Navigation – Plan du site
Dossier

Transgène et la thérapie génique

Transmuter les promesses techniques en or ?
Transgene and genetic therapy: transmuting the technological promises into gold?
Annick Jacq
p. 115-131

Résumés

À travers l’histoire de l’implication de l’entreprise de biotechnologie Transgène dans des tentatives de développement de produits de thérapie génique, cet article analyse les mécanismes socio-économiques qui ont permis à Transgène, sur la base d’un discours de la promesse, de mobiliser pendant des années des investissements massifs sans aboutir à un seul produit sur le marché après plus de 25 ans. Ce cas est emblématique d’une économie de la promesse caractérisée par une déconnexion durable entre des investissements considérables et l’existence d’un produit ou d’un service commercialisable. La promesse technique ne fonctionne comme moteur d’une telle économie que dans un contexte de politiques publiques, qui, au nom de la priorité à l’innovation comme solution à tous les problèmes socio-économiques, ont permis la mise en place de mécanismes spéculatifs de valorisation financière des promesses.

Haut de page

Texte intégral

1En 1995, Kalorama Information, un cabinet de conseil en investissement qui se présente lui-même comme leader des études de marché dans le domaine de la santé, écrivait dans un rapport vendu à l’origine 3 250 dollars :

  • 1 Market for gene therapy and antisense drugs : « Once approved, gene therapy will completely supers (...)

Une fois approuvée, la thérapie génique remplacera complètement les approches de la maladie qui traitent les symptômes au lieu de guérir. La thérapie génique se développe rapidement avec un marché attendu de 3,2 milliards de dollars en 2000 et de 60 milliards de dollars en 20051.

  • 2 D’autres traitements par thérapie génique commencent à arriver sur le marché. Mais la viabilité éc (...)

2En 2017, seuls trois traitements fondés sur la thérapie génique (TG) avaient reçu une autorisation de mise sur le marché en Europe et deux aux États-Unis2. Deux d’entre eux, extrêmement coûteux (entre un demi-million et un million de dollars américains), n’ont pas trouvé de systèmes d’assurances, le rapport bénéfice/coût ayant été jugé insuffisant (Touchot et Flume, 2017).

3Le fait que vingt-trois ans après les projections particulièrement optimistes de nombreux cabinets d’analyse financière, pratiquement aucun traitement fondé sur la TG ne soit sur le marché, n’a pas empêché d’importants investissements, y compris privés, spécialement dans les années 1990, que ce soit aux États-Unis ou en Europe (Martin et Thomas, 1998). En résulte la construction d’une forme d’espace économique (Kenney, 1998) spécifique et durable, peuplé de start-ups, d’entreprises pharmaceutiques, de centres de recherche et développement, où circulent des technologies, des services tels que l’accès à des banques de données, des outils de recherche et de la propriété intellectuelle.

4Ces investissements importants sur de longues années en l’absence de produits ou de services commercialisables suggèrent que cette activité économique constitue un exemple d’« économie de la promesse », au sens d’une économie où la promesse technologique est le moteur principal pour maintenir en vie sur la durée une activité extraordinairement consommatrice de capitaux, sans résultats tangibles.

5Pierre-Benoît Joly (2010) évoque un « régime de l’économie des promesses technoscientifiques » (regime of economics of techno-scientific promises ou ETP), caractérisé par l’importance des promesses pour construire des futurs collectifs. Le terme economics renvoie alors à l’idée que la promesse n’est pas seulement de l’ordre du discours et des représentations, mais implique également des pratiques exploratoires et expérimentales, nécessitant la mobilisation d’investissements et de ressources de nature variée. Au sein de ce régime, la promesse, pour être efficiente, doit se construire une légitimité et une crédibilité, avant tout scientifique. Selon Joly, l’ETP devient le régime dominant de gouvernance des technosciences (Joly, 2015).

6Le discours des promesses technologiques présente l’innovation technologique comme la clé d’un monde meilleur : dans notre cas, la TG apporte une guérison quasi miraculeuse à des malades incurables. Mais l’innovation technologique est également marquée par des incertitudes radicales et, pour advenir, demande des investissements vite considérables, financiers, humains et matériels. Pour les mobiliser, le discours de la promesse technologique doit donc s’articuler avec un discours de promesses économiques, qui rejoint les discours dominants sur l’économie de la connaissance, centrée sur l’innovation, comme l’illustre Céline Lafontaine en montrant les liens entre la médecine régénératrice et la bioéconomie (Lafontaine, 2015).

7Dans le domaine de la santé, on peut définir les technologies médicales telles que la TG comme des technologies de l’espoir, où ce dernier «  figure l’intervention qui incarne la promesse d’une thérapeutique » (Leibing et Tournay, 2010 : 16). C’est bien l’espoir des patients qui rend la promesse efficace. Mais l’efficacité s’exerce dans un espace économique où des biens ou des services sont censés être échangés contre une compensation monétaire, un prix étant donc fixé. Le rôle du marché est d’en permettre le calcul, processus que Michel Callon appelle la « valuation », à la fois « production » et « attribution de valeur » (Callon, 2013 : 357). Dans le cadre d’une économie fondée sur une « innovation intensive », le modèle classique de la fixation du prix sur la base d’une rencontre entre un produit ou un service et une demande semble inadéquat pour décrire la chaîne concrète qui conduit ce produit jusqu’au marché et l’ensemble des agents qui vont participer au processus parfois très en amont de sa mise sur le marché, dès le laboratoire de recherche. Callon propose le concept d’agencement marchand, où les agents sont remplacés par des agences de natures diverses, ce qui permet de décrire leur dynamique d’intervention et d’interaction (Callon, 2013). Ce concept peut s’appliquer à l’exemple des tests génétiques de prédisposition au cancer du sein traité par Jean-Paul Gaudillière, le test étant au cœur d’une co-construction d’un marché entre des entreprises comme Myriad Genetics, vendeuses de promesses, et des femmes porteuses de l’espoir d’échapper au cancer (Gaudillière, 2010). Mais dans l’exemple que nous traitons ici, qu’est-ce qui se « value » alors qu’aucun bien n’arrive sur le marché ? Comme nous verrons, ce qui est au cœur de l’économie de la TG n’est pas l’échange marchand d’une thérapeutique, mais celui d’actifs boursiers, dont la valeur est elle-même indexée sur l’espoir.

  • 3 Dans le cas de Rhône-Poulenc, voir par exemple L’Usine nouvelle : « Rhône-Poulenc Rorer converti à (...)
  • 4 « Transgène, cette drôle d’entreprise qui n’a jamais rien produit », L’Expansion, 4 mars 1999.

8En France, deux entreprises se sont impliquées dans des tentatives de développement de produits de TG : Rhône-Poulenc (qui deviendra Aventis avant d’être absorbé par Sanofi) et Transgène, une entreprise de biotechnologie strasbourgeoise créée en 1979, et considérée à l’époque par les pouvoirs publics comme le fleuron de la biotechnologie française3. En 1999, Transgène a 20 ans quand le magazine L’Expansion titre : « Transgène, cette drôle d’entreprise qui n’a jamais rien produit4 ». L’entreprise emploie alors 200 personnes, dont 160 dans la recherche, et annonce pour 2003 son premier produit : un gène-médicament. Aujourd’hui, toujours aucun produit n’est sur le marché. Le cas de Transgène paraît donc singulièrement emblématique de l’économie des promesses.

Le développement d’une industrie de la TG dans les années 1990

9À la fin des années 1980, le développement des techniques de manipulation génétique semblait ouvrir la possibilité pratique de la thérapie génique humaine. Dans la même période, les discours en faveur du lancement du projet de séquençage du génome humain, qui va mobiliser d’énormes ressources, contribuèrent également à accréditer l’idée que la découverte de nombreux gènes liés à des maladies serait la base d’une nouvelle génération de traitements. Dans un contexte d’encouragement des universités à valoriser les résultats de leurs recherches, aussi bien aux États-Unis qu’en Europe, en particulier à travers l’extension du régime de propriété intellectuelle (Kevles, 1998), ces annonces conduisirent à la création de nombreuses start-ups dédiées à la TG, la plupart du temps par des chercheurs venant du monde universitaire.

  • 5 Le Nasdaq est le premier marché boursier électronique. Il fut créé en 1971 aux États-Unis pour per (...)

10Martin et Thomas (1998) recensent seize firmes américaines spécifiquement dédiées à la TG en 1996, dont huit déjà cotées en Bourse. Dans la même période, selon Crofts et Krimsky (2005), on en comptait une dizaine en Europe, aucune cotée, ce qui reflétait leur jeunesse relative, et le fait qu’il n’existait pas encore sur les marchés financiers européens l’équivalent du Nasdaq5. Très rapidement, au-delà de ces start-up, la plupart des grands groupes pharmaceutiques vont choisir d’investir dans la TG soit en développant leur propre service de recherche et développement (R&D) dans ce domaine, soit, le plus souvent, en acquérant des start-ups ou en passant des accords avec d’autres. Citons Roche, Merck, Schering-Plough, Pfizer, Novartis, Bristol Myers Squibb, et Rhône-Poulenc en France…

  • 6 Kalorama Information, 1995, ibid. Neil Pollock et Robin Williams (2010) ont qualifié ces cabinets (...)
  • 7 Leurs estimations sont largement reprises dans les rapports et comptes rendus des réunions ministé (...)

11Cette attractivité de la TG, pour de jeunes entreprises biotechnologiques comme pour des multinationales de la pharmacie, se retrouve dans des rapports de cabinets d’études de marché comme Frost & Sullivan et Kalorama Information6. Et ces rapports contribuent eux-mêmes à renforcer la promesse auprès des pouvoirs publics comme des industriels7.

Transgène et le cycle des promesses

Entre société de recherche et société de produits

  • 8 Marie-Françoise Villard, « La galaxie Mérieux. Des virus et des hommes : de l’Institut Mérieux à S (...)

12Transgène est créé à Strasbourg par Pierre Moussa, un haut fonctionnaire, futur P-DG de Paribas, et Robert Lattès, un spécialiste du capital-risque dans cette même banque d’affaires, avec l’appui de Pierre Chambon et de François Kourilski, deux chercheurs pionniers du développement de la biologie moléculaire en France, qui servent de cautions scientifiques. Il s’agit d'engager la France dans la course de l’industrie naissante des biotechnologies, avec un fort appui des pouvoirs publics. Les premiers actionnaires sont Elf-Aquitaine, Paribas, Moët-Hennessy, AGF, BSN. Au cours de son histoire, et selon les changements de vision de ses différents dirigeants et actionnaires, Transgène va osciller entre société de produits et société de recherche sur contrats8, product company ou tool company selon la typologie de Cockburn (2003). La stratégie d’activité de services de recherche, favorisée au cours de la première période, ne permet pas à Transgène d’équilibrer ses comptes et les actionnaires doivent sans cesse procéder à des augmentations de capital et verser des subventions d’équilibre.

13En 1989, Pasteur-Mérieux fusionne avec Connaught et devient leader mondial. En 1991, Transgène est vendu à Pasteur-Mérieux-Connaught, amorçant une longue alliance entre l’entreprise et la famille Mérieux, surtout Alain Mérieux, petit-fils de Marcel Mérieux, collaborateur de Louis Pasteur et fondateur de ce qui deviendra l’Institut Mérieux. Pionnier de la culture cellulaire in vitro pour la production de vaccins, Alain Mérieux impose cette acquisition à la holding familiale, et c’est lui qui en assume la présidence de 1991 à 2002. En 1992, Bernard Gilly devient directeur général et prend la décision stratégique de recentrer l’entreprise sur la TG en renouant avec l’idée d’une entreprise de produits. En 1994, Pasteur-Mérieux-Connaught passe sous le contrôle total de Rhône-Poulenc et, selon un témoignage, la famille Mérieux se sent dépossédée de l’activité des vaccins. Alain Mérieux souhaite alors combiner le savoir-faire de Transgène en biologie moléculaire avec celui de Mérieux en culture cellulaire.

14Dans le cadre de cette nouvelle stratégie, Transgène installe en 1995, sur le parc d’innovations d’Illkirch, à proximité de l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire de Pierre Chambon, une unité de production de vecteurs de grade clinique (utilisables en médecine humaine), ses laboratoires restant localisés en centre-ville. En 1998, un accord avec Human Genome Sciences, une biotech créée pour tirer parti du séquençage du génome humain, a pour objectif de permettre de sélectionner des gènes d’intérêt qui seraient la base de produits de TG. En juillet 2000, Transgène annonce qu’il a sélectionné deux gènes pour des applications liées aux affections cardiovasculaires. Mais, un an plus tard, l’entreprise annonce son recentrage sur le cancer. Petit à petit, la référence à la TG se fait moins présente, pour être remplacée par l’immunothérapie et les vaccins thérapeutiques. Avec l’arrivée de Philippe Archinard comme P-DG en 2005, on assiste à un resserrement de l’activité autour du développement de vaccins thérapeutiques contre les cancers et les maladies infectieuses. Transgène se positionne alors comme un segment d’une industrie biopharmaceutique caractérisée par une désintégration verticale (Cockburn, 2003), les multinationales procédant à l’externalisation d’une partie importante de leurs activités, particulièrement celles de R&D les plus en amont, avec différentes entreprises se situant aux divers niveaux de la chaîne d’élaboration des nouveaux médicaments. Cependant, au-delà du changement de communication, il faut noter la constance technologique : les vaccins thérapeutiques développés sont largement fondés sur des vecteurs viraux « historiques » : sur un portefeuille de cinq produits, quatre utilisent le virus de la vaccine, déjà utilisé par Transgène au début de son histoire pour mettre au point un vaccin vétérinaire contre la rage.

Mobiliser l’investissement

  • 9 Elle en sortira en septembre 2005.

15La création du Nouveau Marché en 1996 va permettre à Bernard Gilly de préparer l’entrée en Bourse de Transgène, qui aura lieu en 1998. Parallèlement, l’entreprise entre au Nasdaq9. À la même période, Transgène recrute au sein de son conseil scientifique deux « grands » scientifiques, Paul Berg (prix Nobel de chimie en 1980) et Steven Burrill, un investisseur très connu spécialisé dans l’industrie biotechnologique. Tous deux sont de nature à renforcer la crédibilité de la promesse auprès des investisseurs, un aspect important du régime de l’ETP (Joly, 2010).

  • 10 Une importante source d’information concernant la réalité de la situation financière des entrepris (...)

16En 2004, Transgène écrit dans son rapport annuel à la United States Securities and Exchange Commission10 :

  • 11 « We have not generated revenues from the sale of gene therapy products and we do not expect to re (...)

Nous n’avons généré aucun revenu de la vente de produits de thérapie génique et n’attendons aucun revenu de la vente de tels produits, pendant au moins plusieurs années […] Nous anticipons le fait de subir des pertes pendant les prochaines années […] Comme par le passé, nous prévoyons de financer nos activités dans un avenir prévisible principalement par de futures levées de capitaux11.

17De fait, les augmentations successives de capital représentent la source première de revenus : après la levée de fonds initiale, puis l’entrée en Bourse de 1998, de nouvelles levées sous la forme d’émission d’actions ont lieu en 2001, 2005, 2010 et en 2016, ces capitaux constituant les principales ressources de l’entreprise, près de quarante ans après sa création. Il s’agit d’attirer des investissements permettant de financer un taux de combustion de capital d’environ 20 millions d’euros par an, pour les années 2004 à 2006, ou de 43,6 millions d’euros en 2011.

  • 12 Pour introduire le gène thérapeutique dans les cellules ciblées, on utilise un vecteur, le plus so (...)

18Une autre source de financement provient d’accords passés avec des entreprises pharmaceutiques. Pour les intéresser, il a été nécessaire de viser de nouveaux marchés potentiels en élargissant les indications thérapeutiques de la TG au cancer, en ne se limitant plus à quelques rares maladies génétiques. L’accord le plus important est celui passé début 1998 avec Schering-Plough par lequel cette entreprise acquiert une licence sur des virus modifiés par Transgène et utilisés comme vecteurs des gènes thérapeutiques. Schering-Plough détient la propriété intellectuelle (PI) sur le gène à insérer, et Transgène celle sur les virus recombinants12. Un autre exemple de revenus liés à la PI est une licence accordée en janvier 2003 à Merck pour une méthode d’obtention rapide de vecteurs viraux recombinants.

19D’autres types de financements sont les crédits d’impôts pour la recherche et des subventions publiques. Transgène est notamment partenaire du programme Advanced Diagnostics for New Therapeutic Approaches (ADNA), avec bioMérieux, Genosafe et le Généthon, programme financé par l’Agence de l’innovation industrielle (devenue OSEO en 2007, puis Banque publique d’investissement, BPI, à partir de 2013).

20Enfin, parmi les sources de revenu de Transgène, on trouve les associations de malades, à commencer par l’Association française contre les myopathies (AFM) :

  • 13 Transgène, 2004, ibid. : « Our most important source of contract revenue is our agreement with the (...)

Une de nos plus importantes sources de revenus contractuels est l’accord passé avec l’Association française contre les myopathies […], qui vient d’être renouvelé pour trois ans en décembre 2002. Conformément à cet accord, nous avons reçu des remboursements de l’AFM de 1,218 million, 1,390 million et 0,510 millions, pour les années s’achevant le 31 décembre 2003, 2002, et 2001, respectivement 13.

  • 14 Entretien avec un ancien membre du conseil scientifique de Transgène : « Donc il y avait quelque c (...)

21Le lien avec l’AFM existe depuis 1995 : il s’agit initialement d’un contrat pour le développement et la production de vecteurs en vue de développer une thérapie génique contre la myopathie de Duchenne. Selon plusieurs des personnes interrogées, la collaboration avec l’AFM est liée à une promesse personnelle d’Alain Mérieux, alors président, faite à Bernard Barataud, parent d’un enfant myopathe décédé et président de l’AFM14. Ce contact personnel aurait aussi joué un rôle important dans la décision d’orienter l’entreprise vers la TG après son rachat par Mérieux. Transgène a également collaboré avec l’Association française de lutte contre la mucoviscidose pour le développement d’une thérapie de la mucoviscidose, autre maladie génétique (Laredo et Kahane, 1998), puis avec la Ligue française contre le cancer en 2011, après sa réorientation vers le cancer.

L’importance de la communication

22Depuis son entrée en Bourse en 1998, Transgène se finance donc essentiellement sur les marchés boursiers. Comme de nombreuses entreprises de biotechnologies, il lui faut gérer un paradoxe : comment attirer des investisseurs sans produits et avec peu de services à mettre sur le marché, dans un contexte de marchés à court terme attendant des retours sur investissement de plus en plus rapides ? Les investisseurs boursiers, à défaut de compter sur les dividendes pour rentabiliser leur investissement – Transgène n’a pas distribué un seul dividende depuis son entrée en Bourse –, tablent sur le bénéfice réalisé lors de la revente de leurs actions.

23Les valeurs technologiques se caractérisent notamment par leur volatilité, liée à la difficulté des investisseurs à estimer la valeur de l’entreprise sur des critères un tant soit peu objectifs. Pour les analystes financiers, il s’agit à la fois d’un risque, mais aussi d’un point positif. Ces variations très importantes des cours observés à plus ou moins court terme peuvent permettre à un investisseur habile d’espérer des profits importants, le prix de l’action reposant essentiellement sur une promesse, dont on cherche constamment à évaluer les chances de réalisation. Les cours sont extrêmement sensibles à la moindre annonce, la communication de l’entreprise est donc cruciale pour sa valorisation boursière.

24Cela est explicitement analysé par Les Échos en 1996 :

Effet d’annonce : dans ce contexte très particulier, une annonce positive a un effet instantané sur le marché financier et la valeur boursière des entreprises. La « gestion des annonces » est donc essentielle, quand une société cherche des fonds supplémentaires. À l’inverse, une mauvaise nouvelle (des résultats d’essais négatifs en phase II ou III) se traduit souvent par une chute très brutale du cours de l’action (Perez, 1996).

25L’entreprise met donc en place une stratégie de communication permettant aux investisseurs les plus chanceux ou les plus malins de spéculer sur la valeur de l’action. L’étude des nombreux communiqués de presse15 met en évidence l’importance de plusieurs arguments pour convaincre ou rassurer les investisseurs :

26i. Le premier est l’expertise de l’entreprise, ses compétences, sa plate-forme technologique. Cette expertise sera souvent concrétisée par de la PI et est la source la plus tangible de revenus, grâce à des partenariats avec des entreprises mieux capitalisées. De nombreux communiqués ont pour objet l’annonce de dépôt de demandes ou d’acceptation de brevets ainsi que d’accords de licence. Par exemple, en avril 2000, Transgène annonce l’obtention d’un brevet américain pour la production de vecteurs adénoviraux plus fiables. En juin 2000, Les Échos annoncent :

  • 16 La Lettre biotechnologies et finances, no 26 du 20 juin 2000.

Transgène progresse vers la validation de la thérapie génique.
En pleine discussion avec des groupes pharmaceutiques pour la conclusion d’un accord déjà annoncé, le spécialiste français de la thérapie génique, Transgène, a encore marqué des points décisifs, surtout en matière de sûreté de ses vecteurs adénoviraux, reconnue récemment par son partenaire Schering-Plough16.

27ii. Le deuxième élément, sans doute le plus important, mis en avant dans les communiqués, concerne les essais cliniques : entrée en phase I, résultats encourageants, passage à une phase supérieure…

[…] Un essai de phase II vient de démarrer sur des patients atteints de mélanome. Deux autres produits innovants devraient également entrer en phase II pour le traitement des cancers et de la mucoviscidose […] (communiqué de presse du 26 mars 1998).

28Un vaccin de Merck basé sur un brevet de Transgène entre en phase clinique :

« L’initiation d’une phase I déclenche un paiement de franchissement d’étape prévu dans l’accord de licence entre Transgène et Merck », a déclaré Philippe Archinard, directeur général de Transgène.

29Cette utilisation des essais cliniques pour alimenter le discours de la promesse dans le domaine de la TG a déjà été notée dans un rapport commandé en 1995 par le National Institute of Health, qui dénonçait le risque d’une présentation fallacieuse des résultats pour attirer les investisseurs (Orkin et Motulski, 1995).

30iii. Finalement de nombreux communiqués concernent des accords de partenariat : en plus de ceux conclus avec des associations de malades, déjà mentionnés, on note des accords avec d’autres biotech spécialisées liés à des échanges de PI, avec des multinationales pharmaceutiques comme Schering-Plough ou Roche, susceptibles d’injecter du capital, mais aussi avec des agences de financement public. Chacun de ces accords est utilisé dans la communication pour asseoir la crédibilité de la promesse technologique auprès d’autres partenaires potentiels et des investisseurs.

31Leur annonce entraîne une augmentation du cours de l’action :

  • 17 « Transgène : accord de production préclinique d’un vaccin anti-sida », L’Usine nouvelle, 3 novemb (...)

Après avoir réalisé les constructions consistant en des vecteurs vaccinaux […] Transgène en produira les lots précliniques […]. Du fait de cette annonce, le titre Transgène s’est envolé ce matin de 20,5 %, à 7,7 euros, après plusieurs réservations à la hausse17.

  • 18 « Transgène s’envole dans l’attente d’un partenariat », La Tribune, 23 avril 2008. Nous soulignons

Un an après la signature d’un accord avec Roche, Transgène prévoit de nouer un nouveau partenariat […], les discussions […] porteront, cette fois-ci, sur le développement et la commercialisation du TG 4010 […] dont le potentiel de ventes est estimé, par le dirigeant, à plus d’un milliard d’euros […]. De quoi faire flamber le titre qui a grimpé de 5,18 % hier, à 14,21 euros18.

32On pourrait ainsi multiplier les exemples qui montrent comment la promesse alimente des processus financiers hautement spéculatifs. On voit aussi que la promesse de profits, chargée d’attirer les investisseurs, s’articule très étroitement à la promesse technologique, reconfigurée à l’occasion de chaque franchissement d’un obstacle technique, et de chaque pas vers la mise au point du gène-médicament. Le vocabulaire technique (sécurité des vecteurs, lots précliniques, essais cliniques…) y côtoie les termes économiques (titres boursiers qui s’envolent, potentiel de vente, commercialisation, accords de licence…).

La promesse technologique peut-elle construire le futur ?

33Le rôle du discours des promesses dans les processus d’innovation et dans la genèse de nouvelles activités industrielles a été souligné par différents auteurs, et serait caractéristique d’une sociologie des attentes (sociology of expectations) (Borup et al., 2006 ; Brown, 2003 ; Martin, 2015). Il est alors présenté de manière plutôt positive, même si certains ont évoqué des effets « pathologiques » de ce « régime de la promesse technologique » (Joly, 2010 ; 2015) ou s’inquiètent du « coût » des désillusions à venir (Brown, 2003). Dans cette vision positive, la promesse conditionnerait la fabrique du futur socio-technique en permettant le recrutement d’une variété d’acteurs aux agendas hétérogènes, industriels et universitaires, membres d’associations de malades, investisseurs, pouvoirs publics, tous jouant un rôle spécifique dans le processus d’innovation. En circulant, elle se reconfigure pour générer et prendre en compte différentes attentes : espoirs de thérapies pour les malades, leurs associations et les médecins, motivations elles-mêmes hétérogènes pour les chercheurs pris entre la figure du chercheur-entrepreneur et celle du sauveur, volonté des pouvoirs publics de développer des champions français de la biotech. Les promesses sont performatives et le cycle de « hype », de battage médiatique et de désillusion, qui déboucherait automatiquement sur une évaluation plus réaliste, celui proposé par la firme du consultant Gartner (Borup et al., 2006), serait le chemin obligatoire vers de nouvelles technologies utiles.

34Comme le note Joly (2015 : 41), cette présentation d’un cycle contribue à naturaliser la désillusion, conséquence inévitable d’une promesse hyperbolique nécessaire, et à en déresponsabiliser les auteurs. Face à ceux qui critiqueraient la promesse fausse, ou exagérée, on répond que cette critique ne vaut qu’a posteriori, puisque, en amont, l’innovation de rupture se caractérise par l’incertitude et que le hype est la condition de la performativité de la promesse. Juger par anticipation sa véracité serait donc impossible. On débouche ainsi sur ce que Nick Brown (2003) désigne par le hype dilemma : l’hyperbole est inhérente aux promesses qui permettent de construire le futur, mais le coût de la désillusion est une perte de crédibilité des promoteurs des technologies innovantes. Alors que, comme le soulignent Nightingale et Martin (2004 : 568), des attentes irréalistes peuvent conduire non seulement à de fortes déceptions, mais aussi à des choix erronés en matière de priorités de recherche et d’investissements.

  • 19 Je dois cette formulation à Maurice Cassier.
  • 20 Au sens d’un capitalisme centré sur l’accumulation d’un « capital de placement » mondialisé (Chesn (...)

35Face à cette naturalisation, débouchant sur une forme d’impuissance à résoudre le dilemme énoncé par Nik Brown, l’exemple de la TG montre que l’économie des promesses, au sens où nous l’entendons ici d’une économie hautement spéculative qui se caractérise par une « déconnexion durable entre les performances financières de l’investissement et les résultats d’une entreprise19 », est structurée par des liens directs entre la sphère financière et la technoscience. Ces derniers se sont noués à la faveur des politiques d’innovation mises en œuvre aussi bien aux États-Unis qu’en Europe depuis plus de quarante ans : encouragement du monde universitaire à breveter ; extension de ce qui est brevetable, brouillant la frontière entre découverte et invention ; valorisation de la figure du chercheur-entrepreneur ; création de marchés boursiers destinés aux petites entreprises innovantes et organisation d’une compétition acharnée pour les financements de la recherche publique. Cette évolution accompagne le développement d’un capitalisme financier20, lui-même marqué par la compétition pour des investissements exigeant toujours davantage de rentabilité. On a là tous les ingrédients pour créer les conditions d’une inflation du discours des promesses, convoqué pour résoudre la tension entre d’une part un succès incertain et, au mieux, à très long terme, et d'autre part les attentes d’un retour sur investissement rapide et élevé. L’économie des promesses ainsi suscitée ne pourrait exister sans l’existence de mécanismes spéculatifs de transformation de la promesse en valeurs financières.

36Avec le développement des financements de l’innovation par les business angels, le capital-risque et les marchés boursiers spécifiques, plus besoin d’un produit pour réaliser du profit. L’hyperbole se traduit directement dans la valeur de l’action. Dans le marché qui s’organise ainsi, les cabinets-conseils en investissements peuvent être comparés à la presse de consommation qui se fonde sur des tests de comparaison entre produits (Mallard, 2013).

37Un des effets très négatifs de ces promesses technologiques, relativement peu souligné, est qu’elles font obstacle au nécessaire débat démocratique sur les choix scientifiques et techniques. Non seulement, comme d’autres l’ont noté, le discours du hype tend à alimenter le discours symétrique de la catastrophe annoncée, dont le défaut principal est de prendre la promesse pour argent comptant, en masquant les véritables enjeux sociaux des développements technologiques en cours. Mais surtout, la promesse colonise nos imaginaires, et obscurcit la discussion sur ce que devrait être la juste place des techniques dans notre futur. D’aucuns ont proposé l’implication des patients et de leurs associations pour garantir la démocratie technique (Callon et al., 2001 ; Rabeharisoa et Callon, 1999). Pour Horst (2007), les promesses et les attentes qui en résultent permettraient de faire advenir une citoyenneté scientifique chez les « consommateurs » de technologies médicales. L’exemple de la TG en France montre à l'inverse qu’une association comme l’AFM a été une victime acritique du discours des promesses tout en contribuant largement à l’alimenter. Au contraire, un véritable débat démocratique sur nos futurs techniques, impliquant l’ensemble des citoyens, ne peut que passer par la déconstruction du discours des promesses techniques.

Haut de page

Bibliographie

Borup, Mads, Brown, Nik, Konrad, Kornelia et van Lente, Harro, 2006, « The sociology of expectations in science and technology », Technology Analysis and Strategy Management, vol. 18, no 3/4, p. 285-298.

Brown, Nik, 2003, « Hope against hype-accountability in biopasts, presents and futures », Sciences and Technology Studies, vol. 16, no 2, p. 3-21.

Callon, Michel, 2013, « Qu’est-ce qu’un agencement marchand ? », dans Michel Callon (dir.), Sociologie des agencements marchands, Paris, Presses des Mines, p. 325-440.

Callon, Michel, Lascoumes, Pierre et Barthe, Yannick, 2001, Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Cockburn, Iain M., 2003, « O brave new industry, that has such patents in it! Reflections on the economic consequences of patenting DNA », Perspectives on Properties of the Human Genome Project, vol. 50, p 385-398.

Crofts, Christine et Krimsky, Sheldon, 2005, « Emergence of a scientific and commercial research and development infrastructure for human gene therapy », Hum Gene Ther, vol. 16, no 2, p. 169-177.

Gaudillière, Jean-Paul, 2010, « Une nouvelle économie de la promesse : cancer, risque et biotechnologies », dans Annette Leibing et Virginie Tournay (dir.), Les technologies de l’espoir. La fabrique d’une histoire à accomplir, Québec, Presses de l’université Laval, p. 215-234.

Horst, Maja, 2007, « Public expectations of gene therapy : Scientific futures and their performative effects on scientific citizenship », Science Technology & Human Values, vol. 32, no 2, p. 150-171.

Joly, Pierre-Benoît, 2010, « On the economics of techno-scientific promises », dans Madeleine Akrich, Yannick Barthe, Fabian Muniesa et Philippe Mustar (dir.), Débordements, mélange offerts à Michel Callon, Paris. Presses de l’École des mines, p. 203-221.

Joly, Pierre-Benoît, 2015, « Le régime des promesses technoscientifiques », dans Marc Audétat (dir.), Sciences et technologies émergentes : pourquoi tant de promesses ?, Paris, Hermann, p. 31-48.

Kenney, Martin, 1998, « Biotechnology and the creation of a new economic space », dans Arnold Thackray (dir.), Private Science: Biotechnology and the Rise of Molecular Sciences, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, p. 131-143.

Kevles, Daniel, 1998, « Diamond v. Chakrabarty and beyond: The political economy of patenting life », dans Arnold Thackray (dir.), Private science: Biotechnology and the Rise of the Molecular Sciences, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, p. 65-79.

Lafontaine, Céline, 2015, « Régénérer le corps pour régénérer l’économie », dans Marc Audétat (dir.), Sciences et technologies émergentes : pourquoi tant de promesses ?, Paris, Hermann, p. 243-258.

Laredo, Philippe et Kahane, Bernard, 1998, « Politique de recherche et choix organisationnels de l’Association française de lutte contre la mucoviscidose », Sciences sociales et Santé, vol. 16, no 3, p. 97-128.

Leibing, Annette et Tournay, Virginie, 2010, « Les technologies de l’espoir : un cadre théorique pour des raisons pratiques », dans Annette Leibing et Virginie Tournay (dir.), Les technologies de l’espoir. La fabrique d’une histoire à accomplir, Québec, Presses de l’université Laval, p. 3-22.

Mallard, Alexandre, 2013, « La presse de consommation et le marché : enquête sur le tiers consumériste », dans Michel Callon (dir.), Sociologie des agencements marchands, Paris, Presses de l’École des mines, p. 117-141.

Martin, Paul, 2015, « Commercialising neurofutures: Promissory economies, value creation and the making of a new industry », Biosocieties, vol. 10, no 4, p. 422-443.

Martin, Paul A. et Thomas, Sandra M., 1998, « The commercial development of gene therapy in Europe and the USA », Human Gene Therapy, vol. 9, no 1, p. 87-114.

Nightingale, Paul et Martin, Paul, 2004, « The myth of the biotech revolution », Trends in Biotechnology, vol. 22, no 11, p. 564-569.

Orkin, Stuart H. et Motulski, Arno G., 1995, « Report and recommendations of the panel to assess the NIH investment in research on gene therapy », US National Institute for Health : <https://www.researchgate.net/publication/237620188_Report_and_Recommendations_of_the_Panel_to_Assess_the_NIH_Investment_in_Research_on_Gene_Therapy>.

Perez, Alain, 1996, « L’impitoyable course aux gènes », Les Échos, supplément industrie, p. 49.

Pollock, Neil et Williams, Robin, 2010, « The business of expectations: How promissory organizations shape technology and innovation », Social Studies of Science, vol. 40, no 4, p. 525-548.

Rabeharisoa, Vololona et Callon, Michel, 1999, Le pouvoir des malades. l’Association française contre les myopathies et la recherche, Paris, Presses de l’École des mines.

Touchot, Nicolas et Flume, Mathias, 2017, « Early insights from commercialization of gene therapies in Europe », Genes (Basel), vol. 8, no 2, p. 78.

Haut de page

Notes

1 Market for gene therapy and antisense drugs : « Once approved, gene therapy will completely supersede approaches to diseases that treat symptoms rather than effect a cure. The gene therapy will grow quickly and is forecast to hit $3.2 billion in 2000 and $60 billion in 2005. Kalorama Information, publié le 1er août 1995. Notre traduction.

2 D’autres traitements par thérapie génique commencent à arriver sur le marché. Mais la viabilité économique est questionnée, alors que les assurances maladies hésitent à prendre en charge des coûts extrêmement élevés, de l’ordre du million de dollars, et dans certains cas, contestent l’efficacité des traitements.

3 Dans le cas de Rhône-Poulenc, voir par exemple L’Usine nouvelle : « Rhône-Poulenc Rorer converti à la thérapie génique », 5 mai 1994. Pour Transgène, les sources utilisées incluent des entretiens avec d’anciens responsables de l’entreprise, les nombreux communiqués de presse et des articles de la presse spécialisée.

4 « Transgène, cette drôle d’entreprise qui n’a jamais rien produit », L’Expansion, 4 mars 1999.

5 Le Nasdaq est le premier marché boursier électronique. Il fut créé en 1971 aux États-Unis pour permettre à des entreprises de petite taille et à des start-up (à l’époque essentiellement des entreprises informatiques) ayant peu d’actifs et de fonds propres, et non bénéficiaires, de lever du capital sur les marchés financiers. Son équivalent français, le Nouveau Marché, a été créé en 1996 pour les sociétés technologiques à fort potentiel de croissance mais qui comportent des risques élevés. Il a disparu en 2005, au profit de marchés européens, Alternext et Eurolist (maintenant Euronext). Les portefeuilles de propriété intellectuelle (brevets, licences) jouent un rôle important dans la valorisation de ces entreprises sur les marchés financiers. La possibilité de se financer en Bourse permet également aux premiers investisseurs et capital-risqueurs de se retirer à relativement court terme du capital, limitant ainsi leurs risques et raccourcissant la période précédant le retour sur investissement.

6 Kalorama Information, 1995, ibid. Neil Pollock et Robin Williams (2010) ont qualifié ces cabinets de conseil en investissement (industry analysts) de promissory organization, un terme difficile à traduire, mais qui renvoie à l’idée d’une organisation porteuse de promesses, ou, mieux peut-être, gérant la promesse.

7 Leurs estimations sont largement reprises dans les rapports et comptes rendus des réunions ministérielles sur l’essor des biotechnologies.

8 Marie-Françoise Villard, « La galaxie Mérieux. Des virus et des hommes : de l’Institut Mérieux à Sanofi-Pasteur, Merial et bioMérieux », Biotech finances, no 297 du 24 juillet 2006.

9 Elle en sortira en septembre 2005.

10 Une importante source d’information concernant la réalité de la situation financière des entreprises cotées en Bourse est fournie par les documents réglementaires obligatoires accessibles publiquement tels que les formulaires pour la United States Securities and Exchange Commission (SEC Form 20-F), jusqu’en 2005, date du retrait du Nasdaq, ou les rapports annuels disponibles sur le site des entreprises.

11 « We have not generated revenues from the sale of gene therapy products and we do not expect to receive revenues from such sales, if any, for at least several years […] We anticipate that we will continue to incur losses for the next several years. […] As in the past, we anticipate that the financing of our activities for the foreseeable future will be obtained primarily through future increases of capital. »

12 Pour introduire le gène thérapeutique dans les cellules ciblées, on utilise un vecteur, le plus souvent fondé sur un virus, dans le matériel génétique duquel on introduit le gène d’intérêt. Transgène a développé de nombreux vecteurs viraux.

13 Transgène, 2004, ibid. : « Our most important source of contract revenue is our agreement with the Association Française contre les Myopathies […], which was renewed for three years in December 2002 […] Pursuant to the agreement, we have recorded refunds from AFM of 1.218 million, 1.390 million and 0.510 million for the years ended December 31, 2003, 2002 and 2001, respectively. » Notre traduction.

14 Entretien avec un ancien membre du conseil scientifique de Transgène : « Donc il y avait quelque chose de très volontariste au départ de la part de Mérieux, de Barataud, il s’est passé des choses, il ne faut pas tout mettre à la poubelle, mais je trouve que le rendement de tout ça n'est pas terrible. »

15 Les communiqués postérieurs à 2010 sont disponibles sur le site de Transgène : <https://www.Transgène.fr>. Les communiqués antérieurs cités ne sont plus disponibles et ont été consultés au fil du temps.

16 La Lettre biotechnologies et finances, no 26 du 20 juin 2000.

17 « Transgène : accord de production préclinique d’un vaccin anti-sida », L’Usine nouvelle, 3 novembre 2003. Nous soulignons.

18 « Transgène s’envole dans l’attente d’un partenariat », La Tribune, 23 avril 2008. Nous soulignons.

19 Je dois cette formulation à Maurice Cassier.

20 Au sens d’un capitalisme centré sur l’accumulation d’un « capital de placement » mondialisé (Chesnais, 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Jacq, « Transgène et la thérapie génique », Socio, 12 | 2019, 115-131.

Référence électronique

Annick Jacq, « Transgène et la thérapie génique », Socio [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 25 avril 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio/4609 ; DOI : 10.4000/socio.4609

Haut de page

Auteur

Annick Jacq

Annick Jacq est directrice de recherche au CNRS. Microbiologiste, elle poursuit depuis une dizaine d’années ses recherches dans deux directions : en tant que microbiologiste, elle étudie les réseaux de régulation génique bactériens, et en tant qu’historienne des sciences, chercheuse associée au GHDSO-EA 1610, elle s’intéresse aux évolutions contemporaines des sciences de la vie et des technologies associées, dans leur dimension épistémique, économique, sociale et politique.

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals