Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 . Françoise Gaspard et Farhad Khosrokhavar, Le foulard et la République, Paris, La Découverte, 1995 (...)
  • 2 . Nilüfer Göle, Musulmanes et modernes, Paris, La Découverte, 1993.

1Dès qu’il est question des femmes musulmanes, le débat est plus idéologique et superficiel, passionnel aussi, que réellement construit sur la base de connaissances solides et documentées. Les préjugés tiennent alors vite lieu d’analyse, et les interventions dans l’espace public, tout particulièrement en France, s’avèrent profondément, et parfois violemment partisanes, en même temps qu’assez largement ignorantes des réalités vécues par les femmes concernées, ou du sens qu’elles donnent à leurs actions : il a fallu en France attendre 1995, et la publication de la première étude sociologique importante du « foulard »1, pour que soient quelque peu éclairées les violentes oppositions apparues en 1989 lors de la première affaire dite « du voile islamique ». Pour les uns, les femmes musulmanes sont dominées et aliénées, ou menacées de l’être, le port du « foulard » en serait une illustration majeure ; pour les autres, elles sont, au contraire, capables de s’affirmer comme telles, avec leur religion, dans la vie moderne. Pour les uns, il faut protéger les femmes musulmanes des excès et dérives de leur religion, qui mettent en cause le principe même du vivre ensemble républicain ; pour d’autres, il convient de reconnaître qu’elles peuvent au contraire se révéler comme le fer de lance d’une intégration réussie, où elles sont, comme l’a écrit Nilüfer Göle il y a déjà un quart de siècle, à la fois « musulmanes et modernes2 ».

2Socio a choisi de consacrer une bonne partie du dossier de son numéro 11 à l’examen concret de l’engagement de femmes musulmanes, à la façon dont elles font le choix de transformer leur existence, mais aussi le groupe, voire la société à laquelle elles appartiennent. Les travaux ici mobilisés portent sur la France, avec notamment Hourya Bentouhami, mais aussi sur d’autres pays, autorisant la comparaison, explicite s’il s’agit des expériences britannique et française qu’envisagent Danièle Joly et Khursheed Wadia ; sur des engagements associatifs de type humanitaire ou social, sur les réalités du terrain, par exemple en Afghanistan (Teresa Koloma Beck), mais aussi sur des choix qui apparaissent comme radicaux, avec le port du niqab (Agnès De Féo) ou avec le militantisme de femmes au sein du Hezbollah libanais (Erminia Chiara Calabrese). Ce dossier examine des logiques d’engagement, mais aussi de dégagement, ce qui est le cas au Liban via la conversion de musulmanes au protestantisme évangélique (Fatiha Kaouès).

3Agir comme femme musulmane, c’est se confronter à au moins deux types de questions, et risquer d’avoir à opérer des choix déchirants : car s’émanciper comme femme est une chose, participer au combat de musulmans pour plus de justice ou de reconnaissance en est une autre. Et quand la religion s’avère source de domination masculine, et est en même temps disqualifiée ou exclue, alors, quelle lutte les femmes peuvent-elles mener, leur faut-il tenter d’agir sur deux fronts ? En choisir plutôt l’un, au détriment de l’autre, voire contre ?

  • 3 . Angela Davis, Femmes, race et classe, Paris, Éditions des Femmes, 2007 [1981].

4C’est ici qu’apparaît une autre caractéristique de ce dossier, avec un effort de théorisation qui inscrit ses auteures dans les perspectives récentes de l’« intersectionnalité ». L’idée ici, on le voit avec Pénélope Larzillière dans les premières pages du dossier que nous avons préparé ensemble, est que les femmes musulmanes, qui, en tout cas au sein des sociétés occidentales, appartiennent le plus souvent à des groupes sociaux défavorisés, cumulent de façon qui peut se révéler difficile à gérer, parfois intenable, des formes de domination ou d’exclusion relevant de trois registres : classe, religion et genre. Cette intersectionnalité, qui n’est pas sans rappeler les célèbres analyses d’Angela Davis sur « femmes, race et classe3 », est un concept proposé par Kimberlé Crenshaw à la fin des années 1980 pour rendre compte non pas du seul cumul des formes de domination et de stigmatisation, mais de leur entrecroisement et des contradictions spécifiques qu’il génère. Est-il utile, ici, adapté et pertinent ? Nous laisserons le lecteur se faire une opinion, en notant, simplement, la diversité des conceptions et des usages du concept d’intersectionnalité dans les sciences sociales anglo-saxonnes, et le fait qu’il est très débattu en France.

5L’islam, qu’il s’agisse des hommes ou des femmes, est si souvent traité sous l’angle des engagements politiques ou métapolitiques qu’il sous-tend que l’on en oublie généralement d’autres dimensions : Socio refuse cette réduction, et notre dossier, avec un échange passionnant entre Nilüfer Göle et Yannick Lintz, donne aussi une place significative, et avec toute l’épaisseur historique qu’elles méritent, aux dimensions artistiques.

6Notre revue tient à accueillir dans ses pages des textes indépendants du dossier, qui maintiennent le contact avec une communauté élargie de chercheurs. C’est ainsi que l’on trouvera, dans le prolongement de notre dossier, mais hors religion, une analyse du discours de la gauche radicale égyptienne sur les femmes ; et dans le droit-fil de plusieurs dossiers et articles de nos livraisons antérieures, un texte d’Yves Schemeil sur les études internationales cosmopolites en Asie. Enfin, alors même que déferlent partout dans le monde, et tout particulièrement en Europe, toutes sortes de populismes, Francesca Veltri analyse avec précision le phénomène singulier, et si important, que constitue en Italie le Mouvement 5 étoiles.

Haut de page

Notes

1 . Françoise Gaspard et Farhad Khosrokhavar, Le foulard et la République, Paris, La Découverte, 1995.

2 . Nilüfer Göle, Musulmanes et modernes, Paris, La Découverte, 1993.

3 . Angela Davis, Femmes, race et classe, Paris, Éditions des Femmes, 2007 [1981].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio, 11 | 2018, 5-7.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio/3215

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 2015 le président du directoire de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et, depuis 1989, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010) et a dirigé le Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS) de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : avec Farhad Khosrokhavar, Les juifs, les musulmans et la République (Robert Laffont, 2017), Les sciences humaines et sociales françaises à l’échelle de l’Europe et du monde. Rapport à M. Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017) ; sous sa direction : Antiracistes (Paris, Robert Laffont, 2017), et Face au mal (Textuel, 2018).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals