Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

Michel Wieviorka
p. 5-6

Texte intégral

1Chaque société se caractérise par son historicité, et donc par le rapport qu’elle entretient à son passé, et à son avenir. Ce rapport peut lui-même être changeant.

2Des utopies ont marqué les débuts de l’ère moderne, dès la Renaissance avec Thomas More, puis au xviie siècle, proposant des représentations fictives de sociétés idéales ; l’entrée dans des sociétés industrielles s’est ensuite accompagnée de la prolifération de projets socialistes et communistes relevant à bien des égards, eux aussi, de la promesse d’un monde meilleur idéal. Jusqu’au moment où l’utopie a cédé la place au réalisme, ou à des projets concrets. Ainsi Karl Marx, en entendant inscrire le matérialisme historique dans la science, voulait-il certainement passer de la construction imaginaire que constituaient les utopies – le « socialisme utopique » – à des propositions permettant de penser, et de mettre en œuvre concrètement la transformation du monde.

3Dans la phase de sortie des sociétés industrielles, les utopies qui avaient accompagné leur fondation et les projets politiques pour les rendre meilleures se sont décomposés, quand ils n’ont pas tourné au cauchemar. Le communisme, devenu l’idéologie de pouvoirs totalitaires, a perdu pied dans les années 1970, en même temps que les pays ou les partis qui s’en réclamaient avançaient de plus en plus rapidement dans leur déclin historique. La social-démocratie, tout en résistant mieux, s’est elle aussi défaite, et avec elle les plus importantes réalisations du socialisme.

4C’est alors que sont apparues de nouvelles utopies, postindustrielles, écologistes, ainsi que la représentation d’une planète où les humains renouvellent leurs rapports à la nature, et entre eux. La plus haute figure fut certainement ici Ivan Illich, lui-même proche d’un autre grand penseur du dépassement du développement industriel, Jacques Ellul. Puis dans de nombreux pays, l’écologie, d’utopie qu’elle était au tournant des années 1960 et 1970, est devenue politique, et même souvent politicienne. Les temps ont cessé d’être à l’utopie.

5L’effondrement complet du communisme « réel » que peut symboliser la chute du Mur de Berlin en 1989 a donné force aux discours et aux pratiques de ceux qui, tel Francis Fukuyama, ont cru y voir la « fin de l’histoire » et le triomphe généralisé de la démocratie et du marché. L’espace des utopies s’en trouvait alors rétréci. L’heure était à la « pensée unique », au succès des idéologies néolibérales. Mais très vite, la démocratie a montré ses faiblesses, ou ses limites, avec notamment la poussée des populismes, et autres nationalismes ; les promesses de progrès économique et social ont laissé la place au constat du renforcement des inégalités et de l’injustice. Les notions de risque, de sécurité, de confiance et de défiance, d’éthique ont pris le dessus sur celle de progrès. Entre la confiance béate dans ce dernier, et la méfiance sans nuance à l’égard de la science et de la technologie, la critique a recommencé à frayer son chemin, et les sciences humaines et sociales, les SHS, y trouvent leur place.

6D’où le dossier que nous proposent Daniel Compagnon et Arnaud Saint-Martin dans cette livraison de Socio : le moment est venu d’actualiser la littérature critique déjà existante et d’examiner, avec la distance critique qu’apportent les SHS, non pas tant les réussites et les échecs de la science et de la technologie que la façon dont se construisent les discours et éventuellement les promesses qu’elles véhiculent, et la manière dont pourraient se mettre en place d’autres modèles que ceux qui dominent en la matière – marchands, et trop souvent, ou bien technocratiques, ou bien médiatiques.

7Nous ne sommes pas dans une période où s’inventent de belles utopies, et peut-être le moment est-il davantage à la réflexion sur les procédures démocratiques qui pourraient le mieux permettre de penser la science et la technologie de manière éthique et civique, y compris dans leur impact destructeur, et en les articulant aux attentes de la population ?

8Ce numéro 12 de Socio comporte aussi un entretien avec l’historienne américaine Joan Scott, qui apporte quelque fraîcheur au débat français sur la laïcité, et y introduit la question du genre, et un article de Carlos Benedito Martins sur l’enseignement supérieur à l’heure de la mondialisation. Ce qui rappelle dans les deux cas que notre revue est ouverte à la comparaison internationale et à la pensée globale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio, 12 | 2019, 5-6.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 25 avril 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio/4393

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 2015 le président du directoire de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et, depuis 1989, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010) et a dirigé le Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS) de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : avec Farhad Khosrokhavar, Les juifs, les musulmans et la République (Robert Laffont, 2017) ; Les sciences humaines et sociales françaises à l’échelle de l’Europe et du monde. Rapport à M. Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017) ; sous sa direction : Antiracistes (Robert Laffont, 2017), et Face au mal (Textuel, 2018).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals