Navigation – Plan du site

Éditorial

Michel Wieviorka
p. 5-6

Texte intégral

1La littérature et les sciences sont depuis longtemps l’objet de recherche pour les sciences sociales, qui les ont constituées en importants domaines. Les sciences sociales étudient alors la première sous divers angles, qu’il s’agisse d’œuvres ou d’ouvrages, d’auteurs, de courants, de moments, d’institutions littéraires, ou bien encore du marché de l’édition ou du livre.

2Et elles envisagent tout aussi bien les secondes avec des questionnements éprouvés : la production et le travail des scientifiques, leurs démonstrations, les institutions et les communautés de recherche, ou bien encore les conditions du progrès scientifique.

3Elles examinent également le rapport à la vérité, et le lien qui peut exister entre leur apport et la vie sociale : que doivent les écrits littéraires ou les découvertes scientifiques au contexte dans lequel ils sont produits ? Et dans les deux cas, plusieurs disciplines sont mobilisées, le plus souvent chacune de son côté.

4Quand la fiction se veut scientifique, au carrefour, par conséquent, de la littérature et des sciences, quand il s’agit de science-fiction, les sciences sociales sont non moins classiquement conduites à formuler des questions qui conjuguent les deux registres.

5Mais dès lors, un changement de perspective devient possible, et nécessaire, l’enjeu principal qui s’impose devenant de penser la relation entre les deux, la façon dont les sciences se nourrissent de cette littérature particulière, et celle dont elle s’en alimente. Là réside le premier intérêt du dossier que Socio consacre à la science-fiction dans cette livraison.

  • 1 Immanuel Wallerstein (dir.), Ouvrir les sciences sociales. Rapport de la commission Gulbenkian pour (...)

6Dans sciences sociales, il y a sciences, ce qui conduit à faire un deuxième pas pour renouveler la perspective : les sciences sociales sont à la fois, en effet, partie prenante de la relation entre fiction et sciences, et amenées à l’étudier. Sans être véritablement ou nécessairement littéraires, elles ont le souci de l’écriture, et se rattachent volontiers aux humanités – du moins en France : ne parle-t-on pas couramment de « SHS », sciences humaines et sociales ? Et souvent, elles doivent quelque chose à la littérature : Dostoïevski, par exemple, n’apporte-t-il pas sur le terrorisme contemporain un éclairage plus puissant que bien des rapports de think tanks sur la « radicalisation » ? Et si pour elles la démonstration ou la preuve ne peuvent pas être identiques à ce qui est exigé dans les sciences de la nature, puisque leur objet est l’humain, elles n’en sont pas moins préoccupées par le caractère scientifique de leur apport, soucieuses de rigueur. C’est pourquoi, -Immanuel Wallerstein, le principal auteur du rapport Gulbenkian1, insistait à juste titre pour que l’on pense les sciences sociales de façon pluridisciplinaire, incluant toutes les sciences, à la fois dans leur spécificité et comme sciences, et que l’on en tienne compte dans l’organisation de l’université.

7Ce qui dessine un enjeu novateur, puisqu’il s’agit pour les sciences sociales, avec la science-fiction, de traiter avec la réflexivité qui s’impose d’une relation dont elles sont en même temps une composante importante – on verra dans ce dossier, préparé par Julien Wacquez et Stéphane Dufoix, que l’anthropologie, l’histoire, la sociologie, la criminologie, la linguistique, etc. peuvent être mobilisées par des auteurs relevant de ce genre littéraire si singulier.

  • 2 Laëtitia Atlani-Duault, Stéphane Dufoix et Michel Wieviorka, « La sociologie et le monde », entreti (...)

8Je viens de citer Immanuel Wallerstein : celui qui fut pour Socio un ami et un soutien, qui nous avait accordé un bel entretien pour le numéro 1 de la revue2 a disparu le 31 août dernier : nous lui rendrons un hommage dans une prochaine livraison.

Haut de page

Notes

1 Immanuel Wallerstein (dir.), Ouvrir les sciences sociales. Rapport de la commission Gulbenkian pour la restructuration des sciences sociales, Paris, Descartes et Cie, 1996.

2 Laëtitia Atlani-Duault, Stéphane Dufoix et Michel Wieviorka, « La sociologie et le monde », entretien avec Immanuel Wallerstein, Socio, no 1, 2013, p. 154-171.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio, 13 | 2019, 5-6.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio [En ligne], 13 | 2019, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio/7465

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est depuis 2015 le président du directoire de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et, depuis 1989, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010) et a dirigé le Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS) de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : avec Farhad Khosrokhavar, Les juifs, les musulmans et la République (Robert Laffont, 2017) ; sous sa direction : Antiracistes (Robert Laffont, 2017), et Face au mal (Textuel, 2018).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals