Navigation – Plan du site
Dossier

Genre et militantisme au sein du Hezbollah libanais

Apprentissage militant et réenchantement du mondeGender and militantism within Hezbollah in Lebanon: Militant learning and re-enchantment of the world
Erminia Chiara Calabrese
p. 77-96

Résumés

Cet article s’intéresse au parcours de femmes au sein du Hezbollah libanais. Quel est leur rôle dans un parti qui propose un modèle de militantisme très viril et implanté dans une société libanaise elle-même structurée par une répartition sexuée forte des rôles sociaux ? Quels sens donnent-elles à leur engagement dans un parti où, tout en étant bien présentes à l’intérieur de la structure partisane, elles y demeurent en droit extérieures ? Il s’agit de voir comment la dimension du genre constitue un aspect décisif dans l’organisation du parti, dans les pratiques quotidiennes et dans les rétributions du militantisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les travaux de Margaret Maruani (sur les grèves de femmes) sont dans ce sens pionniers.
  • 2 L’Orient-Le Jour, 30 mai 2009.

1La recherche sur l’action collective et le militantisme met bien en évidence le rôle joué par les femmes dans différents mouvements politiques, et notamment au sein des mouvements protestataires1. Depuis les années 1970, tout un courant s’est intéressé aux mouvements de femmes, « soulignant à la fois leur apport à la lutte contre le patriarcat et les modalités spécifiques de leur militantisme » (Fillieule et Roux, 2009 : 13). Toutefois les travaux portant sur la manière dont le militantisme est structuré par les rapports sociaux de sexe sont plutôt rares (ibid.). Comme l’affirment Patricia Roux et Olivier Fillieule, « les mouvements politiques sont souvent appréhendés comme s’ils étaient “neutres”, c’est-à-dire indifférents aux rapports de pouvoir, qu’ils soient de genre, de classe, de race ou d’âge, alors même que ces rapports les structurent » (ibid. : 15). Dans le contexte libanais caractérisé par une forte répartition sexuée des rôles sociaux, les femmes n’accèdent que difficilement à la sphère politique : le Liban présente l’un des taux les plus faibles de la région en matière d’engagement politique des femmes. « Si celles-ci sont très présentes dans la société civile, dans les services sociaux, dans les entreprises et dans le secteur privé, leur présence dans l’arène politique est très réduite et elle est souvent due à des réseaux personnels ou familiaux » (Kingston, 2011 : 6). Lors des élections législatives de 2009, Fahima Charafeddine, sociologue à l’Université libanaise, notait comment au Liban, « plus d’un demi-siècle après avoir obtenu le droit de vote, les femmes n’occupent actuellement que 6 sièges sur 128 au Parlement. Et la plupart de ces députées ont hérité leur siège d’un époux ou d’un proche tué2 ».

  • 3 Sur les différents cercles militants du Hezbollah, voir Calabrese (2016 : 132-144).

2Dans la lignée d’autres partis, notamment le Parti communiste libanais (PCL) et le Parti syrien national social (PSNS), le Hezbollah – parti à référence islamique né dans les années 1980, avec pour priorité la lutte contre l’occupation israélienne au Liban (1982-2000) – a su donner aux femmes une place en son sein, en concevant des activités partisanes féminines et un rôle pour elles au sein de l’organisation. Toutefois les femmes ne peuvent pas formellement adhérer au parti ni donc être considérées à proprement parler comme des « membres ». Tout en étant bien présentes et à l’intérieur de la structure partisane (avec des niveaux d’investissement variables et des responsabilités parfois importantes), elles y demeurent en droit extérieures. Cette situation n’est pas sans créer des mécontentements au sein de ce « cercle militant féminin »3.

  • 4 Le mot ’iltizâm en arabe signifie « engagement », il a souvent une connotation religieuse. Sur la (...)
  • 5 Le mot hezb qui en arabe signifie « parti » est utilisé par les militants comme diminutif du Hezbo (...)

3Ce cercle est composé de femmes qui se définissent individuellement comme « multazima bil hezb4 », que je traduis ici par « engagée au Hezbollah5 ». Ce statut se caractérise par des degrés d’investissement très variés au sein du parti : certaines y travaillent à temps plein (sections, organisations, associations, comités féminins) en percevant des salaires, d’autres sont volontaires dans des associations satellites du parti, d’autres encore sont de simples « engagées » sans responsabilités actives.

4Comment se produit dans les pratiques, mais aussi dans les subjectivités, l’engagement de femmes au sein d’une institution marquée « par la prégnance d’un modèle militant viril » (Dermenjian et Loiseau, 2009 : 93), et dans une société libanaise structurée par une répartition sexuée forte des rôles sociaux ? Une fois dans le parti, comment négocient-elles l’équilibre entre, d'une part, « leur assignation à une identité de mères et le maintien de tâches domestiques » (ibid.) et, d'autre part, leur rôle de porte-parole de la vision d’une « société de la résistance », véhiculée par le parti ? En termes de rétribution symbolique, peut-on parler de spécificités des rôles et des statuts militants en fonction du genre ?

  • 6 Par « rôle », il faut entendre « l’ensemble des comportements qui sont liés à la position qu’on oc (...)
  • 7 Dans le sens de l’ensemble des avantages matériels et symboliques associés à l’investissement dans (...)

5Il convient en premier de saisir les conditions d’entrée au parti et de s’intéresser à la « tenue et prise de rôle6 » (Lefebvre, 2010) de ces femmes au sein du Hezbollah. L’hypothèse principale de cet article est que la dimension du genre constitue un aspect décisif dans le « façonnage organisationnel » (Sawicki et Siméant, 2009) du parti, dans les pratiques quotidiennes et dans les rétributions du militantisme7.

6J’analyserai ensuite les significations que ces femmes donnent à leur engagement, et comment celui-ci devient, comme l’avait déjà noté Lara Deeb (2003), une façon complémentaire de contribuer à la lutte armée du parti. Cet engagement, du moins tel que le conçoivent les dirigeants du parti, se caractérise par la participation à un projet idéologique global totalisant que Bernard Pudal a défini, à propos du Parti communiste français, par « toute une série de procédures par lesquelles se réalise une conversion de tout l’être, plus ou moins complètement accomplie » (Pudal, 2005 : 57) et qui pousse les individus à faire progressivement « totalement corps avec l’institution » (Pudal, 1994).

7J’avance ici l’idée que, pour ces femmes, l’engagement dans le Hezbollah participe d’une « réalisation de soi » (Mahmood, 2009) et relève de l’émergence de nouvelles subjectivités féminines, comme l’a déjà montré Stéphanie Latte Abdallah dans les contextes jordanien et palestinien (Latte Abdallah, 2010).

  • 8 L’agression israélienne de 33 jours, en juillet 2006, contre le Liban a été un moment propice d’ad (...)

8Cet article s’appuie sur une enquête ethnographique (entretiens, observations participantes et conversations informelles) menée auprès de militantes du Hezbollah depuis 2005, dans la banlieue sud de Beyrouth, dans des quartiers où l’ancrage territorial et militant de ce parti est prégnant depuis le milieu des années 1980. Les militantes rencontrées sont âgées de 20 à 60 ans ; elles sont issues de milieux populaires ; la date de leur adhésion au parti se situe entre la fin des années 1980 et 20068. La majorité de ces rencontres ont eu lieu à leur domicile.

  • 9 Sauf exceptions, voir notamment Vannetzel (2016).

9D’un point de vue théorique et méthodologique, sont mobilisés ici les outils de la sociologie du militantisme et notamment le concept interactionniste de « carrière militante » qui permettra de saisir à la fois les scansions objectives du parcours militant et leur mise en sens subjective (Fillieule, 2001). Ce type d’analyse, très rarement utilisé pour étudier l’engagement dans des mouvements politico-religieux et encore plus rarement s’ils sont à référent islamique9, offre un double avantage : il permet d’échapper d’un côté à une appréhension de ces engagements comme étant « exceptionnels » et de l’autre à l’idée d’une assimilation mécanique entre l’adhésion au Hezbollah et l’ensemble des expériences politiques vécues par les chiites libanais.

10Comprendre comment ces engagements se produisent, c’est s’intéresser aux mécanismes du « façonnage organisationnel » au sein de partis politiques et notamment à la manière dont les individus une fois engagés « habitent ces institutions » (Fretel, 2011) en fonction des caractéristiques sociales et intellectuelles des militants et des « variations des conditions historiques » (Fillieule, 2005). Si sans doute les socialisations initiales sont importantes, l’engagement est ici compris en tant que « processus d’apprentissage », apprentissage qui se produit par les ajustements et désajustements entre les histoires individuelles, les organisations et les contextes (Fillieule, 2001).

Le Hezbollah libanais : implantation sociale et mobilisation

11Né sous la forme d’une organisation armée agissant contre l’occupation israélienne du Liban à la suite de l’invasion de 1982, le Hezbollah est aujourd’hui l’un des principaux mouvements politiques du Liban. Parti des mustad’afîn (les « sans pouvoir ») des régions de la Bekaa et du Sud-Liban, puis d’une classe urbaine négligée venue s’installer dans la banlieue sud de Beyrouth, il joue un rôle central dans la mobilisation des différentes classes sociales au sein d’une partie de la communauté chiite libanaise. Il a habilement réussi à s’affirmer comme le meilleur défenseur des droits de cette communauté, et comme le seul garant de sa sécurité, s’érigeant en défenseur de la frontière sud du pays et, depuis 2011, en « protecteur de la frontière » avec la Syrie face notamment aux menaces de différents groupes djihadistes d’opposition au régime de Bashar al-Assad à la suite des soulèvements anti-Assad en mars 2011.

12Le Hezbollah a fait officiellement son entrée dans les institutions du pouvoir en participant aux élections législatives de 1992, les premières depuis 1972. À la fin de la guerre libanaise (1975-1990), alors que toutes les milices sont dissoutes (au moins officiellement), le Hezbollah est le seul parti libanais à poursuivre la lutte armée au nom du combat contre l’occupation israélienne. L’année 1998 voit sa participation aux élections municipales, et, en 2005, il entre au gouvernement, avec la nomination d’un ministre venant de ses rangs. Depuis juin 2011, il appartient pour la première fois à la majorité et non plus à l’opposition.

  • 10 Doctrine élaborée par Khomeyni à la fin des années 1960 et qui, en l’absence de l’imam caché depui (...)

13Les référentiels de l’action du Hezbollah comportent deux dimensions : la première s’inspire du projet de chiisme politique de Ruhollah Khomeyni et repose sur la doctrine de la wilâyat al-faqîh (guidance du juriste-théologien)10. La seconde, politique, pragmatique et territoriale, renvoie à la lutte contre Israël en tant qu’occupant du territoire libanais. L’organe le plus important du parti est le conseil consultatif (majlis al-shûra ou simplement shûra) composé de sept membres, tous de sexe masculin. Ce Conseil a pour tâche de « définir les objectifs et la ligne politique, d’accompagner les plans généraux de l’action du parti et de prendre les décisions politiques » (Qassem, 2008b : 91).

  • 11 Entretiens avec des responsables du parti, Beyrouth, 2008.

14Le statut de membre est réservé aux hommes. Les dirigeants du parti justifient cette exclusion partielle des femmes par deux arguments : leur formation n’inclut pas d’entraînement militaire – condition nécessaire pour être membre du parti (Calabrese, 2016) – et elles ne peuvent actuellement participer aux combats armés (Qassem, 2008a) : « maintenant, en l’état actuel des choses, vu le nombre suffisant d’hommes au combat, il n’est pas nécessaire de recruter les femmes »11. Cela n’empêche pas qu’en cas de besoin, elles puissent participer au combat.

  • 12 Entretien avec une responsable de ce comité, Beyrouth, 2008.
  • 13 Sur ces conseils, voir Hamzeh (2004).
  • 14 Voir le quotidien Al-Ra’i, 13 avril 2010.

15À ses débuts, le Hezbollah ne disposait d’aucune structure partisane pour les femmes. Elles étaient le plus souvent chargées d’organiser des événements, des commémorations ou de donner des cours de religion aux enfants et aux adolescents. Depuis 2000, les choses ont changé. Le parti met en place des comités féminins dont l’objectif est d’encadrer et de régler la participation féminine. Ils sont divisés en trois sections : culture, affaires sociales et relations publiques, et enfin communication12. Avant 2004, les femmes n’étaient pas représentées dans les principales instances du parti, c’est-à-dire le conseil exécutif, le conseil (ou bureau) politique, le conseil central et le conseil consultatif 13. Depuis la conférence annuelle du parti, en 2004, une recommandation a été approuvée par la direction du parti « afin de favoriser la participation des femmes dans l’action politique directe »14, en organisant leur présence dans les principaux conseils du parti. À la suite de cette décision, Rima Fakhri a été élue membre du bureau politique et Wafa’a Huteyt membre du conseil exécutif. Toutefois, cet investissement partiel des femmes dans la sphère politique ne s’accompagne pas (encore) de candidatures féminines lors des élections législatives.

L’entrée en militance : modes différentiels de socialisation

  • 15 Plusieurs facteurs ont contribué au retrait d’Israël du Liban à l’aube du 25 mai 2000 : les opérat (...)
  • 16 Secrétaire général du Hezbollah depuis 1992.

16Pour celles qui se sont engagées à la fin des années 1990 et en général après l’an 2000 – lequel marque la fin de vingt-deux ans d’occupation israélienne au Liban et que le Hezbollah célèbre comme une victoire du parti15 –, une socialisation familiale proche des idées du Hezbollah apparaît comme un puissant facteur d’entrée en militance, notamment parmi les femmes ayant décidé de militer au cours de leur jeunesse et avant leur mariage. Certaines rappellent s’être engagées au Hezbollah « par héritage », car « toute leur famille était déjà au parti » : depuis leur jeunesse « elles voient des posters de Hasan Nasrallah16 partout à la maison », ou accompagnent « leurs mères aux commémorations et célébrations du parti ». D’autres, ou les mêmes, ont évoqué comment elles ont grandi dans une « ambiance Hezbollah » et ont participé depuis leur enfance aux activités ludiques et éducatives du parti.

17La figure d’« une mère forte » faisant face aux difficultés et à de lourdes responsabilités familiales et professionnelles, notamment quand le mari est engagé dans le combat armé et perd parfois la vie, apparaît comme une référence récurrente. Comme l’avaient déjà noté Dermenjian et Loiseau à propos du Parti communiste français, cela « semble constituer une première différence entre les hommes et les femmes, car ceux-ci se réfèrent plutôt au père » (Dermenjian et Loiseau, 2009 : 95).

18Pour ces femmes, l’engagement s’inscrit dans une continuité familiale, le choix de rejoindre le parti est conçu et vécu comme une étape naturelle dans le processus de socialisation et dans la prise de conscience politique. Néanmoins, si les idées et les positions politiques des familles des militantes rencontrées ont joué un rôle important dans l’adhésion au parti, cette première socialisation « ne suppose aucune automaticité de l’héritage politique » (Muxel, 2010 : 58).

  • 17 Le terme est ici entendu non pas comme une « communauté d’âge » mais plutôt comme une « communauté (...)

19Bien que certaines se réfèrent avant tout à un héritage familial, plusieurs insistent sur leur propre choix dans l’entrée en militance au Hezbollah. Il y a là une constante, surtout parmi celles qui ont rejoint le Hezbollah au cours des premières années de sa fondation (1980-1990) – quand le parti était engagé dans le combat militaire contre l’occupation israélienne. On peut considérer qu’elles forment la première génération militante féminine au Hezbollah17 : « Je n’ai pas choisi ce parti car mes parents y étaient déjà, mais parce qu’il était proche de mes idées », « C’est quand j’ai connu ce parti, sa lutte contre l’occupation israélienne au Liban, que j’ai décidé de m’y engager ». La lutte menée par le Hezbollah contre l’occupation israélienne fait d’autant plus sens pour ces femmes qu’elles sont en majorité originaires du Sud-Liban et ont donc vécu l’occupation directement.

  • 18 Un faible militantisme au sein du parti n’a pas d’effets sur la vie familiale et le choix de l’épo (...)
  • 19 École religieuse pour la formation de clercs chiites. Sur cette question, voir Mervin (2003).

20Si la famille d’origine n’est pas la source de la socialisation, ce rôle peut souvent être joué par la famille d’accueil, et notamment par le conjoint, après le mariage. Ce constat caractérise les femmes plus que les hommes, sauf à de très rares exceptions. Dans le cas d’un militantisme soutenu du conjoint, l’engagement de la femme est de fait nécessaire18 et cette situation influence parfois le niveau d’investissement militant de l’épouse dans le parti. Cet engagement peut bien évidemment débuter avant ou après le mariage. Pour Soha, femme au foyer de 33 ans, par exemple, le début de la militance au sein du Hezbollah a coïncidé avec son mariage, donc avec l’entrée dans la famille de son mari dont les membres étaient engagés au sein du Hezbollah, avec pour certains d’entre eux une position importante dans le parti. Pour Amina, 40 ans, le mariage avec un combattant du parti l’a « poussée » non seulement à s’engager au Hezbollah mais aussi à étudier dans une hawza19 qui en est proche et à devenir responsable de l’éducation religieuse auprès des scouts du parti.

21D’autres mettent en évidence la rupture avec l’engagement politique de leur famille. Il en est ainsi pour certaines femmes de la première génération militante, issues de familles plutôt engagées dans des partis de gauche ou nationalistes, notamment le PCL, le Parti syrien social national et le Baath.

22C’est le cas de Battoul, femme au foyer, âgée de 40 ans lors de notre première rencontre en 2007, pour laquelle l’entrée à l’Université libanaise a marqué la fin de la militance au sein du PCL – et l’abandon des idées politiques de sa famille, « dans laquelle ils étaient tous communistes ». L’éloignement géographique par rapport à la famille installée au Sud-Liban et appartenant à une classe populaire, lorsqu’elle a commencé à étudier à l’Université libanaise à Beyrouth, a facilité et renforcé cette rupture. Battoul raconte :

Quand j’étais adolescente, j’étais fascinée par les mouvements de gauche, par leurs slogans qui incitaient à la rébellion des ouvriers et des pauvres. […] Mon père était responsable du Parti communiste libanais dans mon village et, moi aussi, je me considérais comme communiste, car j’avais grandi dans cette ambiance. En 1985, à 18 ans, je suis entrée à l’Université libanaise à Beyrouth pour étudier la sociologie, après avoir quitté seule mon village du Sud. L’ambiance dans ma classe était très proche du Hezbollah, ce mouvement qui venait de naître. J’ai commencé par exemple à entendre mes amies parler de l’importance de la révolution iranienne et de ce que Khomeyni avait fait, car l’idéologie et la vision du chiisme du Hezbollah venaient de l’Iran. J’ai alors commencé à rêver que, nous aussi, pourrions faire tomber Israël, comme le peuple iranien avait fait tomber le Shah, ami d’Israël et des États-Unis. […] Après un voyage d’études en Iran en 1987, je me suis engagée au Hezbollah et, un an après, quand je suis rentrée dans mon village, au Sud, j’étais Battoul la communiste, désormais voilée. Je n’oublierai jamais les regards de mes anciens camarades, ils étaient tous étonnés (Battoul, 13 mars 2009, banlieue sud de Beyrouth).

23L’entrée de Battoul à l’Université libanaise à Beyrouth et l’éloignement de sa famille qui vit dans le sud du pays marque la rupture avec le Parti communiste libanais et signe le déplacement vers le Hezbollah.

24L’école et l’université peuvent être en continuité avec l’apprentissage acquis au sein des familles. Zayna, une militante âgée de 30 ans en 2009, employée, raconte :

Les idées politiques de ma famille sont très proches du Hezbollah et l’entrée au lycée, où l’ambiance était très proche du parti, m’a permis de connaître d’autres militants. C’est comme cela que j’ai décidé d’adhérer au Hezbollah (Zayna, 5 juin 2009, banlieue sud de Beyrouth).

25L’influence du milieu scolaire est aussi fréquemment citée que celle de la famille comme facteur d’adhésion. Pourtant, cela n’empêche pas que l’entrée à l’université (plutôt qu’à l’école) mette en cause une tradition politique familiale ainsi que des modèles d’identification partisane antérieurs, marquant donc une rupture. Le rôle de l’université peut être amplifié par des événements historiques ou des conjonctures politiques particulières, par exemple l’agression israélienne contre le Liban, en juillet 2006, ou la participation militaire du Hezbollah dans la guerre en Syrie, depuis 2012, qui a mobilisé et mobilise encore plusieurs de ces jeunes filles et garçons, les incitant à rejoindre le parti.

26Une éducation religieuse proche de la vision du Hezbollah constitue aussi un facteur important dans le choix d’y adhérer. Néanmoins, bien qu’elle puisse être en concordance avec le choix politique, elle n’est pas déterminante.

27Dans le cas de Hajje Maryam, âgée de 50 ans en 2009 et travaillant dans une des associations du parti, l’adhésion au Hezbollah a représenté un continuum avec ses idées religieuses :

Disons que j’ai reçu, depuis mon enfance, une éducation religieuse ; mon père étant cheikh dans un village du Sud. Qu’est-ce qui m’a poussée à m’engager au Hezbollah ? Peut-être ma formation religieuse et ma famille, bien sûr, car j’ai senti que le parti était plus proche de moi, plus que d’autres partis laïques, car il partageait des idées et une façon de vivre la religion qui étaient presque comme les miennes (Hajje Maryam, 18 octobre 2009, banlieue sud de Beyrouth).

28Pourtant, le degré de religiosité n’explique pas systématiquement l’engagement au Hezbollah ; de nombreux croyants ou pratiquants préfèrent garder leur distance vis-à-vis du parti et notamment de sa version du chiisme.

Prises, tenues et négociations du « rôle » militant

29Contrairement à une vision largement partagée supposant une homogénéité de la base militante du Hezbollah, il existe en réalité une grande diversité d’investissements militants au sein de ce parti, ainsi que des liens multiples produits par les négociations entre le modèle du « bon militant » diffusé par le parti et ses réappropriations pratiques.

  • 20 Entretien avec un responsable du parti, Beyrouth, 2008.

30Le Hezbollah dispose d’un appareil de formation militante parfaitement structuré, enrichi et sophistiqué surtout depuis l’année 2000, car « une fois l’ennemi chassé, la lutte armée n’était plus une priorité20 ». La formation militante à proprement parler est anticipée, dans certains cas, par un ensemble de pratiques : la plus classique consiste à participer à des conférences et à des débats consacrés aux problèmes actuels ou à certains aspects de l’idéologie du parti (Abu Rida, 2012).

  • 21 Sur la formation militante au Hezbollah, voir Calabrese (2016 : 116-126).

31La formation militante au sein du Hezbollah se divise en une « mobilisation culturelle » et une « mobilisation militaire » qui comporte dix niveaux de formation21. Les femmes ne peuvent participer qu’aux sessions culturelles organisées par l’« unité culturelle centrale » composée de différents clercs. Le programme est établi par la direction du parti.

  • 22 Littéralement, « gens de la maison » désigne la famille et les descendants du prophète Muhammad. 


32La mobilisation culturelle a pour objectif de familiariser les aspirantes militantes à la dimension idéologique du parti. Les sessions sont censées porter sur la vision qu’il a de la société et sur son interprétation de l’islam chiite. Pour ce faire, les cours sont axés sur : le chiisme, la wilâyat al-faqîh, l’histoire, la philosophie, la politique, l’histoire des prophètes, des imams et de Ahl al-bayt22. Ils sont dispensés par des cheikhs, des oulémas, ou des militants ayant déjà acquis un certain niveau de formation. Chaque niveau est validé selon des critères précis et s’étale sur une durée déterminée. Il se clôt par un examen écrit portant sur les notions théoriques qui ont été inculquées.

33On observe, au cours de ces sessions, une division sexuelle du travail militant, opérant sur la base de deux principes : la séparation entre femmes et hommes dans les cours – également de mise lors des commémorations, célébrations, festivals organisés par le parti –, raison pour laquelle on peut ici parler d’une sexualisation des espaces militants, et la différence de contenu des sessions militantes selon le genre.

  • 23 Voir Calabrese (2016).

34Les sessions proposées aux femmes insistent particulièrement sur leur rôle au sein de la société d’« excellence morale » que le Hezbollah met en place, ici nommée « société de la résistance23 ».

35En 2008, Naim Qassem, vice-secrétaire du Hezbollah, consacre une partie d’un ouvrage (Qassem, 2008a) au rôle et aux tâches militantes des femmes dans le parti, autant d’éléments qu’on trouve aussi dans les manuels de formation militante pour les femmes :

Un certain nombre de sœurs et de mères ont participé au soutien indirect des combattants, que ce soit en les hébergeant, en les cachant, en leur offrant à boire et à manger, en leur transmettant des nouvelles utiles pour la Résistance, ou encore en menant d’autres actions visant à aider ou à protéger le travail des résistants. Il n’est pas juste de sous-évaluer la difficulté de ce type de participation, car il assure un environnement favorable au succès de la mission […]. Cela se fait à travers la présence de nos sœurs, leur participation aux manifestations et leur présence aux conférences et aux funérailles des martyrs. […]. Le Hezbollah a pu dépasser la séparation entre le rôle de l’homme et le rôle de la femme […], il a sorti la femme du cercle fermé du travail à la maison pour l’introduire dans un cercle qui revêt une importance particulière dans la structure sociale de la Résistance (ibid. : 63-65).

  • 24 Toutefois, durant les années de la guerre (1975-1990), certaines femmes, notamment dans les forces (...)

36Comme on peut le voir ici dans les mots du vice-secrétaire du parti, la théorisation de la mission de la femme au sein de la « société de la résistance » s’inscrit en partie dans le prolongement des modes d’engagement féminin au Liban – mais aussi dans d’autres contextes –, qui voit les hommes aller combattre au front et les femmes cantonnées à des tâches de soutien, de solidarité et d’assistance médicale aux combattants24. On pourrait donc parler de processus genrés à l’œuvre dans les logiques de répartition du travail militant entre des tâches « masculines » : le combat armé, comme on l’a vu, la surveillance de certains quartiers, la sphère parlementaire, et des tâches « féminines » : le soutien indirect aux combattants (offrir à boire et manger ; les héberger, transmettre des nouvelles utiles), l’éducation (surtout auprès des plus jeunes), la mobilisation des autres femmes, le travail lors des élections législatives et municipales, l’organisation des célébrations.

37Comme l’explique Manal, une jeune militante inscrite à l’Université libanaise :

Pendant cette formation, en plus des thèmes très généraux sur les modalités de la prière et des ablutions, la lecture du Coran ou la vie des imams, il nous est expliqué par exemple l’importance de porter le voile comme le souhaite le parti, ainsi que l’abâya [long manteau noir]. Ce n’est pas seulement la question du port du voile, mais aussi sa signification et son importance que nous comprenons ici. Nous apprenons comment éduquer nos enfants selon notre engagement religieux et comment soutenir nos maris qui sont engagés dans le combat armé, car notre soutien est essentiel (Manal, 12 avril 2009, banlieue sud de Beyrouth).

38La figure féminine militante que Manal met ici en évidence est celle de la « bonne mère » qui éduque ses enfants selon la vision du parti, qui supervise les devoirs ; c’est aussi celle de l’épouse qui soutient son mari, surtout quand celui-ci participe au combat armé, engagement le plus noble au parti. Cette division du travail social s’inscrit aussi dans le prolongement des rapports de genre dans la société libanaise.

  • 25 Entretiens, Beyrouth, mars 2009.

39Les rapports hommes/femmes au sein du parti sont strictement codifiés s’il s’agit de la façon de s’habiller, de saluer, de se parler. La formation militante au Hezbollah dicte en effet des règles de comportement et exige une présentation de soi spécifique car selon plusieurs responsables « celui qui est membre du parti doit constituer un modèle idéal au sein de cette société25 ». Battoul explique :

  • 26 Sur ces pratiques vestimentaires, voir aussi Harb (2010 : 148).

Une fois au parti on doit aussi respecter des règles vestimentaires et adopter des comportements qui soient licites selon les préceptes du Hezbollah. Les hommes par exemple ne portent pas de cravates, ne serrent pas la main d’une femme, ont souvent une barbe, mais bien rasée, et restent fidèles à une apparence discrète. Quant aux femmes, elles portent le voile, plus précisément elles s’habillent de noir et elles portent un long manteau qui couvre leur corps26. Elles ne se maquillent pas. Elles ne mettent pas de vernis à ongles et n’utilisent pas de khôl. Les militants du parti ne sortent pas dans des cafés qui sont considérés comme illicites par le parti, cela veut dire qu’ils ne fréquentent pas les cafés qui vendent de l’alcool et où il y a de la musique (Battoul, 12 janvier 2011, Ghobeyri).

40Battoul exprime ici l’effort de codification du rôle militant par le Hezbollah, qui renvoie à des normes pratiques et de présentation de soi : manière de s’habiller, comportement, fait d’éviter ce qui n’est pas halâl et ce qui est harâm, c’est-à-dire ce qui est permis ou interdit religieusement.

41Mais l’allégeance au modèle proposé par le parti peut poser des difficultés, notamment pour des jeunes femmes ayant entre 18 et 25 ans. Certaines m’ont expliqué qu’elles ne se sentaient pas prêtes à faire entrer le parti dans toutes les dimensions de leur vie, car cela induit « des sacrifices [qu’elles ne veulent] pas faire maintenant et [qu’elles feront] peut-être plus tard ».

42Malak, une étudiante âgée de 20 ans quand je l’ai rencontrée en 2010, relate qu’elle « ne veut pas pour l’instant s’engager totalement dans le parti » parce qu’elle « ne veut pas porter le voile pour l’instant » ni « fréquenter uniquement des cafés licites et ne plus écouter de musique ». Elle poursuit :

Un jour, je suis allée chez eux, dans leur bureau de mobilisation [celui du Hezbollah], et je leur ai demandé si je pouvais être mandûba [représentante] du parti dans mon université, car je faisais déjà des activités de propagande pour le parti, mais pas de façon officielle. En fait, ils ont refusé de me donner un rôle officiel, car je ne porte pas le voile et ils m’ont dit que le Hezbollah était un parti religieux et que Nasrallah tenait à ce que les filles soient voilées […]. Je sais qu’il faut mettre le voile pour vraiment s’engager dans le parti. Porter le voile, c’est quelque chose qui me dérange maintenant, car j’ai seulement 20 ans, mais en même temps, je sais qu’il faut le faire, car c’est la volonté de Dieu. Mais moi, j’aime trop m’habiller et changer de tenue. Je n’ai pas envie de mettre un voile pour l’instant, mais quand je serai grande et que je me marierai, je le mettrai (Malak, 28 avril 2010, Hadath).

43Le port du voile est une obligation pour une militante du Hezbollah ; ne pas le porter, on l’a vu dans le cas de Malak, signifie l’interdiction d’avoir des responsabilités actives dans le parti.

44Plusieurs jeunes filles expriment leur mécontentement face à la décision du parti d’interdire aux femmes de participer aux combats armés, notamment dans la conjoncture actuelle de la guerre en Syrie. Certaines ont ainsi adressé des lettres au secrétaire général du parti, Hasan Nasrallah, pour lui faire part de leur volonté de partir au front. Une critique feutrée est également exprimée vis-à-vis de la décision du parti de ne pas autoriser de candidatures féminines lors des élections législatives, contrairement aux municipales où les femmes peuvent se présenter.

45Les comportements déviants, dans certains cas, temporaires et liés surtout au jeune âge, tout comme les prises de parole sont difficiles à assumer au sein du parti.

  • 27 Amin Allal et Nicolas Bué dégagent trois niveaux pour étudier la discipline partisane. Le premier (...)
  • 28 Grojean et Kaya (2012) font un constat identique s’agissant des combattants kurdes du Parti des tr (...)

46En effet, il apparaît difficile, surtout pour les femmes issues des classes populaires et/ou qui n’appartiennent pas à des familles ayant des responsabilités importantes dans le parti, de se distancier partiellement du modèle proposé par celui-ci quand elles vont y exercer une responsabilité. Les choses peuvent être plus aisées, les sanctions disciplinaires plus souples27 si la femme dispose de certaines ressources sociales, comme être la fille d’un député ou d’un cadre important du parti, ou faire partie d’une famille aisée du parti28. Cela signifie, comme l’écrivent Amin Allal et Nicolas Bué, qu’il ne faut pas « présupposer une définition stable de la norme partisane, au sens de règle dont la transgression engendrerait mécaniquement des sanctions formelles » (Allal et Bué, 2016 : 29), mais plutôt concevoir la règle comme « labile, fluctuante, variable selon les configurations et partiellement produite et négociée » (ibid.).

Rétributions et perception du militantisme

47Pour ces femmes, bien accomplir leur rôle au parti et remplir les tâches qu’il leur confie participe des rétributions symboliques de leur engagement. Ces tâches militantes produisent fierté et bonheur, car l’appartenance au parti leur permet « d’agir comme elles désirent agir ou, mieux, d’être ce qu’elles veulent être » (Lagroye et Siméant, 2003 : 53). Grâce à leurs actions au sein du parti, ces femmes ont la conviction de « servir la cause du parti » : ne pouvant participer matériellement au combat armé, « c’est là une autre façon de le faire », comme l’avait déjà montré Lara Deeb (2003) dans son étude sur les femmes pieuses dans la banlieue sud de Beyrouth.

48La crédibilité et la reconnaissance sociales de ces militantes passent aussi par la réussite de leurs enfants : les éduquer en fonction des principes du parti constitue pour elles un vecteur de réussite. Celle-ci se mesure aussi à l’aune des actions héroïques de leur mari ou de leurs frères, notamment dans le combat armé : être la mère ou la sœur d’un combattant tombé au combat apporte un statut très valorisé au sein de cette société partisane de mères ou sœurs de martyr. Il s’agit ici d’un « capital par procuration » défini par la position de l’époux, du fils ou du frère de ces femmes au sein du Hezbollah.

49La femme assume au sein de cette organisation le rôle de porte-parole de la vision du parti et de la mémoire chiite auprès de ses enfants. C’est ainsi que la figure féminine de Sayyida Zaynab, sœur de l’imam Husayn, qui a résisté à l’oppression pendant la bataille de Karbala, « événement au cœur des doctrines chiites » (Mervin, 2016 :152), se pose comme un « idéal à suivre ». En 680, l’imam Husayn, troisième imam pour les chiites, afin de défendre son droit à la succession du Prophète, avait répondu à l’appel des habitants de Kufa qui le voulaient à la tête d’une rébellion contre le calife omeyyade, Yazid. Aux portes de la ville, Husayn et ses compagnons sont arrêtés par les troupes omeyyades et, refusant de prêter allégeance au calife, sont repoussés par les troupes du calife dans la plaine désertique de Karbala. Après quelques jours de siège, une bonne partie des compagnons de l’imam trouvent la mort, Husayn lui-même est tué le dixième jour. Les survivants, parmi lesquels Zaynab et Ali, le fils d'Husayn qui deviendra le quatrième imam pour les chiites, sont emmenés en captivité à Damas à la cour du calife. Zaynab, une fois devant le calife, prononce un discours plein de courage face au pouvoir usurpé, où elle « fait preuve d’une bravoure et d’une dignité exemplaires » (Amir-Moezzi et Jambet, 2014 :52). Auprès des militantes du parti, Zaynab incarne l’image d’une femme restée forte dans l’épreuve : grâce à son courage, le message d'Husayn a pu être transmis aux générations suivantes. Comme le dit Sabrina Mervin : « Zaynab apparaît, avant tout, comme un personnage historique actif ; elle se lève, prend la parole en public, défend l’honneur de son frère et de sa famille ainsi que la conception chiite du pouvoir – et se conduit comme un homme » (Mervin, 2001 : 118).

50La fidélité de Zaynab à son frère, sa défense d'Husayn et son courage sont au cœur du récit que développent ces femmes. De ce point de vue, le Hezbollah s’apparente à nombre de mouvements politiques qui visent à « fabriquer des modèles, des liens pour faire émerger un pouvoir féminin ou une manière individuelle, affirmée et choisie d’être soi » (Dakhli et Latte Abdallah, 2010 : 5).

51Les femmes investies dans le parti et dans sa cause y voient un devoir, dans la droite ligne de la tradition chiite à laquelle elles appartiennent, et elles le vivent avec un réel bonheur.

52Leur engagement confirme l’existence d’un investissement croissant des femmes et notamment l’émergence d’une action collective féminine dans l’espace libanais.

53Ce militantisme est réglé par des rapports de genre qui non seulement influencent les positions, la division du travail et les pratiques militantes au sein du Hezbollah, mais aussi ses rétributions symboliques. Si, pour la plupart, l’engagement correspond à un « rôle nouveau » des femmes dans la société, ce rôle se construit à partir de stéréotypes traditionnels de genre, dans la continuité des règles en vigueur dans la société libanaise. Depuis 2011, et notamment depuis la participation militaire du Hezbollah en Syrie aux côtés des troupes du régime de Bashar al-Assad, on a pu assister à une redéfinition des enjeux et des pratiques militantes au sein de ce parti. Il est cependant important de noter que les parcours des femmes dans le parti, et des plus jeunes surtout, ont été infléchis par des désaccords importants vis-à-vis de l’interdiction qui leur est faite de rejoindre le front syrien.

Haut de page

Bibliographie

Abu Rida, Husayn, 2012, Al-tarbiyya al-hizbiyya al-’islâmiyya, hizbullâh namûdhajan [L’éducation partisane islamique. L’exemple du Hezbollah], Beyrouth, Dâr al-Amîr.

Allal, Amin, et Bué, Nicolas (dir.), 2016, (In)disciplines partisanes. Comment les partis tiennent leurs militants, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Amir-Moezzi, Mohammad-Ali et Jambet, Christophe, 2014, Qu’est-ce que le shi’isme ?, Paris, Cerf.

Calabrese, Erminia Chiara, 2016, Militer au Hezbollah. Ethnographie d’un engagement dans la banlieue sud de Beyrouth, Paris et Beyrouth, Karthala / IFPO.

Dakhli, Leila et Latte Abdallah, Stéphanie, 2010, « Un autre regard sur les espaces de l’engagement : mouvements et figures féminines dans le Moyen-Orient contemporain », Le Mouvement social, vol. 231, no 2, p. 3-7.

Deeb, Lara, 2003, An Enchanted Modern: Gender and Public Piety in Shi’i Lebanon, thèse soutenue à la Emory University.

Dermenjian, Geneviève et Loiseau, Dominique, 2009, « Itinéraires de femmes communistes », dans Olivier Fillieule et al., Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, p. 93-113.

El-Bizri, Dalal, 1995, L’ombre et son double, Beyrouth, Cermoc (IFPO).

Fillieule, Olivier, 2001, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, vol. 51, no 1-2, p. 199-215.

Fillieule, Olivier, 2005, « Temps biographique, temps social et variabilité des rétributions », dans Olivier Fillieule (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, p. 17- 48.

Fillieule, Olivier et Roux, Patricia, 2009, « Avant-propos », dans Olivier Fillieule et Patricia Roux, Le sexe du militantisme, Presses de Sciences Po, 
p. 11-22.

Fretel, Julien, 2011, « Habiter l’institution. Habitus, apprentissages et langages dans les institutions partisanes », dans Jacques Lagroye et Michel Offerlé (dir.), Sociologie des institutions, Paris, Belin.

Gaxie, Daniel, 1977, « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science politique, vol. 27, no 1, p. 123-154.

Gaxie, Daniel, 2005, « Rétributions du militantisme et paradoxes de l’action collective », Revue suisse de science politique, vol. 11, no 1,
p. 157-188.

Ghorayeb, Amal Saad, 2002, Hizbullah, Politics and Religion, Londres, Pluto Press.

Grojean, Olivier, 2013, « Théorie et construction des rapports de genre dans la guérilla Kurde de Turquie », Critique internationale, no 60, p. 21-35.

Grojean, Olivier et Kaya, Sümbül, 2012, « Ce que font les combattants lorsqu’ils ne combattent pas. Regards croisés sur les guérilleros du PKK et les commandos de l’armée turque », Pôle Sud, vol. 2, no 37, p. 97-115.

Hamzeh, Ahmad Nizar, 2004, In the Path of Hizbullah, Syracuse, Syracuse University Press.

Harb, Mona, 2010, Le Hezbollah à Beyrouth, 1985-2005 : de la banlieue à la ville, Beyrouth et Paris, Karthala / IFPO.

Hirschman, Albert, 1983, Bonheur privé, action publique, Paris, Fayard.

Kingston, Paul, 2011, « Women and political parties in Lebanon: Reflections on the historical experience », dans International Alert, Emerging Voices: Young Women in Lebanese Politics: < https://www.international-alert.org/sites/default/files/publications/092011LebanonGenderFINAL.pdf>, p. 10-13.

Kriegel, Annie, 1968, Les communistes français. Essai d’ethnographie politique, Paris, Seuil.

Lagroye, Jacques, 1994, « Être du métier », Politix, vol. 28, no 4, p. 5-15.

Lagroye, Jacques, 1997, « On ne subit pas son rôle. Entretien avec Jacques Lagroye », Politix, vol. 38, no 2, p. 7-17.

Lagroye, Jacques et Offerle, Michel (dir.), 2010, Sociologie des institutions, Paris, Belin.

Lagroye Jacques et Siméant, Johanna, 2003, « Gouvernement des humains et légitimation des institutions », dans Pierre Favre, Jack Hayward et Yves Schemeil (dir.), Être gouverné. Études en l’honneur de Jean Leca, Presses de Sciences Po, Paris, p. 53-71.

Latte Abdallah, Stéphanie, 2010, « Engagements islamiques en Jordanie. La part du politique, la part féministe », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 128 : <http://journals.openedition.org/remmm/6908>.

Leclercq, Catherine et Pagis, Julie, 2011 « Les incidences biographiques de l’engagement. Socialisations militantes et mobilité sociale. Introduction », Sociétés contemporaines, no 84, p. 5-23.


Lefebvre, Rémi, 2010, « Se conformer à son rôle. Les ressorts de l’intériorisation institutionnelle », dans Jacques Lagroye et Michel Offerlé (dir.), Sociologie des institutions, Paris, Belin.

Mahmood, Saba, 2009, Politique de la piété. Le féminisme à l’épreuve du renouveau islamique, Paris, La Découverte.

Maruani, Margaret, 1979, Les Syndicats à l’épreuve du féminisme, Paris, Syros.

Mervin, Sabrina, 2001 « Fâtima et Zaynab, deux Dames de l’islam chiite », dans L’éternel féminin au regard de la cathédrale de Chartres, actes du colloque européen, AACMEC, Chartres, (30 juin-1er juillet 2001), p. 111-119.

Mervin, Sabrina, 2017, « En attendant l’Imam : autorité religieuse et pouvoir politique dans le chiisme duodécimain », dans Sabrina Mervin et Nabil Mouline (dir.). 2017, Islams politiques : courants, doctrines et idéologies, Paris, Cnrs Éditions, p. 131-159.

Mervin, Sabrina, 2003, « La Hawza à l’épreuve du siècle », dans Maher Al-Charif, M. et Salam al-Kawakibi (coord.), Le courant réformiste musulman et sa réception dans les sociétés arabes, actes du colloque d’Alep à l’occasion du centenaire de la disparition du cheikh ’Abd al-Rahman al-Kawakibi, 31 mai-1er juin, Damas, Institut français du Proche-Orient, p. 69-84. – (dir.), 2008, Le Hezbollah. État des lieux, Paris, Paris, Sindbad-Actes Sud - Institut français du Proche-Orient.

Mervin, Sabrina, (dir.), 2008, Le Hezbollah. État des lieux, Paris, Sindbad-Actes Sud - Institut français du Proche-Orient.

Muxel, Anne, 2010, Avoir 20 ans en politique : les enfants du désenchantement, Paris, Seuil.

Neveu, Éric, 2005, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte.

Pudal, Bernard, 1994, « Les identités totales : quelques remarques à propos du Front national », dans Jacques Chevalier, L’identité politique, Presses universitaires de France, p. 197-205.

Pudal, Bernard, 2005, « Les communistes », dans Jean-Jacques Becker et Gilles Candar, Histoire des gauches en France, Paris, La Découverte, p. 51-75.

Qassem, Naïm, 2008a, Mujtama‘ al-muqâwama, ’irâdat al-’istishhâd wa sinâ‘at al-’intisâr [La société de la résistance, la volonté du martyre et la fabrication de la victoire], Beyrouth, Dâr al-ma‘ârif al-hikmiyya.

Qassem, Naïm, 2008b, Hezbollah : la voie, l’expérience, l’avenir, Beyrouth, Al-Bouraq.

Rabanes, Chloé, 2013, De la Furie à la Vierge. Ruptures et renégociation des identités par le religieux chez les femmes combattantes des forces libanaises (1975-1990), communication présentée à la journée d’études « Les ruptures dans le champ du religieux », Beyrouth, IFPO.

Sawicki, Frédéric et Siméant, Johanna, 2009, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, vol. 51, no 1, p. 97-125.

Vannetzel, Marie, 2016, Les frères musulmans en Égypte. Enquête sur un secret public, Paris, Karthala.

Haut de page

Notes

1 Les travaux de Margaret Maruani (sur les grèves de femmes) sont dans ce sens pionniers.

2 L’Orient-Le Jour, 30 mai 2009.

3 Sur les différents cercles militants du Hezbollah, voir Calabrese (2016 : 132-144).

4 Le mot ’iltizâm en arabe signifie « engagement », il a souvent une connotation religieuse. Sur la définition de ce type d’engagement et la façon de l’exprimer voir Deeb (2003).

5 Le mot hezb qui en arabe signifie « parti » est utilisé par les militants comme diminutif du Hezbollah.

6 Par « rôle », il faut entendre « l’ensemble des comportements qui sont liés à la position qu’on occupe et qui permettent de faire exister cette position, de la consolider et, surtout, de la rendre sensible aux autres ». Voir Lagroye (1997 : 8).

7 Dans le sens de l’ensemble des avantages matériels et symboliques associés à l’investissement dans une organisation, voir Gaxie (1977).

8 L’agression israélienne de 33 jours, en juillet 2006, contre le Liban a été un moment propice d’adhésion au parti, surtout pour les plus jeunes.

9 Sauf exceptions, voir notamment Vannetzel (2016).

10 Doctrine élaborée par Khomeyni à la fin des années 1960 et qui, en l’absence de l’imam caché depuis l’an 941, « donne le droit au juriste-théologien de statuer en son nom, tant sur les questions religieuses et spirituelles que sur les affaires politiques. Cette doctrine fut intégrée à la Constitution iranienne de la République islamique d’Iran en 1979 » (Mervin, 2008 : 208).

11 Entretiens avec des responsables du parti, Beyrouth, 2008.

12 Entretien avec une responsable de ce comité, Beyrouth, 2008.

13 Sur ces conseils, voir Hamzeh (2004).

14 Voir le quotidien Al-Ra’i, 13 avril 2010.

15 Plusieurs facteurs ont contribué au retrait d’Israël du Liban à l’aube du 25 mai 2000 : les opérations de la résistance libanaise, composée de différents partis où le Hezbollah occupe le rôle principal grâce à une conjoncture historique et régionale favorable, la faiblesse d’Israël démoralisé par la perte de près d’un millier d’hommes sur le territoire libanais et la pression des mouvements pacifistes israéliens sur leur gouvernement.

16 Secrétaire général du Hezbollah depuis 1992.

17 Le terme est ici entendu non pas comme une « communauté d’âge » mais plutôt comme une « communauté d’adhésion ». La génération militante ne se réduit pas à une classe d’âge, elle est à la fois l’appartenance à un contexte social et à des événements historiques. Voir Kriegel (1968).

18 Un faible militantisme au sein du parti n’a pas d’effets sur la vie familiale et le choix de l’épouse ou de l’époux.

19 École religieuse pour la formation de clercs chiites. Sur cette question, voir Mervin (2003).

20 Entretien avec un responsable du parti, Beyrouth, 2008.

21 Sur la formation militante au Hezbollah, voir Calabrese (2016 : 116-126).

22 Littéralement, « gens de la maison » désigne la famille et les descendants du prophète Muhammad. 


23 Voir Calabrese (2016).

24 Toutefois, durant les années de la guerre (1975-1990), certaines femmes, notamment dans les forces libanaises et au sein du PCL et du PSNS, ont participé au combat armé et, en s’appropriant ainsi la violence politique, ont transgressé les normes du genre au Liban (Rabanes, 2013).

25 Entretiens, Beyrouth, mars 2009.

26 Sur ces pratiques vestimentaires, voir aussi Harb (2010 : 148).

27 Amin Allal et Nicolas Bué dégagent trois niveaux pour étudier la discipline partisane. Le premier renvoie aux prédispositions des militants, un deuxième niveau « normatif » concerne les instances du parti, explicitement vouées à la discipline, et un troisième niveau « incident » se produit au cours de la vie partisane (Allal et Bué, 2016 : 30).

28 Grojean et Kaya (2012) font un constat identique s’agissant des combattants kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erminia Chiara Calabrese, « Genre et militantisme au sein du Hezbollah libanais », Socio, 11 | 2018, 77-96.

Référence électronique

Erminia Chiara Calabrese, « Genre et militantisme au sein du Hezbollah libanais », Socio [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio/3387 ; DOI : 10.4000/socio.3387

Haut de page

Auteur

Erminia Chiara Calabrese

Erminia Chiara Calabrese est chercheure postdoctorante au Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor) à l’École des hautes études en sciences sociales. Sa thèse porte sur le militantisme au Hezbollah au sein des classes populaires dans la banlieue sud de Beyrouth et ses recherches actuelles sur les engagements partisans armés au Proche-Orient, le chiisme politique et les violences de guerre. Elle est l’auteure de Militer au Hezbollah. Ethnographie d’un engagement dans la banlieue sud de Beyrouth, Ifpo et Karthala, 2016. Elle a codirigé avec Valentina Napolitano l’ouvrage collectif Violence et militantisme. Parcours d’engagements au Proche- Orient, CNRS Éditions, 2017.

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals