ou la révolte universitaire et la démocratie, Paris, Chaka.

Blum, Françoise, 2012 « Sénégal 1968 : révolte et grève générale », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 59-2, p. 144-177.

Cooper, Frederick, 1996, Decolonisation and African Society. The labour question in French and British Africa, Cambridge, Cambridge University Press.

Diané, Charles, 1990, La FEANF et les grandes heures du mouvement syndical étudiant noir, Paris, L'Harmattan.

Diop, Momar-Coumba, 1992, « Le syndicalisme étudiant : pluralisme et revendication », dans id., Le Sénégal, trajectoire d’un État, Dakar, Codesria, p. 431-451.

Diouf Mamadou, Mbodj, Mohamed et Bathily, Abdoulaye, 1992, « Le mouvement étudiant sénégalais, des origines à 1989 », dans Hélène d’Almeida-Topor, Catherine Coquery-Vidrovitch, Odile Goerg et al. (éd.), Les jeunes en Afrique, vol. 2 : La politique et la ville, Paris, L'Harmattan, p. 282-310.

Dramé, Patrick et Lamarre, Jean (dir.), 2009, 1968, des sociétés en crise : une perspective globale, Québec, Presses de l’université de Laval.

Fall, Mar, 1989, L’État et la question syndicale au Sénégal, Paris, L’Harmattan.

Gaillard, Philippe, 1998, « Mai 68 au Sénégal », Jeune Afrique, n° 1950, 26 mai.

Gueye, Omar, Mai 1968 au Sénégal, Senghor face aux étudiants et au mouvement syndical, Paris, Karthala, 2017.

Gueye, Omar, 2011, « Léopold Sédar Senghor et le mouvement syndical », Cahier Senghor, no 2, chaire Senghor de la Francophonie, université du Québec en Outaouais, février, p. 1-27.

Lô, Magatte, 1987, Sénégal : syndicalisme et participation responsable, Paris, L'Harmattan.

Ndiaye, Moustapha Ndéné, 2007, 68 Neige sur Dakar, Dakar, Éditions Fama.

Seck, Assane, 2005, Sénégal, émergence d’une démocratie moderne, 1945-2005, un itinéraire politique, Paris, Karthala.

Senghor, Léopold Sédar, 1961, Nation et Voie africaine du Socialisme, Paris, Présence africaine.

Thioub, Ibrahima, 1992, « Le mouvement étudiant de Dakar et la vie politique sénégalaise : la marche vers la crise de mai-juin 1968 », dans Hélène d’Almeida-Topor, Catherine Coquery-Vidrovitch, Odile Goerg et al. (éd.), Les jeunes en Afrique, vol. 2 : La politique et la ville, Paris, L'Harmattan, p. 267-281.

Haut de page

Notes

1 Le Sénégal a connu dans sa première décennie d’indépendance une multitude de crises : l’échec de la Fédération du Mali avec le Soudan français ; la crise de décembre 1962, opposant le camp du président de la République, Léopold Sédar Senghor, à celui du président du Conseil, Mamadou Dia ; les tragiques troubles postélectoraux de 1963 ; les attentats et assassinats politiques en 1967 ; etc. (Voir Gueye, 2011).

2 Ces différentes interprétations résultent du recoupement des divers témoignages d’anciens acteurs et contemporains, ainsi que de leurs contradicteurs. Mais à la faveur de l’ouverture progressive des archives officielles, notamment françaises, une production importante continue à être consacrée à la question ces dernières années. Voir Gueye (2017), Bathily (1992), Lô (1987), Thioub (1992), Dramé et Lamarre (2009), Blum (2012), Ndiaye (2007).

3 Témoignage d’Ibou Diallo, contemporain de la grève de mai 1968.

4 Officiellement, Salmon Khoury, originaire de Ziguinchor, fut le seul mort lors de l’assaut des forces de l’ordre sur le campus universitaire de Dakar le 29 mai 1968. Les circonstances de sa mort et le bilan de cette journée furent contestés par les étudiants.

5 L’Union nationale des syndicats du Sénégal, la principale centrale syndicale des travailleurs, par ailleurs alliée au régime du parti-État, était divisée dans son soutien. Elle devait logiquement être du côté du pouvoir, son allié, mais elle soutint les étudiants, notamment sa section régionale du Cap-Vert.

6 La plupart des étudiants étaient au camp Archinard à Dakar, pendant que les travailleurs étaient déportés à Dodji, région éloignée de Dakar, dans le lointain désert du Ferlo ; ils furent libérés après les premières mesures prises en juin par le gouvernement à l’issue des négociations avec les travailleurs.

7 De nombreux contemporains de Mai 68 ont témoigné de leur expérience de la grève en tant qu’élèves des cycles primaire et secondaire, lesquels ont aussi participé au mouvement, notamment dans des localités éloignées de Dakar.

8 Témoignage de Joseph Gomis, élève au village de Soucouta, un village situé à 26 km de Ziguinchor, Le Quotidien, 6 juin 2008.

9 C’est une expression consacrée au même titre que celle des « pestiférés de Nanterre ».

10 Dakar fut, très tôt, un grand centre d’accueil qui abrita le projet de formation des cadres africains francophones à travers ses écoles et, plus tard, son université, laquelle était, à sa création, la 18e université française. La renommée de l’université de Dakar est liée à l’histoire de la ville, à la fois capitale fédérale de l’Afrique occidentale française (AOF) en 1895, de la colonie du Sénégal en 1957, de l’éphémère Fédération du Mali en 1959, et de l’État du Sénégal indépendant à partir de 1960. La ville évolua en tant que métropole francophone ouest-africaine, aussi bien pendant la période coloniale qu’au lendemain des indépendances. À ce titre, la plupart des événements sociaux et politiques de l’histoire de l’AOF se sont déroulés à Dakar, de sorte que l’histoire du Sénégal se confond souvent avec celle de l’AOF, voire des autres territoires français. Le mouvement de Mai 68 fut également une illustration de cette expérience commune entre jeunes Africains de l’espace francophone.

11 « Le mouvement étudiant était un adversaire inattendu », disait Ousmane Camara, ancien directeur de la Sûreté nationale en 1968, lors de la commémoration à Dakar du 40e anniversaire des événements de 1968.

12 Ce concept désigne les anciens de de l’université de Dakar, et non les natifs ou les résidents de la ville.

13 Communication de Mamadou Wane dit Mao au Goethe Institute de Dakar, le 29 mai 2008, lors de la célébration du quarantenaire de Mai 68. Il était l’un des dirigeants du mouvement syndical élève à Dakar en 1968.

14 La Fédération des étudiants d’Afrique noire (FEANF) s’illustrait encore, en 1968, dans les combats sociaux et politiques amorcés bien avant l’indépendance des pays africains francophones, dans le sillage d’autres organisations telles que l’Union générale des étudiants de l’Afrique de l’Ouest (UGEAO), dans les années 1950-1960, et leurs héritières, l’Union des étudiants de Dakar (UED) dans les années 1960-1970 et l’Union démocratique des étudiants de Dakar (UDED) dans les années 1980–1990.

15 La position des pères dominicains n’était pas neutre en raison de l’action d’avant-garde que la fraternité avait toujours menée dans la réflexion sociale et le processus de maturation intellectuelle des étudiants de la cité universitaire de Dakar. Cette position se comprend du fait de la proximité géographique entre l’église Saint-Dominique et la cité universitaire, d’une part, et, d’autre part, par la proximité intellectuelle entre les pères dominicains et les étudiants qui entreprenaient des actions de solidarité et nourrissaient ensemble des réflexions sur des projets de société pour le Sénégal, l’Afrique et le monde. Le révérend-père Lebret a joué un rôle déterminant dans ce processus, mais sa proximité avec l’ancien président du Conseil, Mamadou Dia, lui causa beaucoup de déboires ainsi qu’à sa communauté.

16 Voir Gueye (2017).

17 Le nom « Con-Bandit » (con et bandit) était une déformation du nom de Daniel Cohn-Bendit qui était, avec ses compagnons comme Alain Geismar et Jacques Sauvageot, un des leaders du Mai français.

18 Les étudiants de Dakar réclamèrent, à leur tour, la libération de Daniel Cohn-Bendit et de ses camarades arrêtés lors de ces manifestations.

19 Presque tous les témoignages des anciens étudiants boursiers de l’université de Dakar en 1968 s’accordent sur ce point. Nous empruntons ces termes à l’un d’eux, Birahim Bâ, membre de la direction de l’UDES en 1968.

20 Discours à la nation du président Léopold Sédar Senghor, le 30 mai 1968.

21 Certains anciens acteurs ne sont pas loin de considérer Mai 68 comme un mouvement contre le régime de Senghor.

22 Mamadou Dia était encore à la prison de Kédougou depuis son échec dans le duel qui l’opposa à Senghor lors de la crise de décembre 1962, lorsqu’il fut accusé d’avoir tenté un coup d’Etat ; le PAI dissous était encore dans la clandestinité, tandis que le PRA-Sénégal avait fini par rejoindre l’UPS, le parti du président Senghor depuis 1966.

23 « Le Sénégal ne périra pas », dit Senghor lors de la manifestation de soutien de ses militants et sympathisants le 13 mai 1968 (Dakar-matin, 4 juin 1968).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Omar Gueye, « Mai 1968 au Sénégal », Socio, 10 | 2018, 121-136.

Référence électronique

Omar Gueye, « Mai 1968 au Sénégal », Socio [En ligne], 10 | 2018, mis en ligne le 13 mars 2018, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio/3144 ; DOI : 10.4000/socio.3144

Haut de page

Auteur

Omar Gueye

Omar Gueye est professeur au département d’histoire de la faculté des lettres et des sciences humaines de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Auteur de l’ouvrage Mai 1968 au Sénégal, Senghor face aux étudiants et au mouvement syndical (Karthala, 2017), où il analyse la spécificité du mouvement étudiant sénégalais dans le mouvement social mondial, il a consacré l’essentiel de ses travaux de recherche à l’histoire du syndicalisme africain, aux conflits sociopolitiques et aux questions de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel africain.

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals