Navigation – Plan du site

Les réalismes de l’anneau-monde

The Realisms of Larry Niven’s Ringworld
Julien Wacquez
p. 155-180

Résumés

Le roman le plus célèbre de l’écrivain américain Larry Niven, intitulé L’Anneau-monde (1970), est le premier à avoir été explicitement vendu et présenté comme un roman de hard science fiction (alors que ce sous-genre existait bien avant sa publication). En proposant à la fois une analyse du texte et de sa réception par les critiques et les lecteurs, cet article rend compte du fait que les récits de science-fiction, loin de n’être que des fantaisies sans fondement, obéissent à des impératifs de réalisme, voire de crédibilité scientifique. En l’occurrence, en écrivant un tel roman, Larry Niven n’a pas seulement pris position dans le champ de la littérature de la science-fiction américaine, il s’est également engagé dans un dialogue scientifique indirect – par texte interposé – avec le mathématicien et physicien Freeman J. Dyson, tout en proposant une variante du concept de « biosphère artificielle » que ce dernier avait développé dans un article académique antérieur.

Haut de page

Texte intégral

« Ces livres, je l’ai assez montré, avaient beau ne correspondreà rien de ce que j’avais appris à goûter en littérature,ils revêtaient à mes yeux un charme paradoxal. »Jacques Abeille, Les jardins statuaires

1Les récits de science-fiction sont peuplés d’êtres inexistants, ils décrivent des phénomènes impossibles, proposent des idées extraordinaires et cependant, à ces idées, ces phénomènes et ces êtres, ils confèrent une vie concrète. Ces récits se présentent alors d’emblée comme emplis de contradictions : l’inexistant y existe, l’impossible y est rendu possible, l’extraordinaire y devient ordinaire. Plus clairement encore que pour la plupart des œuvres de science-fiction, les récits de « hard science » ont la prétention – explicitée par l’usage de l’adjectif hard insistant sur le poids qui doit être attribué au terme « science » – de le faire avec une rigueur toute scientifique.

  • 1 Il serait par ailleurs intéressant de retrouver, à des fins de comparaison, les origines de l’expr (...)

2La hard science est considérée soit comme une école, un courant, un sous-genre, parmi tous les autres qui jalonnent l’histoire de la science-fiction, soit comme son « cœur », sa forme la plus centrale ; elle serait la « vraie » science-fiction (voir Westfahl, 1996). La locution hard science trouve son origine dans les comptes rendus de lecture du critique Peter Schuyler Miller, publiés dans le magazine de John W. Campbell Astounding Science Fiction. Elle apparaît pour la première fois en 1957 alors qu’il cherche une expression pour désigner des types de récits bien particuliers, accordant une grande attention à l’aspect scientifique des technologies qui les habitent et soucieux de leur crédibilité. Les historiens du genre considèrent le succès de cette catégorie comme une réaction face à la politisation croissante de la science-fiction des années 1950 et 1960, mais surtout face à la New Wave britannique, portée par Michael J. Moorcock et James G. Ballard, accusée de ne pas traiter de science et de n’être donc pas, à proprement parler, de la « vraie » science-fiction (Samuelson, 2009)1.

  • 2 Pour un panorama présentant ces travaux, voir Aït-Touati (2014) et Biagioli (2009).

3Cet article défend l’idée selon laquelle la hard science constitue un objet privilégié pour observer les interférences entre la littérature et la science. Une telle idée nous invite à ne plus penser l’une et l’autre comme étant pures et distinctes, mais plutôt comme entretenant des rapports dialectiques, en s’associant et se différenciant l’une par rapport à l’autre. En cela, notre démarche s’inspire de travaux qui visent à considérer ensemble histoire des sciences et études littéraires2.

  • 3 Voir notamment Sadoul (1984) ; Aldiss (1986) ; Westfahl (1993) ; Hartwell et Cramer (1994) ; id. ( (...)

4Nous allons ici proposer l’analyse de l’œuvre de Larry Niven, un écrivain de science-fiction américain dont le succès critique semble n’avoir jamais dépassé l’espace délimité des grands amateurs de ce genre. En effet, nous n’avons connaissance d’aucune recherche s’intéressant à son œuvre, ni dans les études littéraires, ni dans les sciences humaines et sociales. Larry Niven est pourtant un acteur jugé important dans l’histoire de la science-fiction. Son œuvre est foisonnante : il a publié près de 46 romans, rédigés seul ou en collaboration avec d’autres écrivains (Jerry Pournelle et Gregory Benford notamment), ainsi que plusieurs centaines de nouvelles. Elle a été saluée par la critique, comme en attestent son élection au rang de Grand Master de l’association des Science Fiction Writers of America en 2015, sa présence récurrente dans les sélections de grands prix consacrés au genre dans les catégories « meilleur roman de science-fiction de l’année » et « meilleure nouvelle de science-fiction de l’année » (104 nominations de par le monde au cours de sa carrière) et, enfin, le nombre de prix (13) qu’il a effectivement reçus. Larry Niven doit cependant sa grande notoriété à seules quelques-unes de ses nouvelles et à un de ses romans, Ringworld (qui, à lui seul, comptabilise 5 des 13 prix remportés), publié initialement en 1970 et réédité en 2005 dans la collection des « SF Masterworks », dirigée par Malcolm John Edwards au sein de la maison d’édition britannique Orion Publishing Group. C’est également en vertu de ces quelques nouvelles et de ce roman qu’il figure dans les textes qui proposent une histoire de la science-fiction (et plus précisément de la hard science)3.

  • 4 Nous avons traduit nous-mêmes toutes les citations des critiques de l’œuvre présentes dans cet art (...)

5Ces derniers accordent en effet une grande importance au roman Ringworld – le présentant comme décisif dans l’institutionnalisation de la hard science en tant que catégorie éditoriale à part entière et en en montrant le caractère exemplaire. Les lectures qui en sont faites cinquante ans après sa première publication sont en revanche pour le moins divisées. Il suffit d’un rapide survol des critiques de cette œuvre par des blogueurs, des lecteurs sur Amazon ou sur la plateforme américaine Goodreads pour s’en rendre compte4. D’un côté, ceux qui éprouvent toujours autant de plaisir à lire ou à relire le roman et qui le considèrent comme un classique du genre :

  • Je n’ai pas grand-chose à en dire. Ce roman m’a époustouflé5.
  • C’était une lecture vraiment trépidante6.
  • C’est la deuxième fois que je lis Ringworld, la première fois étant à la fin des années 1970. […] Ça ne m’a pas déçu7.
  • Ce livre a résisté à l’épreuve du temps8.
  • Un grand merci à M. Niven pour cette merveilleuse histoire9 !!

6De l’autre, ceux qui, découvrant le roman aujourd’hui, remettent littéralement en cause son statut de « classique » et peinent à comprendre au nom de quoi il a pu être apprécié, même à l’époque de sa sortie originale :

  • Je n’arrive pas à croire qu’il ait remporté trois grands prix10.
  • Je ne peux pas m’imaginer pourquoi ce roman a été bien reçu11.
  • Je ne vois aucune qualité qui puisse compenser les défauts de Ringworld12.
  • Je ne peux pas honnêtement concevoir comment ni pourquoi ce roman a remporté des prix. Pour quoi que ce soit13.
  • C’était bien, mais je ne le vois pas comme le classique qu’en font les gens14.

7Pourquoi le roman de Larry Niven suscite-t-il des réactions aussi tranchées, tantôt l’instituant comme classique de la littérature de science-fiction, tantôt le destituant de son rang ? Cette question peut être reformulée de la façon suivante : que pouvons-nous dire de ce qui constitue un « classique » de science-fiction à partir du roman de Larry Niven et des lectures qui en sont faites ? Pour y répondre, nous souhaitons proposer d’emblée une hypothèse de travail : la capacité ou l’incapacité d’une œuvre à faire exister l’inexistant, à rendre possible l’impossible, à banaliser l’extraordinaire serait déterminante pour qualifier de « bonne » ou de « mauvaise » une œuvre de science-fiction. Cette hypothèse pour point de départ revient à avancer que les œuvres de science-fiction ont la particularité de se soumettre à des critères de réalisme alors qu’elles traitent d’objets ou de thèmes qui ne le sont a priori pas. C’est aussi avancer que le plaisir (ou le déplaisir) suscité à la lecture d’une de ces œuvres réside précisément dans sa capacité (ou son incapacité) à nous convaincre de son réalisme.

8Tester cette hypothèse nécessite d’accepter l’idée selon laquelle il existe une multiplicité de conceptions du réalisme (donc de critères permettant de juger de ce qui est réaliste et de ce qui ne l’est pas), provenant par exemple de la science et de la littérature, de la politique et de la religion, et que la science-fiction est un des espaces où ces conceptions cohabitent, se conjuguent ou se confrontent. Nous ne partirons donc pas d’une définition préalable de ce qu’est le réalisme, parmi celles développées en narratologie ou par l’épistémologie de la connaissance scientifique ou historique. À la place, nous chercherons à saisir quelles sont les définitions du réalisme qui émergent ou transparaissent dans le roman de Larry Niven et dans les lectures qui en sont faites, c’est-à-dire les différentes façons dont une ligne de démarcation est tracée entre ce qui est jugé réaliste et ce qui ne l’est pas.

9Cela implique que, si les lectures contemporaines de l’œuvre de Larry Niven sont si radicalement en désaccord concernant la valeur qu’il convient de lui accorder, ce serait dû au fait que ces lectures ne la jugent pas en fonction des mêmes critères de réalisme.

10Afin de tester cette hypothèse, nous avons effectué une lecture de l’œuvre soucieuse de la replacer dans les contextes dans lesquels elle prétend prendre place, accompagnée de la lecture d’un essai de l’auteur, Bigger Than Worlds, dans lequel il revient sur l’idée du roman Ringworld. Nous avons ensuite recueilli les quelques comptes rendus de lecture du roman rédigés par des critiques de science-fiction, ainsi que ceux rédigés par des lecteurs anonymes sur la plateforme Goodreads. Aujourd’hui, plus de 90 000 notes (allant de 1 à 5 étoiles) et près de 30 000 critiques du livre y sont publiées et disponibles en ligne. Nous n’en citerons qu’une dizaine. L’échantillonnage opéré ne se veut pas représentatif de l’ensemble de ces critiques : plus de 70 % sont très positives et ont attribué 4 ou 5 étoiles à l’œuvre, tandis que seulement 6 % sont négatives avec 1 à 2 étoiles à la clé. Nous avons choisi de focaliser notre attention sur les comptes rendus les plus affirmés : ceux qui révèlent leur fascination pour l’œuvre et ceux qui, au contraire, l’ont détestée, voire ont éprouvé une grande répugnance à sa lecture. Les comptes rendus très arrêtés sont à l’origine de la majorité des discussions entre les lecteurs, et les ont amenés à justifier leur lecture de l’œuvre en s’appuyant sur des éléments du texte et, par là, à se présenter comme des lecteurs légitimes et compétents. Notre analyse a consisté à identifier les critères de jugement évoqués pour attribuer une valeur à l’œuvre et, lorsque ceux-ci posent problème, à repérer les arguments mobilisés pour les justifier.

11Ce travail, qui analyse à la fois l’œuvre et sa réception, nous a permis de distinguer trois formes de réalisme : physico-mathématique, politico-scientifique et enfin sociohistorique. Il s’agit donc à présent de définir successivement ces trois réalismes, afin de déterminer en quoi ils nous permettent, chacun à sa manière, de saisir les différentes valeurs attribuées à cette œuvre (soit comme un classique du genre, soit comme un mauvais roman), ainsi que les interférences qu’ils produisent entre la science et la littérature.

L’anneau-monde à l’épreuve du réalisme physico-mathématique

12Durant la première partie du roman de Niven, une équipe de héros se constitue, composée de Louis Wu, un humain bicentenaire qui reste en forme grâce à une médecine futuriste, de Nessus, un Marionnettiste (une espèce extraterrestre très intelligente, mais caractérisée par la peur, qui préfère éviter le danger plutôt que de s’y confronter), de Parleur-aux-Animaux, un Kzin (une espèce mi-humaine mi-féline, intelligente, mais très susceptible et très prompte au combat) et, enfin, de Teela Brown, une femme jeune et naïve qui ne connaît pas la peur, simplement parce qu’elle est issue d’un milieu aisé surprotecteur et dans lequel elle n’a jamais eu à souffrir de quoi que ce soit.

13Le lecteur averti sait que ce roman s’inscrit dans un univers fictionnel plus large, que Larry Niven a développé au cours de ses précédentes publications, intitulé Known Space. Dans cet univers s’étendant jusqu’au xxixe siècle, l’humanité s’est développée à travers l’espace et cohabite avec de nombreuses civilisations extraterrestres : les Marionnettistes, les Kzinti, les Kdatlynos et bien d’autres encore. En 1970, le roman Ringworld prolonge donc cet univers tout en restant une histoire indépendante des autres.

  • 15 Sur cette catégorie, nous pouvons nous référer à la courte notice qui lui est dédiée dans la fameu (...)

14Les critiques rangent ce roman dans la catégorie des histoires à big dumb object (Kaveney, 1981), c’est-à-dire qu’il s’agit d’un récit au cours duquel un artefact géant est découvert par les héros ; ces derniers entreprennent une enquête afin d’en déterminer l’origine et le but. L’artefact ici est le Ringworld : un anneau-monde fait de matière solide et continue qui entoure une étoile distante. Bien que toutes les civilisations du roman soient très évoluées technologiquement et sachent voyager dans l’espace interstellaire et coloniser des planètes, cet artefact si démesurément grand semble défier leur science et leur entendement. Une équipe de héros s’engage donc dans un périple en direction de cette mégastructure afin de résoudre ses mystères : qui l’a construite et pourquoi l’avoir faite ? La catégorie de big dumb object est tantôt utilisée de manière critique, afin de souligner le manque d’originalité du récit et de signaler la dimension très standardisée de la narration, tantôt utilisée de manière descriptive, afin d’aiguiller le lecteur dans la masse des œuvres de science-fiction et de lui indiquer à quels thèmes et à quels motifs il peut s’attendre15.

15Il n’y a aucun doute : nous sommes bien en train de lire un roman de science-fiction, obéissant à certaines modalités spécifiques au récit d’aventure spatiale. Nous pourrions décrire très succinctement ces modalités de la façon suivante : des personnages archétypaux, une narration rythmée par de nombreuses péripéties, un suspense créé par la présence de maints dangers menaçant la vie des héros, voire le maintien de toute la civilisation.

16En nous concentrant sur la façon dont l’anneau-monde est décrit par les personnages, nous constatons qu’à ces modalités narratives propres au récit d’aventure spatiale s’en ajoutent d’autres qui, elles, relèvent du travail des physiciens et des mathématiciens.

17Avant de se rendre près de l’anneau-monde – par un long voyage à travers les étoiles – l’équipe de héros consulte un autre personnage, Chiron, qui a longuement observé l’artefact au télescope. Au cours de la conversation, plusieurs informations cruciales sont données au lecteur :

Parleur-aux-Animaux demanda : — Comment avez-vous pu juger de sa résistance à la tension ?

— L’analyse spectrale et les changements de fréquence nous ont indiqué des différences de vélocité. Il est clair que l’anneau tourne autour de son soleil à 1 250 kilomètres par seconde, une vitesse assez grande pour annuler l’attraction du soleil et procurer une accélération centripète supplémentaire de 9,73 mètres par seconde. Imaginez la résistance nécessaire pour empêcher la structure de se désintégrer sous une telle tension ! (Niven, 1973 : 96).

— Une matière inconnue, rêva Louis. Chiron, quelle est la taille de l’Anneau, quelle est sa masse ?

— Sa masse est de deux fois dix puissance trente grammes, son rayon de 1,54 fois dix puissance huit kilomètres, et sa largeur d’un peu moins de 1,6 fois dix puissance six kilomètres. »

Louis avait du mal à penser en puissances abstraites de dix. Il essaya de convertir les nombres en images.

[…]

L’Anneau avait un rayon de plus de cent cinquante millions de kilomètres – environ neuf cent soixante-dix millions de kilomètres de circonférence, estima-t-il – mais moins d’un million six cent mille kilomètres de large, d’une arête à l’autre. Sa masse était légèrement supérieure à celle de Jupiter… (ibid. : 98-99).

18Dans ces deux extraits, nous apprenons quelle est la vitesse de rotation de l’anneau-monde, sa taille, son rayon, sa dimension, sa masse. Plus loin nous connaîtrons sa densité, sa gravité, et identifierons la présence d’une atmosphère. Ces éléments peuvent apparaître comme des détails dans le déroulement de l’intrigue. Ils y jouent pourtant un rôle central. Notons qu’un astrophysicien décrirait ainsi un objet céleste qu’il observerait depuis le ciel terrestre. Le lecteur peut avec ces éléments vérifier la crédibilité du récit, c’est-à-dire déterminer s’il obéit ou non aux lois physiques connues. Et c’est précisément ce qu’ont fait les premiers lecteurs du roman.

  • 16 Pour répondre à ces lettres, Larry Niven a rédigé une suite à son roman, Ringworld Engineers, paru (...)

19Entre le 2 et le 6 septembre 1971, lors de la World Science Fiction Convention qui s’est tenue à Boston, au cours de laquelle Larry Niven a reçu le prix Hugo du meilleur roman de l’année pour Ringworld, un groupe d’étudiants du Massachusetts Institute of Technology (MIT) s’est mis à hurler : « L’Anneau-monde est instable !!! » Ces lecteurs assidus ont par la suite envoyé des lettres à l’écrivain pour lui expliquer en quoi l’objet n’est pas stable. Malheureusement, nous n’avons pas eu accès à ces lettres, Larry Niven les ayant perdues lors d’un déménagement16. Au cours de notre enquête, nous avons rencontré Andrew E. Love Jr., professeur à la Johns Hopkins University, rattaché au laboratoire de physique appliquée, qui fait travailler ses étudiants avec le roman de Larry Niven. Il a bien voulu partager avec nous quelques-unes de ses diapositives dans lesquelles il montre les calculs permettant de conclure à l’instabilité de l’anneau-monde :

Figure 1. Les propriétés de l’anneau-monde telles que décrites dans le roman

Figure 1. Les propriétés de l’anneau-monde telles que décrites dans le roman

© Andrew E. Love Jr.

Figure 2. La gravité artificielle produite par la rotation de l’anneau-monde

Figure 2. La gravité artificielle produite par la rotation de l’anneau-monde

© Andrew E. Love Jr.

Figure 3. La mesure de l’instabilité de l’anneau-monde

Figure 3. La mesure de l’instabilité de l’anneau-monde

© Andrew E. Love Jr.

20Andrew E. Love Jr. utilise le roman de Larry Niven comme un outil pédagogique pour proposer à ses étudiants des exercices mathématiques. Pour lui, que l’anneau-monde soit stable ou instable importe peu, pourvu qu’il lui offre l’opportunité de poser à ses étudiants des problèmes de physique. Nous pouvons toutefois émettre l’hypothèse que pour les étudiants du MIT en 1971, faire de tels calculs revient à déterminer si, oui ou non, l’artefact décrit dans ce roman est un objet mathématiquement crédible.

21Lors de nos échanges avec Andrew E. Love Jr., il nous a dit une chose importante : si, comme lui, des lecteurs font des calculs, c’est bien parce que le roman, tel qu’il est écrit, produit une impression saisissante de réalisme (car l’anneau-monde semble crédible au moins en termes mathématiques) et donne les informations nécessaires à ses lecteurs pour faire ces calculs. Or après les avoir entrepris, il apparaît que l’anneau-monde est instable. En raison des pressions exercées par sa propre vitesse de rotation et par celles des vents solaires, il se désaxerait et progressivement s’écraserait sur l’étoile autour de laquelle il était censé graviter. Il est important de ne pas confondre la crédibilité scientifique de l’anneau-monde (entendue ici comme la cohérence entre les données qui le caractérisent dans le roman et les lois de la physique réelle telles qu’elles sont connues par ailleurs ; cohérence qui se vérifie par des opérations mathématiques) avec ce que nous appelons le réalisme physico-mathématique de sa description, qui a poussé les lecteurs à entreprendre de tels calculs.

22Nous en déduisons ici une des règles fondamentales de la hard science : afin qu’un récit soit reconnu comme relevant de cette forme de science-fiction, il doit nécessairement donner à ses lecteurs les moyens de vérifier les propositions qu’il contient et d’en juger la crédibilité. C’est-à-dire qu’il doit être falsifiable.

  • 17 Précisons toutefois que dans un récit de hard science, tous les éléments ne sont pas à mettre au m (...)

23Le plaisir de lecture réside alors dans un jeu qui s’établit entre l’écrivain et ses lecteurs. Le premier, sachant qu’il propose des concepts a priori aberrants (car après tout, aucune civilisation humaine n’est encore en mesure d’à peine commencer la construction d’un anneau-monde), doit les rendre le plus crédible possible, c’est-à-dire rester cohérent avec les lois physiques connues et commettre le moins d’erreurs. Le second, quant à lui, cherche à traquer les erreurs que l’écrivain aurait faites dans ses calculs, les détails qu’il aurait oublié de prendre en compte, un peu à la façon d’une évaluation de pairs. C’est sur ce point que se distingue un récit de hard science d’un récit de space opera : ce dernier ne se donne pas les moyens d’être jugé selon des critères de falsifiabilité. Ainsi, juger une œuvre comme Star Wars selon de tels critères ne respecterait pas le pacte implicite qu’elle instaure avec ses spectateurs, car celle-ci ne présente aucune ambition ou prétention à cette forme de réalisme ; elle ne se soumet pas à ce que nous appelons le réalisme physico-mathématique17.

L’anneau-monde à l’épreuve du réalisme politico-scientifique

24Un peu plus tard dans le roman, alors que le vaisseau des héros s’approche de l’anneau-monde, Teela Brown et Louis Wu admirent la vue qu’ils ont, depuis leur hublot, sur la surface interne de l’artefact. Puis ils se mettent à spéculer sur les raisons qui auraient poussé ses ingénieurs à le bâtir :

— J’essayais de t’expliquer que l’Anneau-Monde est un compromis de construction entre une sphère de Dyson et une planète ordinaire.

Dyson est un ancien physicien d’avant la Ceinture, presque pré-atomique. Il fit remarquer que toute civilisation est limitée par l’énergie dont elle dispose. Il prétendait que la seule façon pour la race humaine d’utiliser toute l’énergie disponible était de construire une coquille sphérique autour du soleil et de capter ainsi la totalité de ses rayons.

[…]

— Je n’aime pas cette idée, dit Teela d’un ton décisif.

…

— Ce n’est pas cela… Si on vivait sur une sphère de Dyson, on ne pourrait pas voir les étoiles.

Louis n’y avait pas pensé.

— Peu importe. Le fait est que toute race intelligente industrialisée finira par avoir besoin d’une sphère de Dyson. Les civilisations technologiques ont tendance à utiliser de plus en plus d’énergie à mesure que le temps passe. L’Anneau est un compromis entre une sphère de Dyson et une planète normale. Avec l’Anneau, on n’obtient qu’une partie de la place possible et on n’arrête qu’une fraction de la lumière solaire disponible ; mais on peut voir les étoiles et on n’a pas à se préoccuper de générateurs de gravité (Niven, 1973 : 129-131).

25Ce passage nous intéresse tout particulièrement car le seul personnage réel du récit y apparaît : le mathématicien américain Freeman J. Dyson. Ce dernier est respecté des milieux scientifiques, entre autres pour ses travaux en électrodynamique quantique, qu’il a menés depuis son poste de professeur à l’Institute for Advanced Study de l’université de Princeton.

26Dans son roman, Larry Niven évoque un article précis que Dyson a publié en 1960 dans le magazine Science, intitulé « Search for artificial stellar sources of infrared radiation », et ses personnages en discutent l’argument. Selon Dyson, toute civilisation industrielle tend à voir sa population et ses demandes en ressources s’accroître indéfiniment. Dans l’espace fini que constitue une planète, cette tendance mènerait à la catastrophe. C’est pourquoi il considère comme un impératif pour ces civilisations de s’étendre dans l’espace. Il avance qu’elles pourraient bâtir une biosphère artificielle autour de leur étoile, qui capturerait la lumière qu’elle émet pour la transformer en source d’énergie quasiment inépuisable. Au regard des dimensions de cette biosphère (plusieurs millions de fois la surface de la Terre), elle pourrait également servir d’habitat (Dyson, 1960 : 1667-1668).

  • 18 Nous avons proposé ailleurs une analyse détaillée des inspirations de Freeman J. Dyson pour son ar (...)

27Cet article, bien que hautement spéculatif, a participé à construire les bases théoriques d’un programme de recherche alors en constitution dans l’astrophysique américaine : la Search for ExtraTerrestrial Intelligence (SETI). Dans une autobiographie publiée en 1979, Dyson a toutefois révélé qu’il n’était pas à l’origine de cette idée de biosphère artificielle. Il s’était lui-même inspiré d’un roman de science-fiction, Star Maker, d’Olaf Stapledon, paru en 1937 (Dyson, 1979 : 221 ; Stapledon, 1937)18.

28En faisant explicitement référence à l’article de Dyson, mais pas une seule fois au roman de son collègue Stapledon, Larry Niven effectue deux opérations. Non seulement il donne de la crédibilité à son concept d’anneau-monde, le présentant comme une variante inspirée de la biosphère artificielle telle qu’elle est décrite par Dyson (artefact qu’il nomme, dans son roman, une « sphère de Dyson »), mais surtout il engage une discussion avec lui, il lui répond, en montrant que la variante qu’il propose est plus avantageuse à bien des égards que la structure imaginée par le scientifique. L’anneau-monde, même s’il n’enferme pas complètement son étoile comme le ferait une sphère de Dyson (donc produirait moins d’énergie que cette dernière), nécessite moins de matériaux de construction, n’a pas besoin de présupposer l’existence de générateurs de gravité pour faire office d’habitat. Il suffit de le faire tourner sur lui-même pour créer une force centrifuge et, pour ceux qui y résident, il leur sera toujours possible d’observer un ciel étoilé.

29À cet égard, l’un des critiques les plus importants dans le milieu de la science-fiction à l’époque de la publication du roman, Lester del Rey, a bien noté la référence et, engageant une discussion entre le texte de Freeman J. Dyson et le roman de Larry Niven, soutient la supériorité du concept développé par le dernier sur celui du premier :

  • 19 Nous soulignons que ce qui fascine Lester del Rey dans le roman de Larry Niven est bien le fait qu (...)

Niven a résolu le problème proprement et, à mon avis, complètement. C’est un beau concept, bien plus convaincant que celui des sphères de Dyson (Del Rey, 1971)19.

30En faisant le choix de se référer à un scientifique plutôt qu’à un autre écrivain de science-fiction, Larry Niven se joue délibérément de l’instabilité de la frontière qui sépare la science de la littérature. Puisque son roman participe d’une discussion scientifique et, comme nous l’avons vu précédemment, se soumet à des critères de falsifiabilité, n’est-il pas aussi un texte scientifique ? Puisqu’il fait de Dyson un personnage de son roman, dont l’article est discuté par d’autres personnages, ne cherche-t-il pas à étendre le territoire de la science-fiction sur celui de la science ? L’article scientifique de Dyson ayant donné forme au roman de Larry Niven, n’est-il pas également un texte qui participe de l’histoire de la littérature de science-fiction ? Un texte de science-fiction en lui-même ? Le fait que Dyson se soit inspiré d’un roman d’Olaf Stapledon ne montre-t-il pas qu’il cherchait à étendre le territoire de la science sur celui de la science-fiction ?

31Ce jeu ambigu entre des textes de science et de science-fiction est rendu possible, parce que leurs auteurs partagent une même conception de la science et de la science-fiction. En 1974, Larry Niven publie un essai, Bigger Than Worlds, dans lequel il présente les nombreux concepts d’habitats spatiaux géants imaginés par les écrivains de science-fiction (Niven, 1974). Au milieu de cette panoplie, il y insère la sphère de Dyson, seul concept issu d’un scientifique, ainsi que son anneau-monde.

32Larry Niven commence son essai par cette phrase : « Le problème avec le fait de vivre sur une planète, c’est que ça amène ses habitants à penser à trop petite échelle » (Analog Science Fiction Magazine, mars 1974 : 65). Par là, il souligne que la science-fiction (surtout la science-fiction dans laquelle s’inscrit son roman) dispose d’une qualité heuristique. Elle nous inviterait à penser à une autre échelle que celle à laquelle nous pensons communément. Elle nous permettrait de dépasser les présuppositions que nous pouvons avoir sur ce qui nous paraît réaliste ou irréaliste, sur ce qui est possible et ce qui ne l’est pas. Présuppositions engendrées par le simple fait que nous sommes des êtres humains nés sur une planète. Penser la vie ailleurs que sur une planète, comme dans un vaisseau générationnel, une sphère de Dyson ou un anneau-monde, se présenterait à nous d’emblée comme quelque chose de farfelu. La science-fiction que pratique et défend Larry Niven est donc le meilleur moyen dont nous disposerions pour nous détacher de ces prénotions et parvenir à penser autrement, comme si nous n’étions pas des êtres nés sur une planète, comme si nous étions, pour ainsi dire, des extraterrestres. La vie sur des mégastructures spatiales bâties à des échelles astronomiques en deviendrait, dès lors, non seulement pensable, mais surtout possible.

33Cette idée de la science-fiction s’accompagne d’un geste moral. Larry Niven clôt son essai par la phrase suivante : « Nous vivons sur une planète : petite, immobile, vulnérable et mal protégée. Mais ce ne sera pas le cas pour toujours » (Niven, 1974 : 79). La planète Terre est alors considérée pour ses insuffisances ; l’humanité ne pourrait se contenter d’un tel monde. Heureusement, la science et la technologie dont elle dispose lui permettront, dans un futur prévisible, de bâtir des mondes plus grands, plus robustes et mieux protégés que ne l’est la planète Terre, comme un anneau-monde, voire une sphère de Dyson. Cette science dont parle Larry Niven, bien qu’elle prétende échapper à certains présupposés liés à notre « terrestritude », reste attachée à d’autres déjà présents dans le texte de Dyson. Selon ces derniers, l’environnement dans lequel l’humanité évolue n’est que le cadre inanimé dans lequel elle vient puiser ses ressources. Ainsi envisagée par le scientifique et par l’écrivain de science-fiction, cette science pourrait être dite « extractiviste ». Dans la mesure où, pour fabriquer un anneau-monde ou une sphère de Dyson, il est nécessaire de désassembler des planètes afin de récolter une quantité de matière suffisante pour de telles structures, nous pouvons dire que cette science a pour ambition de faire de l’être humain le maître et possesseur de son environnement. Il deviendrait capable de façonner des mondes habitables aux qualités bien supérieures à celles de n’importe quelle planète.

34C’est à ce stade de notre analyse qu’intervient un deuxième type de réalisme que nous qualifions de politico-scientifique. Dans leur discussion des textes de Freeman J. Dyson et du roman de Larry Niven, les écrivains Gregory Benford et David Book écrivent :

Après tout, quand des écrivains de science-fiction parlent de possibilités aussi abstraites et nébuleuses que des sphères de Dyson, ils ne fabriquent pas de toutes pièces des contes de fées. Ringworld de Larry Niven est plus que de l’imagination sophistiquée ; c’est le genre de chose vers laquelle tend réellement la technologie humaine (Benford et Book, 1971).

35Ici, les auteurs justifient la démarche de Larry Niven. Son concept d’anneau-monde révèle ce vers quoi tendent réellement la science et la technologie de notre temps. Le roman de Larry Niven représente fidèlement une réalité qui lui est extérieure : celle de la direction prise par notre science et nos avancées technologiques.

36Nous faisons la distinction entre le premier type de réalisme, consistant à convaincre le lecteur de la cohérence de l’anneau-monde avec les lois de la physique, et un second réalisme, consistant à faire croire au lecteur que la science et la technologie actuelles mènent l’humanité vers la construction d’une telle structure ; à lui faire croire, autrement dit, à un futur prévisible où sa construction serait rendue possible.

  • 20 Parmi les écrivains de science-fiction qui, dans certains de leurs récits, défendent cette vision (...)

37Cette image de la science à l’œuvre dans le monde réel et représentée fidèlement dans le roman de Larry Niven, est, selon nous, profondément politique. Pour s’en convaincre, il suffit de constater qu’il existe d’autres images de la science aujourd’hui à la fois chez les scientifiques et les écrivains de science-fiction. Ces images partent d’une tout autre façon de penser l’environnement. Au lieu de le voir comme un cadre inanimé dans lequel la vie viendrait puiser ses ressources, il sera quelque chose d’animé, avec lequel il conviendrait de négocier d’autres formes de relations qu’un simple rapport unilatéral d’exploitation. Pour les défenseurs d’une telle définition de l’environnement20, l’anneau-monde et la sphère de Dyson n’ont plus rien de réaliste, quels que soient les raisonnements mathématiques qui les sous-tendent ; ces mégastructures ne sont que des rêves ou des folies que l’on peut soit ignorer soit combattre, mais qui n’apparaissent dans aucun futur prévisible.

38Nous en déduisons ici une deuxième règle constitutive de la hard science : afin qu’un récit soit reconnu comme relevant de cette forme de science-fiction, il doit nécessairement produire une image de la science correspondant aux pratiques scientifiques – c’est-à-dire les représentant fidèlement – et doit donner à ses lecteurs les moyens de voir ce vers quoi elles tendent réellement.

39À cet impératif, Larry Niven ajoute un geste moral consistant à défendre le bien-fondé de cette image de la science et des pratiques qu’elle représente. Sa science-fiction les soutient, elle tend vers la même direction. Comme nous venons de l’évoquer, ce geste moral n’est cependant pas partagé par tous les écrivains de science-fiction ni par ses plus proches collègues de hard science, qui n’hésitent pas à produire d’autres images de la science ou à rendre ces images plus problématiques. Ainsi, une étude comparative des images de la science produites par les récits de hard science participerait tout autant des études littéraires que de l’histoire des sciences.

L’anneau-monde à l’épreuve du réalisme sociohistorique

40À la fin du roman, alors que les héros ont arpenté vainement l’anneau-monde en quête de ses ingénieurs et s’apprêtent à le quitter, un rebondissement narratif intervient : toutes les péripéties par lesquelles ils sont passés au cours de leur aventure sont dues à la seule présence de Teela Brown, qui devient soudainement le personnage principal de l’intrigue. Dès le départ, nous savons que Teela Brown est en fait le résultat de manipulations génétiques perpétrées depuis des générations sur les humains par les Marionnettistes. Bien que ces derniers soient extrêmement intelligents, ils n’en restent pas moins terrifiés par l’inconnu et tous les dangers que recèle l’Univers. Ces manipulations visaient à créer un individu génétiquement conçu pour défier les lois mathématiques et celles des probabilités et, ainsi, porter en lui la chance. Mais très vite, ces considérations sont contrebalancées d’abord par Louis Wu, selon qui l’idée même d’agir sur le hasard et la chance est une entreprise absurde, puis par les événements : pendant leur aventure, de nombreuses déconvenues montrent l’extrême malchance à laquelle l’expédition doit faire face. C’est uniquement à la fin que les personnages réalisent soudain : Teela Brown, tombée amoureuse d’un indigène de l’anneau-monde, décide de ne pas repartir pour la Terre. Toutes les menaces, tous les risques, tous les dangers auxquels l’équipe a dû faire face devaient mener les personnages jusqu’à ce point précis. La chance insolente et constante de Teela Brown a permis la constitution de cette expédition et à tous les héros de survivre aux maints dangers auxquels ils se sont confrontés, et surtout, elle les a menés vers l’accomplissement du destin de Teela Brown.

41Revenons aux critiques du roman sur Goodreads que nous avons évoquées en introduction, car c’est précisément sur le rôle attribué aux femmes qu’elles se départagent. Le roman compte deux personnages féminins : Teela Brown et Prill (rencontrée sur l’anneau-monde dans la dernière partie du roman). La première est jeune et naïve, amoureuse tout d’abord de Louis Wu, avec qui elle entretient une liaison et grâce auquel elle s’instruit des choses de la vie et de la science. La seconde est décrite comme n’étant pas très intelligente, elle aussi venue sur l’anneau-monde en vaisseau à bord duquel elle servait à l’assouvissement des désirs sexuels d’un équipage essentiellement masculin. Prill accompagne Louis Wu dans son retour sur Terre, prenant ainsi la place de Teela Brown. Bien entendu, elle succombe aux charmes du héros bicentenaire.

42La volonté de Larry Niven de faire de Teela Brown le personnage principal de son œuvre tombe à l’eau. Quand bien même sa présence constituerait la raison d’être de tout le récit, elle n’en reste pas moins assujettie à la manipulation des lois mathématiques orchestrée par une autre espèce et dont elle serait le résultat. Ainsi, tous ses choix et toutes ses actions ne seraient que l’expression de probabilités dont elle n’a pas même conscience. Ce qui veut dire que, contrairement aux personnages masculins du récit, elle n’a absolument aucune agentivité. Aucun des lecteurs qui s’expriment sur l’œuvre de Larry Niven n’est indifférent à cet aspect :

J’ai bien peur que ça me donne envie de frapper Larry Niven dans l’estomac au nom de toutes les femmes dans le monde. […] C’est douloureusement condescendant, même quand son pouvoir est révélé, sa pensée et sa conscience de soi en restent asservies21.

Si vous roulez des yeux : vous devriez. Et bien évidemment ça ne lui donne aucun pouvoir, parce qu’elle ignore la chance qu’elle a, et cette chance est la conséquence pure de plusieurs générations de sélection génétique secrète par une race extraterrestre. Ça fait d’elle une expérience dangereuse et imprévisible, mais pas plus que ça : l’expérience de quelqu’un d’autre. Yeah, féminisme. N’est-ce pas22 ?

  • 23 Sur le blog de Renan Gross, « Book review: Ringworld », Sarcastic Resonance, 2016 : <https://sarca (...)

Et ça c’est sans mentionner le fait qu’il y a deux espèces extraterrestres dans le livre, qui ont des « femelles non pensantes », et l’un des extraterrestres de l’équipe les aide seulement parce que ça lui donnera le privilège de s’accoupler. Si Niven a tenté d’être sexiste volontairement, il l’a certainement fait avec merveille23.

43Les commentaires montrent toutefois que deux réactions sont possibles : soit, comme nous le voyons dans les extraits précédents, cet aspect est rédhibitoire et empêche tout plaisir de lecture, rendant incompréhensible le succès et tous les prix reçus, soit cet aspect est ignoré parce qu’il ne remet pas en cause les autres qualités du roman, comme ci-dessous :

  • 24 Sam Jordison, « Back to the Hugos: Ringworld by Larry Niven », The Guardian, 2 juillet 2010 : <htt (...)

Le reste étant si impressionnant que de tels problèmes sont faciles à pardonner et à oublier24.

Soyons honnêtes pour une minute, les gens. Il y a de nombreux exemples dans la science-fiction des années 1960, 1970 et même 1980 où la beauté féminine n’est là que pour ses attributs sexuels ; c’était une malédiction de l’époque25.

44Nous pourrions affirmer, comme le fait le dernier extrait, que les critiques féministes du roman de Larry Niven sont injustes car elles jugent en vertu de critères qui lui sont externes et auxquels il ne prétend pas répondre. Les lectures féministes se justifient de deux façons : la première en soulignant que des œuvres contemporaines de celle de Larry Niven ne sont pas aussi sexistes :

Il y a un vaste éventail d’auteurs mâles de science-fiction, contemporains de M. Niven et écrivant avant lui, qui n’ont pas ce problème. **kof kof [toux]… Tolkien kof kof Douglas Adams… kof kof… Frank Herbert… kof kof **. Excusez-moi. :)26

45Mais il nous semble que la seconde façon est beaucoup plus pertinente pour la lecture du roman qu’elle sous-tend :

Généralement, j’essaie d’éviter de juger un livre en fonction de l’époque à laquelle il a été écrit, mais 1970 ne pouvait pas être aussi terrible, n’est-ce pas ? Et même si ça l’était, je me serais attendu, d’un type qui propose des concepts aussi grands [que l’anneau-monde], qu'il ait un peu réfléchi à l’évolution des rôles des genres en 800 ans. 

46Ici, on voit qu’une lecture féministe du roman de Larry Niven s’inscrit dans une critique interne de l’œuvre. Larry Niven se permet, en effet, d’extrapoler un futur lointain (situé au xxixe siècle) dans lequel l’humanité est capable de coloniser l’espace et d’appréhender des prouesses technologiques tel l’anneau-monde, mais il ne produit aucune réflexion, aucune extrapolation relatives aux évolutions sociales en matière de genre : la société futuriste technologiquement qu’il dépeint est en fait socialement très archaïque. Ce qui, en soi, ne serait pas problématique si c’était l’objet de l’œuvre de s’appuyer sur ce type de décalage. Mais ce n’est pas le cas pour Ringworld ; ce roman est problématique précisément parce que les rôles sociaux attribués aux sexes apparaissent comme immuables dans le temps alors que les technologies, elles, continuent à évoluer. Dès lors, nous pouvons dire que ces critiques féministes soumettent le roman à un troisième type de réalisme que nous qualifions de sociohistorique : s’il a pour ambition de dépeindre un futur dans lequel les technologies évoluent, il doit également rendre compte de l’aspect dynamique des rapports sociaux, plutôt que de les représenter comme étant figés et de les naturaliser. Parce qu’il ignore cette réalité sociale, le futur imaginé par Larry Niven est jugé irréaliste, voire « daté » ou « dépassé », c’est-à-dire que ce futur n’a plus cours aux yeux des lecteurs, ils ne peuvent pas (ou plus) y adhérer.

Conclusion : le concept d’épreuve de réalisme

47À l’issue de ce parcours, sans avoir épuisé l’œuvre de Larry Niven ni toutes les lectures possibles, nous avons développé un cadre analytique permettant de rendre compte à la fois des choix d’écriture de Larry Niven, des propriétés saillantes de son roman, ainsi que des pratiques de lecture et d’attribution de valeur parfois contradictoires qu’elle a suscitées.

48À travers cette analyse, un concept se fait jour : celui d’épreuve de réalisme. Il désigne les situations au cours desquelles le partage entre ce qui est jugé réaliste et ce qui ne l’est pas est soit renforcé, soit remis en cause, c’est-à-dire des situations où les critères d’évaluation qui sont au principe de ce partage sont en jeu. À cet égard, le roman Ringworld met en tension différents types de réalisme (c’est-à-dire différents critères pour tracer une ligne de démarcation qui sépare ce qui est réaliste et ce qui ne l’est pas), nous permettant ainsi de comprendre que des évaluations contradictoires de l’œuvre sont possibles en s’appuyant sur des aspects différents du texte. Nous avons qualifié ces types de réalisme de physico-mathématique, politico-scientifique et sociohistorique. La table 1, ci-dessous, propose un récapitulatif de ces réalismes :

Types de réalisme Condition de félicité Procédé narratif
Physico-mathématique Cohérence avec les lois connues de la physique Produire des énoncés falsifiables
Politico-scientifique Représentation fidèle d’une image de la science, de ce vers quoi elle tend Répondre à un ou plusieurs textes scientifiques dans le récit
Sociohistorique Représentation dynamique du monde social plutôt qu’immuable et naturalisé Des personnages complexes au lieu de personnages (féminins) unidimensionnels et caricaturaux

49Ces réalismes rendent compte, chacun à sa manière, des interférences complexes entre la science et la littérature. Le roman de Larry Niven ne s’inscrit pas seulement dans une forme particulière de science-fiction, la hard science (qu’elle soit définie comme une seule forme parmi d’autres ou comme le « cœur » de la science-fiction), il s’inscrit également dans un domaine de la recherche scientifique – certes spéculatif –, les habitats spatiaux et la Search for ExtraTerrestrial Intelligence. Il s’agit d’une double prise de position, à la fois dans la littérature de science-fiction et dans la science. L’Anneau-monde est un roman à travers lequel son auteur s’engage dans une conversation scientifique avec le mathématicien et physicien Freeman J. Dyson et propose une version modifiée de son concept de biosphère artificielle, qu’il présente comme plus avantageuse et en même temps plus réaliste. Le futur que dépeint ce roman produit une image de la science qui correspond à certaines pratiques scientifiques bien réelles, mais les lectures qui en ont été faites montrent que d’autres pratiques scientifiques (celles des sciences humaines et sociales) n’ont pas été prises en compte et même que des aspects entiers du monde social ont été ignorés (le féminisme).

50Toutes les œuvres de science-fiction ne sont pas nécessairement soumises à ces trois types de réalisme. Une analyse d’autres œuvres permettrait peut-être d’identifier de nouveaux types, de montrer que certains ne s’appliquent pas toujours, ou encore de rencontrer d’autres configurations entre ces types de réalisme. Une telle analyse permettrait également de voir si ces autres œuvres répondent, elles aussi, à des travaux scientifiques, et s’il s’agit toujours des mêmes travaux, des mêmes sciences (comme l’astrophysique) ou bien d’autres (comme les sciences humaines et sociales).

  • 27 Par « concrète », nous voulons dire que cette approche nous semble à la fois prolonger et aller pl (...)

51Nous pouvons donc considérer cette approche par les épreuves de réalisme comme le point de départ d’une enquête qui porterait sur l’analyse concrète des interférences entre la science et la littérature de science-fiction27. Affirmer que les classiques d’une littérature aussi fantasque que la science-fiction se soumettent à des critères de réalisme peut paraître surprenant, voire paradoxal au lecteur qui ne l’a pas beaucoup fréquentée. Rappelons-nous toutefois les contradictions qui la définissent : elle est le lieu où existent les êtres inexistants, ou les phénomènes impossibles deviennent possibles et où les idées extraordinaires sont traitées comme ordinaires. Après tout, ne serait-ce pas ces paradoxes qui font des textes de science-fiction des objets aussi fascinants pour les lecteurs que riches d’enseignement pour les chercheurs que nous sommes ?

Haut de page

Bibliographie

Aït-Touati, Frédérique, 2014, « Littérature et science : faire histoire commune », Littératures classiques, no 85, p. 31-40.

Aldiss, Brian Wilson, 1986, Trillion Year Spree: The History of Science Fiction, New York, Atheneum.

Benford, Gregory et Book, David, 1971, « The Ultimate City », The Magazine of Fantasy and Science Fiction, juillet, p. 99-103.

Biagioli, Mario, 2009, « Postdisciplinary liaisons: Science studies and the humanities », Critical Inquiry, vol. 35, no 4, p. 816-833.

Clement, Hal, 1953, Mission of Gravity, New York, Doubleday.

Clute, John, Langford, David et Nicholls, Peter, « Big Dump Objects », The Encyclopedia of Science Fiction, Londres et New York, Granada, 1979, disponible en ligne : <http://sf-encyclopedia.com/entry/big_dumb_objects>.

Convert, Bernard et Demailly, Lise, 2012, « Effets collatéraux de la création littéraire : L’exemple de la science-fiction », Sociologie de l’Art, opus 21, no 3, p. 111-133.

Cramer, Kathryn, 2003, « Hard Science Fiction », dans Edward James et Farah Mendlesohn (dir.), The Cambridge Companion to Science Fiction, New York, Cambridge University Press, p. 186-196.

Del Rey, Lester, 1971, « Review of Ringworld by Larry Niven », If. Worlds of Science Fiction, mars-avril.

Dyson, Freeman J., 1960, « Search for artificial stellar sources of infrared radiation », Science, no 131, p. 1667-1668.

Dyson, Freeman J., 1979, Disturbing the Universe, New York, Basic Books.

Gross, Renan, 2016, « Book review: Ringworld », Sarcastic Resonance : <https://sarcasticresonance.wordpress.com/2016/08/08/book-review-ringworld/>.

Hartwell, David G. et Cramer, Kathryn (dir.), 1994, The Ascent of Wonder: The Evolution of Hard SF, New York, Tor Publications.

Hartwell, David G. et Cramer, Kathryn (dir.), 2002, The Hard SF Renaissance: An Anthology, New York, Tor Publications.

Jordison, Sam, 2012, « Back to the Hugos: Ringworld by Larry Niven », The Guardian, mis en ligne le 2 juillet 2010 : <https://www.theguardian.com/books/booksblog/2010/jul/02/larry-niven-ringworld >

Kaveney, Roz, 1981, « Science fiction in the 1970s: Some dominant themes and personalities », Foundation, no 22, p. 5-34.

Milburn, Colin, 2010, « Modifiable futures: Science fiction at the bench », Isis, no 101, p. 560-569.

Niven, Larry, 1970, Ringworld, New York, Ballantine Books.

Niven, Larry, 1973, L’Anneau-monde, Paris, Éditions Opta, traduction de Jacques Polanis.

Larry Niven, 1974, « Bigger than worlds », Analog Magazine, mars, réédité dans A Hole in Space, New York, Ballantine Books, 1974.

Larry Niven, 1980, Ringworld Engineers, Detroit, Phantasia Press.

Sadoul, Jacques, 1984, Histoire de la science-fiction moderne (1911–1984), Paris, Robert Laffont.

Samuelson, David N., 2009, « Hard sf », dans Mark Bould, Andrew M. Butler, Adam Roberts et Sherryl Vint (dir.), The Routledge Companion to Science Fiction, New York, Routledge, p. 494-499.

Stapledon, Olaf, 1937, Star Maker, Londres, Methuen.

Wacquez, Julien, 2019, « La faillite de l’imagination. De l’existence scientifique de la sphère de Dyson », Gradhiva, no 29, p. 188-221.

Westfahl, Gary, 1993, « The closely reasoned technological story: The critical history of hard science », Science Fiction Studies, vol. 20, no 2, p. 157-175.

Westfahl, Gary, 1996, Cosmic Engineers: A Study of Hard Science Fiction, Santa Barbara, Praeger.

Westfahl, Gary, 2005, « Hard Science Fiction », dans David Seed (dir.), A Companion to Science Fiction, Malden, Blackwell, p. 187-201.

Haut de page

Notes

1 Il serait par ailleurs intéressant de retrouver, à des fins de comparaison, les origines de l’expression hard science utilisée dans les milieux académiques pour distinguer certaines sciences jugées plus « exactes » que d’autres.

2 Pour un panorama présentant ces travaux, voir Aït-Touati (2014) et Biagioli (2009).

3 Voir notamment Sadoul (1984) ; Aldiss (1986) ; Westfahl (1993) ; Hartwell et Cramer (1994) ; id. (2002) ; Cramer (2003) ; Westfahl (2005) ; Samuelson (2009).

4 Nous avons traduit nous-mêmes toutes les citations des critiques de l’œuvre présentes dans cet article. Lorsque nous citons des extraits du roman, nous nous référons à sa version française.

5 Critique de Dirk Grobbelaar sur Goodreads (2010) : <https://www.goodreads.com/review/show/86675381?book_show_action=false&from_review_page=1>.

6 Critique de Guillermo sur Goodreads (2013) : <https://www.goodreads.com/review/show/625095346?book_show_action=false&from_review_page=1>.

7 Critique de Ron Owens sur Amazon (2017) : <https://www.amazon.com/gp/customer-reviews/R2WR8XEX9T76CF/ref=cm_cr_getr_d_rvw_ttl?ie=UTF8&ASIN=B01L9DROH8>.

8 Critique d'Oz Digennaro sur Amazon (2018) : <https://www.amazon.com/gp/customer-reviews/R2RPYU0IGSM5J3/ref=cm_cr_getr_d_rvw_ttl?ie=UTF8&ASIN=B01L9DROH8>.

9 Critique d’Adrian sur Goodreads (2018) : <https://www.goodreads.com/review/show/1903776918?book_show_action=false&from_review_page=1>.

10 Critique de Greg sur Goodreads (2010) : <https://www.goodreads.com/review/show/92756221?book_show_action=false&from_review_page=1>.

11 Critique de Baelor sur Goodreads (2013) : <https://www.goodreads.com/review/show/656306057?book_show_action=true&from_review_page=1>.

12 Critique de Krista Camp sur Amazon (2013) : <https://www.amazon.com/gp/customer-reviews/R3LTIOO1TTE8E9/ref=cm_cr_getr_d_rvw_ttl?ie=UTF8&ASIN=B01L9DROH8>.

13 Critique de Ben Hilburn sur Goodreads (2015) : <https://www.goodreads.com/review/show/1326463874?book_show_action=false&from_review_page=2>.

14 Critique de Jason R. sur Amazon (2016) : <https://www.amazon.com/gp/customer-reviews/RWC0H8OF4RR2R/ref=cm_cr_getr_d_rvw_ttl?ie=UTF8&ASIN=B01L9DROH8>.

15 Sur cette catégorie, nous pouvons nous référer à la courte notice qui lui est dédiée dans la fameuse encyclopédie de John Clute, David Langford et Peter Nicholls (1979), The Encyclopedia of Science Fiction.

16 Pour répondre à ces lettres, Larry Niven a rédigé une suite à son roman, Ringworld Engineers, paru en 1980, dans lequel il corrige les erreurs du premier roman. Les corrections n’étant pas convaincantes aux yeux des lecteurs, cette suite a connu un succès moindre et n’a remporté aucun prix.

17 Précisons toutefois que dans un récit de hard science, tous les éléments ne sont pas à mettre au même plan. Ainsi, la biologie et la physionomie des races extraterrestres présentes dans Ringworld ne se soumettent pas à des critères d’évaluation et de falsifiabilité propres à la discipline astrobiologique. Il convient de suspendre son incrédulité et d’accepter ces éléments du récit comme tels. Ces éléments sont qualifiés par Larry Niven lui-même de « fantaisies ». Star Wars, étant un récit de space opera, ne serait fait, de ce point de vue, que de fantaisies. Dans le roman Mission of Gravity de Hal Clement (1953), au contraire, les formes de vie qui se développent sur la planète Mesklin répondent à de tels critères, tandis que d’autres éléments de ce récit ne le font pas, devant être acceptés en postulat.

18 Nous avons proposé ailleurs une analyse détaillée des inspirations de Freeman J. Dyson pour son article à propos de cette « biosphère artificielle » et du parcours de légitimation de ce concept en astrophysique : Wacquez (2019).

19 Nous soulignons que ce qui fascine Lester del Rey dans le roman de Larry Niven est bien le fait qu’il l’ait convaincu de la supériorité du concept d’anneau-monde sur celui, pourtant développé par un scientifique, de sphère de Dyson. Lester del Rey n’a probablement pas effectué les calculs que d’autres lecteurs ont faits, sans quoi il aurait conclu, lui aussi, à l’instabilité de l’anneau-monde, à son manque de crédibilité. Ce qui veut dire que le réalisme physico-mathématique à lui seul a suffi à convaincre Lester del Rey.

20 Parmi les écrivains de science-fiction qui, dans certains de leurs récits, défendent cette vision « alternative » de l’environnement, nous identifions par exemple Paolo Bacigalupi, James G. Ballard, Ursula K. Le Guin et Kim Stanley Robinson. Parmi les chercheurs, citons simplement les travaux qui s’inscrivent dans l’étude de l’Anthropocène, comme Dipesh Chakrabarty, Bruno Latour, Anna L. Tsing.

21 Critique d’Andrea sur Goodreads (2012) : <https://www.goodreads.com/review/show/410486319?book_show_action=true&from_review_page=1>.

22 Critique de Nathaniel sur Goodreads (2011) : <https://www.goodreads.com/review/show/182177631?book_show_action=true&from_review_page=1>.

23 Sur le blog de Renan Gross, « Book review: Ringworld », Sarcastic Resonance, 2016 : <https://sarcasticresonance.wordpress.com/2016/08/08/book-review-ringworld/>.

24 Sam Jordison, « Back to the Hugos: Ringworld by Larry Niven », The Guardian, 2 juillet 2010 : <https://www.theguardian.com/books/booksblog/2010/jul/02/larry-niven-ringworld>.

25 Critique de TK421 sur Goodreads (2009) : <https://www.goodreads.com/review/show/69299201?book_show_action=true&from_review_page=1>.

26 Critique de Katie sur Goodreads (2008) : <https://www.goodreads.com/review/show/11847056?book_show_action=true&from_review_page=1>.

27 Par « concrète », nous voulons dire que cette approche nous semble à la fois prolonger et aller plus loin que des travaux précédents qui partent, comme nous le faisons, de la prémisse selon laquelle la science-fiction est une zone de « frontière » entre science, littérature, politique, innovation technologique et religion. Nous nous référons ici notamment aux textes précurseurs de Bernard Convert et de Lise Demailly (2012) et de Colin Milburn (2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les propriétés de l’anneau-monde telles que décrites dans le roman
Crédits © Andrew E. Love Jr.
URL http://journals.openedition.org/socio/docannexe/image/7915/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Figure 2. La gravité artificielle produite par la rotation de l’anneau-monde
Crédits © Andrew E. Love Jr.
URL http://journals.openedition.org/socio/docannexe/image/7915/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Figure 3. La mesure de l’instabilité de l’anneau-monde
Crédits © Andrew E. Love Jr.
URL http://journals.openedition.org/socio/docannexe/image/7915/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Wacquez, « Les réalismes de l’anneau-monde », Socio, 13 | 2019, 155-180.

Référence électronique

Julien Wacquez, « Les réalismes de l’anneau-monde », Socio [En ligne], 13 | 2019, mis en ligne le 08 janvier 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/socio/7915 ; DOI : https://doi.org/10.4000/socio.7915

Haut de page

Auteur

Julien Wacquez

Julien Wacquez prépare une thèse en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales qui porte sur les usages scientifiques de la littérature de science-fiction. Il réside actuellement à Prague, où il est affilié au Centre français de recherches en sciences sociales. À travers ses recherches et ses publications, il tente de montrer que l’histoire de la science ne peut se comprendre sans avoir recours à l’histoire de la science-fiction – et vice versa. Qu’est-ce que cette dernière peut nous apprendre sur nos pratiques scientifiques ? En quoi les savoirs que nous produisons nous renseignent-ils sur la science-fiction ? Julien Wacquez dirige également la revue numérique Angle Mort.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals