Navigation – Plan du site
Dossier

Le discours de la promesse chez les promoteurs de l’ingénierie climatique

The main promises by climate engineering proponents
Régis Briday
p. 133-157

Résumés

Cet article examine le discours de la promesse que portent les défenseurs de l’ingénierie climatique. Dans un premier temps, l’auteur analyse deux promesses faites au sujet de projets de géo-ingénierie, qui sont conçus pour altérer brusquement le climat global : la promesse d’une réduction des incertitudes suffisante pour garantir un monde moins incertain que le monde climatiquement dérangé par l’humain ; la promesse d’un déploiement provisoire de la géo-ingénierie. Dans un second temps, l’auteur décrit une situation où les possibilités offertes par les technologies d’émissions négatives (NET) locales de type bioénergie avec captage et stockage du carbone (BECCS) suscitent un optimisme dans les travaux de prospective climatique et dans des cercles entrepreneuriaux qui est en décalage avec l’apathie des programmes de recherche et développement sur le sujet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Depuis une vingtaine d’années, des technologies dites de captage et de séquestration du CO2 (carbo (...)

1Dès les premiers programmes de recherche systématique sur le changement climatique dans les années 1970, trois approches politiques ont cohabité : la réduction des émissions de gaz à effet de serre, ou atténuation ; l’adaptation ; enfin, plus marginalement, l’ingénierie climatique. Présentées comme « correctives », les technologies d’ingénierie climatique sont conçues pour agir sur les propriétés de l’environnement en aval des émissions de gaz à effet de serre afin d’en contrebalancer les effets. J’introduirai deux distinctions. Premièrement, les scientifiques et ingénieurs ont imaginé, d’une part, des technologies de « gestion des rayonnements solaires », telles que l’injection de particules réfléchissantes dans la stratosphère et le blanchissement des nuages. Ils ont proposé, d’autre part, des techniques de captage et de séquestration du CO2 destinées à pomper plus de CO2 atmosphérique qu’elles n’en émettent. En règle générale, on nomme indifféremment ces dernières, soit « technologies d’extraction de CO2 », notion que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) privilégie dans son dernier rapport, soit « technologies d’émissions négatives », ou NET (negative emission technologies), terminologie qui prévaut dans la littérature (IPCC, 2014 : 485-486). Une analyse scientométrique dessine quatre « réseaux » de recherche sur les NET : captage du CO2 dans l’air (ou DAC, pour direct air capture) ; fertilisation des océans (pour provoquer une efflorescence de phytoplancton) ; enrichissement des sols à l’aide de charbon de bois pilé (biochar) ; méthodes recourant à la photosynthèse pour séquestrer le carbone dans les sols, dont l’afforestation, l’enfouissement de biomasse, et la bioénergie avec captage et stockage du carbone (ou BECCS, pour bioenergy with carbon capture and storage)1 (Belter et Seidel, 2013 : 424).

  • 2 Contrairement à l’usage dans cet article, de nombreux auteurs utilisent de manière indifférenciée (...)

2Deuxièmement, certaines technologies d’ingénierie climatique, que je nommerai technologies de géo-ingénierie, sont conçues pour altérer brusquement le climat global et/ou affecter des territoires transfrontaliers ou dotés d’un statut juridique international (la haute mer, l’Antarctique), avec les risques géopolitiques que cela comporte2. D’autres technologies, que je qualifierai de « locales », ne sauraient générer de bouleversements environnementaux rapides à grande échelle, même en cas d’implantations promptes et nombreuses. Elles posent des questions économiques, juridiques et de gouvernance différentes. Dans cet article, je traiterai d’abord des technologies de géo-ingénierie – radiatives (par exemple, l’injection de particules réfléchissantes dans la stratosphère) et d’émissions négatives (comme la fertilisation des océans). Puis, en ce qui concerne l’ingénierie climatique locale, je me limiterai aux NET, dans la mesure où les technologies radiatives locales (par exemple, l’usage de peinture réfléchissante sur les bâtiments) suscitent peu d’intérêt pour le moment.

  • 3 Plantation d’arbres sur un terrain qui en est resté longuement dépourvu.

3L’ingénierie climatique est montée en puissance dans la littérature au cours des années 2000. Dans un contexte où les émissions mondiales de gaz à effet de serre continuent de croître, les scientifiques se prêtent à des modélisations de géo-ingénierie, et intègrent de manière croissante des NET dans leurs scénarios, arguant qu’y recourir est devenu incontournable pour dessiner des trajectoires politiques plausibles afin de limiter le réchauffement à 2 °C en 2100 par rapport aux conditions préindustrielles. Si la littérature sur les NET reste marginale (à peine 1 % au total de la littérature sur le changement climatique en 2015), elle a enregistré une progression importante depuis la fin de la décennie 2000, et augmente aujourd’hui presque deux fois plus rapidement que la littérature sur le changement climatique prise dans son ensemble (Minx et al., 2017 : 3-7). La BECCS et l’afforestation-reforestation sont, de loin, les NET qu’elle juge les plus prometteuses. Ce sont les seules que les modèles d’évaluation intégrée du GIEC mobilisent, avec des estimations de même ordre de grandeur en matière de captation du CO2 pour les deux (IPCC, 2014 : 12-18 et 486 ; Fuss et al., 2014 : 850). Jusqu’à présent, les déploiements d’ingénierie climatique se sont résumés presque exclusivement à la préservation des forêts et à l’afforestation3, les autres méthodes restant à l’état de prototype ou de projet.

4On recense dans les littératures de sciences de la nature et de sciences humaines et sociales plusieurs controverses associées à l’ingénierie climatique. Par exemple, la BECCS pourrait poser des problèmes d’accès à la nourriture (concurrence territoriale avec des terres agricoles) et à l’eau (les plantes utilisées par la BECCS en consomment et captent une partie de l’évapotranspiration des cultures), ainsi qu’une perte de biodiversité, avec les problèmes de santé afférents (Burns, 2017). Parallèlement, l’effort de développement des NET risque d’induire une démobilisation conjointe sur le volet atténuation (Anderson, 2015). En tout cas, l’inclusion des NET dans les scénarios du GIEC fait passer la réduction de gaz à effet de serre requise en 2050 de 60-75 % à 40-60 % (Van Vuuren et al., 2017). Enfin, plusieurs auteurs ont pourfendu l’optimisme de certaines hypothèses associées aux performances des NET, et souligné que les investissements tardaient à venir (EASAC, 2018 ; Fuss et al., 2014). En ce qui concerne la géo-ingénierie, en plus des problèmes géopolitiques saillants qu’elle pose, un triptyque de réserves semblable lui a été adressé : effets environnementaux indésirables ; risque de démobilisation dans l’effort d’atténuation ; sous-estimation de son coût économique et des écueils sociotechniques que comporte son déploiement (Hamilton, 2013).

5Dans cet article, j’analyse le discours de la promesse que portent les défenseurs de l’ingénierie climatique. Je me concentre sur les techniques mobilisant des procédés industriels innovants (ce qui exclut l’afforestation). Cette étude s’inscrit dans une tradition d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques assumant l’héritage constructiviste et interdisciplinaire des Science and Technology Studies (voir Pestre, 2006 et Bonneuil et Joly, 2013). Elle porte conjointement sur les représentations, les pratiques de recherche, les stratégies d’investissement et la circulation et l’accumulation des ressources (Joly, 2013 : 203-204). Je questionne d’abord deux promesses que font les promoteurs de la géo-ingénierie : la capacité de réduire à terme les incertitudes suffisamment pour pouvoir présenter la géo-ingénierie comme garante d’un monde plus sûr ; la promesse d’un déploiement provisoire. Puis, j’analyse des promesses qui sont fréquemment associées aux NET locales telles que la BECCS, le DAC ou le biochar : promesse d’un marché pour les entrepreneurs ; promesse de cobénéfices.

Œuvrer pour un monde moins incertain ?

6La géo-ingénierie a subitement occupé une place significative dans les arènes scientifique et médiatique dans la seconde moitié des années 2000, à la suite de la publication de travaux retentissants de climatologues reconnus et de grandes institutions publiques états-uniennes et britanniques (U.S. National Research Council, Pentagone, Royal Society). Les débats, pour certains anciens (voir Briday, 2014 ; 2015), ont porté, premièrement, sur la quasi-impossibilité d’organiser un processus de délibération citoyenne au sujet de telles technologies. Deuxièmement, les auteurs ont insisté sur les menaces qu’elles faisaient planer sur la sécurité et la diplomatie. D’abord, un usage belligérant est à redouter, d’où la « Convention sur l’interdiction d’utiliser des techniques de modification de l’environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles » adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU en 1976 et ratifiée dans la foulée par les États-Unis et l’URSS. Ensuite, de nombreux auteurs jugent leur déploiement « ingouvernable » : il y aurait nécessairement des États « gagnants » et d’autres « perdants », alors que les savoirs permettant d’établir la responsabilité de ces technologies dans les phénomènes environnementaux observés souffriraient inévitablement d’incertitudes importantes (Kellogg et Schneider, 1974 ; Hulme, 2014). Les acteurs qui envisagent un déploiement de géo-ingénierie renversent la perspective. Ils le présentent comme un dernier recours permettant d’éviter une catastrophe climatique qui, à mesure que les études se multiplient, semble devoir induire des troubles internationaux toujours plus grands (crise alimentaire, migrations massives, montée des eaux, événements climatiques et météorologiques extrêmes, etc.). Resterait à développer des technologies performantes, et surtout à réduire les incertitudes des simulations climatiques faisant intervenir la géo-ingénierie.

7Ces incertitudes sont grandes. Dans un article fameux daté de 2006, le prix Nobel de chimie 1995 Paul Crutzen propose d’étudier la possibilité d’injecter des particules soufrées réfléchissantes dans la stratosphère pour « combattre un éventuel réchauffement climatique drastique ». Il explique que cette technique est la seule selon lui qui pourrait être déployée, pour un coût plutôt faible, « presque au dernier moment », avec des effets significatifs « dès six mois » (Crutzen, 2006 : 213-217). Mais, lorsque Crutzen compare ce « projet d’ajustement de l’albédo » à l’éruption du mont Pinatubo en 1991, le climatologue Alan Robock et ses collègues lui objectent que les éruptions des grands volcans tropicaux riches en soufre produisent des altérations climatiques régionalement plus hétérogènes qu’il ne l’a laissé entendre, en modifiant notamment les régimes pluviométriques. Par ailleurs, un rapport de l’Académie des sciences des États-Unis estime que la quantité de soufre nécessaire au contre-balancement d’un doublement de CO2 devrait être au minimum cinq à dix fois supérieure à celle calculée par Crutzen (c’est-à-dire d’un ordre de grandeur comparable à la quantité de soufre émise lors de l’éruption du Pinatubo, mais injectée chaque année). D’autres climatologues comme Lennart Bengtsson, enfin, arguent que les modèles numériques sont inaptes à décrire finement les conséquences – sans doute chaotiques – qu’un déploiement géo-ingénierique aurait sur le « système “climat terrestre” » (cité dans Van Hemert, 2017).

  • 4 Le sous-chapitre « Biological uptake in oceans and freshwater reservoirs, and geo-engineering » du (...)

8En outre, l’article de Crutzen enferme les débats dans un cadre technicien, où les incertitudes décisives sont celles qui relèvent des sciences de la nature et des ingénieurs. À ce stade, écrit-il, il faut « intensifier la recherche pour mettre au défi l’idée de modification du climat qu’[il a] présentée » (Crutzen, 2006 : 215) ; puis, dans un second temps, l’enjeu principal deviendra « la construction de la confiance entre les scientifiques et le grand public » (ibid. : 217). Crutzen reconduit là un modèle de décision politique largement décrié par les sciences sociales. Premièrement, il présente le consensus scientifique comme un incontournable préalable à la décision politique. Deuxièmement, il adopte une attitude qui minore voire nie le caractère sociotechnique des controverses, pour les résumer à un ensemble de problèmes purement techniques et nécessairement provisoires, en attente d’être résolus techniquement. La critique qui rejette ces technologies ab ovo car trop périlleuses géopolitiquement et incompatibles avec le processus démocratique est rendue inaudible. Tout se passe comme si le temps de l’ingénierie était celui d’une dialectique presque implacable entre l’efficacité croissante d’une technologie (par le progrès technologique), la baisse des incertitudes des modélisations (par le progrès dans les sciences de la nature), et les intérêts (supposés tels) du plus grand nombre. Le fait que la géo-ingénierie devienne une technologie sûre ne serait qu’une question de temps4. De temps… et d’investissements, que l’on attire précisément en générant une confiance suffisante dans l’avenir de la technologie concernée.

  • 5  Si plusieurs facteurs vertueux se trouvent réunis – gains commerciaux, intérêts de recherche (en p (...)

9Il est important d’insister pour finir sur le rôle dual des modèles numériques dans notre affaire. S’ils suivaient une démarche plus ordinaire, les scientifiques s’intéressant à la géo-ingénierie multiplieraient aujourd’hui les expériences de terrain. Problème : celles-ci ne sont pas du goût de beaucoup de scientifiques, et elles provoquent des résistances citoyennes (Hulme, 2014 ; Stilgoe et al., 2013 : 1574-1576). On craint leurs effets indésirables, et plus encore la « pente savonneuse » sur laquelle elles risquent de nous entraîner5. De plus, de nombreux scientifiques martèlent que le climat local n’est pas une miniaturisation du climat global. Par conséquent, les expériences de terrain à petite échelle seraient impuissantes à estimer la plupart des effets de la géo-ingénierie. Elles auraient pour simple intérêt de tester les caractéristiques physico-chimiques des matériaux utilisés, par exemple le temps de résidence et la réactivité chimique de particules dans l’atmosphère. Crutzen propose donc « de commencer par des investigations à l’aide de modèles » uniquement ; puis, « en fonction de leurs résultats, de réaliser pas à pas des tests atmosphériques à petite échelle » (Crutzen, 2006 : 215). Dans ce cadre, les simulations déterminent l’avenir du champ. Cela ne nous dit pas dans quelle direction, toutefois. Dans la mesure où les modèles numériques suscitent souvent la défiance et la controverse, leur usage peut en ce moment avoir pour effet de saper la confiance dans un déploiement à grande échelle qui ne souffrirait pas d’incertitudes majeures. Mais l’argument peut être retourné : les modélisations numériques, auxquelles peuvent s’essayer individuellement de nombreux chercheurs pour un coût faible, n’alimentent-elles pas artificiellement la recherche sur des options qui présentent d’emblée des limites démocratiques et des risques sociotechniques et géopolitiques rédhibitoires ?

La promesse douteuse du caractère provisoire de la géo-ingénierie

  • 6 Il écrit : « Si des effets secondaires indésirables et imprévus devenaient apparents, il serait po (...)

10À l’inverse des concepteurs de nombreuses technologies émergentes, ceux de la géo-ingénierie, non seulement se gardent de mettre en avant son caractère transgressif, mais la présentent invariablement comme une médecine éphémère, qui devra disparaître comme elle était venue une fois le service rendu. Crutzen décrit ainsi son injection stratosphérique comme réversible6 et provisoire. Or, un scénario de géo-ingénierie qui court sur quelques décennies seulement est-il envisageable ?

  • 7 « Infrastructurelle » est ici à comprendre au sens d’infrastructures d’information et de connaissa (...)

11Même s’il était confié à la puissance publique et scrupuleusement réglementé, un déploiement de géo-ingénierie ne créerait pas moins une réalité nouvelle et des dynamiques : économiques d’abord ; « infrastructurelles7 » ensuite, puisqu’il nécessiterait un arsenal de surveillance gigantesque qui faciliterait – voire inciterait à – de nouvelles « corrections » climatiques. Une nouvelle réalité climatique, enfin. Le risque n’est peut-être pas tant qu’un arrêt subit de la maintenance d’un programme de géo-ingénierie engendre d’immenses coûts de sortie – un termination shock, impliquant des coûts d’adaptation pour les sociétés et les écosystèmes (Zürn et Schäfer, 2013) –, mais plutôt que ce programme aurait déjà reconfiguré en profondeur le climat – c’est tout de même à cela qu’il est destiné ! – et les savoirs climatiques, appelant de nouveaux ajustements que l’on peut raisonnablement imaginer durables. D’autant que les scientifiques ont montré que le climat global et les climats régionaux sont interconnectés de multiples manières. Et, d’autant que le tabou de l’expérimentation in situ, profondément ancré chez les scientifiques de l’atmosphère et du climat, aura été ébranlé (Briday, 2014 : 130). En définitive, il est difficile d’envisager la géo-ingénierie comme une technologie de correction provisoire du climat ; elle se présente plutôt comme la promesse d’un choc environnemental, technique et économique, qui opérerait un saut dans un monde inconnu.

  • 8 Dans son acception comtienne, l’« industrie » désigne l’« action de l’homme sur le monde qui l’ent (...)
  • 9 Il est par ailleurs vraisemblable que l'application de technologies de géo-ingénierie « serait trè (...)

12Si la géo-ingénierie, voire plus généralement l’ingénierie climatique, est destinée à reconfigurer en profondeur et durablement l’environnement et les cadrages politiques du climat, et avec eux les sociétés, il devient indispensable d’examiner les projets civilisationnels qu’elle active ou réactive, de manière consciente ou non. Pour l’heure, l’immense majorité des promoteurs de la géo-ingénierie, dont ceux qui bénéficient d’une légitimité scientifique sur la question, la conçoivent comme un dernier recours et comme éphémère. En revanche, il apparaît hautement probable qu’un déploiement de géo-ingénierie ferait boule de neige, ouvrant grand les portes de l’environnement au règne de l’« industrie corrective ». Ce déploiement offrirait un contexte favorable aux partisans d’une gestion « positive » de l’environnement global, laquelle étendrait le projet industriel « comtien » d’hybridation nature-artifice à l’échelle planétaire8. Aujourd’hui, des « écomodernistes » autoproclamés se vantent de porter « une vision optimiste de l’humanité » apte à réconcilier « la prospérité humaine et une planète écologiquement vibrante ». Parmi les signataires de l’Ecomodernist Manifesto, qui porte une vision résolument technophile et croissantiste, figure David Keith, un ancien du Massachusetts Institute of Technology (MIT) pour lequel une recherche poussée en matière de géo-ingénierie, même de terrain, n’est pas un tabou (Asafu-Adjaye et al., 2015)9.

13Les signataires de l’Ecomodernist Manifesto et d’autres accompagnent ainsi leur récit d’entrée dans l’Anthropocène d’une mise à disposition d’outils techniciens, dont parfois la géo-ingénierie, plus promptement qu’ils n’invoquent une heuristique de la peur et/ou n’appellent à réformer en profondeur les manières de vivre, de consommer et de délibérer (Bonneuil et Fressoz, 2013). L’article de Crutzen précédemment évoqué (2006) est à ce titre particulièrement ambigu. Il est impossible de savoir en définitive si son auteur utilise la géo-ingénierie comme un croque-mitaine pour nous enjoindre de réduire au plus vite nos émissions de gaz à effet de serre, ou s’il est déjà entré dans un régime où le recours à la géo-ingénierie est devenu juste… nous faisant, par le biais de quelque prophétie autoréalisatrice, entrer de plain-pied dans une nouvelle phase de l’Anthropocène, où l’homme s’affirme comme force géologique assumée, l’égal du volcan (ibid.). Ailleurs, Crutzen écrit que, à l’heure de l’Anthropocène, « une tâche stimulante, mais aussi difficile et intimidante, attend la recherche sur le global et la communauté des ingénieurs, pour guider l’humanité vers un “management” global et durable de l’environnement » (Crutzen et Stoermer, 2000 : 18). Si l’Anthropocène n’est pas en principe pour Crutzen le moment de radicaliser l’emprise de l’humain sur l’environnement, il le présente pourtant comme l’époque où les scientifiques et les ingénieurs sont les acteurs centraux pour décider de l’avenir de l’humanité.

Les NET à la recherche d’un marché, dans un contexte où la puissance publique n’émet aucun signal fort

14Comme les promoteurs de la géo-ingénierie, ceux des NET locales affichent souvent un pessimisme important au sujet des capacités à réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, en même temps qu’un grand optimisme technologique. Comme eux, ils dépeignent l’ingénieur comme acteur-pivot de la transition écologique, et présentent leurs technologies comme de simples prolongements mimétiques, synergiques et provisoires de la nature (en attendant l’économie postcarbone). Comme eux, ils cherchent à aménager une place à leur technologie d’ingénierie climatique au sein de la recherche publique et dans les négociations internationales officielles sur le climat. Toutefois, les NET locales n’ont qu’un minuscule impact individuel sur le climat global. Elles ne partagent pas la nature clairement transfrontière ni le caractère centralisé des « géo-ingénieriques » fertilisation des océans et injection de particules dans la stratosphère. Elles réunissent des acteurs dominants différents (start-ups, recherche publique-privée sur des projets de terrain, collectivités territoriales, ONG locales et internationales, agriculteurs, riverains, etc. versus État, droit international, ONG internationales, entrepreneurs milliardaires, climatologues avec de puissants outils de modélisation, etc.), qui revendiquent des modèles politiques et économiques différents.

  • 10 Pour l’heure, le CCS capte peu de financements publics. Quant à sa compatibilité avec d’autres pro (...)

15Trois modèles de développement des NET locales cohabitent. Le premier s’appuie sur l’investissement public territorial, national ou onusien. Jusqu’à présent, la plupart des subsides sont allés à l’afforestation et à la restauration d’écosystèmes. Ils peuvent prendre la forme de compensations financières, comme celles attribuées dans le cadre du mécanisme international REDD+ (Réduction des émissions dues à la déforestation et la dégradation des forêts) aux pays en développement qui protègent et restaurent leurs stocks de carbone forestier, ou encore celles octroyées, plus marginalement, par le BioCarbon Fund de la Banque mondiale à des projets de climate-smart agriculture (Woelcke, 2012). Les États investissent aussi dans leur recherche nationale. Ils allouent des financements à des programmes de BECCS (bioenergy with carbon capture and storage). Ils soutiennent surtout des projets de carbone capture and storage (CCS), qui sont beaucoup plus nombreux ; or, s’il s’agit d’une technologie d’atténuation, son développement se répercute sur celui de deux technologies-sœurs qui sont des NET : la BECCS et le DAC (direct air capture)10.

16Un deuxième modèle de développement des NET insiste sur les effets bénéfiques secondaires, ou cobénéfices, que leur déploiement génère en plus de la captation de CO2. Je développerai ce point dans la section suivante.

  • 11 Le Protocole de Kyoto (1997) alloue de manière différenciée des droits d’émissions de gaz à effet (...)

17Le troisième modèle est une stratégie d’innovation principalement portée par des entrepreneurs privés, qui mise sur une hausse importante du prix du carbone pour assurer sa rentabilité. Dans le cas des NET éligibles aux quotas carbone du Protocole de Kyoto11, le retour sur investissement, déjà fléché, peut être immédiat. C’est le cas de certains programmes forestiers réalisés en Russie et dans les pays d’Europe centrale et orientale dans le cadre du Mécanisme de mise en œuvre conjointe (MOC), ou de projets de boisement et reboisement relevant du Mécanisme de développement propre (MDP). C’est également le cas de quelques activités industrielles de CCS, éligibles depuis la COP17 de Durban (2011). Aussi les promoteurs de la BECCS et du DAC cherchent-ils à s’engouffrer dans cette brèche. Lorsque le monde du green business s’est saisi de la thématique des émissions négatives, il a participé en toute logique, à la fois aux (sur)enchères sur le juste objectif climatique international (objectif + 2 °C, voire + 1,5 °C en 2100 ; objectif « zéro émission nette » dès 2040), et à la promotion de l’entrée des NET dans un hypothétique marché carbone post-Kyoto.

  • 12 La plupart des grandes ONG environnementales (Greenpeace, WWF, Biofuelwatch, etc.) refusent catégo (...)

18Cette stratégie s’insère parfois dans un discours euphorique sur la mutation verte du capitalisme, comme chez l’économiste Graciela Chichilnisky, qui compte aussi parmi les fondateurs de Global Thermostat, une entreprise qui développe des technologies de DAC (Chichilnisky, 2016). L’intégration des NET dans un marché comme outil de gouvernance internationale est en revanche rejetée par les associations environnementalistes, y compris celles favorables au développement des NET ; ainsi la section britannique de l’ONG Friends of the Earth estime que « l’inclusion des NET dans les marchés du carbone existants » aurait pour unique effet, pervers, « de se substituer à des formes d’atténuation techniquement réalisables », et recommande de « soutenir les NET séparément » (FoE England, 2011 : 35)12.

  • 13 Le modèle économique en construction des NET contraste fortement avec celui de la géo-ingénierie : (...)

19L’appel à la puissance publique ne concerne pas uniquement des aspects financiers et réglementaires. Les promoteurs des NET l’exhortent à prendre les dispositions nécessaires pour guider graduellement le prix du carbone à la hausse à l’échelle mondiale, afin d’offrir une garantie minimum aux investisseurs. Car à ce stade, les NET industrielles demeurent en recherche d’un modèle économique viable. Elles se développent dans des niches d’investissement comptant encore largement sur des apports de capital-risque (avec l’éventualité de voir naître des bulles spéculatives) (Buck, 2016)13. Certains entrepreneurs feignent de s’accommoder de la faiblesse des engagements de la puissance publique. Sur la plateforme en ligne Greenbiz, Gregory Nemet estime que servir des niches de marché, créer des coproduits et se dérober aux juridictions politiques (« hedging across political jurisdictions ») sont des moyens de rendre la demande en NET résistante à la volatilité politique (Nemet, 2016). Mais l’immense majorité d’entre eux pensent que ce marché deviendra prometteur si et seulement si la puissance publique émet des signaux forts en matière de prix du carbone.

  • 14 Le GIEC intègre des scénarios attribuant aux NET (afforestation et BECCS) des réductions pouvant a (...)

20Pour l’heure, les NET peinent à se développer. Aussi leur impact sur le climat est-il généralement renvoyé à la seconde moitié du siècle ; elles pourraient alors soit permettre d’éviter le dépassement du budget carbone théorique compatible avec le seuil de + 2 °C en 2100, soit permettre une sortie plus rapide du régime de dépassement (overshoot) des + 2 °C s’il est atteint (Bernie et Lowe, 2015). Les promoteurs des NET mettent en avant les prévisions optimistes du GIEC au sujet de la BECCS. Dans les scénarios retenus par le GIEC, le captage de CO2 par BECCS peut avoisiner les 1 000 GtCO2 pour la période 2015-2100 – ce qui correspond à des niveaux comparables à l’estimation des émissions de CO2 sur la même période –, avec un captage s’élevant à 2-10 GtCO2/an dès 205014. Or, la crédibilité de ces estimations a été vivement mise en doute. Sabine Fuss et ses collègues estiment que de tels objectifs requerraient « d’immenses efforts de montée en échelle » (Fuss et al., 2014 : 851). Naomi Vaughan et Clair Gough jugent quant à elles que « les hypothèses qu’utilisent les scénarios du GIEC ne sont pas réalistes, ni en ce qui concerne l’extension territoriale de déploiement, ni en ce qui concerne le développement de structures de soutien sociétal adaptées » (Vaughan et Gough, 2016 : 6). En 2016, n’existait encore à travers le monde qu’une usine de démonstration de BECCS fonctionnant à échelle industrielle : la raffinerie de Decatur dans l’Illinois. Seule l’activité de conversion du maïs en éthanol est équipée d’un système de CCS, si bien que l’installation dans son ensemble est loin d’atteindre un bilan carbone net négatif. Afin de mener à bien son projet, l’exploitant Archer Daniels Midland Company a obtenu une bourse de 141,1 millions de dollars de l’US Department of Energy (Stolark, 2017 ; Yeo et Pearce, 2016).

  • 15 … Quand elle n’est pas abaissée à 1,5 °C.

21Le problème est qu’il est devenu politiquement délicat, pour ne pas dire impossible, d’abandonner la cible des 2 °C15. Pour les prospectivistes chargés d’imaginer des moyens de combler l’écart entre les trajectoires du business as usual et cette cible, les NET sont une aubaine. Elles leur permettent de continuer à « vendre » aux décideurs des trajectoires vers un monde + 2 °C, sans remettre fondamentalement en question le modèle économique dominant, et sur la base d’hypothèses simples. Par exemple, on propose un scénario de développement massif de BECCS dans les pays industrialisés et de CCS branché sur des installations fossiles en Chine, puis on passe rapidement en revue les « incertitudes », pourtant reconnues « substantielles », relatives « aux capacités de stockage, à la disponibilité de réseaux de transport de CO2, à l’acceptabilité sociale, aux problèmes juridiques et aux incitations adéquates » (Selosse et Ricci, 2014 : 967-968). Les entrepreneurs des NET tirent évidemment profit de ces études : le seuil de + 2 °C ne saurait être uniquement un impératif diplomatique (il faut se tenir à ce qu’on s’est fixé collectivement) et un impératif moral (abandonner cette cible reviendrait à se résigner à la catastrophe), il doit aussi se décliner en un impératif financier, arguent-ils. Or, dans le modèle économique qui domine, la finance tend à récompenser avant tout l’innovation technologique. À l’inverse des énergies renouvelables conventionnelles et de la plupart des technologies qui permettent de réduire les consommations d’énergie, les NET pourront faire valoir leur caractère innovant… À la faveur de promesses de montée en échelle peu crédibles… qui elles-mêmes alimenteront en retour la croyance, peut-être déjà illusoire, dans la possibilité de limiter le réchauffement à 2 °C.

Une initiative complémentaire ou cumulative ? Une synergie avec d’autres technologies postcarbone ?

  • 16 Voir par exemple le rapport Paris change d’ère. Vers la neutralité carbone en 2050. Tout en donnan (...)

22La dernière promesse que je souhaite analyser est celle des bénéfices secondaires associés aux NET locales. Le premier type de cobénéfice réside dans des retombées environnementales, sociales et/ou économiques. Si, dans la plupart des documents de planification stratégique publique, les objectifs associés aux NET sont formulés, pour un coût faible, « en plus » d’objectifs de réduction de gaz à effet de serre déjà ambitieux16, il arrive que les NET se trouvent en concurrence plus directe avec les technologies d’atténuation pour l’obtention de marchés publics. Leur caractère cobénéfique est alors immanquablement mis en avant. Par exemple, végétaliser les villes, c’est aussi lutter contre la formation d’îlots de chaleur urbains, préserver des espaces de bien-être et créer des écosystèmes propices à la biodiversité. En outre, à défaut de trouver un modèle autonome de rentabilité des NET sur la base de leur seul potentiel à capter le CO2, des entrepreneurs privés ou des consortia publics-privés misent sur les cobénéfices commercialisables. Par exemple, ils développent une technique de stimulation du phytoplancton qui permet de capter du CO2et d’augmenter les rendements halieutiques (service monnayable auprès des pêcheurs), ou ils conçoivent un biochar dont ils valorisent commercialement la capacité à augmenter les rendements agricoles.

23Toutefois, et ceci vaut par-delà les NET, on doit s’interroger sur l’actuel foisonnement d’approches « cobénéfiques », « plus intégrées », « sans regret » ou « de compensation d’émissions de gaz à effet de serre prétendument incompressibles ». N’est-on pas en train d’assister à la multiplication d’initiatives qui naviguent d’un effet d’aubaine à l’autre, repoussant à plus tard ou aux calendes grecques les initiatives les plus onéreuses et impopulaires ? Le recours aux NET est fréquemment justifié comme une forme de flexibilité accordée à des pays au nom du développement ou à certains secteurs comme le transport aérien, le fret et le transport fluvial, pour lesquels « les réductions d’émissions seraient plus difficiles », lit-on par exemple dans le rapport Investing in Climate, Investing in Growth de l’OCDE (OECD, 2017 : 46) ; or, le caractère « difficile » des réductions est évidemment contestable, politiquement négociable.

24Le risque de substitution de l’ingénierie climatique à des efforts d’atténuation a été signalé dans la littérature. Certains auteurs parlent d’une seconde « pente savonneuse » (après celle de la recherche et développement [R & D], évoquée plus haut) : le « glissement vers un “carbon lock-in” » (Schäfer, 2013). Ce « blocage » (lock-in, traduit littéralement) peut être lu, à la manière des économistes, comme un mécanisme qui induit que des technologies moins performantes ou en déclin – dans notre cas, des technologies fortement carbonées – se pérennisent parce que les essais répétés sur ces technologies ont entraîné « mécaniquement » une diminution de l’incertitude relative à leurs mérites et/ou parce qu’un changement de technologie serait très coûteux (Liebowitz et Margolis, 2014). Il peut également être lu comme une nouvelle manifestation de la fuite en avant technologique et productiviste. Cette fuite en avant, qui n’est pas propre au capitalisme (même s’il l’exacerbe), se présente aussi comme une « circularité », au sens où elle reconduit la logique qui a mené à la situation présente. En adoptant la grille de lecture de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, on pourrait aisément décrire le développement des NET comme une nouvelle contribution à ce mouvement, qui concourt à une colonisation croissante du monde par la technique, faisant l’économie d’une réflexion sur son efficacité écologique à long terme tout autant que sur le sens que revêtent les pratiques productives et l’existence vécue même dans un tel flux de « progrès », exacerbant les hétéronomies, le besoin de croissance, la bureaucratie, etc. (Hardy, 2014).

25Une hypothèse plus modeste consisterait à énoncer que les solutions techniques de type NET parviennent à capter le consentement paresseux des décideurs et des concitoyens, dans un cadre culturel globalement très favorable à l’innovation technologique. Quoi qu’il en soit, plutôt qu’une initiative complémentaire, on peut voir dans le développement des NET un nouveau développement technologique forcément plus polluant que des économies d’énergie – qui constituent pourtant un gisement de réduction d’émissions de gaz à effet de serre gigantesque. Cela tend à renforcer l’idée selon laquelle l’histoire matérielle de nos sociétés est « fondamentalement cumulative » : plutôt que substituer des technologies nouvelles aux anciennes, les sociétés cumulent fréquemment les deux, de nouvelles pollutions se surimposant alors et parfois durablement aux anciennes (Edgerton, 2012 ; Fressoz, 2013).

  • 17 En matière de NET, le scénario négaWatt 2017-2050 compte uniquement sur de nouvelles « pratiques c (...)
  • 18 Au stade actuel, ces développements restent embryonnaires, anecdotiques en matière de réduction de (...)

26Le second type de cobénéfice associé aux NET est leur participation à un secteur d’innovation dans le domaine des technologies postcarbone. J’illustrerai ce point rapidement. Pour les auteurs du scénario de neutralité carbone à 2050 de l’association négaWatt, les émissions négatives doivent demeurer celles qu’on ne génère pas, et non le CCS en sortie de cheminée d’usine à charbon ou « d’hypothétiques ruptures technologiques ». Pourtant, ils parient sur des filières embryonnaires, dont certaines ont même recours à des procédés de captage de CO2. C’est le cas de la production de méthane de synthèse, un gaz sur lequel négaWatt mise fortement, le plaçant au cœur de son projet de transition dans la mesure où il pourrait contribuer à la fois à la valorisation des déchets et au stockage des excédents d’électricité renouvelable (négaWatt, 2016 ; négaWatt, 2017 : 4 et 25). Aussi, bien que souhaitant se passer des services des NET produites à l’échelle industrielle17, les acteurs suivant la logique de négaWatt pourraient bénéficier des développements techniques de la BECCS sur le volet gazéification à partir de biomasse. Ils pourraient en outre profiter des innovations du CCS en matière de captage du CO2 en sortie de cheminée, qui devraient stimuler l’industrie de la production de carburant de synthèse. Ainsi, en France, le projet public-privé VALORCO, cofinancé par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et ArcelorMittal, mobilise plusieurs laboratoires publics pour produire un carburant de synthèse en utilisant le carbone capté en sortie de cheminée d’une usine sidérurgique. Des synergies d’innovation sont donc en train de naître entre des technologies de captage et séquestration du CO2 et des technologies utilisant des procédés semblables pour produire des combustibles faiblement carbonés18.

Conclusion

27Dans cet article, j’ai montré que le recours à l’ingénierie climatique s’inscrivait dans toute une « économie de la promesse » (Joly, 2013), en lien avec des enjeux politiques et d’éthique de la recherche, des enjeux de prospective stratégique (avec quelle urgence déployer ces technologies ?), des enjeux industriels et d’investissement, des enjeux sociaux et territoriaux, des enjeux de gouvernance. J’ai réinscrit les promesses de l’ingénierie climatique dans une réflexion générale sur le recours quasi systématique à des réponses technologiques, mais aussi plus spécifiquement dans des dynamiques de technicisation et de monétarisation propres à la gouvernance climatique.

  • 19 Au nom de la promesse répétée d’une « synergie » entre marché et conservation de la biodiversité e (...)

28J’ai distingué les promesses qui sont plutôt formulées par les défenseurs de la géo-ingénierie de celles qui sont plutôt mobilisées par les promoteurs des NET locales. Du fait du danger de désordre diplomatique qu’elle représente, les États gardent la main sur la recherche en matière de géo-ingénierie. À l’inverse, de nombreux promoteurs des NET locales misent sur un modèle de développement public-privé et délocalisable. Ils attendent des pouvoirs publics qu’ils soutiennent des programmes de développement industriel publics-privés. Ils réclament aussi qu’ils fixent des règles de marché devant garantir un retour sur investissement rapide. Par cet aspect, le développement des NET locales participe à l’« extension de la logique marchande » dans le domaine de l’environnement, qui se fait au nom de la promesse d’une « synergie » entre marché et résultats en matière de protection environnementale – qui est loin d’avoir fait ses preuves universellement19.

  • 20 Voir l’introduction à cette problématique que propose Christian de Perthuis, qui combine enjeux de (...)

29Les débats sur la géo-ingénierie sont déjà bien documentés et plutôt stabilisés. En revanche, il devient pressant que les sciences humaines et sociales se penchent sur le développement et la diffusion des NET locales, qui répondent au monde « plein » de la crise environnementale par un monde « encore plus plein » (en fait, par une colonisation potentiellement sans précédent d’un environnement devant rendre des services toujours croissants), et préludent à de nouveaux entrechoquements entre modèles agricoles-forestiers-alimentaires20, de métropole, de « transition », de fabrique publique-privée des marchés, etc., et à de nouvelles reconfigurations « centre-périphérie » aux échelles régionale, nationale et mondiale. En outre, pour l’ensemble des technologies d’ingénierie climatique, des études comparatives mériteraient d’être menées dans différents contextes nationaux, afin de comprendre pourquoi les promesses y sont accueillies plus ou moins favorablement.

  • 21 Soit des arbitrages qui ressemblent à ceux analysés dans la littérature sur les biocarburants et s (...)

30Quelles tendances se dessinent aujourd’hui ? Le recours aux émissions négatives est acté dans les documents de planification stratégique des métropoles urbaines comme dans les négociations internationales. L’Accord de Paris de décembre 2015 requiert de « parvenir à un équilibre entre les émissions anthropiques par les sources et les absorptions anthropiques par les puits de gaz à effet de serre au cours de la deuxième moitié du siècle (art. 4.1) ». Depuis la COP21 de Paris (2015) qui a conduit à cet accord, les États ont le loisir d’inclure les NET industrielles dans leurs promesses de réduction d’émissions, les INDC (Intended Nationally Determined Contributions). Pourtant, les NET opérationnelles sont presque inexistantes, et demeurent en recherche d’un modèle économique et politique viable. Certes, si le prix du carbone venait à flamber, elles pourraient attirer des investisseurs, y compris les plus coûteuses comme le DAC. Mais, le cas échéant, seraient-elles encore d’une nécessité impérieuse, dans la mesure où l’atténuation se verrait elle aussi forcément facilitée ? De plus, les promoteurs des NET devront asseoir un « soutien sociétal » qui est « faible » aujourd’hui : soutien aux NET elles-mêmes et soutien aux technologies sœurs de CCS, dont plusieurs projets ont dû être annulés au cours des dernières années « faute de soutien politique fort ou à cause de résistances citoyennes » (Van Vuuren et al., 2017). Même s’il parvient à passer outre l’opposition de principe de certains acteurs (dont je répète qu’elle est tout à fait audible), le déploiement des NET appellera des compromis, en lien notamment avec les hauts niveaux d’énergie renouvelable et/ou les grandes quantités de terres qu’il requiert (Smith et al., 2016 ; Anderson et Peters, 2016)21. Enfin, les NET demeureront toujours au moins partiellement en concurrence économique avec les autres formes de lutte contre le changement climatique et ses effets.

31En ce qui concerne la géo-ingénierie, elle garde mauvaise presse. La mobilisation de la société civile a stoppé les travaux du projet anglais SPICE, qui visait in fine à injecter des particules réfléchissantes dans la stratosphère, avant même ses exercices de terrain liminaires avec de la vapeur d’eau. La communauté internationale a par ailleurs adopté plusieurs mesures interdisant de réaliser des expériences de fertilisation des océans à grande échelle (la plus large, SOFeX, a été déployée en 2002 sur 225 km2) : en 2013, un amendement à la Convention sur la prévention de la pollution des mers résultant de l’immersion des déchets a été adopté afin d’interdire la presque totalité des expériences de géo-ingénierie marine, dont la fertilisation des océans ; auparavant, en 2008, un moratoire de la Convention sur la diversité biologique avait été prononcé à son sujet, qui avait été étendu en 2010 à l’ensemble des activités géo-ingénieriques pouvant porter atteinte à la biodiversité. La géo-ingénierie conserve toutefois une actualité certaine. Le regain d’affirmation des intérêts nationaux dans la bouche de dirigeants autocrates ne plaide pas en faveur d’efforts exemplaires de restriction des émissions de gaz à effet de serre domestiques, et fait également craindre des prises d’initiatives unilatérales de recherche et de déploiement géo-ingénieriques.

32Remerciements : Je tiens à remercier chaleureusement Daniel Compagnon, Amy Dahan, Sébastien Dutreuil et Hélène Guillemot pour leurs remarques fécondes, ainsi que les deux recenseurs anonymes de la version primitive de cet article.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, Kevin, 2015, « Duality in climate science », Nature Geoscience, no 8, p. 898-900.

Anderson, Kevin et Peters, Glen, 2016, « The trouble with negative emissions », Climatic Change, no 6309, p. 182-183.

Asafu-Adjaye, John, Blomqvist, Linus, Brand, Stewart et al., 2015, An Ecomodernist Manifesto : <https://www.researchgate.net/publication/281607422?channel=doi&linkId=55f6c30c08ae07629dbaf147&showFulltext=true>.

Belter, Christopher et Seidel, Dian, 2013, « A bibliometric analysis of climate engineering research », Wiley Interdisciplinary Reviews: Climate Change, vol. 4, no 5, p. 417-427.

Bernie, Dan et Lowe, Jason, 2015, « Overshoot scenarios and their climate response », rapport no 1104872, Avoid 2, 17 avril : <http://avoid-net-uk.cc.ic.ac.uk/wp-content/uploads/delightful-downloads/2015/09/Overshoot-scenarios-and-their-climate-response-AVOID-2_WPA3_v1.2.pdf>.

Bonneuil, Christophe et Fressoz, Jean-Baptiste, 2013, L’événement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil.

Bonneuil, Christophe et Joly, Pierre-Benoît, 2013, Sciences, techniques et société, Paris, La Découverte.

Bourdeau, Michel, 2009, « Agir sur la nature : la théorie positive de l’industrie », Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. 134, no 4, p. 439-456.

Bourg, Dominique et Hess, Gérald, 2010, « La géo-ingénierie : réduction, adaptation et scénario du désespoir », Natures Sciences Sociétés, vol. 18, no 3, p. 298-304 .

Brasseur, Guy et Granier, Claire, 2013, « Mitigation, adaptation or climate engineering? », Theoretical Inquiries in Law, vol. 14, no 1, p. 1-20.

Briday, Régis 2014, « Qui alimente les études sur la géo-ingénierie ? Une perspective d’historien des sciences », Natures Sciences Sociétés, no 22, p. 124-131.

Briday, Régis, 2015, « Les apprentis sorciers du climat. Raisons et déraisons de la géo-ingénierie de Clive Hamilton », Natures Sciences Sociétés, no 23, supplément, recension d’ouvrage, S135-138.

Buck, Holly Jean, 2016, « Rapid scale-up of negative emissions technologies: social barriers and social implications », Climatic Change, no 139, p. 155-167.

Burns, Wil, 2017, « Climate justice: Examining recent developments », conférence tenue à l’Environmental Law Institute, 10 mars : <climatealert.info/2017/03/24/bio-energy-carbon-capture-and-storage-beccs-negative-emissions-with-negative-impacts>.

Chichilnisky, Graciela, 2016, « There is a solution to climate change and it is carbon negative technology », Rozenberg Quarterly. The Magazine : <http://rozenbergquarterly.com/?s=There+is+a+solution+to+climate+change+%E2%80%93+and+it+is+carbon+negative+technology>.

Crutzen, Paul, 2006, « Albedo enhancement by stratospheric sulfur injections: A contribution to resolve a policy dilemma? », Climatic Change, no 77, p. 211-219.

Crutzen, Paul et Stoermer, Eugene, 2000, « The Anthropocene », Global Change Newsletter, no 41, p. 17-18.

EASAC (European Academies Science Advisory Council), 2018, Negative emission technologies: What role in meeting Paris Agreement targets?, EASAC policy report 35, février : <https://www.knaw.nl/shared/resources/actueel/bestanden/EASAC_Report_on_Negative_Emission_Technologies.pdf>.

Edgerton, David, 2012, Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l’histoire globale, Paris, Seuil.

Edwards, Paul N., 2010, A Vast Machine. Computer Models, Climate Data, and the Politics of Global Warming, Cambridge, MIT Press.

Elioth, 2017, Paris change d’ère. Vers la neutralité carbone en 2050, rapport d’étude : <paris2050.elioth.com>.

ENSAIA, 2017, « La méthanisation pour valoriser le CO2. Présentation du projet VALORCO » : <http://ensaia.univ-lorraine.fr/fr/content/la-methanisation-pour-valoriser-le-co2>.

FoE (Friends of the Earth) England, 2011, « Negatonnes – an initial assessment of the potential for negative emission techniques to contribute safely and fairly to meeting carbon budgets in the 21st century », rapport de Duncan McLaren pour FoE : <https://www.foe.co.uk/sites/default/files/downloads/negatonnes.pdf>.

Foyer, Jean, Viard-Crétat, Aurore et Boisvert, Valérie, 2017, « Néolibéraliser sans marchandiser ? La bioprospection et les REDD dans l’économie de la promesse », dans Daniel Compagnon et Estienne Rodary (dir.), 2017, Les Politiques de la biodiversité, Paris, Les presses de SciencesPo, p. 225-249.

Fressoz, Jean-Baptiste 2013, « Pour une histoire désorientée de l’énergie », Entropia, no 15, p. 173-187.

Fuss, Sabine et al., 2014, « Betting on negative emissions », Nature Climate Change, vol. 4, p. 850-853.

Global CCS Institute, 2016, « The Global Status of CCS: 2016. Summary Report » : <http://hub.globalccsinstitute.com/sites/default/files/publications/201158/global-status-ccs-2016-summary-report.pdf>.

Hamilton, Clive, 2013, Les apprentis sorciers du climat. Raisons et déraisons de la géo-ingénierie, Paris, Seuil.

Hardy, Quentin, 2014, « Introduction. L’école de Bordeaux de critique de la technique, une pensée source de l’écologie politique », dans Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, 2014 [1935-1945], Nous sommes des révolutionnaires malgré nous, Paris, Seuil, p. 7-45.

Hulme, Mike, 2014, Can science fix climate change? A case against climate engineering, Cambridge, Polity Press.

IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change), 2001, Climate Change 2001: Mitigation, contribution du groupe de travail III au troisième rapport d’évaluation de l’IPCC, Cambridge, Cambridge University Press.

IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change), 2014, Climate Change 2014: Mitigation of Climate Change, contribution du groupe de travail III au cinquième rapport d’évaluation de l’IPCC, Cambridge, Cambridge University Press.

Joly, Pierre-Benoît, 2013, « On the economics of techno-scientific promises », dans Madeleine Akrich et al. (dir.), Débordements. Mélanges offerts à Michel Callon, Paris, Transvalor, Presses des Mines, p. 203-221.

Kellogg, William et Schneider, Stephen, 1974, « Climate stabilization: For better or for worse? », Science, no 186, p. 1163-1172.

Liebowitz, Stan et Margolis, Stephen (éd.), 2014, Path Dependence and Lock-in, Cheltenham, Edward Elgar.

Minx, Jan et al., 2017, « Fast growing research on negative emissions », Environmental Research Letters, vol. 12, no 3 : <http://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/aa5ee5>.

négaWatt, 2016, « Transition(s) énergétique(s) en Europe. Analyse comparative de scénarios nationaux », 23 mars : <https://negawatt.org/Transitions-energetiques-en-Europe>.

négaWatt, 2017, Scénario négaWatt 2017-2050, dossier de synthèse, janvier : <https://negawatt.org/IMG/pdf/synthese_scenario-negawatt_2017-2050.pdf>.

Nemet, Gregory, 2016, « 6 ways to accelerate negative emissions technology », GreenBiz, 5 octobre : <https://www.greenbiz.com/article/6-ways-accelerate-negative-emissions-technology>.

OECD, 2017, Investing in Climate, Investing in Growth, OECD Publishing.

Perthuis, Christian de, 2010, Et pour quelques degrés de plus… Changement climatique : incertitudes et choix économiques, Paris, Pearson, 2e édition refondue.

Pestre, Dominique, 2006, Introduction aux Science Studies, Paris, La Découverte.

Schäfer, Stefan, 2013, « The slippery slope(s) in climate engineering », conférence donnée lors du « Workshop on geoengineering, path-dependence and lock-in », University College, Londres, 25 octobre : <http://geoengineering-governance-research.org/perch/resources/stefan-schferthe-slippery-slopes-in-climate-engineering.pdf>.

Selosse, Sandrine et Ricci, Olivia, 2014, « Achieving negative emissions with BECCS (bioenergy with carbon capture and storage) in the power sector: new insights from the TIAM-FR (TIMES Integrated Assessment Model France) model », Energy, vol. 76 (C), p. 967-975.

Smith, Pete et al., 2016, « Biophysical and economic limits to negative CO2 emissions », Nature Climate Change, vol. 6, p. 42-50.

Stilgoe, Jack, Owen, Richard et Macnaghten, Phil, 2013, « Developing a framework for responsible innovation », Research Policy, vol. 42, no 9, p. 1568-1580.

Stolark, Jessie, 2017, « ADM Deploys Carbon Capture and Sequestration Project at Illinois Ethanol Plant », Environmental and Energy Study Institute, 13 avril : <https://www.eesi.org/articles/view/adm-deploys-carbon-capture-and-sequestration-project-at-illinois-ethanol-pl>.

Teller, Edward, Wood, Lowell et Hyde, Roderick, 1997, « Global warming and Ice Ages: I. Prospects for physics-based modulation of global change », UCRL-JC-128715, Lawrence Livermore National Laboratory : <https://e-reports-ext.llnl.gov/pdf/231636.pdf>.

Van Hemert, Mieke, 2017, « Speculative promise as a driver in climate engineering research: The case of Paul Crutzen’s back-of-the-envelope calculation on solar dimming with sulfate aerosols », Futures, vol. 92, p. 80-89.

Van Vuuren, Detlef, Hof, Andries, van Sluisveld, Mariësse et Riahi, Keywan, 2017, « Open discussion of negative emissions is urgently needed », Nature Energy, no 2, p. 902-904.

Vaughan, Naomi et Gough, Clair, 2016, « Expert assessment concludes negative emissions scenarios may not deliver », Environmental Research Letters, vol. 11, no 9 : <http://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/11/9/095003/meta>.

Woelcke, Johannes, 2012, « More than just hot air: Carbon market access and climate-smart agriculture for smallholder farmers », International Finance Corporation, World Bank Group, janvier : <https://wbcarbonfinance.org/docs/Mor_ThanHotAir.pdf>.

Yeo, Sophie et Pearce, Rosamung, 2016, « Analysis: Negative emissions tested at world’s first major BECCS facility », carbonbrief.org, 31 May 2016 : < https://www.carbonbrief.org/analysis-negative-emissions-tested-worlds-first-major-beccs-facility>.

Zürn, Michael et Schäfer, Stefan, 2013, « The paradox of climate engineering », Global Policy, n° 4, p. 266-277.

Haut de page

Notes

1 Depuis une vingtaine d’années, des technologies dites de captage et de séquestration du CO2 (carbone capture and storage, CCS) sont développées en sortie de cheminée de centrales à combustible fossile et d’industries à consommation intensive d'énergie fossile (ciment, acier, etc.). La BECCS consiste à coupler cette technologie à un procédé de production d’énergie utilisant la biomasse, par exemple une fermentation produisant du bioéthanol ou une gazéification à partir de biomasse. La BECCS est conçue pour générer dans son ensemble un bilan de CO2 négatif, à l’aide d’un double mécanisme : captage végétal du CO2 dans l’air par photosynthèse (avec environ la même quantité de CO2 séquestrée au cours de la croissance de la biomasse que libérée au cours de sa combustion) ; captage du CO2 en sortie de cheminée, suivi d’une séquestration dans des réservoirs géologiques ou océaniques. Ces deux procédés sont eux-mêmes énergivores, évidemment, et le second comporte un risque de fuite. Contrairement au CCS, la BECCS est donc, non une technologie d’atténuation mais une technologie d’ingénierie climatique, en cela qu’elle agit, en partie, après rejet de CO2 dans l’atmosphère.

2 Contrairement à l’usage dans cet article, de nombreux auteurs utilisent de manière indifférenciée les termes « technologies d’ingénierie climatique » et « géo-ingénierie (climatique) » (par exemple : Brasseur et Granier, 2013).

3 Plantation d’arbres sur un terrain qui en est resté longuement dépourvu.

4 Le sous-chapitre « Biological uptake in oceans and freshwater reservoirs, and geo-engineering » du Groupe III du troisième rapport du GIEC (2001), corédigé par David Keith, l’un des inébranlables avocats de la recherche sur l’ingénierie climatique depuis le début des années 1990, est une autre manifestation de cette attitude. À l’aide du seul article d’Edward Teller et de ses collègues (Teller et al., 1997), ses auteurs espèrent rendre caduques les principales réserves – toutes deux d’ordre technique – qu’aurait soulevées selon eux jusqu’alors la possibilité d’injecter des particules réfléchissantes dans la stratosphère : l’impact potentiel sur la chimie atmosphérique, et l’apparence visuelle d’un ciel blanchi (IPCC, 2001 : 332-334).

5  Si plusieurs facteurs vertueux se trouvent réunis – gains commerciaux, intérêts de recherche (en particulier, « des programmes de recherche dans la tradition de la “big science”, qui deviennent trop gros pour échouer » – Schäfer, 2013), acquisition d’une tolérance à l’ingénierie climatique de petite échelle, etc. –, alors le processus d’innovation conduit presque inévitablement à une mise en œuvre, a constaté Stefan Schäfer, qui a nommé ce phénomène « la pente savonneuse de la R & D » (ibid.).

6 Il écrit : « Si des effets secondaires indésirables et imprévus devenaient apparents, il serait possible de stopper rapidement la modification, et l’atmosphère retournerait à son état antérieur en quelques années » (Crutzen, 2006 : 216).

7 « Infrastructurelle » est ici à comprendre au sens d’infrastructures d’information et de connaissance (voir Edwards, 2010 : 12-20).

8 Dans son acception comtienne, l’« industrie » désigne l’« action de l’homme sur le monde qui l’entoure » par le truchement de la « technique », laquelle « trouve dans la science sa base rationnelle » (Bourdeau, 2009 : 440-441).

9 Il est par ailleurs vraisemblable que l'application de technologies de géo-ingénierie « serait très favorable à l’ouverture d’une autre boîte de Pandore, celle du transhumanisme » (Bourg et Hess, 2010 : 304). En tout cas, le président du Transhumanist Party états-unien Zoltan Istvan propose déjà de dépenser beaucoup d’argent dans la géo-ingénierie, précisant : « Réduire l’empreinte carbone n’aide pas nécessairement l’environnement. En revanche, prendre des mesures pour stimuler l’économie, telles que l’ingénierie verte, les nanotechnologies et la géo-ingénierie, pourrait aider à résoudre nos problèmes. Je suis convaincu que nous avons besoin de plus de technologies de ce type, et non de moins » (entretien mené par Leon Kaye le 19 avril 2017 : <https://www.triplepundit.com/2017/04/gubernatorial-candidate-california-wants-lease-public-lands-fund-universal-basic-income/>).

10 Pour l’heure, le CCS capte peu de financements publics. Quant à sa compatibilité avec d’autres procédés en vue de monter des installations de BECCS et de DAC, elle n’a guère été développée. Au sujet de l’Europe, voir le constat sombre que dresse le rapport du European Academies’ Science Advisory Council (EASAC, 2018 : 10).

11 Le Protocole de Kyoto (1997) alloue de manière différenciée des droits d’émissions de gaz à effet de serre (ou « quotas ») aux États les plus riches.

12 La plupart des grandes ONG environnementales (Greenpeace, WWF, Biofuelwatch, etc.) refusent catégoriquement d’inclure des NET industrielles dans leurs scénarios. Friends of the Earth England, Wales & Northern Ireland, au contraire, considère que le recours aux NET est désormais nécessaire et recommande au gouvernement britannique « d’identifier et financer avec des budgets directs appropriés les NET durables » de manière domestique et à l’étranger (FoE England, 2011 : 5 et 30).

13 Le modèle économique en construction des NET contraste fortement avec celui de la géo-ingénierie : il est à dominante privée – tout en requérant des signaux forts de la part du régulateur et de l’investisseur public (signaux que les promoteurs des NET aimeraient comparables aux « autres énergies propres » ; Global CCS Institute, 2016) – ; il est diffus, se présentant comme une prolifération d’initiatives locales, dont la réussite dépendra de leur capacité à prouver le gain qu’elles apportent à un territoire au-delà des baisses nettes de CO2 et/ou de la montée en échelle de leur activité à moyen terme.

14 Le GIEC intègre des scénarios attribuant aux NET (afforestation et BECCS) des réductions pouvant aller jusqu’à 20 GtCO2/an en 2100 (IPCC, 2014 : 14). Sur les 400 scénarios du GIEC qui estiment à 50 % ou plus la chance de limiter le réchauffement à 2 °C, pas moins de 344 comptent sur un déploiement de NET à grande échelle (Anderson, 2015). La moitié des scénarios du GIEC environ compte sur une part de BECCS dans la production d’énergie primaire supérieure à 5 % en 2100. Quant au besoin de captage de CO2 annuel en 2050, compris entre 2 et 10 Gt, il ne représente pas moins de 5 % à 25 % des émissions de 2010 et 4 % à 22 % de celles prévues en 2050. Il est par ailleurs comparable, dans sa fourchette haute, aux actuelles extractions globales moyennes de CO2 par les puits océaniques ou terrestres (estimées respectivement à 9,2±1,8 Gt et 10,3±2,9 Gt/an) – ou la BECCS comme autre manière de pénétrer de plain-pied dans l’Anthropocène ! (Fuss et al., 2014 : 850-851).

15 … Quand elle n’est pas abaissée à 1,5 °C.

16 Voir par exemple le rapport Paris change d’ère. Vers la neutralité carbone en 2050. Tout en donnant à Paris des objectifs ambitieux d’atténuation (–70 % d’émissions brutes de CO2eq en 2050), les auteurs visent un objectif de –20% de CO2eq à l’aide du boisement et de la végétalisation des bâtiments et de l’espace public, énonçant que les émissions négatives sont « la clef pour viser la nullité des émissions nettes » à Paris en 2050. Les 10 % restants sont des investissements de « compensations » dans les énergies renouvelables à l’extérieur du territoire parisien (Elioth, 2017 : 99 et 305).

17 En matière de NET, le scénario négaWatt 2017-2050 compte uniquement sur de nouvelles « pratiques culturales » permettant d’accroître le stockage de carbone par l’agriculture – en conséquence, le « puits de carbone » français passerait de 62 MteqCO2 à plus de 80 MteqCO2/an sur la période 2030 à 2050, contre une légère décroissance à 48 MteqCO2 dans le scénario tendanciel (négaWatt, 2017 : 35).

18 Au stade actuel, ces développements restent embryonnaires, anecdotiques en matière de réduction de gaz à effet de serre.

19 Au nom de la promesse répétée d’une « synergie » entre marché et conservation de la biodiversité et des forêts, on a ainsi privilégié « une approche marchande » dans ces domaines. Les résultats observés sont maigres : en matière de conservation ; en matière de marché, puisque les outils de bioprospection et les dispositifs REDD ne donnent « que très marginalement lieu à des échanges marchands » (Foyer el al., 2017 : 225-229). Dans le domaine de la réduction des émissions atmosphériques, les marchés d’émissions (cap-and-trade) mis en place pour réduire le SO2, les NOx, le CO2, etc. ont connu des fortunes diverses. Je ne peux résumer ici les débats foisonnants qu’ils ont suscités dans la littérature académique.

20 Voir l’introduction à cette problématique que propose Christian de Perthuis, qui combine enjeux de réorientation de l’offre (prix du carbone qui intégrerait au mieux l’agriculture, la forêt et les acteurs énergétiques dans un régime commun ; mécanismes de projets) et de la demande (modèle alimentaire) (Perthuis, 2010 : 139-171). Voir aussi l’article d'Holly J. Buck, qui estime que le déploiement des NET considérées dans la littérature entre rarement en compétition directe avec les terres agricoles – que ce soit pour l’afforestation, ou pour la BECCS puisqu’il privilégierait les résidus agricoles ou forestiers, le panic raide, le miscanthus ou le peuplier –, mais que leur modèle social et économique reste à définir – quelles incitations financières ? ; quel soutien aux agriculteurs dans le changement de leurs pratiques d’usage des sols ? ; à qui les bénéfices iront-ils ? ; etc. (Buck, 2016 : 163-165).

21 Soit des arbitrages qui ressemblent à ceux analysés dans la littérature sur les biocarburants et sur les projets de carbone forestier déjà mis en œuvre (voir Buck, 2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Briday, « Le discours de la promesse chez les promoteurs de l’ingénierie climatique  », Socio, 12 | 2019, 133-157.

Référence électronique

Régis Briday, « Le discours de la promesse chez les promoteurs de l’ingénierie climatique  », Socio [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 25 avril 2019, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/socio/4657 ; DOI : 10.4000/socio.4657

Haut de page

Auteur

Régis Briday

Régis Briday est chercheur associé au laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS), à Champs-sur-Marne, en France. Placés sous le signe de l’interdisciplinarité (histoire et sociologie des sciences et des techniques, histoire environnementale, science politique), ses travaux décrivent la construction des expertises et des politiques relatives aux pollutions atmosphériques et à leurs effets (destruction de la couche d’ozone, changement climatique, pollution de l’air, pluies acides) depuis les années 1950, dans la diplomatie internationale et à l’échelle des grandes agglomérations.

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals