Navigation – Plan du site
Dossier
Chantiers

Les femmes en niqab en France

Women who wear the niqab in France
Agnès De Féo
p. 141-164

Résumés

Le voile intégral continue de monopoliser les esprits en France. Rares sont ceux à prendre en compte les femmes qui le portent comme des sujets en se libérant des stéréotypes. Le discours public les a au contraire largement désubjectivées. Notre étude propose une plongée au cœur de la subjectivité de ces femmes afin de comprendre comment certaines de ces sujets ont pu devenir des antisujets. Sous prétexte de les libérer, les mesures législatives et les réactions populaires ont pu en amener certaines à se radicaliser.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un aperçu des arguments contre le voile intégral dans la polémique débutée en 2009, voir Schn (...)
  • 2 Le déclenchement de la polémique en juin 2009 est attribué à Nicolas Sarkozy déclarant que le niqa (...)
  • 3 Mission d’information no 2262, avec pour directeur André Gerin (parti communiste), maire de Véniss (...)
  • 4 Infraction passible d’une amende de 150 euros et d’un stage de citoyenneté. Contravention de deuxi (...)
  • 5 Rapport d’information n° 2262, Assemblée nationale, 26 janvier 2010. Le passage consacré à Kenza D (...)
  • 6 Entretien du 13 juillet 2010 à l’Assemblée nationale, dans Sous la burqa, documentaire d’Agnès De (...)

1Le voile intégral ou niqab représente une religiosité spontanément associée, en France et plus largement en Europe, à une manifestation de l’islam dit radical, perçu comme une des principales menaces de ce début de xxie siècle. Il renvoie, dans l’imaginaire collectif occidental, à la fois au terrorisme et au mauvais traitement que l’islam réserverait aux femmes. Son apparition en Europe suscite des réactions d’hostilité pointant ce voile intégral comme preuve de l’impossible intégration des immigrés d’origine musulmane et, plus généralement, de l’incompatibilité de l’islam avec la République et les valeurs de la démocratie1. En France, il a fait l’objet en juin 2009 d’une polémique2 accompagnée du lancement d’une mission d’information parlementaire3, aboutissant à son interdiction dans l’espace public par une loi votée le 11 octobre 2010, entrée en application le 11 avril 20114. Les usagères du niqab représentaient à l’époque une infime minorité, estimées entre 350 et 2 000 femmes, soit moins de 0,1 % des Françaises de confession musulmane si tant est que l’on puisse les dénombrer sérieusement. Une seule femme en niqab a été auditionnée par la mission d’information parlementaire : Kenza Drider. Contrairement aux auditions des autres intervenants sollicités, la sienne n’a pas été retranscrite intégralement dans le rapport publié en janvier 2010. Son témoignage est résumé en une dizaine de lignes noyées dans les 658 pages du rapport5. Le député UMP Jacques Myard, membre de la mission d’information, exprime à son insu comment la mission a généralisé à partir de ce seul cas particulier : « Nous avons auditionné une femme qui portait le voile intégral, nous constatons bien évidemment que ces femmes sont véritablement, je dirais, des cervelles lavées6. »

2Le voilement du visage est alors devenu un sujet d’actualité et a envahi les médias, incitant chaque citoyen à se prononcer sans la moindre connaissance du terrain, une situation rappelant la polémique du voile à l’école, une décennie plus tôt, qui devait déboucher sur son interdiction en 2004 après ce qui est resté dans les mémoires comme « l’affaire du foulard » (Arêas, 2016 ; Scott, 2017).

Une recherche

3Comment comprendre que des femmes modernes et éduquées choisissent sans contrainte extérieure de s’enfermer dans ce qui paraît être le symbole d’un autre âge ? Ce choix contredit le sens commun au point que certains ouvrages de sciences humaines peinent à se départir des intuitions collectives.

4Beaucoup de travaux dits scientifiques portant sur le niqab proviennent de chercheurs n’ayant jamais, ou à peine, rencontré d’usagères du voile intégral. Ces dernières sont étudiées dans leur abstraction, sans rapport concret à leur vie. Une étude pionnière sur le niqab en France a pourtant été commandée par l’Open Society en avril 2011, le mois d’entrée en application de la loi d’interdiction de dissimulation du visage (Bouteldja, 2011). Ce document, pourtant majeur, n’a quasiment pas été relayé sur le plan académique ni dans l’espace médiatique francophone.

5Une étude du niqab tenant compte du point de vue du « sujet » permet de comprendre le phénomène, ainsi que les réactions de rejet dont les femmes qui le portent sont la cible. Elle exige d’entrer dans l’intimité de ces femmes, de ne pas se limiter à leur premier discours superficiel, « officiel », et de savoir capter leur discours « officieux » au moment où il se dégage de la doxa qu’elles ont forgée et se transforme en confessions. Il faut les écouter revenir sur leur trajectoire, leur enfance, leur famille, leur sentimentalité et bien sûr leur sexualité. Tout ce qui est intime est important pour comprendre ce choix radical. Ce qui pose un problème de méthode, celui de la restitution : comment faire comprendre aux enquêtées que leurs « confessions », surtout en matière de sexualité, apparaîtront dans un article ou une thèse ? Ainsi, malgré son pseudonyme, Cindy a très mal pris de retrouver ses fantasmes d’escort girl dans un de mes articles7.

  • 8 J’ai conduit mes terrains sur le niqab de 2002 à 2009 en Asie du Sud-Est et, depuis 2008, en Franc (...)

6Au fil de mes rencontres avec ces femmes, certaines se sont révélées très différentes de ce qu’elles donnaient à voir au départ. Un unique entretien, même de quelques heures, ne suffit pas. Il est primordial de suivre ces femmes sur le temps long de façon à connaître leur parcours et leur évolution personnelle en tenant compte du contexte politique et social et de ses changements pour prendre la mesure de son impact sur leur comportement8. Je les ai appréhendées en lien avec la société qui les entoure car, même hostile, celle-ci joue dans leur détermination.

  • 9 Salafisme et Tabligh sont les deux principaux courants musulmans transnationaux qui promeuvent le (...)
  • 10 Voir les documentaires d’Agnès De Féo, tous produits par Marc Rozenblum (Sasana Productions) : Mis (...)

7Je me suis aidée de la caméra pour fixer leur discours et le mettre en perspective avec des paroles de chercheurs en sciences humaines, sociologues, psychologues, historiens. Ce médium a permis aussi à la parole de se délier en les faisant bénéficier de l’anonymat complet, le niqab aidant en outre à contourner l’interdit de la représentation physique promu dans les cercles salafistes et tablighi9 et le refus des captations par la photo et la vidéo. La caméra a même libéré leur parole car elle permettait de recueillir leurs doléances dans l’espoir d’être entendues (De Féo, 2010 : 149). Ces entretiens filmés ont abouti à huit documentaires10 permettant l’accès direct à leur voix, à leur posture, à leur gestuelle. Ils offrent à un large public la possibilité d’accéder à la réalité vécue et à la subjectivité de ces femmes, afin de déconstruire les stéréotypes dont elles font l’objet.

La désubjectivation du sujet en niqab

8Depuis la polémique ayant précédé le vote de la loi d’interdiction jusqu’à aujourd’hui, les femmes en niqab, tout comme auparavant leurs coreligionnaires voilées scolarisées, ont été dépossédées de leur subjectivité dans le discours public. Elles ont suscité un débat national passionnel dans les médias, elles ont rarement été présentées comme des sujets autonomes, mais plutôt comme des femmes incapables de se constituer en sujet dans leurs rapports sociaux. Leur réalité sociale a été globalement occultée, elles sont l’objet de projections caricaturales qu’il est nécessaire de rappeler et qui sont fortement ancrées dans l’opinion publique française (Liogier, 2012).

  • 11 Exemple collecté et filmé à l’Assemblée nationale auprès de députés les 7 et 13 juillet 2010 : And (...)

9En premier lieu, les femmes qui se couvrent le visage d’un voile subiraient en France une coutume de leur pays d’origine sans faire l’effort de s’intégrer à la société dans laquelle elles vivent. Elles incarnent la figure de la victime consentante d’un système patriarcal répressif. Certains parlent de servitude volontaire (Schnapper, 2013 : 81). Leur capacité d’agir est niée, elle serait altérée par la mainmise d’un membre masculin de leur entourage, avec, en particulier, une focalisation sur l’époux qui exercerait une coercition par le voilement pour se garder l’exclusivité de leur visage. Dans la croyance collective, ces musulmanes ne possèdent pas de libre arbitre. Ces idées reçues n’ont pas beaucoup évolué en deux décennies. On les trouve déjà analysées dans l’étude pionnière de Françoise Gaspard et Farhad Khosrokhavar sur le voile parue il y a plus de deux décennies (Gaspard et Khosrokhavar, 1995). Il s’agit pour les partisans des différentes lois d’interdiction (celle de 2004 contre le voile à l’école et celle de 2010 interdisant la dissimulation du visage) de « libérer des femmes », thème récurrent lors des débats à l’Assemblée nationale qui ont précédé le vote de ces deux lois11.

10Autre emprise imaginée : celle d’un imam fanatique qui les manipulerait. Là encore il existe peu de liens avec la réalité. Ces femmes sont globalement indépendantes, elles ne fréquentent pas ou très peu la mosquée. Elles sont certes influencées par l’idéologie salafiste, mais comme chez les hommes, cela se fait surtout de manière virtuelle par le biais d’Internet et des réseaux sociaux.

11Deuxième stéréotype : celui du communautarisme. Le niqab est pointé comme la manifestation exacerbée d’un communautarisme musulman, faisant peser une menace sur l’« identité nationale » (Dhume, 2016). Pourtant, mes entretiens montrent que ces femmes ne se couvrent pas le visage par communautarisme, mais par défaut de communautarisme. Elles sont en outre soupçonnées de refuser une socialisation minimale et de chercher à imposer au pays d’accueil leurs propres mœurs dans une démarche coloniale inversée. Le niqab rejoint ainsi les autres symboles visibles de la religiosité musulmane dans l’espace public qui créent la polémique, comme la construction de mosquées, les minarets, le voile, les rayons halal dans les supermarchés ou les banques islamiques, autant de figures de rejet associées à une invasion imaginaire. Les immigrés font l’objet de plusieurs représentations fantasmées dont le démographe Hervé Le Bras dresse les caractéristiques : cette crainte de l’invasion étrangère est intimement liée à l’aventure coloniale dont elle inverse les facteurs, avec « une transformation de l’émigration en colonisation et la perception de l’immigration comme invasion » (Le Bras, 2012 : 13, 17). Du fait de leur visibilité dans cet espace public commun, les femmes en niqab sont pointées comme de mauvaises citoyennes, refusant le jeu républicain.

  • 12 Voir les affiches de l’UDC (parti nationaliste suisse), représentant une femme en niqab sur un fon (...)
  • 13 Voir le décryptage de Vincent Coquaz sur le site d’Arrêt sur images, le 6 mars 2015.

12Le mythe de la conquête de l’Europe par l’islam est également exploité par certains médias et politiques, elles représenteraient la part féminine de l’islamisme, en guerre contre les valeurs occidentales12. En se voilant le visage, elles s’attaqueraient symboliquement à la sécurité publique et à l’identité nationale. Leur image est instrumentalisée dans le discours public où elles apparaissent telles des égéries négatives. Elle se trouve souvent utilisée abusivement pour illustrer articles et livres traitant des musulmanes pratiquantes sans rapport avec le voile intégral. Le journaliste Vincent Coquaz13 a montré qu’à au moins deux reprises, entre 2013 et 2015, le site du quotidien français Le Monde a utilisé des photos de femmes en niqab en illustration d’articles concernant des musulmanes portant le simple foulard. Le premier concerne une proposition d’interdiction du voile à l’université en France, pourtant la photo présente une femme en niqab prise aux Pays-Bas en 2006. Un autre article du même quotidien traite de la participation aux sorties scolaires de mères voilées. Une femme intégralement voilée sert d’illustration, un cliché pris au Yémen en 2009. Ou encore une couverture de Valeurs actuelles, en septembre 2013, titre : « Naturalisés, l’invasion qu’on nous cache », illustrée par une Marianne en niqab noir. Voir également la pléthore de livres populaires de témoignages de femmes musulmanes (toujours coécrits) dont la couverture affiche une femme en voile intégral. On peut dater le premier de la série : Jamais sans ma fille de Betty Mahmoody, publié en 1987 aux États-Unis, et adapté au cinéma en 1991. Les différentes éditions du livre montrent en couverture une photo de femme en niqab alors que le voile intégral n’est pas en usage en Iran (pays où se déroule son récit) et que Betty Mahmoody n’en fait jamais mention. L’un des derniers livres en date utilisant le motif du niqab aux couleurs du drapeau français est Un racisme imaginaire. Islamophobie et culpabilité de Pascal Bruckner (2017). Le niqab est devenu un argument commercial, une imagerie marketing pour essentialiser l’islam comme religion misogyne et en signifier le rejet.

Pour en finir avec une construction idéologique

  • 14 Quelques exemples de paroles de femmes en niqab dans Niqab hors-la-loi, documentaire d’Agnès De Fé (...)
  • 15 Shamsou, jeune adolescente de Bruxelles : « Déjà à la base, j’ai toujours été très féministe dans (...)

13Le terrain fait apparaître une réalité très éloignée de ces projections collectives. Ces femmes sont dans leur écrasante majorité de nationalité française, ont pour la plupart grandi en France et comptent une forte proportion de converties. Ce sont des citoyennes ayant intériorisé les concepts de liberté d’opinion, de liberté d’expression, ainsi que les droits fondamentaux inculqués à l’école de la République. C’est d’ailleurs sur ce fondement qu’elles construisent leur revendication de porter le voile intégral, réclamant les mêmes droits que les autres au nom des valeurs universelles14. Elles ont également recours à l’argumentation féministe pour expliquer leur démarche, comme celle d’avoir la liberté de disposer de leur corps15.

  • 16 Comme j’ai pu en être témoin durant nos multiples échanges, notamment le 11 avril 2013 où elle me (...)

14Par ailleurs, elles n’adoptent pas d’esthétique dite musulmane dans leur décoration intérieure. Leur mobilier est occidentalisé tout comme les vêtements qu’elles portent sous le voile intégral. Certaines arborent des piercings à la langue ou au nez comme celui de Kenza Drider représentant un oiseau16. Leur vie privée comporte peu d’objets aux référents orientaux, contrairement aux représentations de ceux qui cherchent à les orientaliser et les associent aux kaftans, henné, thé à la menthe et pâtisseries au miel, ou les imaginent tributaires d’hommes venant les chercher en voiture (Borghée, 2012). Rien n’est plus faux que cette vision. Décrire le phénomène du niqab comme un problème d’intégration de « populations de traditions lointaines » (Schnapper, 2013 : 79) constitue une grave erreur factuelle. Il est inexact de dire du voile intégral qu’il est l’imposition d’une tradition ou d’une culture étrangère en France. Le niqab est un phénomène autochtone, en dépit de son apparence allogène.

15Si les raisons de s’engager dans cette voie à l’allure radicale peuvent varier, des points communs existent, qui permettent d’en dresser une typologie. On peut distinguer deux grands groupes : les jeunes femmes, de 15 à 25 ans, dans une recherche d’autonomie vis-à-vis de leurs parents et une volonté de s’individualiser ; les autres, au-delà de 25 ans, qui ont eu une ou plusieurs expériences de la sexualité, plutôt négatives, et qui veulent changer de vie dans une recherche de rédemption. Le niqab peut alors ressembler à une pénitence pour rattraper un passé peu glorieux et leur donner le sentiment d’approcher Dieu.

Découverte de la foi par elles-mêmes

  • 17 Voile recouvrant l’intégralité du corps, identique au niqab à la différence qu’il laisse apparaîtr (...)

16Un point commun à nombre de ces femmes en Europe (à l’exception du Royaume-Uni) est leur passé areligieux. Aujourd’hui presque la moitié de mon échantillon de femmes qui revêtent ce type de voiles (niqab et jilbab17) est constituée de Françaises converties à l’islam, dont la famille n’a aucun rapport avec la culture musulmane. Elles sont dans leur quasi-totalité issues de familles athées ou catholiques non pratiquantes, le plus souvent antireligieuses. L’accession à la spiritualité se fait de manière personnelle, presque cachée, dans un univers hostile.

17Cindy se souvient :

Je viens d’une famille athée, mes parents étaient opposés à la religion. Dans mon enfance, j’ai baigné dans la haine du religieux, mais je n’en tenais pas compte, je cultivais dans mon for intérieur ma croyance en Dieu.

  • 18 Autre exemple de convertie issue d’une famille athée, Louisa : « Mes parents sont athées, ils ne c (...)

18Cécile, de son côté, se définit comme très spirituelle dans une famille qui ne l’est pas. Adolescente, elle demande à faire sa première communion et participe aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), avant de se convertir à l’islam18. On peut y voir une attitude de défi vis-à-vis de l’absence de spiritualité familiale, vide qui pousse certaines de ces jeunes femmes à chercher une identité religieuse forte.

  • 19 Les témoignages sont très nombreux. Par exemple Shamsou : « Personne ne m’a jamais guidée vers l’i (...)

19Il en va de même chez celles qui sont d’origine musulmane. Le niqab n’est pas en usage dans les pays de naissance de leurs parents, majoritairement issus du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et de Turquie. Chez les Françaises d’origine maghrébine, le voile intégral marque une rupture avec l’origine religieuse des parents, qui suivent le plus souvent une pratique traditionnelle éloignée de l’orthodoxie rituelle ou qui manifestent un déni de leur spiritualité pour favoriser leur propre assimilation. Que ces femmes soient d’origine musulmane ou converties, elles s’inscrivent dans un schéma de retour au religieux sans rapport avec une tradition d’origine ou un legs familial. Le niqab est revêtu par des femmes qui découvrent l’islam non de manière traditionnelle mais par acquisition personnelle19.

20En s’engageant dans un processus de réislamisation extrême, elles cherchent à affirmer une identité en rupture avec celle de leur famille. Elles se fabriquent une identité en se rattachant à un groupe imaginé : celui du Prophète et de ses épouses, dans une démarche proche de l’invention d’une tradition (Hobsbawm et Ranger, 2012). Même si le niqab est associé à une mode d’importation saoudienne (tout comme le kamis chez les hommes, longue chemise arrivant jusqu’au mollet, la barbe et le khôl sur les yeux), ces vêtements identitaires musulmans n’ont rien de traditionnel en France. Ils s’apparentent à une expression de la modernité passant par une visibilité de l’identité musulmane globalisée par les chaînes satellitaires, en lien avec le consumérisme (Gauthier et Guidi, 2016). Chacun de ces signes d’islamité visible correspond à des prescriptions attribuées au Prophète et utilisées pour signifier un attachement aux origines de l’islam comme norme. L’utilisation de ces marqueurs par les musulmans de France qui suivent la tendance salafiste rend leur présence dans l’espace public encore plus étrange(-ère).

Des profils loin des stéréotypes

  • 20 Cindy, par exemple, Française convertie que je connais depuis 2011, ayant commencé à porter le niq (...)
  • 21 Voir Niqab hors-la-loi, 2012.
  • 22 Voir Voile interdit, 2017.
  • 23 Elle m’a demandé d’être son témoin de mariage. J’étais seule présente à ses côtés à l’exception de (...)

21Rien n’est moins vrai que la prétendue soumission au mari dont le niqab serait le symbole. La plupart des femmes qui le portent ne sont pas mariées, elles sont célibataires ou divorcées. J’ai pu observer la rapidité des divorces et l’enchaînement des partenaires masculins. Comme la plupart des salafistes ne reconnaissent pas la validité du mariage civil, elles pratiquent des mariages religieux éphémères, sans passage à la mairie, d’où des ruptures instantanées le plus souvent de leur propre initiative pour des raisons qui peuvent parfois paraître anecdotiques20. Quelques femmes de mon échantillon affirment même avoir divorcé car leur mari n’acceptait pas qu’elles revêtent le niqab. Leur mariage dit religieux s’apparente finalement à une sexualité libre qui serait rendue respectable par un protocole, une formule rituelle à réciter avant sa consommation. Ce qui ne les empêche pas de souffrir de solitude lorsqu’elles retournent au célibat, comme Hind Ahmas21, médiatisée durant la polémique qui a précédé le vote de la loi d’interdiction, célibataire depuis son divorce en 2010, année où elle a revêtu le niqab. Le voile intégral peut ainsi être utilisé comme faire-valoir sur le marché matrimonial, ces femmes croyant en le portant trouver un époux plus facilement. Mais cet espoir est souvent déçu. Cindy a retiré le sien au bout de cinq ans22, en 2015, prétextant son manque d’efficacité matrimoniale : « Je l’ai enlevé le jour où j’ai compris que je ne me marierai plus. » Deux ans plus tard, après avoir tout abandonné : niqab, voile et prière, elle réussit à trouver un non-musulman qu’elle épouse en janvier 201823. Pour lui montrer sa fidélité et son attachement, elle se fait tatouer son prénom sur la nuque et l’intérieur de ses avant-bras.

  • 24 On y trouve des ouvrages publiés dans des maisons d’édition créées en France, telles Tawhid, Maiso (...)

22Afin de couper court à toute suspicion de communautarisme, rappelons leur faible connaissance linguistique de l’arabe littéral. Celles qui viennent de familles musulmanes appartiennent à une deuxième génération qui n’a pas appris la langue arabe, si ce n’est quelques locutions religieuses dont elles ponctuent leur discours. Elles tentent difficilement de retrouver certaines références en utilisant une littérature traduite en français, disponible dans les librairies musulmanes en France, comme celles de la rue Jean-Pierre-Timbaut24 dans le 11e arrondissement de Paris. Il en va de même chez les converties qui apprennent rarement la langue de la religion qu’elles ont choisie. Les prêches du vendredi en français se généralisent, signe que de moins en moins de musulmans français sont capables de comprendre l’arabe littéral. Il s’agit bien d’une religion de France.

La subjectivité des femmes en niqab

23Dans le contexte français, les femmes portant le niqab sont volontaires et leur démarche procède d’une réflexion personnelle et individuelle. Je n’ai jamais rencontré de femme forcée de porter le niqab, mais des femmes qui justifiaient leur choix par moult arguments élaborés. On m’objecte souvent que les femmes contraintes n’auraient pas l’autorisation de sortir de chez elles où elles vivraient cloîtrées, ce qui expliquerait que j’en ignore l’existence. Je réponds que des femmes qui subiraient une telle claustration domestique n’auraient pas besoin de porter le niqab. Le voilement du visage est lié à la sortie dans l’espace public et donc à la confrontation avec l’autre. Celles qui ne revêtent pas ce voile facial n’entrent pas dans cette recherche.

  • 25 Confirmation par Lila, usagère du niqab et présidente de l’association Amazones de la liberté, cré (...)

24Je pense couvrir un assez large espace de diffusion du voile intégral, or je n’ai pas croisé une seule fois une femme qui se couvrirait sous la contrainte de son mari. Je n’ai senti chez aucune des femmes que j’ai connues une gêne qui aurait pu faire penser à une coercition. Elles usent d’un discours revendicatif et manifestent une forte volonté d’agir. La contrainte est une question que je formule systématiquement à toute nouvelle enquêtée. La réponse est invariablement négative25.

  • 26 Stéphanie, de Toulouse : « Ce n’est pas parce que j’ai un sitar [voile supplémentaire, ajouté au n (...)
  • 27 Aminatou, Le Bourget : « J’ai eu un déclic pendant le mois du ramadan. J’ai pratiqué la religion c (...)

25Les femmes portant le voile intégral sont des sujets à part entière, et non des sujets empêchés, elles ne peuvent être réduites au rôle de victimes d’un ordre patriarcal. Les enquêtes de terrain montrent au contraire qu’elles agissent en pleine conscience, qu’elles ont une approche positive de la vie en société26 et que le choix du niqab est une étape dans un parcours personnel27.

Les effets controversés de la loi

  • 28 Oum Zainab : « La police, on ne va pas se mentir, eux c’est depuis toujours qu’ils nous détestent, (...)
  • 29 Latifah, de Grigny : « Cette loi n’a rien apporté de bien à part le racisme qui est plus ouvert ma (...)
  • 30 Quelques exemples tirés du documentaire Niqab hors-la-loi, 2012 : Mohamed : « Faire autant de tapa (...)

26L’interdiction de dissimulation du visage dans l’espace public a favorisé le sentiment de mal-être et développé le repli sur soi de ces femmes ainsi que le discours victimaire28. Car on a assisté à la libération de la parole « islamophobe » dans l’espace public avec une banalisation des insultes et des agressions physiques. La loi et sa publicisation à outrance ont ainsi incité à la haine des femmes en niqab. Certes cette focalisation sur le voile intégral a conduit à une normalisation du simple voile (Marzouki, 2013), mais les usagères du niqab ont pris de plein fouet la violence verbale et physique des citoyens français voulant faire respecter la loi29. Elles n’ont littéralement plus droit de cité. Elles sortent rarement et sont reléguées à la clandestinité avec son lot de frustrations. La loi a eu des effets au-delà des usagères du niqab. Obligés de devoir répondre des actes d’une infime minorité de la population musulmane30, les hommes musulmans ont aussi mal vécu ce débat disproportionné par rapport au phénomène.

  • 31 Oum Zainab : « Qu’il y ait des personnes qui veuillent venger l’honneur des femmes, moi ça ne m’ét (...)
  • 32 Émilie König vs Ummu Tawwab, documentaire d’Agnès De Féo, Sasana Productions, 2016.

27Certaines femmes se sont organisées via les réseaux sociaux. Et une nouvelle socialisation exclusivement musulmane se présente à elles comme alternative. Elles évoquent des formes de revanche31 en faisant le choix de défier la justice, de déscolariser leurs enfants et, pour une minorité, de se radicaliser dans le jihad. C’est le cas d’Émilie König, rencontrée à sept reprises avant son départ en Syrie32. Leur repli est ici moins dû au niqab qu’à la loi leur interdisant l’espace public. Finalement l’État et la société française les ont poussées au communautarisme.

28Michel Wieviorka met en garde contre un dévoiement de la laïcité française. Il rappelle que la laïcité appliquée à l’islam ne consiste pas à en faire une religion étrangère dans le pays mais au contraire doit permettre son intégration et sa liberté de culte prescrite par la loi de 1905 : « Toute autre politique, au-delà d’un jugement moral, ne peut que radicaliser les citoyens de confession musulmane, les disqualifier en tout cas, parfois les pousser aux extrêmes ou les enfermer dans des communautés fermées sur elles-mêmes, en les excluant ou en les diabolisant » (Wieviorka, 2015 : 92). L’exclusion et la diabolisation des musulmans sont à l’œuvre en France depuis les années 1980 (l’islam devient anxiogène avec la révolution iranienne de 1979), accentuées depuis les attentats du 11 septembre 2001 et surtout aujourd’hui du fait des divers attentats et répercussions des guerres en Irak et en Syrie. L’historienne américaine, Joan Scott, fait remonter cette aversion française contre les musulmans à la conquête de l’Algérie en 1830 (Scott, 2017).

  • 33 Quelques exemples tirés du documentaire Niqab hors-la-loi, 2012. Saliha : « S’il n’y avait pas eu (...)
  • 34 Estimation approximative donnée oralement par Bernard Godard, ancien responsable du bureau des Cul (...)

29L’interdiction du niqab dans l’espace public a eu aussi un effet boomerang, du moins dans un premier temps. Non seulement la majorité des femmes en niqab n’a pas obéi à l’interdiction, mais la loi les a confortées dans leur choix de se voiler entièrement, et en a poussé de nouvelles à l’adopter33. La loi a suscité des « vocations », elle a également provoqué une multiplication des conversions à l’islam de jeunes femmes qui ont porté le niqab quelques semaines voire quelques jours après avoir embrassé leur nouvelle foi.
 Les femmes voilées intégralement en France sont en grande partie représentées par ces néoconverties apparues au moment de la loi, que j’évalue à la moitié des usagères, une part impressionnante sachant que les convertis ne représentent que 2 % des musulmans français34. On a ainsi pu assister au phénomène d’attraction du niqab né de son interdiction. La loi a créé sa propre transgression.

  • 35 Voir Niqab hors-la-loi, 2012.

30Cet effet boomerang avait déjà été observé lors de l’interdiction du voile à l’école. Certes les écolières ont dû le retirer dans le cadre scolaire, mais elles ont été plus nombreuses à le porter en dehors. On a donc noté la multiplication des voiles chez les jeunes Françaises alors que pendant longtemps il était l’apanage de femmes mûres de la première génération d’immigrés en France. Avec la loi d’interdiction de dissimulation du visage dans l’espace public, la société française a vu se multiplier les niqabs et, pour celles qui ne voulaient pas affronter la loi, les jilbabs, donnant une silhouette identique à celle du niqab à la différence qu’il laisse le visage découvert. Ainsi, par exemple, Ibtissem, de Toulouse, raconte porter le niqab depuis la loi. Issue d’une famille d’origine maghrébine peu pratiquante, elle affirme que c’est la réaction de son père hostile au niqab qui l’a convaincue35.

31Les attaques verbales et physiques dont ces femmes font l’objet dans l’espace public leur prouvent le bien-fondé de leur cheminement spirituel. Les contrôles policiers et les insultes qu’elles reçoivent dans la rue, mais aussi l’hostilité générale, les poussent à s'affirmer, alors qu’on aurait pu imaginer qu’elles abandonneraient cette contrainte difficile à tenir.

  • 36 Quelques exemples tirés du documentaire Niqab hors-la-loi (2012), aucune de ces femmes n’est marié (...)
  • 37 Saliha, partie à Tataouine en 2012 pour rejoindre la Syrie, s’adressant à un adversaire imaginaire (...)
  • 38 Laurence, de Roubaix : « Depuis la loi, c’est vrai qu’on n’arrive plus à vivre normalement. Quand (...)
  • 39 Shamsou, de Bruxelles : « C’est pour moi que je le fais et pour Allah soubhana wa taala, ce n’est (...)
  • 40 Oum Zainab, d’Aubervilliers : « Dès qu’on me voit dans la rue, on crie, on m’insulte, on m’interpe (...)
  • 41 Saliha : « C’est une obligation religieuse, c’est sûr. Mais maintenant ce niqab représente pour mo (...)

32Nombreuses sont celles qui affirment ne plus vouloir l’enlever36. Le niqab peut alors incarner une certaine revanche des humiliés37. Elles expriment des plaintes38, mais considèrent aussi qu’elles obéissent à une instance supérieure et se situent de ce fait au-dessus des autres qu’elles désignent en des termes dépréciatifs : « créatures de ce bas monde39 », « moutons dociles40 ». Les porteuses de niqab estiment faire preuve d’un « esprit de résistance41 ».

  • 42 Oum Hafsa, de Toulouse : « Dans la rue, j’ai vu une femme marcher avec une jupe courte. J’ai vu co (...)

33Le niqab peut aussi fonctionner comme résistance à la globalisation vestimentaire. Il est devenu depuis son interdiction une nouvelle identité musulmane décriée par les médias, ayant une forte puissance d’attraction pour toutes celles qui veulent exprimer une contestation sociale. Les femmes qui le portent deviennent des musulmanes subversives (le schéma est identique chez les hommes en costume salafiste). Certaines tentent de faire du niqab un empowerment, voire une contre-culture féministe, contre la marchandisation du corps féminin dans les publicités. Dans leur discours revient souvent la volonté de se déclarer comme sujet et non comme objet sexuel. La « femme sexy » des magazines est pointée comme un contre-modèle, duquel elles veulent se différencier42. Jean Baubérot a noté cette dimension, dès la mission parlementaire de 2009 : ces femmes peuvent agir ainsi en opposition à une société ultra-sexualisée (Baubérot, 2013).

  • 43 Voile interdit, 2017.

34On peut également trouver un côté antimasculin chez quelques-unes, un dégoût des hommes perçus comme jouisseurs du corps féminin, avec l’idée d’inverser le rapport de force qu’impose le regard masculin, comme l’exprime Shamsou : « Avant, quand les hommes me regardaient, je me sentais comme un morceau de viande qu’un chien vient regarder avec la bouche ouverte. Alors que là, je suis certes un morceau de viande mais bien emballé43. » Cela n’entre pas dans le cadre de cet article mais il faut signaler que certaines ont souffert d’agressions sexuelles et conservent envers le sexe masculin une forte méfiance, telle Hanane victime adolescente de plusieurs viols et qui considère son niqab comme une protection.

Une épreuve religieuse

  • 44 Expression de Bernard Godard, ancien fonctionnaire du bureau des Cultes.
  • 45 Imen, de Toulouse : « Je l’ai fait pour Allah, je me suis dit : c’est encore mieux, c’est une épre (...)
  • 46 Saliha : « J’ai toujours aimé le niqab. C’est un amour que j’ai depuis que je me suis convertie à (...)
  • 47 Ibtissem, de Toulouse : « Depuis que je porte le niqab, je me sens tellement bien avec Allah que j (...)

35Porter le niqab en dépit de la loi, braver l’interdit pour l’amour de Dieu peut aussi conforter leur choix à travers une forme de « piété héroïque44 ». Ces femmes inscrivent alors leurs difficultés dans des formes de pénitence et d’épreuve religieuse, et d'incitation au zèle. Nombreuses sont-elles à décrire les frustrations quotidiennes comme des « épreuves voulues par Dieu pour les éprouver45 ». Le port du niqab est associé au sacrifice, à l’épreuve, au désir de rédemption, de rachat des péchés, c’est une contrainte qu’on s’impose pour atteindre un plus haut niveau de spiritualité. Le fait que le niqab soit diabolisé le rend encore plus désirable pour une personne en quête de rédemption. Il est vécu comme une preuve d’amour pour Dieu46, dans la recherche d’une relation personnelle avec Dieu. Cette religiosité élitiste pourrait d’ailleurs expliquer leur fréquent célibat47.

36Ces femmes insistent sur le caractère spirituel de leur religiosité, leur relation personnelle au divin. Même si le niqab est bien évidemment lié à l’islam, celles qui le portent ne manifestent pas un grand investissement religieux sous ses formes classiques, comme on l’a vu, elles ne fréquentent pas la mosquée, n’étudient pas le Coran, si ce n’est en dilettante. Certes, elles se rattachent à un groupe virtuel d’appartenance sous l’autorité de certains cheikhs producteurs de savoir et d’idéologie, mais leur fonctionnement individuel est essentiel, elles utilisent le salafisme parce qu’il leur sert à s’exprimer. Raphaël Liogier parle de formes de développement personnel proches du new age (Liogier, 2010).

Conclusion : des processus de désubjectivation

  • 48 Quelques exemples. Oum Zainab : « Moi j’envisage de partir dans un autre pays clairement. J’envisa (...)
  • 49 Pour reprendre le vocabulaire de Michel Wieviorka, l’antisujet est celui qui s’adonne à la violenc (...)
  • 50 Agnès De Féo, « Quelle vie après le niqab ? Rencontre avec celles qui ont retiré le voile », 30 ja (...)

37Nous avons montré dans cet article le décalage entre les projections collectives, les représentations des femmes en niqab et les significations et expériences multiples que recouvre le port du voile intégral, qui est loin d’être indissociablement lié à un « communautarisme » musulman. La loi d’interdiction a eu pour conséquence, en tout cas dans un premier temps, de radicaliser un comportement au départ minoritaire, lié à un salafisme identitaire et piétiste, pour déboucher sur une démarche plus intransigeante, une forme d’engagement politique pouvant conduire au départ en Syrie et à la tentation terroriste. Dans ces représentations collectives, le statut de sujet est dénié aux femmes ayant choisi le niqab. Leur parole est confisquée, leur choix est entièrement rabattu sur un environnement coercitif, elles apparaissent comme des sujets empêchés, enfermés dans une prison symbolique. Leur libre arbitre est nié. Or les réactions d’hostilité qu’elles suscitent ne correspondent pas à l’image qu’elles ont d’elles-mêmes, beaucoup plus positive. Un processus de désubjectivation est à l’œuvre qui passe par les insultes, les agressions physiques, mais aussi par la loi, le matraquage médiatique, les figures péjoratives mobilisées dans les médias, qui, sous prétexte de les libérer, ont pu en amener certaines à se radicaliser. Leur radicalisation, que l’on peut décrire elle-même comme une désubjectivation, a à voir avec cette première négation de leur subjectivité, celle qui émane du discours public et du regard de l’autre. Le caractère individualiste du niqab, moderne, identitaire, présenté même par certaines d’entre elles comme un gage d’indépendance féminine, a été ignoré par la loi. Pour certaines, l’ailleurs est devenu une échappatoire pour fuir un contexte stigmatisant. La fuite en avant s’est présentée comme une alternative : l’hijra ou le jihad en Syrie. L’hijra, l’émigration vers un pays musulman, permet de projeter sa vie à la recherche de dignité48.
 La polémique a conduit certaines de ces femmes à se comporter en antisujets49, notamment celles qui sont parties en Syrie pour combattre (parcours d’Émilie König et Saliha). Ces frustrations ont pu entrer dans les motivations des musulmans, d’origine ou convertis, à s’engager dans Daech. Mais la présence de Françaises sans origine musulmane dans les rangs des jihadistes met à mal les théories rattachant la radicalisation à la seule stigmatisation des musulmans qui seraient poussés à se retrancher dans leur foi pour contrer le rejet qu’ils suscitent. Les explications tendant à établir un lien entre le statut précaire des populations immigrées et leur radicalisation, notamment pour les deuxième et troisième générations nées en France, ne suffisent pas à expliquer le phénomène. Certaines de ces femmes sont issues de milieux bourgeois éloignés des cités HLM défavorisées. Le voile intégral ne peut s’expliquer uniquement comme une riposte à l’islamophobie ou comme un écran contre une société persécutrice. Les raisons qui poussent ces quelques femmes (0,003 % de la population française) à porter le niqab sont multiples, il s’agit d’une démarche effectuée en conscience, de manière individuelle, de la propre initiative des usagères du niqab, qui rallient une idéologie d’apparence religieuse. C’est dans cette même démarche consciente que certaines décident aujourd’hui de sortir du voile intégral. La plupart disent avoir renoncé sous la pression parce qu’elles ne supportaient plus les altercations permanentes sur la voie publique. Certaines affirment avoir tourné la page et sont même devenues de farouches détractrices du niqab ; mais aucune ne soutient la loi d’interdiction du niqab50.

Haut de page

Bibliographie

Amiraux, Valérie, 2009, « L’affaire du foulard en France : retour sur une affaire qui n’en est pas encore une », Sociologie et sociétés, vol. 41, no 2, p. 273-298.

Amiraux, Valérie, 2013, « Le port de la “burqa” en Europe : comment la religion des uns est devenue l’affaire publique des autres », dans David Koussens et Olivier Roy (dir.), Quand la burqa passe à l’Ouest. Enjeux éthiques, politiques et juridiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Arêas, Camila, 2016, « Les nominations de l’“affaire du foulard” dans la littérature en sciences humaines et sociales : enjeux sociopolitiques de l’argumentation scientifique », Argumentation et analyse du discours, no 17, université de Tel-Aviv.

Baubérot, Jean, 2013, « Voile intégral et laïcité : la mission d’information parlementaire sur le voile intégral », dans David Koussens et Olivier Roy (dir.), Quand la burqa passe à l’ouest. Enjeux éthiques, politiques et juridiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 67-77.

Baubérot, Jean, 2015, Les 7 laïcités françaises, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Bergeaud-Blackler, Florence, 2017, Le marché halal ou l’invention d’une tradition, Paris, Seuil.

Borghée, Maryam, 2012, Le voile intégral en France, Paris, Michalon.

Bouteldja, Naima, 2011, Un voile sur les réalités : 32 musulmanes de France expliquent pourquoi elles portent le voile intégral [Unveiling the Truth. Why 32 Muslim Women Wear the Full-Face Veil in France], New York, Open Society Foundations : <https://www.opensocietyfoundations.org/sites/default/files/aa-unveiling-the-truth-french-20110411_0.pdf>.


Bouteldja, Naima, 2013, After the Ban: Experiences of 35 Women of the Full-Face Veil in France, New York, Open Society Foundations : <https://www.opensocietyfoundations.org/sites/default/files/after-the-ban-experience-full-face-veil-france-20140210.pdf>.

De Féo, Agnès, 2006, « Femmes du Tabligh en Asie du Sud-Est », Cahiers de l’Orient, no 83, p. 143-152.


De Féo, Agnès, 2008, « Cuisine et tabligh dans la voie d'Allah », Horizons maghrébins, no 59, p. 186-196.


De Féo, Agnès, 2009, « Behind the veil: In the ranks of the Tablighi jamaat », World Religion World, 12 octobre : <http://www.world-religion-watch.org/index.php/about-us-researchers-and-fellows-at-world-religion-watch/research-publications-and-working-papers/284-veil-tabligh-jamaat>.


De Féo, Agnès, 2010, « De l’Asie du Sud-Est à la banlieue parisienne : filmer les femmes en burqa », Eurasie, n20 : « Retour sur le terrain. Nouveaux regards, nouvelles pratiques », p. 147-171.

De Féo, Agnès, 2017, « Le haïk (ahouli) des femmes mozabites comme marqueur de l’exception ibadite en Algérie », Horizons maghrébins, no 76, p. 50-58.

Dhume, Fabrice, 2016, Communautarisme. Enquête sur une chimère du nationalisme français, Paris, Demopolis.

Gaspard, Françoise et Khosrokhavar, Farhad, 1995, Le foulard et la République, Paris, La Découverte.

Gauthier, François et Guidi, Diletta, 2016, « Voile, halal et burkini. Le tournant expressif identitaire du religieux dans le régime du marché », dans Amélie Barras, François Dermange et Sarah Nicolet (éd.), Réguler le religieux dans les sociétés libérales, Genève, Labor et Fides.

Hobsbawm, Eric et Ranger, Terence (dir.), 2012 [2006], L’invention de la tradition, traduit de l’anglais par Christine Vivier, Paris, Amsterdam.

Hulin, Michel, 1993, La mystique sauvage. Aux antipodes de l’esprit, Paris, Presses universitaires de France, nouvelle édition 2008.

Hulin, Michel, 2015, La possibilité du cosmopolitisme. Burqa, droits de l’homme et vivre ensemble, Paris, Le Débat Gallimard.

Kaufmann, Jean-Claude, 2017, Burkini, autopsie d’un fait divers, Paris, Les liens qui libèrent.

Le Bras, Hervé, 2012, L’invention de l’immigré, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Liogier, Raphaël, 2010, « Le voile intégral comme trend hypermoderne », Multitudes, no 42, p. 14-20.

Liogier, Raphaël, 2012, Le mythe de l’islamisation. Essai sur une obsession collective, Paris, Seuil.

Marzouki, Nadia, 2013, « La controverse comme transformation du compromis », dans David Koussens et Olivier Roy (dir.), Quand la burqa passe à l’ouest. Enjeux éthiques, politiques et juridiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 53-66.

Parvez, Z. Fareen, 2013, « Débattre de la burqa en France : l’antipolitisme du Réveil islamique », dans David Koussens et Olivier Roy (dir.), Quand la burqa passe à l’ouest. Enjeux éthiques, politiques et juridiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 89-120.

Rougier, Bernard (dir.), 2008, Qu’est-ce que le salafisme ?, Paris, PUF.

Roy, Olivier, 2002, L’islam mondialisé, Paris, Seuil.

Schnapper, Dominique, 2013, « Le port du voile intégral en France : une épreuve pour l’ordre démocratique », dans David Koussens et Olivier Roy (dir.), Quand la burqa passe à l’ouest. Enjeux éthiques, politiques et juridiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 79-87.

Scott, Joan W., 2017, La politique du voile, traduit de l’anglais par Idith Fontaine et Joëlle Marelli, Paris, Amsterdam.

Wieviorka, Michel, 2004, La violence, Paris, Fayard.

Wieviorka, Michel, 2015, Retour au sens. Pour en finir avec le déclinisme, Paris, Robert Laffont.

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu des arguments contre le voile intégral dans la polémique débutée en 2009, voir Schnapper (2013). On y retrouve le défaut de citoyenneté pour celles qui soustraient leur visage au regard de l’autre, appuyé par des citations d’Emmanuel Levinas. La sociologue parle de la femme en niqab comme d’une descendante d’immigrés, n’ayant pas achevé son processus d’intégration et faisant intervenir la question du vivre ensemble. L’auteure affirme qu’il existe « des limites à cette reconnaissance des particularismes, même dans le privé ». Elle se focalise sur les « cultures traditionnelles » dans lesquelles se trouve une « inégalité statutaire […] ou plutôt l’infériorité de la femme », puis termine par une liste d’exactions faites aux femmes dans le monde musulman : la « burqa » se trouve juste après « l’excision des fillettes », autant de pratiques « jugées contraires à la liberté individuelle et aux valeurs impliquées par la citoyenneté » (ibid. : 86-87).

2 Le déclenchement de la polémique en juin 2009 est attribué à Nicolas Sarkozy déclarant que le niqab n’est pas le bienvenu sur le territoire français.

3 Mission d’information no 2262, avec pour directeur André Gerin (parti communiste), maire de Vénissieux, banlieue de Lyon, et pour rapporteur Éric Raoult (Union pour un mouvement populaire), alors député de Seine-Saint-Denis et maire du Raincy.

4 Infraction passible d’une amende de 150 euros et d’un stage de citoyenneté. Contravention de deuxième classe, équivalente à celles pour usage d’un téléphone en conduisant, conduite sans signe A pour les jeunes conducteurs, circulation sur la bande d’arrêt d’urgence, changement de direction sans clignotant, non-paiement d’un péage routier, non-présentation de l’attestation d’assurance.

5 Rapport d’information n° 2262, Assemblée nationale, 26 janvier 2010. Le passage consacré à Kenza Drider se trouve à la page 44. Son discours n’est pas retranscrit en style direct ni dans les temps de l’indicatif, mais à la troisième personne et intégralement au conditionnel : « [Kenza Drider] aurait pris ce parti [porter le niqab] au terme de recherches personnelles […] [dans une librairie salafiste] qui ne l’aurait pas embrigadée […] elle aurait décidé de porter un voile intégral afin de ressembler aux femmes du Prophète. »

6 Entretien du 13 juillet 2010 à l’Assemblée nationale, dans Sous la burqa, documentaire d’Agnès De Féo, Sasana Productions, 2010. Rappelons que Kenza Drider a fait des études de droit.

7 « Le niqab, une revanche des femmes ? », Slate.fr, 11 octobre 2016 : <http://www.slate.fr/story/125391/niqab-inversion-de-domination>.

8 J’ai conduit mes terrains sur le niqab de 2002 à 2009 en Asie du Sud-Est et, depuis 2008, en France et en Belgique avec un échantillon de plus de 150 participantes. J’ai bâti mon échantillon sur des rencontres dans la rue, dans les mosquées salafistes, les librairies musulmanes, les cités de la banlieue parisienne, de Toulouse, de Marseille et de l’agglomération lilloise. Afin de mettre mon échantillon en perspective, j’ai également travaillé sur ce phénomène en Tunisie, en Israël, en Inde et à Doha. Il s’agit d’entretiens de type compréhensif avec une forte participation à la vie privée de ces femmes et un suivi sur plusieurs années. Je totalise pour certaines plus de cinquante entretiens.

9 Salafisme et Tabligh sont les deux principaux courants musulmans transnationaux qui promeuvent le voilement du visage des femmes (Roy, 2002 ; Rougier, 2008).

10 Voir les documentaires d’Agnès De Féo, tous produits par Marc Rozenblum (Sasana Productions) : Mission Tabligh (2009) à l’intérieur du mouvement du Tabligh en Asie du Sud-Est (Malaisie, Cambodge, Indonésie) ; Sous la Burqa (2010) et Niqab hors-la-loi (2012) dans un contexte français exclusivement salafiste. Au cœur de Deoband (2011), Niqabmania à Tunis (2013), respectivement sur le voile intégral en Inde et en Tunisie postrévolutionnaire, puis La Tunisie et ses femmes salafistes (2015) publié sur le site lemonde.fr le 22 mai. Retour en France avec Émilie König vs Ummu Tawwab (2016) sur le parcours de cette femme partie en Syrie et longuement fréquentée en 2012, diffusé sur le site de l’hebdomadaire L’Obs le 12 mai 2016, puis sur le site Slate.fr le 3 janvier 2018 après son arrestation dans le Kurdistan irakien. Le huitième, Voile interdit (2017), revient sur les différentes lois d’interdiction du voilement féminin en Europe et sur leurs effets sur la population musulmane.

11 Exemple collecté et filmé à l’Assemblée nationale auprès de députés les 7 et 13 juillet 2010 : André Gerin (parti communiste) : « La loi va être utile pour libérer des femmes, pour libérer des jeunes filles dans certains quartiers où on leur mène une vie d’enfer. » Jean-François Copé (UMP) : « Des femmes que la République ne peut abandonner, quand bien même il n’y en aurait qu’une, quand bien même elle se mettrait volontairement en marge de la République. » Jacques Myard (UMP) : « C’est un mouvement, qui d’ailleurs ne s’arrête pas au voile, qui est une ghettoïsation de la femme, une sorte de “dhimminitude” [sic] de la femme, c’est-à-dire de mise dans un statut d’infériorité. » Voir Voile interdit, 2017 (première version).

12 Voir les affiches de l’UDC (parti nationaliste suisse), représentant une femme en niqab sur un fond de minarets en forme de missiles, pour manifester le rejet de l’islam visible interprété comme guerrier et agressif.

13 Voir le décryptage de Vincent Coquaz sur le site d’Arrêt sur images, le 6 mars 2015.

14 Quelques exemples de paroles de femmes en niqab dans Niqab hors-la-loi, documentaire d’Agnès De Féo, 2012 ; Karima, de La Courneuve : « Je crois surtout que dans cette loi, ce qui me dérange, c’est qu’on nous a bassinés sur les droits des femmes qui seraient bafoués. Mais on a très peu parlé de droits de l’homme. Tout simplement. » Latifah, de Grigny : « Une femme qui est en mini-jupe, les enfants voient la moitié de son corps, ça ne choque personne. Une femme qui a juste de la pudeur, ça choque tout le monde. C’est une loi islamophobe, il n’y a pas d’autre mot. C’est vraiment raciste. “Liberté, égalité, fraternité”, ça n’existe pas en France. Ça existe pour ceux qui n’ont pas de pudeur, qui n’ont pas de complexe, rien du tout. Ceux qui ont de la pudeur n’ont pas les mêmes droits. “Liberté, égalité, fraternité”, ça n’existe pas pour nous. » Saliha, de Noisy-le-Sec, convertie à l’islam et ayant porté le niqab après l’interdiction, partie en Tunisie en 2012 pour rejoindre la Syrie : « J’étais à l’école de la République et on ne m’a pas appris ça. La France m’a appris certaines valeurs et je vois qu’eux-mêmes n’appliquent pas ces valeurs. »

15 Shamsou, jeune adolescente de Bruxelles : « Déjà à la base, j’ai toujours été très féministe dans l’âme. Je ne supporte pas qu’un homme me dicte quoi faire. […] C’est mon corps, il m’appartient. Toi homme, tu n’as pas à venir le voir. C’est pour mettre des barrières parce que j’en ai marre de me faire draguer. Je préfère plus me couvrir que me dénuder, c’est normal. Je me sens dans ma bulle, je me sens protégée, rien ne peut m’atteindre, les hommes baissent le regard », Voile interdit, 2017.

16 Comme j’ai pu en être témoin durant nos multiples échanges, notamment le 11 avril 2013 où elle me reçoit chez elle à Avignon. Derrière son voile intégral, Kenza Drider transgresse deux interdits de l’islam : celui du marquage corporel à moins qu’il ne soit la coutume du pays et celui de la représentation d’une créature vivante.

17 Voile recouvrant l’intégralité du corps, identique au niqab à la différence qu’il laisse apparaître le visage.

18 Autre exemple de convertie issue d’une famille athée, Louisa : « Mes parents sont athées, ils ne croient pas en Dieu. Je n’ai reçu aucune éducation religieuse quelle qu’elle soit. J’ai lu le Coran donc, après je me suis convertie, je me suis mise à la prière, tout doucement. Et puis voilà, de fil en aiguille, je me suis voilée », Sous la burqa, 2010.

19 Les témoignages sont très nombreux. Par exemple Shamsou : « Personne ne m’a jamais guidée vers l’islam. Personne ne m’a conseillé de mettre le voile. C’est moi qui ai dû chercher toute seule. C’est moi qui ai dû faire mes recherches et me repentir pour moi-même », Voile interdit, 2017.

20 Cindy, par exemple, Française convertie que je connais depuis 2011, ayant commencé à porter le niqab juste après le vote de la loi, raconte avoir chassé son dernier mari après lui avoir ordonné de prononcer trois fois le talaq, la formule de répudiation. Il lui avait demandé de s’épiler les jambes. Selon le récit qu’elle fait de leur rupture, elle n’aurait pas supporté cette injonction injustifiée car, ancienne esthéticienne, elle considérait que ses poils n’étaient pas assez longs pour l’épilateur électrique. C’est le motif qui lui sert pour mettre un terme à leur relation. Il est vrai que leur mariage religieux conclu quelques semaines auparavant sur Facebook, sans rencontre préalable, était mal engagé.

21 Voir Niqab hors-la-loi, 2012.

22 Voir Voile interdit, 2017.

23 Elle m’a demandé d’être son témoin de mariage. J’étais seule présente à ses côtés à l’exception de sa mère. J’ai réalisé une vidéo et un album photo de ce mariage insolite pour moi qui connaît son passé radical, proche du groupuscule Forsane Alizza.

24 On y trouve des ouvrages publiés dans des maisons d’édition créées en France, telles Tawhid, Maison d’Ennour ou encore Al-Hadith dont le siège est à Bruxelles.

25 Confirmation par Lila, usagère du niqab et présidente de l’association Amazones de la liberté, créée le jour de la mise en application de la loi d’interdiction de dissimulation du visage : « Je dis souvent que l’unique mérite de cette loi est d’avoir pu prouver qu’aucune femme n’a été ou n’est forcée. En effet depuis la création de cette association au mois d’avril 2011, nous n’avons reçu aucun appel de la part de femme forcée par son mari ou un tiers. Toutes les femmes que nous avons à la permanence téléphonique sont des femmes qui portent ce voile intégral de leur propre gré, qui ont ça dans leur cœur et qui sont prêtes à tout pour garder ce voile intégral, même à aller au-delà de la volonté de leur mari », Voile interdit, 2017.

26 Stéphanie, de Toulouse : « Ce n’est pas parce que j’ai un sitar [voile supplémentaire, ajouté au niqab, couvrant aussi les yeux] que je suis défrancisée, que je suis contre la France. Bien au contraire. On sait qu’on est née ici, qu’on a vécu toute sa vie ici. Et on ne vous accepte plus, juste pour une tenue vestimentaire. C’est ce qui fait le plus mal. Moi je suis toujours la même. Je n’ai pas changé », Niqab hors-la-loi, 2012.

27 Aminatou, Le Bourget : « J’ai eu un déclic pendant le mois du ramadan. J’ai pratiqué la religion comme dans la Sunnah. J’ai suivi les femmes du Prophète. Je me suis vraiment ancrée pendant un mois. Et donc après, je ne me voyais plus sortir sans mon niqab. Comme si j’étais nue dehors. Je sentais le regard des gens sur moi. Je ne pensais pas que c’était un regard positif, donc j’ai décidé de le mettre. Et franchement, je suis vraiment contente de l’avoir mis », Niqab hors-la-loi, 2012. Shamsou : « Le 30 décembre 2013, je me suis dit : je ne sors pas sans mon voile. Et quand je l’ai mis, je me suis sentie assez bien, je me suis sentie bien et protégée. J’ai porté le hijab pendant deux jours, le normal. Et puis j’ai mis le jilbab et ça c’est resté mon coup de cœur. Mon jilbab, mon coup de cœur. J’ai commencé avec deux jilbabs, je reviens avec quinze maintenant. Hamdullah, j’ai une belle collection ! Le niqab maintenant, ça doit faire un mois que je le porte. Je suis vraiment heureuse de le mettre. Malheureusement chaque fois, on me l’enlève », Voile interdit, 2017.

28 Oum Zainab : « La police, on ne va pas se mentir, eux c’est depuis toujours qu’ils nous détestent, ils ont la haine de l’immigré, ils ont la haine de l’islam, ils ont la haine des musulmans, ça ne remonte pas à aujourd’hui. Ils ont toujours eu leur haine avant même que l’État islamique existe. Plus on essaye de s’accrocher à l’islam, plus ça les dérange, plus ils te font des problèmes », Voile interdit, 2017.

29 Latifah, de Grigny : « Cette loi n’a rien apporté de bien à part le racisme qui est plus ouvert maintenant. On ne se cache plus pour nous insulter, ce sont de vraies insultes raciales. » Soraya, Française convertie portant le jilbab : « En fait, il y a beaucoup d’amalgames entre le port du jilbab, ce que je porte, qui est un voile normal, et le port du niqab et du sitar. Les gens m’interpellent dans la rue, disant que c’est interdit par la loi, j’ai beau leur expliquer que je porte le jilbab et non le niqab, mais c’est des insultes, même des menaces. On me dit même de retourner dans mon pays. Moi qui suis française convertie, je suis encore plus chez moi », Niqab hors-la-loi, 2012. Et Agnès De Féo, « Qui sont les Françaises les plus hostiles au port du niqab ? », Slate.fr, 26 octobre 2017 : <http://www.slate.fr/story/153005/islam-pourquoi-quinquagenaires-virulentes-contre-niqab>.

30 Quelques exemples tirés du documentaire Niqab hors-la-loi, 2012 : Mohamed : « Faire autant de tapage, que ce soit médiatique qu’au niveau de l’Assemblée nationale pour une minorité de femmes, je trouve cela très exagéré. Moi en tant que musulman, en tant qu’homme, même si ma femme ne porte pas le niqab, je me dis que la communauté visée est vraiment l’islam, et rien d’autre. » Mehdi, Belge converti : « À propos de la loi sur le niqab dont on a entendu parler jusqu’en Belgique, c’est une loi qui est là surtout pour faire du jeu politique parce que ça concerne un nombre minoritaire de personnes. C’est une loi qui stigmatise à nouveau tous les musulmans, au lieu de faire des choses intéressantes pour essayer que les musulmans soient de vrais citoyens français, européens, belges ou du monde entier. » Mohand : « À partir du moment où une loi est votée, on est visé en tant que musulman. Que ce soit une loi visant les femmes ou les hommes. D’ailleurs en tant que citoyen, on doit être touché par cette loi. »

31 Oum Zainab : « Qu’il y ait des personnes qui veuillent venger l’honneur des femmes, moi ça ne m’étonne pas du tout. Qu’ils veuillent venger la dignité des femmes musulmanes, moi, ça ne me choque pas », Voile interdit, 2017.

32 Émilie König vs Ummu Tawwab, documentaire d’Agnès De Féo, Sasana Productions, 2016.

33 Quelques exemples tirés du documentaire Niqab hors-la-loi, 2012. Saliha : « S’il n’y avait pas eu cette polémique, je suis sûre que je ne l’aurais pas porté parce que je n’y pensais même pas. Je portais le jilbab et pour moi c’était le voile. Je remercie encore mille fois M. Sarkozy de m’avoir poussée à m’interroger sur ce voile intégral. Et je ne suis pas la seule. Certaines sœurs l’ont peut-être enlevé. Mais d’autres ont, comme moi, décidé de le porter. Merci Sarkozy ! » Cindy, de Saint-Denis : « C’est le paradoxe parce que ce n’est pas un homme religieux qui est arrivé à me donner la conviction [de porter le niqab]. C’est un homme [André Gerin, l’initiateur de la mission parlementaire] que je pourrais dire islamophobe, mécréant et tout ce qui va avec. C’est lui le point de départ qui a fait que j’en suis arrivée là. » Ourida, Le Bourget : « L’humain est toujours à la recherche de l’interdit. Ils ont interdit le niqab et beaucoup de sœurs, même des converties, se sont renseignées sur ce que valait le niqab, ce que valait l’islam. Dieu soit loué, il y a eu beaucoup de conversions depuis l’année dernière. » Cindy : « Pour beaucoup de femmes, la polémique engagée par l’État français et la manière dont les médias se sont emparés de l’affaire ont sonné comme un réveil, ont fait l’effet d’un rappel : elles ont pris conscience de la nécessité de le porter », entretien non filmé le 6 août 2011.

34 Estimation approximative donnée oralement par Bernard Godard, ancien responsable du bureau des Cultes du ministère de l’Intérieur (septembre 2017).

35 Voir Niqab hors-la-loi, 2012.

36 Quelques exemples tirés du documentaire Niqab hors-la-loi (2012), aucune de ces femmes n’est mariée. Laurence, de Roubaix : « J’ai décidé de garder mon niqab et de sortir avec, malgré le risque. Et de me battre avec les autres sœurs qui le portent pour abroger cette loi qui nous prive vraiment de notre liberté. » Zouleykha : « Je me sens bien avec. J’ai déjà essayé de sortir sans, mais ce n’est pas possible. » Karima : « C’est un tel attachement que je sais que je ne pourrai pas l’enlever. » Hind Ahmas : « Cela ne m’a jamais traversé l’esprit de retirer mon niqab. Jamais. Et inch’Allah je mourrai avec. »

37 Saliha, partie à Tataouine en 2012 pour rejoindre la Syrie, s’adressant à un adversaire imaginaire face à la caméra : « Plus vous nous attaquez, plus vous sortez des lois islamophobes, plus vous sortez des restrictions vis-à-vis des musulmans, plus on va se renforcer, plus on va retourner à l’islam authentique […] Bien avant cette loi, j’étais comme la majorité des musulmans en essayant de concilier les deux. C’est-à-dire qu’on suit les lois de la République tout en étant musulman et en respectant les lois. C’était pour moi avoir un pied en enfer et un pied au paradis. Parce que quand tu concilies les deux, à un moment tu commets des péchés sans le vouloir. C’est dangereux. C’est pourquoi le mieux est de retourner à l’islam authentique. Puisque la France ne nous accepte pas », Niqab hors-la-loi, 2012.

38 Laurence, de Roubaix : « Depuis la loi, c’est vrai qu’on n’arrive plus à vivre normalement. Quand on sort, on a une boule au ventre. On fait toujours attention, on regarde à droite à gauche pour voir si on ne croise pas une voiture de police. On fait toujours attention aux gens de peur de se faire insulter ou même de se faire agresser. Quand on va dans un établissement administratif, on est obligé de le retirer. C’est vraiment infernal, on nous prive de notre liberté religieuse », Niqab hors-la-loi, 2012.

39 Shamsou, de Bruxelles : « C’est pour moi que je le fais et pour Allah soubhana wa taala, ce n’est pas pour mes parents, ce n’est pas pour les créatures de ce bas monde », Voile interdit, 2017.

40 Oum Zainab, d’Aubervilliers : « Dès qu’on me voit dans la rue, on crie, on m’insulte, on m’interpelle, on me dit : c’est interdit. Ce sont les moutons les plus dociles qui suivent le chemin de leur gouvernement », Voile interdit, 2017.

41 Saliha : « C’est une obligation religieuse, c’est sûr. Mais maintenant ce niqab représente pour moi une résistance. Une résistance contre cette loi illégale, qui me prive de ma liberté », Niqab hors-la-loi, 2012.

42 Oum Hafsa, de Toulouse : « Dans la rue, j’ai vu une femme marcher avec une jupe courte. J’ai vu comment les hommes la regardaient. C’était horrible. Je me suis dit que jamais les hommes ne me regarderaient comme ça », entretien non filmé. Curieusement certaines usagères du voile intégral tiennent aussi à exprimer leur coquetterie et disent s’habiller à la mode sous leur niqab. Samia va même plus loin et m’ouvre les tiroirs de sa commode pour en sortir ce qu’elle appelle « des habits sexy : strings, nuisettes ». Sous la burqa, 2010.

43 Voile interdit, 2017.

44 Expression de Bernard Godard, ancien fonctionnaire du bureau des Cultes.

45 Imen, de Toulouse : « Je l’ai fait pour Allah, je me suis dit : c’est encore mieux, c’est une épreuve. Si ça m’arrive et ça me tombe dessus [un contrôle de police], je me rapprocherai d’Allah encore plus. Si c’est pour au final, me rapprocher encore plus d’Allah, autant le faire », Niqab hors-la-loi, 2012. Shamsou, de Bruxelles : « S’il n’y avait pas eu la loi, je ne pense pas que j’aurais pensé à le porter, parce que j’aurais dit : c’est autorisé, ce n’est pas si grave que ça, ou ce n’est pas si important que ça. Mais en fait, si c’est interdit, c’est peut-être pour une raison, c’est peut-être qu’en vérité il faut qu’on le porte et c’est encore une épreuve. On ne peut jamais savoir, c’est peut-être une épreuve de soubhana wa taala [Allah] donc voilà, c’est pour ça que je le mets. Je ne compte pas l’enlever de sitôt inch'Allah », Voile interdit, 2017.

46 Saliha : « J’ai toujours aimé le niqab. C’est un amour que j’ai depuis que je me suis convertie à l’islam », Niqab hors-la-loi, 2012. La convertie Khadija : « Quand je mets le voile intégral, je cherche à plaire à Dieu. Je cherche à m’élever dans la spiritualité », Sous la burqa, 2010. « Je me sens mieux, en communion avec Dieu, je fais tout pour mon Dieu, etc. »

47 Ibtissem, de Toulouse : « Depuis que je porte le niqab, je me sens tellement bien avec Allah que je ne ressens plus le besoin de me marier », entretien non filmé.

48 Quelques exemples. Oum Zainab : « Moi j’envisage de partir dans un autre pays clairement. J’envisage de faire la hijra. Avec mon mari, on a parlé de partir en Tunisie. Ce bas monde, c’est une prison pour le croyant et un paradis pour les mécréants. De toute façon, ça se vérifie, c’est vérifiable, on en a des preuves vivantes », Voile interdit, 2017.

49 Pour reprendre le vocabulaire de Michel Wieviorka, l’antisujet est celui qui s’adonne à la violence gratuite rompant avec l’humanisme et qui représente le contraire de ce qui est attendu d’un sujet en désubjectivant l’autre (Wieviorka, 2004 : 298). Après avoir été elles-mêmes désubjectivées, quelques-unes sont entrées dans une démarche de désubjectivation de l’autre, notamment en adhérant à l’idéologie takfiriste (qui dénie aux autres musulmans leur islamité).

50 Agnès De Féo, « Quelle vie après le niqab ? Rencontre avec celles qui ont retiré le voile », 30 janvier 2018 : theconversation.com : <https://theconversation.com/quelle-vie-apres-le-niqab-rencontre-avec-celles-qui-ont-retire-le-voile-90159>. Cindy citée plus haut, déjà sous pseudonyme, m’a demandé d’apparaître dans l’article sous le nom d’Alexia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès De Féo, « Les femmes en niqab en France », Socio, 11 | 2018, 141-164.

Référence électronique

Agnès De Féo, « Les femmes en niqab en France », Socio [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio/3519 ; DOI : 10.4000/socio.3519

Haut de page

Auteur

Agnès De Féo

Agnès De Féo s’intéresse au phénomène du voile intégral depuis 2002. Elle a d’abord travaillé en Asie du Sud-Est auprès des communautés du Tabligh, un mouvement musulman piétiste dans lequel les femmes se couvrent entièrement. Pour mieux comprendre les implications sociales de ce vêtement, elle le porte durant ses terrains suivant la méthode dite d’observation participante. Très vite, elle réalise la complexité de ce symbole interprété en Occident comme une soumission féminine, alors qu'il est pour les femmes qui le portent une manière de s'affirmer socialement dans une démarche de valorisation personnelle. En 2008, elle commence son étude sur le niqab en France un an avant le déclenchement de la polémique. Elle a réalisé huit documentaires sur les femmes portant le voile intégral.

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals