Navigation – Plan du site
Dossier

Surveiller et prévenir : tremblements de terre et promesses satellitaires

Discipline and prevent: Earthquakes and satellite promises
Jérôme Lamy
p. 97-114

Résumés

Cet article s’intéresse aux argumentaires employés par les scientifiques chargés du satellite Demeter, à propos de la prévision possible des tremblements de terre. La rhétorique de la promesse est ici double : elle concerne aussi bien le déploiement de nouvelles techniques que la possibilité d’une réponse politique aux menaces sismiques. Mais, précisément, dans le cas d’un satellite d’essai, cette promesse politique n’est jamais clairement formulée. Des résultats ambivalents, des déplacements épistémiques (vers les ondes de gravité) et un recentrement des intérêts vers la Chine ont contribué à la relance de la promesse.

Haut de page

Texte intégral

1Événements aux conséquences dramatiques, les séismes constituent des manifestations violentes autant que redoutées des mouvements de la croûte terrestre. Parce qu’ils entraînent un désordre des paysages et des constructions humaines, ils sont, dans l’histoire, des points de cristallisation politiques, scientifiques et même culturels dans les façons de concevoir le risque (Quenet, 2005). Ils appartiennent à cette catégorie très spécifique de ruptures dans l’ordre du monde qui surprennent tous les acteurs et laissent peu de prises pour l’action (Moreau, 2017). Leur prédiction s’inscrit désormais dans une histoire scientifique relativement longue qui implique des acteurs très variés. Dans le cas de la Californie, précisément étudié par Carl-Henry Geschwind, les secteurs mobilisés par et pour la prédiction sont nombreux : l’urbanisme et ses normes de construction, la production de lois spécifiant les actions à entreprendre, la création d’une administration dédiée (California Office of Emergency Service), l’emploi de scientifiques spécialisés (Geschwind, 2001). L’ensemble forme un « state apparatus » (ibid. : 4) qui vise à une régulation publique des risques (Lamy, 2015).

2La prévision des possibles survenues de pulsions chtoniennes est donc un enjeu crucial pour les scientifiques comme pour les gouvernants : il s’agit de délimiter les espaces qui pourraient être touchés, de protéger les populations et de réduire les dégâts. Les enjeux concernent à la fois les communautés scientifiques impliquées et le répertoire des actions publiques disponibles. C'est le cas célèbre de la méthode proposée par Brian Brady et William Spence, deux scientifiques gouvernementaux américains qui avaient proposé, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, une méthode de prédiction des séismes pour le Pérou (Olson et al., 1989 ; Hough, 2010a). La notion même de prédiction est alors prise dans des controverses d’autant plus puissantes qu’elles occupent des plans multiples de la vie sociale : la participation d’une structure gouvernementale implique l’action politique, le suivi médiatique offre une publicisation maximale et, enfin, les divergences au sein de la communauté scientifique quant à l’efficacité de la méthode proposée et en tension les règles du champ scientifique (Olson et al., 1989 : 163). Sur ce dernier point, l’évolution globale des recouvrements disciplinaires pour traiter la question de la prédiction des séismes depuis la Seconde Guerre mondiale s’est traduite par une montée en puissance des disciplines des sciences sociales, venant concurrencer les sciences naturelles (Cabane et Revet, 2015). On mesure donc combien l’histoire politique des prédictions constitue une sédimentation active pour toutes les tentatives de renouvellement des approches d’anticipation des séismes.

3Inscrite dès le xixe siècle dans le répertoire des pratiques régulatoires visant, pour l’État, à garantir une sécurité collective (Lamy, 2017 : 99-105), la détection des séismes participe, au même titre que l’anticipation météorologique, des « sciences de la prévision » (Scheps, 1996 ; Lambright et Heckley, 1985). Parallèlement à la construction de la discipline sismologique, l’idée d’une surveillance de signaux géophysiques, capables d’indiquer la survenue d’un tremblement de terre, occupe les scientifiques (Oldroyd et al. 2006). Les technologies satellitaires permettent, depuis la seconde moitié du xxe siècle, une saisie globale des données physiques de la terre (météorologie, végétation, océan). Les composantes sismiques ont donc été intégrées aux données spatiales susceptibles de documenter les tremblements de terre et leur annonce en amont. Le satellite français Demeter (Detection of Electro-Magnetic Emissions Transmitted from Earthquake Regions), lancé en 2004, a constitué le premier exemple de complexe instrumental entièrement dédié à la prévision sismique. Conçu sur un mode expérimental, il a réuni une communauté d’utilisateurs qui s’est attachée à reconstituer les mécanismes d’annonce des tremblements de terre, notamment à partir de perturbations électroniques dans l’ionosphère.

4Cet article envisage précisément la façon dont les scientifiques impliqués dans le développement et l’exploitation de Demeter ont construit leurs argumentaires autour de la promesse d’une meilleure détection des séismes par satellite.

5Au sein des Science and Technology Studies (STS), les promesses technologiques ont le plus souvent été traitées sous l’angle d’une mobilisation des ressources des acteurs et des équipements en vue d’objectifs fixés collectivement (Borup et al., 2006). Elles renvoient à des logiques d’adaptation face à des problèmes socialement ou politiquement aigus. Dans cette perspective, les promesses technologiques définissent un agenda de recherche et d’action (Van Lente, 1993), en même temps qu’elles obligent ceux qui les prononcent à contracter une forme d’engagement moral (Borup et al., 2006). L’inconvénient de cette approche est qu’elle semble ne concerner que des pratiques scientifiques très articulées aux contraintes marchandes (Brown et Michael, 2003 ; Quet, 2012). Je propose ici d’envisager les promesses technologiques dans une perspective beaucoup plus large, en suivant la voie pragmatiste tracée par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (2017). L’enjeu est de comprendre la façon dont les promesses technologiques, dans leur formulation même, sont des ouvertures vers le futur. En fonction de l’angle dégagé et de l’horizon esquissé, ce sont des logiques sociales et épistémiques de « mise en partage » et de « transformation » de « l’activité visionnaire » en « activité collective » (Chateauraynaud et Debaz, 2017 : 158) qui peuvent être mises au jour. La construction de la promesse, l’évolution des ressorts argumentatifs mobilisés, la confrontation des résultats sont autant d’épreuves qui renseignent sur les différentes façons de mobiliser (Céfaï, 2007). En amont d’une promesse politique de détection des séismes, Demeter constitue un bon exemple de promesse technologique formulée par les acteurs scientifiques pour les acteurs scientifiques. En ce sens, l’économie de la promesse est aussi une dynamique importante du champ scientifique compris dans sa logique autonome (Bourdieu, 1991).

6Je propose donc de retracer les différentes étapes de la vie de Demeter (de sa conception à la fin des années 1990 à son arrêt de fonctionnement en 2010) à travers les logiques argumentatives déployées par les scientifiques impliqués. L’enquête s’appuie sur des archives du Centre national d’études spatiales (CNES), des archives personnelles de chercheurs, des articles scientifiques ainsi que cinq entretiens réalisés avec les deux Principal Investigators (PI) du projet (Michel Parrot et Jean-Jacques Berthelier), le responsable technique de la mission au CNES (Thibery Cursac), la responsable de la mission Demeter (sur la dernière période : Miora Mandea) et le responsable du recueil des données (Jean-Yves Brochot).

Une promesse prudente

  • 1 Archives personnelles de Michel Parrot (APMP), Michel Parrot, Michel Subias et Gilles Bellaiche, S (...)
  • 2 Entretien avec Michel Parrot, 22 décembre 2016.
  • 3 APMP, Michel Parrot, Michel Subias et Gilles Bellaiche, Spécificiation de la mission Demeter, CNES (...)
  • 4 Ibid. : 5.
  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid. : 8.

7La mission Demeter est proposée par les chercheurs du Laboratoire de physique et de chimie de l’environnement et de l’espace (LPCE) d’Orléans en 19981. Ce ne sont pas les géophysiciens qui portent le projet, mais des physiciens de l’atmosphère. Ce partage disciplinaire est important puisqu’il va conditionner la forme de la promesse scientifique (en direction de plusieurs spécialités), en même temps qu’il confirme la spécificité des recherches spatiales principalement conçues comme des pratiques instrumentales servant des disciplines spécifiques (Lamy et Davoust, 2016). Initialement, des ressources scientifiques et technologiques russes devaient être mobilisées pour le projet2. L’expérience proposée est « classée en priorité 1 lors du Colloque de prospectives d’Arcachon en mars 19983 ». L’un des PI, Michel Parrot, et deux responsables du CNES (Michel Subias et Gille Bellaiche), en rédigeant les objectifs de la mission commencent par établir tout à la fois la faiblesse des résultats antérieurs et la potentialité d’une recherche entièrement consacrée à la détection satellitaire des signaux annonciateurs de séismes. Ils assurent d’abord que le mécanisme global sur lequel repose le recueil de données par Demeter (à savoir « l’existence d’effets magnétiques de faible intensité associés aux séismes ou à l’activité sismique ») est attesté. Les contraintes mécaniques et chimiques que subissent les roches avant les séismes entraîneraient des réactions électriques et magnétiques détectables dans l’atmosphère (Jousset et al., 2009 : 31). Parrot, Subias et Bellaiche remarquent également que les expériences en laboratoire concernant les champs électrique[s] et magnétique[s] terrestres semblent montrer des variations lors des séismes. Toutefois, elles restent « moins nombreuses4 ». C’est précisément la difficulté des mesures avec les dispositifs (terrestres) existants ainsi que l’incomplétude des résultats obtenus qui permettent d’avancer l’idée d’une étude spécifique sur les signaux annonçant les séismes : « Des observations continues pendant des mois, voire des années, de tous les paramètres associés aux tremblements de terre sont nécessaires5. » Les mesures promises offrent de nombreux avantages : couverture complète des régions sismiques, continuité dans le temps, bandes fréquences observées bien adaptées. Demeter est donc défini comme un dispositif satellitaire permettant « d’étudier de façon systématique les émissions d’ondes électromagnétiques observées lors de tremblements de terre et d’éruptions volcaniques, les perturbations de l’ionosphère et de la haute atmosphère, ainsi que les précipitations de particules associées […]6 ». L’expérience s’inscrit dans la lignée d’« observations faites dans les années 1980 au départ de façon tout à fait fortuite et non systématique […] ». Il s’agit donc d’un « prolongement naturel de ces travaux et [d']une étape fondamentale vers l’établissement de ces phénomènes et leur compréhension complète7 ».

  • 8 Ibid. : 21.

8L’antériorité de la quête de prévision ainsi que la connaissance des mécanismes scientifiques en jeu forment donc l’essentiel de l’argumentaire. Les conséquences politiques et sociales sont absentes. Le document de spécification se clôt d’ailleurs sur les objectifs scientifiques (rechercher des « signaux électriques et magnétiques, dans la haute atmosphère, associés aux crises sismiques et/ou volcaniques […] », caractériser les perturbations de l’ionosphère avant et après les séismes, et trouver « l’occurrence de précipitation de particules liées à ces événements »8).

  • 9 Entretien avec Jean-Jacques Berthelier, 29 mai 2017.
  • 10 Christian Galu, « L’impossible prédiction des séismes », Le Monde, 24 février 2005.

9L’un des PI, Jean-Jacques Berthelier, confirme cette stratégie de prudence, voire d’élision. Il reconnaît que si les données avaient permis de « trouve[r] un effet », il était nécessaire « que sa détection serve comme alerte ». Le travail entrepris avec Demeter ne l’est pas uniquement « pour la beauté du geste ». Mais il reconnaît que le groupe de chercheurs préparant la mission « a été très prudent », avant de conclure : « Nous, on fait de la science, après on verra »9. Dans la presse la responsable CNES de la mission Demeter, Pascale Ultré-Guérard, insiste sur la nécessaire réserve face à une promesse qui, pourtant, n’est jamais exprimée clairement : « il faut […] rester prudent10 ». Cette obstination à rappeler la nécessaire retenue à l’endroit des possibles résultats de la mission est à la mesure de l’enjeu : la prévision des séismes a une portée sociale et politique majeure. D’autant que, comme le souligne Susan Hough, la prédiction reste globalement hors d’atteinte même si le travail mené actuellement pour y parvenir nourrit la recherche sur le système Terre (Hough, 2010b : 225). Pour autant, cette articulation de la mission Demeter à une action publique de prévention sismique n’est jamais évoquée par les acteurs scientifiques. L’horizon d’attente est décrit comme strictement scientifique ; ce faisant, les chercheurs se laissent des marges de manœuvre importantes pour apprécier les résultats. Ils n’ont pas à répondre à une exigence politique de résultats immédiatement applicables. L’appel à la prudence et la défense d’une légitimité strictement savante sont, des moyens de fixer la frontière entre la pratique scientifique et des attentes extérieures qui ne peuvent être totalement jugulées. Comme nous l’avons vu en introduction, l’histoire des prévisions sismiques a montré la difficulté à articuler des plans scientifiques et politiques. Cette sédimentation temporelle des obstacles précédemment rencontrée renforce l’attitude réservée.

10La présentation des premiers résultats obtenus par Demeter, dans un numéro spécial de la revue Planetary and Space Science en 2006, affermit encore davantage la logique argumentative tendant à naturaliser la démarche par l’antériorité historique et par l’exclusion de toute référence à une action publique susceptible de s’appuyer sur les données fournies.

  • 11 « en raison de la grande quantité de télémétrie nécessaire, les données n’ont pas été continuellem (...)

11L’objectif de Demeter est étendu aux « anthropogenic activities » comme les « power line harmonic radiation […], VLF transmitters, HF broadcasting station » (Parrot et al., 2006 : 441). Mais la problématique reste centrée sur la détection des effets magnétiques des séismes dans l’ionosphère. Michel Parrot et quinze de ses collègues récapitulent, dans un article de synthèse, l’histoire longue de l'« electromagnetic phenomena in relation with the seismic activity […] » (ibid. : 442), remontant même jusqu’à la fin du xixe siècle. Ce sont surtout deux résultats publiés en 1982 (l’un concernant le tremblement de terre au Japon du 21 mars 1980 [Gokhberg et al., 1982], l’autre reprenant les observations d’un séisme au Chili en mai 1960 [Warwick et al., 1982]) qui soutiennent l’argumentaire. Ces résultats introduisent l’idée qu’une mesure des effets électromagnétiques des séismes est possible. C’est ici, rétrospectivement, l’ouverture d’un futur qui s’ébauche. Pour conserver l’angle de projection le plus ouvert possible, les auteurs de l’article de 2006 répètent que d’autres données recueillies fortuitement par des satellites ne peuvent livrer des conclusions établies : « due to the large amount of telemetry needed, the data were not continuously surveyed in a large frequency band all around the Earth » (Parrot et al., 2006 : 443)11. En insistant simultanément sur la possibilité ouverte par des données récupérées au hasard et sur leur faiblesse intrinsèque, les physiciens dégagent des lignes de fuite pour leurs propres recherches via Demeter.

  • 12 « Il est trop tôt pour présenter des conclusions, car de nombreux événements sont nécessaires pour (...)

12Les premières observations des effets magnétiques des séismes concernent l’événement tellurique du 28 août 2003 au large de l’île de Pâques ainsi que celui du 5 septembre 2004 au Japon. La conclusion multiplie les formules de prudence : « It is too much earlier to present conclusions because many events are needed to perform a statistic. However, the first data have shown that they are of good quality and usable for scientific analyses » (ibid., 2006 : 442)12. Ce sont les conditions générales d’expérience qui forment l’essentiel du développement des premiers résultats ; la réussite formelle de l’expérience (c’est-à-dire le fait que des données aient pu être recueillies) permet de déployer des arguments à valence scientifique, sans inférer des développements ultérieurs sur l’alerte et le risque.

Maintenir la promesse, malgré tout

13La logique argumentative scientifique n’est pas monolithe ; elle s’adapte aux résultats obtenus, et est reconfigurée par ceux qui la portent au gré des transformations épistémiques. Dans le cas de Demeter, les premières observations reconduisent le lexique de la prudence. En 2007, Subhamoy Bhattacharya, Shivalika Sarkar, Ashok Kumar Gwal et Michel Parrot s’intéressent aux émissions d’ondes électromagnétiques basses et extrêmement basses fréquences captées sur terre et par satellite lors du tremblement de terre au Gujarat (en Inde), en mars 2006. La conclusion est timorée puisque le matériau recueilli « suggests significant emissions that were observed before the Gujarat earthquake » (Bhattacharya et al., 2007 : 41). C’est sur le mode du suggéré – et non de la probation formelle – que se déploie la rhétorique scientifique. Un article de 2007, cosigné par des chercheurs français et russes, évoque la collecte de signaux VLF (very low frequency) à la fois terrestres (station de Petropavlovsk) et satellites (Demeter). Les auteurs font montre d’une grande précaution dans la présentation des résultats :

  • 13

In the quoted periods of seismic activity clear anomalies both in the ground and in satellite data were revealed. The influence of the geomagnetic activity cannot to be excluded, but the seismic forcing seems more probable (Rozhnoi et al., 2007 : 617)13« Au cours des périodes d’activité sismique citées, des anomalies évidentes au sol et dans les données satellitaires ont été révélées. L’influence de l’activité géomagnétique ne peut être exclue, mais le forçage sismique semble plus probable. ».

14La difficulté réside dans la multiplicité des signaux captés ; le travail scientifique consiste à chercher les éléments réellement marquants précédant la survenue d’un séisme. La rhétorique de la prudence qui servait, initialement, à écarter toutes les tentations d’extrapolation des résultats potentiellement obtenus par Demeter à d’autres communautés d’utilisateurs que les scientifiques permet de maintenir la logique d’une probation mesurée.

15L’article le plus significatif publié à partir des données récoltées ne se concentre pas sur des événements sismiques particuliers. Il vise au contraire une saisie statistique du corpus recueilli. Il est rédigé par des chercheurs tchèques (Frantšek Němec et Andrej Santolík) et français (Michel Parrot et Jean-Jacques Berthelier). En étudiant la variation de l’intensité des ondes de très basse fréquence électromagnétiques en lien avec des séismes, les auteurs concluent, à partir d’une série de près de 9 000 tremblements de terre d’une magnitude supérieure à 4,8, qu’il existe un effet statistiquement mesurable, la nuit (lorsque les effets anthropiques sont moins prégnants), quelques heures avant un événement de surface (Němec et al., 2008).

  • 14 APMP, Michel Parrot, « Micro-satellite Demeter. Bilan scientifique après 4 ans en orbite », LCPE, (...)
  • 15 Ibid. : 51.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.

16Les résultats publiés semblent permettre de conclure à une relative validation des hypothèses, même si sur les événements ponctuels la prudence reste de mise. Le premier bilan, dressé quatre ans après le lancement du satellite, fait donc se conjuguer la satisfaction d’une partie des attentes et la continuation de la promesse scientifique. Dans cette synthèse, Michel Parrot insiste sur le succès de la méthode statistique14, même s’il reconnaît que « rien ne peut être dit sur la possibilité de prédire les tremblements de terre15 » ; il commente également les résultats positifs entrevus à propos des « perturbations ionosphériques liées à l’activité humaine ». En conclusion, le PI de la mission Demeter constate la « mise en évidence » de « nouveaux phénomènes », les publications nombreuses et de qualité, associées aux données, et enfin la « taille et la diversité de la communauté scientifique utilisatrice »16. Les arguments développés se situent uniquement sur un plan épistémique ; ils visent tous à satisfaire des critères propres au champ scientifique. La demande de « prolongation » de la mission Demeter par « les scientifiques impliqués » a pour objectif de « recueillir des données supplémentaires » et d’« accroître la qualité de la statistique qui est effectuée avec les satellites »17. L’horizon politique éventuel d’un usage préventif des données satellitaires n’est pas même évoqué.

17Cependant, la contestation des résultats obtenus sourd déjà. Dès 2007, une courte réplique à l’article de Serguey A. Pulinets (de l’Institut de recherche spatiale de Moscou), dans EOS à propos des données recueillies lors des tremblements de terre à Sumatra le 26 décembre 2004 puis le 28 mars 2005, témoigne non seulement du scepticisme de certains membres de la communauté scientifique quant aux résultats (l’organisation du doute étant consubstantielle à son fonctionnement), mais plus largement d’une remise en cause des principes mêmes de la méthode employée. Pulinets constate une anomalie significative dans la distribution de la concentration d’ions relevée par Demeter, six jours avant le séisme de 2005. De cette confirmation qui lui paraît flagrante, le chercheur russe tire des conclusions enthousiastes :

  • 18 « Un nombre croissant de scientifiques se sont récemment impliqués dans ces études et de nombreux p (...)

A increasing number of scientists have become involved in this studies recently, and many countries (China, France, Italy, Mexico, Russia, Ukraine, United States) are launching the satellites necessary to find ionospheric precursors to earthquakes. Short-term earthquake prediction based on ionospheric data may one day become as routine a technique as seismographs (Pulinets, 2007 : 218)18.

18Henry Rishbeth, de l’université de Southampton, réplique aussitôt :

  • 19 L’ionosphère est composée de trois couches (D, E, F). La couche F, la plus élevée, se décompose en (...)
  • 20 « Trop d’articles disent en effet : “Un tremblement de terre s’est produit ! Peut-on voir une bosse (...)

Too many papers say, in effect, « An earthquake has happened! Can we see a bump in the ionosphere a few day beforehand? Yes we can! It’s a precursor! ». No suprise there. The F219layer at 300 kilometers (the relevant ionosphere layer) frequently shows bumps […]. So all solar-geophysical conditions must be taken into account before attributing F2 layer variations to forthcoming earthquakes (Rishbeth 2007 : 296)20.

19L’une des difficultés principales « de la méthode ionosphérique consiste à discriminer le signal des perturbations courantes […] telles que les tempêtes solaires terrestres, géomagnétiques et même troposphériques » (Jousset et al., 2009 : 76). En s’avançant très loin dans la formulation de la promesse, Pulinets a entraîné la manifestation concrète d’une fermeture des possibles. Tant que les résultats sont provisoires, partiels, à poursuivre, la promesse technologique est maintenue intacte sur l’horizon des attentes. Dès qu’elle est articulée à une routinisation instrumentale, les méthodes fragiles sur lesquelles elle repose sont mises en question.

  • 21 APMP, Michel Parrot, « Micro-satellite DEMETER. Bilan scientifique après 6 ans en orbite », LCPE, (...)

20D’autant que des résultats robustes peinent à émerger au fur et à mesure du prolongement de l’expérience. Le bilan rédigé par Michel Parrot, en 2010, six ans après le début de la mission Demeter, ne délivre pas de nouvelles précisions. C’est toujours « l’étude statistique sur l’intensité des ondes mesurées par les antennes de Demeter en fonction de l’activité sismique » qui est mise en avant. Des observations de « variations de densité électronique et ionique importantes ont été enregistrées quelques jours avant des séismes de forte magnitude […] », par exemple « 7 jours avant le tremblement de terre de Samoa (magnitude 8) qui a eu lieu le 29 septembre 2009 […] »21.

  • 22 APMP, Pascal Bernard, Patrick Canu, Raphaël Garcia, Dominique Gibert, Dominique Jault et Mila Maks (...)
  • 23 Ibid. : 6.

21Dans un rapport rédigé en 2011 pour le CNES, Pascal Bernard, Patrick Canu, Raphaël Garcia, Dominique Gibert, Dominique Jault et Mila Maksimovic se montrent particulièrement critiques sur les résultats obtenus. Ils ne retiennent que la mise en évidence d’une relation entre séisme et signaux mesurés à bord de Demeter par « l’analyse statistique »22. Le désintérêt de la « communauté sismologique » est souligné ainsi que l’absence de conclusion tranchée sur « l’existence ou non de précurseurs ionosphériques aux séismes »23. Comme l’avait souligné Richard Olson à propos des prévisions sismiques au Pérou à la fin des années 1970 et au début des années 1980, la fragmentation du champ de la sismologie à propos de la prédiction reste une de ses composantes fortes et structurantes (Olson et al., 1989). Lors du colloque, en 2011, marquant la fin de la mission, le communiqué de presse transmis par le CNES laisse apparaître non seulement les limites des observations menées mais également la dissolution complète de la promesse :

  • 24 Archives du CNES, « Communiqué de presse du CNES », second colloque international sur Demeter au s (...)

[…] les présentations ont montré qu’il y avait une modification de l’ionosphère avant les séismes. Mais cette modification est faible et ne peut être mise en évidence que de manière statistique. Ces résultats sont actuellement débattus par la communauté scientifique, les mécanismes pour expliquer ces perturbations ne sont pas encore compris et on ne peut pas parler de possibilité de prédiction24.

  • 25 Entretien avec Jean-Jacques Berthelier, 29 mai 2017.
  • 26 Entretien avec Michel Parrot, 22 décembre 2016.

22L’un des PI de la mission Demeter, Jean-Jacques Berthelier, souligne que les données recueillies sur six ans sont moins significatives que celles compilées sur trois ans. Dans un processus normal d’accumulation des résultats, et en l’absence de perturbations solaires majeures sur la période considérée, les observations auraient dû être significatives. Berthelier admet faire partie « de la cohorte des mécréants » qui ne se satisfont pas de cette perte de fiabilité : « Ça me gêne cette perte de signification statistique, alors qu’on ne voit pas ce qui pourrait la justifier. » Il désigne sous le terme de « croyants » ceux qui, dans la mission Demeter, assurent qu’il y a bien des « effets statistiques »25. Michel Parrot, quant à lui, reconnaît l’impossibilité de formuler plus avant la promesse d’une détection des tremblements de terre : « On pouvait voir quelque chose avant les séismes », mais il est nécessaire de connaître la localisation, le moment et la magnitude, or « on est bien incapable de prédire ces trois choses ». La seule action possible est une alerte globale sur la probable survenue d’un tremblement de terre : « On voit des paramètres qui bougent, il peut se passer quelque chose »26.

  • 27 À l’exception de Philippe Lognonné, professeur de géophysique et de planétologie à l’Université (L (...)

23Après la fin de la mission Demeter, la promesse technologique est fragilisée. Certes des résultats ont été obtenus (ponctuellement ou sur des cohortes statistiques), mais ils ne semblent pas s’affermir dans le temps et la méthode de mesure des variations dans l’atmosphère ne fait pas l’unanimité. En outre, il n’y a pas eu d’extension de la promesse scientifique à d’autres disciplines que la physique de l’atmosphère : peu de spécialistes de la sismologie se sont emparés des données ou se sont impliqués dans le projet27. La fragmentation de la communauté des sismologues (bien identifiée par Richard Olson [Olson et al., 1989]) prend ici la forme d’une certaine indifférence à l’endroit des tentatives menées par les physiciens de l’atmosphère pour conduire des analyses satellitaires. La logique des rebonds, analysée par Francis Chateauraynaud pour les controverses (Chateauraynaud, 2011), revêt l'allure, dans le cadre d’une hypothèse scientifique, d’une réouverture des possibles. L’horizon de la promesse initiale est repoussé à plus tard ; mais des promesses intermédiaires nouvelles sont intercalées qui relancent la recherche. Elles ne sont pas contenues dans le futur esquissé au départ (ici la possibilité de détecter les séismes) mais surgissent de contingences épistémiques qui ont émergé pendant la mission.

  • 28 Entretien avec Jean-Jacques Berthelier, 29 mai 2017.
  • 29 « son deuxième modèle surmonte les problèmes de transport du sol vers l’ionosphère des particules o (...)

24Ainsi Jean-Jacques Berthelier évoque l’hypothèse des ondes de gravité qui pourraient donner des « signaux dans la zone de très basse fréquence28 ». Cette nouvelle possibilité est opposée à la recherche classique d’effets électromagnétiques. Dans la préface au numéro spécial de la revue Annals of Geophysics, paru en 2012, consacré aux derniers développements sur la recherche des précurseurs de séismes, Pier Francesco Biagi, Michael E. Contadakis, Masahi Hayakawa et Tommaso Maggipinto opposent donc deux modèles. Le premier s’intéresse aux variations électromagnétiques « from the crust during the preparatory phase of an earthquake » ; le second parie sur la production d’ondes de gravité dans la période précédant un séisme. Les chercheurs remarquent que « [t]his second model overcomes the problems of the transport from the ground up into ionosphere of particles or electromagnetic waves in the first model » (Biagi et al., 2011 : 19)29

  • 30 Entretien avec Michel Parrot, 22 décembre 2016.

25L’autre rebond est une reprise des hypothèses autour desquelles Demeter a été construit par des chercheurs étrangers. Michel Parrot constate ainsi un intérêt certain de ses collègues chinois qui préparent « un Demeter bis »30. Ce rebond international est l’assurance que l’horizon ultime (c’est-à-dire la prédiction des séismes) continue d’organiser la recherche.

26La formulation d’une promesse technologique à forte charge politique et sociale comme la détection des tremblements de terre a donc reposé sur une fermeture du champ scientifique. L’absence de référence à une traduction concrète, pour l’action publique, des résultats potentiels de Demeter a conditionné toute la préparation du projet. La rhétorique de la prudence s’étend jusque dans la présentation des premiers résultats. Si les travaux statistiques sont significatifs, la difficulté à maintenir des données probantes sur le long terme menace singulièrement la promesse technologique. Il n’est pas seulement question de renoncer à ce qui n’a jamais été clairement exprimé, à savoir : une alerte générée par la détection satellitaire pour engager l’action de protection des populations par les gouvernants ; il s’agit aussi d’une menace sur la promesse formulée dans le champ scientifique lui-même (autrement dit : la légitimité d’une recherche de signaux dans l’ionosphère). Le dissensus entre « croyants » et « mécréants » tend à obscurcir l’horizon des possibles scientifiques, à réduire les futurs. Mais la possibilité d’une nouvelle voie d’accès à des données inédites (par les ondes de gravité) ainsi que la migration des principes de la mission à l’étranger relancent le cycle de l’argumentation, en repoussant à plus tard la réalisation complète de la promesse initiale.

27La promesse technologique n’appartient pas au seul domaine des sciences appliquées. Dans le cas de la détection satellitaire des séismes, la promesse publique et politique d’une possible alerte détectée depuis l’espace n’est jamais clairement formulée. Quand bien même elle constitue un arrière-fond sur lequel se déploient les efforts scientifiques ; quand bien même elle a irrigué toutes les précédentes tentatives. La formulation de la promesse au sein du champ scientifique, la déleste de toute obligation d’efficacité pratique : il s’agit de faire progresser la connaissance, d’obtenir des données les plus robustes possibles et de faire avancer les modèles existants. L’enjeu est également d’éviter les difficultés précédemment rencontrées. Cependant, l’ambivalence des résultats sur une longue période restreint immédiatement l’angle des futurs possibles. La réouverture de l’horizon de la promesse passe par un déplacement épistémique important (les ondes de gravité) et une dissémination des techniques employées (vers la Chine). La promesse technologique est donc construite comme un argumentaire infiniment révisable ; elle opère comme un opérateur temporal de relance permanente des hypothèses. Malgré les impasses, l’introduction de promesses intermédiaires permet de renouveler la logique de scénarisation des possibles.

28Note de l’auteur : Je remercie le rapporteur anonyme dont les demandes de précision ont permis d’approfondir la problématique proposée dans ce texte.

Haut de page

Bibliographie

Bhattacharya, Subhamoy, Sarkar, Shivalika, Gwal, Ashok Kumar et Parrot, Michel, 2007, « Satellite and ground-based ULF/ELF emissions observed before Gujarat earthquake in March 2006 », Current Science, vol. 93, no 1, p. 41-46.

Biagi, Pier Francesco, Contadakis, Michael E., Hayakawa, Masashi et Maggipinto, Tommaso, 2011, « Preface », Annals of Geophysics, vol. 55, no 1, p. 19.

Borup, Mads, Brown, Nik, Konrad, Kornelia et Van Lente, Harro, « The sociology of expectations in science and technology », Technology Analysis & Strategic Management, vol. 18, nos 3-4, p. 285-298.

Bourdieu, Pierre, 1991, « The peculiar history of scientific reason », Sociological Forum, vol. 6, no 1, p. 3-26.

Brown, Nik et Michael, Mike, 2003, « A sociology of expectactions: Retrospecting prospects and prospecting retrospects », Technology Analyses & Strategic Management, vol. 15, no 1, p. 3-18.

Cabane, Lydie et Revet, Sandrine, 2015, « La cause des catastrophes. Concurrences scientifiques et actions politiques dans un monde transnational », Politix. Revue des sciences sociales du politique, no 111, p. 47-67.

Céfaï, Daniel, 2007, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte.

Chateauraynaud, Francis, 2011, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Éditions Pétra.

Chateauraynaud, Francis et Debaz, Josquin, 2017, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations, Paris, Éditions Pétra.

Geschwind, Carl-Henry, 2001, California Earthquakes. Science, Risk & the Politics of Hazard Mitigation, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Gokhberg, M. B., Mogunov, V. A., Yoshino, T. et Tomizawa, I., « Experimental measurement of electromagnetic emissions possibly related to earthquakes in Japan », Journal of Geophysical Research, vol. 87, no B9, p. 7824-2828.

Hough, Susan E., 2010a, « A seismological retrospective of the brady-spence prediction », Seismological Research Letters, vol. 10, no 1, p. 113-117.

Hough, Susan E., 2010b, Predicting the Unpredictable. The Tumultuous Science of Earthquake Prediction, Princeton, Princeton University Press.

Jousset, P., Vong, C. Q., Le Moine, A., Gal, F., 2009, Précurseurs de séismes majeurs : un état de l’art et étude bibliographique, Rapport final, BRGM.

Lambright, W. Henry et Heckley, Jane A., 1985, « Policymaking for emerging technology: The case of earthquake prediction », Policy Sciences, vol. 18, no 3, p. 227-240.

Lamy, Jérôme, 2015, « La science par et pour le gouvernement. Sur le régime régulatoire des sciences contemporaines », Sociologie et Société, vol. XLVII, no 2, p. 273-295.

Lamy, Jérôme, 2017, « L’État et la science. Histoire du régime régulatoire (France, xvie-xxe siècles), Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 134, p. 87-111.

Lamy, Jérôme et Davoust, Emmanuel, 2016, « Are space studies a scientific discipline in its own right », Journal of Astronomical History and Heritage, vol. 19, no 2, p. 195-202.

Lognonné, Philippe, Artru, Juliette, Garcia, Raphael, Crespon, François, Ducic, Vesna, Jeansou, Éric, Occhipinti, Giovani, Helbert, Jérôme, Moreau, Guilhelm et Godet, Pierre-Emmanuel, 2006, « Ground-bases GPS imaging of ionospheric post-seismic signal », Planetary and Space Science, vol. 54, no 4, p. 528-540.

Moreau, Yoann, 2017, Vivre avec les catastrophes, Paris, PUF.

Němec, Frantšek, Santolík, Andrej, Parrot, Michel et Berthelier, Jean-Jacques, 2008, « Spacecraft observations of electromagnetic perturbations connected with seismic activity », Geophysical Research Letters, vol. 35, no 5, mars.

Oldroyd, David, Amador, Filomonea, Kozáko, Jan, Carneiro, Ana et Pinto, Manuel, 2006, « The study of earthquakes in the hundred years following the Lisbon earthquake of 1755 », Earth Sciences History, vol. 26, no 2, p. 321-370.

Olson, Richard, avec Podesta, Bruno et Nigg, Joanne M., 1989, The Politics of Earthquake Prediction, Princeton, Princeton University Press.

Parrot, M., Benoist, D., Berthelier, J.-J., Błęki, J., Chapuis, Y., Colin, F.,, Elie, F., Fergeau, P., Lagoutte, D., Lefeuvre, F., Legendre, C., Lévêque, M., Pinçon, J.-L., Poirier, B., Seran, H.-C., Zamora, P., 2006, « The magnetic field experiment IMSC and its data processing onboard Demeter : Scientific objectives, description and first results », Planetary and Space Science, vol. 54, no 5, p. 441-455.

Pater, Imke de et Lissauer, Jack. J., 2010, Planetary Sciences, Cambridge, Cambridge University Press.

Pulinets, Serguey Alexander, 2007, « Natural radioactivity, earthquakes, and the ionosphere », EOS, vol. 88, no 20, p. 217-218.

Quenet, Grégory, 2005, Les tremblements de terre aux xviie et xviiie siècles. La naissance d’un risque, Seyssel, Champ Vallon.

Quet, Mathieu, 2012, « La critique des technologies émergentes face à la communication promettante. Contestations autour des nanotechnologies », Réseaux, no 173-174, p. 271-302.

Rishbeth, Henry, 2007, « Do earthquake precursors really exist? », EOS, vol. 88, no 29, p. 296.

Rozhnoi, A., Molchanov, O., Solovieva, M., Gladyshev, V., Akentieva, O., Berthelier, J.-J., Parrot, M., Lefeuvre, F., Hayakawa, M., Castellana, L. et Biagi, P. F., 2007, « Possible seismo-ionosphere perturbations revealed by VLF signals collected on ground and on a satellite », Natural Hazards and Earth System Sciences, vol. 7, no 5, p. 617-624.

Scheps, Ruth, 1996, Les sciences de la prévision, Paris, Seuil.

Van Lente, Harro, 1993, Promissing technology. The dynamics of expectations in technological developments, PhD Thesis, University of Twente, Enschede.

Warwick, James W., Stocker, Carol et Meyer, Thomas R., 1982, « Radio emission associated with rock fracture: Possible application to the great Chilean earthquake of May 22, 1960 », Journal of Geophysical Research, vol. 87, no B4, p. 2851-2859.

Haut de page

Notes

1 Archives personnelles de Michel Parrot (APMP), Michel Parrot, Michel Subias et Gilles Bellaiche, Spécifications de la mission Demeter, CNES, 15 octobre 1999 : 3.

2 Entretien avec Michel Parrot, 22 décembre 2016.

3 APMP, Michel Parrot, Michel Subias et Gilles Bellaiche, Spécificiation de la mission Demeter, CNES, 15 octobre 1999 : 3.

4 Ibid. : 5.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Ibid. : 8.

8 Ibid. : 21.

9 Entretien avec Jean-Jacques Berthelier, 29 mai 2017.

10 Christian Galu, « L’impossible prédiction des séismes », Le Monde, 24 février 2005.

11 « en raison de la grande quantité de télémétrie nécessaire, les données n’ont pas été continuellement recueillies sur une large bande de fréquences tout autour de la Terre. » (Notre traduction, comme pour les notes suivantes.)

12 « Il est trop tôt pour présenter des conclusions, car de nombreux événements sont nécessaires pour obtenir une statistique. Cependant, les premières données ont montré qu’elles sont de bonne qualité et utilisables pour des analyses scientifiques. »

13

14 APMP, Michel Parrot, « Micro-satellite Demeter. Bilan scientifique après 4 ans en orbite », LCPE, CNRS, 2008 : 25.

15 Ibid. : 51.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 « Un nombre croissant de scientifiques se sont récemment impliqués dans ces études et de nombreux pays (Chine, France, Italie, Mexique, Russie, Ukraine, États-Unis) lancent les satellites nécessaires pour trouver les précurseurs ionosphériques des tremblements de terre. La prévision à court terme des tremblements de terre à partir des données ionosphériques pourrait un jour devenir une technique aussi courante que les sismographes. »

19 L’ionosphère est composée de trois couches (D, E, F). La couche F, la plus élevée, se décompose en deux sous-couches (F1 à partir de 200 kilomètres et F2 à partir de 300 kilomètres). La nuit, la couche F1 est absente (voir Pater et Lissauer, 2010 : 131).

20 « Trop d’articles disent en effet : “Un tremblement de terre s’est produit ! Peut-on voir une bosse dans l’ionosphère quelques jours avant ? Oui, nous le pouvons ! C’est un précurseur !” Ce n’est pas surprenant. La couche F2 à 300 kilomètres (la couche d’ionosphère pertinente) montre fréquemment des bosses […]. Il faut donc tenir compte de toutes les conditions géophysiques solaires avant d’attribuer les variations de la couche F2 aux séismes à venir ».

21 APMP, Michel Parrot, « Micro-satellite DEMETER. Bilan scientifique après 6 ans en orbite », LCPE, CNRS, 17 octobre 2010.

22 APMP, Pascal Bernard, Patrick Canu, Raphaël Garcia, Dominique Gibert, Dominique Jault et Mila Maksimovic, « Rapport scientifique sur la mission Demeter », CNES, 2011, p. 2.

23 Ibid. : 6.

24 Archives du CNES, « Communiqué de presse du CNES », second colloque international sur Demeter au siège du CNES, 19 octobre 2011.

25 Entretien avec Jean-Jacques Berthelier, 29 mai 2017.

26 Entretien avec Michel Parrot, 22 décembre 2016.

27 À l’exception de Philippe Lognonné, professeur de géophysique et de planétologie à l’Université (Lognonné et al., 2006).

28 Entretien avec Jean-Jacques Berthelier, 29 mai 2017.

29 « son deuxième modèle surmonte les problèmes de transport du sol vers l’ionosphère des particules ou des ondes électromagnétiques qui se posaient dans le premier modèle ».

30 Entretien avec Michel Parrot, 22 décembre 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy, « Surveiller et prévenir : tremblements de terre et promesses satellitaires », Socio, 12 | 2019, 97-114.

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Surveiller et prévenir : tremblements de terre et promesses satellitaires », Socio [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 25 avril 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio/4569 ; DOI : 10.4000/socio.4569

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Jérôme Lamy est sociologue des sciences au laboratoire PRINTEMPS (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Il travaille sur les modes de régulation publique des sciences contemporaines ainsi que sur les processus de politisation des activités spatiales en Europe. Il a codirigé avec Jean-François Bert, Michel Foucault, un héritage critique (CNRS éditions, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals