Navigation – Plan du site
Dossier
Note de lecture

Note de lecture

Michel Wieviorka
p. 197-199

Texte intégral

Fethi Benslama et Farhad Khosrokhavar, Le jihadisme des femmes. Pourquoi ont-elles choisi Daech ?, Paris, Seuil, 2017

1Dans plusieurs pays occidentaux à commencer par la France, les premières analyses de la radicalisation islamique ont reposé sur une sociologie élémentaire ayant pour elle la force du sens commun. Les auteurs d’actes terroristes et ceux qui voudraient l’être, ou qui contribuent à leur action, ne sont-ils pas des jeunes gens, ou d’un peu moins jeunes, issus de l’immigration arabo-musulmane, pour l’essentiel originaires d’Afrique du Nord s’il s’agit de l’expérience française ? Ces individus de sexe masculin n’ont-ils pas connu les quartiers d’exil, la petite délinquance, l’échec scolaire, l’exclusion, la précarité, le racisme, et les discriminations, la prison parfois aussi. N’ont-ils pas plus ou moins tardivement, plus ou moins épisodiquement fréquenté des mosquées ou croisé des prosélytes, au fil de rencontres sulfureuses contribuant à les pousser vers Al-Qaïda ou Daech ?

2Certes, cela est vrai, avec toute sorte de variantes, pour beaucoup d’entre eux.

3Mais il a fallu ensuite se rendre à l’évidence. Ces individus sont aussi de sexe féminin. Ce sont alors souvent des jeunes filles qui se sont converties à l’islam, en provenance de familles et de milieux sociaux fort éloignés de l’image des « banlieues » et de l’immigration, venues tout aussi bien de territoires qui en sont distants.

4Il fallait bien dès lors mettre en cause les analyses trop sommaires, et se défaire d’un sociologisme inadapté. Ce qui déplace la réflexion de deux façons différentes, et complémentaires.

5D’une part, la question du sens de l’action, celle des orientations des acteurs doit être posée à nouveaux frais : que cherchaient ces centaines de jeunes filles ayant choisi de rallier, ou d’essayer de rallier Daech ? Que signifie leur choix, hautement subjectif ? C’est le mérite de Fethi Benslama et Farhad Khosrokhavar que d’avoir, parmi les premiers, non seulement repéré le phénomène, mais aussi cherché à le comprendre, sur la base de connaissances éprouvées – l’un et l’autre savent ce qu’est la vraie recherche, celle qui, pour affronter de tels enjeux, n’hésite pas à pratiquer un terrain exigeant, à s’investir sur le long terme, à mobiliser sérieusement les ressources et les méthodes des sciences humaines et sociales.

6Les données objectives n’expliquent pas tout, et les déterminismes simplistes ou les causalités réductrices n’ont pas leur place dans leur étude, qui n’ignore pas pour autant l’âge, la catégorie sociale, le lieu de résidence ou la culture d’origine des jeunes filles en question : il faut aussi des connaissances qui permettent d’entrer dans la subjectivité de ces jeunes filles, et c’est ce qui constitue la deuxième originalité de ce livre.

7Car si un sociologisme primaire n’y a pas sa place, lourd d’explications trop faciles et souvent erronées, la sociologie y apporte un éclairage utile, dans la mesure où elle est associée à une anthropologie, notamment d’inspiration psychanalytique, qui permet de saisir le travail des acteurs sur eux-mêmes. L’attelage que constituent les deux auteurs de l’ouvrage, l’un sociologue, l’autre psychanalyste, fonctionne ici à merveille, il permet au lecteur de mieux comprendre comment des jeunes femmes modernes choisissent librement d’adhérer à des modes de pensée et de vie négateurs de l’émancipation féminine, au point, apprend-on, de diriger pour le compte de l’État islamique et de ses guerriers de véritables « bordels islamiques » où d’autres femmes, yézidies et assyriennes, sont esclavagisées.

8Ces femmes venues de France, mais pas seulement, pour rejoindre l’État islamique ont pris la décision de vivre dans un univers qui semble particulièrement oppressif, pour d’autres comme pour elles : elles l’assument, et c’est ce qu’expliquent fort bien Benslama et Khosrokhavar.

9Nous n’en aurons pas fini avec le terrorisme islamique, avec Daech et autres organisations, présentes et à venir, tant que nous n’aurons pas accepté de connaître en profondeur les sources, les ressorts des engagements qui alimentent ainsi le choix de la rupture et de la violence. La répression, le travail policier et judiciaire, l’action diplomatique et militaire puisqu’il s’agit de problèmes internationaux et globaux et pas seulement de sociétés, sont évidemment cruciaux à court terme. Mais une véritable « dé-radicalisation » – le mot n’est pas très heureux – passe par la compréhension des logiques à l’œuvre chez les protagonistes de ces violences. En ce sens, l’étude que nous proposent Fethi Benslama et Farhad Khosrokhavar est particulièrement utile et éclairante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Note de lecture », Socio, 11 | 2018, 197-199.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Note de lecture », Socio [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio/3619

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 2015 le président du directoire de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et, depuis 1989, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010) et a dirigé le Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS) de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : avec Farhad Khosrokhavar, Les juifs, les musulmans et la République (Robert Laffont, 2017), Les sciences humaines et sociales françaises à l’échelle de l’Europe et du monde. Rapport à M. Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017) ; sous sa direction : Antiracistes (Paris, Robert Laffont, 2017), et Face au mal (Textuel, 2018).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals