Navigation – Plan du site

Science-fiction et futurologie de la colonisation martienne

Espaces des possibles, régimes de croyances et entrecroisements
Science Fiction and Futurology of Martian Colonization: Spaces of Possibilities, Systems of Belief and Intersections
Arnaud Saint-Martin
p. 45-69

Résumés

Le thème de la « colonisation » de la planète Mars hante les passionnés de l’espace. Il trouve à s’actualiser dans les récits de science-fiction et de futurologie, lesquels fonctionnent comme autant de signes de référence et d’appartenance au sein de la communauté spatiale. Cet article propose d’étudier comment et pourquoi ces récits sont mobilisés, ainsi que les imaginaires et conceptions des sciences et techniques qu’ils contribuent à véhiculer. Outre cette analyse fondée sur un corpus d’œuvres, on illustrera cette « mise en culture » de l’idée de colonisation de Mars à partir de l’histoire de la Mars Society. La croyance collective dans la transplantation de la vie humaine sur Mars est d’autant plus ancrée chez les « enthousiastes » qu’elle ne cesse pas d’être déçue par les reports du lancement des missions censées réaliser ce projet.

Haut de page

Texte intégral

« Peut-être un jour les hommes ne seront-ils plus intéressés par l’inconnu ni attirés par le mystère. C’est envisageable, mais lorsque l’homme perd sa curiosité, on peut s’attendre à ce qu’il perde du même coup la plupart des autres qualités [things] qui font de lui un être humain. La vieille tradition littéraire des histoires de voyage spatial montre combien cette idée est profondément ancrée dans la nature humaine. Quand bien même aucune bonne raison “scientifique” ne justifierait de voyager vers d’autres planètes, l’homme ne cesserait pas cependant de vouloir s’y rendre. »

  • 1 Traduction par l’auteur du présent article, comme pour toutes les citations suivantes extraites d’ (...)

Arthur C. Clarke, The Promise of Space, New York, Harper & Row, 1968, p. 310-3111.

« Bien sûr, les domaines extraordinairement vastes de la science-fiction et autres littératures populaires ont déjà introduit quelques concepts au sujet de l’espace chez un public assez large, dans notre pays et à l’étranger. Cette littérature et son interprétation par les médias ont néanmoins tendance à être relativement indisciplinées, imaginatives (dans un sens positif et un autre négatif) et, avec quelques exceptions spectaculaires, relativement déconnectées des questions d’ordre sociopolitique. »

William M. Brown et Herman Kahn, Long-Term Prospects for Developments in Space (A Scenario Approach), rapport final, préparé pour la NASA, Hudson Institute, 30 octobre 1977, p. 1.

Astrocultures des futurs spatiaux

  • 2 Pour alléger, nous n’userons pas systématiquement des guillemets dans la suite de l’article, mais, (...)

1Que la science-fiction et l’histoire de la « conquête », de la « colonisation » et/ou de l’« exploration » de l’espace2 soient intimement liées n’étonnera guère. C’est même un lieu commun. En effet, les pionniers de l’astronautique s’appuyèrent sur les récits fantastiques d’écrivains inventifs qui, particulièrement dans la seconde moitié du xixe siècle, anticipèrent des mondes possibles hors de la Terre, à l’image de Jules Verne, dont le roman De la Terre à la Lune (1865) fascina par exemple Konstantin Tsiolkovski et Hermann Oberth (MacDonald, 2017 : 106-107). La planète Mars est alors une destination privilégiée et la matière de projections imaginaires des astronomes et des amateurs de voyages interplanétaires (Lane, 2011). La recherche balistique dans les années 1920-1930, surtout en Allemagne, en URSS ou aux États-Unis, fut l’œuvre d’ingénieurs et de savants réunis dans des associations savantes et/ou amateurs, et tout aussi passionnés par ces perspectives, qui pouvaient trouver matière à rêver dans les récits de science-fiction publiés dans les premiers pulp magazines (Dupas, 1999 : 58-59).

2Après la Seconde Guerre mondiale, les projets d’envoyer des humains conquérir l’espace n’ont jamais semblé autant à portée de fusée. Encore fallait-il que leurs promoteurs en justifiassent l’intérêt sublunaire. C’est pourquoi le recours à la science-fiction de l’espace commença à s’intensifier parmi la communauté des auteurs « astrofuturistes » (De Witt, 2003) : rien de plus évocateur que des vues imaginaires réalistes et des aventures extraordinaires in situ pour donner le goût de l’espace et se rassurer dans l’entre-soi d’une culture partagée. Il s’agissait bien plus que d’une simple instrumentalisation ex post de la part d’ingénieurs cherchant à s’assurer la captation des budgets (d’abord et avant tout militaires) littéralement astronomiques nécessaires au financement de leurs expérimentations techniques, quand bien même cela entrait dans les ressorts d’arrière-plan. Non seulement les écrivains et les artistes de science-fiction furent nombreux à travailler main dans la main avec les responsables des programmes de la recherche sur les lanceurs, à l’exemple de Chesley Bonestell, « peintre spatial » dont les paysages planétaires et les stations orbitales ont été utilisés en particulier pour illustrer les plans d’exploration spatiale de Wernher von Braun – inventeur des V2 et l’un des fondateurs du programme spatial états-unien (Neufeld, 2008) – dans le magazine populaire Collier’s au début des années 1950 (De Smet, 2015) ; mais en plus, certains auteurs, prolixes et visionnaires, s’exprimèrent dans le domaine de la futurologie spatiale, comme ce fut le cas d’Arthur C. Clarke, penseur de l’exploration spatiale et coscénariste de 2001 : l’Odyssée de l’espace (1968) (Freedman, 2015), et de tant d’autres romans et essais. On peut citer, également, l’œuvre foisonnante de l’auteur à succès Willy Ley (Coleman, 2015). Ces réalités culturelles sont bien documentées pour ce qui concerne le domaine de l’astronautique étasunienne, où il s’avéra en pratique indispensable d’incarner la colonisation de l’espace, à l’aide notamment de Walt Disney, producteur de programmes télévisés parmi lesquels l’épisode « Mars and Beyond » (McCurdy, 2011) et de toutes autres sortes de productions de la culture populaire de l’espace (voir Bell et Parker, 2009) ; ça l’est également en ce qui concerne l’URSS, où les récits utopistes de la cosmonautique ne cessèrent pas de mettre en scène l’homo sovieticus propulsé dans le cosmos (Gerovitch, 2015 ; Maurer et al., 2011). Il aura d’abord fallu « vendre » l’intérêt pour l’astronautique et l’« astroculture » (Neufeld, 2018 : 137-168) pour que les publics à concerner finissent par demander la Lune (Kauffman, 1994) – ce qui était très loin d’être consensuel avant juillet 1969 (Launius, 2017) –, puis l’entretenir dans l’après-Apollo, long crépuscule de la culture de la conquête spatiale.

3Cet article propose d’analyser les relations entre science-fiction et futurologie spatiales, soit deux formes discursives, deux sphères d’activité aussi. La futurologie renvoie, ici, à l’ensemble des savoirs scientifiques, techniques et experts qui se rapportent à la projection des activités et technologies spatiales dans l’avenir, proche ou lointain. Cette expertise est la chasse gardée de professionnels du champ de l’astronautique, rattachés à des services spécialisés des agences spatiales, des cabinets de conseil ou de think tanks. Dans la production des futurs et des discours d’anticipation sur l’espace, la futurologie et la prospective constituent un savoir parmi d’autres (citons, entre autres, les études de marché, la recherche sur les « tendances », les études de prévision économique, etc.) dont l’une des finalités est d’aider à la décision et à l’orientation des politiques spatiales au sein des organisations, en particulier dans les agences spatiales gouvernementales comme la NASA, grande consommatrice de rapports commandés à l’industrie de la futurologie. La capacité de projection dans le futur est un réquisit fonctionnel de ces organisations. En effet parce que, d’une part, le management des missions et programmes spatiaux est ainsi établi qu’il engage les équipes et les ressources des années durant (depuis la conception jusqu’à la mise en œuvre opérationnelle). Et d’autre part, les tutelles et alliés des champs bureaucratique et politique contraignent ces mêmes organisations publiques à leur offrir une certaine visibilité dans les choix de programmation à venir – car des dépenses publiques sont en jeu et il s’agit, tant que faire se peut, de rendre des comptes aux citoyen·ne·s-contribuables.

  • 3 Principalement parce que c’est l’un de mes terrains privilégiés, mais aussi parce que l’astronauti (...)

4C’est la construction de cet espace des possibles et les régimes de croyances qu’il nous faudra donc étudier, à partir d’un corpus de références littéraires et d’illustrations empiriques choisies et tirées de l’histoire spatiale états-unienne et de ses évolutions récentes3. Ce corpus n’épuise pas l’ensemble du genre de la science-fiction spatiale, de même qu’il ne surestime pas l’homogénéité du sous-genre de la science-fiction martienne (toutes les anticipations ne se recoupent pas, elles sont parfois dissonantes, véhiculent des valeurs et des visions du monde optimiste ou crépusculaire, etc.) ; il s’agit bien plutôt d’un fragment extrait pour étayer l’interprétation plus générale que je propose. Je m’intéresserai plus spécialement aux divers plans de colonisation de la planète Mars, et montrerai que les usages de la science-fiction et de la futurologie martiennes – ainsi que leur étroite association, le cas échéant – mettent en jeu les conditions d’orientation et de reproduction des structures sociales et cognitives du champ de l’astronautique, tel qu’il s’est stabilisé depuis « l’âge spatial » à partir des années 1950. En d’autres termes, l’analyse visera à replacer science-fiction et futurologie martiennes en tant que productions symboliques mises au service d’organisations établies, qui s’emploient à maintenir l’assurance d’une doxa « martiste ».

  • 4 Parmi ces espaces, « Space’ibles », Observatoire de prospective spatiale mis en place par le Centr (...)

5Cette trame a peu à peu émergé sur mes terrains d’enquête. Dans différents espaces sociaux et sur diverses scènes de la « communauté spatiale » mondiale, en Europe ou aux États-Unis, j’ai eu l’occasion de vérifier in situ la force du tropisme de la science-fiction spatiale. Lors des réunions d’experts de politique spatiale, de prospective ou de management des missions spatiales auxquelles je participe4, il est, par exemple, fréquent et même entendu que des références plus ou moins précises à tel roman du cycle de « Fondation » d’Isaac Asimov ou à tel film à grand spectacle hollywoodien (The Martian, Interstellar, etc.) soient introduites pour étayer une vue de l’esprit, une intuition ou une réflexion. Ces références sont d’autant plus attendues que, dans des proportions non négligeables, les ingénieurs et les scientifiques des agences spatiales font de leurs premières expériences de lecture de science-fiction un déclencheur de leur vocation, en phase avec l’idéologie professionnelle du champ. Les responsables de programmes, les services de relations publiques et de communication de la NASA et les « space advocates » coalisé·e·s dans des groupes de pression de la « politique martienne » (Lambright, 2014) usent tout autant de la science-fiction, dès lors qu’elle sert les intérêts et les ambitions des organisations qui les emploient.

6Sans prétendre un instant à l’exhaustivité dans l’exploration des relations entre science-fiction et futurologie martiennes, je présenterai ici des aspects saillants de leurs usages et de leur entrecroisement. Je proposerai d’abord d’identifier les combinaisons possibles entre ces deux registres énonciatifs et des régimes de croyances qu’ils engagent ; puis je traiterai la question de la prise culturelle de ces discours ; enfin, j’étudierai les conditions d’instanciation de l’enthousiasme martiste au sein de la Mars Society, association particulièrement engagée dans ce domaine. Je mettrai l’emphase sur la production sociale d'une espèce d'illusio – comme « adhésion collective au jeu qui est à la fois cause et effet de l’existence du jeu » (Bourdieu, 1998 : 279) –, dans un champ relativement autonome et différencié depuis son émergence dans les années 1950, plutôt que sur la sociogenèse du genre et des sous-genres de la science-fiction spatiale et des conditions matérielles d’élaboration de titres choisis comme biens symboliques échangés sur un marché déterminé. Pour autant, comme on le remarquera sans peine, les auteurs sont aussi des lecteurs, de même que les productions correspondent à des attentes et à des codes définis par un espace des possibles en matière d’expression et de mise en récit, si bien que l’on ne saurait isoler un pôle de la production dans l’abstraction des usages et modes de réception.

Division du travail de vision martiste

7S’agissant des relations entre science-fiction et futurologie de la colonisation sur Mars, l’espace des répertoires possibles n’est pas illimité. L’on peut en dégager trois à titre exploratoire et commencer ensuite à rendre compte du type de croyances que ces répertoires véhiculent.

  • 5 Parmi les interventions de l’écrivain à la NASA, un poème lu au Jet Propulsion Laboratory (JPL) le (...)

8Une première situation place un écrivain de science-fiction en fabriquant de monde possible, dans le sous-genre du « planet opera » qui fit par exemple la renommée d’Edgar Rice Burroughs via sa série de romans le « Cycle de Mars », ouvert par A Princess of Mars en 1917, ou la réputation d’Isaac Asimov (voir, parmi tant d’autres, sa nouvelle The Martian Way, parue en 1952). Ces récits de fiction et d’anticipation, nombreux dans les années 1950 (entre autres, Marooned on Mars de Lester del Rey [1952] ; Star of Ill-Omen de Dennis Wheatley [1952] ; No Man Friday de Rex Gordon [1956]…), peuvent stimuler après coup l’imagination futurologique. Et parce qu’ils sont mobilisés par les ingénieurs et les scientifiques de l’exploration de Mars, ces auteurs peuvent à l’occasion intervenir dans les débats sur les futurs possibles du spatial, mais en leur qualité d’écrivains de science-fiction : inspirés et visionnaires. C’est le cas de Ray Bradbury, auteur notamment des Chroniques martiennes (1950), ravi d’être enrôlé dans les campagnes de lobbying et de communication publique de la NASA à diverses occasions5. Ces auteurs n’imaginent pas sans puiser dans le réservoir des futurs techniquement recevables : dans la hard science fiction telle qu’elle est désormais définie, la licence poétique est contrainte par la nécessité d’une vraisemblance minimale et d’une connaissance technique des différents aspects de l’exploration interplanétaire, si bien que les lectrices et lecteurs pourront retrouver des digests et des restitutions informées d’ingénierie, de sciences spatiales et de science tout court. Par exemple, la trilogie martienne de Kim Stanley Robinson (Red Mars, Green Mars et Blue Mars, publiés respectivement en 1992, 1993 et 1996) se distingue des récits plus fantaisistes de planet opera par son souci de plausibilité dans les détails relatifs à la colonisation ou au voyage interplanétaire ainsi que par sa recherche de justesse scientifique (Harris-Fain, 2005 : 145-147). Plus tôt, des vues de l’esprit et des concepts techniques d’abord imaginés dans des fictions ont pu être retraduits dans les domaines techniques ; par exemple, Jack Williamson applique le principe de la « terraformation » (terraforming), c’est-à-dire la transformation d’un astre en monde habitable, dans la nouvelle Collision Orbit qu’il fait paraître en 1942 (voir Prantzos, 1998 : 86 sq.), et pose les bases martiennes du « génie planétaire » qui inspire encore aujourd’hui les passionnés de la planète rouge.

  • 6 Pour le dire en quelques mots, les points de Lagrange (L1 à L5) désignent un point d’équilibre dan (...)

9Une deuxième configuration concerne les usages ad hoc de la science-fiction spatiale/planétaire par les ingénieurs et les scientifiques de l’exploration spatiale. Gerard K. O’Neill et son plan d’« humanisation » spatiale dans le best-seller The High Frontier: Human Colonies in Space (1977). Comme l’a suggéré Patrick McCray (2013), l’œuvre futurologique de ce physicien de Princeton le classe parmi les « visionneurs » (« visioneers », c’est-à-dire un savant hybride, visionary et engineer). À la façon de von Braun et son manifeste Mars Project (1953), très austère pour le profane, les recherches d’O’Neill appliquent les connaissances physiques admises dans des scénarios qui se veulent techniquement crédibles, tout en laissant de la marge à des spéculations contrôlées sur les aspects que prendraient ces immenses colonies spatiales (le « cylindre O’Neill »), dont il conçoit les plans et détermine le positionnement sur un point de Lagrange6. O’Neill est par ailleurs passionné par la science-fiction, notamment Islands in the Sky d’Arthur C. Clarke (1952) (McCray, 2013 : 50). Particulièrement influent, le physicien et activiste spatial a inspiré bien d’autres récits de science-fiction, au même titre que Clarke (le concept du cylindre est également appliqué dans Rendezvous with Rama paru en 1973, il est dans l’air depuis le début des années 1950), idées reprises à leur tour dans les plans et les scénarios des ingénieurs et des futurologues. Pour les ingénieurs qui s’essaient à la science-fiction, c’est en tout cas l’occasion de contourner des censures implicites du champ de l’astronautique et de risquer en toute licéité des visions conjecturales. Ces dernières sont également mises en partage au sein de cercles de passionnés du mouvement états-unien « pro-space », au premier rang desquelles la L5 Society fondée par O’Neill, et qui a fédéré des milliers de personnes au cours des années 1980 (Michaud, 1985 : chap. 4).

10Une troisième et dernière configuration, plus rare mais pas moins significative, installe un auteur dans un double registre : écrivain et futurologue. La carrière d’Arthur C. Clarke l’illustre pleinement (Prantzos, 2008). Ses dizaines de romans et de nouvelles ont durablement marqué les amateurs de science-fiction et les enthousiastes de l’exploration spatiale. S’il a contribué également à l’ingénierie et à la futurologie spatiales, imaginant par exemple le concept des satellites artificiels en orbite géostationnaire (ou « orbite Clarke ») ou donnant chair à l’ascenseur spatial dans The Fountains of Paradise (1979), il tenait à marquer la différence entre ces recherches « scientifiques » et ses romans de science-fiction (par exemple, dans Clarke, 1968 : xxi) – même si, s’agissant de ses « enquêtes sur les limites du possible » et de l’avenir, il eut l’occasion de souligner qu’« il est souvent difficile d’établir une distinction entre les “scénarios du futur” élaborés par des organisations telles que l’Institut Hudson […] et les romans de science-fiction » (Clarke, 1987 : 12). Clarke a fait de nombreux émules parmi les auteurs de science-fiction, mais aussi dans la communauté spatiale. Ainsi entre 1989 et 1993, il a cosigné plusieurs suites de Rendezvous with Rama avec Gentry Lee, ingénieur spatial du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, par ailleurs collaborateur de Carl Sagan en 1980 pour la série documentaire télévisée à succès Cosmos.

11Cette alternance dans les registres expressifs s’opère ici au grand jour et participe de l’aura du « visionneur ». Cette dernière figure joue des frontières professionnelles et statutaires sans pour autant les confondre, afin de se rapprocher de l’ultime frontière. Elle peut néanmoins se faire à couvert, c’est-à-dire sous pseudonyme, à la façon de l’ingénieur astronautique G. Harry Stine. Ce dernier a publié de nombreux essais et manifestes en faveur de la colonisation de l’espace, de l’industrialisation de l’espace ou de la technologie des lanceurs, a fondé la National Association for Rocketry en 1957, a créé la première compagnie de modélisme astronautique, etc. En parallèle de ces activités multi-positionnées qui l’ont intronisé comme « pionnier » et interlocuteur autorisé de la space policy dans le champ politique à Washington, Stine fut aussi un auteur prolifique de science-fiction spatiale sous le nom de Lee Corey. Ses romans se veulent réalistes dans la veine de la hard science fiction et sont bien en phase avec l’esprit de conquête et d’aventure de la culture pionnière états-unienne (par exemple, dans Starship Through Space [1954], Contraband Rocket [1955] ou Space Doctors [1981], mais aussi en 1982 un épisode de la série Star Trek: The Original Series, intitulé The Abode of Life), qu’il met en scène dans des essais techniques spéculatifs et visionnaires (par exemple, The Third Industrial Revolution paru en 1975, qui prophétise l’avènement d’un espace conquis par l’économie capitaliste états-unienne).

12Ces différentes configurations supposent une division du travail astrofuturiste, il n’est pas certain que tous les auteurs en approuvent les termes ni la pertinence ; de même les critères de définition et de partage entre les répertoires peuvent-ils se confondre par moments, les essais de futurologie assumant par exemple la dimension fictionnelle et la conjugaison au conditionnel des projections ; mais sur le plan pratique, ces registres expressifs sont régis par des valeurs (cognitives, esthétiques) et des codes de composition spécifiques qui ne se recoupent pas totalement, en relation avec les acteurs du champ éditorial et des marchés du livre, et s’adressent à des publics qui peuvent aussi varier. L’essentiel pour les auteurs, néanmoins, est de parvenir à échafauder une vision et de le faire si possible de manière à « inspirer ».

13Telle qu’elle s’énonce à travers les écrits de la science-fiction spatiale et dans la futurologie, l’activité visionnaire met en jeu des « prises sur le futur » (Chateauraynaud, 2012). Les visionnaires et visionneurs parlent avec aplomb et font montre de volonté, ils enchaînent les énoncés performatifs et les assertions selon le mode de la « pré-vision politique [qui] est, par soi, une pré-diction qui vise à faire advenir ce qu’elle énonce » (Bourdieu, 2001 : 188). Ainsi G. Harry Stine, qui ne craint pas de répéter inlassablement en prologue ou en épilogue de ses essais de futurologie spatiale ce slogan court-circuitant les temporalités : « Nous pouvons le faire. Nous devons le faire. Nous le ferons » (par exemple, dans Stine, 1979 : 217 ; Stine, 1996 : 15). Le futur d’une propension collective est rapatrié dans le présent et autorise les anticipations les plus audacieuses, et peu importe visiblement que les pré-dictions du passé publicisées par Stine soient restées lettre morte.

Usages du futur

14Les prises discursives sur le futur sont modalisées dans la science-fiction martienne sous l’angle du déjà-là et d’un présent dans l’avenir : la planète est habitée, « terraformée », des humains y séjournent de façon pérenne, des histoires peuvent s’y dérouler. Dans la futurologie martienne, les « colonies » sont en revanche de l’ordre de l’anticipation d’un présent non encore advenu et conjectural. Mais qu’il s’agisse de fictions d’intrigues des habitants humains de Mars ou des plans d’implantation des ingénieurs de la NASA ou des entrepreneurs milliardaires et charismatiques du « NewSpace » (Pasco, 2017), Elon Musk en tête, la conviction est publiquement partagée selon laquelle, pour reprendre Arthur C. Clarke,

Mars est la prochaine frontière, ce que l’Ouest sauvage fut, ce que l’Amérique fut il y a 500 ans. […] La curiosité et l’exploration […] sont une caractéristique de la nature humaine. Lorsque nous l’abandonnons, nous ne sommes plus humains. […] Beaucoup de nos problèmes sur Terre ne peuvent être résolus que par la technologie spatiale… La prochaine étape est dans l’espace. C’est inévitable (Arthur C. Clarke, en 1992, cité par Launius et McCurdy, 2001 : 60).

15C’est en ce sens que la science-fiction spatiale – hard ou soft – est un « laboratoire » de l’imagination des futurs possibles (Chateauraynaud et Debaz, 2017 : 173-177) de l’exploration spatiale. Sa mise en relation avec le régime de véridiction futurologique permet d’équiper l’action collective et les perceptions de l’avenir.

16Mais encore les visionneurs et les visionnaires doivent-ils faire en sorte que les « scénarios du futur » puissent « porter » (Chateauraynaud, 2012), c’est-à-dire participer de la structuration et de la définition de la situation : naturaliser, ici et maintenant, l’évidence d’une colonisation prochaine de Mars. Cette capacité transformatrice de l’état présent tendu vers un futur désirable se réalise à travers des épreuves et des interventions publiques, et plus particulièrement des publications de récits de science-fiction et de futurologie. Comme le suggère Ariel Colonomos (2014 : 247), « le marché du futur est aussi un marché de la réputation », où l’autorité des fabricants de futurs est mise à l’épreuve et accréditée par des publics concernés.

17La portée d’un scénario de colonisation martienne se mesure entre autres au nombre d’exemplaires vendus et de reprises et de citations dans d’autres scénarios, fictifs ou classés « non-fiction ». J’ai fait référence à des classiques, qui fonctionnent comme autant de points de repère et de lectures imposées pour quiconque entend participer à ce commerce intellectuel. La moindre des nécessités qui s’imposent dès lors, c’est d’y croire, de croire dans la valeur du voyage interplanétaire, la grandeur de la colonisation de Mars, l’intérêt de devenir une « espèce galactique » enfin sortie de son berceau terrestre – pour reprendre l’image mystique de Constantin Tsiolkovski, l’un des pères de la cosmonautique soviétique. C’est cette doxa que les récits d’anticipation exhalent. Elle sert de liant, d’expédient aussi. Elle lie les passionnés dans le champ de l’astronautique, à sa marge ou à l’extérieur ; elle est manipulée également par les responsables d’organisations qui ont besoin de légitimer la dépense dans les programmes spatiaux. Si la NASA – c’est-à-dire une agence gouvernementale constitutionnellement enjointe à la sobriété dans ses rapports à la religion – a été par exemple si prompte à enrôler la figure populaire d’Arthur C. Clarke dans ses campagnes de communication publique et les diverses commémorations qu’elle s’ingénie à organiser, c’est que l’œuvre de l’écrivain britannique interprète l’exploration de l’espace dans les termes d’une quête de transcendance mystico-apocalyptique de nature à emporter une large adhésion des publics en Amérique (Bjørnvig, 2012). Ces publics sont déjà préparés à l’évidence des thèmes culturels de la frontière, de la « Destinée manifeste », de la wilderness et de l’exceptionnalisme (Rogin, 1998 : 179-203), qui fonctionnent aussi par l’anticipation et l’à-venir. C’est ainsi que, par l’intermédiaire des récits offerts par la science-fiction et la futurologie martiennes, le cercle de la croyance collective se ferme avec profit pour les avocats de la colonisation de l’espace, les relais politiques et les technocrates du programme spatial civil de la NASA (Sage, 2014 : 32-33 ; 72-73). Certes, cette croyance autoréférentielle n’est pas admise ni disséminée de façon univoque et homogène dans l’espace social. Elle s’appuie sur d’autres régimes de croyance, les doctrines religieuses qui s’épanouirent en Amérique notamment, dans lesquelles lato sensu l’on peut ranger l’optimisme et la foi dans la science et la technologie spatiale – si présents dans la science-fiction des années 1950-1960 (Moskowitz, 1967). Dans cet agencement de savoirs sacrés et profanes, Mars est un catalyseur doxique de première importance. Il n’a pas cessé d’exercer une fascination culturelle depuis au moins la seconde moitié du xixe siècle, irriguant l’imagination des futurs, des espoirs et des peurs (Markley, 2005). Cela n’est pas rien et ce n’est pas un hasard si la planète rouge est à ce point une source d’inspiration, par exemple en ce qu’elle active des ressources culturelles et symboliques propres à l’Amérique. Ainsi les Chroniques martiennes de Ray Bradbury sont-elles imprégnées de la mythologie des pionniers et des représentations de la frontière de l’Ouest, dont il fit l’expérience lors de ses séjours de jeunesse à Tucson et dans le Southwest (Abbott, 2005 ; Fain, 2013).

18Toutefois, il ne faudrait pas surestimer la prise culturelle de ces discours, y compris au sein de la communauté spatiale. Si l’on peut repérer des îlots de croyance et d’adhésion, des critiques peuvent être émises par des ingénieurs qui trouveront trop fantaisiste tel ou tel scénario esquissé dans les récits de science-fiction ou de futurologie – martienne et plus généralement spatiale. Les experts de la production savante de scénarios tiennent d’ailleurs à garder une distance avec les auteurs les plus imaginatifs de la science-fiction spatiale. C’est le cas de William M. Brown et Herman Kahn qui, dans un rapport fameux sur le développement de l’industrie spatiale à très long terme commandé par la NASA en 1977 (voir la citation en exergue de l’article), distinguent leur entreprise, fondée sur la science tout court, des aventures divertissantes promises par les romans de space opera.

19Les critiques n’ont pas épargné non plus les promoteurs les plus lus de la colonisation de l’espace, à commencer par O’Neill. Les années qui suivirent la publication de High Frontier, ses utopies grandioses suscitèrent la perplexité voire l’incrédulité d’observateurs. Parmi les griefs, les menaces pour la santé des travailleurs des colonies, la monotonie d’une vie collective confinée dans un habitat vulnérable, une stratification sociale élitiste ou la fragmentation de l’espèce humaine devenue interplanétaire (Baxter, 2016). Cela n’empêche pourtant pas la persistance plus ou moins souterraine de ces thèmes, qui continuent d’influencer l’imagination de la colonisation. Il n’est qu’à citer les récentes communications publiques de Jeff Bezos, patron d’Amazon et de l’entreprise de transport spatial Blue Origin, qui mettent de nouveau sur le devant de la scène les visions d’O’Neill, que Bezos lit avidement depuis son adolescence de « space geek » et dont il s’inspire pour prophétiser l’expansion de l’humanité dans le système solaire (Davenport, 2018).

20Par ailleurs, on pourrait ironiser sur les reports au lancement et les anticipations ayant achoppé dans un passé déjà lointain. Car de la colonisation de Mars, par exemple, il est question depuis le commencement de l’âge spatial, et même bien avant si l’on inclut les récits romanesques du début du xxe siècle. Une caractéristique notable de cette croyance est que celles et ceux qui y adhèrent savent composer avec la déception des renoncements et l’attente d’hypothétiques missions. Ils ne sont d’ailleurs pas représentatifs de l’ensemble des membres de la communauté spatiale. Les vols habités – via la Station spatiale internationale – et l’exploration humaine de la Lune ou de Mars ne font pas l’unanimité au sein de la NASA, dont l’organisation et la structure sociale sont fragmentées en centres relativement autonomes et qui luttent pour l’accès aux ressources et l’orientation des programmes (McCurdy, 1993). Ces perspectives d’exploration humaine de Mars sont même farouchement combattues par des fractions significatives du champ de l’astronautique états-unienne, qui mettent plutôt l’accent sur l’exploration robotique ou bien sur d’autres orientations scientifiques, comme l’astronomie et l’observation spatiale de la Terre. Mais cela contribue in fine à souder les adeptes martistes qui, sentant la défiance, le scepticisme ou l’adversité des non-croyant·e·s, s’emploient à protéger la doxa et, le cas échéant, à négocier des marges de manœuvre dans un souci de (ré)conciliation – par exemple, en prônant l’exploration humaine et robotique d’un même élan.

« Seul sur Mars », et ça repart ?

21S’il a considérablement faibli depuis l’exploit d’Apollo 11, l’engouement continue pourtant de s’observer parmi des communautés d’enthousiastes de la conquête spatiale. Que la perspective d’une mission sans retour vers Mars n’effraie d’ailleurs pas, tout au contraire. Le projet « Mars One », très controversé du fait de son organisation, de son business model (une partie du financement proviendrait d’un programme de « télé-réalité » mettant en scène 24 « colon·ne·s » sélectionné·e·s parmi 200 000 candidat·e·s) et surtout de son irréalisme technique (voir Seedhouse, 2017), a ainsi confirmé de façon spectaculaire la résilience du tropisme martien – jusqu’à la faillite du projet en 2019. Tout comme l’intérêt grandissant pour le projet de « conquête » de Mars de la compagnie SpaceX, en concurrence directe avec celui de la NASA, ce qui ravive l’imagerie sixties de la « course à l’espace ». Mais cet activisme ne se réalise qu’au prix d’une lourde dépense en relations publiques et communication de la NASA, via les programmes éducatifs, la télévision, la muséographie ou les parcs d’attractions (Rosenberg, 2008 : 167-172), ainsi qu’en lobbying à Washington. Les esprits sont néanmoins préparés de longue date. Et pas seulement par les autorités publiques chargées de la préparation des futurs de l’astronautique. Des organisations prennent le relais ou même défient le monopole de l’agence spatiale. C’est le cas de la Mars Society, dont je propose à présent d’étudier les stratégies et les rhétoriques de persuasion pro-martistes.

22Les emprunts répétés à la science-fiction, mais aussi l’entrecroisement permanent de la futurologie et de la science-fiction spatiales, font partie des modes de propagande et de propagation de la bonne parole portée par l’organisation. Les récits de science-fiction participent en outre de la rassurance doxique des croyant·e·s fédéré·e·s autour d’une cause qui les transcende.

  • 7 Un seul exemple : James Heise, qui siège au board of directors du comité de pilotage international (...)

23La Mars Society a été fondée en 1998. Basée dans le Colorado, région forte de l’astronautique états-unienne, elle rend publiques des coalitions plus anciennes, nées dans les années 1980 (à savoir le groupe informel « Mars Underground »), tandis que la « cause de Mars » cédait du terrain au sein de la NASA au lendemain du programme Viking (Lambright, 2014 : 80-81). Elle se présente au premier abord comme une association savante ouverte à toutes les personnes intéressées par la colonisation de Mars, mais sa vocation essentielle est le lobbying et l’advocacy politique, comme d’autres associations plus ou moins équivalentes (la Planetary Society, lancée par Carl Sagan, la National Space Society fondée par von Braun, etc.). On peut y voir aussi une « secte religieuse » (Brunier, 2006 : 254-256 ; 264-267) hantée par la croyance de la grandeur du projet de conquête de la planète rouge. Rapprocher ce projet d’une forme de religion n’est certes pas exagéré, ou à tout le moins caractérise précisément les ressorts de la motivation spirituelle de nombreux membres, et non des moindres7. L’enthousiasme collectif des milliers de membres aux États-Unis et dans les diverses franchises dans le monde – y compris, quoique timidement, en France (voir Heidmann, 2005) – est canalisé par le fondateur et inspirateur de la Mars Society, Robert Zubrin. Ingénieur et infatigable partisan de la cause martiste, il a conçu en 1990 un nouveau plan se voulant réaliste en compagnie de son collègue David Baker chez Martin Marietta, à même de composer avec l’agenda politique (Mars est de nouveau à l’ordre du jour au tournant des années 1990) et les contraintes budgétaires (l’argent fait néanmoins défaut pour un programme de l’envergure d’Apollo).

24Résumé en 1996 dans The Case for Mars, le plan « Mars Direct » propose initialement d’envoyer deux missions à partir de 2005 : une première emportant le matériel et les matériaux nécessaires à l’implantation (avec retour sur Terre, au moyen d’une énergie générée sur Mars) ; une seconde qui consiste en un équipage de quatre « véritables hommes et femmes de la Renaissance » transporté vers Mars à bord du Beagle afin d’amorcer la colonisation en 2007 sur la première base établie à distance, que compléteraient de nouvelles missions au cours de la décennie suivante. Les coûts en seraient drastiquement limités : 30 milliards de dollars, ce qui représenterait une fraction dérisoire du budget fédéral des États-Unis selon Zubrin. Préfacé par l’inévitable Arthur C. Clarke, l’ouvrage est un digest grand public ; il combine astucieusement une histoire longue et didactique de l’exploration robotique de Mars, des mises au point planétologiques, une vulgarisation de la conception et du fonctionnement des technologies spatiales, les plans d’architecture de la colonie ainsi que des spéculations sur le type de « Nouveau Monde » que les « Martiens » pourraient installer sur place. C’est un best-seller et en quelque sorte le manifeste de la Mars Society.

  • 8 À l’occasion, il rappelle ses sources d’inspiration, en particulier les romans de Robert A. Heinle (...)

25Zubrin se donne les moyens de faire porter ses idées. Il les présente aux responsables de la NASA et, proche du parti républicain dans les années 1990, parvient à s’assurer le soutien de leaders du parti à Washington. Son discours résonne parce qu’il propose une fiction plausible qui ne peut que concerner le lectorat états-unien auquel il s’adresse en priorité. Comme le souligne Yannick Rumpala, la science-fiction peut s’apparenter à un « réservoir d’expériences de pensée » (Rumpala, 2018 : 82), de véhicule à l’élaboration d’hypothèses et de plans certes fictionnels mais transposables dans le registre énonciatif de la futurologie. S’agissant du plan Mars Direct, ce sont les conditions pratiques de l’expédition vers la planète rouge, puis les modes d’implantation qui sont, en amont, extrapolés d’aventures fictionnelles et de l’imagination politique d’un fabricant d’utopie martienne8. Zubrin ne fait pas dans la demi-mesure lorsqu’il réactive l’imagination communautaire de la « civilisation américaine du xxsiècle » et le mana de la « frontière » de Frederick J. Turner pour penser les qualités désirables de sa continuatrice qui renaîtrait sur Mars comme « frontière extraterrestre » (Bennett, 2010 ; 129-132 ; McCurdy, 2011, 154-180) : ainsi, « une société [de la] frontière [frontier society] fondée sur l’excellence technologique, le pragmatisme et composée de membres librement choisis pour leur motivation personnelle sera un foyer d’invention, et ces inventions ne serviraient pas seulement les besoins de Mars mais également ceux de la population terrienne » (Zubrin, 2011 : 253). Cette « société humaniste » et « ouverte » aurait terrassé « l’oligarchie » et croîtrait dans l’oubli des idéologies funestes qui, à l’instar du malthusianisme, de la hantise du risque et des doctrines de la limite, brideraient la liberté dont l’Amérique, on l’aura compris, serait la protectrice (ibid. : 331). Ce discours patriotique et enchanteur, qui renoue avec la tradition lyrique de la frontière américanisée et l’allie au projet d’étendre à l’espace un nouvel esprit du capitalisme, agressif, hégémonique et obsédé par la high-tech (Dickens et Ormrod, 2007 : 164), est écouté parce que Zubrin use d’un langage direct qui tranche avec les circonvolutions de la space policy à Washington. Mars est un but, c’est même le but, atteignable de surcroît, et Zubrin s’emploie non seulement à en préciser le chemin, mais aussi à expliquer pourquoi c’est la destinée (manifeste) d’une classe choisie d’intrépides Lewis et Clark martiens vouée à la « vraie religion américaine » de la frontière (Leauthier, 2001).

26La colonie n’est pas établie en 2007, la mission représente en elle-même un défi technologique et un danger humain prompts à susciter l’indécision (Ammar-Israël et Fellous, 2011 : 259-263), mais les martistes ne perdent pas espoir et d’autres scénarios du futur de la colonisation sont avancés, révisant de façon plus ou moins critique le plan Mars Direct (par exemple, Genta et Rycroft, 2003 : 227-255). Malgré d’inévitables questions techniques, politiques ou éthiques, la conviction que ces projets se réaliseront est partagée. Que ce soit dans la futurologie ou dans la science-fiction martiennes, l’optimisme l’emporte : la terraformation, par exemple, relève d’une ingénierie planétaire à la portée des penseurs de la colonisation, qui soulignent à l’envi que le précédent de la planète Terre « terraformée » par les humains – cf. le changement climatique d’origine anthropique – démontrerait cette capacité collective de maîtrise de la nature. La seconde édition de The Case for Mars parue en 2011 actualise la séquence d’exploration initiale (2020 puis 2023).

  • 9 Ces rencontres mériteraient en soi un développement. Le coût de l’adhésion étant modique, l’on y c (...)
  • 10 La quatrième de couverture compte des blurbs de prestige : Kim Stanley Robinson, Buzz Aldrin, Carl (...)

27Entre-temps, Zubrin et les activistes et adeptes de la Mars Society se sont dépensés chaque année lors de la grande conférence pour discuter le plan et ses (non-)avancées9, des bases « analogues » au projet de base sur Mars ont été installées, notamment dans le désert de l’Utah – Mars sur terre –, en sorte que les futur·e·s colon·ne·s puissent s’entraîner dans des conditions « quasi martiennes ». Les astronautes vétérans ne se font pas prier non plus pour prêcher la « Nouvelle Frontière », à l’instar de Buzz Aldrin, dont la « vision » autorisée d’insider de premier plan rejoint sensiblement celle de Zubrin (Aldrin, 2013 : 183-187). Ce dernier, dans l’intervalle, s’est littéralement démultiplié dans son entrepreneuriat de la cause martiste. Il publie en 2001 First Landing, roman de science-fiction (publié chez la prestigieuse maison de SF Ace Books) qui reprend la trame de Mars Direct et incarne le sujet10. Il intervient dans le débat public, affiche des positions de plus en plus libertariennes depuis les années 2010, fait montre de scepticisme à l’égard de « l’idéologie anti-humaniste » et « totalitaire » qui entend limiter l’expansion de la liberté et de l’esprit d’invention au nom de la lutte mortifère contre le changement climatique et son « culte de masse » (Zubrin, 2012b). Ce qui est intéressant pour notre propos, c’est que The Case for Mars circule en dehors des professionnel·le·s de l’astronautique et de la Mars Society. Les droits sont rachetés par Disney et Brian De Palma en réalise l’adaptation sous le titre Mission to Mars (2000). Pour Zubrin, consulté pour le scénario et la réalisation, ce fut un levier inespéré de lobbying et l’occasion d’enregistrer de nouvelles adhésions (Kirby, 2010 : 215-216).

28La science-fiction et la futurologie martiennes entrent ainsi en intersection, l’une nourrissant l’autre. Ce que l’on constate de nouveau en 2014 à la sortie « papier » du roman d’abord électronique d’Andy Weir, The Martian, et tout autant lorsque Ridley Scott l’adapte au cinéma en 2015. Le récit de Weir se veut réaliste, il brouille les frontières entre la hard science fiction, le roman d’aventures et la trame d’un ouvrage de vulgarisation astronautique. L’essentiel des commentaires sur l’œuvre se focalise sur la crédibilité technique et scientifique de tels ou tels aspects de l’histoire (la tempête, la terraformation improvisée, etc.) de cet astronaute états-unien enjoint à rejouer Robinson Crusoé sur Mars. Les thèmes chers au futurisme martien depuis von Braun y sont instanciés, en plus du culte de « l’étoffe des héros », et l’ensemble des avocats de la cause martiste d’emboîter le pas dans le concert des louanges vu l’immense succès du film. Zubrin, notamment, met en valeur le « message positif » d’un film qui rappelle, comme il le martèle dans tous ses essais, que la conquête de Mars ne tient qu’à une question de « volonté » (Zubrin, 2015). Or de volonté, la principale agence chargée de maîtriser la planification du futur de l’exploration spatiale manquerait cruellement. À tout le moins, c’est l’impression publique que donne la NASA, coincée dans d’interminables crises de leadership conduisant à un flottement politique dans le choix des orientations programmatiques depuis des décennies. The Martian tombe à point nommé : ainsi les responsables et porte-parole de la NASA ne tardent pas à s’approprier le « message » qu’elles et ils extrapolent du film, pour l’adapter à un grand récit du voyage vers Mars sous le sceau de la NASA et, surtout, pour le confronter aux réalités dirimantes (Hubbard et Logsdon, 2015) de l’intendance politique des programmes de big science administrés par cette bureaucratie à l’organisation engourdie (McCurdy, 1993) que les francs-tireurs ne se lassent pas de critiquer (par exemple, Zubrin, 2012a).

29Les fictions de Zubrin et des convaincu·e·s de la Mars Society se heurtant à l’inertie de la machinerie politique de la NASA (Kay, 2005 : 170-171), c’est aujourd’hui un « changement de paradigme » que promeuvent les entrepreneurs milliardaires du « NewSpace », en particulier Jeff Bezos (Blue Origin) et Elon Musk. Ce dernier s’était rapproché de la Mars Society avant la création de sa start-up SpaceX en 2002, alors qu’il s’apprêtait à investir dans les affaires spatiales (Vance, 2016 : 99-102). L’un comme l’autre ont dévoré Red Mars de Kim Stanley Robinson, « le genre d’œuvre littéraire qui donne l’impression que l’impossible est sur le point d’arriver » (Fernholz, 2018 : 46), c’est-à-dire le scénario « vraisemblable » de l’implantation d’un Nouveau Monde martien. La science-fiction est une partie essentielle de la communication du visionneur Musk et de SpaceX. Parmi les références pour initié·e·s, Musk autorise une association à installer une sauvegarde du cycle de « Fondation » à bord de la Tesla envoyée dans l’espace à l’occasion du vol inaugural du lanceur Falcon Heavy (Saint-Martin, 2018). La conversation frénétique accompagne le développement de la compagnie. Dans ses plans de colonisation de Mars à moyen terme, cette dernière retrouve le lieu commun qui consiste à chercher l’influence de la science-fiction dans ces plans ou dans les projections personnelles de Musk. Quoi qu’il en soit de ces recoupements et spéculations, il n’est plus si sûr que le futur appartienne exclusivement aux agences spatiales. Cela concerne en particulier la NASA, forcée de se caler sur le tempo sans doute très optimiste que s’impose SpaceX.

***

30Si l’on peut identifier des registres d’intervention dans la fabrique des futurs martiens (cf. les trois registres énonciatifs), on aura compris que les circulations, les entrecroisements et aussi les hybridations sont – selon des modalités particulières – tellement structurantes que les contenus résistent à l’assignation de genre littéraire. Les transports de l’imagination pro-martiste, via des polygraphes aussi énergiques et persévérants que Robert Zubrin, l’attestent subtilement. L’on passe de la science-fiction à la fiction de colonisation, de formes de colonisation de l’esprit par les techniques de fabrication des futurs au divertissement de la « nouvelle course à l’espace », en passant par la planification experte des étapes de la terraformation à l'horizon 2030, jusqu’à la spéculation sur les modes d’habitation d’une planète non plus à conquérir mais à exploiter, et retour(s). Les frontières se brouillent d’autant plus que ces messages édifiants alternent entre les cadres de référence et de publicisation.

  • 11 Voir, autre exemple de ces circulations inter-médiatiques, la série télévisée Mars produite par la (...)

31Publications sérieuses ou ludiques, conférences en vase clos ou à l’adresse des profanes, documentaires pour la télévision11, films pour lesquels la NASA ou les membres de la Mars Society sont consultés, expositions et collection permanentes dans les musées, attractions dans les parcs : tout est bon pour maintenir la croyance et convertir les plus jeunes, la régénération des adeptes étant vécue par les avocats martistes comme critique car l’avènement d’une espèce humaine galactique s’inscrirait dans le temps long. En sorte que l’on peut faire l’hypothèse, à la suite de Lévi-Strauss réinterprétant Mauss, que Mars s’instille dans une multitude de récits, d’extrapolations et de représentations fantasmatiques à la façon d’un « signifiant flottant », un « surplus de signification » qui excède les seuls faits établis par la planétologie ou l’astronautique. L’intertexte martiste convoque une entité physique par ailleurs sursignifiée. Ces productions symboliques traversent le champ de l’astronautique et c’est bien là le but et le principe de leur efficacité symbolique. Qu’elles rassurent ne fait pas de doute, cela s’observe sur le terrain des grands-messes de la Mars Society où les enthousiastes se lient de bonne foi dans la culture et la doxa pro-Mars, et s’efforcent ainsi d’en préserver la magie. Ils le font contre l’incrédulité des adversaires de la colonisation de Mars et dans la contradiction des arguments rationnels opposés aux plans de « conquête ». C’est aussi parce que aucun·e astronaute n’a (encore) été envoyé·e sur Mars et qu’aucune contradiction de première main n’a été apportée pour démentir l’enthousiasme martiste que l’hypothèse d’une colonisation tient en haleine et rassure celles et ceux qui continuent d’y croire. En l’absence d’une expérience humaine de la vie sur Mars, il demeurerait donc une marge pour la spéculation. Que la science-fiction autant que la futurologie martiennes aident à inspirer : pour aujourd’hui et/ou aussi pour demain et après-demain.

Haut de page

Bibliographie

Abbott, Carl, 2005, « Homesteading on the extraterrestrial frontier », Science Fiction Studies, vol. 32, no 2, p. 240-264.

Aldrin, Buzz, 2013, Mission to Mars: My Vision for Space Exploration, Washington, National Geographic.

Ammar-Israël, Arlène et Fellous, Jean-Louis, 2011, L’exploration spatiale. Au carrefour de la science et de la politique, Paris, CNRS Éditions.

Baxter, Stephen, 2016, « Dreams and nightmares of the high frontier: The response of science fiction to Gerard K. O’Neill’s The High Frontier », dans James S. J. Schwartz et Tony Milligan (éd.), The Ethics of Space Exploration, Zurich, Springer, p. 15-30.

Bell, Martin et Parker, Martin (éd.), 2009, Space Travel and Culture: From Apollo to Space Tourism, Bognor Regis, Wiley-Blackwell.

Bennett, James, 2010, The Doomsday Lobby: Hype and Panic from Sputniks, Martians, and Marauding Meteors, New York, Springer.

Bjørnvig, Thore, 2012, « Transcendence of gravity: Arthur C. Clarke and the apocalypse of weightlessness », dans Alexander C. T. Geppert (éd.), Imagining Outer Space: European Astroculture in the Twentieth Century, Houndmills, Palgrave Macmillan, p. 127-146.

Bourdieu, Pierre, 1998 [1992], Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil.

Bourdieu, Pierre, 2001, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil.

Brunier, Serge, 2006, Impasses de l’espace. À quoi servent les astronautes ?, Paris, Seuil.

Chateauraynaud, Francis, 2012, « Des prises sur le futur. Regard analytique sur l’activité visionnaire », dans Dominique Bourg, Pierre-Benoît Joly et Alain Kaufmann, Du risque à la menace. Penser la catastrophe, Paris, Presses universitaires de France, p. 287-310.

Chateauraynaud, Francis et Debaz, Josquin, 2017, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations, Paris, Pétra.

Clarke, Arthur C., 1968, The Promise of Space, New York, Harper & Row.

Clarke, Arthur C., 1987 [1986], Le 20 juillet 2019. Une journée dans la vie de la planète Terre, Paris, Calmann-Lévy.

Coleman, Anne, 2015, « Willy Ley: Rocket scientist and book collector », dans Niklas Reinke (éd.), History of Rocketry and Astronautics (American Astronautical Society History Series), vol. 43, p. 79-92. 

Colonomos, Ariel, 2014, La politique des oracles. Raconter le futur aujourd’hui, Paris, Albin Michel.

Davenport, Christian, 2018, The Space Barons: Elon Musk, Jeff Bezos, and the Quest to Colonize the Cosmos, New York, Public Affairs.

De Smet, Elsa, 2015, « Le paysage spatial : de l’école de Barbizon aux Pulp magazines », ReS Futurae, no 5 : <http://journals.openedition.org/resf/639>.

De Witt, Douglas Kilgore, 2003, Astrofuturism: Science, Race, and Visions of Utopia in Space, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Dickens, Peter et Ormrod, James, 2007, Cosmic Society: Towards a Sociology of the Universe, Abingdon, Routledge.

Dupas, Alain, 1999, L’appel du cosmos. Une autre histoire de l’espace, t. 1, Paris, Gallimard.

Fain, Kimberly, 2013, « Bradbury’s Mars pathway to reinvention and redemption », dans Gloria McMillan (éd.), Orbiting Ray Bradbury’s Mars: Biographical, Anthropological, Literary, Scientific and Other Perspectives, Jefferson, McFarland & Company, p. 117-132.

Fernholz, Tim, 2018, Rocket Billionaires: Elon Musk, Jeff Bezos, and the New Space Race, Boston, Houghton Mifflin Harcourt.

Freedman, Carl, 2015, « 2001, l’Odyssée de l’espace de Kubrick et la possibilité d’un cinéma de science-fiction », ReS Futurae, no 5 : <http://journals.openedition.org/resf/561>.

Genta, Giancarlo et Rycroft, Michael, 2003, Space, the Final Frontier?, Cambridge, Cambridge University Press.

Gerovitch, Slava, 2015, Soviet Space Mythologies: Public Images, Private Memories, and the Making of a Cultural Identity, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press.

Harris-Fain, Darren, 2005, Understanding Contemporary American Science Fiction: The Age of Maturity, 1970-2000, Columbia, University of South Carolina Press.

Heidmann, Richard, 2005, Planète Mars : une attraction irrésistible, Paris, Alvik Éditions.

Hubbard, Scott et Logsdon, John, 2015, « Humans orbiting Mars », Space News, 12 octobre.

Kauffman, James, 1994, Selling Outer Space: Kennedy, the Media, and Funding for Project Apollo, 1961-1963, Tuscaloosa, The University of Alabama Press.

Kay, W. D., 2005, Defining NASA: The Historical Debate Over the Agency’s Mission, Albany, State University of New York.

Kirby, David, 2010, Lab Coats in Hollywood: Science, Scientists, and Cinema, Cambridge, MIT Press.

Lambright, W. Henry, 2014, Why Mars: NASA and the Politics of Space Exploration, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Lane, Maria, 2011, Geographies of Mars: Seeing and Knowing the Red Planet, Chicago, University of Chicago Press.

Launius, Roger, 2017, « NASA’s quest for human spaceflight popular appeal », Social Science Quarterly, vol. 98, no 4, p. 1216-1232.

Launius, Roger, McCurdy, Howard, 2001, Imagining Space: Achievements, Predictions, Possibilities, 1950-2050, San Francisco, Chronicle Books LLC.

Leauthier, Alain, 2001, « Mars ou crève [portrait] », Libération, 16 février.

MacDonald, Alexander, 2017, The Log Space Age: The Economic Origins of Space Exploration from Colonial America to the Cold War, New Haven, Yale University Press.

Markley, Robert, 2005, Dying planet: Mars in Science and the Imagination, Durham, Duke University Press.

Maurer, Eva, Richers, Julia, Rüthers, Monica et Scheide, Carmen (éd.), 2011, Soviet Space Culture: Cosmic Enthusiasm in Socialist Societies, Houndmills, Palgrave Macmillan.

McCray, Patrick, 2013, The Visioneers: How a Group of Elite Scientists Pursued Space Colonies, Nanotechnologies, and a Limitless Future, Princeton, Princeton University Press.

McCurdy, Howard, 1993, Inside NASA: High Technology and Organizational Change in the U.S. Space Program, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

McCurdy, Howard, 2011, Space and the American Imagination, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2de édition.

Michaud, Michael, 1985, Reaching for the High Frontier: The American Pro-Space Movement, 1972-84, New York, Praeger.

Moskowitz, Sam, 1967, « Space, God, and science fiction », dans Arthur C. Clarke (éd.), The Coming of the Space Age, New York, Meredith Press, 1967, p. 280-293.

Neufeld, Michael J, 2008, Von Braun: Dreamer of Space, Engineer of War, New York, Vintage Books.

Neufeld, Michael J., 2018, Spaceflight, Cambridge, The MIT Press.

Olivier, Kendrick, 2013, To Touch the Face of God: The Sacred, the Profane, and the American Space Program, 1957-1975, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Pasco, Xavier, 2017, Le nouvel âge spatial. De la Guerre froide au New Space, Paris, CNRS Éditions.

Powell, Kendal, 2005, « Mars Society », Nature [en ligne], 12 août.  

Prantzos, Nicolas, 1998, Voyages dans le futur. L’aventure cosmique de l’humanité, Paris, Seuil.

Prantzos, Nicolas, 2008, « Arthur C. Clarke, prophète de l’ère spatiale », Alliage, no 63, p. 42-52.

Riesman, Abraham, 2013, « Meet the Right-Wing Mars Guru », Motherboard.vice.com [en ligne], 21 février.

Rogin, Michael, 1998 [1987], Les Démons de l’Amérique. Essais d’histoire politique des États-Unis, Paris, Seuil.

Rosenberg, Emily, 2008, « Far out: The space age in American culture », dans Steven J. Dick (éd.), Remembering the Space Age, Washington, NASA, p. 157-184.

Rumpala, Yannick, 2018, Hors des décombres du monde. Écologie, science-fiction et éthique du futur, Ceyzérieu, Champ Vallon.

Sage, Daniel, 2014, How Outer Space Made America: Geography, Organization and the Cosmic Sublime, Farnham, Ashgate.

Saint-Martin, Arnaud, 2018, « Falcon Heavy, plus qu’une curiosité spatiale », AOC, 14 février : <https://aoc.media/analyse/2018/02/14/falcon-heavy-plus-quune-curiosite-spatiale/>.

Seedhouse, Erik, 2017, Mars One: The Ultimate Reality TV Show?, Chichester, Springer Praxis Books.

Stine, G. Harry, 1979 [1975], The Third Industrial Revolution, New York, Ace Books.

Stine, G. Harry, 1996, Halfway to Anywhere: Achieving Americas’s Destiny in Space, New York, M. Evans and Company.

Swinerd, Graham, 2008, How Spacecraft Fly: Spaceflight Without Formulae, New York, Copernicus Books/Springer.

Vance, Ashley, 2016 [2015], Elon Musk: How the Billionaire CEO of SpaceX and Tesla is Shaping Our Future, Londres, Virgin Books.

Zubrin, Robert, 2012a, « A space program we can believe in », Space News, 21 mai.

Zubrin, Robert, 2012b, Merchants of Despair: Radical Environmentalists, Criminal Pseudo-Scientists, and the Fatal Cult of Antihumanism, New York, Encounter Books.

Zubrin, Robert, 2015, « How scientifically accurate is the Martian? », The Guardian, 6 octobre.

Zubrin, Robert, avec Wagner, Richard, 2011 [1996], The Case for Mars: The Plan to Settle the Red Planet and Why We Must, New York, The Free Press.

Haut de page

Notes

1 Traduction par l’auteur du présent article, comme pour toutes les citations suivantes extraites d’ouvrages anglophones.

2 Pour alléger, nous n’userons pas systématiquement des guillemets dans la suite de l’article, mais, au moins à la première occurrence, il est nécessaire de signaler la non-évidence de ces termes car ils renvoient à des réalités culturelles particulières, à savoir la culture états-unienne de la « frontière », des pionniers et de l’expansion propre au « Nouveau Monde ».

3 Principalement parce que c’est l’un de mes terrains privilégiés, mais aussi parce que l’astronautique états-unienne (publique et privée) est la plus avancée dans la préparation d’éventuelles missions vers Mars.

4 Parmi ces espaces, « Space’ibles », Observatoire de prospective spatiale mis en place par le Centre national d‘études spatiales (CNES) en 2017, où j’ai l’occasion d’échanger avec des experts de l’agence et des prospectivistes sur le futur de l’industrie spatiale, les énergies de demain, les scénarios d’exploration à l’horizon 2100, etc.

5 Parmi les interventions de l’écrivain à la NASA, un poème lu au Jet Propulsion Laboratory (JPL) le 12 novembre 1971, la veille de la mise en orbite martienne de la sonde Mariner 9 (il était alors accompagné sur scène par Arthur C. Clarke et Carl Sagan) ; une contribution au symposium « Why Man Explores » organisé par le JPL en 1976 (disponible à l’adresse suivante : <https://history.nasa.gov/EP-125/part6.htm>) ; une ultime intervention en 2009, toujours au JPL, à l’occasion du cinquième anniversaire des opérations du rover Opportunity sur la surface de Mars. En août 2012, le centre de la NASA décide de nommer « Bradbury landing » le site d’atterrissage de Curiosity en hommage à l’écrivain qui vient alors de décéder.

6 Pour le dire en quelques mots, les points de Lagrange (L1 à L5) désignent un point d’équilibre dans la dynamique céleste du système Soleil-Terre où les forces gravitationnelles et celles dues à la rotation du système s’annulent, et donc permettent à un engin spatial de s’y maintenir (Swinerd, 2008 : 85-89).

7 Un seul exemple : James Heise, qui siège au board of directors du comité de pilotage international de la Mars Society, est l’un des acteurs les plus opiniâtres de la célébration spirituelle de la « conquête de Mars » ; il est, par ailleurs, évêque du diocèse évangélique luthérien d’Amérique du Nord. Ses nombreuses interventions lors des congrès annuels de l’association mais aussi ses ouvrages (par exemple, Civilization and the New Frontier: Reflections on Virtue and the Settlement of a New World [2010] ; The Myth of Mars: Imagining the Course of Human Destiny [2015]) abordent les aspects religieux du voyage interplanétaire et de la colonisation de Mars. Les convergences avec l’Intelligent Design étaient également notables au tournant des années 2000. Cette préoccupation religieuse dans la « communauté spatiale » n’est pas nouvelle ni a fortiori surprenante, elle a animé les moments « héroïques » du programme spatial états-unien jusqu’en 1969 (voir Olivier, 2013).

8 À l’occasion, il rappelle ses sources d’inspiration, en particulier les romans de Robert A. Heinlein et d’Arthur C. Clarke (voir Riesman, 2013).

9 Ces rencontres mériteraient en soi un développement. Le coût de l’adhésion étant modique, l’on y croise autant d’étudiant·e·s que d’ingénieur·e·s de la NASA ou de l’industrie privée, et de space advocates, dont l’un des loisirs privilégiés est la science-fiction (voir Powell, 2005).

10 La quatrième de couverture compte des blurbs de prestige : Kim Stanley Robinson, Buzz Aldrin, Carl Sagan, et évidemment Clarke.

11 Voir, autre exemple de ces circulations inter-médiatiques, la série télévisée Mars produite par la chaîne National Geographic, à partir de l’ouvrage How We'll Live on Mars (2015) du journaliste Stephen Petranek. L’auteur considère qu’il ne s’agit pas de faire œuvre de science-fiction mais de livrer des « faits ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Saint-Martin, « Science-fiction et futurologie de la colonisation martienne », Socio, 13 | 2019, 45-69.

Référence électronique

Arnaud Saint-Martin, « Science-fiction et futurologie de la colonisation martienne », Socio [En ligne], 13 | 2019, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio/7681 ; DOI : 10.4000/socio.7681

Haut de page

Auteur

Arnaud Saint-Martin

est chargé de recherche au CNRS, en sociologie des sciences et techniques, et plus particulièrement des activités et technologies spatiales. Il mène actuellement une enquête sur l’émergence du NewSpace. Entre l’Amérique du Nord, l’Europe et bientôt d’autres régions du monde, il étudie les développements de modèles d’organisation privés et d’entrepreneuriat technoscientifique, lesquels promettent une transformation radicale de l’économie politique du spatial. Parmi ses dernières publications, un ouvrage collectif codirigé avec Ivan Sainsaulieu : L’innovation en eaux troubles : science, technique, idéologie (Éditions du Croquant, 2017). Par ailleurs, il codirige la revue d’études des sciences Zilsel. Science, Technique, Société.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals