Skip to navigation – Site map

HomeNuméros13Vérité romanesque et fictions sci...

Vérité romanesque et fictions scientifiques : Philip K. Dick chez les criminologues

Novelistic Truth and Scientific Fictions: Philip K. Dick Among Criminologists
Julien Larregue, William Wannyn and Laurent Dartigues
p. 135-153

Abstracts

This paper investigates scientists’ conceptual borrowings from science fiction through the case of Philip K. Dick’s The Minority Report. In this short story, K. Dick depicts New York City as a crime-free society, thanks to the work of a police division, Precrime, whose function is to arrest criminals-to-be before they actually commit any crime. This writing has spurred academics’ attention, including criminologists and neuroscientists. While some of them propose a utopian reading of K. Dick’s ideas, other accentuate its dystopian dimension, depending on whether they are proponents or critics of the use of predictive methods in the criminal justice system. Moreover, we show that while critics tend to inscribe The Minority Report into a regime of truth that tells something about the current state of our societies, proponents tend to elaborate futuristic visions that come to complement and extend Philip K. Dick’s.

Top of page

Full text

Introduction

1L’histoire de la criminologie, en particulier dans son versant biologisant, a été marquée par le souhait récurrent de prédire les crimes avant qu’ils ne soient commis. Au xixsiècle, le médecin et anthropologue italien Cesare Lombroso avait ainsi défendu l’instauration de mesures de sûreté afin d’écarter du corps social les criminels identifiables à leurs caractéristiques morphologiques, qu’ils aient ou non commis une infraction pénale. Dans le champ criminologique, une tentative récente en ce sens est l’œuvre d’Adrian Raine, professeur de criminologie et de psychiatrie à la prestigieuse University of Pennsylvania, qui, dans son ouvrage The Anatomy of Violence (2013), consacre tout un chapitre à imaginer l’adoption, en 2034, d’une politique pénale reposant sur l’analyse actuarielle de facteurs de risque biologiques et sociaux (Larregue, 2019). Loin d’être purement théorique, ce mouvement est également susceptible de trouver des applications pratiques, depuis la police prédictive (Benbouzid, 2015) jusqu’au neurodroit (Dartigues, 2018).

2Ces idées et pratiques entrent en résonance avec de nombreux écrits de science-fiction et d’anticipation. Dans cet article, nous nous proposons de nous concentrer sur l’un d’entre eux, à savoir la nouvelle The Minority Report de Philip K. Dick (2002 [1956]). Ce faisant, nous chercherons à analyser la façon dont l’idée de prévention, par son caractère abstrait et prophétique, navigue au sein des champs littéraire et scientifique et acquiert des significations différentes selon les contextes d’énonciation. En s’inspirant de la sociologie des sciences, cette approche permettra également de comprendre dans quelle mesure la criminologie biosociale pratiquée par Raine et d’autres chercheurs passe par la maîtrise de registres de discours non scientifiques, tels que l’économie de la promesse. Nous nous inscrivons ainsi dans la lignée de travaux qui ont mis en lumière le rôle des promesses, de l’espoir, des attentes, en un mot du futur, dans la recherche scientifique contemporaine (Jasanoff et Kim, 2015).

  • 1 La recherche a été effectuée le 16 février 2019.
  • 2 « L’étude du risque, de l’incertitude, de la précaution et de la sécurité ». Traduction des auteur (...)

3Nous mettrons ici en parallèle le récit de The Minority Report et la littérature scientifique qui s’en inspire de façon plus ou moins visible. Le concept de précrime – nom de l’agence de prévention du crime fondée par le personnage principal de la nouvelle de Philip K. Dick – a en effet été importé au sein du champ scientifique depuis la fin des années 2000. Une recherche bibliométrique effectuée à partir de la base de données du Web of Science permet par exemple d’identifier 49 articles publiés depuis 2007 qui contiennent le terme « precrime » ou « pre-crime » dans leurs titre, résumé ou mots-clés, principalement dans des revues de criminologie1. Dans un article fondateur, la juriste britannique Lucia Zedner définit ainsi le concept de précrime comme « the study of risk, uncertainty, precaution and security2 » (2007 : 275). Mais ces recherches qui citent explicitement Philip K. Dick ou ses productions littéraires ne constituent que la part visible de l’iceberg, de nombreux chercheurs s’inspirant des idées de The Minority Report sans revendiquer la filiation.

  • 3 Voir la définition du mot utopie donnée par le Centre national de ressources textuelles et lexical (...)
  • 4 Voir le « zoom » sur la contre-utopie dans les ressources Internet proposées par la Bibliothèque n (...)

4Notre hypothèse de départ est que le récit de science-fiction peut faire l’objet d’une lecture utopique ou dystopique et ainsi mener à des lignes de recherche divergentes, voire opposées. Si l’utopie désigne un « plan imaginaire de gouvernement pour une société future idéale3 », la dystopie (aussi appelée contre-utopie) n’est que la face cachée de la première, faisant voir « les cauchemars dissimulés sous les merveilles promises4 ». C’est ce qui explique la double lecture à laquelle la nouvelle The Minority Report est soumise dans le champ scientifique. Une lecture utopique d’abord, ce texte servant de source d’inspiration à des chercheurs favorables à la prédiction du crime, ce qui se traduit notamment par le déploiement d’« un langage actuariel (la probabilité et le risque) appliqué à des populations (distributions statistiques) » (Mary, 2001 : 35 ; voir également Harcourt, 2011). Une lecture dystopique ensuite, de la part de chercheurs soucieux de faire de la notion de précrime un outil conceptuel destiné à critiquer les dangers charriés par le tournant prédictif de la justice pénale, dans le prolongement des travaux anglophones classiques sur le déploiement de l’idéologie Law and Order aux États-Unis (voir notamment Flamm, 2005 et Simon, 2007).

  • 5 Du nom du cours dispensé par Antoine Compagnon au Collège de France en 2018-2019 : <https://www.co (...)

5Un autre apport de cet article concerne la place accordée à la réalité et à la fiction dans les activités littéraires et scientifiques. La question de l’articulation entre la fiction romanesque et la vérité scientifique est au cœur de l’activité littéraire, depuis « Proust essayiste5 » dans À la recherche du temps perdu (1999) jusqu’à Laurent Binet qui se fait historien de la tentative d’assassinat de Reinhard Heydrich dans HHhH (2011). De leur côté, les chercheurs en sciences humaines et sociales accordent une attention renouvelée au rôle de la fiction, que l’on pense au traitement du « roman comme laboratoire » (Barrère et Martuccelli, 2009) ou bien à la collection de bande dessinée « Sociorama » lancée en 2016 par Lisa Mandel et Yasmine Bouagga aux éditions Casterman. C’est « la croyance traditionnelle qui postule un divorce de nature entre l’objectivité du savant et la subjectivité de l’écrivain » (Barthes, 2014 : 10) que ravive également la destinée du concept de précrime, depuis sa production dans le champ littéraire jusqu’à son importation dans le champ scientifique. Quel statut, quelle fonction pour les écrits littéraires dans l’activité scientifique ?

La dimension sociologique de The Minority Report

6Loin de se limiter à The Minority Report, les thématiques abordées dans l’œuvre de Philip K. Dick sont très variées, allant de l’épistémologie à la politique du pouvoir, en passant par la technologie et la théodicée (Link, 2009 : 48). Le traitement de ces thématiques est influencé par les lectures philosophiques de K. Dick, mais aussi par l’intérêt qu’il porte aux sciences sociales, les écrits de Durkheim sur la morale et la religion lui ayant par exemple inspiré sa présentation de la tribu aborigène des Bleekmen dans sa nouvelle Glissement de temps sur Mars (Sutin, 2005 : 269). Son rapport à la réalité technoscientifique est en revanche plus distendu que ce que l’on retrouve chez des auteurs comme Isaac Asimov, la vraisemblance devant selon lui passer après l’intrigue (ibid. : 231). Ce positionnement ne rend le transfert de son concept de précrime que plus intéressant car nous verrons que c’est précisément l’apport philosophique et sociologique (la préemption, le déterminisme) de sa nouvelle qui a attiré l’attention de chercheurs peu familiers de ces disciplines.

7Nouvelle publiée pour la première fois en 1956 dans le magazine de science-fiction Fantastic Universe, The Minority Report a également fait l’objet d’une adaptation cinématographique par Steven Spielberg en 2002. L’action se déroule aux États-Unis, plus précisément dans la ville de New York. Une division de la police baptisée « Précrime » a mis en place un système qui permet de prévenir le crime en plaçant les futurs criminels dans des camps de détention avant qu’ils ne commettent leur forfait. Précrime s’appuie pour cela sur les visions de trois mutants, les « précogs », c’est-à-dire des êtres extra-lucides capables de prédire les crimes sous une forme qu’il faut toutefois décoder par ordinateur. Les visions des précogs sont ainsi traduites et rendues compréhensibles au moyen d’une machine qui éjecte des cartes, lesquelles précisent le criminel, sa victime, le jour et le type d’infraction à commettre. L’efficacité du système est indéniable : la criminalité a été réduite de 99,8 %, et le dernier meurtre commis à New York remonte à cinq ans.

8Le récit bascule lorsque les trois précogs prédisent qu’Anderton, fondateur et directeur de Précrime, va assassiner un dénommé Leopold Kaplan dans moins d’une semaine. Par chance, Anderton parvient à intercepter la carte, ce qui lui permet d’échapper temporairement aux agents de Précrime afin de prouver qu’il n’est pas ce criminel.

9Cet article n’ayant pas pour objet premier d’analyser la nouvelle de K. Dick mais son importation au sein du champ scientifique, nous nous limiterons à deux points dont la pertinence sociologique est à souligner puisqu’ils mettent en avant la dimension conceptuelle de cette fiction.

10Le premier point concerne la fiabilité du savoir prédictif et sa contribution à la construction de la réalité. Au fur et à mesure de la nouvelle, on se rend compte que les visions de chaque précog à propos du meurtre à commettre par Anderton diffèrent, et qu’il existe en réalité non pas un mais trois rapports minoritaires, c’est-à-dire un pour chacun des mutants. Or, l’un des trois précogs dément l’hypothèse du meurtre. La nouvelle de K. Dick touche ainsi à un problème bien connu des juristes sous le nom de « ratio de Blackstone » : combien d’innocents est-on prêt à condamner pour ne pas laisser échapper un coupable ? Comme nous le verrons, ce problème se retrouve dans les approches probabilistes de certains criminologues et neuroscientifiques. Mais la question de la réflexivité du savant est également présente en creux dans la nouvelle. Si les trois précogs ont des visions différentes, c’est qu’ils sont intervenus l’un après l’autre et ont ainsi pu prendre en compte l’impact du rapport précédent sur les agissements d’Anderton. Autrement dit, The Minority Report interroge l’influence des prophéties sur le déroulement des événements qu’elles annoncent.

11Le second point a trait à la compétition entre groupes sociaux pour le contrôle d’un territoire professionnel donné. Si Anderson ne reconnaît pas initialement le nom de sa victime, Kaplan est loin d’être un parfait inconnu. Il s’agit en réalité d’un général à la retraite de l’armée de l’Alliance fédérale du Bloc occidental. Or, on comprend au fur et à mesure du récit que le succès rencontré par l’agence Précrime a eu pour effet de déposséder l’armée de ses prérogatives en matière de sécurité du territoire. L’existence d’un rapport minoritaire démentant le crime d’Anderton constitue donc une aubaine pour les hauts fonctionnaires mis à la retraite : Kaplan décide d’organiser une conférence publique lors de laquelle il entend jeter le doute sur la fiabilité des visions des précogs car il est pour lui évident qu’Anderton ne commettra pas de crime. Ce que ne sait pas Kaplan, c’est que cette mise en danger du monopole professionnel dont jouit l’agence Précrime va conduire le troisième et dernier rapport à confirmer la prophétie initiale : Anderton décide finalement de tuer Kaplan lors de la conférence de presse afin de donner raison à la prédiction soumise à la connaissance du public, faisant ainsi mentir le rapport minoritaire.

La science-fiction et l’imagination criminologique : la double lecture de The Minority Report

12L’importation au sein du champ scientifique des idées contenues dans la nouvelle de K. Dick est loin d’être uniforme. A priori, les analyses bibliométriques – sommaires – que nous avions initialement réalisées laissaient apparaître la mobilisation du concept de précrime comme un outil conceptuel utilisé par certains criminologues et juristes pour critiquer des évolutions récentes de la justice pénale. Se plaçant ainsi dans un régime de vérité, ces auteurs se servent de la nouvelle pour objectiver les limites et les risques posés par l’approche prédictive dont le rôle est croissant dans la sphère judiciaire depuis les attentats du 11 Septembre (voir Zedner, 2007 ; McCulloch et Wilson, 2015).

13Bien qu’elle soit particulièrement visible, cette mobilisation n’est en fait qu’une forme particulière du transfert des idées dickiennes dans les écrits à vocation scientifique. D’autres chercheurs issus notamment des neurosciences et de la criminologie biosociale ont en effet pu trouver dans la nouvelle un réservoir d’idées pour alimenter leurs écrits programmatiques (voir Raine, 2013). Que K. Dick soit ou non cité directement, force est de constater qu’il existe de nombreuses affinités intellectuelles entre l’agence Précrime imaginée par l’écrivain et les ambitions de politique pénale de certains chercheurs. Autrement dit, là où les chercheurs critiques se placent dans un régime de vérité, d’autres chercheurs favorables aux méthodes prédictives ont tendance à lire The Minority Report comme une utopie. Ils se situent dès lors davantage dans un régime d’espoir, en oubliant souvent les limites qui étaient précisément au cœur de la nouvelle de K. Dick.

Du cerveau violent au cerveau à risque

14Avant de relier le contenu de la nouvelle à l’imagination criminologique, il convient de retracer rapidement certaines évolutions de la justice pénale états-unienne. Au lieu d’inventer une société imaginaire comme a pu le faire Orwell dans son célèbre roman 1984, K. Dick choisit d’ancrer son récit aux États-Unis. Cela n’est pas anodin étant donné la place considérable des discours scientifiques dans les débats entourant la prévention et le contrôle du crime outre-Atlantique : ce pays constitue bien un cadre particulièrement propice au développement d’approches inspirées de The Minority Report. Au cours des dernières décennies, plusieurs changements majeurs ont contribué à légitimer une approche plus scientifique du crime. La War on Drugs lancée par Richard Nixon dans les années 1970 est suivie d’une augmentation substantielle des arrestations pour crimes violents et du taux d’incarcération. Sous Ronald Reagan, George H. W. Bush et Bill Clinton la lutte contre le crime devient un enjeu central des campagnes électorales, tant pour les représentants politiques que pour les juges d’État qui sont eux aussi des élus.

15Le système de justice amorce un virage punitif dès les années 1970, laissant de côté la réhabilitation pour s’orienter vers la détection de la dangerosité à l’aide du concept de probabilité statistique (Feeley et Simon, 1994 : 353). La prédiction de la dangerosité, et par extension du risque de récidive, devient ainsi un élément central de la nouvelle pénologie. De fait, plusieurs mesures juridictionnelles recourent de manière plus ou moins explicite à l’évaluation des risques : libération sous caution, probation, détermination de la peine, attribution de la peine capitale, libération conditionnelle, détention préventive ou encore internement forcé (Nadelhoffer et Sinnott-Armstrong, 2012 : 634). Ce tournant est lié de près au reparamétrage conceptuel de la question criminelle. Dès 1982, la violence est présentée comme un problème de santé publique : il faut désormais prévenir plutôt que guérir (Rose et Abi-Rached, 2013 : 180-190).

16Parallèlement à ces évolutions des politiques criminelles et du système de justice pénale, le développement de la criminologie dans la seconde moitié du xxe siècle a pour conséquence de produire en grande quantité des données scientifiques sur le crime qui, si elles informent peu les politiques judiciaires (Tonry, 2013 : 12), sont parfois instrumentalisées par les représentants politiques. En particulier, le retour des théories biologiques du crime aux États-Unis va apporter une caution scientifique aux discours politiques, professionnels et culturels qui relient la déviance à un substrat biologique (gènes, neurones, etc.). Ce matérialisme biologique va de pair avec le rejet des théories psychologiques à dominante environnementale (Panofsky, 2014). Dans le système de justice, les méthodes traditionnellement employées par les psychologues et les psychiatres pour prédire la dangerosité et le risque de récidive sont ainsi vivement critiquées à compter des années 1970 en raison d’un supposé manque de fiabilité (Ennis et Litwack, 1974).

  • 6 L’article est d’abord publié en ligne, en novembre 2010.

17C’est dans ce contexte que plusieurs chercheurs états-uniens notoires, parmi lesquels l’un des fondateurs des neurosciences cognitives, Michael S. Gazzaniga, publient en 2010 un article programmatique promouvant le recours à la neuro-imagerie afin de prédire le risque de récidive des délinquants sur la base d’un biomarqueur cérébral (Nadelhoffer et al., 20126). La « neuroprédiction » est présentée comme une façon de pallier le manque de fiabilité de l’expertise psychiatrique en la matière. Selon ses promoteurs, la mesure directe des processus neurophysiologiques sous-jacents aux comportements antisociaux serait plus fiable que les mesures psychologiques et comportementales actuellement utilisées par le système de justice (Aharoni et al., 2013).

18La neuroprédiction s’appuie sur les nombreuses études qui établissent des liens entre une particularité neurostructurelle (notamment la réduction du volume de matière grise dans les lobes temporaux, l’amygdale et l’insula) et les comportements violents, tant chez les adolescents que chez les adultes. Une étude publiée sous le titre « Neuroprediction of future rearrest » dans le prestigieux journal PNAS (Aharoni et al., 2013) opère cependant un renversement. La logique diagnostique, où la neuro-imagerie est employée afin d’identifier le substrat cérébral de comportements antisociaux ou violents, cède la place à une logique préventive, où le substrat neurologique permet d’anticiper les comportements déviants futurs.

19L’étude d’Aharoni et al. (2013) est rapidement suivie de publications qui proposent d’avoir recours à l’apprentissage machine (machine learning) afin de prédire la probabilité de récidive sur la base de mesures obtenues à partir de la neuro-imagerie (Cope et al., 2014 ; Steele et al., 2017). Ces études affirment pouvoir prédire le risque de récidive grâce à des algorithmes de prédiction, avec un taux de précision supérieur à 80 %. Dans The Minority Report, des procédés techniques opèrent la traduction de l’information produite par les précogs afin de la rendre intelligible pour les precrime officers. Dans le monde de la neuroprédiction, les criminels eux-mêmes portent en eux l’information qui prédit le risque qu’ils commettent à nouveau un crime. Leurs cerveaux renferment en fait une des clés qui permettraient de repérer les meurtriers en puissance, comme le suggèrent Cope et al. (2014). Les rapports minoritaires et majoritaires seraient ainsi produits sous la forme de probabilités plus ou moins grandes de commettre un crime. De la même manière que les precrime officers doivent avoir confiance dans les instruments de traduction des pensées des précogs, il est attendu des acteurs du système pénal qu’ils fassent confiance à l’algorithme neuroprédictif dont ils ne peuvent comprendre la logique.

Lire The Minority Report comme une utopie

20Dans leur article programmatique de 2010, Nadelhoffer et al. (2012) emploient plusieurs stratégies discursives afin de promouvoir la neuroprédiction et d’en faire un futur désirable. Leur logique argumentative est un mélange de faits et d’anticipations, de vérités et de promesses. Après avoir relevé les problèmes liés à la violence et au crime (coûts sociaux, émotionnels et économiques élevés, surpopulation carcérale), les auteurs rappellent la centralité de la prédiction au sein du système de justice et les problèmes des méthodes prédictives actuelles. La science et la technologie sont alors présentées comme une solution. L’objectivité de la preuve neuroscientifique par rapport aux méthodes cliniques et l’amélioration constante des technologies d’imagerie seraient un gage de la supériorité de l’approche neuroprédictive pour informer les politiques publiques en matière de justice.

21Les auteurs procèdent également à un travail d’anticipation et dressent le relevé des critiques potentielles que pourrait soulever la neuroprédiction, au sujet du seuil de fiabilité de la preuve, du préjudice individuel ou de la violation des droits constitutionnels (Nadelhoffer et al., 2012 : 86). Ce travail d’anticipation leur permet d’une part de minimiser les risques liés à l’utilisation de la neuro-imagerie en banalisant son recours, qui ne pose selon eux pas plus de problèmes que d’autres instruments d’évaluation de la dangerosité. Il leur permet d’autre part d’évacuer les critiques scientifiques entourant la neuroprédiction en se polarisant sur le débat moral à propos des craintes liées à la prédiction elle-même (Nadelhoffer et al., 2012 : 95). Cette stratégie discursive est subtile. Elle utilise les critiques actuelles et potentielles pour faire de la neuroprédiction une réalité par anticipation. Il ne s’agit plus d’un débat moral entourant le recours à la neuroprédiction, mais d’un débat éthique sur les balises encadrant son utilisation.

22D’une certaine manière, dans ce qui est considéré comme un manifeste en faveur de la neurocriminologie, The Anatomy of Violence (2013), Adrian Raine fictionnalise l’article programmatique de Nadelhoffer et al. Il consacre le chapitre final à un exercice de futurologie qui fait de la prédiction biosociale de la dangerosité une réalité effective. Raine décrit un futur proche, où l’interprétation du crime revient en fait à un traitement numérique du crime par délégation à des machines et à des lignes de code du soin de le déterminer sans reste. Il nous entraîne donc en 2034, dans des États-Unis où la violence serait fortement réduite grâce à un système préventif reposant non pas sur les precogs de Philip K. Dick mais sur des savoirs biocriminologiques. Dans un contexte où l’opinion publique se montre exaspérée par la montée de l’insécurité et l’échec des programmes sociaux de réinsertion des délinquants, ces savoirs permettent de résoudre les problèmes auxquels est confronté le système pénal, à savoir des prisons surpeuplées, un taux d’élucidation des homicides de plus en plus faible, des meurtres en série en augmentation.

23Ce système préventif prend la forme du programme que Raine appelle LOMBROSO, un acronyme pour Legal Offensive on Murder: Brain Research Operation for the Screening of Offenders. LOMBROSO repose sur des algorithmes qui combinent des facteurs de risque neurologiques, génétiques, et psychologiques avec des variables scolaires, médicales, de voisinage. Il impose à tous les hommes à partir de 18 ans de s’enregistrer pour effectuer une IRM du cerveau et un test génétique. La base de données ainsi obtenue permet de produire un score de prédiction d’actes délictueux ou criminels dans les cinq ans à venir pour les individus agrégés au niveau de trois classes (violence, atteinte sexuelle, meurtre). Ainsi, les Lombroso Positive-Sex ont 82 % de chances de commettre un viol ou des actes pédophiliques, quand les LP-Homicide ont 51 % de chances de perpétrer un meurtre et que les LP-Violence présentent un score de 79 %. Le programme prévoit par exemple que les Lombroso Positive subissent une détention pour une durée indéfinie dans des centres hautement sécurisés mais, selon Raine, agréables à vivre.

24Dans la science-fiction rainienne, l’évaluation du programme en 2039 laisse entrevoir une chute spectaculaire de la criminalité. Au point que le parti réélu grâce à LOMBROSO l’étend en 2040 aux enfants dès l’âge de 10 ans et concocte en 2049 un nouveau programme – que Raine nomme The Minority Report – pour éviter la transmission des mauvais gènes et des expériences sociales négatives des parents aux enfants par une éducation généralisée à la bonne parentalité aboutissant à la délivrance d’un « permis parental » autorisant la reproduction des futurs parents.

25Si l’ouvrage préconisait jusque-là une approche de santé publique de la violence portant sur la petite enfance et la protection contre tout ce qui peut nuire au développement du cerveau, Raine est conscient que ce chapitre de science-fiction sera un peu plus controversé. Récusant l’écho orwellien du paysage qu’il dessine en 2034, et même s’il n’affirme pas clairement qu’il s’agit d’une utopie, il s’évertue à le présenter ainsi, notamment en cherchant à anticiper les objections politiques et éthiques.

  • 7 Il s’agissait d’une mesure de sûreté appliquée aux délinquants qui représentaient une menace série (...)

26Son argumentation générale consiste d’abord à souligner que ce futur est en quelque sorte inéluctable puisqu’il serait déjà en germe dans des pratiques pénales et des technologies d’ores et déjà existantes. D’une part, la notion de détention préventive ne devrait donc pas être si choquante, précise-t-il, puisque nous le faisons déjà, à Guantánamo ou sous la forme de l'Imprisonment for Public Protection7 mis en place par le gouvernement de Tony Blair au Royaume-Uni. Raine rappelle également que la géolocalisation des délinquants sexuels est accessible à tout un chacun aux États-Unis via Internet. D’autre part, des algorithmes évaluant les risques de récidive d’homicide chez des détenus en libération conditionnelle existent depuis 2009 et des neuroscientifiques célèbres prônent un usage évaluatif du risque criminel par la neuro-imagerie (voir supra).

27Ce retour au présent dans un chapitre de futurologie est instructif. D’abord, parce que cette perception du présent est semblable à celle également décrite par les opposants aux techniques prédictives (voir infra). Ensuite, parce que Raine fait usage de la figure rhétorique de la prolepse dont Garapon et Lassègue (2018) ont montré qu’elle sous-tendait le mode de présentation des promesses de la justice numérique. Raine fait en effet croire aujourd’hui en une réalité qui aura lieu demain de manière mécaniste, inéluctable car cet ordre est inscrit dans ce qu’il est intrinsèquement, adossé notamment à la toute-puissance de technologies en constante évolution. Autrement dit, la prolepse fait de la criminologie biosociale à visée prédictive un objet de croyance qui substitue un futur désirable à l’étude des hypothèses du modèle scientifique et à l’analyse politique de la construction du monde opérée par ce modèle. À ce titre, choisir la voie de la science-fiction ne peut se ramener à une simple lubie propre à Raine, mais constitue une façon adroite d’éviter la déconstruction du projet en se plaçant au niveau du récit futuriste d’une illusion qui aurait de l’avenir.

28Par ailleurs, Raine a recours à la figure du dilemme moral pour soutenir que ce qui va advenir doit se réaliser. N’importe qui aurait tué Hitler le 23 mars 1933 pour sauver 6 millions de Juifs et 60 millions de soldats et civils, laisse-t-il entendre dans une section consacrée à la dimension éthique de son programme prédictif. Renoncer à utiliser des outils de détection des causes biologiques de la déviance serait par conséquent une faute morale. Toutefois, l’expérience de pensée reste d’un bien maigre secours pour résoudre dans le réel des choix cornéliens qui articulent de manière complexe des dimensions éthique, politique et juridique. À ce titre, si Raine propose une (science-)fiction, on ne peut considérer qu’elle soit littéraire. À suivre en effet Frédérique Leichter-Flack (2012), là où Raine sollicite le lecteur pour qu’il tranche le dilemme, la littérature, affirme-t-elle, doit permettre de résister à cette tentation en invitant au contraire à regarder de plus près ce que, face au cas de conscience, la sidération fait trop vite prendre pour le bien ou le mal.

Lire The Minority Report comme une dystopie

29Les études sur le « cerveau violent » font l’objet de critiques dans le champ scientifique. Ainsi des neuroscientifiques soulignent-ils la tendance à exagérer la validité des résultats des études de neuroprédiction. De fait, la valeur prédictive ajoutée de la neuro-imagerie par rapport aux mesures comportementales est relativement faible (Poldrack et al., 2018 : 10). Certains juristes notent également que la neuro-imagerie demeure trop contraignante et onéreuse pour pouvoir être introduite de manière systématique dans le système de justice (Morse, 2015). Ces mêmes critiques demeurent cependant optimistes quant aux perspectives offertes par les progrès des neurosciences dans le champ de la prédiction de la dangerosité.

30D’autres chercheurs ont vu dans la réalité politique et judiciaire elle-même une source d’inquiétude. En effet, certains juristes et criminologues ont adopté le concept de précrime depuis une dizaine d’années afin de critiquer le tournant prédictif de la justice pénale. Comme le soulignent deux auteurs en faisant expressément référence à K. Dick, « Pre-crime aims to pre-empt ‘would-be criminals’ and predict future crime. Although the term is borrowed from science fiction, the drive to predict and pre-empt crime is a present-day reality » (McCulloch et Wilson, 2015 : iii). En cela, ces chercheurs sont d’accord avec Raine pour dire que certains aspects de The Minority Report sont d’ores et déjà perceptibles dans le droit pénal contemporain. Ce qui les sépare, c’est la question de savoir s’il faut accentuer cette tendance.

31Selon ces chercheurs et bien que cette évolution remonte au moins aux années 1960, les réactions politiques aux attentats du 11 Septembre ont conduit plusieurs pays occidentaux (notamment anglophones) à faire du précrime le modèle principal d’intervention. Cela se traduit notamment par le rôle croissant accordé aux systèmes de renseignement et par la disparition corrélative, au moins dans certains contentieux, du modèle pénal classique (enquête policière, instruction, jugement, décision de condamnation, exécution de la peine). La lecture dystopique de The Minority Report sert ainsi d’outil critique permettant de donner du sens à des évolutions sociales largement postérieures à l’écriture de celle-ci par K. Dick. Ces publications fournissent un exemple typique de la portée conceptuelle des écrits de science-fiction, et notamment de leur capacité à venir alimenter des discours scientifiques qui participent à la production d’un régime de vérité.

32Mais il y a plus. Loin de constituer simplement un écrit apte à rendre compte d’une réalité sociale, la nouvelle de K. Dick sert aussi à délier l’imagination criminologique. En parlant de précrime, ces criminologues et juristes critiques n’entendent pas seulement avertir la société des dangers de l’approche prédictive. En creux, c’est aussi le sort de leur discipline qui est en jeu. Il faut, pour le comprendre, exposer le paradoxe suivant : les progrès de la criminologie devraient conduire sur le long terme à sa disparition, puisque plus on avance dans la compréhension des causes de la déviance, plus on peut anticiper la survenance de comportements indésirables. À terme, la criminologie deviendrait ainsi superfétatoire puisqu’elle perdrait son utilité pratique.

33Ce n’est donc pas un hasard si les auteurs qui mobilisent le concept de precrime dans sa dimension critique consacrent également de nombreux développements au statut de leur discipline et notamment à sa dimension normative (Zedner, 2007 ; McCulloch et Wilson, 2015). La lecture réaliste de K. Dick permet toutefois d’alimenter certains espoirs, ces derniers ayant trait à la dynamique d’évolution des disciplines au fil des changements sociopolitiques. Par exemple, depuis quelques années, on assiste au développement d’une security and crime science à l’University College London dont l’objet premier n’est pas d’étudier le crime mais de le réduire (Smith et Tilley, 2012). Ce faisant, ces nouveaux acteurs se placent en concurrents directs des criminologues classiques, ces derniers se voyant ainsi contraints de procéder à une extension du domaine de leurs recherches, sans quoi ils devront se satisfaire d’une portion toujours plus congrue du champ criminologique. C’est ce qu’a bien compris la juriste pénaliste Lucia Zedner qui, dans son article sur le précrime considéré comme fondateur, voit dans le développement d’une crime science une menace immédiate pour la pérennité de la criminologie (2007 : 267). Cela peut d’ailleurs expliquer le manque d’intérêt des sociologues pour K. Dick (voir ci-après), qui ne sont pas menacés par ces évolutions au contraire des criminologues dont l’enfermement thématique les oblige à innover sur le plan conceptuel et théorique.

Conclusion : structure d’un transfert de bien symbolique

34L’objet de cet article a été d’analyser les diverses mobilisations des idées et écrits de Philip K. Dick au sein du champ scientifique, et en particulier la double lecture utopique et dystopique à laquelle est soumise sa nouvelle The Minority Report. En guise de conclusion, nous souhaiterions adopter une échelle d’analyse plus globale et envisager une question jusqu’ici largement éludée, celle de la structure de ce transfert. En effet, on observe une certaine homologie structurale entre la position de la science-fiction dans le champ littéraire et la position de la criminologie dans le champ scientifique, l’une comme l’autre se caractérisant par un faible prestige symbolique et une institutionnalisation fréquemment remise en cause, ce qui n’est pas sans lien avec le besoin ressenti par certains chercheurs – et analysé dans la section précédente – de renouveler leur discipline à travers le concept de précrime. Ce faisant, nous entendons élargir la réflexion menée dans cet article, mais aussi contribuer à l’imagination sociologique en dégageant de possibles futures pistes de recherche.

  • 8 Les numéros de page de cet ouvrage renvoient à l’édition électronique.

35L’émergence de la science-fiction comme style littéraire est généralement rattachée à l’apparition aux États-Unis d’une petite bourgeoisie technophile ouverte au changement social (Klein, 1977 : 27), ce qui expliquerait d’ailleurs que son succès soit en lien étroit avec le développement de la recherche industrielle à compter des années 1920 (Stover, 1972). Le succès indéniable de la science-fiction auprès du grand public coexiste cependant avec une marginalité au sein du champ littéraire (Gouanvic, 1994 : 128). Lorsque K. Dick décide de se consacrer pleinement à l’écriture dans les années 1950, la science-fiction se situe au bas de l’échelle culturelle et le lectorat est principalement composé d’adolescents et de vétérans de l’armée (Sutin, 2005 : 179)8. Un bilan d’ensemble de ses œuvres laisse d’ailleurs apparaître un fait irréfutable, à savoir que la majorité de ses écrits ont été publiés par des revues et maisons d’édition spécialisées dans la science-fiction, c’est-à-dire à l’écart des médias généralistes les plus prestigieux.

36Par les thématiques qu’elle aborde, il n’est nullement surprenant que la nouvelle The Minority Report ait principalement attiré l’attention de criminologues et de juristes. Si cela est a priori tout à fait logique, encore convient-il de relever l’absence relative de sociologues dans ce mouvement, alors même que cette discipline domine largement le champ criminologique (Larregue, 2017). Ce fait apparemment anodin doit être signalé car si la science-fiction occupe une position dominée au sein du champ littéraire, celle de la criminologie au sein du champ scientifique n’est pas beaucoup plus enviable. Depuis l’échec de l’école de criminologie de Berkeley aux États-Unis (Koehler, 2015) jusqu’à la tentative très vite discréditée de créer une section de criminologie au Conseil national des universités français (Mucchielli, 2010), les spécialistes du crime éprouvent des difficultés à faire valoir une légitimité qui soit indépendante des disciplines classiquement associées à l’étude de la déviance (sociologie, psychologie, droit, etc.). Ce manque de capital symbolique a fortement influé sur l’institutionnalisation et l’autonomisation limitée du champ criminologique. Aux États-Unis par exemple, les facultés de criminologie créées depuis les années 1960 à la suite du fiasco de l’épisode « Berkeley » (Koehler, 2015) sont majoritairement concentrées dans des universités peu prestigieuses tournées vers la professionnalisation plutôt que vers la recherche scientifique. Ainsi, à l’exception de l'University of Pennsylvania, aucune université de l’Ivy League ne dispose d’un département de criminologie autonome, les spécialistes du crime étant principalement présents dans les départements de sociologie (Larregue, 2017).

37Tout semble donc indiquer que ce n’est pas un hasard si le transfert s’est opéré entre la science-fiction et la criminologie. Bien sûr, ces quelques hypothèses mériteraient d’être soumises à un matériau empirique plus systématique. Le cas de Philip K. Dick pourrait par exemple être approfondi à partir de la somme que représente l’Exégèse, ce journal autobiographique comprenant de nombreux éléments sur les sources d’inspiration et les intentions littéraires de l’auteur. Du côté des chercheurs, le cas de Burrhus Frederic Skinner serait un point de départ tout à fait pertinent pour interroger les relations entre la science-fiction, la théorie et la pratique criminologiques. En effet, dans son roman programmatique Walden Two publié en 1948 tout autant qu’à travers ses recherches, le psychologue béhavioriste d’Harvard a passé de longues années à imaginer des méthodes expérimentales destinées à influer sur le comportement humain et à réduire les cas de déviance sociale. Retracer l’histoire de ces idées et leur ancrage social, notamment à travers les communautés autogérées qui ont vu le jour aux États-Unis à la suite des écrits particulièrement influents de Skinner, pourrait constituer une contribution bienvenue aux analyses esquissées dans cet article.

Top of page

Bibliography

Aharoni, Eyal, Vincent, Gina M., Harenski, Carla L., Calhoun, Vince D., Sinnott-Armstrong, Walter, Gazzaniga, Michael S. et Kiehl, Kent A., 2013, « Neuroprediction of future rearrest », Proceedings of the National Academy of Sciences, 110, 15, p. 6223-6228.

Barrère, Anne et Martuccelli, Danilo, 2009, Le roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Barthes, Roland, 2014, Mythologies, Paris, Points.

Benbouzid, Bilel, 2015, « De la prévention situationnelle au predictive policing. Sociologie d’une controverse ignorée », Champ pénal / Penal Field, vol. XII.

Binet, Laurent, 2011, HHhH, Paris, Le Livre de Poche.

Brodeur, Jean-Paul, 1985, « Réforme pénale et sentences : expériences nord-américaines », Déviance et société, vol. 9, no 3, p. 165-200.

Cope, Lora M., Ermer, Elsa, Gaudet, Lyn M., Steele, Vaughn R., Eckhardt, Alexandra L., Arbabshirani, Mohamed R., Caldwell, Michael F., Calhoun, Vince D. et Kiehl, Kent A., 2014, « Abnormal brain structure in youth who commit homicide », NeuroImage : Clinical, 4, p. 800-807.

Dartigues, Laurent, 2018, « Une irrésistible ascension ? Le neurodroit face à ses critiques », Zilsel, no 3, p. 63‑103.

Dick, Philip K., 2002 [1956], Total Recall et autres récits, Paris, Gallimard.

Ennis, Bruce J. et Litwack, Thomas R., 1974, « Psychiatry and the presumption of expertise: Flipping coins in the courtroom », California Law Review, vol. 62, no 3, p. 693-752.

Feeley, Malcolm et Simon, Jonathan, 1994, « Actuarial justice: The emerging new criminal law », The Futures of Criminology, no 173, p. 174-201.

Flamm, Michael W., 2005, Law and Order: Street Crime, Civil Unrest, and the Crisis of Liberalism in the 1960s, Columbia, Columbia University Press.

Garapon, Antoine et Lassègue, Jean, Justice digitale. Révolution graphique et rupture anthropologique, Paris, Presses universitaires de France, 2018.

Gouanvic, Jean-Marc, 1994, « La traduction et le devenir social : le cas de l’irruption de la science-fiction américaine en France après la Seconde Guerre mondiale », TTR : traduction, terminologie, rédaction, vol. 7, no 1, p. 117‑152.

Harcourt, Bernard E., 2011, « Surveiller et punir à l’âge actuariel », Déviance et Société, vol. 35, no 1, p. 5‑33.

Jasanoff, Sheila et Kim, Sang-Hyun (dir.), 2015, Dreamscapes of Modernity: Sociotechnical Imaginaries and the Fabrication of Power, Chicago, University of Chicago Press.

Klein, Gérard, 1977, Malaise dans la science-fiction, Metz, L’Aube enclavée.

Koehler, Johann, 2015, « Development and fracture of a discipline: Legacies of the school of criminology at Berkeley », Criminology, vol. 53, no 4, p. 513‑544.

Larregue, Julien, 2017, Décoder la génétique du crime. Développement, structure et enjeux de la criminologie biosociale aux États-Unis, thèse de doctorat, Aix-en-Provence, Aix-Marseille Université.

Larregue, Julien, 2019, « La nouvelle orange mécanique : la contribution des bio-criminologues à la médicalisation du contrôle social », Zilsel, no 5, p. 57-84.

Leichter-Flack F., 2012, Le laboratoire des cas de conscience, Paris, Alma Éditeur.

Link, Eric Carl, 2009, Understanding Philip K. Dick, Columbia, University of South Carolina Press.

Mary, Philippe, 2001, « Pénalité et gestion des risques : vers une justice “actuarielle ” en Europe  ? », Déviance et Société, vol. 25, no 1, p. 33-51.

McCulloch, Jude et Pickering, Sharon, 2009, « Pre-crime and counter-terrorism: Imagining future crime in the “War on Terror” », The British Journal of Criminology, vol. 49, no 5, p. 628‑645.

McCulloch, Jude et Wilson, Dean, 2015, Pre-crime: Pre-emption, Precaution and the Future, Londres, Routledge.

Morse, Stephen, 2015, « Neuroprediction: New technology, old problems », Bioethica Forum, vol. 8, p. 128-129.

Mucchielli, Laurent, 2010, « Vers une criminologie d’État en France ? », Politix, vol. 1, no 89, p. 195‑214.

Nadelhoffer, Thomas, Bibas, Stephano, Grafton, Scott, Kiehl, Kent A., Mansfield, Andrew, Sinnott-Armstrong, Walter et Gazzaniga, Michael, 2012 [2010], « Neuroprediction, violence, and the law: Setting the stage », Neuroethics, vol. 5, no 1, p. 67-99.

Nadelhoffer, Thomas et Sinnott-Armstrong, Walter, 2012, « Neurolaw and neuroprediction: Potential promises and perils », Philosophy Compass, vol. 7, no 9, p. 631-642.

Panofsky, Aaron, 2014, Misbehaving Science: Controversy and the Development of Behavior Genetics, Chicago, University of Chicago Press.

Poldrack, Russel A., Monahan, John, Imrey, Peter B., Reyna, V., Raichle, Marcus E., Faigman, David et Buckholtz, Joshua W., 2018, « Predicting violent behavior: What can neuroscience add? », Trends in Cognitive Sciences, vol. 22, no 2, p. 111-123.

Proust, Marcel, 1999, À la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard.

Raine, Adrian, 2013, The Anatomy of Violence: The Biological Roots of Crime, New York, Pantheon Books.

Rose, Nikolas et Abi-Rached, Joelle M., 2013, Neuro: The New Brain Sciences and the Management of the Mind, Princeton, Princeton University Press.

Schinkel, Willem, 2011, « Prepression: The actuarial archive and new technologies of security », Theoretical Criminology, vol. 15, no 4, p. 365‑380.

Simon, Jonathan, 2007, Governing Through Crime: How the War on Crime Transformed American Democracy and Created a Culture of Fear, Oxford, Oxford University Press.

Smith, Melissa J. et Tilley, Nick (dir.), 2012, Crime Science, New York, Routledge.

Steele, Vaughn R., Claus, Eric D., Aharoni, Eyal, Vincent, Gina M., Calhoun, Vince D. et Kiehl, Kent A., 2015, « Multimodal imaging measures predict rearrest », Frontiers in human neuroscience, vol. 9, p. 1-13.

Steele, Vaughn R., Rao, Vikram, Calhoun, Vince D. et Kiehl, Kent A., 2017, « Machine learning of structural magnetic resonance imaging predicts psychopathic traits in adolescent offenders », NeuroImage, vol. 145, p. 265-273.

Stover, Leon E., 1972, La science-fiction américaine. Essai d’anthropologie culturelle, Paris, Aubier.

Sutin, Lawrence, 2005, Divine Invasions: A Life of Philip K. Dick, New York, Carroll & Graph Publishers.

Tonry, Michael, 2013, « Evidence, ideology, and politics in the making of American criminal justice policy », Crime and Justice, vol. 42, no 1, p. 1-18.

Zedner, Lucia, 2007, « Pre-crime and post-criminology? », Theoretical Criminology, vol. 11, no 2, p. 261‑281.

Top of page

Notes

1 La recherche a été effectuée le 16 février 2019.

2 « L’étude du risque, de l’incertitude, de la précaution et de la sécurité ». Traduction des auteurs.

3 Voir la définition du mot utopie donnée par le Centre national de ressources textuelles et lexicales : <https://www.cnrtl.fr/definition/utopie>.

4 Voir le « zoom » sur la contre-utopie dans les ressources Internet proposées par la Bibliothèque nationale de France autour de son exposition « Utopie : la quête de la société idéale en Occident » présentée en 2000 : <http://expositions.bnf.fr/utopie/zooms/z12.htm>.

5 Du nom du cours dispensé par Antoine Compagnon au Collège de France en 2018-2019 : <https://www.college-de-france.fr/site/antoine-compagnon/course-2018-2019.htm>.

6 L’article est d’abord publié en ligne, en novembre 2010.

7 Il s’agissait d’une mesure de sûreté appliquée aux délinquants qui représentaient une menace sérieuse pour le public ; elle permettait de les maintenir en détention au-delà de la peine prononcée par la juridiction de jugement. Cette mesure entrée en vigueur au Royaume-Uni en 2005 a été abolie en 2012.

8 Les numéros de page de cet ouvrage renvoient à l’édition électronique.

Top of page

References

Bibliographical reference

Julien Larregue, William Wannyn and Laurent Dartigues, « Vérité romanesque et fictions scientifiques : Philip K. Dick chez les criminologues », Socio, 13 | 2019, 135-153.

Electronic reference

Julien Larregue, William Wannyn and Laurent Dartigues, « Vérité romanesque et fictions scientifiques : Philip K. Dick chez les criminologues », Socio [Online], 13 | 2019, Online since 08 January 2020, connection on 26 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio/7819 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.7819

Top of page

About the authors

Julien Larregue

Julien Larregue est sociologue à l’Institut des sciences sociales du politique – École normale supérieure de Paris-Saclay – CNRS. Ses travaux, publiés dans Sociologie, Social Science Information ou encore Ethnic & Racial Studies, portent principalement sur les rapports entre sciences sociales, génétique et neurosciences. Son premier ouvrage, Antisocial. Le retour des théories biologiques du crime aux États-Unis, paraîtra aux Éditions du Seuil en 2020. Il est membre du comité de rédaction des revues Zilsel. Science, Technique, Société et The American Sociologist.

William Wannyn

William Wannyn est doctorant en sociologie à l’université de Montréal. Ses recherches prennent pour objet la place croissante des discours neuroscientifiques dans l’explication des phénomènes sociaux. Ses précédents travaux sur le neuromarketing ont été publiés dans Social Science Information. Il s’intéresse actuellement aux manières dont les savoirs sur le cerveau adolescent participent à la reconfiguration de la justice des mineurs aux États-Unis. Il est membre du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (Montréal, Canada).

Laurent Dartigues

Laurent Dartigues est chercheur en sciences sociales au CNRS – laboratoire Triangle, École normale supérieure de Lyon. Inspirés par la pensée de Michel Foucault, ses travaux portent sur l'histoire de l'orientalisme, sur Michel Foucault et ses usages de la psychanalyse ainsi que sur le neurodroit.

Top of page

Copyright

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search