Navigation – Plan du site

Mots et discours de science dans la science-fiction

Words and Discourse from Science in Science Fiction
Ugo Bellagamba et Roland Lehoucq
p. 23-44

Résumés

La science-fiction entretient des rapports avec la science, on le sait, mais cet article se penche plus particulièrement sur les mots de science, le vocabulaire scientifique, que l’on retrouve souvent dans les textes de science-fiction et surtout sur la manière, éclairante, dont les auteurs de science-fiction mettent en scène, dans leurs récits, des discours de science, ou des discours de scientifiques sur la science. Au fond, les mots de science aident les auteurs à bâtir des mondes fictifs, et, en retour, les récits de science-fiction font écho aux représentations culturelles de la science, dans des contextes et des époques différentes. Ce faisant, ils contribuent parfois à interroger la démarche scientifique elle-même, tout en stimulant la curiosité des lecteurs pour la science, y compris les plus jeunes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une version française, assortie d’un cahier critique, consulter Kipling (2009).

1Le dépaysement propre à la science-fiction résulte des images ou des situations qu’elle produit, des contrées imaginaires qu’elle explore ou des vaisseaux interstellaires qu’elle invente, mais aussi du pouvoir des mots qu’elle utilise pour les décrire. Ces mots sont puisés dans le lexique des sciences ou sont parfois forgés pour l’occasion. L’imaginaire de la science-fiction est rigoureusement rationnel. Pour réussir son pari littéraire et spéculatif, elle doit « faire science ». Les auteurs de science-fiction s’approprient donc les mots, les concepts et les images des sciences en les déformant, en les transformant, en les exagérant parfois, pour rendre l’intrigue plus intéressante ou plus spectaculaire. On pourrait faire remonter la lointaine origine du genre aux premières utopies scientifiques de la modernité, comme celle de Sir Francis Bacon, en 1627, « La Nouvelle Atlantide », dans laquelle les chercheurs de la Maison de Salomon firent de la science le moteur même de la société, ou au siècle des Lumières, lorsque Louis-Sébastien Mercier dans L’an 2440. Rêve s’il en fut jamais (1771) et le marquis de Condorcet dans son Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain (1795), à quelques années d’intervalle, inventèrent le futur comme une émergence liée au progrès des connaissances scientifiques, voire à l’invention de nouvelles sciences. Mais, plus classiquement, il faut ici rappeler la naissance européenne de la science-fiction sous quatre plumes majeures : Jules Verne, Herbert G. Wells, J. H. Rosny aîné et Rudyard Kipling. Chacun de ces auteurs utilise les mots de la science comme des briques élémentaires avec lesquelles ils bâtissent leurs récits. Jules Verne, dans la collection éditée par Pierre-Jules Hetzel « Voyages extraordinaires », ne cesse d’enchanter les objets techniques (obus pour atteindre la Lune, sous-marin électrique, engin volant plus lourd que l’air). Herbert G. Wells, plus spéculatif, invente de nouveaux mots de science, comme la fameuse « cavorite » baptisée du nom de son inventeur et qui permet d’envoyer Les Premiers Hommes dans la Lune à la rencontre d’une nouvelle espèce. Dans Les Navigateurs de l’infini, Rosny aîné décrit scientifiquement la structure de son vaisseau spatial, le Stellarium. Rudyard Kipling, enfin, dans Wireless, parvient à l’extraordinaire tour de force littéraire de livrer une romance scientifiquement étayée en associant la notion d’onde hertzienne à celle de muse poétique1.

2La deuxième naissance de la science-fiction est américaine, incarnée par les pulps, où les mots de la science surabondent dans les récits d’aventures spatiales, hauts en couleur, mais qui n’ont pratiquement aucune crédibilité scientifique : on y traverse l’univers en quelques secondes, en dépassant allègrement la vitesse de la lumière ; on y dispose d’une énergie illimitée contraire à toutes les lois physiques de conservation ; sans parler des pouvoirs « psy », de la télépathie à la télékinésie, dont se servent des mutants arrivistes et des surhommes nietzschéens.

3Le traumatisme des deux guerres mondiales, et en particulier celui de la bombe atomique, ouvre une nouvelle période de la science-fiction, la plus fructueuse et la plus intéressante du point de vue de notre sujet : les mots de la science s’y emploient avec plus de discernement sans que les anticipations techniques aient nécessairement à en pâtir. La conquête de l’espace devient le thème central d’une science-fiction qui vise moins à émerveiller qu’à décrire les possibilités concrètes d’une expansion.

  • 2 Consulter à ce sujet les travaux dirigés par Estelle Blanquet, maîtresse de conférences en didacti (...)

4Dans un deuxième temps, il faut aussi passer des mots de science, envisagés séparément, qu’ils soient empruntés à la science préexistante ou créés de toutes pièces par les auteurs pour « faire science » et qui font l’objet de la première partie de cette étude, à la façon dont la science-fiction, grâce à des représentations populaires ou savantes de la science, fait la pédagogie de son rôle et de son importance dans la société. De ce point de vue, elle est un discours qui peut préparer ou acclimater les lecteurs à l’impact social des techniques – comme chez Jules Verne – ou à l’idée qu’une culture scientifique fait partie intégrante de la citoyenneté future – comme chez Robert A. Heinlein – ; elle peut même susciter des vocations de chercheur ou d’ingénieur, et entretenir chez des jeunes, par le biais de la fiction, un désir de science que l’Éducation nationale leur a parfois fait perdre2. Dans cette ambition, les auteurs s’efforcent d’être aussi des vulgarisateurs. C’est le cas, en particulier en France, de Claude Ecken ou de Sylvie Lainé, et, par exemple, en Angleterre de Stephen Baxter.

5Mais le discours de science dans la science-fiction peut aussi embrasser la dimension spéculative du récit et proposer des expériences de pensée scientifique, en inventant, par exemple, de nouvelles sciences pour mieux appréhender la complexité de l’univers, comme chez Isaac Asimov avec la « psychohistoire » ou chez Alfred E. Van Vogt avec le « nexialisme », qui seront évoqués dans notre seconde partie.

Des mots de science qui permettent de bâtir des mondes fictifs

6Comme l’affirmait Robert A. Heinlein, l’un des auteurs américains les plus soucieux de la plausibilité scientifique de leurs récits,

  • 3 Dans une conférence prononcée le 8 février 1957 à l’université de Chicago. Consulter, à ce sujet, (...)

la plupart des soi-disant « prophéties vérifiées » sont le fait d’auteurs qui suivent les articles scientifiques récents et se livrent à des extrapolations assez évidentes de faits déjà établis3.

7Il s’agit donc, pour la plupart des auteurs de science-fiction, de « cueillir » habilement les mots de la science là où ils se trouvent déjà et de les utiliser, en bouquets, dans des récits qui vont contribuer à les populariser, au risque, parfois, d’en dénaturer le sens. La démarche spéculative de la science-fiction pousse les auteurs à inventer, de toutes pièces, des mots de science, voire des sciences à part entière, qui finissent par se retrouver, en retour, dans des articles de recherche scientifique. Mais, dans toutes les hypothèses, qu’ils soient extraits de leur filon scientifique initial ou forgés pour « faire science », ces mots n’ont qu’un but : chasser scientifiquement l’incrédulité du lecteur et rendre aussi plausible que possible l’histoire qui lui est racontée.

Cueillir habilement les mots de la science

  • 4 Il s’agit du vol expérimental réussi le 6 février 2018 du lanceur Falcon Heavy, de la société Spac (...)

8L’espace, plus encore que le temps, est la première et la plus exaltante conquête de la science-fiction qui a fait de son exploration hardie, d’abord par les fusées, puis par les fameuses « colonies de l’espace » établies sur des planètes lointaines et parfois hostiles, la source principale de son émerveillement rationnel. Aujourd’hui encore, il suffit qu’un riche entrepreneur lance une voiture en orbite solaire pour tester un nouveau modèle de fusée4, pour que l’espoir renaisse comme au soir du 21 juillet 1969. Les auteurs de science-fiction, américains en particulier, ont fait en sorte d’habiller cette frontière de mots de science pour provoquer l’adhésion du public. C’est, dans les années 1950, l’ère des rocketship stories dont les romans pour la jeunesse de Robert A. Heinlein constituent la figure de proue, notamment les deux derniers de la série, les plus aboutis, Le vagabond de l’espace (Have Space Suit—Will Travel, 1958) et Citoyen de la galaxie (Citizen of the Galaxy, 1957). C’est là qu’entrent dans la langue populaire des mots décisifs comme « scaphandre spatial », « astronaute », « vaisseau spatial » et, bien sûr, la science qui les justifie tous, « l’astronautique ». Mais, reprenons depuis le début.

  • 5 La même année est créée à Wroclaw la Verein für Raumschiffahrt (Société pour la navigation spatial (...)

9À la toute fin du xixe siècle un instituteur russe nommé Constantin Tsiolkovski réfléchit à un engin à réaction pouvant atteindre la vitesse nécessaire à la mise en orbite et permettant d’évoluer dans le vide spatial. Sans le savoir, il lance une discipline qui prendra rapidement de l’ampleur sous l’impulsion de l’Américain Robert Goddard, de l’Allemand Hermann Oberth et du Français Robert Esnault-Pelterie. Ce dernier fonde en 19275 un comité pour la promotion des voyages dans l’espace dont les membres comptent le physicien Jean Perrin et l’écrivain belge J.-H. Rosny aîné, président de l’académie Goncourt depuis 1926. C’est ce dernier qui invente le mot « astronautique » comme le raconte André Louis-Hirsch, banquier et mécène du comité. Voici comment il décrit la discussion qui eut lieu durant leur première réunion :

  • 6 Extrait d’un entretien télévisé diffusé le 14 mai 1959 en hommage à Robert Esnault-Pelterie et vis (...)

En 1927, à la première réunion du comité, nous avions la chance d’avoir parmi nous le président de l’Académie Goncourt qui s’appelait J.-H. Rosny aîné. Robert Esnault-Pelterie avait proposé pour cette science nouvelle, qu’il fallait bien tout de même baptiser, le nom de sidération par parallèle avec l’aviation. Mais nous avons trouvé le titre un peu ridicule et, après avoir proposé le mot cosmonautique, J.-H. Rosny aîné a proposé le mot astronautique qui a été adopté à l’unanimité et qui, on peut le dire, a fait le tour du monde. Dans le monde entier, aujourd’hui, cette recherche, cette science nouvelle, s’appelle l’astronautique6.

10En février 1928, l’invention du mot astronautique est publiée au bulletin officiel de la Société astronomique de France et se répand apparemment sans contestation. Ainsi, dans l’édition du 20 décembre 1929 du quotidien suisse francophone Feuille d’avis de Neuchâtel, l’écrivain Alfred Chapuis évoque les premières fusées expérimentales qui, un jour, évolueront…

vers la fusée interplanétaire. Mais ce résultat acquis, il restera de telles difficultés à surmonter que l’Astronautique (ce mot nouveau a été créé par Rosny aîné) restera pendant bien longtemps encore dans le domaine de la théorie ; n’est-il point remarquable déjà qu’elle soit sortie de celui de l’utopie ? (Varnoteaux, 2017)

11En 1930, Robert Esnault-Pelterie publie un livre fondamental intitulé L’astronautique, véritable somme des connaissances de l’époque en la matière. De son côté, Rosny aîné avait déjà publié en 1925 son roman Les Navigateurs de l’infini, dans lequel il décrit le Stellarium, un vaisseau spatial à la coque transparente (« en argine sublimée ») capable de rallier Mars ; la suite de cet ouvrage, intitulée Les Astronautes, bien qu’annoncée dès la sortie du premier opus, restera inédite jusqu’en 1960 (Rosny aîné, 1960). Dans ce récit, l’auteur témoigne de belles intuitions scientifiques :

Notre vaisseau vogue dans la nuit éternelle. La prodigieuse vitesse qui nous entraîne équivaut à une suprême immobilité. Profond silence : nos appareils, générateurs et transformateurs, ne font pas de bruit […] (Rosny aîné, 1927 : 16).

  • 7 Le mot apparaît dès les années 1930 dans les pulps sous les plumes de Jack Williamson, E. E. « Doc (...)
  • 8 Ainsi, l’espace-temps des physiciens est un hyperespace à quatre dimensions.

12Au-delà de la conquête des plus proches planètes du système solaire, il y a celle de l’espace profond. Comment se rendre à l’autre bout de l’univers en respectant la limite physique de la vitesse de la lumière et sans mourir mille fois en chemin ? D’emblée, les auteurs inventent un espace parallèle, une dimension autre, un espace dans l’espace ou à côté de l’espace, dans lequel il est possible de se rendre (et de ressortir) pour contourner les limitations dues aux lois physiques fondamentales. Et, aussi surprenant que cela puisse paraître, cet « hyperespace7 » n’est pas, sur le plan strictement terminologique, une invention de la science-fiction. C’est un mot qui vient directement des mathématiques où il fut introduit par le mathématicien britannique Arthur Cayley en 1870 (Cayley, 1870). Ce terme désigne un espace au nombre de dimensions supérieur aux trois habituelles8. Autant dire que l’hyperespace des récits de science-fiction n’a que peu de rapport avec les mathématiques. Il est né du besoin qu’avaient les auteurs de justifier des voyages interstellaires brefs en dépit des distances énormes séparant les étoiles, tout en s’accommodant de l’évolution des connaissances scientifiques.

  • 9 En 1935, Albert Einstein et Nathan Rosen découvrent que les équations de la relativité générale on (...)
  • 10 Deux points qui semblent éloignés dans notre univers à trois dimensions spatiales peuvent être rel (...)

13L’hyperespace est typiquement décrit comme une région alternative de l’espace coexistant avec notre univers où l’on peut pénétrer grâce à un dispositif souvent nommé « hyperdrive » ou « hyperpropulsion ». Souvent, il s’accompagne d’une modification topologique de notre univers que les auteurs nomment généralement « trou de ver »9 ; mais il peut aussi impliquer un univers ayant des dimensions supplémentaires en plus des trois que nous percevons10.

  • 11 C’est Josef Čapek, frère de Karel, peintre et écrivain, qui est l’inventeur du mot robot : <https: (...)
  • 12 Voir la rubrique « Dérivés » de la page consacrée au mot « robot » de l’encyclopédie en ligne Wiki (...)

14Le robot, serviteur de l’homme qui se dresse parfois contre son maître, est, dès ses premières apparitions, l’un des ressorts dramatiques de la science-fiction. Les « Trois Lois de la robotique » d’Isaac Asimov sont bien connues, et certains robots de cinéma sont devenus inoubliables, comme Robby dans Planète Interdite (Fred M. Wilcox, 1956), ou la machine-tueuse venue du futur du film Terminator de James Cameron (1985). Le mot robot, dérivé du mot tchèque robota (signifiant travail, besogne, ou corvée), s’est spontanément paré d’une rationalité scientifique. Il a été introduit, en 1920, par l’écrivain tchèque Karel Čapek11 dans la pièce de théâtre R.U.R. (Rossum’s Universal Robots, titre original Rossumovi univerzální roboti), jouée pour la première fois en 1921 et dans laquelle une firme fabrique des automates capables de remplacer les ouvriers. Initialement, le robot désigne une machine de forme humaine (désormais nommée « androïde ») et, par extension, une machine accomplissant des tâches dangereuses ou trop pénibles pour un humain. Par aphérèse, le robot devient « bot », qui désigne un programme informatique automatisant des tâches répétitives (bot d’indexation de pages sur le web) ou mimant le comportement d’un être humain (bot de jeux vidéo). Il existe désormais des dizaines de mots dérivés de robot en ingénierie et en informatique12.

15Du robot au cyborg, il n’y a qu’un pas narratif, qui consiste à postuler la compatibilité de la chair et de la machine. Derrière la figure du cyborg se trouve d’abord une science à part entière, la cybernétique. Le terme est formé à partir du grec kubernêtês signifiant pilote ou gouverneur. Cette nouvelle discipline scientifique est proposée en 1947 par le mathématicien Norbert Wiener, père de la cybernétique, pour promouvoir l’intégration dans un système autorégulé de l’automatique, de l’électronique et de la théorie l’information. Pour Wiener, il s’agit d’une « théorie entière de la commande et de la communication, aussi bien chez l’animal que dans la machine » (Wiener, 1948).

16Le premier être hybride, mi-chair mi-métal, de la science-fiction apparaît dans le roman Qui ? d’Algis Budrys, publié en 1958. Celui-ci, classiquement, raconte comment, dans un monde en proie à la guerre froide, en 1985, un physicien américain, victime d’un grave accident dans son laboratoire, est sauvé in extremis par des chirurgiens russes. Si le terme cyborg a été popularisé par le roman éponyme de Martin Caidin en 1972, ce sont les scientifiques Manfred Clynes et Nathan S. Kline qui les premiers inventèrent cette contraction de l’anglais cybernetic organism pour se référer à un humain amélioré par des greffes de parties mécaniques ou électroniques afin de survivre dans des environnements extraterrestres. Ce concept est alors rapidement décliné en images. En 1965, un épisode de la série télévisée britannique The Avengers (Chapeau melon et bottes de cuir en français) met en scène des robots humanoïdes appelés cybernautes. En 1966, l’épisode de la série télévisée britannique Doctor Who intitulé The Tenth Planet introduit les cybermen (cybernators en français), humanoïdes améliorés grâce à la cybernétique au point de ne garder que des parties de leurs membres organiques originaux.

17Le préfixe « cyber » se trouve lié à l’informatique en 1970, lorsque la société Control Data, pionnière dans la fabrication de supercalculateurs, développe une série de calculateurs vectoriels nommée Cyber. En novembre 1983, l’auteur Bruce Bethke publie dans la revue Amazing Stories une nouvelle intitulée Cyberpunk13. Le terme est repris par Gardner Dozois dans un éditorial du Asimov’s Science Fiction Magazine. Mais c’est finalement l’écrivain William Gibson qui révolutionne – et le mot n’est pas trop fort – l’usage du (pseudo) préfixe « cyber » en forgeant, dans son roman Neuromancien (Neuromancer, 1984), le mot cyberspace. Avec le développement de l’informatique, il contamine le langage des programmateurs et le cyberespace devient, paradoxalement, le synonyme d’un territoire, dématérialisé et infini, d’un nouveau monde à conquérir, peut-être d’une utopie. Ce préfixe « cyber » est désormais devenu omniprésent14 dès lors qu’il s’agit de lier un thème social au développement exponentiel de l’informatique : cyberculture, cyberattaque, cybersécurité, cybersexe, etc.

Chasser scientifiquement l’incrédulité du lecteur

18La science-fiction a l’ambition d’être un merveilleux rationnel, et elle offre toujours, dans ses récits, les clefs d’une justification scientifique des faits, plus ou moins convaincante selon les auteurs, leur formation ou leur positionnement. Ici, l’une des thématiques les plus pertinentes semble être la téléportation, le déplacement instantané d’un point à un autre, à la fois d’une ou de plusieurs informations et d’êtres ou d’objets physiques.

19L’exemple le plus connu est la téléportation, à laquelle les personnages de la série télévisée de Gene Roddenberry Star Trek ont recours pour se transporter à la surface des planètes qu’ils explorent, et tous ses avatars, jusqu’à la très récente série Star Trek: Discovery qui postule l’utilisation de spores cosmiques pour téléporter jusqu’au vaisseau lui-même d’un endroit de l’espace à un autre, et ainsi changer l’issue d’une guerre interstellaire.

20La téléportation a été présentée par les créateurs de science-fiction comme scientifiquement possible, et il faut bien reconnaître que son intérêt narratif ou cinématographique est important, surtout si l’on prend en considération les aspects matériels, comme le budget. Les producteurs de séries télévisées comme Star Trek, dans les années 1960, avant la généralisation des images de synthèse, n’ont pas les ressources suffisantes pour financer les effets spéciaux de l’atterrissage et du décollage d’une navette. Le téléporteur est ainsi adopté car moins coûteux à représenter. Il est l’équivalent visuel d’une ellipse narrative, supprimant la nécessité de décrire ou de montrer à l’écran le déplacement. De ce point de vue, la téléportation fonctionne un peu à la manière des trous de ver, évoqués plus haut. La téléportation désigne donc le transfert d’un corps dans l’espace sans parcours physique des points intermédiaires entre celui de départ et celui d’arrivée. Aujourd’hui, le procédé continue à être employé au cinéma comme à la télévision, par exemple dans les séries Stargate et Terminator, dans le film de David Cronenberg La Mouche (1986) ou encore dans Jumper, réalisé par Doug Liman et sorti sur les écrans en 2008.

  • 15 « Mostly in this book I shall specialize upon indications that there exists a transportory force t (...)

21En 1931, l’écrivain américain Charles Hoy Fort, attaché à décrire et à collecter de nombreux phénomènes inexpliqués, publie son troisième livre intitulé Lo! dans lequel il invente le mot « téléportation15 ». Pour Fort, notre environnement n’est qu’une partie d’un ensemble plus vaste et la téléportation est le moyen par lequel le contenu d’un autre plan d’existence, normalement inaccessible, peut s’immiscer dans notre monde.

  • 16 Dans le roman Crépuscule d’acier de Charles Stross, les protagonistes utilisent largement la télép (...)
  • 17 Un état intriqué est un système quantique constitué de deux objets qui ne peuvent être décrits que (...)

22Le mot a fait florès dans le monde scientifique depuis que Charles Bennett a posé les bases théoriques (Bennett, 1993) de ce qu’il est maintenant convenu d’appeler la téléportation quantique. L’expérience réalisée quelques années plus tard (Bouwmeester et al., 1997) ressemble peu aux espoirs de la science-fiction. La téléportation quantique est en fait un protocole de communication16 consistant à transférer l’état quantique d’un système vers un autre, similaire et séparé spatialement du premier, en mettant à profit l’intrication quantique17. Contrairement à ce que le mot laisse entendre, il ne s’agit donc pas d’un transfert de matière, comme dans Star Trek. Il faut souligner le fait que le processus est destructif : à l’issue de la téléportation, le premier système ne sera plus dans son état initial.

23Cette méthode de transport de l’information évoque la plus ancienne histoire de transmetteur de matière intitulée The Man Without a Body et publiée par Edward Page Mitchell en 1877. Dans cette nouvelle, un scientifique invente une machine qui décompose les atomes d’un chat et les envoie par câble à un récepteur, à l’intérieur duquel l’animal est réassemblé atome par atome, vivant et en bonne santé. L’inventeur expérimente lui-même sa machine mais, malheureusement, la batterie s’épuise alors que seule sa tête a été transmise. Ce principe de transmission de l’information d’un corps humain est aussi proposé par Norbert Wiener en 1964, dans son essai God & Golem, Inc. Il écrit :

  • 18 Ce projet est sans doute impossible à réaliser, car un être humain contient une quantité considéra (...)

[…] il est conceptuellement envisageable de transmettre un être humain à travers une ligne télégraphique […]. Pour l’instant et peut-être pour toute la durée de l’espèce humaine, cette idée est impraticable mais elle n’est pas pour autant inconcevable18.

  • 19 Cette idée d’une intelligence artificielle n’est pas nouvelle et remonte, par exemple, au livre d’ (...)

24La thématique de la singularité technologique, étroitement liée à la formidable accélération technologique de l’informatique et aux interrogations qui s’en sont suivies, à la fin du xxe siècle, a éclos simultanément dans la science-fiction et a fait irruption dans la science. En 1993, le mathématicien et auteur de science-fiction Vernor Vinge publie un essai intitulé Technological Singularity dans lequel il expose une idée étonnante, qu’il reprend la même année dans son roman Un feu sur l’abîme (A fire upon the deep, 1992). Constatant, comme d’autres avant lui, la croissance exponentielle des performances de l’informatique – dite loi de Moore –, il prévoit la fabrication prochaine d’une intelligence artificielle supérieure à celle des humains19. Cette intelligence serait alors capable d’en concevoir une nouvelle, encore plus performante, et ainsi de suite, déclenchant ainsi un processus sans limite qui reléguerait l’humanité dans l’insignifiance. Vinge a nommé « singularité » cet horizon prédictif, véritable « mur du futur », car, tout comme les lois de la physique actuelle sont inopérantes au centre d’un trou noir ou aux premiers instants de l’univers, la prospective perd sa pertinence quand les techniques progressent exponentiellement.

  • 20 À la fin du xixe siècle, les physiciens cherchent à décrire le rayonnement lumineux d’un corps cha (...)
  • 21 Ernest Rutherford bâtit le premier modèle d’atome en considérant que sa masse se trouve concentrée (...)

25En dépit de la fascination qu’il provoque, le concept de singularité a été largement critiqué par les scientifiques. Sur le fond, l’extrapolation des tendances exponentielles présentes aboutit à des absurdités qui font peu de cas de la finitude des ressources matérielles et énergétiques de la Terre. Les défenseurs de la singularité sont aussi fustigés pour leur oubli des lois de la thermodynamique et de la physique quantique qui limitent les performances et la taille de composants miniatures. L’histoire de la physique nous montre aussi que les singularités, c’est-à-dire les divergences vers l’infini, prévues par les premières descriptions du rayonnement (catastrophe ultraviolette20) ou de l’atome (effondrement radiatif21) ont disparu, résolues par une modification de la théorie physique sous-jacente.

  • 22 Fondée en 2008, la Singularity University est un think tank privé offrant à la fois des programmes (...)

26Reste que la notion de singularité technologique est reprise et étayée par de nombreux articles de recherche dans la dernière décennie du xxe siècle jusqu’à s’enorgueillir aujourd’hui, et à l’initiative de son plus grand promoteur, Ray Kurzweil, d’une Singularity University22, symbole de son institutionnalisation. Là encore, la justification scientifique a parfaitement œuvré. Hélas, derrière elle, s’avancent aussi de nouvelles idéologies comme celle du transhumanisme, actuellement très en vogue, qui cherche à convaincre que la mise au point de l’intelligence artificielle permettra, par ricochet, à l’homme de transcender ses limites et d’atteindre l’immortalité. Un vieux rêve… qui est loin d’être partageable par tous. L’optimisation humaine n’est pas ici le sujet, mais, il faut dire qu’en retour la science-fiction sait en pointer, avec malice, les limites autant morales que juridiques.

Des fictions qui permettent de mieux penser la réalité

  • 23 Lire à ce propos l’article de Demoures et Monnet (2005).

27Toute science a recours aux fictions pour penser le monde, pour le rendre intelligible. Ainsi, peut « exister » ce qui n’est pas présent, mais est plausible au regard de l’état des connaissances. De Galilée à Einstein, la physique a toujours été friande d’expériences de pensée : que serait le mouvement sans air ? Que ressentirait un observateur en chute libre ? Est-il possible de rattraper un rayon de lumière ? Formalisée en 1905 par Ernst Mach dans son ouvrage La connaissance et l’erreur, l’expérience de pensée23 permet de discuter des versions simplifiées de notre monde (la physique microscopique ignore la gravité, l’espace-temps de la relativité est vide de matière, etc.) ou, au contraire, des versions étendues ou radicalement différentes (la théorie des cordes suppose que notre univers possède plus de trois dimensions spatiales, il est possible de décrire le comportement d’un objet ayant une masse négative, etc.). Lorsque l’esprit peut accepter comme existant une idée ou un modèle nouveaux (politique, physique ou cosmologique), ou plus précisément des constructions intellectuelles qui, au moment de leur formulation, ne sont pas vérifiables par l’expérience ou l’observation directe (par exemple, le Big Bang, les particules subatomiques, etc.), l’expérience de pensée permet d’interroger le réel.

28La science-fiction suit une démarche tout à fait semblable : le temps du récit, elle fait littéralement « exister » dans l’esprit des lecteurs des mondes, des sociétés, des civilisations, des technologies, ou des entités vivantes, momentanément acceptées comme possibles. Cette « suspension d’incrédulité », due au talent des auteurs, ressemble à l’expérience de pensée formulée par un scientifique. On peut donc adhérer à un voyage dans le temps ou à un premier contact extraterrestre, et de là, imaginer leurs conséquences. Ainsi, au-delà des mots de science, la science-fiction peut également véhiculer un discours sur la science, sur sa méthode et sa place. De ce point de vue, la science-fiction peut jouer le rôle d’un vecteur de diffusion de la culture scientifique. Il arrive, enfin, qu’elle s’aventure dans l’invention de nouvelles sciences, voire de nouvelles rationalités. Elle se pare, dans ce cas, d’une charge moins pédagogique et plus critique, plus « savante » en somme, et interroge alors les limites du raisonnement scientifique et des solutions que la science peut apporter à l’humanité dans sa longue et, sans doute éternelle, quête de vérité, sur elle-même comme sur l’univers.

La science-fiction, vecteur de diffusion de la culture scientifique

29L’ambition des auteurs naît d’abord sous la forme d’une revue de vulgarisation scientifique, intitulée Modern Electrics, dirigée par Hugo Gernsback, un Luxembourgeois ayant émigré aux États-Unis. Celui-ci va avoir l’intuition que les merveilles de la science peuvent donner lieu, au-delà d’articles purement techniques et explicatifs, à des récits épiques glorifiant les avancées technologiques du nouveau siècle tout en extrapolant les futurs possibles qu’elles promettent. Pour diffuser ces scientifictions, Gernsback fonde une autre revue qui leur serait entièrement dédiée, et dans laquelle il publierait ses propres textes d’extrapolation. Le premier numéro d’Amazing Stories paraît en avril 1926 et ouvre l’ère des pulps de science-fiction. Ces revues bon marché, qui vont rapidement se multiplier, sont imprimées sur du papier de mauvaise qualité, de la « pulpe » de bois, qui jaunit et s’altère vite, et leurs couvertures, souvent signées Frank R. Paul, sont très suggestives : fusées étincelantes, rayons lasers, planètes en collision, robots et extraterrestres agressifs, et héroïnes dénudées. Les premiers récits mettent en scène des vaisseaux traversant la galaxie, disputant des mondes à des empires maléfiques ; des héros invincibles accompagnés de robots de métal infrangible vont s’y multiplier, au mépris de toute crédibilité scientifique. Le choix du terme de « space-opera » pour les désigner est très révélateur : construit à partir de celui de « soap-opera » désignant les séries populaires radiophoniques, puis télévisuelles, bâties sur une intrigue à rebondissements, extrêmement mélodramatiques. Beaucoup d’épopée, donc, et peu de science.

30Pourtant des éclats de culture scientifique surnagent dans ce torrent d’absurdités. L’un des auteurs les plus en vogue de ces débuts, Edward Elmer Smith, surnommé « Doc », est titulaire d’un doctorat de chimie de l’université de Columbia. Dans son roman Triplanétaire (1934), soixante ans avant la découverte de la première exoplanète, « Doc » Smith tente de justifier « scientifiquement » l’existence d’une pluralité de systèmes solaires :

Voici environ deux milliards d’années, deux galaxies entrèrent en collision, ou plutôt passèrent l’une à travers l’autre. Peu importent cent ou deux cents millions d’années, puisque ce fut à peine le temps nécessaire au déroulement de ce phénomène d’interpénétration. À peu près au même moment, toujours avec la même marge d’erreur […] la majorité des soleils des deux galaxies se trouva dotée de planètes (Smith, 1972).

31Il est amusant de constater la manière dont Smith affecte de partager les scrupules des scientifiques quant à la justesse de la datation, tout en parvenant à livrer un discours cohérent. L’effort d’explication est là, même si on est encore loin de la méthode scientifique.

  • 24 Il a notamment publié la novella (une longue nouvelle) Who goes there? dans sa propre revue en 193 (...)

32Les choses vont changer avec la deuxième génération d’auteurs de pulps. Au début des années 1940, John W. Campbell, lui-même auteur de science-fiction24, fonde la revue Astounding, avec la conviction que la science-fiction est capable de mieux utiliser la science et de ne plus simplement se contenter d’extrapoler les avancées techniques qui en découlent ; qu’elle peut prendre la méthode scientifique à bras-le-corps, et défricher, par la spéculation rationnelle, les véritables champs de l’avenir. Il découvre alors les auteurs qui bâtiront cette nouvelle science-fiction et feront, en retour, la renommée de sa revue.

33Ancien élève de l’Académie navale d’Annapolis, Robert Heinlein est convaincu que la science-fiction peut permettre à la jeunesse américaine de mieux affronter les défis du futur en s’appuyant sur une solide démarche rationnelle. Il livre d’abord, avec l’aide de son éditeur, une magistrale Histoire du futur, qui constitue une propédeutique de l’âge spatial de l’humanité, de la conquête de la Lune jusqu’à l’exploration des mondes lointains. Sa notoriété est immédiate. Il se lance ensuite dans une série de romans pour la jeunesse aux éditions Scribner.

  • 25 Consulter à ce sujet Bellagamba et Picholle (2008 : 159 sqq.).

34Tous les titres de ces romans jouent la carte d’une pédagogie du réel se situant à l’opposé de la première génération des pulps. Heinlein y crée des situations et des outils narratifs qui lui permettent de faire passer son message : pour s’en sortir, sur Terre comme dans l’espace, il faut d’abord réfléchir, puis se retrousser les manches et travailler avec méthode. Ainsi, Citoyen de la galaxie (1957) se révèle être un hommage au Kim de Rudyard Kipling. Heinlein y professe la capacité extraordinaire de l’individu correctement éduqué à triompher de toute forme d’adversité ou de toute difficulté technique. Il est aussi l’un des tout premiers à mettre en scène des femmes scientifiques conjuguant vie professionnelle et libre expression de leur féminité25. Nombreux sont les scientifiques et les astronautes de la NASA qui confessent avoir trouvé leur vocation professionnelle dans les romans de Heinlein.

35Cette dimension pédagogique de la science appliquée à l’exploration spatiale se retrouve aussi dans l’œuvre d’Arthur C. Clarke. Brillant sujet de Sa Majesté, Clarke a traversé tout le xxe siècle. Depuis sa demeure du Sri Lanka, il s’efforce d’intégrer les avancées scientifiques dans ses romans et ses nouvelles et se passionne pour la conquête de l’espace. Dès 1945, il suggère d’utiliser l’orbite géostationnaire pour y placer des satellites de télécommunications : en restant fixes par rapport à la Terre, ils pourraient assurer une couverture communicationnelle mondiale permanente (Clarke, 1945). Sur le moment, cette idée n’est pas sérieusement envisagée. Mais elle devient réalité vingt ans plus tard, le 6 avril 1965, avec le lancement d’Intelsat I, le premier satellite géostationnaire commercial dédié aux télécommunications. Toutefois, c’est surtout sa nouvelle, La Sentinelle (1951), qui marque l’histoire de l’imaginaire spatial en inspirant 2001, l’Odyssée de l’espace (1968), réalisé par Stanley Kubrick en étroite collaboration avec l’auteur. Véritable plongée métaphysique, et révolution esthétique, le film fait aussi le choix de la plausibilité scientifique : qui peut oublier la lente valse silencieuse de l’approche de la station spatiale en rotation sur elle-même pour produire une pesanteur artificielle ? Ou les scaphandres spatiaux si semblables à ceux qui équipèrent les astronautes d’Apollo 11 l’année suivante ?

36Disparu en 2008, Clarke a laissé un testament filmé des plus explicites :

L’âge d’or de l’espace est juste en train de commencer […]. Dans les cinquante prochaines années des milliers de personnages voyageront jusqu’à l’orbite terrestre, puis sur la Lune et au-delà. Le voyage dans l’espace et le tourisme spatial deviendront un jour aussi communs que les vols en avion vers des destinations exotiques le sont aujourd’hui sur notre propre planète26.

Jusqu’aux confins de la démarche scientifique

  • 27 Dans un entretien donné le 25 septembre 1987 à Terry Gross, dans son émission « Fresh Air » de la (...)

37Mêlant psychologie, science cognitive, mathématique et physique statistique, Isaac Asimov définissait lui-même sa « psychohistoire » comme une « science capable de faire des prédictions sur une base probabiliste ou statistique » 27. Chimiste de formation, Asimov savait parfaitement que la physique statistique pouvait décrire avec précision le comportement macroscopique d’un gaz sans pour autant être capable de calculer le détail du mouvement microscopique de chacune de ses particules. La psychohistoire se fonde précisément sur l’idée que des lois statistiques peuvent être appliquées à un vaste groupe d’humains et ainsi permettre de prévoir des comportements d’ensemble bien que l’on ne puisse rien dire sur les comportements individuels.

  • 28 Lire à ce propos le livre de Pablo Jensen (2018).

38Le précurseur de l’utilisation des mathématiques dans le champ social est le Belge Adolphe Quételet, qui entreprit l’ébauche d’une « physique sociale » dans son livre Sur l’Homme et le développement de ses facultés, essai d’une physique sociale (1835). Aujourd’hui, des chercheurs suivent le chemin qu’il ébaucha, en quête des équations capables de rendre compte des comportements d’une foule. La plus récente tentative, et peut-être la plus proche de celle imaginée par Asimov, se nomme sociophysique. Comme la psychohistoire, cette discipline vise à décrire globalement l’évolution d’un groupe social sans traiter en détail les multiples interactions individuelles et, comme son nom l’indique, s’inspire de la physique statistique. Ses détracteurs diront simplement qu’elle ne vaut rien tant la complexité du monde social est supérieure à celle du monde des atomes28.

39Dans le cycle de Fondation, Isaac Asimov s’inspire donc des mathématiques et de l’histoire de Rome et, en particulier, de la chute de l’Empire romain d’Occident, pour mettre en scène l’effondrement de l’empire galactique de Trantor. Grâce à la psychohistoire, le personnage de Hari Seldon peut sauver ce qui doit l’être.

40En dépit de son fondement scientifique « moderne », la psychohistoire reste cependant une science du passé. Cela est dû en grande partie à la source à laquelle s’abreuve l’auteur : l’œuvre de l’historien anglais du xviiie siècle, Edward Gibbon. Dans le premier volume du cycle de Fondation, le psychohistorien Hari Sheldon identifie les causes de la crise de l’empire de Trantor : sa trop grande centralisation, les crises de succession, les complots de cour, et la vulnérabilité face aux menaces extérieures. Edward Gibbon écrit au chapitre IV de son Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain d’Occident, publiée entre 1776 et 1788 :

Sous chaque règne, une foule d’aventuriers accouraient de toutes les provinces dans la capitale […], l’opulente noblesse d’une ville immense, peu avide de gloire militaire, et se livrant bien rarement aux occupations du gouvernement civil […] se livrent sans pudeur aux excès du vice et de l’extravagance.

  • 29 Comme l’écrit Anthony Vallat dans l’essai qu’il consacre à l’œuvre d’Isaac Asimov, « […] si les sc (...)

41Asimov rejoint Gibbon. Sa psychohistoire future naît donc d’une historiographie datée et qui était déjà contestée avant que l’auteur n’écrive la première ligne de son roman, elle n’a donc rien de véritablement scientifique, du moins au regard de la recherche universitaire en histoire du droit. Paradoxalement, le mot demeure, et, qui sait, il pourrait bien faire florès dans un avenir proche, si l’on tient compte de la mode actuelle qui pousse à la modélisation mathématique à partir des données statistiques collectées par les sciences humaines29. De la prédictibilité des mouvements de foule à la mise au point d’un système calculant les probabilités de survenue d’une révolution ou d’une crise politique majeure, il n’y a pas une si grande différence.

  • 30 Van Vogt et Campbell seront, au début, des propagandistes enthousiastes de la sémantique générale (...)

42Le cycle du non-A d’Alfred E. van Vogt, publié dans Astounding entre 1945 et 1948, reste probablement le plus bel exemple de promotion des soi-disant nouvelles sciences humaines. Van Vogt s’inspire des théories « scientifiques » du comte Alfred Korzybski, contenues dans son maître-livre, Science and Sanity, sous-titré Une introduction aux systèmes non-aristotéliciens et à la sémantique générale (1933), qui ont énormément influencé les auteurs américains de l’âge d’or publiant dans Astounding30. Korzybski résume sa démarche dans une formule simple et séduisante : « La carte n’est pas le territoire. » La discipline qu’il fonde est pourtant excessivement aride, puisqu’il s’agit d’« une étude épistémologique des symboles que nous utilisons pour communiquer, et de la façon dont nous les évaluons ». Ici, la langue parfaite est perçue comme un garde-fou nécessaire à une époque d’immenses progrès techniques, pour faire la part entre certitudes scientifiques et hypothèses non démontrées, entre simples préjugés et contraintes irréductibles (qu’elles soient économiques, politiques, sociales ou psychologiques). Elle ouvre la voie à des sciences humaines plus matures. Les héros qui « pensent mieux » à l’aide d’une langue plus efficace ne laissant plus place à l’incompréhension entre les individus.

43Mais Van Vogt conçoit un autre projet que celui de la simple mathématisation de l’homme, celui de voir naître des sciences sociales empiriquement aussi bien fondées que les sciences naturelles. Il crée le « nexialisme », une science de la connaissance totale, née de la symbiose entre les sciences exactes et les sciences humaines dont il fait la clef du futur stellaire de la civilisation humaine. Son projet est similaire à celui d’Asimov.

44La faune de l’espace de Van Vogt, recueil de plusieurs nouvelles, dont la première, The Black Destroyer, paraît dans Astounding en juillet 1939, narre les tribulations d’un équipage de scientifiques partis explorer l’espace, découvrant des mondes inconnus et affrontant des créatures étranges, souvent intelligentes, qui croisent la route erratique de leur vaisseau (ce sera l’une des sources de la série télévisée Star Trek de Gene Roddenberry). L’ouvrage se fonde sur l’« utopie psychologique » d’une humanité libérée de ses pulsions les plus violentes et de son appétit de colonisation. Mais, au fond, ce nexialisme n’est-il pas la résurgence de l’idéal encyclopédique ? Le rêve d’un esprit humain qui peut embrasser tous les champs du savoir et faire la part de chacun dans la résolution des problèmes qu’il doit affronter ?

45C’est, ici, encore une fois, le retour à un idéal philosophique du xviiie siècle qui, sous la plume de Diderot et de d’Alembert et des quelque 130 contributeurs de l’Encyclopédie, insistait sur la dimension « utile » des connaissances, qu’elles soient relatives aux humains ou à l’univers. Celles-ci étaient considérées comme le moteur du progrès scientifique, autant social que politique et, en définitive, comme la clef du bonheur terrestre, par un habile renversement de la métaphore de l’arbre de la connaissance biblique.

46La maîtrise des liens entre les différents champs du savoir préserve l’esprit de toute forme de dogme et de préjugé. Comme l’écrivaient Diderot et d’Alembert dans leur discours préliminaire aux 18 000 pages et aux 72 000 entrées composant l’Encyclopédie :

[…] trois choses forment l’ordre encyclopédique : le nom de la science à laquelle l’article appartient ; le rang de cette science dans l’arbre ; la liaison de l’article avec d’autres dans la même science ou dans une science différente ; liaison indiquée par les renvois.

En conclusion

  • 31 Conférence du 8 février 1957 à l'University College de Chicago.

47Parce qu’elle s’adresse à un large public, et en particulier aux jeunes, en offrant une évasion littéraire et une remise en cause de certaines certitudes sociologiques autant que scientifiques, la science-fiction est un puissant révélateur de ce qu’une société est susceptible d’accepter comme relevant du « possible » ou du « scientifique » à un moment donné de son existence. Elle est un marqueur de l’avancée ou du recul de la culture scientifique. Elle rappelle à son public quel est le rôle de la science. Pour l’auteur américain Robert A. Heinlein, déjà cité, « au moyen de la science-fiction, l’humanité peut procéder en imagination à des expériences trop dangereuses pour être réalisées dans les faits31 ». Des expériences, en somme, que des scientifiques ne tenteraient pas en laboratoire, pour des considérations de prudence, de moyens ou d’éthique. La science-fiction réaffirme, en nous entraînant de l’autre côté de l’espace-temps, que l’imagination est l’un des plus puissants outils de la recherche.

Haut de page

Bibliographie

Bellagamba, Ugo et Picholle, Éric, 2008, Solutions non satisfaisantes : une anatomie de Robert A. Heinlein, Lyon, Les Moutons électriques.

Bennett, Charles, 1993 [1895-1899], « Teleporting an unknown quantum state via dual classic and Einstein Podolsky Rosen channels », Physical Review Letters, no 70.

Blanquet, Estelle et Picholle, Éric (dir.), 2011, Sciences et fictions à l’école : un outil transdisciplinaire pour l’investigation ?, actes des premières Journées Enseignement & Science-fiction de l’IUFM de Nice Célestin Freinet, 29-30 octobre 2010, Villefranche-sur-Mer, Éditions du Somnium.

Bouwmeester, Dik et al., 1997, « Experimental quantum teleportation », Nature, no 390, p. 575–579.

Cayley, Arthur, 1870, « Memoir on Abstract Geometry », The Collected Mathematical Papers of Arthur Cayley, vol. VI, no 413, p. 456-469.

Clarke, Arthur C., 1945, « Extraterrestrial relays », Wireless World, vol. LI, no 305-308, octobre.

Demoures, François-Xavier et Monnet, Éric, 2005, « Le monde à l’épreuve de l’imagination. Sur l’expérimentation mentale », Tracés. Revue de sciences humaines [en ligne], no 9 : <https://journals.openedition.org/traces/177>.

Jensen, Pablo, 2018, Pourquoi la société ne se laisse pas mettre en équations, Paris, Seuil.

Kipling, Rudyard, 2009, Sans fil et autres récits de science-fiction, Villefranche-sur-Mer, Éditions du Somnium.

Rosny aîné, J. H., 1927, Les Navigateurs de l’infini, Paris, La nouvelle revue critique, 5e édition.

Rosny aîné, J.-H., 1960, Les Navigateurs de l’infini (incluant Les Astronautes), Paris, Hachette.

Smith, Edward Ellmer, 1972 [1934], Triplanétaire, traduit de l’anglais par Richard Chomet, Paris, Albin Michel.

Vallat, Anthony, 2014, Utopie et raison dans le cycle de Fondation d’Isaac Asimov, Chambéry, ActuSF, édition numérique.

Varnoteaux, Philippe, 2017, « Le mot “astronautique” a 90 ans », Air & Cosmos, 26 décembre : <http://www.air-cosmos.com/le-mot-astronautique-a-90-ans-105069>.

Wiener, Norbert, 1948, Cybernetics or Control and Communication in the Animal and the Machine, Cambridge, MIT Press.

Haut de page

Notes

1 Pour une version française, assortie d’un cahier critique, consulter Kipling (2009).

2 Consulter à ce sujet les travaux dirigés par Estelle Blanquet, maîtresse de conférences en didactique à l’ESPE de Bordeaux et, en particulier, Blanquet et Picholle (2011).

3 Dans une conférence prononcée le 8 février 1957 à l’université de Chicago. Consulter, à ce sujet, Bellagamba et Picholle (2008 : 443).

4 Il s’agit du vol expérimental réussi le 6 février 2018 du lanceur Falcon Heavy, de la société SpaceX d’Elon Musk, qui contenait un roadster Tesla en guise de charge utile.

5 La même année est créée à Wroclaw la Verein für Raumschiffahrt (Société pour la navigation spatiale) par Johannes Winkler, à laquelle adhèrent entre autres Hermann Oberth, Wernher von Braun, Max Valier et Willy Ley.

6 Extrait d’un entretien télévisé diffusé le 14 mai 1959 en hommage à Robert Esnault-Pelterie et visible sur le site de l’Institut national de l’audiovisuel : <http://www.ina.fr/video/CPF08008603>.

7 Le mot apparaît dès les années 1930 dans les pulps sous les plumes de Jack Williamson, E. E. « Doc » Smith, etc. John W. Campbell, directeur de la revue Astounding, aurait été le premier à l’utiliser dans sa nouvelle Islands in space, parue dans Amazing Stories Quarterly, en 1931.

8 Ainsi, l’espace-temps des physiciens est un hyperespace à quatre dimensions.

9 En 1935, Albert Einstein et Nathan Rosen découvrent que les équations de la relativité générale ont des solutions connectant deux régions de l’espace-temps éloignées l’une de l’autre, une manière de raccourci spatio-temporel. On nomma ces singularités les « ponts d’Einstein-Rosen ». Dans les années 1960, le physicien John A. Wheeler les appelle « trous de ver », par analogie avec les tunnels que creusent les lombrics dans le sol.

10 Deux points qui semblent éloignés dans notre univers à trois dimensions spatiales peuvent être reliés par un chemin beaucoup plus court dans un hyperespace contenant notre univers et ayant plus de trois dimensions.

11 C’est Josef Čapek, frère de Karel, peintre et écrivain, qui est l’inventeur du mot robot : <https://czechfriends.net/images/RobotsMargoliusJul2017.pdf>.

12 Voir la rubrique « Dérivés » de la page consacrée au mot « robot » de l’encyclopédie en ligne Wikipédia : https://fr.wiktionary.org/wiki/robot>.

13 La nouvelle est disponible à l’adresse suivante : <http://www.infinityplus.co.uk/stories/cpunk.htm> ; Bruce Bethke a également publié un texte intitulé The Etymology of « Cyberpunk », disponible à l’adresse suivante : <http://www.textfiles.com/russian/cyberlib.narod.ru/lib/critica/bet_c0.html> (consulté le 14 mai 2018).

14 Le Wiktionary recense 453 mots anglais ayant le préfixe cyber. La liste est disponible à l’adresse suivante : <https://en.wiktionary.org/wiki/Category:English_words_prefixed_with_cyber->.

15 « Mostly in this book I shall specialize upon indications that there exists a transportory force that I shall called Teleportation. » Lo!, partie 1, chapitre 2, p. 27 de la version en ligne : <http://www.resologist.net/lo102.htm>.

16 Dans le roman Crépuscule d’acier de Charles Stross, les protagonistes utilisent largement la téléportation quantique pour communiquer entre une planète et un vaisseau interstellaire.

17 Un état intriqué est un système quantique constitué de deux objets qui ne peuvent être décrits que globalement, sans que l’on puisse séparer l’un de l’autre, et ce bien qu’ils puissent être spatialement séparés.

18 Ce projet est sans doute impossible à réaliser, car un être humain contient une quantité considérable d’atomes dont il faudrait téléporter les états. Une fois l’information transmise, un clone humain serait reproduit avec exactement le même physique que la personne téléportée… qui s’en trouverait donc détruite. Difficile à admettre, surtout lorsqu’on en vient à se demander si le clone aura les mêmes souvenirs, la même personnalité, etc.

19 Cette idée d’une intelligence artificielle n’est pas nouvelle et remonte, par exemple, au livre d’Edward Page Mitchell intitulé L’homme le plus doué du monde. L’originalité de la proposition de Vinge est de théoriser la possibilité d’un remplacement des humains par une de leurs créations.

20 À la fin du xixe siècle, les physiciens cherchent à décrire le rayonnement lumineux d’un corps chauffé. L’une des formules proposées, satisfaisante dans le domaine infrarouge, conduit à un rayonnement lumineux infini si elle est appliquée au-delà du domaine des ultraviolets. Le physicien Paul Ehrenfest appelle cette difficulté théorique « catastrophe ultraviolette ». Elle est résolue en 1900 par Max Planck qui suppose que les échanges entre lumière et matière sont quantifiés.

21 Ernest Rutherford bâtit le premier modèle d’atome en considérant que sa masse se trouve concentrée dans un noyau minuscule autour duquel orbitent des électrons. Mais, selon les lois de la physique classique, les électrons auraient alors dû perdre de l’énergie en rayonnant des ondes électromagnétiques, provoquant ainsi l’effondrement de l’atome. Le modèle de Rutherford ne rendant pas compte de la stabilité des atomes, Niels Bohr se tourne vers la physique quantique naissante pour construire un modèle d’atome en accord avec les observations.

22 Fondée en 2008, la Singularity University est un think tank privé offrant à la fois des programmes éducatifs et un incubateur d’entreprises. Elle est notamment financée par Google.

23 Lire à ce propos l’article de Demoures et Monnet (2005).

24 Il a notamment publié la novella (une longue nouvelle) Who goes there? dans sa propre revue en 1938 ; elle sera adaptée plusieurs fois au cinéma, notamment par John Carpenter, sous le titre The Thing.

25 Consulter à ce sujet Bellagamba et Picholle (2008 : 159 sqq.).

26 <https://youtu.be/3qLdeEjdbWE>.

27 Dans un entretien donné le 25 septembre 1987 à Terry Gross, dans son émission « Fresh Air » de la National Public Radio : <http://movies2.nytimes.com/books/97/03/23/lifetimes/asimov.html>.

28 Lire à ce propos le livre de Pablo Jensen (2018).

29 Comme l’écrit Anthony Vallat dans l’essai qu’il consacre à l’œuvre d’Isaac Asimov, « […] si les sciences sociales parvenaient à comprendre et décrire avec suffisamment d’acuité la complexité des sociétés, l’humanité disposerait d’outils pour un développement harmonieux, et peut-être éviterait-elle guerres, famines, émeutes, dictatures […] Asimov a fait de ce rêve le cœur du cycle de Fondation. La psychohistoire a pour vocation de décrire et de prédire le plus précisément possible l’évolution d’une société, en calculant les probabilités qu’ont les différents avenirs de se réaliser. Le cycle de Fondation raconte le développement et la fortune de cette science, sa capacité à conduire l’humanité vers une forme d’utopie, et les obstacles épistémologiques, éthiques et philosophiques qu’elle rencontre. La psychohistoire est la science médiatrice idéale qui doit permettre aux hommes de contrôler enfin la civilisation et de l’obliger à être utopique » (Vallat, 2014).

30 Van Vogt et Campbell seront, au début, des propagandistes enthousiastes de la sémantique générale de Korzybski. Si cette hypothèse eut plus tard des répercussions sur la psychologie de la Gestalt, la programmation neurolinguistique ou les écrits de Michel Houellebecq, elle n’en a eu strictement aucune en linguistique, à laquelle le mot « sémantique » fait pourtant référence.

31 Conférence du 8 février 1957 à l'University College de Chicago.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ugo Bellagamba et Roland Lehoucq, « Mots et discours de science dans la science-fiction », Socio, 13 | 2019, 23-44.

Référence électronique

Ugo Bellagamba et Roland Lehoucq, « Mots et discours de science dans la science-fiction », Socio [En ligne], 13 | 2019, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio/7555 ; DOI : 10.4000/socio.7555

Haut de page

Auteurs

Ugo Bellagamba

Maître de conférences en histoire du droit et des idées politiques à l’Université Côte d’Azur, Ugo Bellagamba est également auteur de science-fiction, reconnu, notamment, pour ses uchronies.

Roland Lehoucq

Astrophysicien au CEA Paris-Saclay, enseignant à l’université Paris Diderot et à Science Po Le Havre, auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation et directeur de collection, Roland Lehoucq est également président du festival international de science-fiction Les Utopiales à Nantes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals